For His Freedom and Ours – Part 2. Julian Assange in the Old Bailey on 4 January 2021 – end of trial but still captive

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_20201025_120051-1024x683.jpg.

Monika Karbowska

Dieppe the muzzled versus Brighton the rebel – trip to England on 2 January 2021

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_0460-1024x768.jpg.
From Dieppe to New Heaven in England

At a time of global lying, the media and governments make us believe that it is forbidden to travel. But this is not true. So I left for England on January 2nd, first going to Dieppe and from there with the ferry across the Channel.

My journey began at the Saint Lazare station on January 1st in a strange atmosphere that reminds me of the science fiction film « Brazil »: 2 different police forces are walking around the station looking for some non masked persons, Vigipirate soldiers are marching around in commando, jumping around as if behind each lethargic traveller under his mask an armed terrorist would come out, 2 private security companies share the market of the mask control, and the SCNF-train- employees are wearing brand new outfits and always make you understand that the mask is more important than the train ticket.

The train is a place where you learn the discipline of the mask, not a means of public transport. Every five minutes a loudspeaker spits out a hysterical voice of guilt-ridden commands: « all responsible against coronavirus, download the government application all anti-covid »! I swap with a waitress at the only Starbucks « café » open – normal cafés being banned by the government, the American multinationals logically take over the whole market. She is hidden behind a glass window, yet she is alone in a vast empty room. I don’t understand what she is saying and when I finish my coffee purchase I ask her if she can’t lower her mask so that I can understand her words. The company should at least allow her to do that… She sighs and tells me that between colleagues we stop the mask bullshit but that she fears the kapo customers.

She’s right, because very quickly I get the wrath of a toilet attendant when I take off my mask in the toilet to breathe, look in the mirror and wash my face. Yet another one who thinks she is a little boss thanks to Covid and who doesn’t know that the kapos were always the last ones to be shot by the Nazis after loading all the victims on the trains to the camps. I am thinking of 1 January 1941 when the French had not yet all understood what had happened to them. The atmosphere must have been a bit like the one I’m experiencing here on 1 January 2021. The Paris-Rouen train is nevertheless still quite quiet, I can sleep under the « abaya » veil from which I can remove the mask. The ticket inspector only passes by once and of course you have to wear the muzzle so that he can control it properly. It’s much worse on the Rouen Dieppe train: several controllers in a group go through the trains 10, 20 times in search of the « criminal without a mask ». I wonder why this train line is so full of kapo railway workers. Already in July I had my first surreal conversation with a ticket inspector who spent her time tracking the no masked « criminal » throughout the train. I was alone in the whole car and when she said to me « I obey orders » I replied « remember the SCNF- train employees who said that during the purification trials. To what limits are you willing to obey? She didn’t know how to answer, visibly unaware of all this part of our European history and the psychological mechanisms that have plunged people into the vicious circle of submission.

But the worst thing is that it was the RATP and SNCF trade unions who were the first to demand the mask in public transport, from 11 May 2020, on employees and passengers, and opened the door for the government to impose it everywhere, in all weathers, in all places and for everyone. We will not regain our freedom to breathe until these trade unionists understand the anti-human muzzle imposed on workers 15 hours a day is the first step towards the restoration of serfdom. Unless it wasn’t a mistake? I remember this last political rally « before the war » to which a friend of mine, a Yellow Vest from Paris, now converted to covidianism, took me. It was on 10 March 2020 at the Parole Errante in Montreuil. 5000 trade unionists and users of the RATP and the SNCF celebrated happily and determinedly the victory in the Great Strike to save the pensions that we all held against Macron during the hard winter months. I attended the event, I listened to the vibrant revolutionary speeches of young trade union activists who sang a moving International at the end[1].

https://www.facebook.com/RevolutionPermanente.fr/videos/430499884409927

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est grece-SNCF-1024x576.png.

Less than a week later all these fine spirits were wisely confined, obeying Macron’s order to immediately cease all political, cultural and social associative activity. Since then, we no longer have freedom of assembly and association. How could such a reversal come about? What if the trade unionists of the SNCF and the RATP didn’t win the pension strike but simply negotiated their adhesion to the corona regime in exchange for their special regime? Betraying us all? The answer to the question would explain to us the mechanism of servile submission of the SNCF and RATP agents to all the delusions of covido-dictatorship. Moreover, I remember that three weeks later the friend who took me to the meeting explained to me that she had had the covid in December 2019 and that she had already read all about the virus in Chinese scientific documents from that time on, that it was very serious and highly contagious and that we were all going to die from cytokine storms that were impossible to prevent, treat and cure. But then, she knew on March 10, 2020 that the contamination would be massive at this meeting of several thousand people gathered together and she took me there anyway? She knew and she didn’t tell me anything? What should we think of her attitude and that of those trade unionists who have disappeared from social and political life since then?


[1] https://www.facebook.com/CoordRATPSNCF/posts/141151180777677

https://www.facebook.com/RevolutionPermanente.fr/videos/430499884409927/

Crossing the sea in January 2021 – The English coast in struggle against covid-dictatorship

In Dieppe I find the hotel where I stayed during the summer. The owner has lowered the price by a third but we are only 3 guests in this beautiful establishment in an old house near the port. She remembers me and trust is built up as the day goes by. She understood that she was fooled by Macron’s policy because she had scrupulously followed the « barrier gestures » and imposed hygienic-masked delirium on all these summer customers. Macron closed the hotels and forbade her to work, thus destroying the tourism that towns like Dieppe live on. But it’s not just the hygienic terror in the hotels that drives away the customers: I discover with displeasure that masks are compulsory in the whole city of Dieppe and in the whole region. It is also imposed on the vast pebble beach and submission from all is the order of the day. I came to oxygenate my lungs, as in July, and I am subject to the same prison regime as in Ile de France. Who will come to pay for a hotel in a provincial town to breathe in the stale air from his mask?

 I break down and shout my anger at the deserted sea. But in Dieppe people stare at me with a nasty look when I wander on the beach without a mask. The air is literally unbreathable. So I decide to cross the Channel with the ferry the very next day, even though I had planned a few days of holiday here. When I call the hotel manager from the boat to explain to her why I’ve shortened my stay, she’s not surprised. She knows that the mask has never been taxed out in England and she laments the English tourists who will not be coming back when they were an important source of income for the town. If they came back, they would immediately be subjected to a forced PCR test at the town’s university hospital without being able to leave the boat, as happened to about thirty English tourists who had disembarked just before New Year’s Eve, a Dieppois informed me. I had a long discussion with this man concerned about the death of his town. He already knows three restaurateurs in the region who have committed suicide and nobody talks about it. One of his relatives works in the EPADHs in the region and she also has a lot to say about the active and passive euthanasia that is taking place there.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20210101_133407-1024x768.jpg.
Dieppe the 1 of January 2021
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20210102_104928-1024x576.jpg.
Dieppe the ferry to England 2 January 2021

At the Dieppe ferry terminal, DFDS has a monopoly on the crossing to New Heaven. The ticket costs only 30 Euros and unlike in Dover it is possible to board the boat without a vehicle. We are some 30 travellers, elderly British couples returning home from their holidays in France before the Franco-British conflict over the pseudo « English variant » of the corona. There are also some young French people who are emigrating for good. The mask is strictly compulsory throughout the passenger and cargo port area. The port is moreover framed by imposing barbed wire under the cliff. I tell myself that the regime was allowed to install this barbed wire against the migrants who were going to England. But in the end, the security measures turned against us, French citizens. If we have to flee our dictatorship, we will no longer be able to get into a boat and cross the sea like the fishermen from the Island Sein who joined de Gaulle in the summer of 1940. We are prisoners of our own country and its regime.

The DFDS ticket office agrees to sell me a ticket but requires me to provide a sworn statement « I, the undersigned, declare that I have no symptoms of covid ». This is illegal of course, no private company has the right to inspect a citizen’s medical file. The personal data of travellers must be declared to the CNIL (National Council of Dataprotection) if DFDS collects them from now on. I ask the young employee under which law the company stores this personal data and whether it has declared it to the CNIL. The young person doesn’t even know what I’m talking about, she has never heard of the CNIL and obeys the orders given without a murmur. I don’t want to put my crossing in danger by protesting too much but I ask her for a photocopy of the sheet signed and stamped by the company attesting that I have indeed filed this declaration. « You understand, if I give you this attestation, how can I prove what is on it if I don’t have it anymore, in case of a problem? I have to cover myself as well ». The young employee doesn’t understand anything but her superior does: she provides me with the stamped photocopy.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Corona-attestation-Dieppe-790x1024.jpg.
Illegal certification required by the ferry in addition to the passport
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20210102_114212-1024x576.jpg.
The sea between Dieppe and New Heaven

The entrance to the boat is gloomy, but afterwards I enjoy my crossing. The green-blue sea on which a few rays of sunshine rise after the rain. It is cold on the highest deck. But I am alone and I BREATH a beautiful iodised air. What a joy to breathe, it is a primary freedom. Besides, we are privileged because we have the right to go to the ferry’s restaurant, eat and contemplate the landscape without a mask. What a joy to be oneself, to find a normal life again. Disembarkation takes place around 2 pm. New Heaven is a small industrial port nestled between the cliffs of the rather urbanised coast of Sussex. The ferry terminal is very small, we go down to the garage and the English employees of DFDS pick us up as we leave the boat, escort us on foot to a small hangar where we pass the British border control and pick up our luggage. I’m a bit nervous because the employee is so overzealous. She asks for my ‘Passanger Locator Card’ and asks if I am going to London. Yes, to meet my ‘friend’. Partner, boyfriend, friend… English allows you to stay in a diplomatic limbo. She doesn’t insist and lets me pass. As soon as I leave the building I tear off my mask. What a joy to be free. The port employees don’t wear it at all when they work outside.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20210103_114105-1024x576.jpg.
Walking in Brighton on 3 January 2021

This is the case for the whole region. Apart from public transport, which is more severe, the mask is not worn on the southern coast. It is not imposed outside and everyone breathes freely on the beaches, on the coastal promenade, in the streets. Restaurants are closed and only do take-away sales, but many people work and in many places employees do not even wear masks indoors. Moreover, the region is a strong wind against the covid dictatorship and it is making this known through this practical and stubborn resistance. I talk to hoteliers and restaurateurs who explain to me their refusal to die from the government’s madness. I know that the English government is not united on the issue and that it is more the NHA that imposes these absurd bans that are contrary to fundamental rights. The coast from Eastbourne to Portsmouth is urbanised and touristy, dotted with housing estates, but also with pretty Victorian town centres and pretty little houses renovated by the middle classes. Owners of three-star hotels look like they are enjoying the closing of their businesses, but this is not the case for small room renters or owners of cheap hotels and pubs. They open to survive in this incomprehensible madness. This Sunday, January 3, the inhabitants and tourists are strolling with their families on the beach and on the coastal promenade, having coffee and meals on the benches, running and cycling. Of course, there are no packhorses.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_0358-1024x768.jpg.
Victorian aeras in Brighton
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_0355-1024x768.jpg.
Brighton War Memorial

Brighton City Council has put up posters advising the elderly not to wear masks. The poster says: ‘Understand me, I cant wear the mask’ next to a picture of an old lady. « Understand me, I cant wear the mask ». The slogan remains within the framework of Covidian ideology: one must wear the mask to protect others. But the mayor of Brighton is asking for mercy for the elderly, let them breathe! He is right. I think of those poor shadows in my suburbs or in Dieppe who can barely manage to drag their mouths and noses blocked by Chinese plastic, merchants with their heads down like damned souls. Great Britain breathes and the fresh air strengthens its determination to live life to the full. This air is contagious and I too experience some moments of pure happiness.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20210103_113213-1024x576.jpg.
« Thank you for understanding that I can’t wear a mask » – Brighton advises against masks for elderly people
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_0365-1024x768.jpg.

Greece for Assange

On the evening of 2 January I am pleased to speak at the debate of the Greece for Assange[1] collective invited by a Greek activist friend Anastasia Politi via the Jitsi Meet application. Of course, having experienced the Social Forums where 100 000 European activists met in Paris in 2003, London in 2004, Athens in 2006, Malmö in 2008 and Istanbul in 2010, having organised this kind of big event, I always find virtual « debates » very disappointing and moreover energetically exhausting whereas a real public meeting is a meeting that feeds me. But today I am grateful to my Greek friends for coming to take part in the struggle for the liberation of Julian Assange. I am happy to see even in video the great militants of the Greek left, Sissi Vovou and Afroditi Stambouli. Above all, I am very grateful for the support given to our actions for the liberation of Julian Assange by my friend, the former MEP Konstantina Kuneva, whom I have known since 2008, during our joint trade union struggles for the rights of Eastern European migrant workers in Greece. I am all the more pleased that these well-known activists in Greece are also historical pillars of the feminist movement. Julian Assange was held captive by the British political-judicial system on the basis of manipulations using a feminist veneer; it is only fair that it should be European feminists who achieve his release. I am very happy to be back in the familiar atmosphere of Greek left activism that I experienced from 2005 to 2017 when I was part of the anti-globalisation movement and the struggles against the odious debt imposed on Greece.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Greece-for-Assange-1024x551.png.
Greece for Assange with the support of Konstatina Kouneva

I hear from the activist Niki Konstantinidi (whose face I don’t see, another of the peculiarities of « democracy on the internet, that you can hear a debate without being seen) the assurance that Julian Assange would be cold « in Belmarsh », that he would « lack warm clothes » and that it would be « impossible to get to the Old Bailey on 4 January ». This person seems to know Assange and the lawyers’ entourage very well, but his assertions annoy me nonetheless: if Assange is in Belmarsh, his alleged relatives can simply use the money from the kitty to buy him what he needs at the prison shop. Belmarsh is not Tazmamart or Cayenne, I refuse to play this game of dramatization. Or Assange is not in Belmarsh, but in a special place, dependent only on the royal system and not on the British Ministry of Justice and then the truth comes out. People are tired of infantile storytelling and want to hear the truth about everything: the covid, the Grand Reset, the geopolitical situation, the election fraud in North America and also who and where Julian Assange is.


[1] https://www.facebook.com/groups/515096986022028

https://www.facebook.com/groups/515096986022028/permalink/761277734737284

https://meet.jit.si/securefreespeechsecureourfreedom?fbclid=IwAR0rHxo9smrEhSkN7Dw8V1ZBtW06Voo6swHM7vLYFycPEaq12FPRciQAd50

The City the day before Julian Assange’s trial

I arrive in the City of London Corporation, known as the City of London, on the evening of January 3, 2021. It is Sunday and I am not surprised that the area is deserted. I will be more surprised the next day Monday in front of the empty offices, the shops closed for « covid rules » as if a bomb had decimated the living, keeping only the buildings: the multinationals have finally imposed telework to everyone and can make money by abandoning the offices that are no longer needed. It is the employee who now pays with HIS own rent the company office expenses! What a boon to make such savings! Long live the Covid, must say the top managers of American Bank, Goldman Sachs, Barclays, London Stock Exchange, City Stock Exchange, who surround the Old Bailey Court.

 This is not the case for the owners of the small businesses that sold services to employees: clothing shops, kiosks, bookshops, cafés, pubs, restaurants are already bankrupt and for sale. I managed to book a hotel 500 metres from the Old Bailey. It is a typical manager’s hotel with ultra modern comfort but minimalist decor and furniture. Normally I would never have been able to pay for a room there, but the price is modest given the location. With the Covid dictatorship, panic and telecommuting, we are only 3 guests in the whole hotel. The rules at the reception desk are much stricter than on the rebellious coast: my passport is scanned and I am asked to sign a declaration that I only travel for the reasons the government has deemed valid. On the sheet of paper that the receptionist gives me, there is « the funeral of a loved one and accompanying a loved one to a funeral », « illness » and « support for a sick relative »: gloomy atmosphere. There is, however, a small line « imperative stay for a work meeting that cannot be conducted remotely ».

I act as if nothing had happened and there was no covid. On the third day, the employees will finally drop their masks, the naturalness of life fortunately returns.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Old-Bailey-photo.jpg.
Old Bailey, internet photo North side, Newgate Street, both front and side windows on the second floor are illuminated on the night of 3 January, the eve of the trial.

As soon as I arrived I had to start looking for something to eat, I realised that with the « covid rules » the few restaurants have no customers and therefore no reason to stay open in the evening. I walk towards the Old Bailey via Luton Street, walk along the historic St Sepulchre Church and find myself in front of the imposing 19th century building and its extension, the 1960s bunker where I spent hours waiting in September. Around them the empty office buildings with their huge doors opening onto deep delivery basements are sinister. Only the security guards are on duty in the halls and I know that at the slightest suspicious sign they will immediately call the City of London Corporation Police, which was not at all convenient in September. So I can’t take any photographs.

However, what I see of the Old Bailey is very interesting: the « ceremony » of the « trial » is already in preparation because the whole ground floor of the old building, a large room on the first floor on the left side and two windows on the top floor are illuminated. In the 1960s bunker where the September meetings were held and where I could see Assange physically present, two large bay windows are illuminated on the ground floor as well as a large courtroom on the first and second floors, perhaps room 10 where it took place in September. On the top floor two small windows stand out with their bluish lights: the public galleries are up there, but I don’t remember any blue light. What is interesting is that even the large carriage entrance that opens onto a small courtyard through which the court employees enter is illuminated. Does this mean that even the employees are mobilised for the preparation of the « ceremony »? I am very much afraid that what will happen tomorrow will be an « execution ».

I bypass the Old Bailey complex via Warwick Lane, the street that separates the court from the Sankt Paul Cathedral complex surrounded by new and ugly bank buildings. The only open shop in the area is near the Sankt Paul underground station. I can finally buy dinner.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20200729_153904-1024x576.jpg.
Warwick Lane – the courtyard behind the Old Bailey – photo taken in summer
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20200729_154207-1024x576.jpg.
Main entrances to the Old Bailey (the 1907 building and further on the 60’s bunker on Old Bailey Street) – photos taken in summer
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20200729_175907-1024x576.jpg.
The Amen Court, 17th century houses behind the Old Bailey, the wall at the back of which is a remnant of the New Gate prison, which served for 1000 years until 1907 in place of the present buildings

Night waiting for the verdict at the Old Bailey

I would have liked to go back at night near the Old Bailey to keep an eye on those who bring Assange to the Old Bailey. The experience of September showed that he was by no means brought there every morning, but most likely he was already living in the Old Bailey before the trial and stayed there all September because this huge bunker has all the necessary infrastructure. After all, before 1902, the place was the sinister, thousand-year-old New Gate prison, well equipped with dungeons that only need to be modernised[1]. If I hadn’t seen it with my own eyes in the flesh in room 10 on September 9, 2020, I might even have doubted its real presence in this place. But I did see him. Who, then, and in what way brings the illustrious hostage to these gloomy rooms where his fate will be revealed to us? To answer this question would be to have a clue where Julian Assange really is, once it is understood that he cannot be in the ordinary Thameside prison known as « Belmarsh ». The prisoners of Belmarsh are common law convicts by the British Ministry of Justice and all benefit from the same regime, letters, e-mail, the possibility of visits and the sending of money.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20200729_153412-1024x576.jpg.
Warwick Passage, the entrance to the public gallery where I waited almost 4 hours from 5.30am to 9am on 4 January 2021.

As for the Covid in Belmarsh, it is hardly the storytellers of the Assange case who ring the bell, the real prisoners and their lawyers are not at all panic-stricken, as I was able to see from discussions with my Polish contacts (a Polish consul takes care of the many Poles serving sentences in Belmarsh).

But I can’t bring myself to siege the Old Bailey at night, I’m too tired and I’m alone. Nevertheless, the night is still deep when I get up and go out at 5.30 am to go to Court. I am well equipped to keep out the cold and I have taken my breakfast with me.

I arrive quickly at 5.45 am in front of the dark and deserted building. I inspect the premises, no one, no activists set up for the night in the Warwick Passage, the narrow gut on the south side of the Court where we spent hours in September waiting in front of the entrance to the public galleries.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20200729_153420-1024x576.jpg.
Sign in the Warwick Passage (photo taken in summer)

I walk towards the North part of the building at New Gate Street but I hesitate to waste precious time because someone may take my first place in front of the public gallery…How do I know which entrance will be used this time? I can’t know, alone in front of the multiple entrances to the Old Bailey it is impossible for me to organize myself better.

There is not a cat in front of the whole block, I come back to the Warwick passage. Before standing in front of the heavy wooden door of the Warwick Passage, I first go to see the bank security guard across the street who is staring at me in the entrance of his building. I already know how prompt the City’s security guards are in calling the City of London Corporation police at the slightest « anomaly ». For them, a woman alone at night waiting outside a court door that opens at 9 o’clock is an anomaly. The man is young, he is wearing a mask and I don’t think he is smiling at me, but I am smiling. I introduce myself and explain that I represent a human rights association and that I come as an « observer » for the trial of Julian Assange. I warn him so that he understands what I’m doing here so early. He nods. Then I inspect the two large billboards under glass next to the main entrance of the bunker: there will be 25 criminal hearings in the courtyard today.  The names of the people involved are posted, the case number and, importantly, the names of the judges.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20200729_153157-576x1024.jpg.
Sign near the entrance to the Old Bailey (photo taken in summer)

No Julian Assange on the Old Bailey list, no Judge Baraitser, Vanessa or other. Assange’s trial is therefore not being conducted by the Central Criminal Court but by another « entity » in a room rented or lent for the occasion. Further proof that this trial is not a real trial.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20200729_153130-1024x576.jpg.
Main entrance to the Old Bailey (lawyers, litigants, witnesses, etc.). Hearing panels on the right. Photo taken in summer

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Prison_de_Newgate

https://www.alamyimages.fr/photos-images/newgate-prison-london.html

www.victorianweb.org/art/architecture/london/63.html

Memories of the hearing of 11 December 2020

Standing in the freezing cold that sweeps the Warwick Passage, I have plenty of time to reflect on my adventures of December 11th, the last hearing in what was a pleasant trip to an England far freer than France under curfew and police incarceration at home on health grounds.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201211_080335-1024x576.jpg.
In front of Westminster Court on 11 December 2020

I had arrived early at the Westminster Magistrate Court I was also the first one there and it was another hour before the Greekemmys supporters arrived. The second person to turn up was Sabine von Törne for whom I have sympathy. We discussed the situation in Assange and in our respective countries at length while we were waiting. There were about 7 people behind me and Greekemmy always handed out the numbers, but respectfully noted me as « first ».

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201211_104215-1024x576.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201211_104218-1024x576.jpg.

The day then dawns around 8.30am and soon everything is in place: the new security agents are at the security gates, our French speaking friend from Mauritius is also there. We greet each other and I quickly go through the gates, I run to the board in the hall, no list. I rush upstairs without looking behind me and I ask the secretariat. The young secretary leaves to find out more: Assange, it will be room 3 or room 10. I arrive in front of room 3, a secretary posts the list shortly afterwards. It will be fine here: Julian Paul Assange, 10 o’clock. But no judge’s no, as always. The list has 16 names, 10 in the morning and 10 in the evening plus Assange. Three are Polish, one Hungarian, 4 Romanians, 1 Estonian, 1 Irish… But I quickly notice that the bulk of the Eastern European extradited persons are sent to room 10 on the second floor. From here you can see the crowd amassing on the second floor: lawyers and families. So they decided to separate Assange from the other litigants. There are only 8 of us queuing in front of room 3: behind me Sabine, Deepa, Greekemmy, soon Rebecca Vincent still in her black mask and red coat, and then two journalists including Mohamed El Maazi from Sputnik UK and Joseph who this time is queuing with them with a press card.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201211_104221-1024x576.jpg.
Deepa gives her report
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201211_104225-1024x576.jpg.

At 9.50 am everything goes wrong. A big clerk, different from those we are used to, leaves the room and asks who is coming for Julian Assange’s audience. I am confident, I introduce myself. But the man doesn’t calculate me, talks over my head to the others, as if I didn’t exist. Deepa River presents itself as a « legal observer » on behalf of an organisation. I’m upset because I don’t really understand what people are saying with the mask. I need to see lips and facial expressions to understand a foreign language. Also, as the man does not understand me either, I have to take my mask off to be understood. But the man says that because of the « Covid » there will only be two seats for the public, including journalists, especially since the observers from the High Commission are expected. What about the High Commission? Envoys from the Australian High Governorate? Is Australia moving and recognising Assange as its citizen?

We are stunned. I protest, saying that I have been here since 6 a.m. Deepa protests, so does Rebecca. The journalists at least ask to speak to the judge because it is « inconceivable » that the press should be excluded from justice! In the meantime, I have documented the various scandalous trials from the time of Queen Victoria, including that of Oscar Wilde, which marked the struggle for freedom of expression and creative freedom[1]. In fact, the public and journalists were present in large crowds during the trials of the 19th century and did not hesitate to come! Democracy was much more alive at that time than in our oligarchic-technological century where you have to fight to get ONE WITNESS to the court!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Oscar_Wilde_3g07095u-adjust-696x1024.jpg.
Oscar Wilde

The unpleasant clerk declares that he will « ask the manager » if more places can be granted (the corona is a perfect tool of dictatorship!). He shuttles back and forth several times between room 3 and the secretariat. Then Edward Hamilton Fitzgerald arrives and greets us with an air that I find condescending. The clerk brings in two tall redheads, who introduce themselves as being from the « High Commission », i.e. diplomatic representatives from one member country of the Commonwealth to another. Australians? Possibly, but how do we know, these men are not even looking at us[2].

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201211_104236-1024x576.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201211_104317-1024x576.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201211_104324-1024x576.jpg.
Rebecca Vincent always in red and in mask

The clerk then turns to us and asks who we are. I am standing in my ‘first place’ and Deepa River and Rebecca Vincent are behind my back. I give my name and my organisation and I offer Wikijustice documents as evidence. The man does not want them. Deepa and Rebecca are also each trying to ‘sell’ their organisation. I’m afraid that he is about to say « it’s not going to be possible ». But suddenly he turns to Sabine who is standing back. Who are you people? She answers « personal friend of Julian Assange ». The clerk takes Sabine to Fitzgerald a few metres further on. He comes back… and opens the door to Sabine who happens to be the only one who can go in to see Assange.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201211_104428-1024x576.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201211_104437-1024x576.jpg.

Deepa is stunned. « How? Just say you’re Assange’s girlfriend and they open all the doors for you » ? I smile. I would have liked to remind her that she is now a victim of the system that she helped set up so well: people who don’t know each other arrive, claiming to be « Assange’s family » and without having to show any proof, no ID, no marriage or cohabitation certificate, or whatever, suddenly have all the privileges. Stella Morris has been doing exactly that since last July and it had never bothered Deepa. El Maazi is invited to enter and as I find myself behind him, I follow him. So much the worse if I’m fired. But the clerk doesn’t say anything more, Deepa and Rebecca follow me and there are 3 of us in the public box! Sabine is sitting in the back, 11 out of 13 seats are condemned, Deepa ends up sitting in the courtroom and nobody says anything to her as if the management of the show had given up and decided not to keep any of the rules that are supposedly so restrictive and indispensable. The video is already turned on, we can see a room but different from the red chairs that we were presented with for 1 year as being those of Belmarsh and resembling a medical centre waiting room.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201211_104502-1024x576.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201211_104901-768x1024.jpg.

Julian Assange is not there. However, the judge is already here and he is a young man with red hair. The alleged court hearing is reduced to an expeditious organizational meeting. Fitzgerald is standing and talking with the prosecutor, also a young redhead. He does not even sit down when the judge says « Judge Baraitser has granted » that Mr. Assange will not be obliged to appear because he is represented. Has granted? What does that mean? How can she guarantee that he is not obliged to appear and that we can talk behind his back? Did she promise HIM? Is he the one who doesn’t want to appear? Otherwise WHO has decided in his place that we will not see him and therefore it will be impossible to see what his health and general condition is? Is he still alive? After all, we haven’t seen him alive since September…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Sabine-1024x621.jpg.

Hamilton Fitzgerald says something I don’t understand but it doesn’t sound solemn. And here the judge says it’s « postponed until January 4th in the Criminal Court ». Everybody gets up and leaves without waiting for the judge. I am more and more annoyed by this « fake justice ». I get out of the box and walk towards the judge. The judge asks me to step aside. I do so, but I tell him that I haven’t heard or understood what’s going on. I introduce myself and Wikijustice and I ask him if I can know his name. He introduces himself (well, it is not a luxury in a democracy to know the names of the judges who decide on the lives of citizens!): Paul Goldspring. Thank you. We leave the court together, Sabine and Rebecca Vincent in red coat and me in my purple suit. Outside the demonstration continues. I am disappointed but not so surprised. They don’t want to show it to us, we don’t know why. I don’t think it’s them who refused to show it, but rather that they can’t afford to stage the ‘Belmarsh staging’ as before and that’s why the Westminster-style ceremony is reduced to the bare essentials. In 3 weeks time it will be the ceremony at the Old Bailey. I don’t know where Assange will spend Christmas, but what is certain is that he will be at the Old Bailey before Monday 4th January.

That same evening I am leaving to Islington to inspect Lisa Baraitser’s Pure Theater. I am having a great time in the open pubs and restaurants, full of life and joy.

Judge Paul Golspring is my age. He is quoted as having had to judge an apprentice terrorist who asked to have a telephone in his cell[3] . But he was especially known in 2017 for having decided to extradite two Poles, the Herba brothers, whom Italy accused of kidnapping a young female model. The Herba brothers had not committed any crime and sought to explain themselves to the Italian justice system by video. They claimed that they themselves had taken the young Chloe Ayling to the British embassy[4]. Their lawyer claimed that the case was an invention organised by the model’s agent in order to obtain notoriety, which is not without recalling certain Swedish accusations against Assange… Judge Goldspring found himself in the difficult situation of judging the real lives of two real men on the sole basis of « storytelling » provided by the media… This also recalls the role of storyteller in Julian Assange’s life. Where is the truth? Where is the fable? How can the truth be proven when a judge magistrate is only a simple citizen mediator who is invested with so much power without having the means to carry out his mission with justice and honesty?

How can we believe that Judge Baraitser really decided Julian Assange’s life when she is not a professional judge and when it is obviously the political powers that have decided and are deciding Assange’s fate (Crown, Ministry of Justice, Ministry of Defence, Home Office, Foreign Office, various foundations including those that pay media storytellers… analysed the International Wikijustice Complaint)[5].

A court is not a theatre for which the media write the script. Historically no, but maybe in the 21st century we are moving towards such a life, such a society? Too many things have changed in our lives in the last year. We have lost total control of our lives, our power as citizens is already well eroded. We must resist and fight if you want to recover this citizen power and refuse the condition of cattle locked up at night and only coming out during the day to be exploited for labour. Yes, we must REFUSE this servile condition with all our might.


[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Oscar_Wilde

[2] https://en.wikipedia.org/wiki/High_commissioner

[3] https://www.euroweeklynews.com/2019/12/03/english-news-second-terrorist-back-behind-bars-as-police-review-license-conditions/

[4]  https://www.bbc.com/news/uk-41445444

https://www.newsshopper.co.uk/news/15556500.alleged-kidnapping-of-coulsdon-model-could-be-a-sham-claims-a-lawyer/

[5] https://drive.google.com/file/d/1rCPKk9vdY29H_kaHjqeClvJtQ62_cw7W/view

Julian Assange on 4 January at the Old Bailey, life saved but captive and in danger of psychiatrisation

An hour goes by while I wait in the icy windy Warwick Passage. From 6.15 a.m. a multitude of cameras are installed in front of the central door of the bunker of the Criminal Court, an expensive and heavy piece of equipment. TV presenters pose under umbrellas held by their assistants. A whole world of storytelling is rushing in, which has never bothered to report on the torture that Assange was undergoing in his dungeon, exactly one year ago when we were the only ones in Wikijustice to sound the alarm in October 2019.

At 7 o’clock there are already 30 journalists and photographers and then a few activists arrive: Jamie, who had made the siege of the passage in September but never comes to Westminster Court, then Alison the Australian. I greet them and risk leaving my post to see what’s going on in the street. There are 5 activists next to the journalists when an imposing bus of cops arrives: they are the policemen of the City of London Corporation recognizable by their red and white checkers on their kepi and wearing black uniforms. Their truck stops in front of Warwick Passage and obstructs my view. I retreat into the recess near the door. The policemen drive through the passage without noticing me. This is the time when the lady who lives behind the Old Bailey is walking her black dog. She comes out of the Amen Court, the historic 17th century houses that remain in the area after the severe Nazi bombing of the war. This is also the time when the employees of the Criminal Court, masked secretaries and security guards arrive. Rosie Sylvester, the clerk of the Assange trial in September, does not pass by. She has obviously finished her shift on her case, I haven’t seen her at Westminster either.

Half an hour of police presence later, shouts rang out in the street: the City of London Corporation police surrounded and silenced the activists who had come to support Assange without disturbing the armada of cameramen and other storytelling reporters who were now 50 in front of the main entrance. The sight of this pack coming to feast on the fate of a man in prison whom they didn’t care about when he could be saved, in summer, autumn and winter 2019, is very unpleasant for me. Not only were all these people absent when they could be of use, but they also echo without ever checking all the most abject storytelling, Assange rapes, Assange is going to commit suicide, Assange slumming in the embassy happily until he makes two children for his « lawyer »… It revolts me but I understand by watching them do today how Assange’s « concept » was artificially constructed: in 2010 there were, as there are today, more cameras to put on the show than real activists and real friends. Assange has always been a hostage of the political-media system and has never had the slightest freedom in the construction of his image and his life.

The police spare the storytellers from lying but threaten to arrest the activists: Alison is her friend and she is surrounded by the police so they shout that they don’t have the right to arrest them because the « covid laws » do not abolish human rights and they have the right to be in the street. The arm wrestling lasts 45 minutes: the policemen leave around 8 o’clock, the activists take refuge in the journalists’ camp or the police do not come to get them.

In the Warwick gut, I begin to wonder why I am alone. What if this is not the right entrance? But I’m afraid that if I move I’ll lose my hard-earned place. Security guards are starting to bring lawyers and Criminal Court staff into the main entrance. Around 8.20 I go to see one of them and ask him if this is the place for Julian Assange’s hearing. He answers: « Yes, don’t move. This is indeed the entrance of the public ». But there will be very few places because of the Covid. Only the family will be allowed ». I am obliged to trust the man because I have no choice.

I can’t stand the cold and fatigue. So who will be Julian Assange’s ‘family’? Is Stella Morris going to be the ‘family’ here or the ‘lawyer’ in the courtroom? At about 8.45 a.m. an elderly activist I saw at the Westminster comes to greet me and offers to bring me a coffee. I am so cold that I accept willingly without question where are the others, Greekemmy, Deepa, Rebecca Vincent. Two unknown women stand behind me and ask me if this is the place to wait for Assange’s hearing. I can only repeat to them the information received by the security guard. The obliging old lady comes back with two coffees. I drink mine, but I nevertheless ask her if she can ask at the entrance if the rules have not changed and that the entrance door to the trial is not to the north rather than to the south of the building. It is indeed impossible to be alone for so long, with 25 people on trial there would surely have been families or witnesses who would have had to wait with me as it was in September. At 9 o’clock the doors of the court open, there is movement in the street.

Then the heavy wooden door in front of me opens and a security guard appears. The Assange trial? But Madame, it’s door 2, north of the court, not here. I was cheated, including and especially by these « activists » who saw me waiting in the wrong place since 6 o’clock in the morning and didn’t say anything to me. I’m taken aback, but that’s the risk of being an activist in a hostile environment. Around the Assange case I met very few honest people and many liars, manipulators and even violent people. I know that I could not have expected anything better. But the cup of coffee offered to put my mistrust to sleep and make me lose time is the height of duplicity, especially since the woman slipped away once her mission was accomplished and I never saw her again. No time to waste, I leave and cross the hustle and bustle of the cameras in the street towards the 1907 building of the Old Bailey. The one that was so brightly lit the day before. I should have thought about it, been consistent in my logic. But I must not forget that I have behind me the difficult journey into the country of the covid reign while these people are there in their own country.

Indeed, it is Newgate Street, around another entrance that everyone is waiting for! Obviously, arriving at 9.15 am I am not the only one! Greekemmy, Rebecca Vincent, Fidel Narvaez and Deepa River can look at me with a mocking look, this time they had me fooled ! But in the Assange trial nothing was given on a bed of roses and at the same time there were always last-minute turnarounds. So I am not discouraged and I am stuck with the others between the work in the street and the grey stone wall of the Old Bailey.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20200729_154127-1024x576.jpg.
Entrance 2 where the meeting took place on 4 January 2021 where I saw Julian Assange on video in room 4.

In front of me there are about ten people in a hurry, but there are many who are heating up the queue for « more important », I know from experience that they won’t try to get in. They are not really having political discussions about Assange’s trial. They exchange smiles and news as if they were at the show or in an extra’s job. Moreover, some of them openly assume that they are professional actors. A sad and tired looking young woman distributes free hand painted « free Assange » T-shirts as if they had to be sold during the day. I take one. A female security guard in white and blue masked in black stands in the doorway of the open door. She asks for the family, but there is no one there, more exactly there is no John Shipton – he didn’t come. But 5 minutes later everyone pushes themselves to let Craig Murray pass, who acts as « Julian Assange’s family ». I am still upset that this man is Assange’s « family » because no relationship has been proven between them so far. Nor has it been proven that Assange wants this man to be the sole « relative » because at the Woolwich Court in 4 days of proceedings Julian Assange has not once greeted or nodded his head to Craig Murray. To see Craig Murray writing fictitious reports every day of the hearings when he doesn’t even have a pen and doesn’t even take notes makes me tremendously angry, this reality that I have seen with my own eyes. Since it is not possible to remember so many details of a trial every day in his memory and write every day for a month without having any notes, it is obvious that the script for these articles is written in advance, either by himself or by other storytellers. Who decides and why he has the primacy to come here as a FAMILY without ever standing in line? I ask the question again for the nth time in a year and a half!

This time too Craig Murray has no bag, no notebook, no pen, no coat as if he were coming straight out of a flat but he enters the Old Bailey first, followed by Deepa, Narvaez, Rebecca Vincent and a young man I don’t know. Greekemmy stays outside and takes souvenir photos with his friends. As everyone gathers around her, there are no more obstacles between me and the security guard at the door. I’m a member of a human rights association, I’m here as an observer, I’ve always come to the trial, I’ve been waiting here since 6 o’clock in the morning in the cold, the agents at the main gate made a mistake and assured me that I had to wait for Passage Warwick and I waited there for 4 hours… Why only one place for the family and 4 places for the public when we know that the public galleries have 40 places, I saw it in September? The woman doesn’t seem to be smiling, you can’t see anything with the mask on and diplomacy is very difficult when you can’t see the face of the person you’re talking to. I wear the mask on my chin to show my respect for the rules, but I also show her my face so that she can see my tiredness but also the absence of hostility. She says yes, it’s because of the covid that there are so few places, but she doesn’t tell me to leave. When I ask her why human rights associations cannot be accredited in court and who decides on this refusal, she tells me to « go to the judge ».

I objected, « But the judge who judges Julian Assange is not a judge of the Central Criminal Court. The Old Bailey does not respond to our letters, which is logical since it is not the Central Criminal Court that judges Assange. You as an institution have nothing to do with this trial, I know that. But Judge Assange never responds to any requests because she has no mail as a judge. The Westminster Court where she is supposed to sit tells us that they are not the ones organising the trial here. So, who decides what happens in your institution ?

The woman seems embarrassed but does not answer. Then I see Elliot and Esther Shipton, the wife of John Shipton’s brother and the son of this couple arriving at the door. They had been the privileged ones who could observe Assange in person in Room 10 in September. This time, without John Shipton, they were ruthlessly turned away by the officer. Obviously they are no longer family. Little satisfaction for me to see the others unable to enter. An unknown journalist shows up in front of me in front of the camera. I am so overwhelmed that I pour my bitterness into his camera, perhaps carelessly. I say that this trial is a fake, that Julian Assange is not being tried by the Criminal Court, that we don’t know who is renting the historic Old Bailey for the show, but that it is a shame to use the institutions of a sovereign state to have such fun. Who is the judge? Vanessa Baraitser has no social existence, does not appear on any official document nor here at the Criminal Court not even the Westminster Court where she is supposed to be Magistrate, it is a shame that human rights associations cannot see the trial and especially see the state of Assange when so many threats weigh on her health. We are going back to the Middle Ages and the covid has a good back in the installation of the dictatorship, unless we never left the Middle Ages here…In short, I say part of what we analysed in our International Wikijustice Complaint and our 14th request for release which has just left [1].

I feel the young woman guarding the entrance more and more embarrassed, but my tirade is not addressed to her, she remains impassive. It is about 10.30 am when a young brown woman approaches me and asks if this is indeed the trial of Julian Assange. The others are eating their picnic, so we are alone in front of the door. Her name is Ellie, she is a sociologist and she is a Greek living here. I’m glad to see someone coming through the Greek activist networks we’ve moved thanks to Anastasia Politi and her friends from Greeks for Assange. We talk in Greek and we have plenty of time to socialise. I tell him about my experience of the hearings from 20 September 2019 through 21 October 2019, 13 January, the last week of February at the Woolwich Court and 9 September – all the times I have been able to see Julian Assange in the flesh. We are discussing the precedent that this extradition sets for them refusing US bases in our countries. We also have plenty of time to discuss what a mafia state and a corrupt and perverted police and legal system is: I tell him about my militancy in Greece since 2005 and the Social Forums, my trade union activities in Santorini and the repression I suffered with the trial-cabal from 2009 to 2013. And I recall the attack on Konstantina Kuneva, vitriolised in December 2008 by the exploitative mafia close to the authorities following our actions for the rights of workers from Eastern Europe.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est P1000676-1024x768.jpg.
Santorini 2008 – Greek Island where I worked and where I was repressed for trade union activities
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est P1000742-1024x768.jpg.

I feel stronger no longer being alone and I have regained hope. After all, if someone comes out, maybe I can come in… It’s about 11 o’clock (I don’t have a watch or a phone as they are not allowed in the Old Bailey) when Craig Murray comes out, immediately surrounded by the activists. He is the one who announces the news of the non-extradition. But it’s not very clear in his mouth and with the mask it’s even harder for me. I rather have the impression that he is saying that Baraitser has not accepted the political arguments about freedom of expression, the stress remains, I’m ready for anything. Murray was forced to go down and tell the activists the news because he doesn’t have a mobile phone (and still no pen…). He goes back inside and we stay with Ellie and wonder about the meaning of it. She has a mobile phone and is looking for a way to hide it somewhere or give it to someone. Unfortunately from where we are, far from the demonstration in front of the central door, I can’t see if my friends have come. So we continue our discussions in Greek and it gives me pleasure to immerse myself in the language of this country that I have loved and that has meant so much to me politically and personally. The memories of the blue Greek Sea and the projects keep me here in the cold of the North. I think about how to regain our freedom knowing that in Greece too the regime has imposed curfew for the first time since 1976 and the colonels. Only Crete would not respect these « covid measures » and as always revolts first.

At 12.25 pm, Fidel Narvaez and Rebecca Vincent go out. My patience is rewarded: I can enter. I rush into the dark staircase which looks like the one of the Warwick passage. A few steps up, you have to lock your bag in a metal detector, throw food and bottles in a bin, open your coats… The security guard who inspects my things is the tall white-haired man who used to work at the Warwick Passage and who was on duty during the day when I surreptitiously saw Assange in room 10… He knows me, I greet him, I remember him.

It’s quicker than in September, I’m released and I can run up the austere staircase to the 4th floor, a sort of large vestibule with windows that seem high here but in reality are the smallest of those overlooking the street (and which were illuminated the day before). This space is reminiscent of 19th century schools as Paris is populated by them: high walls, large windows, distant ceilings, solid dark wood furniture, a hushed atmosphere and austere corridors. I continue in the corridor running along the doors of rooms 2 and 4. In which of these rooms is Julian Assange?

Two security guards are working in front of room 4. The first one, a nice old man, tells me it’s break time and invites me to wait in the hall. He will come and pick us up. I sit on a bench in front of a table in the waiting room when Ellie arrives. We resume our discussions, while Deepa and Craig Murray talk on their side. Unfortunately I don’t understand much of what Craig Murray is saying when he is the only eyewitness in Room 2. At this time it is confirmed that Julian Assange will not be extradited, but not because he is a political prisoner, but because of his « psychiatric condition » following the « medical reports produced by experts in September ».

That is all we fear: that the pseudo expert opinions of psychiatrists whose independence from both the royal and the American system is not certain will lead Assange straight to confinement in a psychiatric hospital, where we will never see him again. This is all the more disgusting to me because when Wikijustice alerted in October, November, December 2019 and January 2020 about the traces of torture that Julian Assange had visibly suffered in captivity, and we wrote 3 medical reports and demanded an independent medical report, neither the lawyers nor the activists reacted favourably[2].

They were all held up to the fable of the « wicked Belmarsh prison » and convinced that « nothing can be done » while Gareth Peirce complained that « he can’t visit his client ». Meanwhile, the system that keeps Assange in captivity was bringing in American psychiatrists to examine him, who knows if it wasn’t against his will … The great revolt that Juliana Assange showed on February 26th and 27th at the Woolwich Court reminds us that it is not proven that he agrees with this strategy of psychiatricisation of his person imposed by the lawyers (and the lawyers’ founder, the Courage Corp and the Wau Holland Stiftung…).

We still wait another quarter of an hour when Georgia arrives, present at all the hearings and she always comes by. She asks us if Rebecca Vincent is there and checks why we are so cold: there is no heating in the august court. I remember the obnoxious air conditioning that used to spit stale air at us on the other side, rooms 9 and 10. At last that’s the signal at about 12.50. The security guard comes to pick us up and opens the door to room 2 for Craig Murray. So Assange is there, I reach for his neck but I can’t see anything. I have to make do with room 4 and that’s not so bad. We find ourselves 4 scattered on the balcony with green leather armchairs on brown benches like in a 19th century theatre. Ellie sits just one row above me and together we pass on vital information. Below, the room is large and has 4 high judge’s chairs on a platform. They are empty and a computer junk scatters the tables on the stage. At the bottom of the stage, the room’s furniture is made up of 4 rows of tables arranged in a school-style row. It is very different from the decor of a european Court of Justice. The box for the accused is a small empty platform on the right. There are 50 seats, but only 10 people, supposedly journalists, are seated scattered in front of the tables at a rate of 3 or 4 per row. I note their location. They are mostly young women with long blond hair whom I have never seen in the halls of either the Westminster or the Woolwich or even here in September. There are no famous faces, no politicians like the German MP Heike Hänsel and if there are German diplomats they are not the same ones as in September.

They look like students or trainees. They look at the screen where the political tragedy of the century is played out impassively, without any emotion. As if they were attending the presentation of a study « case » for their school. Two grey haired men with more casual looks look more like journalists and sit in the left row facing the girls staring at the screen above them. I can look at the screen above the judges’ platform in front of me. It’s quite big but divided into two parts: on the right side appears Mark Summers’ head, talking about a desk full of files. Summers is therefore not physically present at the Old Bailey. On the left side of the room there is a room similar to this one: it is the retransmission of room 2. But we don’t see Assange there. The camera is filming from a strange angle: it shows tables in the middle and two rows of high armchairs in staggered rows. On the right row I can see people, maybe Baraitser, on the left row it’s full too but I can only make out those I already know: Clair Dobbin thanks to his long blond hair. I think I recognise Fitzgerald next to Dobbin but the picture is quite distant. Besides I recognise Baraitser’s voice more than I recognise his silhouette.

Fitzgerald stands up, then it is Dobbin’s turn, Baraitser talks about the Extradition Act of 2003, then the lawyer quotes « section 1-3-4 ». The atmosphere is relaxed, familiar, like after a job where one would have done a « good job ». Summers is talking to the screen but he has the odd stuttering voice of Fitzgerald. I don’t know if I should concentrate on the debates or watch for the moment or maybe the camera will show Assange. Is he only there? No photo of him has been published for a year, on 13 January 2020 in the famous van de Serco outside the Westminster where he had met the president of Wikijustice Véronique Pidancet-Barrière, who had entered as a journalist, for an hour[3] … His face is still engraved in my memory, but I can’t print this image and I’m not good enough at drawing to recompose what I have in my head. It’s a great pity because I can only give you such an imperfect testimony…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture-ecran-Vero-Assange-1024x685.png.

The atmosphere is so relaxed in the hushed room that Mark Summers can be seen drinking his coffee at home while Clair Dobbin and Baraitser discuss the « costs of the trial ». I’m surprised: we’re not going to make Assange pay for the costs of his repression! It was the British Crown that agreed to prosecute him on the basis of the European Arrest Warrant as if the basis of the Extradition Treaty, let them manage to pay for their rental rooms at the Old Bailey! Suddenly I hear Baraitser talking to Assange, she talks about « remand in custody » until 6 January, and that « application for bail » will be considered. Finally someone has applied for release! But why on bail?! Julian Assange is NO LONGER being prosecuted, he should be out FREE THROUGH THE BIG DOOR!

Why is he still locked up? It’s not legal! If an extradition request is rejected, there is NO REASON for keeping a man in detention: it is arbitrary detention, hostage taking in fact. Remand in custody » only applies to those awaiting trial, but here there are NO MORE trials! The extradition procedure which is not a trial IS FINISHED! And even if the opposing party appeals, it cannot appeal because it is not provided for in the extradition treaty! The only thing the opposing party can do is to make another extradition request and go through diplomatic channels as it should be!

ASSANGE IS A MAN FREE OF RIGHTS. HE SHOULD BE FREE TO DO SO.

He should come out of the bunker at last, get out of the bloody box and go out into Old Bailey Street… He should be able to talk to the media himself instead of self-proclaimed wives or friends speaking for him. We should be able to talk to him and offer him our help for a stay with our friends in England, France or elsewhere. Moreover, after the verdict the court should give him back his passport and all his documents so that he can regain his dignity as a citizen. But I wonder if Julian Assange ever possessed the attributes of a citizen such as an identity card, a passport. No one would ever think of demanding that the system give them back to him, as if it were already normal for him to be a prisoner of war in a medieval regime. He is not guilty, but he remains captive. As one quickly gets used to the intolerable violation of liberties, for the last 2 years we have had the terrifying spectacle of it.

Julian Assange remains captive and that doesn’t surprise him either… Because suddenly, while a hubbub is perceptible on the screen signalling that the meeting is over, the camera zooms in on the left side of room 2 and shows…. Assange! It even shows him up close and at some length. I’m sitting 10 metres from the screen but I can see it clearly. Ellie points at the screen with great emotion and comments on what she sees. It’s never too much here to cross our impressions. The camera shows Julian Assange from the side: he is sitting behind a wooden fence but I don’t see a glass box. He is wearing a grey suit and a big dark blue or black scarf mask around his neck, the kind of big scarf you need when you are cold. And it’s cold in these walls and he’s cold, I’ve seen him with jumpers in the middle of summer. He has medium long hair like he did in 2009 and I feel like his face is hairless and he doesn’t wear glasses. As I can’t distinguish the features of his face, I concentrate on his gestures. First he sits down and leans forward to talk to someone. I see Baltazar Garzon! Garzon is indeed a chief decision-maker in this ceremony, but how can he sit in a British court when he is neither a lawyer nor a judge in Britain and when the Brexit is pronounced, any European regulations no longer automatically apply?

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est oWp-8jZEv9NIOX71l_q5KwXVcjQ.cnt_.jpg.
Julian Assange in 2011. As I was unable to take a photo on January 4th, I choose old photos where the expression on his face looks like the one I saw at the Old Bailey.

In any case, Garzon is the most important person who decides what happens next because Assange speaks to him at length after the verdict. But he doesn’t shake his hand as in the dramatic moments at the Woolwich Court in February 2020, there is no outpouring of emotion. Obviously the verdict was already known, moreover the judgement was published on the internet and it is obvious that Judge Baraitser did not write the 110 pages overnight but that it was known and ready well in advance[4].

Julian Assange’s attitude, his graceful gesture is the same as the man I saw 8 times in real life and 13 times on video. I saw him for 45 minutes on October 21 and January 13, for hours in February 2020 and then very fleetingly on December 20, 2019 and September 9, 2020. I notice that he looks comfortable, rather solid, not too thin. He doesn’t look like an autistic psychotic who wouldn’t understand what’s going on. This psychiatricisation is really abusive. Moreover, while I’m wondering how to do it, once I’ve seen him for HIM to SEE ME, Julian Assange gets up and turns around in front of the camera. I see him tall, but a little stooped, like on October 21, 2019 and September 9. He turns gracefully towards us like a dancer towards his audience. Like when he greeted us when he came out of the show on the 27th of February, the last day of the Woolwich Court. I have the impression that he knows that we are there, faithful against all odds… I lowered my mask so that in case there is still a possibility of seeing the public gallery now or later he can recognise me in my purple costume.

It’s over, the security guard is coming to pick us up. I send Ellie to talk to him while I stay to scrutinize Assange: I am not leaving until he is there or until I am fired. The camera continues to show him as the spectators below leave. Finally, with regret, I decide to get up… We talk to the security guard. The man seems to be as upset about this trial as we are. I ask him if the hearing on the 6th will be here or at the Westminster Court. He replies vehemently, « Madam, it will certainly be in the Westminster Magistrate Court! We have nothing to do with this trial! We are dealing with terrorists here! It is not our role to decide on extraditions! « He is wounded in his dignity as an honest working man who is asked to act as a guard to imprison journalists. I’m starting the conversation. I tell him that we know that the Old Bailey and its judges judge real criminals and not citizens guilty of nothing but publishing information and who should not be imprisoned at any time. But who is in charge, who is really organising the trial of Julian Assange? Who is imposing this spectacle within the august walls of the Criminal Court? The man won’t tell me, but he forcefully repeats that his institution has nothing to do with Julian Assange’s situation. It is not her who imprisons him. I tell him again that according to the Assange Law, he should go free from here the minute extradition is refused….

He agrees and this makes his refusal to take part in the masquerade all the more authentic. We explain to him, I the Polish, Ellie the Greek, how much we fear for ourselves and for our friends fighting in our countries if this dangerous precedent of extradition for political opinion were to be imposed. He listens to us and we kindly take leave of him and his colleague, a real armed policeman (we are dealing with terrorists here, Madam, real ones…- he repeated to us again at the end…). I come out exhausted walking through the long, austere corridors. Outside it’s still cold but it’s jubilant. 400 photographers and reporters surround us, we don’t really see who, Stella Morris or Hrafnsson. We look for the activist who kept Ellie’s mobile phone and we meet our French and English friends in the demonstration full of joy for once. But Julian Assange remains locked up. The hope of seeing him out on bail the day after tomorrow is tarnished by this obvious denial of justice that an innocent man, who is no longer being prosecuted by anyone, is still being held captive completely illegally. Under the storytelling pretext of an appeal that does not exist in the legal texts.*

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est city-of-london-police.jpg.

We have a large hot coffee in a single open Starbucks from where the employees are ruthlessly chasing us away: the famous Covid Rules! Stronger than Law and Human Rights! The new social and political standard for multinationals! I’m exhausted, I have to make my report. I take leave of my old and new friends and go back to the hotel. We have to prepare to go to Westminster Court for a final battle. But I saw Julian Assange. He is alive and well. This is so essential.


[1]  https://drive.google.com/file/d/1rCPKk9vdY29H_kaHjqeClvJtQ62_cw7W/view?usp=drive_web

[2] https://www.judiciary.uk/wp-content/uploads/2021/01/USA-v-Assange-judgment-040121.pdf

Page 100 à 110

[3] https://www.linkedin.com/pulse/audience-du-13012020-face-à-avec-julian-assange-véronique/

https://vk.com/@430817373-13012020-hearing-face-to-face-with-julian-assange

[4] https://www.judiciary.uk/wp-content/uploads/2021/01/USA-v-Assange-judgment-040121.pdf

For His Freedom and Ours – Part 1. Crossing Borders at the time of the Covid

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201213_115009-1024x576.jpg.
Dover, view towards France from the castle of Henri II Plantagenet

Julian Assange in the Old Bailey on 4 January 2021

Monika Karbowska

The decision delivered on 4 January 2021 in the Old Bailey building in London is known. It is a victory for the European social movements that have been mobilising to free Julian Assange for the past two years, and in particular for the French Yellow Vests movement. But it is also just one step in the war that opposes the people to the pseudo mafia elites who oppress us as much as they imprison Julian Assange. Indeed, we did not fight against the extradition of Julian Assange but FOR HIS LIBERATION. Legally, Julian Assange is a FREE man because he is no longer prosecuted by any jurisdiction. So why didn’t he leave through the front door of the courthouse at 12:25 pm immediately after the verdict was announced? Why is it that on 6 January 2021, after the secret dealings in the Westminster Magistrate Court, he is still not with us enjoying freedom, walking the streets, talking with us and preparing for a long journey to more welcoming skies?

I am going to answer this question with my article while relating the efforts I have made within the Wikijustice association to be always present at all its hearings. The aim is also to make my fellow citizens understand what we are living in Europe and how they must be prepared to fight for their freedom if they want to survive other than as serfs subject to the right of life and death of a mafia power. For we are no different from Julian Assange: prisoner for a year of arbitrary power, we live in our flesh the confinement and deprivation of rights by collective consent.

I had made a trip to Julian Assange’s last hearing to extend his « pre-trial detention » (or according to what Judge Ikram told me on October 29th, « call over hearing » on December 11th, 2020. I had taken advantage of this trip, which allowed me to get some fresh air by leaving France for a few days under an abject police yoke, where even the vital act of breathing was criminalised. I had enjoyed long walks without masks in the districts of Paddington and Islington and above all the joy of seeing life return to a peaceful London, of observing children and teenagers living their lives normally in training to the submission of the gag and the fear of the other. I had been happy to record the scenes of daily life in the reopened pubs and restaurants, the music, the encounters, the joy of life returning. I had even published and transmitted these images to friendly restaurateurs in France in order to incite them to fight for their reopening.

I had learned a lot from this trip and I wanted to share this information with my fellow citizens. Unfortunately the political power intensified its dictatorial pressure on us as the festivities approached and I had to participate in the finalisation of the International Wikijustice Complaint which became our main tool in the legal fight. Also working as a proletarian to provide for myself, I only had the time and strength to write my article. So I will include some information in this story so that it is clear what is at stake for ALL of US in the struggle for the liberation of Julian Assange.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est DUDH-capture-1024x576.png.

Travelling, Sovereignty and Fundamental Rights

I don’t understand why so many people around me in Western Europe are convinced that it is now forbidden to travel and that « the borders are closed ». The good news is that no, the borders are NOT closed and it is still as it was before March 11th « allowed » to travel. The bad news is that so many people don’t understand what their rights and freedoms are, being convinced that when five guys on television say something, not only is it true, but miraculously it becomes law. No, what the guys say on TV and even if their name is Macron, it does not have the force of Law and is not a REGULATION of our society.

Our society is based on a corpus of Laws whose hierarchy is established as follows: first at the top are the Fundamental Natural and Inalienable Rights guaranteed by International Texts including the United Nations Charter and the Universal Declaration of Human Rights and all the Human Rights Covenants in the custody of the UN. The right to liberty, life, security, inviolability of the home, privacy and the prohibition of torture are the fundamental rights that everyone should have in their heart and brain when they hear a man on TV telling him that « the state of health emergency forbids you to leave the house and that the police can come and check how many people are at the table ». These so-called « Covid measures » are simply forbidden by law and are therefore serious violations of the Universal Declaration of Human Rights.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est DUDH-droit-de-voyager-1024x576.png.

The UDHR also states in Article 13 that « everyone has the right to leave any country, including his own, and to return to his country »[1]. This is the basis of the « right to travel ». Naturally, the second floor of the Corpus is our Constitution, the foundation and most important part of which is the Declaration of the Rights of Man and of the Citizen of 1789 as well as the Preamble of the Constitution of 1946 which is part of the Constitution of 1958[2]. This « old text », as an unwise Internet user would say, is the basis for the fact that we do not need the authorisation of Castex or Macron to have the right to live. Article 2: « The aim of all political associations is the conservation of natural and imprescriptible human rights. These rights are liberty, property, security, and resistance to oppression ». Keep this in mind when Castex tells you on TV that the coronavirus forbids you to cross the threshold of your house, to walk in the street or to breathe without a gag. So our Constitution begins like this: « In the aftermath of the victory won by the free peoples over the regimes that tried to enslave and degrade the human person, the French people once again proclaim that every human being, without distinction of race, religion or belief, possesses inalienable and sacred rights. It solemnly reaffirms the rights and freedoms of man and citizen enshrined in the Declaration of Rights of 1789 and the fundamental principles recognised by the laws of the Republic ».

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Declaration-droits-de-lhomme-1789-1024x576.png.

On this basis, all laws, decrees and ministerial circulars must be in accordance with the Constitution and if they are not or if their interpretation is not clear, it is always the « inalienable and sacred rights » that prevail. There is no « health emergency » or other « emergency » that limits Fundamental Rights by any ministerial circular or « law of exception » issued as a matter of urgency by 5 individuals in an empty National Assembly. There is NO state of health emergency provided for in our Constitution. How many times must this be repeated? On this basis, and since the government knows very well that it is breaking the law, an arrest of someone who wants to « leave his country » is an arbitrary arrest. Likewise, the government has no right to prevent a citizen from returning to his or her country of nationality. To do so is a serious abuse, a very serious abuse of right. Banishment no longer exists in our civilization since the modern state was constituted as a Sovereign. Both banishment and arbitrary arrest are instruments of Tyranny, which is prohibited by Our Constitution. Resistance to Tyranny is provided for both in Our Constitution and in the Universal Declaration of Human Rights.

The sovereign state was hardly constituted on the basis of the definition of a single power over a territory defined by borders. It was the Peace of Westphalia of 1648 that established the legal premises of territory and borders. Sovereignty is from it defined as power over a territory to the exclusion of power of others over these territories. Clearly, states undertake not to interfere in the affairs of the other, to sow disorder, to pay internal enemies to destroy the internal neighbour[3]. Since the Revolutions of 1789 and the difficult struggle for Democracy and the Republic, it is the people who decide on their sovereignty and manage their territory » Constitution of 4 October 1958: « Title I – OF SOUVERAIGNETY ARTICLE 2. The motto of the Republic is « Liberty, Equality, Fraternity ». Its principle is: government of the people, by the people and for the people ».

A State is sovereign over its territory, which is delimited by borders. This sovereignty and these borders are valid if they are recognised by its peers, the other States. This is the foundation of RECIPROCITY, the basis of international law and the functioning of diplomacy. This is why international recognition by OTHER States is so important when a Nation wishes to create a State and creates, accedes to or wrenches its independence. Today it is adherence to the United Nations system and Charter that guarantees this independence and gives the Citizens of that State the security that their fundamental rights will be respected by their fellow human beings, the other humans in the world organised in the system. This is why borders are NOT a travel ban and not even an obstacle to cross. The borders of my state are also the borders of my neighbour, so I have to make sure that my state gets along with its neighbour so that I can travel to its neighbour. In accordance with the principle of reciprocal recognition, the rules for crossing borders must be clearly established, valid for everyone and identical for the citizens of both States. For hundreds of years, states have regulated their relations by bilateral treaties which have the force of law in their respective territories. These treaties are valid as long as other treaties have not replaced them (in the same way that a 200 year old Constitution is still valid even in the age of RNA vaccines and mobile tracing if it has not been replaced by another one).

Why am I writing this, which looks like a civic education course for 12-year-olds? Because I see that my contemporary fellow citizens have forgotten all about these basics or even never knew anything about them, convinced that Macron has the right of life and death over them or that the European Union has « given them the right to travel » and that now it is taking it away from them by the virtue of Véran’s decisions, so they must « stay at home ». « How could you go to Poland? I was asked half outraged half admiring in November. « Everyone has the right to leave their country, including their own, and return to it » – so I took the plane and then the bus back. In the same way the « Brexit » is not the « apocalyptic catastrophe » that uncultured storytellers repeat and sow the seeds of lies. Great Britain applies the bilateral treaties that it has signed throughout its existence and which have never ceased to be valid even when the European Union claimed to cap national jurisprudence with a hat of « universal supranationality », which in reality is illegal. The European Union is in reality only an International Treaty between 27 States – currently the Treaty of Lisbon. Moreover, what does Article 2 say? « The Union shall provide its citizens with an area of freedom, security and justice without internal borders, in which the free movement of persons is ensured. The Treaty of Lisbon is still valid and no coronavirus has the power to suspend it. The right to move within the EU is still valid, that’s why I went to Poland and came back.

And this is why I was able to go to Great Britain from 10 to 14 December 2020. After 1 January 2021 Great Britain and France returned to regulating traffic between neighbouring countries on the basis of a bilateral treaty. I invite everyone to read in the Official Journal the number of old bilateral treaties still in force: they are innumerable and regulate the circulation of goods and persons, as well as the rights of students, workers, social security equivalence, pension payments… it is a mine of very reassuring information which shows us that the « New World » of the neo-liberals is a cult myth: the world is still based on legal regulations and/or ancient or modern traditions but still valid as long as they are not denounced or cancelled. Don’t listen to the TV that makes you « seltzer water of our brain » (as we say in Polish). In this case it is important to refer directly to the legal texts and it is very damaging and abusive that France has not published the agreement it signed with Great Britain on 24 December 2020 after its blockade of the port of Dover. The era of secret treaties should be over!


[1] https://www.un.org/fr/universal-declaration-human-rights/

[2] Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 – Légifrance (legifrance.gouv.fr)

https://www.legifrance.gouv.fr/contenu/menu/droit-national-en-vigueur/constitution/declaration-des-droits-de-l-homme-et-du-citoyen-de-1789

[3] https://mjp.univ-perp.fr/traites/1648westphalie.htm

Crossing borders against fear on 10 December 2020

Perhaps it is because I am the daughter of a diplomat from communist Poland that I know that borders are meant to be crossed – legally. My father issued Polish visas for 42 years and he never thought that a visa could be an obstacle to come somewhere, on the contrary, according to consular law it is ONE RIGHT to come, to cross a border. In the 80s when I was a teenager every state in Europe had its borders. Each State had signed a multitude of bilateral treaties with all the States of our continent, which effectively formed a single civilisation. The most visible border was the border between the two systems, communist and capitalist, materialised by the Wall separating West Germany and the German Democratic Republic and surrounding the West Berlin enclave inside the GDR. But this border was by no means a mythical iron curtain, it was francissable and crossed on a daily basis. Tourists, professionals, students and truck drivers applied for short- and long-stay visas and travelled by train, plane and car in tens of thousands of individual travellers between East, West, North and South. Western European countries started to abolish visas among themselves to facilitate the tourist industry in the early 1980s, Eastern European countries maintained visas BETWEEN THEM, but these visas were only formalities and were granted by state travel agencies that organised and facilitated travel. Poles, Germans and Hungarians travelled to Yugoslavia and Bulgaria for the Mediterranean sunshine, while citizens of these countries came to ski in winter or visit Polish cities. The integration movement was also continuing here through bilateral regulation. In 1988 a Pole could travel without a visa to Greece and Austria to West Berlin, GDR, Hungary, Czechoslovakia, Yugoslavia for a short stay and they did not refrain from doing so. What was at stake was rather to force our state to grant us a passport « at home », whereas the communist system wanted to reserve the right to grant or refuse the right to a passport, and therefore to leave or return to its citizen. The first thing I did when I turned 18 in March 1989 was to ask for my passport and « keep it at home ».

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201213_113601-1024x576.jpg.
Channel port and canal at Dover, the entrance to Western Europe, the busiest maritime border in the world

Since then, I have crossed many borders, since Western Europe was a very difficult border for Eastern Europeans to cross until 1992, when the additional Schengen protocol was signed. From 1989 to 1992 a Pole had to prove that he had 500 FF (80 Euros) per day for just a 10-day tourist stay in France, a certificate of accommodation signed by a Frenchman and watch out for him if he exceeded his stay in France by one day: he risked having a no-stay stamp in his passport when he left the country! These were the conditions under which I came to France in 1992, like so many other Eastern Europeans, and we didn’t complain about them: it seemed natural to us that a sovereign state should control its borders. However, we would have liked the rule of reciprocity to apply to French nationals as well. But our countries were weak, on the verge of being colonised, and distributed residence permits generously to French nationals, whereas France refused our requests for long-stay visas and distributed « OQTFs » (deportation order – obligation to leave the territory) in response to our requests, rather than « carte de séjour », « permit to stay », until 2005. I know what I’m talking about, I was a foreign student with a residence permit without rights and precarious, then without papers, from 1992 to 2001

For me the way I can cross a border is the barometer of the real state of relations between the two neighbouring states. This is why it is important to turn off your TV and take the plane, train, bus, car and bicycle and go and test the reality on the ground, the reality of political relations. On 10 December 2020 I tested Franco-British relations by taking Charles de Gaulle’s plane to London. The airport was totally disorganised by the multitudes of people wanting to leave our country when entire terminals had been put out of use and the RER B, so crowded as normal, was deserted. It must be said that the air became unbreathable in our country with these « confinements », « prohibition to go out without aussweis » and « obligatory mask everywhere, for everyone and in all times ». The British Airways check-in counter was full of distinguished and rather elderly Englishmen who had chosen our country as their home for its lifestyle and social security… Both died. Hospitals are now mortuary places that anyone over 55 must avoid if they are ill, otherwise they risk « covid » isolation and sudden death without their loved ones being able to defend them. As for the art of living, you know what is happening in our empty, desertified cities with the brutal and abusive closure of cafés, restaurants, places of culture, associations, public meetings, places of worship, political parties, etc. etc. The list of prohibitions is as long as the day without bread of the serf before 1789.

The old English returned to their country loaded with heavy luggage, whereas young French took the plane for Asia, the place of the future where moreover one does not wear a mask everywhere, with all due respect to our friends on the left who think they are « more Chinese than the Chinese » by imposing the fashionable muzzle on us. The plane was full but the trip was very short and pleasant, I could see the mainland finishing, the grey inlet was spreading out for 10 minutes and here we were already landing in the fog at Heathrow after flying over Windsor Castle which is actually next to the international airport. The airport seemed huge to me, as big as the one in Beijing, quite luxurious. The rich or upper-middle class globalist public of the Commonwealth reminded me how much for a year now I have been living with the poorest classes, migrant workers in the Flixbus, migrants are Europeans who can be judged in this « Westminster Magistrate Court » where Assange is « judged » as a public of marginalised and homeless people living in the hostels in the surrounding district and often coming to the « demonstrations » in support of Assange. I was particularly displeased to see a very classy young man forcing a mask on their 2-3 year old child, they wore the tool on their own faces so proudly that it looked like social status again, an advertisement shouting « look, we are the new corona world ». But the real Franco-British border was actually very welcoming. The man in border police uniform was unmasked in his stall. He replied to my smile and asked me when he took my passport why I didn’t register at the automatic control reserved for « European nationals ». I answered spontaneously « Because I prefer humans to machines »! No further questions. He wished me a very pleasant stay!

Living Freedom in London in December 2020

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201211_104537-1024x576.jpg.
Demontration in front of the Westminster Magistrate Court the 11 december 2020

This beautiful welcome gave me a lot of happiness and courage! As soon as I got off the metro and having easily integrated a beautiful hotel in Paddington, I threw the gag mask on and went out for a very long walk with my nose to the wind north of Paddington – Abbey Road with the famous studios, Finchley Road with the small houses including Freud’s House and the Tavistock and Portman Center… I photographed and filmed the pubs and restaurants open to show that we lived normally here and that nobody was afraid of a covid. In a pub near Finchley Road I enjoyed my cocktail like a prison escapee and with permission I photographed the joie de vivre of the young people chatting there. The next day I was at 6am first thing in the morning outside the door of the Westminster Magistrate Court, tired but finally confident. Julian Assange still has to report to the remand centre, you have to be there, always, without exception, to show that you don’t give up.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201210_181235-1024x576.jpg.
A pub in Paddington the 10 december 2020
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201210_200637-576x1024.jpg.
Drink in a Pub at Finchley Road the 10 december 2020
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201210_195215-768x1024.jpg.
Breathing without a mask in London in December 2020

The next day, after Julian’s failure to appear but the appearance of a new judge, Judge Paul Goldspring, I still managed to go for a very long walk in the Islington area of North London. I wanted at all costs to walk a long way to enjoy the air without masks and the happiness of people to live normally. In this area live the Bobo middle classes but also the working classes of migrant origin in pretty brick blocks of flats in gardens. It is like a kind of Montreuil. I used to see young British people in groups in the pedestrian zone meeting up, kissing and laughing, then eating at the kébab together, then dancing in the street and chatting while listening to music at full speed…. I saw the children playing merrily everywhere, the parents walking around chatting and preparing Christmas shopping…. And I thought of the French children suffocating under the mask 10 hours a day… the youngsters languishing locked up at home without any contact that the computer…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201211_175357-1024x576.jpg.
Young people in pub with music in Islington on 11 December 2020
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201211_200916-1024x576.jpg.
Islington on Friday evening 11 December 2020

 I still cannot believe my eyes that we accept such tyranny and destruction of the Nation, of the People, of our FUTURE without thinking. In the land of Human Rights, the lives of children are being destroyed with relentless determination… In a modest neighbourhood pub I spent euphoric moments drinking a simple beer, listening to music and watching young people play billiards. In London on that day, December 12th, I felt Freedom like I haven’t felt it since 1991. And I understood once again that Freedom has always been my primary driving force. Freedom not to be locked up in my father’s house, freedom not to be locked up by a system. The freedom not to be poor and deprived of rights. The freedom to live with dignity. All those who are astonished that I am today against the covid dictatorship and that I do not consider the Chinese regime as our model (it is another question of knowing if « the Chinese regime » is indeed the one presented to us…) have misunderstood the deep meaning of my action and my political choices. Freedom is the condition for all political action. Without it we do not even choose the struggle for Justice. Without it we are no longer human beings.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201211_200955-1024x576.jpg.
Restaurant opened in Islington on December 11, 2020

While the police in France were ruthlessly hitting citizens in the street who had become serfs in their own country, I witnessed a scene that moved me with joy: at a crossroads, a crashed car was stopped in the middle of the street, behind it a municipal police car. Instinctively I tried to flee, as I do now in my home town of Paris, as soon as I saw a police uniform in the distance. Then I reasoned: no mask is compulsory, I have no reason to feel guilty. I approached to cross the street. And now I see that the perpetrator of the accident is a tall, totally drunk man who babbled in approximate English with a strong Ukrainian accent: « I assure you, Madam, that I am guilty, yes! I must never drink again! You were right to stop me! Take me to jail! I love my wife and children but I must stop drinking! « And then I see the young blonde policewoman holding the tall man by the arm and gently saying to him « don’t worry, we’re not going to take you to prison, but to the hospital where you’ll be treated », while her two colleagues were calmly discussing how they were going to get the car off the road. It was Friday evening, the man was drunk and dead, he had had an accident and he wasn’t afraid of the cops! If last wave migrants have such faith in the justice of the British police system, then yes, this country has a future! And will be able to rebuild a sovereignty!

Certainly, it was Islington and central London, Charing Cross station where I took the train to Dover was already another policy because obviously another municipality: even if the shops were open and the crowds were dense for Christmas shopping, the mask was severely imposed at the station and in the shops, while the big chains owning the restaurants imposed tracing by application. Not wanting the Imperial College of London managing the NHA to know where I eat and where I go to the toilet, I sat on the floor like in Paris with a coffee to go. Then I took the train and arrived in less than two hours in the small town of Dover at my small, cosy hotel in front of the station.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201213_093321-1024x576.jpg.
Hotel in Dover on 12 December 2020

Dover or the oppression of the poor

But after that it was a different story: I went out in the evening to Dover and walked towards the city centre, the imposing castle of Henri Plantagenet, the seafront and found the city unusually quiet and deserted for a Saturday evening. I found an Indian restaurant open and went in. In a small hallway a man explained to me that the « corona » state had been declared in the area and that therefore only take-away sales were allowed. The man sold the food to me at a high price and again he made me wait outside in the cold as if my presence alone brought the plague to his establishment. I wanted to plant it there but there was nothing else to eat in the town and all the other pubs and restaurants were closed. On my way back I came across the police for the third time as they were touring the small town. I lengthened my stride to lock myself up in the hotel, rediscovering my reflexes of France under dictatorship: find or hide, building site or bush so as not to have to risk the arbitrary violence of the cops. Because yes, I know how to cross borders but I am like everyone else when faced with violence from the cops: I am afraid and I try to avoid it. What I would like is NOT TO HAVE TO BE FEAR OF THEM. It’s to live in a democracy where the cops respect my rights and the Laws. Suddenly around midnight, while the streets remained deserted, cars converged on the countryside to what must have been private parties in the houses… Good thing that the youth is having fun, in this world of bullies, we need to LIVE!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201213_105903-1024x576.jpg.
Dover, the Castle on 13 December 2020

The next day I had to face the famous lockdown in the Kent region: in the centre of Dover there was still a bookshop, a toy shop, a souvenir shop open but the owners didn’t know what to do with their goods, only the poor man’s 1 pound supermarkets were making money. I found a small café that made good british breakfasts and was happy to talk to the owner a very friendly Indian coffeshop owner who also allowed me to use his toilet. For him as for everyone else, the covid is pure political bullshit with which the rich cheat and still oppress the poor. But he blamed the British government as a whole without being able to explain the role of the municipality of Dover, which, led by very covidian Labour, adds bans, regulations and police threats to a small town that needs tourism to survive. Covid propaganda was omnipresent in Dover in the form of posters and illuminated signs, while in Paddington and Islington in London at the same time there were no masks in many shops! The man believed as strongly that the vaccine would stop the madness and I could not warn him against a belief that would no doubt hold him. He even allowed me to sit down and welcomed in his shop an old neighbour who had just come to talk to him… Coffee is used to meet, not just to warm up in winter and consume… That’s why the Covidian sect wants to destroy the notion of a meeting place…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201213_111544-1024x576.jpg.
Going up to the Castle of Dover

After having had breakfast on a bench in the rain, I ended up going up to visit the superb Chateau des Plantagenets, built in the time of the Normans to protect themselves from France! The castle has always been the « guardian of England » and its fortifications were used against Napoleon’s blockade and the first cross-channel bombs of the German « Big Bertha » that managed to reach the island were improved or sent back to the mainland. The castle of Dover is also known to have been the headquarters of the British army’s operation to reembark from the beaches of Dunkirk in a France that was in disarray in July 1940. This masterful operation, considered a victory by the British (and a defeat by France, whose soldiers were nevertheless able to avoid captivity by being evacuated to England by the flotilla of « little ships », the fishing and trading boats that took part in the operation…) was organised and directed from the headquarters located in an underground passage inside the cliff below the castle. The underground, which has an equipped hospital, can normally be visited, from the headquarters you can see the French coast and the port, below, you can see the windows and air vents of the military installations in the cliff. I contemplate the magnificent view towards France behind the busiest arm of the sea in the world and I regret not being able to visit the underground, which is a landmark in the history of the heroic struggles against the Nazis.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201213_115658-1024x576.jpg.
Dover Castle, December 13, 2020

The covid madness prevents travel, tourism, knowledge, closes museums and libraries.  I am the only tourist, some other inhabitants walk their dogs on the castle site. The employees are obliged to register on an electronic register in order to trace me in case of a covid, they do their job of tracing but do not hide the fact that they would all like to return to a normal life.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_0249-1024x768.jpg.
Roman lighthouse and 11th century Norman church at the top of the Dover Cliff

What I remember is that the Gothic castle of Henry II Plantagenet is as much a guardian lighthouse as a bridge to the continent (moreover, the oldest part of the castle is a magnificent Roman lighthouse which is very well preserved), France and England do indeed have a common history and civilisation and the Dover crossing is only closed in times of war.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201213_122516-1024x576.jpg.
The Anglo-Norman fortress on the west side
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201213_1243080-1024x576.jpg.
Dover, building from 1945-55 on the seafront
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201213_125056-1024x576.jpg.
Stylish houses under the cliff towards the port at Dover – above are visible the military installations in the cliff

I walk down gently from the cliff to the gate below. I walk along a series of high brick blocks of flats overlooking the waterfront, an interesting example of innovative social architecture after the war. An armada of lorries passes me and rushes towards the ferries already waiting at the quay. To my left the small houses blocked under the spectacular cliff, to my right the sea.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201213_125338-1024x576.jpg.
Houses huddled under the cliff near the entrance to the port of Dover

I arrive at the Port Authority building, which is also the ferry terminal. A sign indicates to the cyclists that they must continue on foot to enter the boat. The station is a large hall under the « foot passanger » sign, with a closed café, toilets and offices. It is deserted except for one man alone behind a ticket office. I show him my paid ticket on the internet. He asks me why I don’t have a car. I’m taken aback, I tell him that I’m a « football passanger ». Of course, when I took the ticket on the internet, it drew my attention to the fact that it was compulsory to indicate a car, a truck or a bicycle but I thought that the company just wanted to make more money, so I ticked « bicycle », telling myself that cycling or walking is the same after all you are obliged to leave your bicycle in the hold and you go up to the passenger part on foot! But now the man refuses me access ! He tells me that without a bike I’m not allowed to get on the boat ! That with a bike I don’t have the covid, but if I don’t have a bike I’m going to bring them the covid !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_0272-1024x768.jpg.
Entrance to the Dover ferry terminal with the indication « Foot Passenger ».

This seems totally absurd and I try to reason with him logically. What’s the importance of having a bike since anyway, as it says on the sign opposite « cyclist, get off your bike and walk to the 2 ferry bridge »? I get angry that I paid for the ticket, that they don’t give me the money back… I despair how I’m going to get home. I ask him, but who made such absurd rules, of which you are not warned anywhere because the « foot passanger » sign is always in a good place above the station entrance? The man refuses to talk to me, he doesn’t want to give me a phone number of a superior, he obviously sends me back to the internet (refer to internet sites where there is no valid information, the best parade of small chefs anno domini 2020). The only information I managed to get out of him is that it was the ferry company, DFDS, that took the decision to ban foot passengers and that this absurd ban has been in force since last March, the first lockdown covid and has never been lifted.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201213_130616-576x1024.jpg.
« Foot passenger » – passengers without vehicles have always crossed the Channel on the ferry – before the covid…

It is for me a surprise and a shock, I didn’t expect what looks very much like a form of border blockade. How to find a car to get through when Flixbus is still suppressed, the London TGV costs 260 Euros and the plane ticket to Paris 300 Euros? While France is right opposite, I could see the Calais coast from the top of the cliff? I leave to seek help from the real authorities – the police. I cross the road crossing and find myself in a pedestrian-free area near the border post where we are usually checked before the ferry when we travel by bus. Some policemen come out and I run to tell them about my misadventure and ask for help. They are friendly. One of the policewomen, sincerely concerned about my situation (it’s raining, it’s cold, I’m a lonely woman stuck in the port with a suitcase who can’t get on my ferry) accompanies me to talk to the man from the port authority. When he sees her there with me he is obliged to be kinder, but he doesn’t give up: « It’s the law, it’s like that because of the covid. No passengers on foot. If she has a bicycle she passes ».

The policewoman is perplexed, but she is visibly powerless. The private transport companies can refuse whoever they want and they are the ones who, as is often the case, decide on absurd pseudo covid prohibitions. I suspect that it is the French government that wants to break the cross-Channel passenger movement and that is why it has banned the cheapest pedestrian crossing. As Macron can’t do it openly, it is evading its bans from private companies who pretend to be the law, like Flixbus, which forces travellers to undergo illegal tests in Berlin, or Ryanair, which is summoned to collect health data on its passengers on behalf of the Polish Sanepid[1].

The English policewoman understands my distress. She offers me either to buy a bike on the spot (so you can pass by and keep the bike, it will be as much as a plane or TGV ticket…) or even to find a car that will take me as a hitch-hiker for the crossing, since the covid leaves cars alone… Why not a truck? Dover is full of Polish trucks and I will eventually find a helpful Polish driver who will help me. That’s an idea. I can remember my first adult trips to Europe – I hitchhiked across Europe several times in 1989, 1990, 1991 and 1992. At that time I was 18, 19, 20 and 21 years old I was a student in Warsaw I had no money to pay for bus tickets, let’s not talk about the plane which was a luxury! So I went to Warsaw-Paris every summer with truck drivers who were already transmitting information to each other via the CB. It was still a very bohemian world, without insecurity. The truck drivers were adventurous french workers who had chosen this profession to move and travel. Some of them had travelled all over the world, on long roads in Asia and Africa, they had things to tell, they were politicised. They took hitch-hikers for conviviality and conversation, so as not to fall asleep at the wheel. And they enjoyed my high-level conversation, while I was always very careful not to let the slightest flirtation settle in, while staying on the quivive. After all, I wanted to live my freedom, but even though I had done karate, I knew that a young lady alone with a man in a truck that serves as a home for the man, it could become dangerous for her. In 1991 I went to Warsaw Paris with my cousin Jeanne and we made the round trip with the same nice truck drivers. And in the summer of 1992 I hitchhiked to France for good, in a context of political and economic crisis, galloping inflation and the destruction of our social life in Poland.

In 2020, in the context of unbridled globalisation, hitch-hiking has almost disappeared and has been replaced by BlablaCar, but not for free. However, the current situation is still changing the situation. I need help, why not give it a try. Back in the central square of Dover I launch an appeal on the Facebook groups of Poles in England. I’m mainly directed to the minibus companies that make the journeys from England to Poland, but they’ve already left. Nobody leaves London before December 17th. My nice Indian cafetier points out a truck car park near the seafront. I walk down a long avenue by the seafront next to some rather expensive hotels that seem to be both open and closed – in fact they have to take in customers but take care that this is not visible from the outside. It’s cold and damp, I’m fed up with this policy that makes us tramps who have to eat and drink outside, who don’t have or go to the toilet, who don’t have or get warm. But this is only the beginning of the ordeal. My friends at Wikijustice are looking for another solution to avoid coming back to London, Calais is just across the Channel, within easy reach. There are other boat companies. But do they accept passengers without bikes? No, all of Dover is blocked. No vehicle, no passage.

I return to the shopping centre in the city centre. What if I buy a bike? But apart from cheap groceries, a clothes shop and a cosmetics drugstore, there is nothing in this small town that smells of desolation and economic stagnation. The vast tourist office in the central square is closed down. Tourists are asked not to come any more, tourism is decreed dead by the Labour municipality. Realising that buying a bike in a town I don’t know is mission impossible, I Google what looks like a large truck car park, where the drivers eat and take their obligatory breaks. I find out about a taxi that agrees to take me there. It’s 10 kilometres away in a business zone upstream from the city.

The man is an elderly local inhabitant, a philosopher. For him, the closure of the Channel to tourist passengers and the « Coronavirian » lockdown is a war waged by the opulent capital against the poor provinces. While London is having fun the regions are asphyxiated and impoverished under a covid pretext. For him there are no sick people in the region, the death toll is a lie, and those who have died had to have other diseases for which they have been very poorly treated since the privatisation of the health system. I say to him again that he is still lucky not to suffer the curfew, the total destruction of social life and the compulsory mask everywhere, including for small children, like us who suffer a lot in France. He listens to my information and wonders aloud if Macron and Johnson did not agree to oppress the little people with their « whore » of a covid… It is a very Yellow Vest opinion, he is moreover admiring of our movement and believes that we need some here

It is an instructive and enjoyable exchange. For the modest sum of 9 Pounds he takes me to a suburb where I find myself in front of a large fenced car park where hundreds of large trucks are parked. There is a small refreshment bar where the drivers can eat, but I quickly realise that the large gate watched over by cameras and the fence bristling with spikes are more reminiscent of migrant or prisoner detention centres than a friendly stopping place. I am not mistaken. No sooner had I approached the fence than a surly white English came out of a building, ordered me to leave and threatened me with police action if I didn’t obey. He looks like a slave guard, although he is obviously a proletarian himself. I politely explain my situation to him, I just want to talk to a Polish truck driver and ask him to cross with his vehicle. I don’t want to force my way through, I ask him for help. It’s a waste of time. The man shouts at me and orders me to get out of the way, but when I insist, pointing out that I am alone and lost, he tells me to go and see if there are any Polish truck drivers further away who are not parked. Indeed some 200 meters further 3 or 4 trucks are badly parked on the side of the road swept by the winter rain.

They are all Polish. I knock on the door of the first one. A dishevelled man gets up from the back cab and opens the window. I apologise for waking him up and we start talking. He is moved by my situation. A Pole can’t leave a fellow countrywoman alone on the road with a suitcase. He struggles to find a solution for me, calls colleagues. I tell him how the English security guards chased me from the car park to the truckers. He confirms, « It’s a prison, this thing. I avoid going there, there was no more room anyway. I put myself on the side of the road and now I have a 35 pounds fine to pay ». He tells me a little bit about his life, his job. In fact, he comes from Silesia where he is a farmer, he makes up for the family’s income with road transport. « Almost all the truckers who pass through Dover are Polish, and we all transport food products. Without us the English would have nothing to eat. He has not yet been able to deliver his goods to a warehouse 100 km east of London. He’s annoyed, he doesn’t have the assurance that he will be able to deliver today. « The earliest he can deliver is 8pm and I’m back here in the night. And all his colleagues are in his case. I take his phone number and I take my leave. At least I have understood how cross-Channel trade works.

When the TVs show the hundreds of trucks blocked at the port of Dover by Macron’s decision to subject all truckers to the PCR test, when I see Polish truckers invading the highways protesting against the blockade preventing them from resting with their families at Christmas, I will think very highly of him and his colleagues. I hope I have given them words of comfort and perhaps stimulated their revolt a little.

On his advice, I return to the car park getter of the truckers who go out to ask them if they are going to sea. A Czech, Romanians leave the car park – prison, but they are going to deliver. The guard chases me away from the gate again. I start to let go, it’s pitch black, the rain is heavy and my feet are wet and frozen. I risk not the covid, but a severe chill. I decide to call my taxi. But I still have to call an English truck driver for help as my phone is no longer working in the storm that is intensifying. The guard shouts at the truck drivers in the security guard’s uniform and insults me for the third time. The time when I was negotiating my passage through the truckers’ car parks seems as far back as the Neolithic period. Today’s drivers are no longer free to move around, to live their lives, they are forced to do so. Even if I find one who says that the port cops will accept me on board? What if they make me get off and I’ve made all this effort for nothing?


[1]

The Polish Sanepid has been, since its foundation by the communist system, an authority controlling the hygiene of products and services and their compliance with standards and laws, such as the General Directorate of Fraud Repression. With the covid dictatorship the Sanepid became the morality and health police and obtained the right to lock people in quarantine and punish them with fines – which is totally illegal and alien to its primary mission and contrary to the Polish Constitution.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20201213_122825-1-1024x576.jpg.

Calais Dover same fight

I am relieved when after 15 long minutes the taxi arrives. I can’t wait to leave, I decide to come back to London. I tell my story to the taxi driver who agrees with me. « Go back to London Madam, I’ll tell you what’s going on ». He is of Indian origin, he is a young man. He usually works a lot with tourists. « It’s a tourist town. I usually go to France all the time. I go to Calais, I bring customers back, they visit the town and the castle, I take them to France. Sometimes I pick up clients at Roissy airport. From the covid they do everything they can to stop people passing by. They ruin the town, the region. We need the passage to France to live. Do you know why they do this to you, forbid pedestrians to take the boat? Because a lot of people from Dover go to work in Calais in the port facilities. Or go shopping or go for a walk. It’s an hour, 45 minutes by boat, they come back and that’s how the town lives. Now it’s dead, there’s nothing, it’s misery ».

 He blames the Johnson government for the situation, so incomprehensible is it that the government knowingly decided to kill provinces that were already in bad shape. But he agrees with me that « their covid story is like a secte story, they’ve gone totally crazy with it. They want to kill us by preventing us from living, by forbidding leisure activities, outings, pubs, meetings. It’s inhuman, they want to destroy us ». And yes, it is a policy, because for him there is no disease.

But he advises me not to stay here. « Trying to buy a bike is difficult and they will do everything they can to prevent you from passing by. At the end of the summer I had to take a Frenchman with a bike in a taxi. But they refused his bike in the boat, they said his bag was too big! So the guy had to take the taxi to get through. But it’s going to cost you a lot of money because you pay the taxi on the way there and then also the return of the taxi by boat. It’s not worth it ». Indeed, the powerful of the sect in power do everything to persecute the poor, to ruin them, to plunder them and prevent them from living, even enjoying the air, to mask them, to gag them, to muzzle them, to kill them. To kill them. The world has gone mad.

We agree on this. When the taxi arrives at Dover station, the police are already in ambush. I decide to leave for London. The cops are waiting for who knows what and who on the platform. I don’t want to stagnate, I am relieved when the train arrives. I am forced to take another hotel near Saint Pancrace and return the next day by TGV. The TGV will have cost 220 Euros, I had to ask for help. I also lost a day’s work, which is heavy for me. But Julian Assange’s Freedom, which is also ours, is at this price.

I can’t not at least try to stop the persecution. Trying is believing, having faith. And only action leads to Victory. I must believe in Victory, so I will return as soon as possible for January 4th. In the meantime Wikijustice will have circulated its International Complaint to hundreds of deputies, senators, heads of state and courts of justice in many countries[1].

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Plainte-illustration-1024x576.png.

 « Dojdiem do Berlina » – « We will arrive in Berlin », this is how Soviet soldiers greeted each other during the war. Our Berlin is to bring down this hidden sect of powerful people who are imprisoning it and oppressing us. « Doszli ». « They have arrived. That was the slogan of Victory.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est red-army-soviet-propaganda-poster-end-of-the-war-hero-great-patriotic-wwii-all-hail-the-red-army-l.-golovanov-1945.jpg.

[1] https://drive.google.com/file/d/1rCPKk9vdY29H_kaHjqeClvJtQ62_cw7W/view

http://monika-karbowska-liberte-pour-julian-assange.ovh/wp-content/uploads/2020/12/Plainte-Wikijustice-pour-Julian-Assange.pdf

Après le 6 janvier – le « Parakratos » à Londres, l’illégalité de la « détention provisoire » de Julian Assange et l’illégalité du test PCR à la frontière

Après l’épreuve des 8 heures passées dehors le 6 janvier devant la Westminster Court, je dois me réchauffer et me reposer de longues heures dans mon hôtel pour me remettre de ma déception de ne pas avoir vu Julian Assange libre ni de l’avoir vu tout court. Comme toujours j’ai l’impression qu’il suffit de le voir pour ouvrir les portes de ces cages factices et de le libérer. C’est encore plus rageant aujourd’hui alors qu’il est JURIDIQUEMENT libre et ne devrait PAS être enfermé. Je ne me résouds pas à quitter Londres car je garde toujours l’espoir d’un miracle, d’un retournement de situation. Après tout les policiers de la MET ont bien expliqué qu’Assange était en quelque sorte un captif privé, un masque de fer embastillé par des décideurs politiques sans que les libertés et droits propres à une démocratie soient respectées. Mais aujourd’hui nous sommes des peuples entiers à voir nos Droits remis en cause massivement par le pouvoir politique et nous ne nous défendons que mollement « dans l’espoir que ça s’arrête » !

Le lendemain je descends discuter dans les cafés du Norfolk place. La voisine du Frontline Club, au Panache Café, écoute ma déception malgré tous mes efforts de la veille et me dit avoir justement vu Vaughan Smith le soir même entrer dans son club. Elle lui avait dit « vous devez être triste que votre ami n’a pas été libéré », Vaughan Smith lui aurait répondu, énigmatique « Nous ne verrons bientôt » . Il y a-t-il des négociations secrètes pour la libération de Julian Assange conditionnés à son accord à quelques arrangement qu’il refusait jusqu’à présent ? Peut-être.

l’Allée de Kensington derrière le manoir de Kensington vue à partir du parc: ambassades et hotels particuliers des « royaux » interdits de photo

J’ai très envie de filer sur une côté anglaise au bord de la mer passer quelques jours au calme. Mais le gouvernement a actionné les interdictions covidiennes et je ne suis plus si sûre de trouver un hôtel dans des endroits inconnus. Je décide d’abord de faire un tour dans le centre-ville, le Hyde Park et le quartier Kensingnton et Knightsbridge. Le 7 janvier l’ambiance dans cette partie de Londres est étrange. Une partie de la population obéit à la peur de l’épidémie, ne sort plus que pour faire des courses alimentaires et porte le masque. Une autre partie refuse de se plier aux injonctions de la classe politique et manifeste sa désapprobation simplement en marchand. Les rues sont parcourues par de nombreuses voitures de la MET qui n’arrêtent personne, mais créent une ambiance pesante. Les habitants de Londres se concentrent dans le parc comme s’ils s’y donnaient rendez-vous. Le temps est très froid et ensoleillé, les gens marchent, courent, font du vélo, promènent des chiens, jouent avec leurs enfants, nourrissent des écureuils, discutent, boivent du thé, du café et des soupes chaudes vendus dans quelques pavillons à emporter. Ils se rassemblent imperticiblement et dans le parc la police qui patrouille sans arrêt ne réussit pas à leur faire peur. On a l’impression de participer à une protestation aussi silencieuse que déterminée. Je suis le mouvement et je suis contente de profiter de l’air sans masque.

Norfolk Square coeur de Paddington avec les hotels déserts et en travaux, le quartier ou Julian Assange était mis en scène en 2010

De retour à mon hôtel, je prépare mon départ en France mais je réfléchis déjà à mon futur retour à Londres. Julian Assange sera-t-il présenté tous les 28 jours pour les fameux « call over hearing » qui m’ont fait venir ici pendant 1 an et demi? Je veux vérifier ce que le droit anglais dit à ce sujet, bien qu’il soit évident que Assange est « hors droit », maintenu arbitrairement puisque libre juridiquement et physiquement toujours captif. C’est alors que je découvre sur internet que… le nom de « call over hearing » n’existe pas dans le droit britannique ! Les juges auxquels que j’ai à chaque fois posé des questions nous assuraient qu’il FALLAIT que Julian Assange comparaisse tous les 28 jours pour prolonger la détention provisoire car c’est la loi, de même que les avocats polonais n’ont pas dit la vérité. Ont manipulé la vérité. Le nom de « call over hearing » n’existe que dans le droit australien et désigne les audiences qui préparent un « planning » du procès[1]. Dans le droit britannique la détention provisoire s’appelle « remand in custody », (j’ai entendu Baraitser et les autres prononcer ce vocable plus de 15 fois) mais il n’est PAS possible de prolonger cette détention indéfiniment. Au contraire, la limite de la détention provoisoire est très clairement fixée dans la Loi, par le «Section 22 of the Prosecution of Offences Act 1985 (POA 1985 »), et le « Prosecution of Offences (CTL) Regulations 1987 » et cette limite est de… 56  ou 70 jours pour un délit jugé une Magistrate Court et 182 jours pour un crime jugé par une Crown Court ! Or, l’extradition est toujours jugée par une Magistrate Court et Assange est emprisonné depuis 20 mois, soit plus de 600 jours, 10 fois plus que la norme légale du « Custody Time Limit » (limite de la détention provisoire !)

Je suis sidérée par cette découverte et furieuse d’avoir fait si longtemps confiance aux juges et avocats et n’avoir pas vérifié directement sur les textes de Loi !

Mais le meilleur est que « si le procureur ne parvient pas à constituer le dossier d’accusation dans le cadre de cette limite de temps, l’exception au droit à la libération conditionnelle cesse de s’appliquer. L’accusé a de ce fait un droit absolu au bail, c’est-à-dire à la libération »[2] !

L’accusation peut demander une prolongation de la détention provisoire, mais ne peut pas utiliser comme argument sa propre incapacité à présenter des raisons valables d’emprisonner le citoyen. Si l’accusation ne peut amener d’éléments nouveaux dans le délai le plus court, le citoyen est relâché. Les raisons pour lesquelles l’accusation peut demander le maintien en détention sont l’absence ou la maladie de l’accusé, d’un juge ou d’un témoin important. La deuxième raison est l’existence d’une procédure annexe décidée par le tribunal s’il existe plus d’un accusé ou plus d’un délit. Je comprends maintenant à quoi servaient tous les étranges débats de « secrétariat » parsemant la procédure judiciaire contre Julian Assange. Je me rappelle de Clair Dobbin « indisponible à cette date », ou du « juge untel en voyage » ou des « spanish witnesses » (témoins espagnols) si indispensables qu’ils justifiaient à eux seuls l’emprisonnement d’Assange… Ces atermoiements servaient à avoir une raison pour prolonger la détention ![3] La fameuse « procédure espagnole » servait donc à cela également : débuter un procès parallèle pour donner à Baraitser la possibilité d’ordonner sèchement à Julian Assange « you remand in custody » chaque mois, 20 fois, de septembre 2019 à décembre 2020 ! Mais le grand problème est que les avocats de Julian Assange ont joué à fond le jeu de l’accusation, sans jamais protester contre l’emprisonnement arbitraire de leur client ! lls ont été et sont toujours totalement complices du crime !

L’unique fois ou les 28 jours s’appliquent n’est que lorsque la Public Prosecution Service (Service d’Enquête Publique, le système d’accusation) arrête la personne et a 28 jours pour constituer un dossier d’inculpation avant de devoir obligatoirement la présenter au juge. Et encore, pour pouvoir exiger de quelqu’un une détention provisoire, il faut que les accusateurs prouvent qu’il y a eu crime et que l’accusé peut effectivement se soustraire à la justice. Julian Assange n’a commis aucun crime et n’a d’ailleurs pas été accusé d’un crime lorsqu’il fut emprisonné officiellement en mai 2019 : une demande d’extradition n’est pas un crime, une intrusion informatique n’est pas un crime et interrompre sa libération sous caution n’est pas un crime non plus, tout juste une infraction pour laquelle on est sanctionné par la perte de l’argent de la caution[4].

 Dans la cas Assange tout est fait par tous les protagonistes du jeu pour créer une fausse justice parallèle avec des fausses lois et des fausses procédures, comme si les règles juridiques de la Grande Bretagne en tant que pays n’existaient pas, comme si on jugeait Assange dans un pays étranger, un Etat parallèle, un « parakratos » comme les Grecs qualifient si judicieusement leur « Etat profond ». Le Parakratos est un Etat illégal régit par l’oligarchie qui se moque de la démocratie formelle. La Grande Bretagne est régit par un « parakratos » qui se moque du « Custody Time Limit » et autres formalités des droits de l’homme dans le cas de Julian Assange[5]. D’ailleurs les mots de « Custody Time Limit » n’ont jamais été prononcés lors de ces 20 audiences auxquelles j’ai assisté, comme si justement il était entendu que pour Juliana Assange la captivité sera « no limit ».

En tout état de cause le procès doit se tenir 182 jours après l’inculpation qui doit être présentée 28 jours maximum après l’arrestation, soit 6 mois. Je comprends mieux pourquoi il était urgent que le procès à la Woolwich Court se tiennent en février et pourquoi il fallait de fumeuses « nouvelles accusations » pour remettre Assange en captivité jusqu’au second procès en septembre.

Le site de conseil aux prisonniers en Grande Bretagne est encore plus explicite quant aux droits des accusés et à la présomption d’innocence puisqu’il explique qu’il existe « une présomption en faveur du bail », la libération conditionnelle. C’est-à-dire que c’est à la puissance publique de prouver que l’accusé doit être maintenu en détention car il peut s’enfuir ou interférer dans l’enquête. Ce n’est pas au citoyen de se justifier mais bien à l’accusation. Si l’accusation ne peut prouver les mauvaises intentions de l’accusé, celui-ci est libéré automatiquement sous certaines garanties comme une adresse stable ou sa présentation régulière à la police[6].

Dans le cas d’une extradition, il est impossible à l’accusation de mener une enquête sur les intentions de l’accusé puisque par définition l’enquête se passe dans un pays étranger. Voilà pourquoi les Polonais qui fréquentent la Westminster Court sont systématiquement relâchés dès la première audience et se présentent libres au tribunal par la suite. C’est logique : si la Westminster Court devait mener des audiences de prolongation de détention provisoire tous les 28 jours pour les milliers de cas d’extraditions, l’engorgement serait tel qu’il serait impossible de mener la moindre affaire à terme. Effectivement je n’ai jamais vu un Européen de l’est figurant sur les listes de la Westminster comparaitre deux fois. Pourquoi cela ne m’a-t-il pas mis la puce à l’oreille ? Parce que les avocats et les juges m’ont menti, ont endormi ma méfiance en me faisant croire que dans le cas de Julian Assange tout était normal. Comme si Assange était un espèce de criminel monstrueux, un Elephant Man pour lequel il fallait créer des normes spéciales…

Il est évident que le Mandat d’Arrêt Européen suédois ubuesque devait comporter la case « rape » (viol) cochée en rouge, sinon il aurait été impossible d’emprisonner Julian Assange en 2010, de lui faire payer une coûteuse caution et de le maintenir presque deux ans de décembre 2010 à juin 2012 années sous bracelet électronique.

Un document du Home Office de préparation des extraditions après le Brexit et daté du 19 juin 2020 stipule même que le « Custody Time Limit » pour les extraditions est le même que pour les citoyens poursuivis dans le pays, soit 56 jours prolongeables à 70 jours, maximum 182 jours d’ici le procès[7]. Julian Assange a déjà fait le double du temps autorisé… et est toujours en captivité. La Westminster Court viole même les règles du Ministère de l’Intérieur !

D’ailleurs, ce même document précise qu’il est impossible d’arrêter un citoyen sans… mandat d’arrêt. Cela semble évident, mais il faut se rappeler qu’aucun mandat d’arrêt n’a jamais été présenté à Julian Assange ! Assange a glissé de sa « punition » pour rupture de bracelet électronique en 2012 à une captivité indéfinie sans jamais qu’aucun mandat d’arrêt ne soit produit ! En effet, c’est à l’audience du 20 septembre 2019, alors qu’il avait FINI sa peine que le mandat d’arrêt aurait dû être présenté ! Que s’était-il passé alors ? Assange n’a pas été présenté à la cour et il n’y avait aucun avocat ! Je l’ai vu moi-même puisque ce fut ma première irruption à la Westminster Court. C’est parce que nous avons sonné l’alarme que le 11 octobre 2019 les geôliers ont bien voulu nous montrer en video un Julian Assange hirsute et mal en point comme ils montreraient un Edmond Dantès après des années d’oubliettes… Inutile de préciser que les avocats d’Assange ne se sont jamais émus outre mesure de cette « formalité » qu’est l’absence d’un mandat d’arrêt comme s’ils avaient déjà acté le retour nécessaire de notre vie à l’Ancien Régime!

Je me rappelle des procès retentissants du règne de la reine Victoria, surtout celui des « petits télégraphistes », ces jeunes garçons prolétaires violés et prostitués par des artistocrates en vue : seuls des lampistes, des souteneurs intermédiaires, avaient été inculpés et condamnées[8]. Le petit-fils de la Reine Victoria, Victor Albert « Eddy » de Sachsen Cobourg Gotha, héritier du trône, avait été accusé par des témoins et des victimes d’avoir participé à ces viols. Le procès fut interrompu pour éviter que ce nom n’apparaisse en public et la police avait reçu des pressions si fortes du Palais qu’elle n’avait jamais pu mener son enquête à bien. Lorsqu’en Grande Bretagne il est impossible de citer un nom dans un procès, on peut être certain qu’il s’agit d’un membre de la famille royale au pouvoir impliqué dans une sale affaire. Les règles de la Common Law avaient été si massivement violées que la presse d’opposition a pu faire de l’affaire une arme pour contester la légitimité de la royauté. Aujourd’hui, avec le non-droit dans le procès de Julian Assange nous ne sommes décidemment pas loin de l’époque victorienne puisque même les procédures du ministère public ne s’appliquent plus. Pire, contrairement au 19 siècle, les citoyens sont chassés du tribunal et la presse triée sur le volet !

les telegraph boys- victimes du petit fils de la reine Victoria et d’aristocrates en vue. Dessin paru dans la presse couvrant le procès des souteneurs lampistes

Uncovering Cleveland Street: Sexuality, Surveillance and late-Victorian Scandal – NOTCHES (notchesblog.com)

Emprisonnement à Kensington selon une BD

Avant de quitter le quartier je rends visite à mes relations et connaissances : pour eux il ne fait pas de doute que Julian Assange est plutôt prisonnier de « Kensington » que de Belmarsh. « Le système Kensington » c’est ainsi qu’on appelait à l’ère victorienne la mise en captivité au Palais de Kensington des descendants royaux que les rivaux voulaient empêcher de monter sur le trône. Victoria de Sachsen Coburg Gotha avait été la première victime du système lorsqu’elle a vécu une enfance austère dans ce manoir, aussi lugubre aujourd’hui sous la garde des hommes en noirs armés de mitraillettes qu’il ne l’était à l’époque où elle était surveillée par l’amant de sa mère Marie Louise von Sachsen Coburg Saalfeld, un certain Conroy. L’entourage du roi Georges IV soupçonnait ce dernier d’être le véritable père de Victoria et voulait renvoyer mère et fille en Allemagne alors que Conroy manoeuvrait pour la faire monter sur trône et devenir le régent et tuteur de celle qu’il pensait à tord être une personne malléable[9]. Contrairement à la légende dorée répandue par les médias depuis l’avènement d’Elisabeth Lyon- Bowes comme reine d’Angleterre, les successions royales ont toujours été ici le fruit d’intrigues sordides et de coups d’état. Le storytelling royal que Victoria a maitrisé à la perfection durant son long règne et qui été poursuivi par les moyens modernes de 1953 jusqu’à nos jours ne doit pas nous faire illusion. Il est temps de se pencher sur les turpitudes du pouvoir royal car est plus que probable que c’est lui et non pas le gouvernement qui emprisonne Julian Assange.


[1] https://www.courts.qld.gov.au/courts/planning-and-environment-court/going-to-planning-and-environment-court/hearings-and-reviews

[2] « If the custody time limit expires : When the prosecution fails to comply with the defined time limit, the exceptions to the right to bail listed in Sch 1 of the Bail Act 1976 cease to apply. Therefore, in effect the accused is given an absolute right to bail »

https://www.inbrief.co.uk/court-proceedings/remand-in-custody-while-awaiting-trial/

https://www.legislation.gov.uk/ukpga/2012/10/part/3/chapter/4/crossheading/calculation-of-days-to-be-served/enacted?view=plain

[3] The application must be made before the expiration of the time limit. In considering whether to grant an extension the courts have regard to the criteria laid down in s 22(3) of the POA 1985. Under that provision the court must be satisfied that the need for the extension is due to any of the three specified conditions:

  1. the illness or absence of the accused, a necessary witness, a judge or a magistrate;
  2. the ordering by the court of separate trials in the case of two or more accused or two or more offences;
  3. some other good or sufficient cause. »

https://www.inbrief.co.uk/court-proceedings/remand-in-custody-while-awaiting-trial/

[4] https://www.nidirect.gov.uk/articles/custody-and-bail

[5] https://www.sfo.gov.uk/publications/guidance-policy-and-protocols/sfo-operational-handbook/custody-time-limits/

https://www.bindmans.com/insight/blog/those-awaiting-trial-to-spend-longer-in-custody-the-ministry-of-justices-latest-attempt-to-tackle-the-backlog-by-extending-custody-time-limits

[6] « Bail
Unless your family member is remanded for one of the above reasons the court will remand the accused on bail  meaning they are free to leave the court but must attend on the next occasion. This is called the ‘presumption in favour of bail’.

The bail may be ‘unconditional’ or may come with a set of conditions such as they must live at a particular address, not associate with certain people or report to a police station regularly. This is known as ‘conditional bail’. If the person does not comply with the conditions they can be remanded into custody.

Serious cases
In serious cases where an individual has been charged with murder, attempted murder, manslaughter, rape or attempted rape there is no presumption in favour of bail and the individual will automatically be remanded into custody. »

https://www.gov.uk/charged-crime

https://api.parliament.uk/historic-hansard/commons/1988/jun/28/remands-in-custody-for-more-than-eight

Remand in custody | Prisoners’ Families Helpline

[7] https://www.gov.uk/government/publications/extradition-in-criminal-investigation-cases

[8] La reine Victoria – Jacques de LANGLADE – Google Livres

Jacques de Langlade, « La Reine Victoria », éditions Tempus

https://en.wikipedia.org/wiki/Cleveland_Street_scandal

https://www.irishtimes.com/culture/heritage/an-irishman-s-diary-queen-victoria-s-dad-1.2164329

https://de.wikipedia.org/wiki/Victoria_(Vereinigtes_Königreich)

https://de.wikipedia.org/wiki/Victoire_von_Sachsen-Coburg-Saalfeld

[9] https://www.historyofroyalwomen.com/the-year-of-queen-victoria-2019/the-year-of-queen-victoria-birth-of-sir-john-conroy-mo/

Mon retour à la maison et la politique anti-anglaise de la France

Il est temps de rentrer mais il n’y a pas de bus et les prix de l’Eurostar sont pharamineux. Je trouve un billet Easyjet pas trop cher. Certes, je me pose la question du test PCR que Macron a imposé aux chauffeurs routiers à Douvres et je sais que ce test est exigé des voyageurs hors Union Européenne comme par exemple de la Serbie. Mais alors il devrait être possible de faire ce test que j’abhorre à l’arrivée à Roissy. Je consulte le site de la compagnie, je veux aussi voir quel texte de loi régit cette imposition. Le Brexit est acté, un accord bilatéral régit donc les voyages des Français vers la Grande Bretagne et c’est en vertus de cet accord que la Grande Bretagne m’a laissée entrer sur son territoire sans visa le 2 janvier. Mais il n’est pas facile de trouver cet accord. Sur les sites français il est question de la quarantaine demandée par la Grande Bretagne et du formulaire que j’ai rempli. Il n’est pas mentionné ce que la France exige des ressortissants britanniques. C’est la même chose sur les sites anglais qui logiquement m’informent sur les lois, décrets, circulaires britanniques et pas français. Le médias parlent d’un accord bilatéral sur la circulation transfrontière signé le 24 décembre, veille de Noël, pour réguler le problème des camions bloqués à Douvres. Mais le texte de l’accord n’est pas publié au Journal Officiel. Il y a un vide, comme souvent maintenant que le fait du prince crée la réalité illégalement en tout arbitraire.

Quant à Easyjet, il faut déjà avoir payé son billet pour accéder aux « conditions d’accès à bord », c’est à dire au fameux Passenger Locator Card, le formulaire qui contrôle votre état de santé covid et qui est aussi illégal que les papiers que fait signer la compagnie DFDS. Comme c’est illégal de réunir des données de santé sur les gens, forcément Easyjet ne s’en vante pas et ne le publie pas en toutes lettres sur son site. Le vendredi 8 janvier je quitte  Paddington sur une note d’espoir (« on se reverra bientôt ! Ce cirque finira bien par finir ! ») et je prends le train à Victoria Station pour Gatewick, une localité située à mi-chemin entre Londres et la côte du Sud. Gatewick est un aéroport flambant neuf construit pour ces voyages tourisme et bougeotte low cost qui ne sont plus qu’un souvenir aujourd’hui alors que le 11 mars l’année dernière, ils faisaient partie de notre quotidien pour le meilleur et pour le pire. Ce qui me frappe est ce lourd silence dans les immense aérogares entièrement désertes de voyageurs et d’employés, hormis quelques agents de sécurité mutiques. Je chemine longuement dans les escaliers, les couloirs et les halls vides avant d’arriver dans un petit espace peint en orange « check-in Easy Jet ». Un agent de sécurité avec un badge Easyjet est assis derrière une guérite avant l’enregistrement des bagages. Il ne contrôle pas les passeports, mais uniquement les attestations covid Passenger Locator Card et … les tests PCR. Il refuse mon embarquement sans test PCR. Il ne veut pas entendre mes arguments que l’information n’est pas accessible sur le site de l’entreprise. Il ne veut pas entendre et  il ne comprend pas qu’exiger un test médical pour un voyage est en réalité une violation des droits de l’homme, des Constitutions, de la CEDH, de la Chartes des droits fondamentaux etc. Il n’a bien sur aucune idée qu’il n’a pas le droit d’accéder à des informations médicales sur moi car elles sont couvertes par le secret médical qui fait partie du droit à l’intégrité physique et à la vie privée.

Easyjet controle déja le passeport sanitaire illégal à Gatewick

Il est obtus, stupide, désagréable, il se croie un petit chef : la vraie mentalité de kapo que nombreux citoyens auparavant normaux endossent désormais. Il n’est même pas ému par le sort d’une femme coincée dans cet aéroport désert qui a payé son billet qu’il sait qu’Easyjet ne va jamais rembourser. (Aucun voyageur n’a été remboursé par aucune compagnie aérienne depuis le début du covid. Les boites se font faire un crédit gratuit par leurs anciens clients. Le capitalisme vorace est toujours là et Flixbus me doit déjà 400 Euros de billet de bus annulés à la dernière minute depuis 1 an). Il ne me renseigne pas, ne m’aide en rien, m’écarte comme un objet inutile pour contrôler minutieusement les papiers que lui présentent les quelques dizaines de voyageurs dociles comme des moutons qui ont peur de ne pas pouvoir rentrer à la maison sans son imprimatur.

Je m’effondre. Toute cette tension nerveuse et cette violence psychologique sont trop lourdes pour moi. Heureusement je suis soutenue par l’équipe de Wikijustice. Je demande de l’aide au Consulat de France sur le site duquel il y a vaguement une liste d’entreprises faisant le fameux test PCR, celui qui sert à nous arnaquer en France en faisant artificiellement monter le nombre de « cas » afin de permettre à Macron de nous enfermer comme du bétail à la case. C’est bien la France qui exige le test PCR de tous les voyageurs venant de Grande Bretagne, y compris des ressortissants français qui ont pourtant le droit de rentrer à la maison et devrait pouvoir effectuer le test à l’arrivée à Roissy. L’employé du consulat est gentille, mais perdue : « ah bon, Easyjet ne donne pas d’adresse ou faire le test sur son site ? Pourtant ils avaient promis ! Et à l’aéroport Gatewick il n’y a pas de labo ambulant non plus ? Pourtant les Britanniques l’avaient promis lors des négociations ? On s’est donc fait avoir… ». Et ce sont les citoyens français qui payent.

Je me déplace vers une pharmacie, la seule boutique ouverte dans l’aéroport fantôme. Ils font bien le test, mais cela dure une semaine. Le labo ambulant se trouvait il y a peu sur le parking, mais là aussi il faut prendre rendez-vous et attendre plusieurs jours le résultat. Incompatible avec un avion à pendre le jour même. La pharmacienne me conseille de payer un coûteux hôtel Hillton pour attendre le résultat du test à l’aéroport. Non, si je dois rester, car l’avion pour Paris s’est déjà envolé sans moi, je préfère revenir vers les coins plus hospitaliers comme New Heaven, Eastbourne, Brighton, Worthing sur la côte Sud.

Je suis épuisée quand je prends le train pour la côte. Mais il faut résoudre les problèmes l’un après l’autre. Je réserve le plus vite possible le même hôtel sympathique où j’avais logé à l’aller. Le gérant est un jeune très affable et en révolte contre le storytelling covidien ainsi que le lockdown qui tue son commerce et toute la vie économique et sociale de sa région. Il est heureux de me revoir et désolé par ce qui m’arrive, le prix de sa chambre est bien inférieur à ce que j’aurais pu espérer en France en Normandie. Un dernier débriefing avec mes amis de Wikijustice, un excellent fish and chips tout frais à dîner (à emporter mais fonctionnant très bien) et je tombe de sommeil sous le poids de toutes ces émotions et de ma colère contre le système.

Brighton près de la gare

Je suis coincée en Angleterre alors que la propagande française bat son plein contre le « variant anglais » dont les habitants ici sont supposés mourir en masse. Ce que je vois ne correspond pas du tout à ce scénario. Je vois des villes ou les gens sortent collectivement dans les rues, les parcs et les plages, font du sport, se rencontrent, mangent dehors autant que faire se peut pour encourager les commerces qui leurs sont chers. Ils n’ont pas du tout l’air terrorisés par une maladie. Pour eux c’est de la politique. Ils ne comprennent pas pourquoi le gouvernement les persécute ainsi, mais ils n’ont pas l’intention de mourir. Lorsque nous discutons plus longuement, ils admettent que leur gouvernement est miné par les mafias et réseaux internationaux qui ont des intérêts direct dans l’installation de la dictature Covid : le National Health Administration, la Sécu anglaise a été privatisée et est dans les mains du Big Pharma, l’Imperial College of London poursuit des buts politiques qui n’ont rien à voir avec la santé publique alors que le prince Charles est directement impliqué dans le business de l’agroalimentaire mondial et ouvrira le 25 janvier le Forum Economique Mondial de Davos avec Karl Schwab, le propagateur de l’idéologie du transhumanisme et Xi Jing Ping, le dirigeant de la Chine qui  assoit ainsi son pouvoir sur une Europe en chute libre.

Brighton vers la clinique privée Montefiore

La musique retentit chaque soir dans les petites maisons : le quartier est habituellement un centre touristique, les artistes se produisent dans les bars et on vit de la musique, des spectacles, des bars, des pubs, des restaurants et des hôtels, des boutiques qui vendaient tout et rien. La police ne patrouille pas beaucoup mais je comprends que les gérants des pubs, les artistes et les commerçants craignent des rafles et des contrôles dans le quartier. On reste donc discrets. Une adolescente de 13 ans organise une fête d’anniversaire le samedi soir, je sonne chez ses parents par mégarde mais elle n’a pas l’air effrayée. Personne ne porte de masque, moi aussi je me sens en sécurité ici.

Mais je dois tout faire pour rentrer alors que le gouvernement FRANÇAIS me fait des obstacles illégaux ! En effet, la DUDH dit bien que chacun a le droit de quitter son pays et d’y REVENIR ! Le gouvernement n’a pas le droit de m’empêcher de rentrer chez moi ! Ce n’est pas aux Anglais de m’aider à rentrer chez moi car je ne suis pas leur citoyenne et c’est logique qu’ils s’en moquent du test illégal que mon gouvernement m’impose ! Si je dois faire une quarantaine cela doit être fait dans mon pays à mon arrivée sur le sol français !

Le problème et le sel de toute l’affaire est qu’il est… très difficile de faire un test PCR ici car les Anglais ne le font tout simplement pas ! Déjà l’information n’est pas facilement disponible, il faut réserver le test sur internet. Un de mes contacts me met en garde : il est Grec et sa tante est coincée depuis 10 jours en Angleterre sans pouvoir rentrer en Grèce à cause de ce maudit test que maintenant de nombreux pays de l’UE exigent des voyageurs venus des Iles Britanniques. Elle a réservé le test sur internet par deux fois mais les résultats mettent 4 jours à arriver, or le test doit être daté de moins de 72 heures avant le départ. A chaque fois les 72 heures étaient dépassés et elle a ainsi perdu l’argent des tests et des billets d’avion! Je dois donc trouver un endroit où faire le test physiquement, d’autant plus que je ne me vois pas tripatouiller mon nez toute seule avec le prélèvement maison fourni en kit comme le veut le test « par internet ». Déjà que je sais que ce prélèvement est douloureux et tout sauf anodin car il touche des centres nerveux très sensibles et vitaux dans les voies respiratoires..…

Samedi matin 9 janvier je me mets en quête du test. Je me dirige vers une grande pharmacie Boots qui figure sur les listes officielles des gouvernements anglais et français. Leur réponse à ma question: Non ce n’est pas vrai, on ne fait pas de test Covid ici. Peut-être en banlieue, dans une localité à 30 km d’ici où je dois aller en train. J’essaye dans une autre grande pharmacie mais personne n’a l’air là non plus de se soucier des tests. Je me mets à regretter décembre quand la pharmacie de Paddington en face l’Imperial College of London affichait « here covid test » et personne ne s’y bousculait… J’aurais dû peut être faire le test à Londres ? Mais malgré le storytelling alarmiste des médias, il n’y avait pas beaucoup d’ambulances autour du St Marys Hospital et plus aucune affiche sur les tests.

Grande Pharmacie Boots ou on ne fait PAS de test PCR malgré les annonces des gouvernements. Le test PCR on s’en fout

En désespoir de cause, dans une boutique de cosmétiques ou je fais quelques emplettes je questionne la jeune vendeuse : que faites-vous si vous avez des symptômes Covid. La jeune femme ouvre des yeux ronds comme si elle n’avait jamais pensé qu’on puisse avoir REELLEEMENT le Covid. Elle me dit qu’elle irait voir un médecin de quartier, mais ne ferait pas de test en priorité. Connait-elle un médecin qui pratique le test, comme certains à Londres qui se font payer très cher par les voyageurs riches devant prendre l’Eurostar ? Elle me répond que le week-end c’est difficile mais m’indique le centre médical local situé à côté de la gare.

Centre Medical public à Brighton ou le covid est inconnu

Je comprends vite pourquoi en cas de maladie réelle, elle préférerait payer un médecin privé. Le Centre médical public est désert. J’y suis accueillie fraichement par une secrétaire revêche qui dirige les patients au téléphone vers des téléconsultations. Je vois que le refus de soigner dans le système public est aussi répandu ici qu’en Pologne ou ailleurs en Europe et que la médecine au téléphone fait aussi des ravages. Je précise que je ne suis pas malade, mais que j’ai juste besoin de ce test bidon pour pouvoir franchir la frontière française. Sa collègue est plus aimable et a pitié de moi, elle cherche une solution. Elle me donne l’adresse de deux cliniques privées dans la région ou le test peut être fait rapidement avec des résultats disponibles en 72 heures. L’une est fermée, l’autre n’est pas trop loin. Je marche 45 minutes dans de jolis quartiers victoriens alors que les habitants sortent tranquillement pour leur promenade de l’après-midi après avoir fait les courses. J’arrive devant une bâtisse moderne et luxueuse. A l’entrée se tient une jeune femme en uniforme d’hôtesse d’accueil. Après la mise du masque et du gel, je remarque des panneaux menaçants de type « stop covid, restez loin, distanciation sociale » dans le hall d’entrée qui ressemble plus à celui d’un hôtel de luxe qu’à un hôpital. Quand je rentre la jeune femme se précipite sur moi puis déchante quand elle voit que je ne suis pas une « cliente ». Non, on ne fait pas de test pour les voyages. « Mais si vous avez des symptômes covid, ou allez-vous ? » La réaction de cette femme à ma question est la même que celle de la précédente : une incompréhension totale comme si le covid n’existait pas et n’était que du discours ! Je précise : « que faites-vous si vous êtes réellement malade, vous avez une grippe ou une bronchite » ? Son visage s’éclaire un peu sous son masque : « je vais voir un généraliste libéral, et si je vais vraiment mal je vais au « emergency service » (urgences publiques) ». Mais elle n’a pas l’air terrorisée par cette éventualité.

La belle gare de Brighton

Je n’insiste pas, je la remercie et je pars. Que faire ? Aller aux urgences publiques et les supplier de me le faire ? C’est alors qu’une amie qui soutient Assange me contacte et me propose de l’aide. Elle peut me fournir l’adresse du lieu où les Allemands font le test depuis qu’il est exigé par leurs propres autorités, mais c’est à Londres. Je prends l’adresse immédiatement mais je pars néanmoins vérifier la pharmacie Boots dans la banlieue lointaine en train. C’est fatiguant et avec le froid et le stress je suis épuisée.

Crawley est une petite ville située dans une zone industrielle et un nœud ferroviaire vers Porthmouth. En sortant de la gare je me retrouve devant des hangars modernes, un terminus de bus et un centre commercial récent. L’ambiance y est déjà beaucoup plus covidienne que sur la côte. Toutes les grandes enseignes sont fermées, seule la pharmacie Boots reste. Des jeunes trainent leur désoeuvrement dans le centre car cela devait être leur lieu de rencontre du samedi soir, mais des agents de sécurité inspectent sévèrement les masques et empêchent les clients de la pharmacie de toucher les produits dans les rayons. C’est lugubre. La préparatrice est voilée, masquée jusqu’aux orbites et cachée derrière une grosse vitre de séparation. Elle m’empêche de me baisser vers le trou en bas de la vitre afin de tendre l’oreille pour mieux l’entendre : avec le masque je ne la comprends pas. On finit par discuter par google translation interposé. Non la pharmacie ne fait aucun test covid. Elle ne comprend pas pourquoi dans le centre-ville ils m’ont dirigé ici. La seule solution ce sont les cliniques privées situés dans d’autres villes, mais elles sont fermées le week-end. Le test PCR dont Macron est si friand et avec lequel M. Drosten et sa start up ramassent un argent phénoménal est boudé par les Anglais mêmes les plus covidiens. J’ai encore fait chou blanc.

Je n’ai plus rien à faire ici dans cette région qui est comme une grande banlieue de Londres, comme l’espace entre Paris et l’Essonne, mais je ne pourrai jamais y trouver ou faire ce foutu test. Je dois trouver un lieu à Londres. Dans la petite gare un cheminot sympathique me drague gentiment en m’aidant à acheter mon billet de retour. Dès que je suis dehors j’enlève l’accoutrement du masque et j’essaye de circuler naturellement le visage découvert sur les quais. L’homme apprécie visiblement. On se comprend. Ici les gens veulent vivre contrairement à la France. En marchant vers mon hôtel je traverse le quartier des artistes, de l’artisanat et des antiquaires. J’admire quelques vitrines de bijoux, de céramique et d’affiches anciennes. Evidemment désertées et c’est désespérant. Mais un petit café est ouvert et une bonne odeur s’en échappe. La jeune propriétaire est Italienne, elle me permet de m’asseoir à table en attendant mon chocolat chaud. Elle est désolée de ne pas pouvoir me servir à manger, c’est interdit « ‘mais on espère tous que cela sera fini bientôt et on va revivre normalement ». C’est tout ce que nous souhaitons tous.

J’achète finalement à manger dans grande sandwicherie qui vend du jambon et de la viande locale à côté de mon hôtel et que je connais déjà. Ici pas de masque sur les visages et on se parle ouvertement. Le jeune serveur derrière le comptoir est suédois, il confirme que la Suède ne joue pas le jeu du Covid et ne s’en porte pas plus mal. Mais attention, tout n’est pas simple : la Suède si tolérante pour les siens se protègent des « étrangers » et exige une sévère quarantaine de chaque voyageur, même muni d’un passeport suédois. « C’est dur, je n’ai pas vu ma famille depuis un an », conclut le jeune homme pudiquement. Dans cette banlieue tout le monde est migrant et les affiches municipales annoncent même « Européens, welcome, vous êtes les bienvenus » ! Son collègue cuisinier est roumain et il est bien plus véhément : il a mon âge, a connu la dictature et a bien compris que c’est ce qui est mis en place en Occident. Il me parle du Nouvel Ordre Mondial, du projet de traçage de la vie privée des humains et de la préparation eugéniste de Pfizer vendue sous le nom de vaccin. Il me dit que forcer les gens à des expériences médicales, c’est interdit depuis les expériences des nazis dans les camps, depuis Mengele. Il me parle des camps. Il me parle de la guerre et du nazisme. Il est catastrophé par ce que l’Occident est devenu. Le migrant roumain est bien plus conscient de la gravité de la situation que le jeune Suédois, expérience historique oblige.

Le sandwich est excellent et une bonne nouvelle arrive sur mon téléphone : mon amie de Londres a réussi à prendre rendez-vous pour moi dans une pharmacie qui fait les test Covid y compris dimanche. Je dois les rappeler pour confirmer mes coordonnées. Une solution de dessine grâce à la solidarité des réseaux de soutien à Julian Assange !

Le variant anglais n’existe que dans la propagande française

Le lendemain dimanche 10 janvier je prends le train vers la gare Victoria familière. J’ai rendez-vous à 13 heures et je profite du temps devant moi pour parcourir les beaux quartiers, Knightsbridge avec le Harrods en face de l’appartement équatorien ou Julian Assange a été séquestré, puis le Kensington and Chelsea Borough, un « arrondissement royal », c’est-à-dire une commune qui dépend exclusivement du pouvoir royal et non pas du gouvernement ou d’une municipalité, comme d’ailleurs Plumstead, la commune où est située la prison Belmarsh dépend du Royal Borough de Greenwich. Tout comme en France, la mode du masque est surtout l’apanage des quartiers riches alors que les prolétaires préfèrent préserver leur capacité à respirer. A Chelsea les adultes masquent même leurs petits enfants alors que ce n’est pas obligatoire. L’ambiance est donc assez déplaisante, malgré les quelques cafés ouverts ou je peux me restaurer sans toutefois pouvoir m’asseoir ni me réchauffer.

Pharmacie qui fait les PCR Covid pour riches voyageurs

La pharmacie Chelsea Pharmacy Medical Center est située au 61-62 Sloane Avenue. Je respire un grand coup et j’appelle mes amis avant de rentrer. Je dois d’abord m’enregistrer au comptoir et payer. 170 Euros, c’est ENORME, plus cher que le voyage de France en Angleterre et retour ! Puis une jeune secrétaire médicale m’emmène au sous-sol. J’étouffe sous mon masque FFP2 que j’ai pris exprès pour qu’on me prenne au sérieux. La clientèle du test, ce ne sont pas des gens malades, mais des habitants de ce riche quartier qui veulent effectuer des voyages, je l’entends à leurs conversations. J’explique que je suis aussi dans ce cas et que je veux juste rentrer en France, consciente que c’est le gouvernement français qui m’exige le test négatif. Et que deviendrai-je si le test découvre mes anti-corps ou des bouts de virus de l’année dernière ? De combien de cycles sera l’amplification ? La secrétaire ne sait pas. Elle m’installe dans un cabinet médical petit et sinistre malgré sa blancheur stérile.

Elle me donne deux papiers à remplir, un formulaire de type médical (est-ce que j’ai les symptômes covid, est ce que je prends des médicaments ?) avec mon adresse et un autre qui ressemble à un formulaire administratif pour le National Health Administration. Je n’ai pas le temps de tout comprendre de ces documents que déjà arrive la médecin. Elle est jeune, Indienne, très masquée et pas du tout agréable. Elle n’a pas un comportement de soignante mais plutôt de technicienne de laboratoire. Je lui explique que le covid je l’ai eu et justement je crains d’avoir un test positif pour cette raison. J’ai même amené une partie de mon dossier médical dont elle peut lire les valeurs, si elle est médecin… Mais elle est dédaigneuse, balaie mon dossier d’un revers de main, ne me laisse pas parler et ne m’écoute pas. Ce qu’elle me dit est une propagande stéréotypée sur le covid qui ne m’apprend rien. J’ai en face de moi une salariée typique du Big Pharma, froide, méthodique et autoritaire. Elle refuse de répondre à mes questions sur le nombre de cycle d’amplification du test. Elle m’assure que le test ne peut montrer que « si j’ai été en contact avec le Covid dans le mois précédent ». Bon. Est -ce qu’il détecte le variant anglais ? Car c’est ce que Macron exige de nous, Français, pour qu’on puisse revenir dans notre pays.

La femme lève les yeux au ciel et dit « Mais le variant anglais n’existe pas ! C’est le même virus » ! Je souris « donc vous confirmez que c’est le gouvernement français qui a inventé l’histoire du variant anglais » ? Son silence vaut assentiment. Ma deuxième question est encore plus délicate. Sur le premier formulaire je dois signer que je suis d’accord qu’en cas de test positif, celui-ci sera transmis au National Health Administration. Evidemment que je ne suis pas d’accord mais je veux rentrer à la maison et mon propre gouvernement me soumet au chantage…

Que se passera t-il avec moi si le test est positif ? Est-ce que je serais mise de force ici en quarantaine ? (Ce qui serait illégal ?) Si oui qui va payer pour mon séjour et pour mon manque à gagner car je ne travaillerai pas ? La femme ne sait pas vraiment, mais comme elle veut se montrer dominante, elle me dit « Je dois transmettre cette information aux autorités ». Je n’en saurai pas plus. La technicienne me place devant un lit, me dit d’enlever le masque « pour elle » et m’enfonce l’espèce de longue perche dans le nez. Cela fait diablement mal, et j’ai une pensée pour les pauvres chauffeurs routiers polonais qui se font défoncer le nez 2 à 3 fois par semaine chaque fois qu’ils livrent en Angleterre et repartent sur le continent. D’ailleurs, la blessure mettra 10 joues à cicatriser et plusieurs séquelles neurologiques vont revenir car visiblement un nerf important est touché dans les voies respiratoires. Ce test est une torture inutile et dangereuse pour la santé. Je crie, la femme n’est pas contente de mon comportement, mais je lui dis que j’ai bien souffert en mars, privée de soins et emmenée trop tard à l’hôpital à cause de la politique du lockdown.

Elle ne veut pas entendre parler de ce qu’est le vrai covid, elle place l’écouvillon dans un petit boitier qui ressemble à un test de grossesse et quitte la pièce en me disant d’attendre 10 minutes. J’appelle immédiatement mes amis car je me sens oppressée dans cette pièce au sous-sol ou je suis enfermée. Et si le test est positif, est ce que je pourrai m’enfuir d’ici ? Comment puis je être sûre que mes droits seront respectés ? Je pense alors que les camps d’expérimentation médicales sur les prisonniers dans les camps de concentrations nazis[1] étaient propres et ressemblaient à des hôpitaux de pointe de l’époque. Les prisonniers sélectionnés pouvaient penser qu’ils ont plus de chance d’y survivre que dans la misère et la saleté du camp, mais en fait la torture en blouse blanche était pareille et très peu y ont survécu.

La technicienne du labo qui se fait passer pour médecin a en tout point la mentalité adéquate. D’ailleurs quand elle revient et regarde le boitier, elle ne me dit pas « votre test est négatif », mais « vous allez pouvoir rentrer à la maison », comme si elle avait déjà intégré que mes droits basiques de vivre chez moi seront désormais subordonnés à la torture que je dois subir et elle peut m’infliger. Voilà le monde fasciste qu’ils nous mettent en place.

Je lui demande à quelle heure les résultats seront disponibles et je ne songe qu’à fuir ce lieu détestable. En fait le prélèvement est envoyé dans un véritable laboratoire qui va confirmer l’analyse e ils m’enverront le résultat par mail dans la journée. Je m’en vais sonnée mais soulagée et je veux juste me détendre pour oublier la drôle d’époque que nous vivons.

Royal Borough of Kensington and Chelsea

Je passe le reste de la journée à me promener dans le quartier sympathique et chic de Pimlico à observer les Londoniens continuer de braver les interdictions de sortir illégales du lockdown en sortant tous en famille et entre amis. Je prends le train le soir pour mon hôtel des artistes et mes fish and chips chaleureux du bord de mer. Le document signé « Wandsworth Medical Center » m’est envoyé par mail à minuit. Je peux prendre le bateau du matin, si DFDS m’accepte à bord. Wandsworth, encore une commune où se trouvent les prisons royales.

Retour chez la police française

Le matin est gris et humide mais je savoure mon trajet en bus de mon hôtel au port de New Heaven sur le boulevard du bord de mer. La mer est grise, verte, irisée, magnifique au pied des falaises de craie. Je retrouve le ferry qui attend les chargements et les quelques voyageurs de la petite gare maritime. Au guichet, l’employée au visage fermé met le masque en me voyant et ne veut rien regarder d’autre que le test. Elle met 10 minutes à vérifier la validité de mon papier en fouillant dans son ordinateur, puis elle accepte de me vendre un billet pour Dieppe et regarde mon passeport. Je paye 30 euros et j’attends l’embarquement qui se fera après une fouille aussi absurde que minutieuse de nos bagages par 3 agents de sécurité alors que nous ne sommes que 6 voyageurs dans un immense ferry vide – 3 adolescents qui reviennent d’un concert car ils portent des instruments de musique dont un violon, un jeune couple franco-anglais et moi.

Le fameux fumeux et illégal test Covid que Macron exige des citoyens français sinon il leur interdit de rentrer dans leur pays

Avant de monter dans le ferry je suis témoin d’une scène qui en dit long sur l’ambiance en Angleterre. Alors que j’attends l’embarquement, un homme affolé se précipite vers le guichet. Il demande dans un Anglais avec un fort accent d’Europe de l’Est ou faire un test covid car il veut rentrer chez lui le plus vite possible sur le continent. Je pense que c’est un chauffeur routier. La guichetière et son collègue haussent les épaules et ne veulent pas du tout l’aider. « Nous ne sommes pas le gouvernement » lui dit même la femme et l’envoyant promener. L’homme s’apprête à partir et je comprends le désespoir dans ses yeux. Je m’approche de lui et je lui demande sa nationalité. Il est Bulgare. Moitié en Russe, moitié en Anglais je lui explique comment j’ai fait le test et je prends mon téléphone pour lui donner l’adresse à Chelsea. C’est alors que les employés de DFDS, me voyant faire, rappellent l’homme et lui donnent au guichet un papier. Avant de sortir, il vient me remercier et me montre ce qu’ils lui ont donné : l’adresse d’une laboratoire dans la ville !  Est-ce qu’au départ ils ont refusé de l’aider par racisme ? Ou pour ne pas participer à la surenchère covidienne que les habitants de la région n’aiment particulièrement pas ? Je ne le saurai pas, mais l’incident laisse songeur.

Je passe 5 heures délicieuses dans le bateau à admirer le paysage, les falaises, la mer verte, à respirer du haut du dernier pont, à pleins poumons ! Le billet nous donne droit à un excellent plat du jour au restaurant du ferry. Je réalise alors, assise à la table du bar devant la mer, que c’est le seul endroit où je peux m’asseoir au restaurant, pour la première fois depuis le 14 octobre dernier… Pour une fois je suis une privilégiée !

Je suis inquiète à l’arrivée à Dieppe malgré la beauté de cette traversée. Dieppe avec ses masques sur la plage et sa folie sinistre, je n’ai plus envie de m’y attarder. Il faut encore passer par la frontière française alors que les autorités anglaises nous ont laissé sortir sans contrôle. Nous descendons du ferry emmenés par un petit bus qui nous laisse devant les guérites de la Police aux Frontières dans la gare maritime. Les trois adolescents sont récupérés par un adulte, ils doivent être du coin car les policiers ne regardent même pas leurs papiers. Je suis donc la dernière à présenter, encore une fois le test covid et mon passeport. Je suis en colère contre le contrôle illégal du test mais évidemment je en dit rien.

Deux jeunes flics de la PAF m’observent dans une attitude de bacqueux, campés sur leurs jambes et accrochés à leurs armes. L’un me lance « vous venez d’où Madame » ? « Du bateau » je réponds. « Mais d’où ? » insiste-t-il. « Le bateau vient d’Angleterre, Je n’ai pas traversé la mer à la nage » ! C’est le moment où je peux enlever le fichu masque pour le contrôle d’identité. Je me retrouve femme seule sans masque face à 5 hommes flics masqués. Mais je peux leur sourire pour désamorcer la charge. Le jeune flic n’a pas réussi à me coincer. Il veut en fait savoir ce que j’ai fait en Angleterre, ou j’étais, mais en réalité il n’a pas le droit de me faire cet interrogatoire. Ce que j’ai fait en Angleterre ne regarde que les autorités anglaises, si je suis en règle avec elles. C’est le principe de la souveraineté sur un territoire : chacun est maitre chez soi et pas chez l’autre. Il va falloir que la police française révise les principes philosophiques du droit et les textes de Loi !

L’homme continue à chercher à me piéger. « Vous avez acheté quelque chose en Angleterre » ? Il n’est pas douanier, le douanier contrôle justement mon passeport. Je ris en me tournant vers lui : « Du fish and chips surtout ! Tout est fermé ! Mais je me suis fait plaisir à passer quelques jours dans un pays où ils n’imposent pas le masque dehors ! ». Je reviens vers le douanier : « Vous savez, pour la santé, il faut respirer, sans masque ! S’oxygéner ! vous n’avez pas besoin de respirer parfois ? » Je m’enhardis : « quel âge avez-vous ? Car après 45 ans vous savez, respirer n’est plus une option, mais une nécessité ! ». Le policier est très jeune, le douanier a mon âge. Il me regarde sous son masque « Madame, tout le monde a envie de respirer ». Je réplique : « Vous avez raison. C’est dommage que le masque soit obligatoire sur une si belle plage à Dieppe. Ca ne donne pas envie de rester pour des vacances ». Le jeune a reçu sa leçon, le masque ne doit pas être un sujet tabou.

Dieppe est toujours aussi sinistre avec les passants masqués et tous les restaurants bouclés à double tour. Je ne reste pas et je me dirige vers la gare. L’employé de la SNCF exige de moi une « autorisation spéciale pour voyager », je tombe des nues. Sa collègue le reprend « non le couvre-feu est encore à 20 heures, 18 heures ça sera la semaine prochaine ». La SNCF est déjà au courant des plans de Macron contre nous. Les agents, jadis de gauche, non seulement ne s’y opposent pas alors que leur ville meure, mais devancent même le Führer dans un zèle de kapos.

Je suis triste et je voudrais repartir aussi sec. Mais pour aller où ? Si la France tombe, l’Europe entière tombera, même les Anglais comptent sur nous pour la Résistance. C’est tellement dur. Mais au moins on a réussi une bataille, Julian Assange est toujours là. Nous allons lutter pour le faire sortir et nous libérer. Nous avons été efficace, nous le seront encore. Je remercie le Ciel et mes amis pour cet espoir.

Julian Assange avec Bernd Fix son patron à la Wau Holland Stiftung le 1 décembre 2011 et Kristin Hrafnsson

[1] Les expériences médicales nazies | The Holocaust Encyclopedia (ushmm.org)

Expérimentation médicale nazie — Wikipédia (wikipedia.org)

Les expérimentations médicales à Auschwitz Clauberg et les femmes du bloc 10 – YouTube

Déclaration universelle des droits de l’homme

Le 10 décembre 1948, les 58 États Membres qui constituaient alors l’Assemblée générale ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris au Palais de Chaillot (résolution 217 A (III)).
Pour commémorer son adoption, la Journée des droits de l’homme est célébrée chaque année le 10 décembre.
Ce document fondateur – traduit dans plus de 500 langues différentes – continue d’être, pour chacun d’entre nous, une source d’inspiration pour promouvoir l’exercice universel des droits de l’homme.

TÉLÉCHARGER LE  PDF

Préambule

Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènement d’un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme.

Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression.

Considérant qu’il est essentiel d’encourager le développement de relations amicales entre nations.

Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité des droits des hommes et des femmes, et qu’ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.

Considérant que les Etats Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l’Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

Considérant qu’une conception commune de ces droits et libertés est de la plus haute importance pour remplir pleinement cet engagement.

L’Assemblée générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l’homme comme l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l’esprit, s’efforcent, par l’enseignement et l’éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d’en assurer, par des mesures progressives d’ordre national et international, la reconnaissance et l’application universelles et effectives, tant parmi les populations des Etats Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.

Article premier
 

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Article 2
 

1. Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.
2. De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

Article 3
 

Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

Article 4
 

Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

Article 5
 

Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Article 6
 

Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique.

Article 7
 

Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.

Article 8
 

Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi.

Article 9
 

Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé.

Article 10
 

Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle.

Article 11
 

1. Toute personne accusée d’un acte délictueux est présumée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d’un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées. 
2. Nul ne sera condamné pour des actions ou omissions qui, au moment où elles ont été commises, ne constituaient pas un acte délictueux d’après le droit national ou international. De même, il ne sera infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l’acte délictueux a été commis.

Article 12
 

Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

Article 13
 

1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat. 
2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.

Pour sa Liberté et la Nôtre – 3ème Partie. 6 janvier 2021, Bataille ultime à la Westminster Court contre la détention « provisoire » illégale de Julian Assange

Monika Karbowska

Centre de Londres désert et fermé

Le soir du 4 janvier après la rencontre de la Old Bailey, je cherche encore à manger dans une City déserte. Seul un restaurant japonais vend de la nourriture à emporter sous des affiches menaçantes : « ne touchez pas à ci ! Ne touchez pas à ça ! Ne rentrez pas dans le magasin si vous avez des symptômes covid ! Désinfectez-vous le mains ! » J’ai hâte de partir dans un quartier plus accueillant. Le matin lorsque je quitte l’hôtel l’impression de désolation est encore plus forte. Non seulement les bureaux, les hôtels, les appartements à louer sont vides, mais les boutiques sont fermées, interdites de travail ou carrément en faillite. Je m’arrête devant deux petits commerçants qui ne vont pas tarder à rejoindre le cimetière du capitalisme covidien : une librairie juridique située en face des Royal Courts of Justice (cours d’appel) et une boutique de vêtements masculins. Dommage car la librairie a en vitrine un ouvrage qui m’aurait bien intéressé :  son titre est « fake justice, fake law », « fausse justice, fausse loi ». Il y a sûrement dedans des éléments pour comprendre comment un faux procès peut se tenir dans une vraie cour avec un faux prisonnier mais de vrais geôliers et gardes-chiourmes. La boutique de vêtements m’émeut encore plus avec ses belles vestes de tweed si british et ses chaussettes bariolées excentriques – soldées à 70%, c’est une ambiance de fin définitive[1].

Devant les couleurs jaunes, mauves, rouges et oranges des chaussettes je me rappelles de celles qu’on avait envoyées à Julian Assange en deux colis en septembre 2019 alors qu’on cherchait à entrer en contact avec lui et qu’on pensait qu’il serait faisable de lui rendre visite. Les employés du Visitor Center de Belmarsh nous avaient conseillé de lui envoyer un colis et comme le seul colis autorisé aux prisonniers passées les 28 jours étaient des sous-vêtements et chaussettes, nous avions choisis de belles chaussettes aux couleurs les plus flamboyantes. « Il a l’air d’aimer les chaussettes » – nous nous disions en pensant à ces curieuses photos de Julian Assange en chaussettes mises en scènes par les médias. La prison Belmarsh n’a jamais réceptionné le colis qui est resté dans les arcanes mystérieuses de la Poste Royale, laquelle ne vous a jamais non plus rendu le paquet non remis au destinataire. C’est ainsi que nous avions eu les premiers sérieux doutes sur la présence de Julian Assange à Belmarsh car tous les prisonniers, mêmes les plus lourdement condamnés, peuvent y recevoir lettres, colis, visites, mail et argent.

La City est une ville fantôme mais lorsque je dépasse la limite de la commune de Westminster la situation n’est guère meilleure. Sur la grande artère commerciale Strand Street de la High Commission of Australia au métro Charing Cross près de Trafalgar Square c’est la bérézina :tous les magasins sont fermés et près d’un tiers est déjà à vendre. Le lockdown, verrouillage, fermeture, est ici comme en France une gigantesque opération de destruction artificielle de valeur capitalistique, un auto-da-fé duquel sortira un nouveau capitalisme flambant neuf, des oligopoles mondiaux surpuissants naitront sur les ruines de l’ancien monde. Mais comme dit mon ami polonais anti-covidien depuis le début, Jacek Nowakowski : le capitalisme ne participe pas à un concours de qui est le plus efficace pour sauver l’humanité. Le capitalisme détruit l’humanité pour le bénéfice d’une poignée de puissants, il est la destruction même comme il a si bien su le montrer au 20 siècle. Celui qui ne voit pas que le covid est une opération de destruction, une guerre économique sans merci sur le dos des peuples doit impérativement cesser de croire qu’il fait de la politique et retourner cultiver son jardin.

Centre ville entre la City et Trafalgar Square: destruction de la valeur capitaliste de la marchandise

Demain ces magasins n’existeront plus, mais il y aura autre chose, comme toujours, ce qui satisfera l’élite possédante du moment. Quant à nos vies perdues, notre culture en miettes, ce n’est pas l’affaire des capitalistes, comme me l’expliquaient doctement les thuriféraires de la « destruction créatrice » payés par les fondations américaines à Varsovie lors de l’anéantissement par stratégie du choc de la Pologne Populaire, de ma culture et de ma base sociale et politique en 1991. Celui qui est plus fort a raison, car il est le plus fort. CQFD.

Magasins lockdownés dans le centre de Londres

[1]Lipman&Sons, London’s menswear specialists for hire or purchase (lipmanandsons.co.uk

Paddington dans le lockdown

Je rejoins Paddington le plus vite possible car le bruit court dans les médias français que le procès peut avoir lieu cet après-midi au tribunal Westminster. Mon hôtel est toujours dans le même pâté de maison proche de Norfolk Place et du Frontline Club. Ses propriétaires chypriotes seront très gentils et vont me faciliter le séjour sans demander d’attestation covidienne. Peut-être participent-ils à la résistance du quartier contre le lockdown. A Paddington de nombreux commerces sont ouverts, même si les restaurants n’ont que peu de clients et que la vente à emporter est contraignante et ne rapporte que peu. Le Frontline Club avec son restaurant bio de luxe est fermé, mais mon Fish and Chips yougoslave et mon drugstore cosmétique travaillent normalement. Les restaurants et cafés chichas autour du consulat marocain rassemblent toujours leur clientèle même si une certaine lourdeur dans l’air est présente, due à un nombre croissant de promeneur masqués, enfants compris. Comme le masque n’est pas obligatoire, on comprend qu’ils ont sincèrement peur de la maladie.

Paddington du 5 au 8 janvier 2021

La Westminster Court travaille aussi à plein régime comme un jour normal. Je longe l’ancienne maternité pour femmes pauvres appartenant à la Church Army qui jouxte le bâtiment et partage ses sous-sols avec la cour. Commencés en octobre, les grands travaux se sont mus en une énorme opération de désamiantage et les palissades empiètent sur l’esplanade devant l’entrée des bureaux du tribunal. Je rentre dans le tribunal sans encombre et je parcours les couloirs en inspectant les listes des justiciables. Pas de Julian Assange, mais bien une cinquantaine d’Européens de l’est, soit en extradition, soit jugés pour des délits mineurs. Ils sont répartis sur les 3 étages de l’immeuble dans les salle de 1 à 10. Les couloirs d’attente sont remplis d’hommes, de femmes et d’enfants, il y a bien entre 150 et 200 personnes dans le bâtiment de la Westminster Magistrate Court ce 5 janvier 2021 à 14 heures. Et ce détail aura de l’importance le lendemain.

L’ancien hôpital de la Church Army jouxtant la Westminster Court est en désamiantage

Je reconnais le visage de certains procureurs, avocats et greffiers. Un des ministère public qui le plus poursuit les migrants d’Europe de l’Est  est le Public Authority Transport – des amendes à payer sans doute, peut-être pour défaut de masque. Malheureusement au deuxième étage je croise une des agente de sécurité black qui officie souvent pendant « le cas Assange » et qui est plus sévère que les autres. Hélas, elle me reconnait aussi et à son regard je comprends que ce n’est pas bon pour moi. Elle va certainement communiquer aux autorités que je suis déjà là, la Franco-Polonaise assidue du procès Assange. Je n’avais pas les moyens de l’éviter et avec mon chapeau et mon manteau je suis plus que reconnaissable.

Je demande à la jeune secrétaire voilée du guichet si c’est bien demain ici l’audience « application for bail » de Julian Assange. Elle part s’informer dans le bureau, alors que normalement tout devrait être écrit sur son ordinateur. Assange est un cas à part qui n’est pas inscrit sur les registres, visiblement. Elle ressort pour me dire « oui, c’est bien demain, 10 heures ». Je peux le communiquer à tout le monde sur Facebook, il faut donner l’information la plus fiable possible.

Je peux alors partir manger un bon repas et discuter dans les cafés du coin ou j’apprends beaucoup de choses. Nous discutons de la situation dans nos pays, les Londoniens se montrent préoccupés par la violence sévissant en France. Chez eux la peur est plutôt économique, car malgré les interdictions édictées par le gouvernement ils n’ont pas l’air d’avoir peur de la police, mais plutôt de perdre leur moyens de subsistance, le quartier étant désert alors qu’il vivait du tourisme. Une gérante m’explique que l’aide de l’Etat se résume aux paiements de quelques factures alors qu’il faut pouvoir se nourrir et payer les crédits de l’appartement ou le loyer. Un propriétaire d’un café d’habitués me raconte que les gens ont peur d’aller à l’hôpital. En effet, même dans une institution aussi vénérable que le St Marys Hospital ou Fleming a découvert la pénicilline en 1947 et ou seraient née les enfants et les petits enfants royaux de Diana Spencer, il y a eu deux cas de personnes de 60 ans entrées pour des affections bénignes, décédés dans la nuit et estampillés immédiatement « morts covid » » sans que les familles puissent sauver leur proche ni se défendre. Le même scénario de politique criminelle est mis partout en place qui sème la terreur et conduit à la défiance face aux institutions de santé les plus établies.

Pour bien me préparer à l’épreuve d’endurance du lendemain, je m’achète pour le petit déjeuner une belle boite de dattes et du lait de chamelle chez un sympathique épicier marocain ouvert tard dans la nuit.

L’épreuve de la bataille : storytellers, milice privée et polices diverses

Pour Greekemmy, Deepa et 3 autres, la nuit devant la Westminster

Je pars à 5h30 et j’arrive en 5 minutes. Et je déchante. A 5h35 Greekemmy et ses acolytes sont déjà devant la porte assis sur des chaises longues et munis de termos de boissons chaudes. Ils y ont peut-être passé la nuit, ce que je ne peux me permettre pour des raisons de santé, il fait bien trop froid. Je ne peux pas non plus apporter de matériel de camping, car il sera refusé dans la cour tandis qu’eux peuvent le laisser à leurs collaborateurs. De plus si la police me cherche noise je serai en tord en tant qu’étrangère. Greekemmy et Deepa dorment emmitouflées dans leurs vestes, deux jeunes hommes discutent devant la porte avec un de leur amis plus âgé. Derrière  elles Sabine et son fils me saluent : Arrivée à 4 heures, tout le monde était déjà là, elle est bonne sixième dans la file. Je n’avais aucune chance d’être première aujourd’hui.  Mais je m’installe vaillamment derrière Sabine avec mes dattes et mon lait de chamelle et mes autres trésors à partager.

Ruptly installe le matériel et filme en continue dès 6 heures du matin

Je reste debout comme ça de 5h30 à 9 heures, trois heures et demie. Lorsqu’il pleut j’ouvre mon parapluie, je ne peux pas m’asseoir, pas bouger, pas me rapprocher trop, « social distancing » oblige. La torture. Une fille blonde est arrivée juste après moi et resquille sans ménagement en se plaçant devant la porte pour discuter avec le jeune homme le plus proche de l’entrée. Elle ressemble à ces « chiots » journalistes stipendiés par le CIJ qui hantaient les procès à la Woolwich et à la Old Bailey sans rien comprendre au sort de Julian Assange et sans vraiment s’y intéresser.

Ce n’est pas de la procédure judiciaire dont elle discute avec son pote, cela ressemble plutôt à de la  drague. Je ne suis pas contente mais je ne peux rien faire. J’ai juste l’espoir qu’avec 40 places dans la salle 1 que nous connaissons bien, même avec le Covid le plus sévère on devrait bien pouvoir être 10 à entrer… Surtout que 2 heures plus tard, nous ne sommes en réalité que 20 dans la file pour le procès d’Assange.

La meute de reporters qui chassent une photo d’Assange s’installe

Ceux qui créent la foule sur la petite place sont les 200 journalistes et reporters qui installent leur lourd matériel devant sur la porte. Ils ont même des parapluies tendus au-dessus de caméra statiques posées sur des trépieds sur le trottoir. Leurs objectifs sont braqués sur l’entrée comme si les journalistes étaient certains que Julian Assange va apparaitre et qu’ils ne voulaient pas rater une seconde de son précieux discours. Je m’en ouvre à Sabine qui confirme que cela peut être un indice. Je remarque plusieurs chaines et agences russes, RT bien sûr, mais aussi Ruptly, Rossia Siegodnia 1 et Spoutnik qui nous avait contacté. C’est la première fois qu’ils sont si nombreux, à côté des anglo-saxons, français, de RTL… J’ai brusquement plein d’espoir que Julian Assange sorte libre et que je puisse lui parler enfin pour la première fois. Je suis prête à communiquer avec lui.

Cependant, notre attente dure vraiment longtemps alors que les journalistes remplissent la petite place et enregistrent tout ce qui se passe. L’ambiance change. Elle n’est plus intimiste comme nous ne rencontrions ici que les mêmes personnes. Il faut rappeler que pendant 1 an, de septembre 2019 à août 2020, l’intérêt pour Julian Assange était au plus bas. Lorsque nos actions citoyennes l’ont fait remonter de la « Dark place » (comme il le dit dans sa lettre SOS à Wikijustice) et finalement gagner une première bataille, brusquement c’est la foule de médias. Le succès a beaucoup de pères, mais ils n’ont pas été très actifs dans la lutte, j’en suis témoin ici depuis septembre 2019 ! L’ambiance est plutôt à « l’accueil de la rock star » aussi hypocrite qu’étouffant qui prévalait en juillet 2010 quand Julian Assange était mis en scène au Frontline Club pour les plus importants lancements de Wikileaks. « Parfois on ne pouvait même pas passer dans la rue, tellement il y avait de caméras. Et lui ne pouvait même pas se pencher par la fenêtre, car il était constamment poursuivi pour une photo. On était comme sur le tournage d’un film » m’a raconté un témoin oculaire vivant dans le quartier. Julian Assange, un hacker inconnu qui surgit brusquement du néant pour faire le buzz? Plutôt une personnalité déjà importante début 2010 pour le système politico-médiatique dès son lancement, comme on lance une mode dans l’industrie de la musique ou du film.

« Anoushi », le salarié de Mitie m’interdit d’entrée dans la cour et se fait aider par la police métropolitaine. Il n’a pas voulu dire son vrai nom qui n’est pas inscrit sur son badge alors que c’est obligatoire pour un agent de sécurité privée

Le soleil se lève vers 8h30 et illumine un ciel gelé. Je suis frigorifiée quand tout se précipite et je manque peut-être de réactivité. Un peu avant 9 heures un groupe d’agents de sécurité arrive pour déverrouiller la porte d’entrée. Ce ne sont pas les mêmes que nous voyons d’habitude et ce ne sont pas les mêmes têtes que j’ai vues la veille. Bien sûr l’entreprise a changé, mais certains anciens de Mitie ont été repris. Aujourd’hui ce sont des jeunes vêtus d’étranges vestes fluos toutes neuves comme des ouvriers de chantiers qui prennent leur poste dans le sas devant la porte s’ouvre. Ils sont l’air bien novices pour des agents de sécurité chargés de gérer un flux important de personnes. Mais apparait alors un troisième personnage que nous avons bien connu du 11 octobre 2019 au 19 février 2020 mais que je n’avais pas revu depuis, lors des sessions de juillet, août et octobre dernier. C’est le manager de Mitie qui gérait la liste de Greekemmy en octobre 2019, qui surveillait Assange lors de l’audience de « l’instruction espagnole » salle 4 le 20 décembre 2019. C’est aussi l’homme dont Assange avait si visiblement peur quand il a comparu le 13 janvier 2020 dans le box et que nous avons pu communiquer avec lui par le regard. Le corpulent homme de type indien était alors présent l’après-midi dans la salle d’audience et nous avons bien senti que sa présence intimidait Julian Assange.

Foule de journalistes devant la porte à 10 heures, et quelques militants

Pour toutes ces raisons et aussi parce que je ne l’ai pas vu travailler en dehors des procès Assange, je suis de plus en plus convaincue que cet homme ne travaille pas pour la cour mais pour uniquement les organisateurs de ce « procès privé », non lié en vérité au du ministère de la justice britannique.

Aujourd’hui notre homme arbore un pull bleu marine, un badge sur un cordon et un masque noir. Il se place dans l’embrasure de la porte alors que nous resserrons la file pour ne pas perdre nos places. Déjà quelques voix demandent à la jeunes fille blonde de s’écarter puisqu’arrivée après moi elle n’est que 8ème dans la file. Elle obtempère de très mauvaise grâce. Loin derrière j’avais repéré Georgina. Cette fois elle ne devrait pas pouvoir entrer, située en si mauvaise position. Mais voilà que je la vois me saluer de loin et puis… remonter toute la queue avec un culot tranquille de celle qui sait qu’elle a raison et se placer derrière moi… Elle noue conversation avec moi, demande des nouvelles et salue Sabine. Je m’attends à des protestations des autres, mais non, personne ne bouge. J’ai encore une fois la preuve qu’elle fait partie du scénario du procès. Elle va rentrer c’est certain, quoi qu’il arrive.

Je m’astreins à rester calme alors que la pression monte. Le manager déclare (et c’est toujours aussi difficile de comprendre à travers les masques) « seulement 5 personnes pourront rentrer, 8 avec la famille ». C’est la consternation, l’affolement. Mais il y a 40 places dans la salle ! J’essaye de parlementer, on a déjà été salle 1, il le sait, c’est lui qui était là en octobre 2019 et janvier 2020 ! Mais l’homme est dur et inflexible « because the Covid ». Le Covid sert tout à fait les intérêts du système dominant en empêchant les citoyens de contrôler ce qui se passe dans les lieux publics ! Pourquoi aujourd’hui est-il impossible d’être plus de 4 dans cet immense bâtiment vide, alors que la veille j’ai bien vu 200 personnes à la fois dans ce même bâtiment de 14 à 17 heures ! Le Covid sert surtout à nous chasser du procès de Julian Assange ! D’ailleurs, ce procès semble être l’unique action à la Westminster aujourd’hui, les familles des extradés est-européens sont absentes et les avocats des autres affaires seront une poignée.

Surtout que « la famille » n’est pas là ! Nous sommes tous la famille de Julian Assange ! Le manager tient une liste avec des noms, quelqu’un lui demande pourquoi réserve-t-il des places à une famille toujours absente alors que le tribunal ouvre et que les journalistes se précipitent ? Il répond : « ce sont les avocats qui donnent le nom de la famille ». Nous avons la réponse qui est décisionnaire pour l’attribution le titre de « famille » aux différents militants ou salariés du groupe Wikileaks. Cependant, à ce moment ni Fitzgerald ni Summers ne sont présents, nous continuons de protester, eu égard aux heures passées devant cette maudite porte.

Auparavant il a toujours été possible de rentrer et la sélection était effectuée devant la salle d’audience. Entre temps Fidel Narvaez est arrivé et sans avoir fait la queue il récupère la place d’un proche de Greekemmy. Les deux jeunes hommes les premiers devant la porte, celui à la dégaine de stagiaire du CIJ ainsi que celui qui s’est présenté à moi comme comédien, entrent déjà. Greekemmy saute au cou de Deepa : elle a l’assurance de m’avoir définitivement écartée du jeu. Les deux femmes entrent avec Narvaez. Le manager laisse alors passer quelques personnes munies d’une petite carte de presse bleue. Surprise, Georgina a encore poussé tout le monde et elle se trouve devant moi. Je la vois alors montrer à l’homme une petite carte en plastique blanche barrée de deux bandes marrons. Elle travaille bien pour une institution importante, probablement gouvernementale et cette carte mystérieuse est le sésame qui lui ouvre à chaque fois les portes de ce procès.

Alors Sabine proteste, fait valoir sa qualité de « personal friend » de Julian Assange. Mais pour prouver cela il faut la présence de Fitzgerald. Nous supplions le cerbère de au moins nous laisser entrer dans l’immeuble pour aller aux toilettes car nous sommes ici debout sans bouger 4 heures par un froid glacial, une température en dessous de zéro ! Il refuse « covid oblige ». Dans le stress le fils de Sabine se met à pleurer et crier, la foule de journaliste appuie sur nous, c’est la confusion. Ce n’est qu’à cause de la présence de l’enfant que le cerbère qui faisait si peur à Assange lui permet d’aller aux toilettes. Elle rentre avec son fils mais me dira ne pas avoir pu accéder à la salle et n’avoir vu Assange qu’à travers la petite vitre de la porte.

Je suis repoussée de devant la porte par la police municipale MET

Le « manager » en chef nous repousse sur le côté droite de la porte sans ménagement, sous prétexte de laisser entrer les quelques avocats des autres procès. Il n’a que le mot « covid » à la bouche alors qu’il n’est que trop visible qu’il n’agit pas en professionnel de la sécurité: en repoussant 25 personnes, il nous coince contre les 200 journalistes armés de leur matériel. Nous sommes pris en tenaille entre lui, le mur et la foule. Nous sommes serrés l’un contre l’autre comme au temps du procès de la Woolwich Court, en février de l’année dernière. Gérer la foule de façon aussi non professionnelle est dangereux, je le sais car j’ai exercé cette profession. Dans ce type de situation il faut au contraire créer un flux pour éviter le blocage et les mouvements de panique. Lui et les organisateurs de la rencontre sont tellement obnubilés par l’idée de ne laisser PERSONNE d’étranger au sérail voir Assange (et les négociateurs de sa libération ?) qu’ils ont décidé de faire fi des consignes de sécurité et nous refouler en nous bloquant devant la porte quitte à mettre les gens en danger, épidémie ou pas.

Je suis très en colère et j’essaye de contre-attaquer : je demande son nom à notre homme. Il sait qu’il doit me répondre, mais marmonne un son inaudible derrière son masque. J’entends quelque chose comme « Anish, Anishou » mais pas de nom de famille. Je fais un pas de plus, je lui dis que je ne comprends pas et je prends son badge dans mes mains pour le lire. Ni le nom de son entreprise ni son nom ne figure sur son badge. Il n’a qu’un simple badge visiteur. Il ne travaille donc pas pour la Westminter Court. On s’en doutait depuis longtemps qu’il n’est en réalité pas un agent de sécurité professionnel. Qui est-il et pour qui travaille t- il alors ?

L’homme n’a pas le temps de réagir que déjà la police arrive. C’est la MET, la Police Métropolitaine de Londres reconnaissable à ses damiers blancs et noirs sur les couvre-chefs et leurs chasubles fluos. D’habitude ils sont peu nombreux et plutôt paisibles. Nous avons eu rarement affaire à eux car ils ne viennent que pour gérer la circulation dans la rue et il n’y a pas eu foule à la Westminster pour Assange depuis au moins le 21 octobre 2019 ! Mais aujourd’hui 30 personnes vêtues d’uniformes tout neufs ont débarqué, munies de menottes, de matraques et de masques noirs. Le masque a en général l’effet dépersonnaliser la relation et le pouvoir de la police s’en trouve renforcée puisque nous ne sommes plus pour eux des humains avec des émotions mais des objets à gérer. Leur chef fait ouvrir à « Anushi » la deuxième porte d’entrée pour fluidifier la circulation : les journalistes s’y pressent immédiatement, font des photos du hall d’entrée, cela a comme effet d’alléger la pression sur nous qui sommes stockés à droite de la porte principale. Je suis la première de la file, tous les autres appuient sur mon dos, dont la jeune fille resquilleuse de tout à l’heure qui actionne fébrilement son appareil photo professionnel.

Mais les policiers forment un cordon pour protéger la porte d’entrée et nous repoussent encore vers la droite. Ce n’est pas non plus très professionnel de leur part car nous risquons d’être écrasés contre le mur. Je tente de résister à la pression physique et psychologique. D’abord j’essaye d’amadouer les jeunes agents de sécurité mais ils sont inexpérimentés et me font un signe que « ce n’est pas nous qui décidons ». Lorsque deux policiers imposants se posent entre la porte et moi, je suis obligée de battre un peu en retraite, mais je persévère.

Coincée par la police entre le mur et l’imposant attirail des médias

Je leur dis que j’ai besoin d’aller aux toilettes, que cela fait 4 heures que j’attends dans le froid, mais l’homme me renvoie vers la gare Marylebone. Il a cependant une voix aimable et je continue le dialogue en adoucissant mon ton. Je lui dis que je représente une association de défense des droits de l’homme et que c’est curieux qu’on ne puisse pas voir Julian Assange pour témoigner du procès, de l’état du prisonnier politique… Le policier m’écoute et me dit « je vous comprends ». Alors enhardie, je déclare qu’il n’est pas normal que ce n’est pas lui qui fasse régner l’ordre dans le tribunal mais un entreprise privée. Il confirme « je n’ai pas le droit d’y entrer ». « Parce que c’est un bâtiment privé, n’est -ce pas ? » – je continue.

Plan cadastral de Prudential – aka Westminster -et anciennement Marylebone – magistrate Court

 « Il appartient à Prudential n’est-ce pas ? Une entreprise privée. Donc une entreprise privée peut louer des salle pour le tribunal mais aussi pour tout autre événement privé et ceci est une événement privé » ? L’homme acquiesce. Il se comporte effectivement comme on travaille dans le secteur événementiel : les agents de sécurité privés loués par les organisateurs de l’événement sécurisent et filtrent l’espace privé ou l’événement a lieu tandis que la police, en cas de forte affluence, gère logiquement l’espace public, la rue. C’est cousu de fil blanc, on est dans un film. Voilà pourquoi il n’y avait pas de covid hier lorsque siégeait le vrai tribunal Westminster Magistrate qui loue selon le cadastre ses locaux à Prudential et voilà pourquoi aujourd’hui le « covid » sert de prétexte pour m’empêcher d’entrer[1]. Les organisateurs de l’événement ne veulent que Greekemmy, Deepa et Narvez comme témoin. C’est tout. D’ailleurs Rebecca Vincent en manteau rouge se fait refouler. Un peu plus tard Elliot et Esther Shipton tenteront leur chance comme à la Old Bailey mais n’auront pas plus de succès en l’absence de John Shipton, malgré deux passeports australiens dans la main d’Esther. Ils ne sont pas aujourd’hui utiles aux organisateurs du spectacle.

A 10 heures il n’y a toujours pas de « famille » de Julian Assange et il reste en théorie 4 places. Je réessaye la négociation. Mais de derrière mon dos surgit Craig Murray, l’air perdu. « Anushi » lui permet d’entrer dans le sas en attendant d’avoir un avocat sous la main pour confirmer son autorisation de présence. Evidemment personne ne présente aucune pièce d’identité, comme d’habitude dans le cas Assange dont l’identité est aussi incertaine que celle de ses prétendus parents, fiancées, épouses et enfants. Soudain, Craig Murray, stressé, se tourne vers nous pour demander… un stylo ! La femme derrière moi lui donne le sien. Un journaliste sans stylo, je ne peux hélas pas l’aider.

Peu après 10 heures la pression des journalistes sur nous devient intense : ils photographient à qui mieux mieux Stella Morris qui s’approche de la porte d’entrée. Kristinn Harfnsson et Joseph Farell l’encadrent comme deux gardes du corps. Elle parait décontenancée et en colère de ne pas pouvoir entrer immédiatement comme une star car « Anushi » la refoule comme les autres. Il n’y a brusquement plus aucun « social distancing » – je me retrouve côte à côte avec Stella Morris devant la porte, seuls 30 centimètres nous séparent. Je peux la voir de très près alors qu’en septembre à la Old Bailey je l’ai certes remarqué avec sa robe rouge en train de deviser joyeusement avec Jennifer Robinson dans les travées de la salle 10 avant l’arrivée d’Assange le 9 septembre, mais il y avait encore 20 mètres entre nous. Alors que je suis si près d’elle, je m’aperçois que cette personne est différente de la « Stella Morris » qui fréquentait la Westminster Court le 19 e 20 décembre 2019, le 23 janvier et le 19 février 2020. Certes, depuis l’audience du 28 juillet 2020, Stella Morris porte toujours un gros masque noir ou rouge qui m’empêche de bien distinguer le bas de son visage. Mais sa taille ne trompe pas : la femme que j’ai vue ici de décembre 2019 à février 2020 ainsi qu’à la Woolwich Court la dernière semaine de février était de très petite taille, inférieure à 1,55 cm. Cette personne mesure au moins 1,60 cm car le sommet de son crâne se situe à la hauteur de mes yeux et je mesure 1, 67 centimètres. Elle a un visage plus massif, la mâchoire plus carrée, les lèvres plus épaisses et son teint est marqué par des cicatrices sur la tempe droite visibles malgré le maquillage. La femme que j’avais croisée sous le nom de Stella Morris en hiver 2019/2020 avait un menton plus pointu, un visage ovale, un teint clair sans défaut avec quelques tâches de rousseur. On aurait dit deux sœurs, celle devant moi d’ailleurs plus âgée que la précédente. Je suis déroutée, mais je constate aussi que « Stella Morris » de l’hiver précédent avait des épaules plus rondes et une poitrine plus opulente…Elle portait d’ailleurs souvent des tenues blanches alors que la Stella Morris d’après le 11 avril porte souvent des tenues rouge sombre, aujourd’hui un tailleur marron et un pull à coll roulé bordeaux. Je l’ai bien vue pendant des heures à la Woolwich Court. Certes, je n’y ai pas prêté tant d’attention puisqu’il n’était pas question à l’époque qu’elle fusse la fiancée d’Assange mais les quelques photos volées publiées ça et là m’apportent encore un élément de preuve que ce n’est peut-être pas la même personne. Je n’oublie pas non plus qu’Assange ne faisait pas non plus beaucoup d’attention à « Stella Morris » à la Woolwich Court, même s’il lui glissait des petits papiers qu’elle était chargée de transmettre deux rangées plus loin, comme à l’école, à Fitzgerald ou Summers.

Stella février 2020 à la Woolwich Court – j’étais assise au balcon je l’ai vue et Assange aussi
Stella le 6 janvier 2021 devant les caméras

En face de moi elle a un air dur et déterminé. La « Stella Morris » de l’hiver précédent n’était pas très causante, refusant de répondre à la moindre de nos questions, elle ne souriait jamais non plus, mais son visage impassible exprimait plutôt l’indifférence que l’hostilité.

Pendant notre face à face de 10 minutes, Kristinn Hrafnsson essaye de discuter avec le manager mais sa voix est à peine audible. Le trio attend donc mitraillé par les photographes jusqu’à ce qu’une jeune femme, Florence Iveson ou l’assistante de Gareth Peirce arborant un masque vert qui cache bien son identité, parlemente avec « Anushi » et finisse par les faire entrer par la deuxième porte. Je vois Stella Morris enlever sa veste marron (elle ne porte pas de manteau ni de sac comme d’habitude, comme si elle sortait directement d’un appartement proche ou avait laissé toutes ses affaires dans une voiture…) et passer le portique de sécurité.  Je décide de persévérer, une place peut toujours se libérer… Mais voilà que les policiers hommes de la MET sont remplacées par des femmes flics beaucoup moins avenantes. Les policières nous crient des ordres de dispersion à moi aux 5 militantes qui attendent toujours derrière moi. D’après ce que je comprends, comme en France la police estime que le covid leur donne le droit de suspendre la liberté de réunion et de circulation. Selon les « mesures covid », on ne devrait même pas quitter notre domicile. Les policières nous poussent vers le mur, elles se font menaçantes. Une grande blonde me prend pour cible, je lui demande de ne pas me toucher puisque le covid exige le « social distancing », et elle est prête à m’empoigner. Je me dérobe, je recule, puis je reviens vers la porte. Les fliquettes nous repoussent vers le matériel des journalistes, comme si elles assuraient la sécurité d’une personnalité importante qu’il ne faudrait pas déranger. Elles sont bien plus là pour cette raison que pour assurer l’ordre sur la voirie, car nous militantes sommes bien moins nombreuses que les journalistes et parfaitement pacifiques. Le ton monte entre certaines militantes britanniques et les policières, le droit à la liberté de circulation et la liberté d’expression se heurte ouvertement au « monde nouveau »et illégal des « mesures covid »…

J’admets la mort dans l’âme que je ne pourrais plus entrer. Si Assange est présent salle 1, la réunion a commencé et ne durera pas longtemps. Un peu avant 10 heures des photographes avaient bien couru vers l’entrée des voitures Seymour place sur le côté gauche du bâtiment dans l’espoir de faire une photo d’Assange, mais ils étaient revenus bredouilles. Il est possible que Julian Assange ait été amené dans ces lieux bien avant notre arrivée ou autrement que par l’entrée des fourgons de prisonniers. Je suis contrainte de m’organiser afin d’agir si Julian Assange sort et prononce un discours devant ces dizaines de microphones braqués sur la porte. Je dois lui transmettre notre message sur le panneau « SOS received » et nos coordonnées. Pour être visible politiquement, j’ai apporté un drapeau français et mon Gilet Jaune, que je n’ose pas néanmoins brandir mais je les tiens à la main. La fliquette blonde m’a en effet à l’œil. Je recule pour me mettre hors de sa portée et je m’assieds par terre à côté d’une jeune journaliste prête à la chasse à la photo. Elle est free-lance, je lui raconte toutes les péripéties de la lutte de Wikijustice pour la libération de Julian Assange. Elle est intéressée et prend nos coordonnées. Elle a entendu parler de l’importance du mouvement des Gilets Jaunes venus ici en octobre 2019 et à la Woolwich Court en février 2020 et elle est préoccupée par la situation politique chez nous, la dictature covid de plus en plus violente. Si les droits de l’homme tombent aux Pays des Droits de l’Homme, c’est un très mauvais signe pour le monde entier.

Les policières masquées nous empéchent de nous approcher de la porte

[1] cadastre 179 à 185 Marylebone Road – Prudential aka Westminster Magistrate Court

Police spéciale assurant la protection des personnalités ?

Nous restons ainsi à attendre dans le froid sous la garde des flics. A 10h45 je distingue Greekemmy dans la baie vitrée au premier étage. Elle envoie des messages sur son téléphone. Immédiatement les militants qui s’était réfugiés derrière les journalistes pour échapper à la police se mettent à crier « Free Assange ». Je comprends que Julian Assange ne sortira pas. Ce n’est même plus la peine d’attendre ici. Dès que le refus de la libération est prononcé, le captif est habituellement évacué rapidement. Je partage mon analyse avec ma voisine, je reste le temps d’avoir une confirmation de la mauvaise nouvelle et je décide de me poster avec mon panneau, mon drapeau et mon Gilet Jaune à la sortie des fourgons. Au moins 30 journalistes l’ont déjà fait et ils occupent le trottoir de la rue Seymour place côté gauche du bâtiment. Mais ils ne peuvent se rapprocher de la porte cochère car un autre corps de police en barre l’accès : pas moins de 6 voitures et car de police sont garés le long du trottoir dont un grand camion de la Territorial Support Groupe de la MET. Ces policiers tout en noir paraissent encore plus durs, mais plus professionnels que les femmes de la MET. Ils se déploient en cordon dans la rue, font faire demi -tour aux voitures qui circulent et nous intiment, poliment mais fermement, l’ordre de rester sur le trottoir opposé. Leur uniformes et leurs armes ont l’air usés, ce n’est pas du fake cette fois. Ce sont des vrais policiers de protection de personnalité, exactement comme ceux qui armés de mitraillettes gardent le Palais de Kensington, ce Palais tellement lugubre qu’on se demande si ces policiers ne gardent pas des prisonniers à l’intérieur plutôt que de protéger le palais des dangers de l’extérieur…

Policiers du Territorial Support Group qui assurent aussi la garde des Royaux
le bus des Territorial Support Group

Mon attente du véhicule censé ramener Assange en « prison » va durer plus de deux heures. La manifestation continue sur l’avenue Marylebone, deux militantes sont interpellées par les policiers de la MET qui doublent le cordon de la Territorial Support Group. Elles sont amenées vers l’entrée de l’immeuble d’habitation jouxtant la Westminster, peut être des logements de fonction car il appartient au complexe de la cour. Les femmes arrêtées crient, mais cela n’a pas l’air bien méchant, quelques minutes après je les vois blaguer avec les policiers. Une mise en scène ou du vrai ? Je ne sais pas. Les journalistes sont de plus en plus nombreux dans cette rue, se désintéressant de Stella Morris qui effectue une courte déclaration devant un parterre de plus en plus clairsemé. Sur le film que me montrera ma voisine d’attente, elle a l’air déconfite, elle s’attendait visiblement beaucoup à ce qu’un projet important pour elle aboutisse.

Vraie ou fausse interpellation? Une militante avec la police Territorial Support Group

Quelque chose a néanmoins encore lieu parce qu’Assange ne sort toujours pas. Des négociations en haut lieu avec des personnages importants ? L’ampleur du dispositif policier inédit en ces lieux le suggère fortement. Ces policiers qui gardent la Reine ne sont pas venus pour nous contenir ni pour faire respecter les prétendus « covid rules ». Hier il n’y avait pas de règles covid, aucun policier et une foule dans le tribunal. Aujourd’hui les policiers sont venus pour protéger ceux qui effectuent une négociation. En effet aucune voiture ne sort de la Westminster-Prudential pendant 2 heures. Je n’en peux plus tellement j’ai froid et je suis épuisée. En deux heures il n’y a qu’un seul mouvement : un petit fourgon de type utilitaire rentre dans l’immeuble, la grande porte se soulève et dans les profondeurs de la Westminster on distingue deux véhicules, celui de droite garé plus profondément que celui de gauche. La voiture sort quelques minutes après, sans qu’on puisse voir qui y est assis, mais les journalistes ne bougent pas, il est peu probable que cela soit Julian Assange.

Peu avant 13 heures les policiers du Territorial Support Group quittent les lieux. Je vois leur chef communiquer avec une officière de la MET qui dirige le dispositif. Elle a en main un support rigide avec un document posé dessus, comme si elle assurait le script d’un film. Lorsque le fourgon noir des vrais policiers s’en va, le cordon de policières qui nous avaient nassées auparavant se déplace autour de la porte cochère prenant le relais des hommes en noir. La Territorial Support Group ne comportait en effet aucune femme.

La cheffe « script » du Territorial Support Group
Caméras braqués sur la sortie du fourgon

Brusquement à 13h20 la porte cochère se soulève et un fourgon de prisonnier en sort. C’est la ruée des journalistes sur le véhicule qui tourne à droite en direction de Marylebone Road. Il a deux petits hublots : je me précipite aussi et je plaque mon papier sur l’un d’eux, dans l’espoir qu’Assange voit notre message, comme je l’ai fait ici même le 20 décembre 2019 et le 13 janvier 2020. A l’époque les 5 policiers présents n’étaient ici, selon leurs propres mots, que pour nous empêcher de rentrer dans le sous-sol. Mais voilà qu’à peine ai-je eu le temps de faire ce geste, que la fliquette blonde agressive se précipite sur moi, m’empoigne et me tire en arrière. Elle me hurle dans l’oreille « you broke the covid rules, you’re gonna be arrested » (« vous avez rompu les lois covid, vous allez être arrêtée »). Je suis en pays étranger, je sais néanmoins que les policier anglais n’ont pas le droit d’interpeller les gens dans la rue aussi facilement qu’en France. Il n’y a pas de police nationale en Angleterre en fait, mais une multitudes de polices locales. La MET n’est que la police municipale de Londres, et même la fameuse Scotland Yard n’est pas une institution gouvernementale. Elle ne peut pas contrôler les identités des gens et ne peut agit qu’en cas de flagrant délit ou de «supposition raisonnable qu’un crime a été commis »[1]. C’est bien parce que le gouvernement n’a pas les moyens de faire respecter les obligations de masques et d’interdiction de déplacements que le maque n’est pas imposé dans la rue et que tous les « covid rules » ne sont en réalité que des « recommandations », contrairement à la police française et ses amendes terrorisantes.

Je suis secouée par la violence de cette personne, alors qu’une autre policière, plus sympathique, me crie « Ce n’était pas lui dans la voiture » !  Alors je reviens à charge, je m’approche d’elles pour leur parler. J’explique que je n’ai rien fait de mal, que je ne voulais pas arrêter la voiture mais faire passer un message, qu’Assange est libre juridiquement et devrait avoir le droit de communiquer, que ce n’est pas normal que les associations des droits de l’homme soient persona non grata dans un tel procès, que la démocratie est en danger… Les deux autres femmes me regardent, j’espère qu’elles sourient derrière leur masque, surtout que j’ai enlevé le mien pour leur montrer que je ne leur suis pas hostile. La blonde agressive continue de maugréer quelques chose que je ne comprends pas, toujours arcboutée sur ses « covid rules ». A cause du masque, sans voir l’expression des visages, sans bien comprendre et être comprise, je perds beaucoup de mon efficacité diplomatique.

Le petit utilitaire dans lequel Julian Assange n’est pas là
La Metropolitan Police prend le relais de la Territorial Support Group et des agents de sécurité qui contrôlent l’intérieur du bâtiment. La police escortera le minibus blanc qui sera la dernier à sortir du bâtiment Prudential

Je suis contrainte de m’éloigner sous la menace, j’avais déjà remis mon drapeau français et mon Gilet Jaune dans mon sac. J’en ai tellement assez que je décide de partir, pour la première fois de tout mon périple militant pour Assange, sans avoir attendu jusqu’au bout. Derrière le pâté de maison un seul petit café arabe est ouvert : nous nous y retrouvons entre militants pour enfin boire un café, certains réussissent à convaincre le propriétaire de pouvoir se réchauffer dedans. C’est tellement inhumain de rester debout dans le froid glacial dehors pendant 8 heures. Je prends mon café, je reviens vers la porte et je m’assieds par terre comme je le fais à Paris depuis septembre, depuis que je n’ai plus le choix et notre vie oscille entre celle de clochards et de bêtes de somme qui vont au travail et rentrent à l’étable le soir sous escorte policière. Comment aider Assange alors que nous-mêmes devons désormais lutter pour rester libres ?

Quelle spectaculaire dégradation de l’état des droits de l’homme en Europe en tout juste 1 an !

Il est enfin 13h35 quand l’acte final a lieu. La porte se soulève, nous voyons tous les agents de sécurité, dont « Anushi », qui ont travaillé sur l’événement, rassemblés sur le seuil du garage. Ils escortent le grand véhicule blanc qui se trouvait tout au fond du bâtiment et qui s’avance vers la sortie. Ce n’est pas un fourgon de prisonnier, les journalistes n’y prêtent donc pas attention. Au moment où le véhicule s’apprête à tourner dans la rue, les agents de sécurité privée font la passation de responsabilité à la Metropolitan Police qui forme un cordon de protection autour de lui. Alors je vois que c’est un grand minibus blanc de 30 places banalisé, sans aucune enseigne Serco ou autres entreprise liée aux prisons. Il ressemble à une véhicule du gouvernement transportant des personnalités. D’ailleurs, il est équipé d’un discret gyrophare dont la lumière bleu s’allume puis s’éteint. Les vitres du minibus sont teintées, de même que celle de la porte du passager de sorte qu’il est impossible de voir l’intérieur ni le visage du conducteur. Il est très probable que Julian Assange soit là avec des membres importants du staff, des négociateurs, des organisateurs… des chefs. Alors que le minibus tourne à gauche, direction Hyde Park, Kensington, quartiers royaux, je me retrouve seule devant lui. Je brandis mon panneau, je lève le poing. Si Assange est là, il m’a vue.

Le minibus démarre lentement, puis tourne à nouveau à droite direction Baywaters et Kensington. Les journalistes le prennent en chasse, ils ont enfin compris qu’Assange est dedans, mais c’est trop tard. L’immeuble est vide. Les policiers du MET rangent leurs affaires dans les 2 voitures restantes et partent sans façon. La porte cochère est fermée et les agents de sécurité sortiront par l’entrée des bureaux de l’autre côté. Je suis tellement fatiguée et transie de froid que je salue rapidement la jeune journaliste free-lance et je quitte les lieux pour me réfugier dans mon hôtel.  Je ne l’ai pas vu, c’était impossible, mais il m’a vue, alors je n’ai pas fait tout cela pour rien.

Craig Murray

[1]https://www.met.police.uk/advice/advice-and-information/st-s/stop-and-search/your-rights-and-responsibilities/

Joseph dit « le trotskiste »
Fidel Narvaez

Pour sa Liberté et la Nôtre – 2ème Partie. Julian Assange à la Old Bailey le 4 janvier 2021, en vie mais toujours captif

Monika Karbowska

Dieppe la muselée versus Brighton la rebelle – voyage en Angleterre le 2 janvier 2021

De Dieppe à New Heaven en Angleterre

A l’heure du mensonge planétaire les médias et les gouvernements nous font croire qu’il est interdit de voyager. Mais ce n’est pas vrai. Ainsi je suis repartie en Angleterre le 2 janvier en allant d’abord à Dieppe et de là avec le ferry de l’autre côté de la Manche.

Mon voyage commença à la gare Saint Lazare le 1 janvier dans une drôle d’ambiance qui me rappelle le film de science-fiction « Brazil » : 2 corps de polices différents arpentent la gare à l’affut de quelques réfractaires au masque, des soldats Vigipirate circulent en commando en faisant des bonds comme si derrière chaque voyageur léthargique sous son masque allait sortir un terroriste armé, deux boites de sécurité privée se partagent le marché du contrôle du masque, et les agents de la SCNF arborent des tenues flambants neuves et vous font toujours bien comprendre que le masque est plus important que le billet de train.

Le train est à un lieu où on apprend la discipline du masque, pas un moyen de transport public. Un haut-parleur crache toutes les cinq minutes d’une voix hystérique des commandes culpabilisatrices : « tous responsables contre le coronavirus, téléchargez l’application du gouvernement tous anti-covid » ! J’échange avec une serveuse du seule « café » Starbucks ouvert – les cafés normaux étant interdit par le gouvernement les multinationales américaines prennent logiquement tout le marché. Elle est lourdement masquée derrière une vitre en verre, pourtant elle est seule dans une vaste salle vide. Je ne comprends pas ce qu’elle dit et quand je finis mon achat de café, je lui demande si elle ne peut pas baisser son masque pour que je puisse comprendre ses paroles. L’entreprise devrait lui permettre de faire cela au moins… Elle soupire et me certifie qu’entre collègues on arrête la connerie du masque mais qu’elle craint les clients kapos.

Elle a raison, car très vite je subis les foudres d’une employée des toilettes lorsque j’enlève mon masque aux toilettes pour respirer, me regarder dans le miroir et me laver le visage. Encore une qui se croit petite cheffe grâce au Covid et qui ne sait pas que les kapos ont été toujours les derniers fusillés par les nazis après avoir chargé toutes les victimes dans les trains vers les camps. Je pense au 1 janvier 1941 quand les Français n’avaient pas encore tous compris ce qui leur était arrivé. L’ambiance devait être un peu comme celle que je vis ici, le 1 janvier 2021. Le train Paris-Rouen est néanmoins encore assez tranquille, je peux dormir sous le voile « abaya » à l’abri duquel je peux enlever le masque. Le contrôleur ne passe qu’une fois et mais évidemment on doit arborer la muselière pour qu’il puisse la contrôler dument. C’est nettement pire dans le train Rouen Dieppe : plusieurs contrôleurs en groupe passent et repassent 10, 20 fois dans les rames à la recherche du « criminel sans masque ». Je me demande pourquoi cette ligne de train est aussi peuplée de cheminots kapos. Déjà en juillet j’y avais une première conversation surréaliste avec une contrôleuse qui passait son temps à pister le sans-masque dans tout le train. J’étais seule dans toute la voiture et lorsqu’elle m’a dit « j’obéis aux ordres » je lui ai répondu « souvenez-vous des employés de la SCNF qui ont dit cela lors des procès d’épuration. Jusqu’à quelle limites êtes-vous prête à obéir ? Elle n’avait pas quoi su répondre, méconnaissant visiblement tout ce pan de notre histoire européenne et les mécanismes psychologiques qui ont précipité les gens dans l’engrenage de la soumission à la dictature.

https://www.facebook.com/RevolutionPermanente.fr/videos/430499884409927

Mais le pire est que ce sont les syndicats de la RATP et de la SNCF qui les premiers ont exigé le masque dans les transports publics, dès le 11 mai 2020, sur les salariés et sur les voyageurs et ont ouvert la porte pour que le gouvernement l’impose partout, par tous les temps, en tous les lieux et pour tout le monde. Nous ne retrouverons pas la liberté de respirer tant que ces syndicalistes ne comprendront pas la muselière anti-contact humains imposée aux travailleurs 15 heures par jour c’est le premier pas vers le rétablissement du servage. A moins que ce ne fut pas une erreur ? Je me rappelle de ce dernier rassemblement politique « avant la guerre » auquel une amie Gilet Jaune parisienne, aujourd’hui confite dans le covidianisme, m’a entrainée. C’était le 10 mars 2020 à la Parole Errante de Montreuil. 5000 syndicalistes et usagers de la la RATP et la SNCF fêtaient heureux et déterminée la victoire dans la Grande Grève pour sauver les retraites que nous avons tous tenue contre Macron les durs mois d’hiver. J’ai assisté à l’événement, j’ai écouté les vibrants discours révolutionnaires de jeunes militants syndicaux qui ont entonné à la fin une émouvante Internationale[1].

Moins d’une semaine plus tard tous ces beaux esprits étaient sagement confinés obéissant à l’ordre de Macron de cesser immédiatement toute activité politique associative, culturelle et sociale. Depuis, nous n’avons plus de liberté de réunion et d’association. Comment un tel retournement a pu se faire ?  Et si les syndicalistes de la SNCF et la RATP n’ont pas gagné la grève des retraites mais ont simplement négocié leur adhésion au régime corona en échange de leurs régime spéciaux ? Nous trahissant tous ? La réponse à la question nous expliquerait le mécanisme de soumission servile des agents de la SNCF et RATP à tous les délires de la covido-dictature. D’ailleurs je me rappelle que trois semaines plus tard l’amie qui m’a emmené au meeting m’a expliqué qu’elle avait eu le covid en décembre 2019 et qu’elle avait déjà tout lu sur le virus dans les documents scientifiques chinois dès cette période, que c’était très grave et très contagieux et qu’on allait tous mourir des orages de cytokines impossible à prévenir, soigner et guérir. Mais alors, elle savait ce 10 mars 2020 que la contamination serait massive à ce meeting de plusieurs milliers de personnes rassemblées et elle m’y a quand même emmenée? Elle savait et elle ne m’a rien dit ? Que penser de son attitude et celle de ces syndicalistes disparus de la vie sociale et politique depuis ?

Traverser la mer en janvier 2021 -La côte anglaise en lutte contre la covid-dictature

A Dieppe je retrouve l’hôtel ou j’ai séjourné l’été. La propriétaire a baissé le prix d’un tiers mais nous ne sommes que 3 clients dans ce bel établissement dans une maison ancienne près du port. Elle se rappelle de moi et la confiance s’instaure au fil de la journée. Elle a compris qu’elle se fait avoir par la politique de Macron car elle avait scrupuleusement suivi les « gestes barrières » et avait imposé le délire hygiénico-masqué à tous ses clients estivaux. Peine perdue, Macron a quand même fermé les hôtels et lui a interdit de travailler détruisant ainsi le tourisme dont vivent des villes comme Dieppe. Mais il n’y a pas que la terreur hygiéniste dans les hôtels qui fait fuir les clients : je découvre avec déplaisir que le masque est obligatoire dans toute la ville de Dieppe et dans toute la région. Il est aussi imposé sur la vaste plage de galets et la soumission de tous est à l’ordre du jour. Je suis venue pour m’oxygéner les poumons et je suis soumise au même régime carcéral qu’en Ile de France. Qui viendra payer un hôtel dans une ville de province pour y respirer à la plage d’air vicié de son masque ?

 Je craque et je crie ma colère face à la mer déserte. Mais à Dieppe les gens me dévisagent d’un air méchant lorsque je déambule sur la plage sans masque. L’air est littéralement irrespirable. Donc je décide de passer outre-Manche avec le ferry dès le lendemain alors que j’avais programmé quelques jours de vacances ici. Lorsque du bateau j’appelle l’hôtelière pour lui expliquer pourquoi j’ai abrégé mon séjour, elle n’est pas surprise. Elle sait que le masque n’a jamais été imposé dehors en Angleterre et elle déplore les touristes anglais qui ne reviendront plus alors qu’ils étaient une importante source de revenus pour la ville. S’ils revenaient, ils seraient immédiatement soumis à un test PCR forcé au CHU de la ville sans pouvoir sortir du bateau, comme il est arrivé à une trentaine de touristes anglais qui avaient débarqué juste avant le Réveillon, m’a informé un Dieppois. Je discute longuement avec cet homme préoccupé par la mort de sa ville. Il connait déjà trois restaurateurs de la région qui se sont suicidés et personne n’en parle. Une de ses proches travaille dans des EPADH de la régions et elle a aussi beaucoup à dire sur les euthanasies actives et passives qui y sont en cours.

Dieppe le 1 janvier 2021
Dieppe le ferry vers l’Angleterre 2 janvier 2021

Dans la gare maritime de Dieppe la société DFDS a le monopole de la traversée vers New Heaven. Le billet ne coûte que 30 Euros et contrairement à Douvres il est possible de monter dans le bateau sans véhicule. Nous sommes quelques 30 voyageurs, des couples britanniques âgés qui rentrent chez eux après des en vacances en France avant le conflit franco-britannique autour du pseudo « variant anglais » du corona. Il y a aussi quelques jeunes Français qui émigrent pour de bon. Le masque est sévèrement obligatoire dans toute la zone du port de passagers et de marchandises. Le port est d’ailleurs encadré d’imposants barbelés sous la falaise. Je me dis qu’on a laissé le régime installer ces barbelés contre les migrants qui allaient en Angleterre. Mais finalement le dispositif sécuritaire se retourne contre nous, citoyens français. Si nous devons fuir notre dictature, nous ne pourrons plus monter dans un bateau et traverser la mer comme l’ont fait les pêcheurs de l’ile de Sein qui ont rejoint de Gaulle dès l’été 1940. Nous sommes prisonniers de notre propre pays et de son régime.

La guichetière de DFDS accepte de me vendre un billet mais m’impose une attestation sur l’honneur « je soussignée déclare ne pas avoir de symptômes du covid ». C’est illégal bien sûr, aucune entreprise privée n’a le droit d’inspecter un dossier médical d’un citoyen. Les données personnelles des voyageurs doivent être déclarées à la CNIL si dorénavant DFDS les récolte. Je demande à la jeune employée selon quelle loi l’entreprise stocke ces données personnelles et si elle les a déclaré à la CNIL. La jeune ne sait même pas de quoi je parle, elle n’a jamais entendu parler de la CNIL et obéit sans un murmure aux ordres données. Je ne veux pas mettre ma traversée en danger par trop de protestation mais je lui demande une photocopie de la feuille signée et tamponnée par l’entreprise attestant que j’ai bien déposé cette déclaration. « Vous comprenez, si je vous donne cette attestation, comment puis- je prouver ce qui est dessus si je ne l’ai plus en main, en cas de problème ? Je dois me couvrir aussi ». La jeune employée ne comprend rien mais sa supérieure hiérarchique si : elle me fournit la photocopie tamponnée.

Attestation illégale exigée par le ferry en plus du passeport
La mer entre Dieppe et New Heaven

L’entrée dans le bateau est morose, mais après je savoure ma traversée. La mer vert-bleue sur laquelle se lèvent quelques rayons de soleil après l’averse. Il fait froid sur le plus haut pont. Mais je suis seule et je RESPIRE un air iodé magnifique. Quel bonheur de respirer, c’est une liberté première. D’ailleurs, nous sommes des privilégiés car nous avons droit au restaurant du ferry, manger et de contempler le paysage sans masque. Quel bonheur d’être soi, de retrouver une vie normale. Le débarquement a lieu vers 14 heures. New Heaven est un petit port industriel niché entre les falaises de la côte assez urbanisée du Sussex. La gare maritime est toute petite, nous descendons au garage et les employés anglais de DFDS nous récupèrent à la sortie du bateau, nous escortent à pied vers un petit hangar où nous passons le contrôle aux frontières britanniques et reprenons nos bagages. Je suis un peu nerveuse car l’employée fait du zèle. Elle demande mon « Passanger Locator Card’ » et demande si je vais à Londres. Oui, rejoindre mon/ma « friend ». Partenaire, copain, ami… L’Anglais permet de rester dans un flou diplomatique. Elle n’insiste pas et me laisse passer. Dès la sortie du bâtiment j’arrache mon masque. Quel bonheur d’être libre. Les salariés du port ne le portent d’ailleurs pas du tout lorsqu’ils travaillent dehors.

Promenade à Brighton le 3 janvier 2021

D’ailleurs c’est le cas de toute la région. Mis à part les transports en commun qui sont plus sévères, le masque n’est pas porté sur la côte du sud. Il n’est pas imposé dehors et tout le monde respire librement sur les plages, sur la promenade côtière, dans les rues. Les restaurants sont fermés et ne font que de la vente à emporter, mais ils sont nombreux à travailler et dans bien des endroits les employés ne portent même de masque à l’intérieur. D’ailleurs la région est vent debout contre la dictature covid et elle le fait savoir par cette résistance pratique et obstinée. Je discute avec les hôteliers et les restaurateurs qui m’expliquent leur refus de mourir de la folie du gouvernement. Je sais que le gouvernement anglais n’est pas uni sur la question et que c’est plus le NHA qui impose ces interdictions absurdes et contraires aux droits fondamentaux. La côte de Eastbourne à Portsmouth est urbanisée et touristique, parsemée de HLM mais aussi dotée de jolies centres-villes victoriens et de petites maisons coquettes rénovées par les classes moyennes. Les propriétaires des hôtels trois étoiles et plus ont l’air de bien vivre la fermeture de leur business mais ce n’est pas le cas des petits loueurs de chambres ou des propriétaires de pub et d’hôtels bon marché. Ils ouvrent pour survivre dans cette folie incompréhensible. Ce dimanche 3 janvier les habitants et les touristes déambulent avec leurs familles sur la plage et sur la promenade côtière, prennent des cafés et des repas sur les bancs, font de la course à pied et du vélo. Sans masques naturellement.

Brighton victorienne
Brighton monument aux morts

La municipalité de Brighton a placardé les affiches qui déconseillent le port du masque aux personnes âgées. L’affiche dit :« Thank you for Understanding me, I cant wear the mask » à côté de la photo d’une vieille dame. « Comprends mois, je ne peux pas porter de masque ». Le slogan reste dans le cadre de l’idéologie covidienne : on doit porter le masque pour protéger les autres. Mais le maire de Brighton demande pitié pour les vieux, laissez les respirer ! Il a raison. Je pense à ces pauvres ombres dans ma banlieue ou à Dieppe qui arrivent à peine à se trainer le bouche et le nez bouchés par le plastique chinois, marchand tête baissées comme des âmes damnées. La Grande Bretagne respire et un grand air vivifiant renforce sa détermination à vivre pleinement. Cet air est contagieux et je vit moi aussi quelques moments de pur bonheur.

« Merci de comprendre que je ne peux pas porter de masque » – Brighton déconseille le masque aux vieux

La Grèce pour Assange

Le soir du 2 janvier je suis heureuse d’intervenir lors du débat du collectif Greece for Assange[2] invitée par une amie militante grecque Anastasia Politi via l’application Jitsi Meet. Evidemment, ayant connu les Forums Sociaux ou 100 000 militants européens se rencontraient à Paris en 2003, à Londres en 2004, à Athènes en 2006, à Malmö en 2008 et Istanbul en 2010, ayant organisé ce genre de grand événement, je trouve toujours les « débats » virtuels très décevants et de surcroit épuisant énergétiquement alors qu’un véritable meeting public est une rencontre qui me nourrit. Mais aujourd’hui je suis reconnaissante aux amies grecques de venir prendre part à la lutte pour la libération de Julian Assange. Je suis heureuse de revoir même en video les grandes militantes de la gauche grecque, Sissi Vovou et Afroditi Stambouli. Surtout je suis très reconnaissante du soutien apporté à nos actions pour la libération de Julian Assange par mon amie l’ancienne eurodéputée Konstantina Kouneva que je connais depuis 2008, du temps de nos luttes syndicales communes pour les droits des travailleurs migrants est-européens en Grèce. Je suis d’autant plus satisfaite que ces militantes connues en Grèce sont aussi des piliers historiques du mouvement féministe. Julian Assange a été mis en captivité par le système politico-judiciaire britannique sur la base de manipulations utilisant un vernis féministe, il n’est que justice que ce soient les féministes européennes qui parviennent à sa libération. Je suis très heureuse de retrouver l’ambiance familière du militantisme de la gauche grecque que j’ai connu de 2005 à 2017 alors du mouvement altermondialiste et des luttes contre la dette odieuse imposée à la Grèce.

Greece for Assange avec le soutien de Konstatina Kouneva

J’entends de la part de la militante Niki Konstantinidi (dont je ne vois pas le visage, encore une des particularité de la « démocratie sur internet, qu’on puisse entendre un débat sans être vu) l’assurance que Julian Assange aurait froid « à Belmarsh », qu’il « manquerait de vêtements chauds » et qu’il « serait impossible d’accéder le 4 janvier à la Old Bailey ». Cette personne a l’air de très bien connaitre Assange et l’entourage des avocats, mais ses affirmations m’agacent néanmoins : si Assange est à Belmarsh, ses prétendus proches n’ont qu’à utiliser l’argent des cagnottes pour lui acheter ce dont il a besoin au magasin de la prison. Belmarsh n’est pas Tazmamart ni Cayenne, je refuse de jouer ce jeu de dramatisation. Ou bien Assange n’est pas à Belmarsh, mais dans un endroit particulier, dépendant seulement du système royal et pas du ministère de la Justice britannique et alors que la vérité éclate. Les peuples sont fatigués du storytelling infantilisant et veulent entendre la vérité sur tout : le covid, le Grand Reset, la situation géopolitique, les fraudes aux élections en Amérique du Nord et aussi qui est et où est Julian Assange.

La City à la veille du procès de Julian Assange

J’arrive dans la City of London Corporation, dite City de Londres, le 3 janvier 2021 au soir. On est dimanche et je ne m’étonne pas que le quartier soit désert. Je serai plus surprise le lendemain lundi devant les bureaux vides, les boutiques fermées à double tour pour « cause de covid rules » comme si une bombe avait décimé le vivant ne gardant que les bâtiments : les multinationales ont imposé enfin le télétravail à tous et peuvent refaire de l ‘argent en abandonnant les bureaux devenus inutiles. C’est le salarié qui paye maintenant avec SON propre loyer les frais de bureau d’entreprise ! Quelle aubaine de faire pareil économie ! Vive le Covid, doivent se dire les top managers de la banque American Bank, Goldman Sachs, Barclays, London Stock Exchange, bourse de la City, qui entourent le tribunal de la Old Bailey.

 Ce n’est pas le cas des propriétaires des petits commerces qui vendaient les services aux salariés : boutiques de vêtements, kiosques, librairies, cafés, pubs, restaurants sont déjà en faillite et à vendre. J’ai réussi à réserver un hôtel situé à 500 mètres de la Old Bailey. C’est un hôtel typique pour manager au confort ultra moderne mais au décor et mobilier minimalistes. En temps normal je n’aurais jamais pu y payer une chambre, mais le prix est modique étant donné l’emplacement. Avec la dictature Covid, la panique et le télétravail, il faut dire que nous ne sommes que 3 clients dans tout l’hôtel. Les règles à la réception sont bien plus sévères que sur la côte révoltée : mon passeport est scannée et je suis sommée de signer une déclaration comme quoi je ne voyage que pour les raisons que le gouvernement a jugé valables. Sur la feuille de papier que la réceptionniste me remet figure « l’enterrement d’un proche et accompagnement d’un proche à un enterrement », «la maladie » et « le soutien à un proche malade » : ambiance. Il y a tout de même une petite ligne « séjour impératif pour rencontre de travail ne pouvant être menée à distance ».

Je fais comme si de rien n’était et il n’y avait aucun covid. Au troisième jour les employés finiront par tomber le masque, le naturel de la vie revient heureusement.

Old Bailey, photo d’internet côté Nord, Newgate Street, les deux fenêtres de face et de côté au deuxième étage sont illuminées la nuit du 3 janvier, veille du procès

A peine arrivée je dois me mettre en quête de quelque chose à manger, j’ai compris qu’avec les « covid rules » les rares restaurants n’ont pas de clients et donc pas de raison de rester ouverts le soir. Je marche vers la Old Bailey par la rue NewGate Street, je longe l’église historique Saint Sépulcre et je me retrouve devant l’imposant bâtiment du 19ème siècle et de son prolongement, le bunker des années 60 ou j’ai passé des heures à attendre en septembre. Autour d’eux les immeubles de bureaux vides avec leurs immenses portes donnant sur de profonds souterrains de livraisons sont sinistres. Seuls les agents de sécurité sont en faction dans les halls et je sais qu’au moindre signe suspect ils vont immédiatement appeler la Police de la City of London Corporation qui n’a du tout été commode en septembre. Je ne peux donc prendre aucune photo.

Pourtant ce que je vois de la Old Bailey est très intéressant : la « cérémonie » du « procès » est déjà en préparation car tout le chez de chaussée du vieux bâtiment, une grande salle au premier étage côté gauche et deux fenêtres au dernier étage sont illuminées. Dans le bunker des années 60 où avait lieu les réunions de septembre et où j’ai pu voir Assange physiquement présent, deux grandes baies vitrés sont illuminées au rez-de-chaussée ainsi une grande salle d’audience au premier et au deuxième étage, peut-être la salle 10 ou cela se passait en septembre. Au dernier étage deux petites fenêtres se distinguent par leurs lumières bleutées : les galeries du public sont situées là-haut, mais je n’ai pas le souvenir d’une lumière bleue. Ce qui est intéressant est que même la grande porte cochère qui donne sur une petite cour par laquelle rentrent les employés du tribunal est illuminée. Est-ce à dire que même les employés sont mobilisés pour la préparation de la « cérémonie » ? Je crains fort que ce qui se passera demain sera une « exécution ».

Je contourne le complexe de la Old Bailey par la Warwick Lane, rue qui sépare le tribunal du complexe de la cathédrale Sankt Paul entourée d’immeubles de banques neufs et laids. Le seul magasin ouvert dans le quartier se trouve près du métro Sankt Paul. Je peux enfin d’acheter de quoi dîner.

Warwick Lane – la Cour derrière la Old Bailey – photo en été
Entrées principales de la Old Bailey (le batiment de 1907 et plus loin le bunker des années 60 rue Old Bailey ) – photos prises en été
La Amen Court, maisons du 17 siècle derrière la Old Bailey, dont le mur au fond est un vestige de la New Gate prison, qui a servi 1000 ans jusqu’à 1907 à la place des bâtiments actuels

Nuit d’attente du verdict à la Old Bailey

J’aurais aimé retourner la nuit près de la Old Bailey pour surveiller ceux qui amènent Assange à la Old Bailey. L’expérience de septembre a montré qu’il n’y était en aucun cas amené chaque matin, mais le plus probablement vivait déjà dans la Old Bailey avant le procès et y est resté tout le mois de septembre car il y a dans cet immense bunker toute l’infrastructure nécessaire. Après tout le lieu a été avant 1902 la sinistre millénaire prison New Gate bien pourvue en cachots qu’il suffit de moderniser[3]. Si je ne l’avais pas vu de mes propres yeux en chair et en os salle 10 le 9 septembre 2020, j’aurais même pu douter de sa présence réelle dans ce lieu. Mais je l’ai bien vu. Qui donc et de quelle manière amène l’illustre otage vers ces lugubres salles où nous sera dévoilé son sort ? Répondre à cette question serait avoir un indice ou Julian Assange se trouve vraiment, une fois compris qu’il ne peut être dans l’ordinaire prison de Thameside dite « Belmarsh ». Les prisonniers de Belmarsh sont des condamnés de droit commun par le ministère de la justice britannique et bénéficient tous du même régime, lettres, e-mail, possibilité de visite et envoie d’argent.

Warwick Passage, l’entrée de la galerie du public ou j’ai attendu presque 4 heures de 5h30 à 9h du matin le 4 janvier 2021

Quant au Covid à Belmarsh il n’y a guère que les storytellers de l’affaire Assange qui sonnent le tocsin, les véritables détenus et leurs avocats ne sont pas du tout affolés, comme j’ai pu le constater en discutant avec mes contacts polonais (un consul polonais s’occupe des nombreux Polonais purgeant une peine à Belmarsh)

Mais je ne me résouds pas à faire le siège de la Old Bailey de nuit, je suis trop fatiguée et je suis seule. Néanmoins, la nuit est encore profonde quand je me lève et je sors à 5h30 pour aller à la Cour. Je suis bien équipée pour tenir le froid et j’ai emporté mon petit déjeuner.

J’arrive rapidement à 5h45 devant le bâtiment sombre et désert. J’inspecte les lieux, personne, aucun militant installé pour la nuit dans le passage Warwick, l’étroit boyau côté sud du tribunal ou nous avons passé en septembre des heures à attendre devant l’entrée des galeries du public.

Panneau dans le Warwick passage (photo faite en été )

Je marche vers la partie Nord du bâtiment à New Gate Street mais j’hésite à perdre un temps précieux car quelqu’un peut me prendre ma première place devant la galerie du public…Comment savoir quelle entrée sera utilisée cette fois ? Je ne peux pas le savoir, seule devant les multiples entrées de la Old Bailey il est m’impossible de mieux m’organiser.

Il n’y a pas un chat devant tout le pâté de maison, je reviens vers le Warwick passage. Avant de me poster devant la lourde porte en bois du Passage Warwick, je vais d’abord voir l’agent de sécurité de la banque en face qui me regarde fixement dans l’entrée de son immeuble. Je sais déjà combien les cerbères de la City son promptes à appeler la police de la City of London Corporation à la moindre « anomalie ». Pour eux, une femme seule dans la nuit à attendre devant une porte d’un tribunal qui ouvre à 9 heures est une anomalie. L’homme est jeune, il porte un masque et je ne pense pas qu’il me sourit, mais moi je suis souris. Je me présente et j’explique que je représente une association des droits de l’homme et que je viens comme « observer » pour le procès de Julian Assange. Je l’avertis pour qu’il comprenne ce que je fais là si tôt. Il acquiesce. Ensuite, j’inspecte les deux grands panneaux d’affichage sous verre à côté de l’entrée principale du bunker : il y aura 25 audiences criminelles dans la cour aujourd’hui.  Les noms des justiciables sont affichés, le numéro de dossier et, ce qui est important les noms des juges.

Panneau près de l’entrée de la Old Bailey (photo faite en été)
Entrée principale de la Old Bailey (des avocats, des justiciables, des témoins… ). Panneaux des audiences à droite. Photo faite en été

Pas de Julian Assange sur les liste de la Old Bailey, pas non plus de juge Baraitser, Vanessa ou autre. Le procès d’Assange n’est donc bien pas mené par la Central Criminal Court mais organisé par une autre « entité » dans une salle louée ou prêtée pour l’occasion. Encore une preuve que ce procès n’est pas un vrai procès.

Souvenirs de l’audience du 11 décembre 2020

Debout dans le froid glacial qui balaye le Warwick Passage, j’ai tout le loisir de réfléchir à mes aventures du 11 décembre dernier, la dernière audience lors de ce qui fut un plaisant voyage dans une Angleterre bien plus libre que la France sous couvre-feu et l’incarcération policière à domicile sous prétextes sanitaires.

Devant la Westminster Court le 11 décembre

J’étais arrivée tôt à la Westminster Magistrate Court, j’y étais aussi la première et il s’était écoulé encore une heure avant que les supporters de Greekemmy n’arrivent. La deuxième personne à se présenter fut Sabine von Törne pour laquelle j’ai de la sympathie. Nous avons discuté ensemble longuement de la situation d’Assange et de nos pays respectifs pendant que nous attendions. Il y avait environ 7 personnes derrière moi et Greekemmy distribue toujours les numéros, mais me nota respectueusement comme « première ».

Le jour se lève alors vers 8h30 et bientôt tout se met en place : les nouveaux agents de sécurité sont aux portiques de sécurité, notre ami Mauricien francophone est là aussi. Nous nous saluons et je passe vite les portiques, je fonce au tableau dans le hall, il n’y a pas de liste. Je cours à l’étage sans regarder derrière moi et je demande au secrétariat. La jeune secrétaire part se renseigner : Assange, ce sera salle 3 ou salle 10. J’arrive devant la salle 3, un secrétaire affiche la liste peu après. Ce sera bien ici : Julian Paul Assange, 10 heures. Mais pas de nom de juge, comme toujours. La liste comporte 16 noms, 10 le matin et le 5, soir plus Assange. Trois sont Polonais, un Hongrois, 4 Roumains, 1 Estoniens, I Irlandais… Mais je remarque très vite que le gros des extradés est-européen est expédié salle 10 au deuxième étage. On voit d’ici la foule s’amasser au deuxième étage : avocats et familles. Ils ont donc décidé de séparer Assange des autres justiciables. Nous ne sommes que 8 à faire la queue devant la salle 3 : derrière moi Sabine, Deepa, Greekemmy, bientôt Rebecca Vincent toujours avec son masque noir et son manteau rouge, et puis deux journalistes dont Mohamed El Maazi de Sputnik UK et Joseph qui cette fois fait la queue avec une carte de presse avec eux.

Deepa fait son compte rendu

A 9h50 tout se gâte. Un grand greffier, différent de ceux dont on a l’habitude, sort de la salle et demande qui vient pour l’audience de Julian Assange. Je suis confiante, je me présente. Mais l’homme ne me calcule pas, parle au-dessus de ma tête aux autres, comme si je n’existais pas. Deepa Driver se présente comme « legal observer » au nom d’une organisation. Je suis excédée car je ne comprends pas bien ce que les gens disent avec le masque. J’ai besoin de voir les lèvres et les expressions du visage pour comprendre une langue étrangère. De plus, comme l’homme ne me comprend pas non plus, je suis obligée d’écarter mon masque pour être comprise. Mais voici que l’homme déclare qu’à cause du « Covid » il n’y aura que deux places pour le public, journalistes compris, d’autant plus que les observateurs de la « High Commission » sont attendus. Quid cette « High Commission » ? Des envoyés du « High Governorate de l’Australie » ? L’Australie se bouge et reconnait Assange comme son citoyen ?

Nous sommes abasourdis. Je proteste, disant que je suis ici depuis 6 heures du matin. Deepa proteste, Rebecca aussi. Les journalistes demandent au moins à parler au juge car il est « inconcevable » que la presse soit écarté de la justice ! Entre temps je me suis documentée sur les divers procès à scandale du temps de la reine Victoria, dont celui de Oscar Wilde, qui a marqué la lutte pour la liberté d’expression et la liberté de créer. En fait, le public et les journalistes était présents en foule, en masse, pendant les procès du 19 siècle et ne se privait pas de venir ! La démocratie était bien plus vivante à l’époque que dans notre siècle oligarchico- technologique ou il faut se battre pour faire accéder UN TEMOIN au tribunal ![4].

Oscar Wilde

Le désagréable greffier déclare qu’il va « demander au manager » si plus de places peuvent être accordés (le corona est un parfait outil de dictature !). Il fait plusieurs fois la navette entre la salle 3 et le secrétariat. Sur ce arrive Edward Hamilton Fitzgerald qui nous salue d’un air que je trouve condescendant. Le greffier fait entrer deux grands rouquins, qui se présentent comme étant de la « High Commission », donc représentants diplomatiques d’un pays membre du Commonwealth à un autre. Australiens ? Possible, mais comment le savoir, ces hommes ne nous regardent même pas[5].

Rebecca Vincent toujours en rouge et en masque

Le greffier se tourne alors vers nous et demande qui nous sommes. Je me tiens à ma « première place » et Deepa River et Rebecca Vincent sont dans mon dos. Je donne mon nom et mon organisation et je propose des documents de Wikijustice comme preuve. L’homme n’en veut pas. Deepa et Rebecca essayent aussi chacune de « vendre » leur organisation. Je crains fort qu’il s’apprête à dire « ça va pas être possible ». Mais brusquement, il se tourne vers Sabine qui se tient en retrait. Qui êtes-vous ? Elle répond « personal friend of Julian Assange ». Le greffier emmène Sabine vers Fitzgerald quelques mètres plus loin. Il revient… et ouvre la porte à Sabine qui se trouve être la seule à pouvoir rentrer voir Assange.

Deepa est interloquée. « Comment ? Il suffit de dire qu’on est copine d’Assange et on vous ouvre toutes les portes » ? Je souris. J’aurais bien aimé lui rappeler qu’elle est maintenant victime du système qu’elle a si bien contribuer à installer : des gens inconnus arrivent, se disent être la « famille d’Assange » et sans avoir à présenter aucune preuve, aucune pièce d’identité, aucun certificat de mariage, de concubinage, que sais-je, ont brusquement tous les privilèges. Stella Morris fait exactement ainsi depuis juillet dernier et cela n’avait jamais gêné Deepa. C’est alors que tout se débloque… El Maazi est invité à entrer et comme je trouve derrière lui, je lui emboîte le pas. Tant pis si on me vire. Mais le greffier ne dit plus rien, Deepa et Rebecca me suivent et on se retrouvent à 3 dans le box du public ! Sabine est assise au fond, 11 sur 13 sièges sont condamnés, Deepa finit par s’asseoir dans la salle d’audience et personne ne lui dit rien comme si la direction du spectacle avait lâché prise et décidé de ne plus tenir aucune des règles soit-disant si contraignantes et indispensables. La vidéo est déjà allumée, on distingue une salle mais différentes des fauteuils rouges qu’on nous a présenté pendant 1 ans comme étant ceux de Belmarsh et ressemblant à une salle d’attente de centre médical.

Julian Assange n’est pas là. Par contre, le juge est déjà là et c’est un jeune homme roux. La prétendue audience en justice est réduite à une rencontre organisationnelle expéditive. Fitzgerald est debout et discute avec le procureur, une jeune roux également. Il ne s’assied même pas quand le juge dit « Judge Baraitser has granted » que M. Assange ne sera pas obligé de comparaitre car il est représenté ». A garanti ? Qu’est-ce que cela veut dire ? Comment peut-elle garantir qu’il n’est pas obligé de se présenter et qu’on peut parler dans son dos ? Elle LUI a promis ? C’est lui qui ne veut pas comparaitre ? Sinon QUI a décidé à sa place que nous ne le verrons pas et qu’il sera donc impossible de voir quelle est sa santé et son état général ? Est-il encore vivant ? Après tout nous ne l’avons plus revu vivant depuis septembre…

Hamilton Fitzgerald dit quelque chose que je ne comprends pas mais qui n’a pas l’air solennel. Et voici que le juge déclare que c’est « reporté au 4 janvier prochain à la Criminal Court ». Tout le monde se lève et part sans attendre le juge. Je suis de plus en plus excédée par cette « fake justice ». Je sors du box et je me dirige vers le juge. Celui-ci me demande de m’écarter. Je le fais mais je lui dis que je n’ai pas entendu et pas compris ce qui se passe. Je me présente et je présente Wikijustice et je lui demande si je peux connaitre son nom. Il se présente (enfin, ce n’est pas un luxe en démocratie que de connaitre le nom des juge décidant de la vie de citoyens !) : Paul Goldspring. Je remercie. Nous sortons du tribunal ensemble, Sabine et Rebecca Vincent en manteau rouge et moi dans mon costume violet. Dehors la manif continue. Je suis déçue mais pas si surprise. Ils ne veulent pas nous le montrer, on ne sait pas pourquoi. Je ne crois pas que ce soit lui qui ait refusé de se montrer, mais plutôt qu’ils n’ont pas les moyens de monter la « mise en scène Belmarsh » comme avant et c’est pour cela que le cérémoniel à la Westminster est réduit à la plus simple expression. Dans 3 semaines ce sera la cérémonie à la Old Bailey. Je ne sais pas ou Assange passera Noël, mais ce qui est sûr est qu’il sera à la Old Bailey avant le lundi 4 janvier.

Je pars le soir même inspecter à Islington le Pure Theater de Lisa Baraitser. J’y passe de beaux moments dans les pubs et restaurants ouverts, pleins de vie et de joie.

Le juge Paul Golspring a mon âge. Il est cité comme ayant eu à juger un apprenti terroriste qui demandait à avoir un téléphone dans sa cellule[6]. Mais il a surtout été connu en 2017 pour avoir décidé de l’extradition deux Polonais, les frères Herba, que l’Italie accusait de kidnapping d’une jeune femme mannequin. Les Herba assuraient n’avoir commis aucun crime et ont cherché à s’expliquer par video avec la justice italienne. Ils affirmaient avoir eux-mêmes emmené la jeune Chloe Ayling[7] à l’ambassade britannique. Leur avocat prétendait que l’affaire est une invention organisée par l’agent du modèle pour obtenir une notoriété ce qui n’est pas sans rappeler certaines accusations suédoises contre Assange… Le juge Goldspring se trouvait dans la difficile situation de juger de la vie réelle de deux hommes réels sur la base unique de « storytelling » fournis par les médias… Ce qui rappelle également le rôle des storytellers dans la vie de Julian Assange. Où est la vérité ? Où est la fable ? Comment prouver la vérité alors qu’un juge Magistrate n’est qu’un simple médiateur citoyen qui se trouve investit d’un pouvoir si grand sans avoir les moyens de mener sa mission avec justice et honnêteté?

Comment croire que la juge Baraitser a vraiment décidé de la vie de Julian Assange alors qu’elle n’est pas un juge professionnel et que ce sont évidemment les pouvoirs politiques qui ont décidé et décident du sort d’Assange (Couronne, ministère de la justice, de la Défense, Home Office, Foreign Office, différentes fondations dont celles qui payent les storytellers médiatiques… analysés dans la plainte Internationale de Wikijustice[8]).

Un tribunal n’est pas un théâtre pour lequel les médias écrivent le scénario. Historiquement non, mais peut-être qu’au 21ème siècle nous nous dirigeons vers une telle vie, une telle société ? Trop de choses ont été bouleversées dans nos vies depuis 1 an. Nous avons perdu totalement la maitrise de nos vies, notre pouvoir de citoyen est déjà bien rogné. Nous devons résister et lutter si vous voulons récupérer ce pouvoir citoyen et refuser la condition de bétail enfermé de nuit et sortant uniquement de jour pour être exploité au travail. Oui, nous devons REFUSER cette condition servile de toutes nos forces.

Julian Assange le 4 janvier à la Old Bailey, la vie sauve mais captif et en danger de psychiatrisation

Une heure s’écoule alors que j’attends dans le passage Warwick balayé par le vent glacial. Dès 6 heures 15 une multitude de caméras sont installées devant la porte centrale du bunker de la Criminal Court, un matériel coûteux et lourd. Des présentateurs télévision prennent la pose sous des parapluies tenus par leurs assistants. Tout un monde de storytelling se presse, qui ne s’est jamais dérangé pour rendre compte de la torture qu’Assange subissait dans son cachot, il y a exactement 1 an alors que nous étions les seuls, à Wikijustice, à sonner l’alarme dès octobre 2019.

A 7 heures il y a déjà 30 journalistes et photographes et c’est alors que quelques militants arrivent : Jamie, qui avait fait le siège du passage en septembre mais ne vient jamais à la Westminster Court, puis Alison l’Australienne. Je les salue et je me risque à quitter mon poste pour voir ce qui se passe dans la rue. Il y a 5 militants à côté des journalistes quand arrive un imposant car de flics : ce sont les policiers de la City of London Corporation reconnaissables à leurs damiers rouges et blancs sur leur képi et dotés d’uniformes noirs. Leur camion s’arrête devant le passage Warwick et m’obstrue la vue. Je bas en retraite dans le renfoncement près de la porte. Les policiers circulent dans le passage sans me remarquer. C’est l’heure à laquelle la même dame qui habite derrière la Old Bailey promène son chien noir. Elle sort de la Amen Court, maisons historiques du 17 siècle qui subsistent dans le quartier après les sévères bombardements nazis de la guerre. C’est l’heure aussi à laquelle arrivent les employés de la Criminal Court, des secrétaires masquées, des agents de sécurité. Rosie Sylvester, la préposée au procès d’Assange en septembre ne passe pas. Elle a visiblement fini son service sur cette affaire, je ne l’ai pas revue non plus à la Westminster.

Une demi-heure de présence policière plus tard, des cris retentissent dans la rue : les policiers de la City of London Corporation encerclent et nassent les militants venus pour soutenir Assange sans déranger l’armada de caméramans et autres reporters de storytelling qui sont maintenant 50 devant l’entrée principale. Le spectacle de cette meute venue se repaitre du sort d’un homme emprisonné dont elle ne se souciait absolument pas quand on pouvait le sauver, en été, à l’automne et à l’hiver 2019 m’est très déplaisant. Non seulement tous ces gens étaient aux abonnés absents quand ils pouvaient servir à quelque chose mais encore ils répercutent sans jamais vérifier tous les storytelling les plus abjects, Assange violeur, Assange va se suicider, Assange s’encanaille dans l’ambassade joyeusement jusqu’à faire deux enfants à son « avocate »… Ca me révulse mais je comprends à les regarder faire aujourd’hui comment le « concept » d’Assange a été construit artificiellement : en 2010 il y avait comme aujourd’hui plus de caméras pour faire le spectacle que de vrais militants et de vrais amis. Assange a toujours été un otage du système politico-médiatique et n’a jamais eu la moindre liberté dans la construction de son image et de sa vie.

La police épargne les storytellers du mensonge mais menace d’arrestation les militants : Alison est son amie son encerclées par les policiers alors elles crient qu’ils n’ont pas le droit de les interpeller car les «lois covid » n’abolissent pas les droits de l’homme et elles ont donc le droit d’être dans la rue. Le bras de fer dure 45 minutes : les policiers partent vers 8 heures, les militants se réfugient dans le campement des journalistes ou la police ne vient pas les chercher.

Dans le boyau Warwick, je commence à m’interroger sur les raisons de ma solitude. Et si ce n’est pas la bonne entrée ? Mais j’ai peur que si je bouge je vais perdre ma place si durement occupée. Les agents de sécurité commencent à faire entrer les avocats et les employés de la Criminal Court dans l’entrée principale. Vers 8h20 je vais voir l’un d’entre eux et je lui demande si pour l’audience de Julian Assange c’est bien ici. Il me répond : « oui, ne bougez pas. C’est bien l’entrée du public. Mais il y aura très peu de places à cause du Covid. Seule la famille sera autorisée ». Je suis obligée de faire confiance à l’homme car je n’ai pas le choix.

Je n’en peux plus du froid et de la fatigue. Qui sera donc la « famille » de Julian Assange ? Stella Morris va -t-elle faire office de « famille » ici ou bien « d’avocate » dans la salle d’audience ? Vers 8h45 heures une militante âgée que j’ai vue à la Westminster vient me saluer et me propose de m’apporter un café. J’ai tellement froid que j’accepte de bonne grâce sans lui poser de questions ou sont les autres, Greekemmy, Deepa, Rebecca Vincent. Deux femmes inconnues se placent derrière moi et me demandent si c’est bien ici qu’on doit attendre pour l’audience d’Assange. Je ne peux que leur répéter les informations reçues par l’agent de sécurité. La vieille dame obligeante revient avec deux cafés. Je bois le mien, mais je lui demande néanmoins si elle peut demander à l’entrée si les règles n’ont pas changé et que la porte d’entrée du procès n’est pas au Nord plutôt qu’au sud du bâtiment. C’est impossible en effet d’être seule aussi longtemps, avec 25 jugés il y aurait sûrement eu des familles ou des témoins qui devraient attendre avec moi comme ce fut en septembre. A 9 heures les portes du tribunal s’ouvrent, il y a un mouvement dans la rue.

Alors la lourde porte en bois s’ouvre devant moi et un agent de sécurité apparait. Le procès Assange ? « Mais Madame, c’est porte 2, au nord du tribunal, pas ici ». J’ai été grugée, y compris et surtout par ces « militants » qui me voyaient attendre au mauvais endroit depuis 6 heures du matin et ne m’ont rien dit. Je suis décontenancée, mais ce sont les risques de militer en milieu hostile. Autour de l’affaire Assange j’ai rencontré très peu de gens honnêtes et beaucoup de menteurs, de manipulateurs et mêmes des violents. Je sais que je ne pouvais pas m’attendre à rien de mieux. Mais le coup du café offert pour endormir ma méfiance et me faire perdre du temps c’est le summum de la duplicité surtout que la femme s’est éclipsée une fois sa mission accomplie et que je ne l’ai plus jamais revue. Pas le temps à perdre, je m’en vais et je traverse le tohu-bohu des caméras dans la rue direction le bâtiment 1907 de la Old Bailey. Celui qui était si illuminé la veille. J’aurais dû y penser, être cohérente dans la logique. Mais il ne faut pas oublier que j’ai derrière moi le voyage difficile en temps de règne covid alors que ces gens-là sont sur place dans leur pays.

Effectivement, c’est à Newgate Street, autour d’une autre entrée que tout le monde attend ! Evidemment, en arrivant à 9h15 je ne suis pas la seule ! Greekemmy, Rebecca Vincent, Fidel Narvaez et Deepa Driver peuvent me toiser d’un air goguenard, cette fois ils m’ont bien eue ! Mais dans le procès Assange rien n’a été donné sur un lit de roses et en même temps il y a toujours eu des retournements de situation de dernière minute. Je ne me décourage donc pas et je reste coincée avec les autres entre les travaux dans la rue et la mur en pierres grises de la Old Bailey.

Entrée 2 ou a eu lieu la rencontre du 4 janvier 2021 ou j’ai vu Julian Assange en vidéo salle 4

Devant moi se presse une dizaine de personnes, mais nombreux sont ceux qui chauffent la place pour « plus important », je sais d’expérience qu’ils ne vont pas chercher à rentrer. Ils et elles n’ont pas vraiment de discussions politiques sur le procès d’Assange. Ils échangent sourires et nouvelles comme s’ils se retrouvaient au spectacle ou dans un travail de figurants. D’ailleurs certains assument ouvertement être comédiens de profession. Une jeune femme à l’air triste et fatiguée distribue gratuitement des tee-shirts avec « free Assange » peints à la main comme s’il fallait les écouler dans la journée. J’en prends un. Une agent de sécurité femme en blanc et bleu masquée de noir se tient dans l’embrasure de la porte ouverte. Elle demande la famille, mais il n’y a personne, plus exactement il n’y a pas de John Shipton, il n’est pas venu. Cinq minutes plus tard tout le monde se pousse pour laisser passer Craig Murray qui fait office de « famille de Julian Assange ». Je m’énerve toujours quand cet homme est présenté comme la « famille » d’Assange car aucun lien de parenté n’a été prouvé entre eux jusqu’à présent. Il n’a pas non plus été prouvé qu’Assange souhaite la présence de cet homme comme seul « soutien familial » car à la Woolwich Court en 4 jours de débats Julian Assange n’a pas salué une seule fois ni fait un signe de tête à Craig Murray. En plus voir Craig Murray écrire des rapports fictifs chaque jour des audiences alors qu’il n’a même pas un stylo et ne prend pas de notes, cette réalité que j’ai vu de mes yeux m’énerve prodigieusement. Comme il n’est pas possible de retenir autant de détails d’un procès au quotidien dans sa mémoire et d’écrire tous les jours pendant 1 mois sans avoir aucune note, il est évident que le script de ces articles est écrit à l’avance, soit par lui-même soit par d’autres storytellers. Qui décide et pourquoi a-t-il la primauté de rentrer ici en tant que FAMILLE sans jamais faire la queue ? Je repose la question une n-ième fois en 1 an et demi !

Cette fois non plus Craig Murray n’a ni sac, ni cahier ni stylo, ni manteau comme s’il sortait directement d’un appartement mais il entre dans la Old Bailey le premier, suivi de Deepa, de Narvaez, de Rebecca Vincent et d’un jeune que je ne connais pas. Greekemmy reste dehors et fait des photos souvenirs avec ses amis. Comme tout le monde se regroupe autour d’elle, il n’y a plus aucun obstacle entre moi et l’agent de sécurité de la porte. Je parlemente : je suis d’une association de défense des droits de l’homme, je suis ici comme observer, je suis toujours venue au procès, j’attends ici depuis 6 heures du matin dans le froid, les agents de la porte principale se sont trompés et m’ont certifié que je devais attendre Passage Warwick et j’y ait attendu 4 heures… Pourquoi seulement une place pour la famille et 4 places pour le public alors qu’on sait que les galeries du public ont 40 places, je l’ai vu en septembre ? La femme n’a pas l’air de sourire, on ne voit rien avec le masque et la diplomatie est très difficile quand on ne voit plus le visage de son interlocuteur. Moi je porte le masque sur le menton pour signifier mon respect des règles, mais je lui montre aussi mon visage pour qu’elle y lise ma fatigue mais aussi l’absence d’hostilité. Elle me répond que oui, c’est à cause du covid qu’il y a si peu de places, mais elle ne me dit pas de partir. Quand je lui demande pourquoi les associations des droits de l’homme ne peuvent être accréditées au tribunal et qui décide de ce refus, elle me dit : « allez voir le juge ».

J’objecte « Mais le juge qui juge Julian Assange n’est pas un juge de la Central Criminal Court. La Old Bailey ne répond pas à nos lettres, ce qui est logique puisque ce n’est pas la Central Criminal Court qui juge Assange. Vous n’avez en tant qu’institution rien à voir avec ce procès, je le sais. Mais le juge d’Assange ne répond jamais à aucune requête parce qu’elle n’a pas de mail en tant que juge. La Westminster Court ou elle est censée siéger nous répond que ce ne sont pas eux qui organisent le procès ici. Alors, qui décide de ce qui se passe dans votre institution » ?

La femme parait gênée mais ne répond pas. Je vois alors Elliot et Esther Shipton, la femme du frère de John Shipton et le fils de ce couple arriver devant la porte. Ils avaient été les privilégiés qui pouvaient observer Assange en personne salle 10 en septembre. Cette fois, sans John Shipton, ils se font sans ménagement refouler par l’agente. Visiblement ils ne sont plus la famille. Maigre satisfaction pour moi que de voir les autres ne pas pouvoir entrer. Un journaliste inconnu se pointe devant moi devant la caméra. Je suis tellement excédée que je déverse ma bile dans sa caméra peut être imprudemment. Je dis que ce procès est un fake, que Julian Assange n’est pas jugé par la Criminal Court, qu’on ne sait pas qui loue la Old Bailey historique pour le spectacle, mais que c’est une honte d’utiliser les institutions d’un Etat souverain pour s’amuser ainsi. Qui est le juge ? Vanessa Baraitser n’a aucune existence sociale, n’apparait sur aucun document officiel ni ici à la Criminal Court même pas de la Westminster Court ou elle est censée être Magistrate, c’est une honte que les associations de droits de l’homme ne puissent pas voir le procès et surtout voir l’état d’Assange alors que tant de menaces pèsent sur sa santé. On revient au Moyen Age et le covid a bon dos dans l’installation de la dictature, à moins qu’on ne soit jamais ici sorti du Moyen Age…Bref, je dis une partie de ce que nous avons analysé dans notre Plainte Internationale de Wikijustice et notre 14ème demande de libération qui vient de partir[9].

Je sens la jeune femme gardienne de l’entrée de plus en plus embarrassée, mais ma tirade ne lui est pas adressée, elle reste impassible. Il est 10h30 environ quand une jeune femme brune s’approche de moi et demande si c’est bien là le procès de Julian Assange. Les autres mangent leur pique-nique, nous sommes donc seules devant la porte. Elle s’appelle Ellie, est sociologue et elle est une Grecque vivant ici. Je suis contente de voir quelqu’un arriver par les réseaux militants grecs que nous avons bougé grâce à Anastasia Politi et ses amis de Greeks for Assange. Nous discutons en Grec et nous avons tout le temps pour sympathiser. Je lui raconte mon expérience des audiences depuis le 20 septembre 2019 en passant par le 21 octobre 2019, le 13 janvier, la dernière semaine de février à la Woolwich Court et le 9 septembre – toutes les fois que j’ai pu voir Julian Assange en chair et en os. Nous discutons du précédent que cette extradition fait peser sur ceux qui refusent les bases américaines dans nos pays. Nous avons aussi tout le loisir de discuter de ce qu’est un Etat mafieux et un système policier et juridique corrompus et pervertis : je lui raconte mon militantisme en Grèce depuis 2005 et les Forums Sociaux, mes activités syndicales à Santorin et la répression que j’y ai subi avec le procès -cabale de 2009 à 2013. Et je rappelle l’attentat sur Konstantina Kouneva vitriolée en décembre 2008 par la mafia des exploiteurs proches du pouvoir suite à nos actions pour les droits des travailleurs issus de l’Europe de l’Est.

Santorin 2008 – Ile Grecque ou j’ai travaillé et ou j’ai été réprimée pour activités syndicales

Je me sens plus forte n’étant plus seule et j’ai repris espoir. Après tout si quelqu’un sort je peux peut-être entrer… Il est 11 heures à peu près (je n’ai ni montre ni téléphone car ils sont interdits dans la Old Bailey) lorsque Craig Murray sort, immédiatement entouré des militants. C’est lui qui nous annonce la nouvelle de la non-extradition. Mais ce n’est pas très clair dans sa bouche et avec le masque c’est encore plus dur pour moi. J’ai plutôt l’impression qu’il dit que Baraitser n’a pas accepté les arguments politiques touchant à la liberté d’expression, le stress reste donc de mise, je suis prête à tout. Murray a été bien obligé de descendre dire la nouvelle aux militants car il n’a pas de portable (et toujours pas de stylo…). Il repart à l’intérieur et nous restons avec Ellie à nous interroger sur le sens de cela. Elle a un portable et cherche une solution pour le cacher quelque part ou le confier à quelqu’un. Malheureusement de là ou nous sommes, loin de la manifestation devant la porte centrale, je ne peux voir si mes amis sont venus. Nous continuons donc nos discussions en Grec et cela me fait plaisir de me replonger dans la langue de ce pays que j’ai aimé et qui a tant compté pour moi politiquement et personnellement. Les souvenirs du bleu la Mer Grecque et les projets me font tenir ici dans ce froid du Nord. Je pense à comment retrouver notre Liberté sachant qu’en Grèce aussi le régime a imposé le couvre-feu, pour la première fois depuis 1976 et les colonels. Seule la Crète ne respecterait pas ces « mesures covid » et comme toujours se révolte la première.

A 12h25 coup de théâtre : Fidel Narvaez et Rebecca Vincent sortent. Ma patience est récompensée : je peux entrer. Je fonce dans l’escalier sombre qui ressemble à celui du Warwick passage. Quelques marches plus haut, il faut enfermer son sac dans un détecteur de métaux, jeter la nourriture et les bouteilles dans une poubelle, ouvrir les manteaux… L’agent de sécurité qui inspecte mes affaires est le grand homme aux cheveux blancs qui officiait au Passage Warwick et était de service le jour où j’ai vu subrepticement Assange dans salle 10… Il me connait, je le salue, je me rappelle à son souvenir.

C’est plus rapide qu’en septembre, je suis libérée et je peux courir dans l’escalier sombre jusqu’au 4ème étage, un espèce de grand vestibule avec des fenêtres qui paraissent hautes vues de l’extérieur mais en réalité sont les plus petites de celles qui donnent sur la rue – et elles étaient illuminées la veille. Cet espace rappelle les écoles du 19 siècle comme Paris en est plein : hauts murs, grandes fenêtres, plafond lointain, meubles en bois sombre massif, ambiance feutrée et couloirs austères. Je poursuis dans le couloir longeant des portes des salles 2 et 4. Dans laquelle se trouve Julian Assange ?

Deux agents de sécurité travaillent devant la salle 4. Le premier, un homme âgé sympathique, me dit que c’est la pause et il m’invite à attendre dans le vestibule. Il viendra nous chercher. Je m’assieds sur un banc devant une table dans la salle d’attente quand arrive Ellie. Nous reprenons nos discussions, alors que Deepa et Craig Murray discutent de leur côté. Je ne comprends hélas pas beaucoup de ce que dit Craig Murray alors qu’il est le seul témoin oculaire de la salle 2. A cette heure il est confirmé que Julian Assange ne sera pas extradé mais non pas parce qu’il est un prisonnier politique, mais du fait de son «état psychiatrique » suite aux « rapports médicaux produits par les experts en septembre ».

C’est tout ce que nous craignons : que les pseudo expertises de psychiatres dont l’indépendance à l’égard du système royal comme à l’égard du système américain n’est pas certaine, conduisent Assange tout droit à réclusion dans un hôpital psychiatrique ou nous ne le verrons jamais plus. Cela me révulse d’autant plus que lorsque Wikijustice alertait en octobre, novembre, décembre 2019 et janvier 2020 sur les traces de torture que Julian Assange a visiblement subie en captivité, et que nous avons écrit 3 rapports médicaux et exigé un rapport médical indépendant, ni les avocats ni les militants n’avaient réagi favorablement. Ils étaient tous arc-boutés sur la fable de la « méchante prison Belmarsh » et convaincus « qu’on ne peut rien faire » tandis que Gareth Peirce se plaignait de « ne pas pouvoir rendre visite à son client ». Pendant ce temps le système qui maintient Assange en captivité faisait venir des psychiatres américains pour l’examiner, qui sait si ce n’était pas contre son gré[10]Le grande révolte que Juliana Assange a montré le 26 et 27 février à la Woolwich Court nous rappelle qu’il n’est pas prouvé qu’il soit en accord avec cette stratégie de psychiatrisation de sa personne imposée par les avocats (et les bailleurs de fonds des avocats, Courage Corp et Wau Holland Stiftung ?)

Nous attendons encore un quart d’heure lorsqu’arrive Georgia, celle qui présente à toutes les audiences et qui passe toujours. Elle nous demande si Rebecca Vincent est là et vérifie pourquoi nous avons si froid : il n’y a pas de chauffage dans l’auguste tribunal. Je me rappelle la clim détestable qui crachait un air vicié sur nous de l’autre côté, salle 9 et 10. Enfin c’est le signal vers 12h50. L’agent de sécurité vient nous chercher et ouvre la porte de la salle 2 pour Craig Murray. Assange est donc là, je tends le cou, mais je ne peux rien voir. Je dois me contenter de la salle 4, et ce n’est pas si mal. Nous nous retrouvons à 4 personnes dispersées sur le balcon aux sièges de cuir vert posés sur des bancs marrons comme dans un théâtre du 19 siècle. Ellie est assise juste un rang au-dessus de moi et ensemble nous nous transmettons les informations capitales. En contrebas la salle est grande et dotée de 4 hauts fauteuils de juges sur une estrade. Ils sont vides et un bric à brac informatique parsème les tables de l’estrade. En bas de l’estrade le mobilier de la salle est composé de 4 rangées de tables disposées en rang comme dans une école. C’est très différent d’un décor de cour de justice européenne. Le box des accusés est une petite estrade vide à droite. Il y a 50 places mais seuls 10 personnes, prétendument des journalistes, sont assises dispersées devant les tables à raison de 3 ou 4 par rangée. Je note leur emplacement. Ce sont surtout des jeunes femmes aux longs cheveux blonds que je n’ai jamais vues dans les salles ni de la Westminster, ni de la Woolwich ni même ici en septembre. Il n’y a pas de têtes connues, ni de politiques comme la députée allemande Heike Hänsel et s’il y a des diplomates allemands ce ne sont pas les mêmes qu’en septembre.

On dirait des figurants ou des stagiaires. Ils regardent l’écran où se joue la tragédie politique du siècle impassibles, sans aucune émotion. Comme s’ils assistaient à la présentation d’un « cas » d’étude pour leur école. Deux hommes aux cheveux gris au look plus décontracté ressemblent plus à des journalistes et sont assis dans la rangée de gauche face aux jeunes filles qui fixent l’écran au-dessus d’elles. Je peux regarder l’écran placé au-dessus de l’estrade des juges en face de moi. Il est assez grand mais divisé en deux parties : sur la partie de droite apparait la tête de Mark Summers qui parle d’un bureau plein de dossiers. Summers n’est donc pas physiquement présent à la Old Bailey. Côté gauche on distingue une salle similaire à celle-ci : c’est la retransmission de la salle 2. Mais on n’y voit pas Assange. En effet, la caméra filme sous un drôle d’angle : elle montre des tables au milieu et deux rangées de hauts fauteuils en quinconce. Sur la rangée de droite je vois des personnes, peut-être Baraitser, sur la rangée de gauche c’est rempli aussi mais je ne peux distinguer que ceux que je connais déjà : Clair Dobbin grâce à ses longs cheveux blonds. Je crois reconnaitre Fitzgerald à côté de Dobbin  mais l’image est assez lointaine. D’ailleurs je reconnais plus la voix de Baraitser que je ne reconnais sa silhouette.

Fitzgerald se lève, puis c’est au tour de Dobbin, Baraitser parle de l’extradition Act de 2003, puis l’avocat cite des « section 1-3-4 ». L’ambiance est détendue, familière, comme après un travail ou on aurait fait un « good job ». Summers parle à l’écran mais il a curieusement la voix bégayante de Fitzgerald. Je ne sais pas si je dois me concentrer sur les débats ou guetter le moment ou enfin, peut-être, la caméra va montrer Assange. Est-il seulement là ? Aucune photo de lui n’a été publiée depuis 1 an, le 13 janvier 2020, depuis la photo faite dans le fameux van de Serco à la sortie de la Westminster où il avait croisé le regard pendant 1 heure avec la présidente de Wikijustice Véronique Pidancet-Barrière entrée en tant que journaliste avec une carte de presse[11] Son visage reste toujours gravé dans ma mémoire, mais je ne peux pas imprimer cette image et je ne suis pas assez bonne dessinatrice pour recomposer ce que j’ai dans ma tête. Très dommage car je ne peux que vous livrer ce témoignage si imparfait…

L’ambiance est tellement détendue dans la pièce feutrée qu’on voit Mark Summers boire son café chez lui pendant que Clair Dobbin et Baraitser discutent des « coûts du procès ». Je sursaute : on ne va quand même pas faire payer à Assange les coûts de sa répression ! C’est la Couronne britannique qui a accepté de le poursuivre sur la base du Mandat d’Arrêt Européen et du Traité d’Extradition, qu’ils se débrouillent pour payer leurs salles de location à la Old Bailey ! Soudain, j’entends Baraitser s’adresser à Assange, elle parle de « remand in custody » jusqu’au 6 janvier, et que l’« application for bail », la demande de libération sous caution sera examinée. Enfin quelqu’un a fait une demande de libération ! Mais pourquoi sous caution ?! Julian Assange n’est PLUS poursuivi, il devrait tout de suite sortir LIBRE PAR LA GRANDE PORTE !

Pourquoi est-il encore enfermé ? Ce n’est pas légal ! La demande d’extradition rejetée, il n’y a AUCUNE RAISON de maintenir un homme en détention : c’est de la détention arbitraire, de la prise d’otage en fait. Le « remand in custody » ne s’applique qu’au justiciable en attente de procès, or ici il n’y a PLUS de procès ! La procédure d’extradition qui n’est pas un procès EST FINIE ! Et la partie adverse ne peut faire appel car ce n’est pas prévu par le traité d’extradition ! La seule chose que la partie adverse peut faire, c’est refaire une autre demande d’extradition et passer par la voie diplomatique comme il se doit !

ASSANGE EST UN HOMME LIBRE DE DROIT. IL DEVRAIT L’ETRE DE FAIT

Il devrait sortir de ce bunker, descendre de ce foutu box et sortir dans la rue Old Bailey… Il devrait pouvoir parler lui-même aux médias au lieu que des personnes autoproclamées épouse ou amis parlent à sa place. On devrait pouvoir lui parler et lui proposer notre aide pour un séjour chez nos amis en Angleterre, en France ou ailleurs. D’ailleurs, à l’issue du verdict la cour devrait lui restituer son passeport et tous ses documents pour qu’il puisse retrouver sa dignité de citoyen. Mais je me demande si Julian Assange a un jour possédé les attributs de citoyens que sont une carte d’identité, un passeport. Personne d’ailleurs ne songe à réclamer que le système les lui rende, comme si c’était déjà normal qu’il soit un prisonnier de guerre dans un régime moyenâgeux. Il n’est pas coupable, mais il reste captif. Comme on s’habitue vite à l’intolérable viol des libertés, depuis 2 ans nous en avons le spectacle terrifiant.

Soudain, alors qu’un brouhaha est perceptible à l’écran, signe que la rencontre est finie, la caméra zoome sur le côté gauche de la salle 2 et montre…. Assange ! Elle le montre même de près et assez longuement. Je suis assise à 10 mètres de l’écran mais j’arrive à bien le voir. Ellie me désigne d’ailleurs l’écran toute en émotion et commente ce qu’elle voit. On n’est jamais de trop ici pour croiser nos impressions. La caméra montre Julian Assange de côté : il est assis derrière une barrière en bois mais je ne vois pas de box en verre. Il porte un costume gris et un gros cache-col bleu foncé ou noir autour du cou, le genre de gros châle dont on a besoin quand on a froid. Et il fait froid dans ces murs et il est frileux, je l’ai déjà vu avec des pulls en plein été. Il a les cheveux mi-longs comme en 2009 et j’ai l’impression que son visage est glabre et qu’il ne porte pas de lunettes. Comme je ne peux pas distinguer les traits de son visage, je me concentre sur ses gestes. D’abord il est assis et se penche en avant pour parler à quelqu’un. Je vois Baltazar Garzon ! Garzon est bien un chef décisionnaire dans cette cérémonie mais comment fait-il pour siéger dans un tribunal britannique alors qu’il n’est ni avocat ni juge en Grande Bretagne et que le Brexit prononcé, les règlements européens éventuels ne s’appliquent plus automatiquement ?

Julian Assange en 2011. Faute de pouvoir faire une photo le 4 janvier dernier, je choisis des photos anciennes ou l’expression de son visage ressemble à celle que j’ai vue à la Old Bailey

En tout cas, Garzon est la personne la plus importante qui décide de la suite car Assange lui parle longuement après le verdict. Mais il ne lui serre pas la main comme dans les moments dramatiques à la Woolwich Court en février 2020, il n’y a pas d’effusion d’émotion. Visiblement le verdict était déjà connu, d’ailleurs le jugement est publié dans la foulée sur internet et il est évident que la juge Baraitser n’a pas rédigé les 110 pages dans la nuit mais que c’était connu et prêt bien à l’avance[12].

L’attitude de Julian Assange, sa gestuelle gracieuse est la même que celle de l’homme que j’ai vu 8 fois en vrai et 13 fois en video. Je l’ai vu 45 minutes le 21 octobre et le 13 janvier, des heures entières en février 2020 et puis de façon très fugace le 20 décembre 2019 et le 9 septembre 2020. Je constate qu’il a l’air à l’aise, il est plutôt solide, pas trop amaigri. Il n’a pas l’air d’un psychotique autiste qui ne comprendrait pas ce qui se passe. Cette psychiatrisation est vraiment abusive. D’ailleurs, alors que je me demande comment faire, une fois que je l’ai vu pour qu’il me voit, Julian Assange se lève et se tourne face à la caméra. Il est grand, mais un peu voûté, comme le 21 octobre 2019 et le 9 septembre dernier. Il se tourne avec grâce vers nous comme un danseur vers son public. Comme quand il nous a salué à sa sortie du spectacle le 27 février dernier jour de la Woolwich Court. J’ai l’impression qu’il sait qu’on est là, fidèles contre vents et marées, c’est le cas de le dire… J’ai baissé mon masque au cas où il aurait quand même une possibilité de voir la galerie du public maintenant ou en différé et qu’il puisse reconnaitre mon visage ou mon costume violet.

C’est fini et l’agent de sécurité vient nous chercher. J’envoie Ellie lui parler pendant que je reste scruter Assange : je ne pars pas tant qu’il est là ou qu’on ne m’ait pas virée. La caméra continue de le montrer, alors que les spectateurs en contrebas quittent les lieux. Enfin, à regret, je me décide à me lever… Nous discutons avec l’agent de sécurité. L’homme parait aussi remonté contre ce procès que nous. Je lui demande si l’audience du 6 sera ici ou à la Westminster Court. Il me répond, véhément « Madame, ce sera certainement à la Westminster Magistrate Court ! Nous n’avons rien à voir avec ce procès ! Nous, on s’occupe de terroristes ici ! Ce n’est pas notre rôle de décider des extraditions ! » Il est blessé dans sa dignité d’honnête travailleur à qui on demande de servir de garde-chiourme pour emprisonner des journalistes. J’engage la conversation. Je lui dis que nous savons que la Old Bailey et ses juges jugent de vrais criminels et pas des citoyens coupables de rien sinon de publier des informations et qui ne devrait à aucun moment être emprisonnés. Mais qui dirige, qui organise vraiment le procès de Julian Assange ? Qui impose ce spectacle dans les augustes murs de la Criminal Court ? L’homme ne me le dira pas, mais il répète avec force que son institution n’y est pour rien dans la situation de Julian Assange. Ce n’est pas elle qui l’emprisonne. Je lui redis que selon la Loi Assange devrait sortir libre d’ici à la minute ou le refus d’extradition a été prononcé….

Il approuve et cela rend son refus de participer à la mascarade d’autant plus authentique. Nous lui expliquons, moi la Polonaise, Ellie la Grecque à quel point nous craignons pour nous et pour nos amis de lutte dans nos pays si ce dangereux précédents d’extradition pour opinion politique venait à être imposé. Il nous écoute et aimablement nous prenons congé de lui et de son collègue, un véritable policier armé (nous nous occupons de terroristes ici, Madame, de vrais…- nous a-t-il encore répété à la fin…). Je sors exténuée en marchant dans les longs couloirs austères. Dehors il fait toujours aussi froid mais c’est la liesse. 400 photographes et reporters encerclent on ne voit pas trop qui, Stella Morris ou Hrafnsson. Nous cherchons le militant qui a gardé le portable de Ellie et nous retrouvons nos amis français et anglais dans la manifestation pleine de joie. Mais Julian Assange reste enfermé. L’espoir de le voir sortir après-demain sous caution est terni par ce déni de justice évident qu’un homme innocent, qui n’est plus poursuivi par personne, est toujours maintenu en captivité illégalement. Sous le prétexte storytellé d’un appel qui n’existe pas dans les textes juridiques.

Nous prenons un grand café chaud dans un seul Starbucks ouvert d’où les employés nous chassent sans ménagement : les fameuses Covid Rules ! Plus forte que la Loi et les Droits de l’Homme ! La nouvelle norme sociale et politique des multinationales ! Je suis épuisée, je dois faire mon rapport. Je prends congé de mes amis et je rentre à l’hôtel. Il faut me préparer à rejoindre la Westminster Court pour une ultime bataille. Mais j’ai vu Julian Assange. Il est vivant et parait bien portant. C’est tellement essentiel.


[1] https://www.facebook.com/CoordRATPSNCF/posts/141151180777677

https://www.facebook.com/RevolutionPermanente.fr/videos/430499884409927/

[2] https://www.facebook.com/groups/515096986022028

https://www.facebook.com/groups/515096986022028/permalink/761277734737284

https://meet.jit.si/securefreespeechsecureourfreedom?fbclid=IwAR0rHxo9smrEhSkN7Dw8V1ZBtW06Voo6swHM7vLYFycPEaq12FPRciQAd50

[3] https://fr.wikipedia.org/wiki/Prison_de_Newgate

https://www.alamyimages.fr/photos-images/newgate-prison-london.html

www.victorianweb.org/art/architecture/london/63.html

[4] https://fr.wikipedia.org/wiki/Oscar_Wilde

[5] https://en.wikipedia.org/wiki/High_commissioner

[6]https://www.euroweeklynews.com/2019/12/03/english-news-second-terrorist-back-behind-bars-as-police-review-license-conditions/

[7] https://www.bbc.com/news/uk-41445444

https://www.newsshopper.co.uk/news/15556500.alleged-kidnapping-of-coulsdon-model-could-be-a-sham-claims-a-lawyer/

[8] https://drive.google.com/file/d/1rCPKk9vdY29H_kaHjqeClvJtQ62_cw7W/view

[9] https://drive.google.com/file/d/1rCPKk9vdY29H_kaHjqeClvJtQ62_cw7W/view?usp=drive_web

[10] https://www.judiciary.uk/wp-content/uploads/2021/01/USA-v-Assange-judgment-040121.pdf

Page 100 à 110

[11] https://www.linkedin.com/pulse/audience-du-13012020-face-à-avec-julian-assange-véronique/

https://vk.com/@430817373-13012020-hearing-face-to-face-with-julian-assange

[12] https://www.judiciary.uk/wp-content/uploads/2021/01/USA-v-Assange-judgment-040121.pdf

Pour sa Liberté et la Nôtre, 1ère Partie: Franchir les frontières au temps du Covid

Julian Assange dans la Old Bailey le 4 janvier 2021

Douvres, vue vers la France du château de Henri II Plantagenêt

Monika Karbowska

La décision rendue le 4 janvier 2021 dans le bâtiment de la Old Bailey à Londres est connue. Elle est une victoire des mouvements sociaux européens qui se sont mobilisés pour libérer Julian Assange depuis 2 ans et surtout du mouvement des Gilets Jaunes français. Mais elle n’est aussi qu’une étape dans la guerre qui oppose les peuples aux pseudo élites mafieuses qui nous oppriment autant qu’elles emprisonnent Julian Assange. En effet, nous n’avons pas lutté contre l’extradition de Julian Assange mais POUR SA LIBERATION. Juridiquement Julian Assange est un homme LIBRE car il n’est plus poursuivi par aucune juridiction. Pourquoi n’est-il donc pas sorti par la grande porte du tribunal à 12h25 immédiatement après l’annonce du verdict ? Pourquoi le 6 janvier 2021 après les tractations secrètes au sein de la Westminster Magistrate Court n’est-il toujours pas parmi nous à profiter de la liberté, à marcher dans la rue, discuter avec nous et préparer un long voyage réparateur vers des cieux plus accueillants?

Je vais répondre à cette question par mon article tout en relatant les efforts que j’ai effectués au sein de l’association Wikijustice pour être toujours présente à toutes ses audiences. Le but est aussi de faire comprendre à mes concitoyens ce que nous vivons en Europe et comment ils et elles doivent se préparer à se battre pour leur liberté s’ils veulent survire autrement qu’à l’état de serfs soumis au droit de vie et de mort d’un pouvoir mafieux. Car nous ne sommes pas différents de Julian Assange : prisonnier depuis 1 an d’un pouvoir arbitraire, nous vivons dans notre chair l’enfermement et la privation de droits en y consentant collectivement.

J’avais effectué un voyage du 10 au 14 décembre dernier à Londres, à la dernière audience de Julian Assange de prolongation de sa « détention provisoire ». C’est le juge Ikram qui m’avait indiqué le 29 octobre dernier qu’il s’agirait du dernier « call over hearing » le 11 décembre 2020 (voir partie 3). J’avais profité de ce voyage qui me permettait de m’aérer en quittant quelques jours une France sous un joug policier abject où même l’acte vital de respirer a été criminalisé. J’avais profité de mes longues promenades sans masque dans les quartiers de Paddington et Islington et surtout de la joie de voir la vie revenir dans une Londres apaisée, d’observer des enfants et des adolescents vivre normalement sans dressage à la soumission du bâillon et de la peur de l’autre. J’avais été heureuse d’enregistrer les scènes de la vie quotidienne dans les pubs et les restaurants réouverts, la musique, les rencontres, la vie qui revient. J’avais même publié et transmis ces images aux restaurateurs amis en France afin de les inciter à la lutte pour leur réouverture.

J’avais appris beaucoup de ce voyage et je voulais faire profiter de ces informations à mes concitoyens. Malheureusement le pouvoir politique a intensifié sa pression dictatoriale sur nous à l’approche des fêtes et j’ai en priorité participé à la finalisation de la Plainte Internationale de Wikijustice qui est devenu notre principal outil de lutte juridique. Travaillant aussi comme prolétaire pour subvenir à mes besoins, je n’ai eu le temps et la force d’écrire mon article. Je vais donc inclure des éléments d’informations dans ce récit afin qu’il soit clair quels sont les enjeux pour NOUS TOUS de la lutte pour la libération de Julian Assange.

Le voyage, la Souveraineté et les Droits Fondamentaux

Je ne comprends pas pourquoi tant de gens autour de moi en Europe occidentale sont convaincus qu’il est désormais interdit de voyager et que « les frontières sont fermées ». La bonne nouvelle est que les frontières ne sont PAS fermées et qu’il est toujours comme avant le 11 mars « permis » de voyager. La mauvaise nouvelle est que tant de gens ne comprennent pas ce que sont leurs droits et leurs libertés, étant convaincus que lorsque cinq gars à télévision disent quelque chose, non seulement cela est vrai, mais miraculeusement cela fait force de Loi. Non, ce que ces types disent à la télévision même s’ils s’appellent Macron cela ne fait pas force de Loi et n’est pas une REGLE de notre société.

Notre société s’appuie sur un corpus de Lois dont la hiérarchie s’établit ainsi : d’abord au sommet les Droits Fondamentaux Naturels et Inaliénables garantis par les Textes Internationaux dont la Charte des Nations Unies et la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et tous les Pactes relatifs aux Droits Humains dont l’ONU a la garde.

Le droit à la liberté, la vie, la sureté, l’inviolabilité du domicile, de la vie privée, l’interdiction de la torture sont les droits fondamentaux que chacun devrait avoir accrochés dans son cœur et dans son cerveau quand il entend un quidam lui dire que « l’état d’urgence sanitaire interdit de sortir de la maison et que la police peut venir vérifier combien de personnes sont à table ». Ces pseudo « mesures Covid » sont simplement interdites par la Loi et sont donc de graves violations de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

La DUDH pose aussi dans l’article 13 que « toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays ». C’est cela la base du « droit de voyager »[1]. Naturellement, le second étage du Corpus est notre Constitution dont le fondement et la partie la plus importante est la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 ainsi que le Préambule de la Constitution de 1946 qui fait partie de celle de 1958[2]. Ce « vieux texte » comme disait un internaute peu avisé, est ce qui fonde le fait que nous n’avons pas besoin de l’autorisation de Castex ou de Macron pour avoir le droit de vivre. Article 2 : « le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression ». Gardez cela à l’esprit lorsque Castex vous dit que le coronavirus vous interdit de franchir le seuil de votre maison, de marcher dans la rue ou de respirer sans bâillon. Ainsi notre Constitution commence ainsi : « Au lendemain de la victoire remportée par les peuples libres sur les régimes qui ont tenté d’asservir et de dégrader la personne humaine, le peuple français proclame à nouveau que tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés. Il réaffirme solennellement les droits et libertés de l’homme et du citoyen consacrés par la Déclaration des droits de 1789 et les principes fondamentaux reconnus par les lois de la République ».

Partant de là, toutes les Lois, décrets et circulaires ministériels doivent être en accord avec la Constitution et s’ils ne le sont pas ou que leur interprétation n’est pas claire, ce sont toujours les « droits inaliénables et sacrés » qui priment. Il n’y a aucune « urgence sanitaire » ou autre « urgence » qui limite les Droits Fondamentaux par aucune circulaire ministérielle. Aucune « loi d’exception » pondue en urgence par 5 individus dans une Assemblée Nationale vide n’est supérieure aux Droits Fondamentaux. Il n’y a PAS d’Etat d’urgence sanitaire prévu dans notre Constitution. Combien de fois faut-il le répéter ? Partant de là, et comme le gouvernement sait très bien qu’il viole la Loi, une arrestation de quelqu’un qui voudrait « quitter son pays » est une arrestation arbitraire. De même le gouvernement n’a pas le droit d’empêcher un citoyen de revenir dans le pays dont il a la nationalité. Le faire est un très grave abus de droit. Le bannissement n’existe plus dans notre civilisation depuis que l’Etat moderne s’est constitué en Souverain. Le bannissement comme l’arrestation arbitraire sont des instrument de la Tyrannie, laquelle est interdite par Notre Constitution. La Résistance à la Tyrannie est prévue aussi bien dans notre Constitution que dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

L’Etat souverain s’est constitué difficilement sur la base de la définition d’un pouvoir unique sur un territoire délimité par des frontières. C’est la paix de Westphalie de 1648 qui pose les prémisses juridique du Territoire et de la Frontière. La souveraineté est depuis définie comme un pouvoir sur un territoire à l’exclusion d’un pouvoir d’autrui sur ces territoires. En clair, les Etats s’engagent à ne pas s’immiscer dans les affaires de l’autre, de semer le trouble, de payer des ennemis internes pour détruire le voisin de l’intérieur[3]. Depuis les Révolutions de 1789 et la difficile lutte pour la Démocratie et la République, c’est le peuple qui décide de sa souveraineté et gère son territoire.

« Constitution du 4 octobre 1958 : « Titre premier – DE LA SOUVERAINETÉ ARTICLE 2. La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité ». Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ».

Un Etat est souverain sur son territoire lequel est délimité par des Frontières. Cette souveraineté et ces frontières sont valables si elles sont reconnues par ses pairs, les autres Etats. C’est le fondement de la RECIPROCITE, base du droit international et du fonctionnement de la diplomatie. C’est pour cela que la reconnaissance internationale par les autres Etats est si importante lorsqu’une Nation souhaite créer un Etat et crée, accède à ou arrache son indépendance. Aujourd’hui c’est l’adhésion au système et à la Charte des Nations Unies qui garantie cette indépendance et donne aux Citoyens de cet Etat la sécurité que leur droits fondamentaux seront respectés par leur semblables, les autres humains du monde organisés dans le système. Voilà pourquoi les frontières ne sont PAS une interdiction de voyager et pas même un obstacle à franchir. Les frontières de mon Etat sont aussi celles de son voisin, je dois donc faire en sorte que mon Etat s’entende avec son voisin pour que je puisse voyager chez le voisin. En vertus du principe de reconnaissance réciproque, les règles du franchissement de la frontière devront être clairement établies, valables pour tout le monde et identiques pour les citoyens de ces deux Etats. Les Etats régulent depuis des centaines d’années leurs relations par des traités bilatéraux qui ont force de Loi sur leur territoire respectifs. Ces traités sont valables tant que d’autres traités ne les ont pas remplacés (de la même façon qu’une Constitution vieille de 200 ans est toujours valable même à l’ère du  vaccin ARN et du traçage par portable si elle n’a pas été remplacée par une autre).

Pourquoi j’écris ce qui ressemble à un cours d’éducation civique pour enfants de 12 ans ? Parce que je vois que mes concitoyens contemporains ont tout oublié de ces bases ou même n’en ont jamais rien su, convaincus que Macron a le droit de vie et de mort sur eux ou que l’Union Européenne leur a « donné le droit de voyager » et que maintenant elle le leur enlève en vertu des décisions de Véran et donc qu’ils doivent « rester chez eux ».

« Comment as-tu pu partir en Pologne » ?- Me demandait-on mi-outré mi-admiratif en novembre. «Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et y revenir » – j’ai donc pris l’avion pour y aller puis le bus pour revenir. De même le « Brexit » n’est pas la « catastrophe apocalyptique » que nous brossent les storytellers incultes et semant le mensonge. La Grande Bretagne applique les traités bilatéraux qu’elle a signé de tous les temps de son existence et qui n’ont jamais cessé d’être valables même lorsque l’Union Européenne avait la prétention de coiffer la jurisprudence nationale d’un chapeau de « supranationalité universelle », en réalité illégale. L’Union Européenne n’est en réalité qu’un Traité International entre Etats – actuellement le Traité de Lisbonne. D’ailleurs, que dit l’article 2 du Traité ? « L’Union offre à ses citoyens un espace de liberté, de sécurité et de justice sans frontières intérieures, au sein duquel est assurée la libre circulation des personnes ». Le Traité de Lisbonne est toujours valable et aucun coronavirus n’a le pouvoir de le suspendre. Le droit de circuler à l’intérieur de l’UE est toujours valable, c’est pourquoi je suis allée en Pologne et j’en suis revenue.

C’est ainsi que j’ai pu aller en Grande Bretagne du 10 au 14 décembre 2020. Après le 1 janvier 2021 la Grande Bretagne et la France sont revenus à une régulation de la circulation entre pays voisins sur la base de traités bilatéraux. J’invite tout le monde à lire au Journal Officiel le nombre de traité bilatéraux anciens encore en vigueur : ils sont innombrables et régulent la circulation des biens et des personnes, les droits des étudiants, des travailleurs, les équivalences de sécurité sociale, le versement de retraites… C’est une mine d’information très rassurante qui nous montre que le « Nouveau Monde » des néolibéraux est un mythe de secte : le monde est toujours fondé sur des régulations juridiques et/ou des traditions anciennes ou modernes mais toujours valables tant qu’elles ne sont pas dénoncées ou annulées. N’écoutez pas la télévision qui vous fait « de l’eau de seltz de notre cerveau » (comme on dit en Polonais). En l’occurrence il est important de se référer directement aux textes de Loi et il est très dommageable et abusif que la France n’est pas publié l’accord qu’elle a signé avec la Grande Bretagne le 24 décembre 2020 après son blocage du port de Douvres. L’ère des traité secrets devrait être révolue !


[1] https://www.un.org/fr/universal-declaration-human-rights/

[2] Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 – Légifrance (legifrance.gouv.fr)

https://www.legifrance.gouv.fr/contenu/menu/droit-national-en-vigueur/constitution/declaration-des-droits-de-l-homme-et-du-citoyen-de-1789

[3] https://mjp.univ-perp.fr/traites/1648westphalie.htm

Franchir les frontières contre la peur le 10 décembre 2020

C’est peut-être parce que je suis fille de diplomate de la Pologne communiste que je sais que les frontières sont faites pour être franchies – légalement. Mon père a distribué pendant 42 ans des visas polonais et jamais il n’a pensé qu’un visa peut être un obstacle pour aller quelque part car au contraire, selon le droit consulaire le visa est UN DROIT de venir, de franchir une frontière. Dans les années 80, lorsque j’étais adolescente, chaque Etat en Europe contrôlait ses frontières. Chaque Etat avait signé une multitude de traités bilatéraux avec tous les Etats de notre continent qui effectivement forme une seule civilisation. La frontière la plus visible était la frontière des Deux Systèmes, communiste et capitaliste, matérialisée par le Mur séparant l’Allemagne de l’Ouest et la République Démocratique Allemande et entourant l’enclave de Berlin ouest à l’intérieur de la RDA. Mais cette frontière n’était nullement un rideau de fer mythique, elle était quotidiennement franchie. Des touristes, des professionnels, des étudiants, des routiers demandaient des visas de courts ou de longs séjour et voyageaient en train, en avion et voiture individuelle par dizaines de milliers entre l’Est, l’Ouest, le Nord et le Sud. Les pays d’Europe de l’Ouest ont commencé par supprimer les visas entre eux pour faciliter l’industrie touristique au début des années 80, les pays de l’Est ont maintenus les visas ENTRE EUX, mais ces visas n’étaient que des formalités et étaient accordés par des agences étatiques qui facilitaient les voyages. Les Polonais, les Allemands et les Hongrois se rendaient en Yougoslavie et en Bulgarie pour le soleil de la Méditerranée tandis que les citoyens de ces pays venaient skier en hiver dans les montagnes ou visiter les villes polonaises. Le mouvement d’intégration se poursuivait aussi ici par le biais des régulations bilatérales. En 1988 un Polonais pouvait de rendre sans visa en Grèce, en Autriche, à Berlin Ouest, en RDA, en Hongrie, en Tchécoslovaquie, en Yougoslavie pour un court séjour et les Polonais ne s’en privaient pas. L’enjeu était plutôt de forcer notre Etat à nous laisser garder notre passeport « à la maison » alors que le système communiste voulait se réserver d’accorder ou de refuser le droit au passeport, donc de contrôler le droit de sortir et de rentrer au pays du citoyen. La première chose que j’ai faite alors que j’ai eu 18 ans révolus en mars 1989, fut de demander mon passeport et de le « garder à la maison » selon la formule consacrée à l’époque.

Port et canal de la Manche à Douvres, l’entrée de l’Europe occidentale, la frontière maritime la plus fréquentée au monde

Depuis j’ai traversé maintes frontières puisque l’Europe occidentale fut pour les Européens de l’Est une frontière très difficile à franchir jusqu’en 1992, jusqu’à la signature du protocole additionnel de Schengen. De 1989 à 1992 un Polonais devait prouver qu’il possède 500 FF (80 Euros ) par jour pour juste un séjour touristique de 10 jours en France (ce qui était une somme très importante) et une attestation d’hébergement signée par un Français. Gare à lui s’il dépassait d’une journée son séjour en France : il risquait un tampon d’interdiction de séjour dans son passeport à la sortie du pays ! Ce sont les conditions avec lesquelles je suis venue en France en 1992, comme tant d’autres Européens de l’Est mais nous ne nous en plaignions pas : il nous semblait naturel qu’un Etat souverain contrôle ses frontières. Cependant nous aurions voulu que la règle de réciprocité s’applique aussi aux ressortissants français. Mais nos pays étaient faibles, en passe d’être colonisés et distribuaient aux ressortissants français généreusement des cartes de séjour alors que la France refusait nos demandes de visa long séjour et nous attribuait en réponses à nos demandes des OQTF (Obligation de Quitter le Territoire – des expulsions) et ce jusqu’en 2005. Je sais de quoi je parle, j’ai été étudiante étrangère avec carte de séjour sans droits et précaire, puis sans-papiers, de 1992 à 2001.

Pour moi la façon dont je peux traverser une frontière est le baromètre de l’état réel des relations entre les deux Etats voisins. C’est pourquoi il est si important d’éteindre sa télévision et de prendre l’avion, le train, le bus, la voiture ou le vélo et partir tester la réalité du terrain, la réalité des relations politiques. Le 10 décembre 2020 j’avais testé les relations franco-britanniques en prenant l’avion de Charles de Gaulle pour Londres. L’aéroport était désorganisé par la multitudes de gens voulant quitter notre pays alors que des terminaux entiers avaient été mis hors d’usage et que le RER B si bondé en temps normal était désert. Il faut dire que l’air est devenu irrespirable dans notre pays avec ces « confinements » « interdiction de sortir sans aussweis » et « masque obligatoire partout, pour tout le monde et en tous les temps ». Le comptoir d’enregistrement de British Airways était rempli d’Anglais distingués et plutôt âgés qui avaient choisis notre pays comme lieu de résidence pour son art de vivre et sa sécurité sociale… Les deux sont morts aujourd’hui. Les hôpitaux sont désormais des lieux mortuaires que toute personne de plus 55 ans doit impérativement éviter si elle est malade sous peine d’isolement « covid » et de mort subite sans que ses proches puissent la défendre. Quant à l’art de vivre, vous savez ce qui se passe dans nos villes vidées, désertifiées avec la fermeture brutale et abusive des cafés, des restaurants, des lieux de cultures, des associations, des réunions publiques, des lieux de cultes, des partis politiques etc. etc. La liste des interdictions est longue comme le jour sans pain du serf d’avant 1789.

Les vieux Anglais rentraient dans leur pays chargés de lourds bagages alors que de jeunes Français prenaient l’avion pour l’Asie, le lieu de l’avenir où d’ailleurs on ne porte pas de masque, n’en déplaise à nos amis de gauche qui pensent faire « plus chinois que les Chinois » en nous imposant la muselière à la mode.

L’avion était plein mais le voyage très court et agréable, je voyais la terre continentale finir, le bras de mer grise s’étalait pendant 10 minutes et voilà que déjà nous atterrissions dans le brouillard à Heathrow après avoir survolé le château de Windsor qui jouxte l’aéroport international. L’aéroport m’a semblé immense, aussi grand que celui de Pékin et assez luxueux. Les voyageurs riches ou de classe moyenne supérieure mondialiste du Commonwealth m’ont rappelé combien depuis 1 an je cotoie les classes les plus pauvres, les travailleurs migrants dans les Flixbus, les migrants est-européens justiciables dans cette « Westminster Magistrate Court » ou Assange est « jugé », le public de marginaux et de SDF logés dans les foyers du quartier autour du tribunal et venant assister aux « manifestations » de soutien à Assange.

Un jeune couple très classe imposant de force un masque à leur enfant de 2-3 ans m’a particulièrement déplu: ils arboraient l’outil sur leurs visages si fièrement que cela ressemblait à nouveau statut social, une publicité criant « regardez, nous sommes le nouveau monde corona ». Mais la vraie frontière franco-britannique était en réalité très accueillante. L’homme en uniforme de police aux frontières était sans masque dans son box. Il a répondu à mon sourire et m’a demandé pourquoi je ne me suis pas enregistrée au contrôle automatique réservé aux « ressortissants européens ». J’ai répondu spontanément « Parce que je préfère les humains aux machines » ! Pas d’autre question. Il m’a souhaité un très bon séjour !

Vivre la Liberté à Londres en décembre 2020

Devant la Westminster Magistrate Court le 11 décembre 2020

Ce bel accueil m’a donné bien du bonheur et du courage ! Dès ma sortie du métro et ayant sans difficultés intégré un bel hôtel à Paddington, j’ai jeté aux orties le masque bâillon et je suis partie faire une longue ballade le nez au vent au nord de Paddington- Abbey Road avec les fameux studios, Finchley Road avec les petites maison dont la Maison de Freud  et le Tavistock and Portman Center. J’ai photographié et filmé les pubs et restaurants ouverts pour bien montrer qu’on vivait normalement ici et que personne n’avait peur d’un covid. Dans un pub j’ai savouré mon cocktail comme un évadé de prison et j’ai photographié avec autorisation la joie de vivre des jeunes y discutant. Le lendemain j’étais à 6 heures du matin la première devant la porte de la Westminster Magistrate Court, fatiguée mais confiante. Julian Assange doit encore se présenter à la détention provisoire, il faut y être, toujours, sans exception, pour montrer qu’on ne lâche pas.

Pub ouvert le 10 décembre 2020 à Paddington
Prendre un verre à Finchley Road le 10 décembre 2020
Respirer sans masque à Londres en décembre 2020

Le lendemain, après l’audience décevante mais comme toujours instructive (voir 2ème partie), j’avais réussi à refaire une très longue ballade dans le quartier de Islington dans le nord de Londres. Je voulais à tout prix marcher longuement pour profiter de l’air sans masque et du bonheur des gens de vivre normalement. Dans ce quartier habitent des classes moyennes bobos mais aussi des classes populaires d’origine migrante dans de jolis HLM en briques disposés dans des jardins. C’est comme un espèce de Montreuil. Je voyais les jeunes Britanniques en groupe dans la zone piétonne se rencontrer en s’embrassant, en riant, manger au kébab ensemble, puis danser dans la rue et deviser en écoutant de la musique à fond…. Je voyais les enfants jouer partout gaiement, les parents se promener en discutant et préparant les courses de Noël…. Et je pensais aux enfants français étouffant sous le masque 10 heures par jour, aux jeunes s’étiolant enfermés chez eux sans aucun contact que l’ordinateur…

Pub de jeunes avec musique à Islington le 11 décembre 2020
Islington le vendredi soir 11 décembre 2020

Je n’en crois toujours pas mes yeux qu’on accepte une pareille tyrannie et destruction de la Nation, du Peuple, de notre AVENIR sans réfléchir. Au pays des Droits de l’Homme on détruit avec acharnement la vie des Enfants! Dans un modeste pub de quartier j’ai passé des moments euphoriques à boire une simple bière, écouter de la musique et regarder des jeunes jouer au billard. A Londres, ce jour-là, 11 décembre, j’ai senti la Liberté comme jamais je ne l’ai sentie depuis 1991. Et j’ai encore une fois compris que la Liberté a toujours été mon moteur premier. La liberté de ne pas être enfermée dans la maison de mon père, la liberté de ne pas être enfermée par un système. Celle de ne pas être pauvre et privée de droit. Celle de vivre dignement. Tous ceux qui s’étonnent que je sois aujourd’hui contre la dictature covid et que je ne considère pas le régime chinois comme notre modèle (c’est une autre question de savoir si « le régime chinois » est bien celui qu’on nous présente…) se sont mépris sur le sens profond de mon action et de mes choix politiques. La Liberté est la condition de toute action politique. Sans elle nous ne choisissons pas même la lutte pour la Justice. Sans elle nous ne sommes plus des êtres humains.

Restaurant ouvert à Islington le 11 décembre 2020

Alors que la police en France frappait dans la rue sans pitié les citoyens devenus serfs dans leur propre pays, à Londres j’ai été le témoin d’une scène qui m’a transporté de joie : au détour d’un carrefour, une voiture accidentée était arrêtée au milieu de la rue avec derrière elle une voiture de police municipale. Instinctivement j’ai cherché à fuir, comme je le fais maintenant dans ma ville de Paris dès que j’aperçois un uniforme des forces de l’ordre. Puis je me suis raisonnée : pas de masque obligatoire, je n’ai aucune raison de me sentir coupable. Je me suis approchée pour traverser la rue. Alors je vois que l’auteur de l’accident est un grand gaillard totalement ivre qui bredouille dans un Anglais approximatif teinté d’un fort accent ukrainien « je vous assure Madame que je suis coupable oui ! Je ne dois plus jamais boire ! Vous avez eu raison de m’arrêter ! Amenez-moi en prison ! J’aime ma femme et mes enfants mais je dois arrêter de boire ! » Je vois aussi la jeune policière blonde soutenir le grand gaillard par le bras et lui dire doucement  « ne vous inquiétez pas, on ne va pas vous conduire en prison, mais à l’hôpital ou vous serez soigné », tandis que ses deux collègues discutent calmement comment évacuer la voiture de la route. On était vendredi soir, l’homme était ivre mort, il avait provoqué un accident et il n’avait pas peur des flics ! Si les migrants de la dernière vague ont une telle foi dans la justice du système britannique, alors oui, ce pays a de l’avenir ! Et pourra reconstruire une souveraineté !

Certes, cette scène se passait à Islington alors qu’à la gare de Charing Cross ou j’ai pris le train pour Douvres, la politique était déjà différente car menée par une autre municipalité : même si les boutiques étaient ouvertes et la foule dense pour les emplettes de Noël, le masque était sévèrement imposé à la gare et dans les commerces tandis que les grandes enseignes propriétaires des restaurants exigeaient le traçage par application. N’ayant aucune envie que l’Imperial College of London gérant la National Health Administration (Sécu anglaise) sache ou je mange et ou je vais aux toilettes, je me suis assise par terre comme à Paris avec un café à emporter. Puis j’ai pris le train et je suis arrivée dans la petite ville de Douvres à mon petit hôtel coquet et confortable devant la gare.

Hotel à Douvres le 12 décembre 2020

Douvres ou l’oppression des pauvres

Là ce fut une autre paire de manches : je suis sortie le soir à Douvres et j’ai marché vers le centre-ville, vers l’imposant château de Henri Plantagenêt et le front de mer. J’ai trouvé la ville inhabituellement calme et déserte pour un samedi soir. J’ai remarqué un restaurant indien ouvert et j’y suis entrée. Dans un petit vestibule un homme m’a expliqué que l’état « corona » avait été déclaré dans la région et que seule la vente a emporter était autorisée. L’homme m’a vendu la nourriture fort cher et il m’a fait attendre dehors dans le froid comme si ma seule présence amenait la peste dans son établissement. J’avais envie de le planter là et de partir mais il n’y avait effectivement rien d’autre à manger dans la ville et tous les autres pubs et restaurants étaient fermés à double tour.

Douvres, le Château le 13 décembre 2020

En rentrant j’ai croisé pour la troisième fois la police qui faisait le tour de la petite ville. J’ai allongé le pas pour m’enfermer à l’hôtel, retrouvant mes réflexes de la France sous dictature : trouver ou me dissimuler, chantier ou buisson pour ne pas devoir risquer la violence arbitraire des flics. Car oui, je sais traverser les frontières mais je suis comme tout le monde face à la violence de la police : j’ai peur et j’essaye de les éviter. Ce que je voudrais c’est NE PAS DEVOIR AVOIR PEUR d’EUX. C’est de vivre en démocratie ou les policiers respectent mes droits et les Lois. Brusquement vers minuit, alors que les rues restaient désertes, des voitures ont convergé vers la campagne, vers ce qui devait être des soirées privées dans les maisons. Tant mieux, que la jeunesse s’amuse, dans ce monde de brutes, on a besoin de VIVRE !

Monter au Château de Douvres

Le lendemain j’ai dû faire face au fameux lockdown de la région du Kent : dans le centre-ville de Douvres il y avait encore une librairie, un magasin de jouets, une boutique de souvenirs ouverts mais les propriétaires ne savaient plus quoi faire de leur marchandise, seuls les supermarchés du pauvre à 1 livre faisaient recette. J’ai trouvé un petit café qui vendait de copieux petits déjeuners anglais et j’ai été heureuse de pouvoir discuter avec le propriétaire, un Indien très accueillant qui m’a aussi permis d’utiliser ses toilettes. Pour lui comme pour les habitants de Douvres, le covid est une pure connerie politique avec laquelle les riches grugent et oppriment encore plus les pauvres. Mais il incriminait le gouvernement britannique en bloc sans pouvoir expliquer le rôle de la municipalité de Douvres qui, dirigée par des travaillistes très covidiens, surajoute en interdictions, règlements et menaces policières dans une ville qui a pourtant besoin du tourisme pour survivre. La propagande Covid était omniprésente à Douvres sous forme d’affiches et de panneaux lumineux alors qu’à Paddington et Islington, à Londres au même moment, il n’y avait même plus de masques dans de nombreuses boutiques ! L’homme croyait aussi fermement que le vaccin allait arrêter la folie et je n’ai pas pu le mettre en garde contre cette croyance qui lui permettait sans doute de tenir. Il m’a même permis de m’asseoir et a accueilli dans sa boutique une vieille voisine venue simplement causer… Le café, ça sert à se rencontrer, pas seulement à se réchauffer en hiver et consommer. C’est bien pour cela que la secte covidienne veut détruire la notion de lieu de rencontre.

Le Château de Douvres

Après avoir mangé mon petit déjeuner sous la pluie sur un banc, j’ai fini par monter visiter le superbe château des Plantagenêts, construit du temps des Normands pour se protéger de la France. Le château a toujours été le « gardien de l’Angleterre » et ses fortifications ont servi contre le blocus de Napoléon et ont été améliorées continuellement. C’est d’ici qu’ont été victorieusement renvoyées vers le continent les premières bombes trans-manches de la « grosse Bertha » allemande qui avaient réussi à atteindre l’île. Le château de Douvres est aussi connu pour avoir été le quartier général de l’évacuation de l’armée britannique des plages de Dunkerque, d’une France en déroute, du 21 mai au 4 juin 1940[1]. Cette opération magistrale, appelée « Bataille de Dunkerque » est considérée comme une victoire par les Britanniques et comme une défaite par la France, dont pourtant les soldats ont pu éviter la captivité en étant évacués en Angleterre par la flotille des « Little ships », les « petits bateaux », bateaux de pêche et de commerce qui ont participé à l’opération militaire. Elle a été justement organisée et dirigée à partir du quartier général situé dans un souterrain à l’intérieur de la falaise sous le château de Douvres. Le souterrain qui comporte un hôpital équipé se visite habituellement. Du haut de la falaise on peut voir la côte française et du port, en contrebas, on distingue les fenêtres et les aérations des installations militaires à l’intérieur de la falaise. Je contemple la magnifique vue vers la France derrière le bras de mer le plus fréquenté au monde et je regrette de ne pas pouvoir visiter le souterrain haut-lieu de l’histoire des luttes héroïques contre les nazis. La folie covid empêche les voyages, le tourisme, la connaissance, ferme les musée et les bibliothèques.  Je suis la seule touriste, seuls quelques habitants promènent leurs chiens sur le site du château. Les employés sont obligés d’inscrire mon nom sur un registre électronique pour retrouver ma trace en cas de covid, ils s’acquittent de leur tâche de traçage mais ne cachent pas qu’ils voudraient tous retrouver une vie normale.

Phare romain et église normande du 11 siècle au sommet de la Falaise de Douvres

Ce que je retiens est que le château gothique de Henri II Plantagenêt est autant un phare gardien qu’un pont vers le continent (d’ailleurs la partie la plus ancienne du château est un magnifique phare romain très bien préservé), la France et l’Angleterre ont bien une histoire et une civilisation commune et le passage de Douvres n’est fermé qu’en temps de guerre.

La forteresse anglo-normande côté ouest

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Dunkerque

Douvres, immeuble des années 1945-55 au front de mer
Maisons stylées sous la falaise vers le port à Douvres – au dessus sont visibles les installations militaires dans la falaise

Je descends à pied doucement de la falaise vers le port. Je longe une série de hauts HLM en brique surplombant le front de mer, exemple intéressant d’une architecture sociale innovante après la guerre. Une armada de camions me dépasse et fonce vers les ferries déjà en attente au quai. A ma gauche les petites maisons blotties sous la falaise spectaculaire, à ma droite la mer.

Maisons blotties sous la falaise près de l’entrée du port de Douvres

J’arrive au bâtiment « Port Authority » qui est aussi la gare maritime. Un panneau indique aux cyclistes qu’ils doivent continuer à pied pour entrer dans le bateau. La gare est un grand hall sous le panneau « foot passenger », avec un café fermé, des toilettes et des bureaux. Elle est déserte sauf un homme seul derrière un guichet. Je lui présente mon billet payé sur internet. Il me demande pourquoi je n’ai pas de véhicule. Je suis décontenancée, je lui dit que je suis un « foot passenger ». Certes, en achetant le billet sur internet j’ai vu qu’il fallait indiquer obligatoirement une voiture, un camion ou un vélo, mais je pensais que l’entreprise veut juste gagner plus d’argent, j’ai donc coché « vélo », me disant qu’à vélo ou à pied c’est pareil, après tout on est bien obligé de laisser son vélo dans la soute et on monte dans le ferry à pied ! Mais voilà que le bonhomme me refuse l’accès ! Il me dit que sans vélo je n’ai pas le droit de monter dans le bateau ! Qu’avec un vélo je n’ai pas le covid, mais si je suis sans vélo je vais leur amener le covid !

Entrée de la gare maritime à Douvres avec l’indication « Foot Passenger »

Cela semble totalement absurde et j’essaye de le raisonner logiquement. Quel importance d’avoir un vélo puisque de toute façon il faut le laisser dans la soute, comme il est indiqué sur le panneau en face: « cyclistes, descendez de vélo et marchez à pied jusqu’au deuxième pont du ferry » ? Je m’énerve, j’argumente que j’ai payé le billet, qu’ils ne me rendent pas l’argent… Je désespère, comment vais-je faire pour rentrer à la maison ? Je lui demande qui a imposé des règles aussi absurdes, dont on n’est avertis nulle part car l’enseigne « foot passenger » est toujours en bonne place au-dessus de l’entrée de la gare ? Le bonhomme refuse de me parler, il ne veut pas me donner un numéro de téléphone d’un supérieur, me renvoie évidemment sur internet. Renvoyer à des sites internet où il n’y a aucune information valable est la meilleure parade des petits chefs anno domini 2020. La seule information que j’ai réussi à lui arracher est que c’est la compagnie de ferries, DFDS, qui a pris la décision d’interdire les passagers à pieds et que cette interdiction absurde est en vigueur depuis mars dernier, le premier lockdown covid et n’a jamais été levée.

« Foot passenger » – les passagers sans véhicules ont toujours traversé la Manche sur le ferry – avant le covid…

C’est pour moi une surprise et un choc, je ne m’attendais pas à ce qui ressemble fort à une forme de blocage de la frontière. Comment trouver une voiture pour passer alors que Flixbus est toujours supprimé, le TGV de Londres coûte 260 Euros et le billet d’avion pour Paris 300 Euros ? Alors que la France est la juste en face, je distinguais la côte de Calais du haut de la falaise ? Je pars chercher de l’aide auprès des vrais autorités – la police. Je traverse le passage routier et je me retrouve dans une aire interdite aux piétons tout près du poste frontière ou d’habitude on nous contrôle avant le ferry lorsque nous voyageons en bus. Des policiers sortent, je cours leur raconter ma mésaventure et demander de l’aide. Ils sont sympathiques. Une des policières, sincèrement préoccupée par ma situation (il pleut, il fait froid, je suis une femme seule bloquée dans le port avec une valise sans pouvoir monter dans mon ferry) m’accompagne pour discuter avec l’homme de l’autorité portuaire. Lorsqu’il la voit avec moi il est obligée d’être plus aimable, mais il n’en démord pas : « C’est la loi, c’est le covid. Pas de passager à pieds. Si elle a un vélo elle passe ». La policière est perplexe, mais elle est visiblement impuissante. Les entreprises privées de transport peuvent refuser qui elles veulent et ce sont elles qui décident des interdictions absurdes covidiennes. Ici je soupçonne que c’est le gouvernement français qui veut casser le mouvement de passager transmanche et c’est pourquoi il a interdit la traversée des piétons qui est la moins chère. Comme Macron ne peut le faire ouvertement, il soustraite ses interdictions aux boîtes privées qui font semblant de faire la Loi, comme Flixbus qui force les voyageurs à faire des tests illégaux à Berlin ou Ryanair qui est sommé de récolter les données de santé sur ses passagers pour le compte du Sanepid polonais[1].

La policière anglaise comprend mon désarroi. Elle me propose d’acheter un vélo sur place (« comme ça vous passez et vous garderez le vélo, ce sera autant qu’un billet d’avion ou de TGV ») ou de trouver une voiture qui me prendra en stop pour la traversée, puisque le covid laisse tranquille les voitures. Pourquoi pas un camion ? Douvres est plein de camions polonais et je finirai bien par trouver un chauffeur polonais obligeant qui m’aidera. C’est une idée. Je retrouve mes souvenirs de mes premiers voyages adultes en Europe – j’ai traversé l’Europe en stop plusieurs fois en 1989, en 1990, en 1991 et en 1992. A l’époque, j’avais 18, 19 et 20 et 21 ans, j’étais étudiante à Varsovie, je n’avais pas d’argent pour payer les billets de bus, ne parlons pas de l’avion qui était un luxe ! J’ai donc fait le Varsovie-Paris chaque été avec des chauffeurs routiers qui déjà se transmettaient les infos via la CB. C’était un monde encore très bohême, sans insécurité. Les chauffeurs routiers étaient des Français baroudeurs, des ouvriers qui avaient choisi ce métier pour bouger et voyager. Certains avaient fait le tour du monde, de longues routes en Asie et en Afrique, ils avaient des choses à raconter, ils étaient politisés. Ils prenaient des auto-stoppeurs pour la convivialité et la conversation, pour ne pas s’endormir au volant. Ils appréciaient ma conversation de haut niveau alors que moi je faisais toujours très attention à ne pas laisser la moindre drague s’installer tout en restant sur le qui-vive. Après tout, je voulais vivre ma liberté, mais j’avais beau avoir fait du karaté, je savais qu’une demoiselle seule avec un homme dans un camion qui fait office de maison pour l’homme, cela peut devenir dangereux pour elle. En 1991 j’ai fait le Varsovie-Paris avec ma cousine Jeanne et on a effectué le trajet aller et retour avec les mêmes routiers sympas. En été 1992, c’est en stop que j’ai migré en France définitivement dans un contexte de crise politique et économique, d’inflation galopante et de destruction de notre vie sociale en Pologne.


[1] Le Sanepid polonais est au départ, depuis sa fondation par la système communiste, une autorité de contrôle de l’hygiène des produits et des services et de leur conformité avec les normes et les Lois comme la Direction Générale de Répression des Fraudes en France. Avec la dictature covid, le Sanepid s’est mué en police des mœurs et de la santé et a obtenu le droit d’enfermer les gens en quarantaine et de les punir avec des amendes – ce qui est totalement illégal et étranger à sa mission première et contraire à la Constitution polonaise

En 2020 dans la mondialisation échevelée l’auto-stop n’existe quasiment plus, remplacé par le Blablacar payant. Mais la situation actuelle modifie encore la donne. J’ai besoin d’aide, pourquoi ne pas essayer. De retour sur la place centrale de Douvres je lance un appel sur les groupes Facebook de Polonais en Angleterre. On me dirige surtout vers les compagnies de minibus qui font les trajets Angleterre-Pologne, mais ils sont déjà partis. Personne ne quitte Londres avant le 17 décembre. Mon cafetier indien sympa m’indique un parking de camion près du front de mer. Je marche sur une longue avenue du bord de mer en longeant des hôtels chers qui semblent à la fois ouverts et fermés – en fait ils doivent accueillir de la clientèle mais prennent soins à ce que cela ne se voit pas de l’extérieur. Il fait froid et humide, j’en ai assez de cette politique qui fait de nous des clochards qui doivent manger et boire dehors, qui n’ont pas où aller aux toilettes, qui n’ont pas où se réchauffer. Mais ce n’est que le début de l’épreuve. Mes amis de Wikijustice me cherchent une autre solution pour éviter de revenir à Londres, Calais est juste de l’autre côté du Channel, à portée de main. Il y a d’autres compagnies de bateaux. Mais acceptent-ils les passagers sans vélo ? Non, tout Douvres est bloquée. Pas de véhicule, pas de passage.

Je reviens vers le centre commercial dans le centre. Et si j’achetais un vélo ? Mais à part des épiceries bon marché, un magasin de vêtements et un drugstore de cosmétiques, il n’y a rien dans cette petite ville qui sent la désolation et la stagnation économique. Le vaste office de tourisme de la place centrale est fermé à double tour. Les touristes sont priés de ne plus revenir, le tourisme est décrété mort par la municipalité travailliste. Mesurant qu’acheter un vélo dans une ville que je ne connais pas est mission impossible, je repère sur Google ce qui ressemble à un grand parking de camions, le lieu ou les chauffeurs se restaurent et prennent leurs pauses obligatoires. Je me renseigne auprès d’un taxi qui accepte de m’y emmener. C’est à 10 kilomètres dans une zone d’activité en amont de la ville.

L’homme est un habitant local âgé, philosophe. Pour lui la fermeture du Channel aux passagers touristes et le lockdown « coronavirien » est une guerre menée par l’opulente capitale aux provinces pauvres. Pendant que Londres s’amuse, les régions sont asphyxiées et appauvries sous le prétexte covid. Pour lui il n’y a pas de malades dans la région, le chiffre des morts est un mensonge et ceux qui sont morts avaient forcément d’autres maladies pour lesquelles ils ne sont que très mal soignés depuis la privatisation du système de santé. Je lui redis qu’il a encore de la chance de ne pas subir le couvre-feu, la destruction totale de la vie sociale et le masque obligatoire partout y compris pour les petits enfants, comme nous qui souffrons beaucoup en France. Il écoute mes informations et se demande à haute voix si Macron et Johnson ne se sont pas entendus pour opprimer le petit peuple avec leur « putain » de covid… C’est une opinion très Gilet Jaune, il est d’ailleurs admiratif de notre mouvement et estime qu’il en faudrait ici…

C’est un échange instructif et agréable. Pour la modique somme de 9 livres il m’emmène dans une banlieue ou je me retrouve devant un vaste parking clôturé ou sont stationnés des centaines de grands camions. Il y a une petite buvette où les chauffeurs peuvent se restaurer, mais je m’aperçois vite que la grande grille surveillée par des caméras et la clôture hérissée de piques rappellent plutôt les centres de rétention de migrants ou de prisonniers qu’un lieu de halte convivial. Je ne me trompe pas. A peine me suis-je approchée de la clôture qu’un Anglais blanc revêche sort d’un bâtiment, m’intime l’ordre de partir et me menace de poursuites policières si je n’obéis pas. On dirait un garde chiourme d’esclaves alors qu’il est visiblement lui-même un prolétaire. Je lui explique poliment ma situation, je voudrais juste parler à un routier polonais pour lui demander de traverser avec son véhicule. Je ne veux pas forcer le passage, je lui demande de l’aide. Peine perdue. L’homme m’ordonne de déguerpir, mais lorsque j’insiste en soulignant que je suis seule et désespéré, il me dit d’aller voir si plus loin des routiers polonais ne sont pas stationnés. Effectivement quelques 200 mètres plus loin 3 ou 4 camions sont mal garés sur le bord de la route balayée par la pluie d’hiver.

Ils sont tous Polonais. Je frappe à la portière du premier. Un homme ébouriffé se lève de la cabine du fond et ouvre la vitre. Je m’excuse de le réveiller et nous engageons la conversation. Il est ému par ma situation. Un Polonais ne peut laisser une compatriote femme seule sur la route avec une valise. Il se démène pour me trouver une solution, appelle des collègues. Je lui raconte comment les agents de sécurité anglais m’ont chassé du parking aux routiers. Il confirme « c’est une prison, ce truc. J’évite d’y aller, de toute façon il n’y avait plus de place. Je me suis mis sur le bas-côté de la route et voilà, j’ai 35 livres d’amende à payer ». Il me raconte un peu sa vie, son métier. Il vient de Silésie où il est agriculteur et il arrondit les fins de mois de sa famille avec les transports routiers. « Presque tous les routiers qui passent par Douvres sont Polonais, et tous nous transportons des produits alimentaires. Sans nous les Anglais n’auraient rien à manger » – me dit-il. Justement, il n’a pas encore pu livrer sa marchandise dans un entrepôt à 100 km à l’Est de Londres. Il est ennuyé, il n’a pas l’assurance qu’il arrivera à livrer aujourd’hui. « Au plus tôt ce sera à 20 heures et je suis de retour ici dans la nuit ». Tous ses collègues sont dans son cas. Je prends son numéro de téléphone et je prends congé. Au moins j’ai compris comment fonctionne le commerce transmanche.

Quand les télévisions montreront les centaines de camions bloqués au port de Douvres par la décision de Macron de soumettre tous les routiers au test PCR fumeux, quand je verrai les routiers polonais envahir les autoroutes en protestant contre le blocage les empêchant de se reposer à Noël auprès de leur famille, je penserai très fort à lui et à ses collègues. J’espère leur avoir donné des paroles de réconfort et avoir peut-être un peu stimulé leur révolte.

Sur ses conseils, je reviens vers le parking guetter des routiers qui sortent pour leur demander s’ils prennent la mer. Un Tchèque, des Roumains quittent le parking -prison, mais ils vont livrer. Le gardien me chasse à nouveau. Je commence à lâcher prise, il fait nuit noire, le pluie est forte et j’ai les pieds mouillés et gelés. Je risque non pas le covid mais bien un sévère refroidissement. Je décide d’appeler mon taxi. Mais pour le faire je dois encore demander de l’aide à un chauffeur anglais car mon téléphone ne passe plus dans la tempête qui s’intensifie. Le garde chiourme des travailleurs m’invective pour la troisième fois. Décidément le temps où je négociais mon passage sur les parkings des routiers parait aussi lointain que le néolithique. Les chauffeurs d’aujourd’hui ne sont plus libres de leurs mouvements, de leurs vies, ils sont des forçats. Même si j’en trouve un, est-ce que les flics du port vont m’accepter à son bord ? Et s’ils me font descendre et j’aurais fait tous ces efforts pour rien ?

Calais Douvres même combat

Je suis soulagée lorsqu’au bout de 15 longues minutes le taxi arrive. Vivement quitter ces lieux, je décide de revenir à Londres. Je raconte mon histoire au chauffeur de taxi qui m’approuve. « Rentrez à Londres Madame, je vais vous raconter ce qui se passe ». Il est jeune et d’origine indienne. D’habitude il travaille beaucoup avec les touristes. « C’est une ville touristique. Je vais tout le temps en France. Je vais à Calais, je ramène des clients, ils visitent la ville et le château et je les ramène en France. Parfois je vais chercher des clients jusqu’à l’aéroport de Roissy. Depuis le covid ils font tout pour empêcher les gens de passer. Ils ruinent la ville, la région. Nous avons besoin du passage en France pour vivre. Savez-vous pourquoi ils vous font ça, interdire les piétons de prendre le bateau ? Parce que plein d’habitants de Douvres vont travailler à Calais dans les installations du port. Ou faire les courses ou se promener. C’est à peine 45 minutes de bateau, ils reviennent et voilà, la ville vit de ça. Maintenant c’est mort, il n’y a rien, c’est la misère »  – me raconte-t-il. Il rend le gouvernement Johnson responsable de cette situation tellement il paraît incompréhensible qu’un gouvernement ait décidé sciemment de la mort de provinces déjà mal en point. Mais il est d’accord avec moi que « leur histoire de covid c’est comme une histoire de secte, ils sont devenus totalement fous avec ça. Ils veulent nous tuer en nous empêchant de vivre, en interdisant les loisirs, les sorties, les pubs, les rencontres. C’est inhumain, ils veulent nous détruire ». C’est une politique, car pour lui il n’y a pas de maladie.

Mon jeune chauffeur de taxi me déconseille de rester ici. « Essayer d’acheter un vélo, c’est difficile et ils vont tout faire pour vous empêcher de passer. A la fin de l’été j’ai dû emmener en taxi un Français qui avait un vélo. Mais ils ont refusé son vélo dans le bateau, ils ont dit que son sac était trop gros ! Alors le type a dû prendre le taxi pour passer. Mais cela va vous couter cher car vous payez le taxi à l’aller et puis aussi le retour du taxi en bateau. Ca ne vaut pas le coup ». Effectivement, les puissants de la secte au pouvoir font tout pour persécuter les pauvres, les ruiner, les spolier et les empêcher de vivre, de jouir même de l’air, de les masquer, les bâillonner, les museler, les crever. Les tuer. Le monde est devenu fou.

Nous sommes d’accord sur le constat. Lorsque le taxi arrive à la gare de Douvres, la police est déjà en embuscade. Je décide de partir à Londres. Les flics attendent on ne sait trop quoi et qui sur le quai. Je n’ai pas envie de stagner, je suis soulagée quand le train arrive. Je suis obligée de prendre encore un hôtel près de Saint Pancrace et de rentrer le lendemain en TGV. Le TGV aura couté 220 Euros, j’ai dû demander de l’aide. J’ai aussi perdu une journée de travail ce qui est lourd pour moi. Mais la Liberté de Julian Assange, qui est aussi la Nôtre, est à ce prix.

Je ne peux pas ne pas essayer au moins d’arrêter la persécution. Essayer c’est croire, avoir la foi. Et seule l’action mène à la Victoire. Je dois croire en la Victoire, je reviendrai donc dès que possible pour le 4 janvier. Entre temps Wikijustice aura diffusé sa Plainte Internationale auprès de centaines de députés, de sénateurs, de chefs d’Etats et de cours de justice de nombres pays[1].

 « Dojdiem do Berlina » – « Nous arriverons à Berlin », ainsi se saluaient les soldats soviétiques pendant la guerre. Notre Berlin, c’est faire tomber cette secte de puissants cachée qui l’emprisonne lui et nous opprime nous. « Doszli ». « Ils sont arrivés ». Ce fut le slogan de la Victoire.

D’ailleurs, la frontière bloquée entre Calais et Douvres nous montre bien qu’il s’agit d’une vraie guerre.


[1] https://drive.google.com/file/d/1rCPKk9vdY29H_kaHjqeClvJtQ62_cw7W/view

http://monika-karbowska-liberte-pour-julian-assange.ovh/wp-content/uploads/2020/12/Plainte-Wikijustice-pour-Julian-Assange.pdf

The Assange case – Investigation Report and Complaint of Wikijustice Julian Assange

 

cliquer sur télécharger. Please download – you will read 404 pages of analyse! 

Preamble to the complaint

Complaint by citizens of the world to demand the immediate and unconditional release, protection and compensation of the citizen known as Julian Paul Assange, a citizen clearly identifiable by several distinctive signs. The citizen who embodies Julian Paul Assange concept is both a prisoner of war and a hostage of this extra-constitutional and extra-territorial government. He is also a witness for the prosecution in cases of human trafficking and paedocriminal networks. He is therefore in great danger because he is in the hands of those whose crimes he has denounced. He is imprisoned incommunicado, tortured and he was himself a victim of these networks which can only exist thanks to the extra-constitutional and extra-territorial state against which this complaint is made.

We call upon the sovereign State of USA, the sovereign state of UK and all sovereign states to denounce the illegality of the mock trial of the citizen known as Julian Paul Assange. This trial is not based on any legal charge and doesn’t respect amendments of the Constitution of the United States of America. We call upon the sovereign State of USA, the sovereign state of UK and all sovereign states to do everything possible to free him and allow him to testify publicly, through the media, against this extra-constitutional and extra-territorial state under his birthday name how all citizen must do it. To date, he is the only living witness in a position to testify against this extra-constitutional and extra-territorial state, as well as against the paedocriminal and human trafficking.

On his freedom and testimony depend the freedom of all citizens and the sovereignty of all states.

UK Resist! – Julian Assange at the Westminster Magistrate’s Court on 29 October 2020

Monika Karbowska

This text deals with the hearing of Julian Assnage on 29 October, but it also contains analyses of the current dictatorship, the power of the Baraitser family and Judge Tan Ikram.

Cafés, restaurants, shops closed by Macron in Paris, empty streets


The dictatorship in France

The date is 7 December 2020. It was impossible for me to write more quickly the story of my last trip to England, from 27 to 29 October, because the fate of our country balances between a new kind of unbridled dictatorship and timid resistance coming from the depths of our individual and collective common sense, our instinct for survival as living beings, what remains of our ideals and our knowledge of fundamental rights.

 Our fundamental rights have been destroyed in a few months, in a few televised speeches, in a few decisions as illegal as they were violent by the Emmanuel Macron sect that holds our country. Our fellow citizens submit before our astonished eyes to injunctions as terrible as they are absurd, such as allowing themselves to be locked up and only come out with police authorisation, torturing 6 year old children for ten hours under a mask that prevents them from developing and breathing, and allowing themselves to be tortured,  under the same mask, in all places up to 20 hours a day. Our fellow citizens accept like a dumb cattle to be cloistered and trained to obey in every nook and cranny of what is no longer a life. They accept that they no longer have the right to freedom, to education, to culture and leisure, to a friendly, social and family life, to be reduced to the life of animals that go to work and return home wisely because their master has decided so. Certainly, the world of 2020 is a new one. It is the world of the open-air concentration camp, awaiting the final solution to the human problem in « the fourth industrial revolution of artificial intelligence » and in the « climate change » already decided by the masters of the world at the Davos World Economic Forum in January 2021 in the form of the « Grand Reset » project[1].

I was scared when I left for London on Tuesday evening, October 27th at midnight with the Flixbus, but I also wanted very much to flee elsewhere from what we are experiencing. After the walk through apocalyptic Paris in zombified Paris, surrounded by people who are no longer human because the mask and fear have objectified them so much, I was quite happy to leave for a country where paradoxically the air is more breathable. In this Paris where restaurants, cafés, shops and associations have been closed down by the authority of a corrupt and dictatorial regime, Parisians were moving around like lost automatons while some of the great bourgeois continued to play the game of covid comedy, a mask of rigour on their faces, coming out of the Printemps or the Bon Marché rebuilt. Too many works mark this Paris empty of real inhabitants: entire refurbished buildings await a new buyer, like the building of the Société Foncière Lyonnaise, formerly the Drouot sales, just opposite the Louvre. Building facades and entire restaurants are being renovated at a time of monstrous economic crisis, the worst since 1945. In the midst of an economic crisis and in the midst of a « coronavirus health » crisis, we have the right to ask ourselves « where does this money come from » and « who benefits from crime », i.e. who is going to monopolise these magnificent plots of real estate in the heart of the most beautiful city in the world emptied of its citizens?

May 2018 – the nice time of the World Marxist Congres in Beijing, no mask and no stress, hope for a good future

I think I have an answer by observing the arrogant youths, dressed in garish clothes of a pseudo « 80s » fashion pseudo coming out of the department stores with bags of major brands in their hands. It’s hard to say, but I recognised this upper middle-class youth as being from China. At least my trip to the World Marxist Congress in Beijing in May 2018 as an accompanist of the great anti-globalization activist Samir Amin allowed me to recognize not only some elements of Mandarin, but also political tendencies at work in this country which is the cradle of the Covidian narrative. Since the sad death of Samir Amin on 12 August 2018, I think that the trend that has taken power in this country « which is actively heading towards a position of superpower » (said Vladimir Putin, speech at the Valdai Forum[2]) is not the « Maoist » trend for which the happiness of China is related to the happiness of other peoples, but the « anti-Western sovereignist » trend which is thinking of its revenge for two centuries of colonisation on the poor  people that we have become over the last 30 years[3]. Our happiness is not on the agenda of the New World Order, as evidenced not only by the participation of the Chinese State in the storytelling of the pangolin but also by the presence of a representative of the Bank of China at the Grand Reset of the World Economic Forum in Davos next January[4]. Jun Ma Jun, chinese Mr. Great Reset comes from the world of finance, he was an economist at the World Bank and 13 years a director at Deutsche Bank. He does not have the CV of a Maoist militant who would fight for the happiness of humanity…

Example of numerous major works in the historic centre of Paris at the time of Covid, here behind the Palais Royal.

I then saw on the liligo.fr website that several dozen flights a day were scheduled between Shanghai and Paris alone for the end of October. Apparently, the greats of this world are not fooled by the narrative of the « second wave » since they come to shop in our beautiful country and maybe inspect the goods to be taken. The alarmist and false discourse of the « overwhelmed hospitals »[5] is the sauce with which the authorities intend to lock us up and punish us for wanting to live normally. This discourse does not touch the globalist bourgeoisie, which is openly making fun of it this Tuesday, October 27, 2020 in the Parisian department stores[6].


[1] https://fr.weforum.org/press/2020/06/la-grande-reinitialisation-un-sommet-unique-pour-debuter-2021/

https://www.weforum.org/centre-for-the-fourth-industrial-revolution/

https://fr.weforum.org/about/leadership-and-governance

[2] https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/discours-de-vladimir-poutine-lors-228035

[3] https://histoireetsociete.wordpress.com/2018/05/17/la-chine-au-congres-mondial-du-marxisme-marxisme-et-humanite-une-destinee-partagee-par-monika-karbowska/

[4] https://www.weforum.org/agenda/authors/ma-jun-bc3db90d1f

[5] My movies in the hospital la Salpêtrière in Paris:

https://www.youtube.com/watch?v=2XOX4-xSpVw

https://www.facebook.com/monika.karbowska.31/posts/3574998369233523

[6] Liligo.fr about thirty flights from Shanghai to Paris for November 10th, with 1 or 2 stopovers, it is true, through Chinese cities, prices varying from 500 to 1500 Euros one way. Example: Shanghai to Chongquing then Chongquing to Beijing. The flight to Paris is at 1.30pm on 11th November and arrives in Paris at 5.45pm. The ticket costs 495 Euros which is high but normal.

England undermined but not overthrown

On the overnight Flixbus to London, some families are already fleeing France with luggage and children. They are among those of African origin who already have relatives on the other side of the Channel. They are quite right to leave now, as Flixbus is closing all its routes to England as of 1 November. England appears to be a country of reason that resists the madness. The very fluid border crossing proves it, no « quarantine » certificate is checked, only a man’s fingerprints are taken. At Victoria Station I breathe by throwing away the gag that has never been compulsory here in the street. Certainly, the station crowd is stressed under the mask and the kapos of the private militias are walking the alleys of the building. The lightness of summer has disappeared. But if the people of London are worried, it is because in neoliberal capitalism implacable bankruptcies are already underway: the little Segafredo at Victoria station that I loved so much has already closed, as has the Greek restaurant in the Baywaters district. All the cafés and restaurants are threatened because they have been emptied of consumers since the death of tourism decreed from above by the decision-makers of the ruling global mafia.

One of the cafés closed in Baywaters, probably went bankrupt.

Orwellian customer tracing has discouraged local consumers who understandably do not want the state to know where you eat and where you go to the toilet. Indeed, when you enter a restaurant, you have to scan a barcode that links to the National Health Administration’s tracking app and records the details of your visit to the establishment. The « Brazil » effect is chilling in terms of our future prospects. However, it is above all the large pubs whose owners are under orders that obey and make the customers obey this sinister and Orwellian trade (the equivalent of the large Parisian brasseries that accept curfews and confinements – closures because they have to collect good cheques for large, highly visible renovations[1]).

However, I easily manage to avoid the tracing in small boxes looking for the customer and above all I learn from a French friend in London that the famous application is by no means obligatory contrary to what the media would have us believe at the orders. Just as in France, where the authorities make us believe in the legality of a totally illegitimate « state of emergency »[2], in England certain institutions have been infiltrated by the « covidian globalists ». These want to make people believe by the force of media storytelling that the intrusion into their private lives is legitimate, while the government is making commendable efforts to keep life normal and the laws legal. Indeed, the National Health Administration is in the hands of City financiers and the Soros, Rockefeller, Ford, Gates and Tavistock and Portman Foundations, which played a historic role in the Mkultra-style mental manipulation programmes developed by American and British intelligence agencies. Many managers of the venerable British NHA system are employed in the big private capitalist companies and the all too famous Imperial College of London, epicentre of Covidian paranoia and agent of the imposition of the Global Reset agenda, is integrated into the power system of royalty[3].

Even my friend on the radical left admits that her organisation supported the first containment but that the second is a measure to train for political submission. She also tells me that many people in Britain find the sobs of medical staff about « overcrowded hospitals » exaggerated. I await the brave people in France who will reveal the same trickery, whereas I myself noticed the emptiness of the emergency rooms at the Salpêtrière hospital on 20 and 30 October, at Lariboisière on 23 October, and on 31 October in 94. Empty emergencies don’t mean that the citizen is well treated, just that the medical staff doesn’t fear the contagious disease as in the « first wave » and receives the covid and non covid mixed together. It is important to note that 10 people in a waiting room is not an overload, or there is no real hospital anymore, just a façade and a building for sale.

Children playing football without masks in Hyde Park

I enjoyed escaping the confined air of Paris by walking with my nose to the wind in Hyde Park, on the side of Kensington Palace, the castle of the « royal children » where Diana Spencer lived, in the embassy alley, the closest one to the palace being the residence of the Russian ambassador, A legacy from the time when Alix of Darmstadt Hesse, sister of Victoria of Darmstadt Hesse, who was brought up in Kensington by Queen Victoria of Saxon Coburg Gotha, became the last empress of Russia when she married Nicolas II of Romanov. All in all, the castle of the « Queen’s children » guarded by British service officers armed with machine guns seemed to me to be a sinister prison where the descendants of royal dynasties lead a life of hostage-taking deprived of the freedom to come and go of normal British citizens!

Kensington Palace, residence of the « Queen’s children » – here the only part allowed to be photographed. The rest is sinister behind high walls
Cafés in the north of Kensington Garden opposite the Princess Diana Memorial

Arriving in Paddington opposite the St Marys Hospital and the Frontline Club, this time open when it was closed all summer, I entered my hotel in the formerly tourist district, now in the grip of a frenzy of construction and property development, which one wonders, as in Paris, who will be the real beneficiary.

Russian Embassy, north of Kensington Palace, next to Diana’s Memorial at Bayswater Road
Baywaters and Paddington

I have a meeting near London University, a huge campus in the centre of London, close to the huge Saint Pancrace station where the Eurostar, British national trains and many underground lines open up. A year ago we had a good time together with militant friends in the pubs full of young people in this lively area. Today, I fully feel the catastrophe of Covidian politics: the neighbourhood is deserted, no students. The faculties are closed, the young people are sent back to their computers. Around Russel Square, no light, even the streetlights are turned off, probably on purpose to create a surrealist twilight atmosphere in the centre of the largest megalopolis in Western Europe. The entrance to the Senat Library, the large university library where we spent some time researching and were a studious beehive, is deserted. A threatening sign indicates that security guards have the right to forcibly remove any suspicious person from the University grounds, covid oblige.

 Creating a nighttime atmosphere to frighten humans was one of the Nazis’ strongest methods. It is not for nothing that they named one of their crimes « Nacht und Nebel », Night and Fog, to signify that their victims, the murdered and deported would be forever swallowed up in darkness. But thanks to the Resistance fighters, it was not so. Today let us not be afraid of this Night, it is only a psychological operation. The elites of the University of London do not belong to the Resistance to the globalist dictatorship of Covid, since it has suppressed real education and emptied the district of its economic and social life. But it is not sure that the British government agrees with them.


[1] I know some of them personally and we all know that this is true. The first restorer who will denounce the swindle will be the first honest Resistance fighter…

[2] The Constitution of the Republic, where no « state of health emergency » is included, should be reread as a matter of urgency, and only a one-month « state of exception » is tolerated in the event of « threats to institutions ». It cannot be said that the poor masked people are a threat to the « institutions »…

[3] Tavistock Institute

https://en.wikipedia.org/wiki/John_Rawlings_Rees

Kurt Lewin

https://fr.wikipedia.org/wiki/Kurt_Lewin

Tavistock relationship

https://tavistockrelationships.ac.uk/about-us/our-history

https://tavistockandportman.nhs.uk/about-us/governance/board-of-directors/

Imperial College of London

https://www.imperial.ac.uk/people/neil.ferguson

https://www.imperial.ac.uk/medicine/about-us/faculty-leadership/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_MK-Ultra

The Baraitser family – gender, sexuality, psychological theatre and genetics

I walk to a small building at the entrance of the University, the Birkbeck College of Psychosocial Studies. Here Lisa Baraitser, professor of psychology, gender studies and maternity, clinical psychologist and psychotherapist[1], teaches and receives her students. There is light on the first floor but the pavilion is closed. It is unlikely that Ms. Baraitser, who has to teach at a distance, will be in her office and receive students at her office. Ms. Baraitser participates in the covid madness by co-leading a monitoring programme on the « effects of isolation on the mental balance during covid time »[2]. The human guinea pig doesn’t seem to bother these intellectuals, who at no time are concerned about what the people will become and don’t denounce the dictatorship.

Mrs. Baraitser Lisa Baraitser looks like a twin to Mrs. « Vanessa » Baraitser, whom I have seen 19 times since 21 October 2019. I have listened to her, her tone of voice, her diction, her vocabulary, her flow, her way of speaking, all the more so as as a foreigner I need to immerse myself in her English to understand everything. I observed her physical appearance, her height, her black dresses, her posture, her face, the expression on her face, her eyes… I observed the lectures of Mrs Lisa Baraitser available on the internet. I concluded that Lisa and Vanessa may be one and the same person.

Judge Baraitser in August 2020

How is this possible?

Judge Baraitser appears at Julian Assange’s hearing on 21 October and conducts all the trial hearings until 1 October 2020. She continuously violates the fundamental rights of the prisoner Julian Assange and violates the fair trial procedure.

She is allegedly a magistrate judge appointed by the Judicial Appointment Commission. Her name appears on the list of District Judges on the UK Department of Justice website www.judiciary.uk. The problem is that there is no first name on this list in front of the surname Baraitser who was appointed as a judge in 2011[3]. The judge I have observed 19 times since 21 October 2019 never shows up in the courtroom. She is never introduced by name by a bailiff. Her name does not appear on the public documents posted in the courtroom on the doors or on the notice board. Her name does not appear on a display in the courtroom. As a result, the public has no official information about the name of the judge in this trial, which is problematic.

The first name « Vanessa » was given to the public by the press present in room N°1 of the Westminster Court during the first hearing at which we were able to see Julian Assange physically, on 21 October 2019. Since then, this name and surname has been propagated and broadcast thousands of times by the media and by activists – including by myself because I had not yet understood at the time how the media can lie shamelessly, even the media we believe to be friends of our cause!

But there is no proof that this person is called « Vanessa ». Looking for information on the Baraitser family, it is very easy to find information on Lisa Baraitser, a public figure and teacher at the University of London. Lisa Baraitser has also lectured in Germany and her book on motherhood from a feminist perspective « Enduring time » has a preface by the famous feminist gender theorist Judith Butler.

But Lisa Baraitser also runs a theatre company, the Pur Theatre, registered in the company register under the number 02930096. This theatre does not employ any staff and does not bring in any money, but still has a business. Ms. Baraitser became one of the directors in 2006 and has been managing director from 2015 until today.

Lisa Baraitser and Simon Bayly the owner of the Pure Theater

However, the theatre was founded in 1995 by Dr. Simon Mark Goodenough Bayly, who is the director until 2015. From 1995 to 2015 Simon Goodenough Bayly ran the company with Sara Holloway, Kate Stratton and Andrew Pulver who is a journalist for The Guardian. Andrew Pulver was a partner of Simon Bayly at the very beginning of the company in the 1990s. This theatre is defined as « a psychological experience » and as « psychological therapy », the financial documents also mention a dimension of « psychotherapy and adult school »[4].

Witnesses have always perceived Julian Assange’s hearings as plays in which perverse psychological violence is staged and implemented on the spectators as well as on the actors of the « play » in the « court ».

Lisa Baraitser can play the role of Judge Baraitser. She has the right social position to be appointed as a magistrate judge since it is enough to be an honest citizen and to have 26 half days per year to sit in a magistrate courtroom. Moreover, the Judicial Commission favours women and academics to be appointed as magistrate judges. Lisa Baraitser also has the ability to organise such a « play » as she has many years of experience in directing her « pyschological theatre ». If this is the case, what would be her motive for participating in this life-size « role play »? Would scientific curiosity be enough to explain this motive? I find it difficult to understand why a personality whose work is recognised by a leading figure in the feminist world such as Judith Butler would find it interesting to stage the public humiliation of an innocent man. But we also know that in the « Assange affair » women masquerading as feminists played a crucial and destructive role (need we recall Anna Ardin?). In any case, this kind of revengeful enjoyment in the « reversal of roles » is not my feminism. For me being a feminist means working for justice in society and not for revenge or the law of the strongest. Lisa Baraitser is also a director in the Springdale Company Limited N°06968455 created in 2009 to manage a building at 15 Springdale Road in London.

Lisa Baraitser therefore has a life, an identity, an address and owns companies. Vanessa Baraitser does not exist socially, there is no proof of her identity. Only the media repeat the name « Vanessa ».

Simon Bayly and Michael Baraitser owners of the London Medical Data Base in 1998

It is interesting to note that Simon Goodenough Bayly has owned the Pure Theater since 1995 together with Guardian journalist Andrew Pulver, but he is also a partner of Michael Baraitser in the company London Medical Database. Michael Baraitser and Simon Bayly have jointly owned this company since 2001, which is based at 38 Chalcot Crescent Street, Michael Baraitser’s home. Simon Bayly and Lisa Baraitser declare that they live at 1 Cooper Lane Sprindgdale Road, where since 2014 the head office of Pur Theater is also located. Simon Bayly declared in 2007 the same address of residence as Lisa Baraitser at 29 Coate Street in London. In 2013 Simon Bayly moves to 3 Indigo Mews where the Pure Theater is also located, which is also the address of Lisa Baraitser. In 2014 they move the address of the theatre to 1 Cooper Lane. These close links between the personal addresses of the two theatre directors Lisa Baraitser and Simon Bayly may suggest that they are spouses.

Michael Baraitser is presented in some sources as the father of Lisa, Paula, Alexandra and maybe Vanessa, Joel or Saul Baraitser[5] . At the age of 63 he became the founder of this company together with the then 34 year old genetics teacher Robin Winter and Simon Bayly, who was already director of the Pure Theater. Robin Winter, who died in 2004, was Professor of Dysmorphology and Clinical Genetics, a specialist in genetic diseases in children at the Institute of Child Health at the Great Ormond Children’s Hospital, an old and renowned paediatric hospital known as « Peter Pan Hospital ». Michael Baraitser worked with Professor Winter at this hospital. London Medical Database Limited had 288,000 pounds of assets in 2015 but is to be dissolved in 2018. The legal documents do not exactly detail its activities or why it disappeared. According to websites, it sold databases on genetic diseases and birth defects, data on the clinical features of diseases with photos, as well as information on genetic research into these diseases, the genes responsible, their mutations…. The name Michael Baraitser can be found on websites selling information on genetic research. He signs the databases as books that he has written[6].

Baraitser’s name was given to a genetic disease, the Nicolaides-Baraitser syndrome, or Winter-Baraitser. In the second name, we recognize the name of Professor Robin Winter, whose name Michaël Baraitser was the business partner in the company London Medical Database Limited. Michael Baraitser does not appear to have a teaching title or to have been a health professional other than an associate of Professor Winter at the Great Ormond Hospital for Sick Children[7] . Professor Robin Winter, on the other hand, who died in 2004 at the age of 53, was the founder of research and treatment of genetic diseases in Great Britain from 1978 onwards[8]. Michael Baraitser worked with him from 1992 when Robin became Director. Born in 1937 Baraitser was 55 years old at the time and it is not clear what his professional background was before that.

Looking for information about the children of Michael Baraitser we find Paula Baraitser, presented as Lisa’s sister. She is a sexuality specialist and consultant in contraception for adolescents at Kings College Hospital[9] . She is also a shareholder and director of the company SH24 C.I.C., registered under the number 08737119, which sells tests for sexually transmitted diseases to the National Health Administration. Since 2017 she is also Director of the Faculty of Sexual and Reproductive Healthcare of the Royal College of Obstetrician and Gynecologists. This former health structure is registered as a private company in the register of companies under the number 02804213.

The third sister would be Alexandra Baraitser, artist, gallery owner and art exhibition organiser[10]. Saul Baraitser is also an artist [11]and there is no reliable information about Joel.

Marion Baraitser is said to be the mother of Lisa, Paula and Alexandra Baraitser, perhaps of Joel, Saul and « Vanessa ». She is a playwright, publisher, specialist in South African literature and lecturer in English literature at Birkbeck College, University of London. She is a well-known figure in Jewish theatre. She does not own any companies in her name. In her doctoral dissertation « The Poetic of exile » she thanks her daughter Lisa[12]. In the acknowledgements of her book on motherhood Lisa Baraitser mentions Michael, Marion, Paula, Alexandra, Joel and Saul. This is the only testimony of the links between these people[13]. Vanessa is not mentioned. She does not seem to have any existence other than that of « our trial » of Julian Assange and press articles on the extradition of Alexandre Djouhri, friend of Nicolas Sarkozy and some minor judgments typical of magistrate courts. Is she a real person or a creation of media storytelling?

As for Marion Baraitser, if she is the mother of 4 children (4 daughters or 3 daughters and a son) and the wife of Michael, she must have been born between 1935 and 1948 (because her first daughter Paula would have been born in 1965) and therefore have finished her professional career between 2007 and 2010. In 2018, when her doctorate is due to be defended, she must be close to 80 years old. It is amazing that she has been able to teach at a prestigious university for 17 years without having a PhD degree. Her writings have also been published late, since when her books on refugee children, on Eleanor Marx, on Nawel El Saadawi were published, she must be between 55 and 70 years old. No work was visibly published before the birth of the internet and her career before 1999 remains mysterious.

The Baraitser Family without « Vanessa »

Exactly which member of the Baraitser family is a judge at the Westminster Magistrate Court? What are the Baraitser family’s links with the Guardian community that was so instrumental in Julian Assange’s 10-year smear campaign? Is there a link between the Baraitser family’s visibly close relationship with Guardian journalist Andrew Pulver and Judge Baraister’s behaviour towards Julian Assange? The judge’s conflicts of interest, whatever his first name, deserve to be analysed.

I manage to find an open cafe next to the British Library where the waiters are not looking to trace the covid too happy to have customers. There I meet a French friend to whom I find it difficult to explain the violence we have been experiencing for 7 months. When I go out, the emptiness of this neighbourhood, once full of young people, still strikes me. There are also far too many policemen. On my way back to Paddington I pass the Frontline Club again and to my surprise I see Vaughan Smith sitting at a table on his terrace discussing with a man who looks like a young John Pilger. He doesn’t recognize me. I wonder if I am going to see him the next day at the Westminster, but I am not going to. My hotel is next door to Wilson House, which is a residence of the Imperial College of London, right across the street from the Frontline Club. I understand that the posh clientele of the Frontline Club came from Imperial College of London. The medical and scientific community was closely linked here in this place created by Canadian Broadcasting Corporation journalist John Owen, Al Jazeera UK founder Susan Philipps, BBC journalist Richard Sambrook and Penguine Random House publisher Graham Carlton Green. Documents from the Charity Trust Frontline Club registered in 2005 under number 1111898 clearly show that Vaughan Smith and his Kosovar wife Pranvera Shema are not the initiators of the idea but the managers of a project led by much more influential personalities.

Charity Trust Frontline Club report and financial statement 2015

[1] www.bbk.ac.uk/psychosocial/our-staff/academic/lisa-baraitser

[2] https://vimeo.com/449936919

[3]

[4] www.theatrepur.org/pastprods.html

https://find-and-update.company-information.service.gov.uk/company/02930096/filing-history?page=2

[6] https://www.face2gene.com/lmd-history/

https://www.ramex.com/title.asp?id=2937&pid=21963

https://global.oup.com/academic/product/the-genetics-of-neurological-disorders-9780192628145?cc=us&lang=en&

[7] https://fre.acousticbiotech.com/severe-forms-baraitserwinter-syndrome-are-caused-actb-mutations-rather-than-actg1-mutations-783532

https://en.wikipedia.org/wiki/Nicolaides–Baraitser_syndrome

https://www.clingensoc.org/about-us/robin-winter-prize/

[8] https://www.nature.com/articles/5201193

[9] https://fettle.health/clinical-team/dr-paula-baraitser

[10] www.alexandrab.org.uk

www.alexandrab.org.uk/about-ba

https://www.museums.cam.ac.uk/index.php/events/meet-artist-alexandra-baraitser

[11] https://decentrederspace.org/projects/projets/

[12] www.marionbaraitser.com

https://pure.roehampton.ac.uk/ws/portalfiles/portal/1283695/The_Poetics_of_Exile.pdf

https://britishjewishtheatre.org/?page_id=958

English police reclaim Westminster Court

in front of the Westminster Court on 29 October 2020

Despite the tweet announcing the hearing at 2pm, I am at 181 Maylebone Road early in the morning. I cannot give credence to this information, too many lies are being spread in this case. I cannot afford to have come all the way here just to be too late. I am waiting as usual by following on the internet the uprising in Poland and the political situation in France. Exactly at 7 a.m. a French activist whom I know arrives and I am happy to see her and to kill the time discussing with her. The day slowly dawns. Behind us the lawyers for migrants from Eastern Europe start to form a queue with the migrants’ families. At 9 o’clock we are the first to enter. At the gate, the same security guards we know but who are no longer at Mitie’s house. As usual I rush to the list in the entrance hall: Julian Assange’s name appears at 10 o’clock at the top of the list of 16 names – Polish, Hungarian, Albanian, Slovak, there is even an Italian. We find the list on the door of room 3 and we don’t leave the railing that frames this door. We also find the Indian clerk and the black secretary in hijab who were in charge of the Assange case from October 2019 to February 2020. They go in and out, seem bored as if they wanted to get rid of the hot potato that clutters their rooms. Then the clerk speaks with two men who seem to be journalists. I approach them. For Julian Assange, the man says to come back at 2 p.m. and that there will only be 3 places for the press and 6 places for the public.

In front of the Westminster Court on 29 October 2020

But we don’t believe it until the hearings have started. An elderly woman comes to ask us about Julian Assange’s hearing – activists have started the demonstration in front of the door, there is also a German friend of mine. A corpulent man with glasses sits in front of us and tries to convince us to come back at two o’clock. I may have seen him before, but with the masks you can’t recognise people’s faces any more. The elderly activist also has doubts and instead of leaving asks the man who he is. I don’t understand the name he is saying, so I ask to see his badge, a simple badge like a Westminster Court visitor’s badge. The name on it is Stephen D Toddhunter. He says he is an employee of Julian Assange’s legal team. Another different name… We thank you for the advice… and we stay. At 10 o’clock I see a policeman arriving in front of the door of room 3. He looks like a real policeman, with a uniform and handcuffs on his belt. On his badge is written « Constable Geary ». This is the first time I have seen a real English policeman in these places. Until now it was the agents of the private multinationals Serco and Mitie who were guarding Assange. Moreover I remember the expression of fear on his face in front of some guards, on January 13th here.

Constable Geary is very nice to us. He looks at us and says, « Yes, it’s two o’clock. But come back at 1:30, you’re going in. Ask me, my first name is Scott ».  I am glad to see some humanity at last and relieved to see that the real British power has decided to appear in the Assange case, up until now we have mostly been dealing with private surveillance companies. Wikijustice’s eleventh request for the release has also certainly had its effect.

Work on the disused Church Army building adjacent to the Westminster Court House

So we’re going out more quietly, even though we know that we shouldn’t go too far away so as not to lose our place. I chat with friends in the demonstration for Julian and then we go to the « lawyers coffeshop ». Adjacent to the public building of Westminster Court, the former disused building of the Church Army is finally under construction. The  » Mina Palace « , its dingy annex where Chinese refugees live, is still inhabited. A little later I will see the face of an Asian child in the window of the hostel. I remember the cars of the Chinese embassy which have a car park under this building whose use is really strange. At the « Lawyers coffeshop» the staff is always very nice, but they are Kurdish or Turkish boys, they are not the same waiters as in the summer. Have they been fired because of the covid crisis? Has the owner changed? In any case the offer is less but the prices are lower. We talk for an hour, but at 11.40 it is good to go back to court.

The Mina Palace, a home for Asian families adjacent to the Westminster courthouse

When we arrive in the waiting room, I lose a little time because a security guard at the entrance wants to take my camera away from me. The waiting room is full of Poles and their lawyers. The hearings follow one after the other. The future extradited don’t look worried and feverish. Apparently the Brexit is a good deal for them because even if the European Arrest Warrant continues to work, England has decided to keep its migrants useful. I also have the impression that Assange’s hearing is postponed until the end when there will be nobody left. A young blond man presents himself as a representative of Reporters without Borders and speaks a little French with us.

At 1 p.m. G. the activist-who-is-always arrives and positions herself immediately in front of the door. We made a mistake when we sat down, we lost our precious first place! I’m not happy with myself, I stand up after greeting G. who asks me if Stella Morris or John Shipton are there. They are not there but if they come we are cooked because the organizers of the audience are going to put them before us and with 6 places we won’t be able to go back home because we are already 5 whereas we have been here since 6 o’clock in the morning! And Constable Scott is unfortunately not present, even if I keep hope. I am trying to convince the RSF representative to take a journalist’s seat to free up the precious seats in the public gallery. But he is not sure he has the necessary press card.

We still have a lot of time ahead of us, so the conversation is moving on to our respective countries. I get a little irritated when I try to explain the deaths of the Great March confinement, the doctors who were not working, how we almost died degradingly ill at home… The lies about the tests, the curfew and what’s coming up again. I find it hard to make the British understand what we are going through. It’s as if they don’t believe me because the situation is very different here. In any case, the totalitarian nature of what we are experiencing, the zombification by compulsory masks, all this is unknown here, even if in England the profusion of private militias in the metro and in the streets is greater than in the summer.

The time is fast approaching and 2pm. Rebecca Vincent from RSF arrives and takes up position behind G. of authority, the young man having heated his seat for her. I can’t object but when an unknown security guard in navy blue uniform arrives and asks who is first, I immediately introduce myself and say that I was here first thing in the morning. The waiting room is emptied, in front of room 1 the last migrants are finishing their business. Tension is rising. An elderly activist apostrophe the security agents on the theme of « who decides » who decides who will enter the room? Indeed everything is rushing. John Shipton appears. The security guard opens the door of room 3, brings in 4 journalists with the orange « press » coupon. The black woman, a former security agent of Mitye who has always worked on the « Assange case », takes over the command. She asks who is for Assange, brings in John Shipton. Immediately afterwards I go back to the known places.

The best seats in the middle of the public gallery have been condemned, so John Shipton must sit in the back of the front row. There is only one roughly central seat left with two seats to his left where I sit. The French friend is behind him, G. to my left two seats further on, Rebecca Vincent behind me and the last elderly activist at the back by the door.

Exit Baraitser and her theatre?

The artificial staging is immediately obvious to me, you get the impression that no one is making any effort to make the play credible anymore. The clerk and the secretary sitting in front of me are playing their game. They are the real Westminster staff, they weren’t at the Old Bailey or the Woolwich Court, I’ve seen them at hearings of other cases besides Assange last year. I feel they are fed up with the game. Edward Hamilton Fitzgerald arrived with Gareth Peirce’s assistant. Journalists are seated in the back row in the courtroom behind the lawyers. That’s when I notice that it’s after 2pm and… Julian Assange is already on the video! The screen was already on and everything is much more informal than before. There is no « Officer Belmarsh » announcement, nor a « HMP Belmarsh » sign above the captive’s head. Unfortunately I can’t see anything on the right screen is too close while the left screen is far away from me. Also, the picture only shows half the screen, so it is as small as the Old Bailey. I’m annoyed, they don’t even look after the decorum any more.

Julian Assange is sitting on a brown or dark red sofa. I look at him attentively. His white hair is a bit long, I can’t see enough of his face to tell if he has a beard or not, nor what his eyes look like, nor the expression on his face. So I concentrate on his gestures, I soak them up. He is wearing a brown jacket that doesn’t fit well and a grey jumper. You can only see him up to his waist. His hands are folded in front of him, his head down. In the room during this time the microphones are being tested for the telephone conference link which never works. John Shipton looks at Assange impassively.

I observe Julian Assange’s gestures. He looks to the right while turning his head. He yawns. Then he runs his hand through his hair as if he wanted to comb his hair. He takes out his glasses and puts them on his nose. He holds a sheet of paper in his hand and goes through it. A young prosecutor arrives and greets Edward Fitzgerald. The two men even shake hands and enter into a rather loud discussion where there is talk of a deadline for documents. The secretary speaks with a young woman interpreter from Slovakia or Poland who comes to register with her. I still look at Julian Assange and 10 minutes go by. I think his gestures are sharper, more natural than the previous year, in November-December when he was visibly under medication. He seems more at ease when he reads, writes or touches his face with his hand… I recognize the particular grace of his gestures, the one that characterizes him when he is in shape. I ask John Shipton if he can see the image well because I am afraid that from where he is sitting he cannot perceive much. His answer is inaudible.

Then I notice that the back door is half-open to a light. The clerk goes out and comes back, followed by… two judges!  The one who will play the role of judge is a rather imposing man with curly grey hair, possibly of Indian or Pakistani origin. I remember that he was the judge for the afternoon of January 13. Next to him a slim young woman is wearing a black dress and a Pakistani style hijab. She drops the veil on the back of her chair when she sits down. So everything goes very fast. The hubbub at the beginning of the hearing subsides and Fitzgerald asks for his deadline for the submission of evidence. If I understand the rapid dialogue, the deadline of the 16th is extended to November 26th. The judge sets the date and the prosecutor agrees to what had been agreed in advance anyway.

Suddenly Edward Fitzgerald seems to realise that Assange should be asked for his opinion. He asks the judge to make sure that Mr. Assange has understood: he even turns a little to the video where Julian Assange is standing. The judge seems to be even more fed up than the other actors in the courtroom, he turns to Assange who, as if mechanically pronouncing « Julian Assange » and « 3 July 1971 » in a hesitant voice. His voice is very low, but it must be said that I am very far from him… The judge says distinctly but still with this air of wanting to finish « you remain in custody » until November 26th. He adds a sentence about an online conference with Assange. Then everyone gets up, the journalists, the secretaries, and rushes out. John Shipton and Rebecca Vincent also leave.

I’m staying as long as Julian Assange is still here. Then lawyer Fitzgerald seems to remember that something is still missing. He asks the judge « can you make sure that Mr. Assange has heard »? He turns to the video, the image of which remains frozen. Julian Assange is no longer online. Then his lawyer leaves the room. I am upset by the theatre, I leave the box and go straight to the judge and his collegue. I have the impression that they are looking at me a little ironically. When I arrive 2 metres from the stage, I introduce myself, I say that I represent a French human rights association and that I haven’t understood what’s going on, what online conferencing is all about. The man calmly answers me that the « call over hearing » is every 28 days because we can’t keep anyone in detention any longer. OK, but what about the online conference that will take place now? He replies that it is just a private meeting between the accused and his lawyer. I thank him but before leaving I ask him if I can have his name because I have to make the report for my association and no name of the person in charge is posted anywhere.  He nods and says « we’ll tell you ». I go out to talk to the activists, always in my emotions.

Tanweer Ikram, a judge with immigration background but close to the power

A few seconds later the secretary opens the door and calls us back: she dictates the name of the judge, Tanweer Ikram. I note but too late I notice that I forgot to ask the name of his colleague in the black veil. Emotions always play tricks on us, but we are human.

Tanweer or Tan Ikram had been a solicitor since 1990, appointed magistrate judge in 2003 by the JAC, the Judiciary Commission, then district judge in 2009 and senior district judge in 2017. Of Pakistani origin and from a working class family, Ikram considers himself an immigrant who has succeeded in the system through hard work. The Pakistani community in Britain praises him as one of the 101 Pakistanis who count[1]. Looking at his CV it is clear that his position is of course above that of Judge Baraitser. But above all his decisions have been criticised as favourable to multinationals and political power: London taxi drivers (many of whom are Pakistani and Indian) have severely criticised his decision to extend Uber’s licence even though a gigantic fraud had been discovered[2]. The media reported that Emma Aburthnot’s husband Emma Aburthnot, Chief Magistrate and Senior District Judge, a professional judge who supervises the work of non professional judge Tan Ikram, was a beneficiary of Judge Ikram’s decision because he is linked to a Qatari fund which is a shareholder in the Uber company[3].

Furthermore, and importantly, Judge Ikram appears to be close to the British and American military-industrial system: he was a judge at the Sovereign Area Base, the British military base in Cyprus. This base is the centrepiece of the telecommunications and intelligence surveillance system in the eastern Mediterranean. Located in Akrotiri and Dhekelia, this extraterritorial base is a colonial territory and as such the Cypriot people are fighting for its suppression. Moreover, it is on this base that the global monitoring system for satellite telecommunications, and therefore mobile phones and the internet, ECHELON, is installed. This global communications surveillance system is run by several American intelligence agencies, including the CIA, and its presence on European soil has no legal basis. It is an illegal installation denounced by the journalist Nicky Hager who testified before the European Parliament in 2001[4]. However, despite these revelations, still being pursued in 2015 by Edward Snowden, ECHELON is still continuing and serves the interests of the ruling castes in our Western states.

For Julian Assange, with Judge Ikram, we are certainly leaving the field of experimental psychological theatre dear to the Baraister family, but we are entering international politics. Judge Ikram’s links with the agencies of British and American imperialism and the intelligence agencies of these two countries which manage the base in Cyprus make me doubt his ability to conduct a fair and objective trial vis-à-vis Julian Assange. Especially since he is controlled by Judge Arbuthnot[5] . His attitude of exasperation at our presence could be linked to the fact that we are still there and we are not letting go of the Resistance in the face of this oppression which of course strikes Julian Assange in the first place, but which is rapidly spreading throughout European society. « If Julian Assange launched this last appeal on April 11, 2019, we realise that today[6]!


[1] https://en.wikipedia.org/wiki/Tan_Ikram

https://www.101pakistanis.com/civil-servants

https://www.judicialappointments.gov.uk/case-study/tan-ikram-district-judge-magistrates-court

https://www.lawsociety.org.uk/campaigns/social-mobility-ambassadors/ambassadors-2015/tan-ikram

[2] https://www.forbes.fr/business/uber-gagne-une-bataille-decisive-a-londres/

[3] https://www.theguardian.com/technology/2018/aug/18/uber-judge-steps-aside

https://www.theguardian.com/uk-news/2019/feb/13/uber-chief-magistrate-alleged-bias-raised-in-court

https://www.litigationfutures.com/news/high-court-rejects-bias-allegation-against-uber-licence-judge

[4] https://en.wikipedia.org/wiki/Akrotiri_and_Dhekelia

https://en.wikipedia.org/wiki/ECHELON

[5] https://www.judiciary.uk/about-the-judiciary/who-are-the-judiciary/judicial-roles/judges/chief-magistrate/

[6] https://www.republicworld.com/world-news/uk-news/uk-must-resist-a-dishevelled-julian-assanges-final-warning-as-he-was-evicted-from-ecuadors-embassy-in-london-and-taken-into-custody.html

UK Resist, France Resist!

Before leaving the premises, I observe the following events. Edward Fitzgerald locks himself in the consultation room at the end of the corridor with Stephen Toddhunter. I don’t know what the role of this man is, but I am there to express our displeasure that Julian Assange was only visible on half a small screen. How can we, a human rights association, estimate his presumed state of health if we cannot even see his face? My request is kindly formulated, the man responds in such a convoluted way that I don’t understand it at all. His eyes are as if hypnotised. Faced with the bad faith that I’ve been encountering from the officials of Julian Assange’s legal team for a year now every time I ask a question about the irregularities of the trial, I don’t insist and I go out to meet my friends whom I haven’t seen since September and who are now taking part in the demonstration.

In Café Panache St Michael Street , Paddington

We leave the premises together among Francophones and head towards Paddington. The Frontline Club is illuminated, we sit at the Café Panache facing the corner of Norfolk Place and St. Michael Street – the archangel protector who defeated the devil as my friend John points out to me. This little cafe makes great cakes and was my headquarters in the summer. The atmosphere is very friendly, no masks or tracing requirements. We discuss at length, notably the almost christic dimension of Julian Assange’s story, his uncertain identity and the disappearance of Sarah Harrison that I still cannot understand. I can’t help but deplore what is happening in France. Dictator Macron has just imposed a new confinement, a new house arrest for all French citizens who allow themselves to be taken advantage of. The political tension is rising, I am afraid that I will no longer be able to cross the border and come to the hearing on 26 November.

We sympathize with the Maroccan boss who speaks French. He deplores the economic destruction of the district since last March, the disappearance of the tourist clientele and the appearance of criminality due to the desertification of the streets in the evening. I learn that the small Yugoslav Fish And Chips in front of the Frontline Club has been robbed… But above all he recalls the prosperous years of 2010 when « Julian Assange lived there » and every time he appeared, a dense crowd of photographers and journalists crowded in for the event and stayed in his café because of lack of space at the Frontline Club. Julian Assange was like a movie star who attracts a huge audience and whose appearance is always beneficial to local shopkeepers. The man points to the building at 30 Norfolk Place, right next to the Fish And Chips – Julian Assange would have lived there on the top floor and he had seen it. These plots, as well as 15 Norfolk place next to the Frontline Club where the Charity Trust Fronline Club premises are located in the courtyard, are owned by Paul Economou, a major Greek property owner in the area. I tell him about Westminster Court, Julian Assange is still a short distance from here in some ways but not at all in the same circumstances.

In Front of the Frontline Club after the hearing

Then my friend rushes outside as she noticed John Shipton tapping on his phone standing on the terrace of the Frontline Club. The Frontline is illuminated, but the customer is rare and the beautiful brunette manager with short hair and visibly Yugoslavian origin who ran the restaurant until last March has disappeared, replaced by a young red-haired man, perhaps Mario Armani, who has been Vaughan Smith’s business partner since last year. It is then that a taxi arrives from which Gabriel Shipton comes out looking a little lost. On the other side of the street I recognize a man who has been the centrepiece of communication around the Old Bailey: Nils Ladefoged is funded by the Democracy and Media Foundation[1], a major funder of the Center for Investigative Journalism. It is not surprising that he is so present in the storytelling of the Wikileaks project, since today Joseph Farell, « Wikileaks ambassador », runs the Center for Investigative Journalism Limited (registration number 05471322) and the Charity Center for Investigative Journalism. Both structures are headed by a Bureau for Investigative Journalism, itself part of a Bureau of Investigative Journalism Trust. These nesting doll structures were all created by Elaine Potter, a South African oligarch who funds these organisations and a host of others through her Elaine and David Potter Foundation.  A young brown boy sits in the taxi. We greet Gabriel and John Shipton who get into the taxi with Nils Ladefoged and leave. We finish eating and it is time to part. We hug each other and the emotion is so strong that we are so apprehensive about what the future holds for our countries and our lives in turmoil.

Elaine Potter, founder of the Center for Investigative Journalism Limited, of the Bureau of the Investigative Journalism, of the Trust of the BIJ, of the BIJ Management….

In Victoria Station I go to my favourite organic cosmetics shop to buy rose oil that is not available in France. I suddenly break down and I tell the saleswomen in my emotion all the horror of what we are going through in France, that I am not sure I will be able to come back… The saleswomen are very nice, they comfort me and talk to me about God with a sincere air. If there is a God, he sent them to me because it gives me the courage to leave, to take the bus in a Victoria Coach Station transformed into an anti-corona fort with signposting on the ground, compulsory mask and all the rest of the hygienic-sectary madness. The bus to Paris is half empty. In an atmosphere of the end of the world, some migrant families are rushing to return to the continent.

The Frontline Club right, behind them the Imperial College of London and the St Marys Hospital
The Wilson House, Sussex Gardens in Paddington, residence of the Imperial College of London

A few days later, Flixbus cancelled its connections to London sine die. The driver is pretty cool, not looking at the mask. The crossing by boat is done without any problem. The British police don’t even check passports on the way out! As a matter of fact, the corona propaganda should not be confused with reality. A poster for the Brexit on a board near the station boasts about the aid that companies will receive from the British state once the delicate operation of separating the ubuesque power of the EU is completed. The picture shows a modern metal factory with busy workers – is this a sign that the new Britain, like « New Jerusalem » after the war, is turning its back on the exclusive economy of financial globalisation and deciding to return to an economy of industrial production? It is still too early to answer, but it is an important signal, because it is the City of London Corporation which like a gigantic cancer is gangreneing the economy of the European continent by engulfing it in a capitalist globalisation that is deadly for the peoples. If the British government has decided to put an end to the power of the City of London Corporation, its interests are also ours. Did the sibylline « UK Resist » of Julian Assange, prisoner of the men of the City, mean this?

At the entrance to Paris, we are greeted by a very long traffic jam made up of gendarmerie cars from all over France who have come to the capital on macronesque orders to wage war on the people. France Résistes – this is our cry today!

(Deepl translation)


Julian Assange with Helena Ann Kennedy of the Shaws, councellor of the gouvernements

Helena Kennedy, Baroness Kennedy of The Shaws – Alchetron, the free social encyclopedia

[1]  https://www.thewhistler.org/interview-project.html

« Angleterre Résiste »! – Julian Assange au Tribunal Magistrate Westminster le 29 octobre 2020

Monika Karbowska

Ce texte porte sur l’audience de Julian Assnage du 29 octobre mais il contient aussi des analyses sur la dictature sanitaire actuelle, le pouvoir de la famille Baraitser et le juge Tan Ikram.

La dictature en France

Nous sommes le 7 décembre 2020. Il m’a été impossible d’écrire plus vite le récit de mon dernier voyage en Angleterre, du 27 au 29 octobre, car le sort de notre pays balance entre dictature effrénée nouveau genre et timide résistance venue du tréfonds de notre bon sens individuel et collectif, de notre instinct de survie en tant qu’être vivant, de ce qui reste de nos idéaux et de notre connaissances des droits fondamentaux.

Cafés, restaurants, boutiques fermés par Macron à Paris, rues vidées

 Nos droits fondamentaux ont été détruits en quelques mois, en quelques discours télévisés, en quelques décisions aussi illégales que violentes par la secte d’Emmanuel Macron qui tient notre pays. Nos concitoyens se soumettent sous nos yeux ébahis à des injonctions aussi terribles qu’absurdes, comme se laisser enfermer et ne sortir que sous autorisation policière, torturer dix heures durant des enfants de 6 ans sous un bâillon qui les empêche de se développer et respirer et se laisser torturer soit même sous le même bâillon en tous les lieux jusqu’à 20 heures sur 24. Nos concitoyens acceptent comme un bétail abruti d’être cloitrés et dressés et à l’obéissance dans les moindres recoins de ce qui n’est plus une vie. Ils acceptent de ne plus avoir droit à le liberté, à l’éducation, à la culture et aux loisirs, à une vie amicale, sociale, familiale, d’être réduit à une vie d’animaux qui vont au travail et qui reviennent au bercail sagement car leur maitre en a décidé ainsi. Assurément, le monde de 2020 est bien nouveau. C’est le monde de l’univers concentrationnaire à ciel ouvert, en attendant la solution finale du problème de l’humain dans «la quatrième révolution industrielle de l’intelligence artificielle » et dans le « changement climatique » déjà décidée par le maîtres du monde au Forum de Davos dès janvier 2021 sous forme du projet du « Grand Reset ».[1]

J’avais peur en partant à Londres mardi soir 27 octobre à minuit avec le Flixbus mais j’avais aussi très envie de fuir ailleurs ce que nous vivons. Après la promenade dans Paris apocalyptique dans Paris zombifié, entourée de gens qui ne sont plus des humains tellement le masque et la peur les ont objectifiés, j’étais bien contente de partir vers un pays ou paradoxalement l’air est plus respirable. Dans ce Paris ou les restaurants, les cafés, les boutiques, les associations ont été fermés par l’autorité d’un régime corrompu et dictatorial, les Parisiens circulaient comme des automates égarés alors que quelques grands bourgeois continuaient de jouer le jeux de la comédie covid, masque de rigueur sur la figure, sortant du Printemps ou du Bon Marché refait à neuf. Trop de travaux marquent ce Paris vide d’habitants réels : des immeubles entiers refaits attendent un repreneur du tout neuf, comme l’immeuble de la Société Foncière Lyonnaise, anciennement les ventes Drouot, juste en face du Louvre. Des façades d’immeubles, des restaurants entiers sont rénovés alors qu’on est en pleine monstrueuse crise économique, la pire depuis 1945. En pleine crise économique et en pleine crise « sanitaire de coronavirus » on est en droit de se demander « d’où sort cet argent » et « à qui profite le crime », c’est-à-dire qui va s’accaparer ces magnifique parcelles immobilières au sein de la plus belle ville du monde vidée de ses citoyens ?

Exemple de grands travaux nombreux dans le centre historique de Paris au temps du Covid, ici derrière le Palais Royal

Je pense avoir une réponse en observant le jeunesses arrogante, habillée de vêtements criards d’une pseudo mode « années 80 » sortant des grands magasins avec en main des sacs de grandes marques. J’ai peine à dire, mais j’ai reconnu cette jeunesse de grande bourgeoisie comme étant originaire de Chine. Du moins mon voyage au Congrès Marxiste Mondiale à Pékin en mai 2018 en tant qu’accompagnatrice du grand militant altermondialiste Samir Amin m’a permis de reconnaitre non seulement quelques éléments de Mandarin, mais aussi des tendances politiques à l’œuvre dans ce pays qui est le berceau de la narrative covidienne. Depuis le triste décès de Samir Amin le 12 août 2018, je pense que la tendance qui a pris le pouvoir dans ce pays « qui se dirige activement vers une position de superpuissance » (dixit Vladimir Poutine, discours au Forum de Valdai[2]) n’est pas la tendance « maoïste » pour laquelle le bonheur de la Chine est relation avec le bonheur des autres peuples, mais la tendance « souverainiste anti-occidentale » qui songe à sa revanche pour deux siècles de colonisation sur les pauvres pékins que nous sommes devenus depuis 30 ans[3]. Notre bonheur ne fait pas partie de l’agenda du Nouvel Ordre Mondial, j’en veux pour preuve non seulement la participation de l’Etat chinois au storytelling du pangolin mais aussi à la présence d’un représentant de la Bank of China au Grand Reset du Forum Economique de Davos[4] en janvier prochain. Jun Ma Jun, Monsieur Grand Reset de la Chine vient du monde de la finance, il a été économiste à la Banque Mondiale et 13 ans directeur à la Deutsche Bank. Il n’a pas le CV d’un militant maoïste qui lutterait pour le bonheur de l’humanité…

Les jours heureux au Congrès Marxiste Mondial à Pékin le 5-9 mai 2018 avec Samir Amin. Je croyais à l’Internationale des Peuples.

J’ai vu alors sur le site liligo.fr que plusieurs dizaines de vol par jour étaient programmés rien qu’entre Shanghai et Paris pour la fin du mois d’octobre. Visiblement, les grands de ce monde ne sont pas dupés par la narrative de la « deuxième vague » puisqu’ils viennent faire leurs emplettes dans notre beau pays et peut être y inspecter les biens à prendre. Le discours alarmiste et faux des « hôpitaux débordés »[5] c’est bien la sauce avec laquelle le pouvoir entend nous enfermer et nous punir de vouloir vivre normalement. Ce discours ne touche pas la grande bourgeoisie mondialiste qui s’en moque ouvertement ce mardi 27 octobre 2020 dans les grands magasins parisiens[6].


[1] https://fr.weforum.org/press/2020/06/la-grande-reinitialisation-un-sommet-unique-pour-debuter-2021/

https://www.weforum.org/centre-for-the-fourth-industrial-revolution/

https://fr.weforum.org/about/leadership-and-governance

[2] https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/discours-de-vladimir-poutine-lors-228035

[3] https://histoireetsociete.wordpress.com/2018/05/17/la-chine-au-congres-mondial-du-marxisme-marxisme-et-humanite-une-destinee-partagee-par-monika-karbowska/

[4]  https://www.weforum.org/agenda/authors/ma-jun-bc3db90d1f

[5] Mes films à la Salpêtrière :

https://www.facebook.com/monika.karbowska.31/posts/3574998369233523

[6] Liligo.fr une trentaine de vol Shanghai Paris pour le 10 novembre, avec 1 ou 2 escales il est vrai, par des villes chinoises, prix variant de 500 à 1500 Euros un aller. Exemple : Shanghai à Chongquing puis Chongquing à Pekin. Le vol pour Paris est à 13h30 le 11 novembre et arrive à 17h45 à Paris. Le billet coute 495 Euros ce qui est prix élevé mais normal.

L’Angleterre minée mais pas terrassée

Dans le Flixbus de nuit pour Londres, quelques familles fuient déjà la France avec bagages et enfants. Ils sont de ceux qui d’origine africaine ont déjà de la famille de l’autre côté de la Manche. Ils ont bien raison de partir maintenant car Flixbus liquide tous ses trajets pour l’Angleterre dès le 1 novembre. L’Angleterre apparait comme un pays de raison qui résiste à la folie ambiante. Le passage très fluide à la frontière le prouve, aucune attestation « de quarantaine » n’est vérifiée, seul un homme voit ses empreintes relevées. A Victoria Station je respire en jetant loin de moi le bâillon qui n’a jamais été obligatoire ici dans la rue. Certes, la foule de la gare est stressée sous le masque et les kapos des milices privés arpentent les allées du bâtiment. La légèreté de l’été a disparu. Mais si les habitants de Londres sont inquiets, c’est parce que dans le capitalisme néolibéral les faillites implacables sont déjà en cours : le petit Segafredo de la gare Victoria que j’aimais tant a déjà fermé, tout comme le restaurant grec du quartier Baywaters. Tous les cafés et les restaurants sont menacés car vidés de consommateurs depuis la mort du tourisme décrétée d’en haut par les décideurs de la mafia mondiale au pouvoir.

Un des cafés fermés car probablement en faillite à Baywaters

Le traçage orwellien des clients a découragé les consommateurs locaux qui n’ont pas envie que l’Etat sache où tu manges et où tu vas au toilettes ce qui est très compréhensible. En effet, lorsque vous entrez dans un restaurant, il faut scanner un code barre qui renvoie à l’appli de traçage du National Health Administration et enregistre les coordonnées de votre passage dans l’établissement. L’effet « Brazil » fait froid dans le dos en ce qui concerne les perspectives de notre avenir. Cependant ce sont surtout les grand pubs dont les propriétaires sont aux ordres qui obéissent et font obéir les clients à ce sinistre et orwellien commerce (l’équivalent des grandes brasseries parisiennes qui acceptent les couvres- feu et les confinements- fermetures car elles doivent toucher de bons chèques pour de gros travaux bien visibles[1]).

Je réussis cependant facilement à éviter le traçage dans de petites boîtes qui cherchent le client et surtout j’apprends par une amie française de Londres que la fameuse application n’est nullement obligatoire contrairement à ce que veulent nous faire croire les médias aux ordres. Tout comme en France ou le pouvoir nous fait croire à la légalité d’un « état d’urgence » totalement illégitime[2], en Angleterre certaines institutions sont infiltrées par les «mondialistes covidiens ». Ceux-là veulent faire croire aux populations par la force du storytelling médiatique que l’intrusion dans leurs vie privée est légitime alors que le gouvernement fait des efforts louables pour garder la normalité de la vie et la légalité des lois. En effet, le National Health Administration est entre les mains de financiers de la City et de fondations Soros, Rockefeller, Ford, Gates et Tavistock and Portman qui ont joué un rôle historique dans les programmes de manipulations mentales de type Mkultra développés par les agences de renseignements américaines et britanniques. De nombreux managers de la vénérable Sécu anglaise émargent dans les grandes entreprises privés capitalistes et le trop fameux Imperial College of London, épicentre de la paranoïa covidienne et agent de l’imposition de l’agenda du Reset mondial est intégré au système de pouvoir de la royauté[3].

Même mon amie de gauche radicale admet que son organisation avait soutenu le premier confinement mais que le deuxième est une mesure de dressage à la soumission politique. Elle me dit que aussi que de nombreux britanniques trouvent exagérés les sanglots du personnel médical sur les « hôpitaux débordés ». J’attends les courageux qui en France dévoileront la même supercherie, alors que j’ai moi-même constaté le vide des urgences à la Salpêtrière le 20 et le 30 octobre, à Lariboisière le 23 octobre, et le 31 octobre dans le 94. Urgences vides ne veulent pas dire que le citoyen est bien soigné, juste que le personnel médical ne craint pas la maladie contagieuse comme lors de la « première vague » et reçoit les covid et les non covid mélangés. Il est important de noter que 10 personnes dans une salle d’attente ne constituent pas une surcharge, ou alors il n’y a plus d’hôpital réel, juste une façade et un bâtiment à vendre.

Enfants jouant au football sans masque dans le Hyde Park
Le Kensington Palace, résidence des « enfants de la reine » – ici la seule partie qu’il est permit de photographier. Le reste est sinistre derrière de hauts murs
Cafés dans le nord du Kensington Garden en face du Memorial de la Princesse Diana

J’ai pris plaisir à échapper à l’air confiné de Paris en me promenant le nez au vent dans le Hyde Park, du côté du Kensington Palace, le château des « enfants royaux » ou a vécu Diana Spencer, dans l’allée des ambassades dont la plus proche du palais est la résidence de l’ambassadeur de Russie, héritage du temps ou Alix de Darmstadt Hesse, sœur de Victoria de Darmstadt Hesse, élevée à Kensington par la reine Victoria de Saxe Coburg Gotha était devenu la dernière impératrice de Russie en épousant Nicolas II de Romanov. Tout compte fait, le château des « enfants de la Reine » gardés par des agents des services britanniques armés de mitraillettes m’a paru une sinistre prison ou les descendants des dynasties royales mènent une vie d’otage privés de la liberté d’aller et venir des citoyens britanniques normaux !

Lambassade de Russie, au Nord du Kensington Palace, jouxte le Memorial de Diana à Bayswater Road

Arrivée à Paddington en face du St Marys Hospital et du Frontline Club cette fois ci ouvert alors qu’il était fermé tout l’été j’ai intégré mon hôtel du quartier naguère touristique, désormais en proie à une frénésie de construction et de promotion immobilière dont on se demande, comme pour Paris, qui en sera le réel bénéficiaire.

Quartier Baywaters entre le Kensignton Garden et le quartier de Paddington

J’ai rendez -vous près de la London University, immense campus dans le centre de Londres, tout près de l’immense gare Saint Pancrace ou débouchent l’Eurostar, les trains nationaux britanniques et de nombreuses lignes de métro. Il y a un an nous avons passé de bons moments ensemble entre amis militants dans les pubs remplis de jeunes de ce quartier animé. Aujourd’hui, je sens pleinement la catastrophe de la politique covidienne : le quartier est désert, aucun étudiant. Les facultés sont fermées, les jeunes renvoyés devant leur ordinateur. Autour de Russel Square, pas de lumière, même les réverbères sont éteints, probablement exprès afin de créer une ambiance crépusculaire surréaliste dans le centre de la plus grande mégalopole d’Europe de l’Ouest. L’entrée de la Senat Library, la grande bibliothèque universitaire ou nous avons passé du temps à nous documenter et qui étaient une ruche studieuse est déserte. Un panneau menaçant indique que les agents de sécurité ont le droit de virer de force toute personne suspecte sur le terrain de l’Université, covid oblige.

 Créer une ambiance de nuit pour plonger les humains dans l’effroi avait été une des méthodes fortes des nazis. Ce n’est pas pour rien que l’ils ont baptisé un de leur crime « Nacht und Nebel », Nuit et Brouillard, pour bien signifier que leur victimes, les assassinés et déportés seraient à jamais englouties dans les ténèbres. Mais grâce aux Résistants, il n’en a pas été ainsi. Aujourd’hui n’ayons pas peur de cette Nuit, elle n’est qu’une opération psychologique. Les élites de l’Université de Londres ne fait pas partie des Résistants à la dictature mondialiste du Covid, puisqu’elles ont supprimé l’enseignement réel et vidé le quartier de sa vie économique et sociale. Mais il n’est pas sûr que le gouvernement britannique soit d’accord avec elles.


[1] Je connais certains personnellement et nous savons tous que c’est vrai. Le premier restaurateur qui dénoncera l’escroquerie sera le premier Résistant honnête…

[2] A relire d’urgence la Constitution de la 5 République ou aucun « état d’urgence sanitaire » ne figure et seul un « état d’exception » d’un mois est toléré en cas de « menaces sur les institutions ». On ne peut pas dire que le pauvre peuple masqué est une menace sur les « institutions »…

[3] Site officiel du Tavistock Institute

https://en.wikipedia.org/wiki/John_Rawlings_Rees

Kurt Lewin

https://fr.wikipedia.org/wiki/Kurt_Lewin

Tavistock relationship

https://tavistockrelationships.ac.uk/about-us/our-history

https://tavistockandportman.nhs.uk/about-us/governance/board-of-directors/

Imperial College of London

https://www.imperial.ac.uk/people/neil.ferguson

https://www.imperial.ac.uk/medicine/about-us/faculty-leadership/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_MK-Ultra

La famille Baraitser –  genre, sexualité, théâtre psychologique et génétique…

Je me dirige vers un petit bâtiment à l’entrée de l’Université, le Birkbeck College des Etudes Psychosociales. C’est ici qu’enseigne et reçoit ses étudiants Madame Lisa Baraitser, professeur de psychologie, d’études de genre et spécialiste de la maternité, psychologue clinicienne et psychothérapeute[1]. Il y a de la lumière à l’étage mais le pavillon est fermé. Il est peu probable que Madame Baraitser, qui doit enseigner à distance, soit dans son bureau et reçoive les étudiants à sa permanence. Madame Baraitser participe à la folie covid en co-dirigeant avec un programme de surveillance des « effets de l’isolement sur l’équilibre mental en temps du Covid»[2]. L’humain cobaye n’a pas l’air de bien gêner ces intellectuels qui à aucun moment ne se soucient de ce que le peuple va devenir et ne dénoncent pas la dictature.

Madame Baraitser Lisa ressemble comme une jumelle à Madame « Vanessa » Baraitser que j’ai vue 19 fois depuis le 21 octobre 2019. Je l’ai bien écouté, son timbre de voix, sa diction, son vocabulaire, son débit, sa façon de parler, et ceci d’autant plus qu’en tant qu’étrangère j’ai besoin de bien m’imprégner de son Anglais pour tout comprendre. J’ai bien observé son aspect physique, sa taille, ses robes noires, son maintien, son visage, l’expression de son visage, ses yeux… J’ai observé les conférences de Madame Lisa Baraitser disponibles sur internet. J’en ai conclus que Lisa et Vanessa peuvent n’être qu’une et seule personne.

Juge Baraitser en aout 2020

Comment est-ce possible ?

La Juge Baraitser apparait à l’audience de Julian Assange du 21 octobre et mène toutes les audiences du procès jusqu’au 1 octobre 2020. Elle viole en permanence les droits fondamentaux du prisonnier Julian Assange et viole la procédure du fair trial.

Juge Baraitser mais lequel ou laquelle?

Elle est prétendument une juge magistrate nommé par la Judicial Appointment Commission. Son nom figure sur la liste des juges district du site www.judiciary.uk du ministère britannique. Le problème est qu’aucun prénom ne figure sur cette liste devant le nom de famille Baraitser nommé juge en 2011[3]. La juge que j’ai pu observer 19 fois depuis le 21 octobre 2019 ne se présente jamais dans la salle de la cour. Elle n’est jamais présentée par son nom par un huissier. Son nom n’est pas inscrit sur les documents publics affichés dans la cour sur les portes ou le panneau d’affichage. Son nom n’est pas inscrit sur un présentoir dans la salle d’audience. Le public n’a donc pas d’information officielle sur le nom du juge dans ce procès, ce qui pose problème.

Or il n’y a aucune preuve que cette personne s’appelle « Vanessa ». A la recherche d’information sur la famille Baraitser on trouve très facilement les informations sur Lisa Baraitser, personnalité publique et enseignante à l’Université de Londres. Lisa Baraitser a aussi donné des conférences en Allemagne et son livre sur la maternité d’un point de vue féministe «Enduring time » a été préfacé par la célèbre théoricienne du féminisme genre Judith Butler.

Mais Lisa Baraitser dirige aussi une compagnie de théâtre, le Pur Theatre, enregistré au registre des entreprises sous le numéro 02930096. Ce théâtre n’emploie pas de personnel et ne rapporte pas d’argent mais a tout de même une activité. Madame Baraitser entre devient une des directrices dès 2006 et en est gérante de 2015 à aujourd’hui.

Lisa Baraitser et Simon Bayly gérants du Pur Theater

Cependant ce théâtre a été crée en 1995 par le Dr Simon Mark Goodenough Bayly qui en est le chef jusqu’en 2015. De 1995 à 2015 Simon Goodenough Bayly a dirigé cette entreprise avec Sara Holloway, Kate Stratton ainsi que Andrew Pulver qui est un journaliste du Guardian. Andrew Pulver a été un associé de Simon Bayly tout au début de cette entreprise dans les années 90. Ce théâtre se définit comme « une expérience [4]psychologique » et comme une « thérapie psychologique », les documents financiers mentionnent aussi une dimension de « psychothérapie et école pour adultes ».

Les témoins ont toujours perçu les audiences de Julian Assnange comme des pièces d’un théâtre ou une perverse violence psychologique est mise en scène et en œuvre sur les spectateurs comme sur les acteurs du « jeu » dans le « tribunal ».

Lisa Baraitser peut jouer le rôle de la juge Baraitser. Elle a la position social adéquate pour être appointée comme juge magistrate puisqu’il suffit d’être un honnête citoyen et de disposer de 26 demi-journées par an pour s’assoir dans une salle d’audience de magistrate court. La Commission Judicaire privilégie d’ailleurs les femmes et académiciennes pour les nommer juges magistrate. Lisa Baraitser a aussi la capacité d’organiser une telle « pièce de théâtre » car elle a de nombreuses années d’expériences dans la direction de son « théâtre pyschologique ». Si c’est le cas, quel serait son mobile pour participer à ce « jeu de rôle » grandeur nature ? Une curiosité scientifique suffirait-elle à expliquer ce mobile ? J’ai de la peine à comprendre pourquoi une personnalité dont l’œuvre est reconnue par une sommité dans le milieu féministe qu’est Judith Butler trouverait intéressant de mettre en scène l’humiliation publique d’un homme innocent. Mais on sait aussi que dans « l’affaire Assange » des femmes se faisant passer pour féministes ont joué un rôle crucial et destructeur (est-il nécessaire de rappeler Anna Ardin ?). En tout cas, cette espèce de jouissance de revanche dans le « renversement des rôles » ce n’est pas mon féminisme. Pour moi être féministe c’est œuvrer pour la justice dans la société et non pas pour la vengeance ou la loi du plus fort. Lisa Baraitser est aussi directrice dans la Springdale Company Limited N°06968455 crée en 2009 pour administrer un immeuble au 15 Springdale Road à Londres.

Lisa Baraitser a donc bien une vie, une identité, une adresse et possède des entreprises. Vanessa Baraitser n’existe pas socialement, il n’y a aucune preuve de son identité. Seuls les médias répètent le prénom de « Vanessa ».

Simon Bayly et Michael Baraitser au London Medical Data Base en 1998

Il est intéressant de constater que Simon Goodenough Bayly possède le Pur Theater depuis 1995 ensemble avec le journaliste du Guardian Andrew Pulver, mais il est aussi partenaire de Michael Baraitser dans l’entreprise London Medical Database. Michael Baraitser et Simon Bayly possèdent ensemble cette entreprise depuis 2001 dont le siège est au 38 Chalcot Crescent Street, le domicile de Michael Baraitser. Simon Bayly et Lisa Baraitser déclarent habiter au 1 Cooper Lane Sprindgdale Road ou se trouve également depuis 2014 le siège du Pur Theater. Simon Bayly déclare en 2007 la même adresse de résidence que Lisa Baraitser au le 29 Coate Street à Londres. En 2013 Simon Bayly déménage au 3 Indigo Mews ou se trouve aussi alors l’adresse du Pur Theater qui est aussi l’adresse de Lisa Baraitser. En 2014 ils déménagent l’adresse du théâtre au 1 Cooper Lane. Ces liens étroits entre l’adresse personnel des deux dirigeants du théatre Lisa Baraitser et Simon Bayly peuvent laisser supposer qu’ils sont conjoints.

Michael Baraitser est présenté dans certaines sources comme le père de Lisa, Paula, Alexandra et peut être Vanessa, Joel ou Saul Baraitser[5]. A 63 ans il devient le fondateur de cette société avec le professeur de génétique Robin Winter et Simon Bayly âgé alors de 34 ans et déjà dirigeant du Pur Theater. Robin Winter décédé en 2004 était professeur de dysmorphologie et de génétique clinique, spécialiste de maladies génétiques chez les enfants à l’Institut de la Santé de l’Enfant du Great Ormond Children’s hospital, hôpital pédiatrique ancien et réputé connu comme « hôpital Peter Pan ». Michael Baraitser a travaillé avec le professeur Winter dans cet hôpital. La London Medical Database Limited avait en 2015 288 000 livres d’actifs mais elle est dissoute en 2018. Les documents légaux ne décrivent  pas exactement  ses activités ni pourquoi elle a fait faillite. Selon des sites internet elle vendait des bases de données sur les maladies génétiques et les malformations congénitales, des données sur les caractéristiques cliniques des maladies avec des photos ainsi que des informations sur les recherche génétiques sur ces maladies, les gènes responsables, leurs mutations…. On retrouve le nom de Michael Baraitser dans les sites internet de vente d’informations sur la recherche en génétique. Il signe les bases de données comme étant des livres qu’il aurait écrit[6].

Le nom de Baraitser a été donné à une maladie génétique, le Nicolaides -Baraitser syndrome, ou Winter-Baraitser. On reconnait dans la seconde appellation le nom du professeur Robin Winter dont Michaël Baraitser il a été l’associé en affaires dans l’entreprise London Medical Database Limited. Michael Baraitser ne parait pas avoir de titre de professeur ni d’avoir été un professionnel de la santé autre que collaborateur du professeur Winter au Great Ormond Hospital for Sick Children[7]. Le professeur Robin Winter par contre, décédé en 2004 à 53 ans, été le fondateur de la recherche et des traitements des maladies génétiques en Grande Bretagne à partir de 1978[8]. Michael Baraitser a travaillé avec lui à partir de 1992 lorsque Robin y est devenu directeur. Né en 1937 Baraitser avait alors 55 ans et on ne sait pas exactement quel était son parcours professionnel auparavant.

En cherchant des informations sur les enfants de Michaël Baraitser nous trouvons Paula Baraitser, présentée comme sœur de Lisa. Elle est spécialiste de la sexualité et consultante en contraception pour adolescente au Kings College Hospital[9]. Elle est aussi actionnaire et directrice de la société SH24 C.I.C., enregistrée sous le numéro 08737119 qui vent au National Health Administration des tests pour les maladies sexuellement transmissibles. Depuis 2017 elle est aussi directrice de la Faculté de Santé sexuelle et reproductive du College Royal des Obstétricien et Gynécologues (Faculty of Sexual and Reproductive Healthcare of the Royal College of Obstetrician and Gynecologists). Cette ancienne structure de santé est enregistrée comme société privée au registre des entreprises sous le numéro 02804213.

La troisième sœur serait Alexandra Baraitser, artiste, galeriste et organisatrices d’expositions d’art[10]. Saul Baraitser est artiste également[11] et il n’y a pas d’informations fiables sur Joel.

Marion Baraitser serait la mère de Lisa, Paula et Alexandra Baraitser, peut être de Joel, Saul et « Vanessa ». Elle est dramaturge, éditrice, spécialiste de la littérature sud-africaine et enseignante de littérature anglaise au Birkbeck College de l’Université de Londres. Elle est une figure connue du théâtre juif. Elle ne possède pas d’entreprises à son nom. Dans son doctorat soutenu en 2018 «The Poetic of exile » elle remercie sa fille Lisa[12]. Celle-ci, dans les remerciements de son livre sur la maternité mentionne Michael, Marion, Paula, Alexandra, Joel et Saul. C’est le seul témoignage des liens entre ces personnes[13]. Vanessa n’est pas mentionnée. Elle ne semble pas avoir d’existence autre que celle de « notre procès » de Julian Assange et des articles de presse sur l’extradition d’Alexandre Djouhri, ami de Nicolas Sarkozy et quelques jugements mineurs typiques des tribunaux magistrate. Est-elle une personne réelle ou une création du storytelling médiatique ?

Quant à Marion Baraitser, si elle est la mère des 4 enfants (4 filles ou 3 filles et un fils) et l’épouse de Michael, elle doit être née entre 1935 et 1948 (car sa première fille Paula serait née en en 1965) et donc avoir fini sa carrière professionnelle entre 2007 et 2010. En 2018 à la soutenance de son doctorat elle doit approcher de 80 ans. Il est étonnant qu’elle ait pu enseigner dans une université prestigieuse pendant 17 ans sans avoir de diplôme de doctorat. De même ses écrits ont été publiés sur le tard, puisque lors de la publication de ses livres sur les enfants réfugiés, sur Eleanor Marx, sur Nawel El Saadawi, elle doit avoir entre 55 et 70 ans. Aucune œuvre n’a été visiblement publiée avant la naissance d’internet et son parcours d’avant l’année 1999 demeure mystérieux.

La famille Baraitser mais sans « Vanessa »

Quel membre de la famille Baraitser est exactement juge à la Westminster Magistrate Court ? Quels sont les liens de la famille Baraitser avec le milieu du Guardian qui était si déterminant dans la campagne de diffamation de Julian Assange pendant 10 ans? Il y a-t-il un lien entre les relations visiblement étroites de la famille Baraitser avec le journaliste du Guardian Andrew Pulver et le comportement de la juge Baraister vis-à-vis de Julian Assange ? Les conflits d’intérêts du juge, quel que soit son prénom, mériteraient d’être analysés.

Je réussis à trouver un café ouvert à côté de la British Library ou les serveurs ne sont pas regardant sur le traçage covid trop heureux d’avoir des clients. J’y rencontre une amie française à qui je peine à expliquer la violence que nous vivons depuis 7 mois. Lorsque je sors, le vide ce quartier, naguère rempli de jeunes, me frappe encore. Il y a également beaucoup trop de policiers. En rentrant dans le quartier de Paddington je repasse devant le Frontline Club et surprise, je vois Vaughan Smith assis à une table à sa terrasse en discussion avec un homme qui ressemble à un John Pilger jeune. Il ne me reconnait pas. Je me demande si je vais le voir le lendemain à la Westminster, mais ce ne sera pas le cas. Mon hôtel se trouve à côté du Wilson House qui est un lieu de résidence de l’Imperial College of London, situé juste en face du Frontline Club. Je comprends que la clientèle huppée du Frontline Club provenait de l’Imperial College of London. Le milieu médical et scientifique était ici étroitement lié dans ce lieu crée par le journaliste de la Canadian Broadcasting Corporation John Owen, la fondatrice de Al Jazeera UK Susan Philipps, le journaliste de la BBC Richard Sambrook et l’éditeur Graham Carlton Green du Penguine Random House. Les documents Charity Trust Frontline Club enregistré en 2005 sous le numéro 1111898montrent clairement que Vaughan Smith et son épouse kosovare Pranvera Shema ne sont pas les initiateurs de l’idée mais les gestionnaires d’un projet dirigés par des personnalités bien plus influentes.

Frontline Club à droite, St Marys Hospital et Imperial College of London au fond
Wilson House la Résidence de l’Imperial College of London, à 300 mètres du Frontline Club et à 5 minutes à pied de la Westminster Court

[1]www.bbk.ac.uk/psychosocial/our-staff/academic/lisa-baraitser

[3]

[4] www.theatrepur.org/pastprods.html

https://find-and-update.company-information.service.gov.uk/company/02930096/filing-history?page=2

[6] https://www.face2gene.com/lmd-history/

https://www.ramex.com/title.asp?id=2937&pid=21963

https://global.oup.com/academic/product/the-genetics-of-neurological-disorders-9780192628145?cc=us&lang=en&

[7] https://fre.acousticbiotech.com/severe-forms-baraitserwinter-syndrome-are-caused-actb-mutations-rather-than-actg1-mutations-783532

https://en.wikipedia.org/wiki/Nicolaides–Baraitser_syndrome

https://www.clingensoc.org/about-us/robin-winter-prize/

[8] https://www.nature.com/articles/5201193

[9] https://fettle.health/clinical-team/dr-paula-baraitser

[10] www.alexandrab.org.uk

www.alexandrab.org.uk/about-ba

https://www.museums.cam.ac.uk/index.php/events/meet-artist-alexandra-baraitser

[11] https://decentrederspace.org/projects/projets/

[12] www.marionbaraitser.com

https://pure.roehampton.ac.uk/ws/portalfiles/portal/1283695/The_Poetics_of_Exile.pdf

https://britishjewishtheatre.org/?page_id=958

La police anglaise récupère la Westminster Court

Devant la Cour Westminster le 29 octobre 2020

Malgré le twitt annonçant l’audience à 14 heures, je me trouve au 181 Maylebone Road tôt le matin. Je ne peux pas donner foi en ces informations, trop de mensonges sont diffusés dans cette affaire. Je ne peux pas me permettre d’avoir fait tout ce voyage pour arriver trop tard. Je patiente comme d’habitude en suivant sur internet l’insurrection en Pologne et la situation politique en France. Justement à 7 heures arrive une militante française que je connais et je suis heureuse de la voir et de tuer le temps discutant avec elle. Le jour se lève doucement. Derrière nous les avocats des migrants d’Europe de l’est commencent à former une queue avec les familles des migrants. A 9 heures nous sommes les premières à entrer. Au portique les mêmes agents de sécurité que nous connaissons mais qui ne sont plus chez Mitie. Comme d’habitude je fonce vers la liste dans le hall d’entrée : le nom de Julian Assange figure à 10 heures en tête de liste de 16 noms Polonais, Hongrois, Albanais, Slovaque, il y a même un Italien. Nous retrouvons la liste sur la porte de la salle 3 et nous ne quittons plus la rambarde qui encadre cette porte. Nous retrouvons aussi le greffier indien et la secrétaire black en hidjab qui s’occupaient du cas Assange d’octobre 2019 à février 2020. Ils entrent et sortent, semblent ennuyés comme s’ils voulaient se débarrasser enfin de la patate chaude qui encombre leurs salles. Puis le greffier parle avec deux hommes qui semblent être des journalistes. Je m’approche. Pour Julian Assange, l’homme dit de revenir à 14 heures et qu’il n’y aura que 3 places pour la presse et 6 places pour le public.

Devant la cour Westminster le 29 octobre 2020

Mais nous n’y croyons pas tant que les audiences n’ont pas commencé. Une femme âgée vient nous interroger sur l’audience de Julian Assange – des militants ont commencé la manifestation devant la porte, il y a aussi une de mes amie allemande. Un homme corpulent avec des lunettes s’assied en face de nous et essaye de nous convaincre de revenir à 14 heures. Je l’ai peut-être déjà vu mais avec les masques on ne peut plus reconnaitre les visages des gens. La militante âgée a des doutes également et au lieu de partir demande à l’homme qui il est. Je ne comprends pas le nom qu’il prononce, alors je demande à voir son badge, un simple badge comme un badge visiteur de la Westminster Cour. Le nom inscrit est Stephen D Toddhunter. Il dit être employé de la « legal team » de Julian Assange. Encore un nom différent… On remercie pour le conseil… et on reste. A 10 heures je vois un policier arriver devant la porte de la salle 3. Il ressemble à un vrai policier, avec un uniforme et des menottes à la ceinture… Sur son badge est inscrit « Constable Geary ». Gardien de la paix donc. C’est la première fois que je vois un vrai policier anglais dans ces lieux. Jusqu’à présent ce sont les agents des multinationales privées Serco et Mitie qui gardaient Assange. D’ailleurs je me souviens de l’expression de peur sur son visage face à certains gardes, le13 janvier ici même.

Constable Geary est très gentil avec nous. Il nous regarde et nous dit « Oui, c’est bien 14 heures. Mais revenez à 13h30, vous allez entrer. Demandez-moi, mon prénom est Scott ».  Je suis contente de voir enfin un peu d’humanité et soulagé de voir que le vrai pouvoir britannique a décidé d’apparaitre dans le cas Assange, jusqu’à présent nous avions surtout affaire à des entreprises de surveillance privées. La onzième demande de libération de Wikijustice a aussi certainement fait son effet.

Travaux sur l’immeuble désaffecté de la Church Army qui jouxte le tribunal Westminster

Nous sortons donc plus tranquilles même si nous savons qu’il ne faut pas trop s’éloigner pour ne pas perdre la place. Je discute avec des amis dans la manifestation pour Julian puis nous partons au « café des avocats ». Accolé au bâtiment public de la Westminster Court, l’ancien immeuble désaffecté de la Church Army est enfin en travaux. Le « Mina Palace », son annexe miteux ou vivent des réfugiés chinois est toujours habité. Un peu plus tard je verrai à la fenêtre du foyer le visage d’un enfant asiatique. Je me rappelle des voitures de l’ambassade de Chine qui ont un parking sous cet immeuble dont l’usage est vraiment étrange. Au café des Avocats le personnel est toujours très gentil, mais ce sont des garçons kurdes ou turcs, ce ne sont pas les mêmes serveurs qu’en été. Ont-ils été licenciés à cause de la crise covid ? Le propriétaire a-t-il changé ? En tout cas l’offre est moins grande mais les prix plus bas. Nous discutons une heure, mais à 11h 40 il est bon de repartir au tribunal.

Le Mina Palace, foyer pour familles asiatiques qui jouxte le tribunal Westminster

Lorsque nous arrivons dans la salle d’attente, je perds un peu de temps car une agente de sécurité à l’entrée veut m’enlever mon appareil photo. La salle d’attente est remplis des Polonais et de leurs avocats. Les audiences se succèdent à la chaines. Les futurs extradés n’ont pas l’air inquiets et fébriles. Visiblement le Brexit est une bonne affaire pour eux car même si le Mandat d’Arrêt Européen continue de fonctionner, l’Angleterre a décidé de garder ses migrants utiles. J’ai aussi l’impression que l’audience d’Assange est reportée à la fin quand il n’y aura plus personne. Un jeune homme blond se présente comme étant représentant de Reporters sans Frontières et parle un peu Français avec nous.

A 13 heures G. la militante-qui-est-toujours-la arrive et se poste immédiatement devant la porte. On a fait une erreur en nous asseyant, nous avons perdu notre précieuse première place ! Je ne suis pas contente de moi, je me lève après avoir salué G. qui me demande si Stella Morris ou John Shipton sont là. Ils ne sont pas là mais s’ils viennent on est cuits car les organisateurs de l’audience vont les faire passer avant nous et avec 6 places nous ne pourrons plus rentrer car nous sommes déjà 5 alors que nous sommes la depuis 6 heures du matin ! Et Constable Scott n’est hélas pas présent, même si je garde espoir. J’essaye de convaincre le représentant de RSF de prendre une place de journaliste pour libérer les précieuses places de la galerie du public. Mais il n’est pas sûr qu’il a la carte de presse nécessaire.

Il y a encore beaucoup de temps devant nous, la conversation roule alors sur nos pays respectifs. Je m’énerve un peu en essayant d’expliquer les morts du Grand Enfermement de mars, les médecins qui ne travaillaient pas, comment on a failli mourir en se dégradant malades chez nous… Les mensonges sur les tests, le couvre-feu de et ce qui se prépare maintenant à nouveau. J’ai du mal à faire comprendre aux Britanniques ce que nous vivons. C’est comme s’ils ne me croyaient pas car la situation est bien différente ici. En tout cas le caractère totalitaire de ce que nous vivons, la zombification par les masques obligatoires, tout cela est inconnu ici, même si en Angleterre la profusion de milices privées dans le métro et dans les rues est plus importante qu’en été.

L’heure avance et 14 heures approche. Rebecca Vincent de RSF arrive et se poste derrière G. d’autorité, le jeune lui ayant chauffé sa place. Je ne peux m’opposer mais quand un agent de sécurité inconnu en uniforme bleu marine arrive et demande qui est le premier, je me présente immédiatement en précisant que j’étais ici dès le matin. La salle d’attente est vidée, devant la salle 1 les derniers migrants est européens finissent leurs affaires. La tension monte. Un militant âgé apostrophe les agents de sécurité sur le thème de « who decides » qui décide de qui va entrer dans la salle ? En effet tout se précipite. John Shipton apparait. L’agent de sécurité ouvre la porte de la salle 3, fait entrer 4 journalistes porteurs du coupon orange « press ». La femme black ancienne agente de sécurité de Mitie qui a toujours travaillé sur le « cas Assange » reprend le commandement. Elle demande qui est pour Assange, fait entrer John Shipton. Immédiatement après je rentre dans les lieux connus.

Les meilleures places du milieu de la galerie du public ont été condamnées, John Shipton doit donc s’assoir au fond du premier rang. Il ne reste qu’une place à peu près centrale à deux sièges à sa gauche ou je m’installe. L’amie française est derrière lui, G. à ma gauche deux sièges plus loin, Rebecca Vincent derrière moi et le militant âgé dernier arrivé au fond près de la porte.

Exit Baraitser et son théatre?

Julian Assange dans la médiatisation de 2010

Le côté mise en scène artificielle me saute aux yeux tout de suite, on n’a l’impression que plus personne ne fait de gros efforts pour rendre la pièce crédible. Le greffier et la secrétaire assise devant moi jouent leur jeu. Ils sont les véritables personnels de la Westminster, ils n’étaient pas à la Old Bailey ni à la Woolwich Court, je les ai vus participer à des audiences d’autres cas qu’Assange, l’année dernière. J’ai l’impression qu’ils en ont assez du jeu. Edward Hamilton Fitzgerald est arrivé avec l’assistante de Gareth Peirce. Les journalistes sont assis au dernier rang dans la salle d’audience derrière les avocats. C’est alors que je remarque qu’il est 14 heures passés et que… Julian Assange est déjà sur la video ! L’écran était déjà allumé et tout est beaucoup plus informel qu’avant. Pas d’annonce « officer Belmarsh », ni de panneau « HMP Belmarsh » au -dessus de la tête du captif. Malheureusement je ne peux rien voir sur l’écran de droite étant trop près tandis que l’écran de gauche se trouve très loin de moi. En plus, l’image ne montre que la moitié de l’écran, elle est donc aussi petite qu’à la Old Bailey. Je suis énervée, ils ne se fatiguent même plus le décor.

Julian Assange est assis sur un canapé marron ou rouge sombre. Je le regarde attentivement. Il a les cheveux blancs un peu longs, je ne vois pas assez son visage pour dire s’il a une barbe ou pas ni comment sont ses yeux ni l’expression de son visage. Je me concentre donc sur ses gestes, je m’en imprègne. Il porte une veste marron mal ajustée et un pull gris. On ne le voit que jusqu’à la taille. Il a les mains croisées devant lui, la tête baissée. Dans la salle pendant ce temps on teste les micros pour la « conference link » téléphonique qui ne marche jamais. John Shipton regarde Assange d’un air impassible.

J’observe les gestes de Julian Assange. Il regarde à droite en tournant la tête. Il baille. Puis il passe sa main dans ses cheveux comme s’il voulait se coiffer. Il sort des lunettes et les met sur son nez. Il tient une feuille de papier à la main qu’il parcourt. Un jeune procureur arrive et salue Edward Fitzgerald. Les deux hommes se serrent même la main et entrent dans une discussion à voix assez haute ou il est question de délai pour les documents. La secrétaire discute avec une jeune femme interprète des Slovaques ou des Polonais qui vient se faire enregistrer auprès d’elle. Je regarde encore Julian Assange et il s’écoule encore bien 10 minutes. Je pense que ses gestes sont plus vifs, plus naturels que l’année précédente, en novembre décembre quand il était visiblement sous médicaments modifiant le comportement. Il a l’air plus à l’aise quand il lit, écrit ou touche son visage de sa main… Je reconnais la grâce particulière de sa gestuelle, celle qui le caractérise quand il est en forme. Je demande à John Shipton s’il voit bien l’image car je crains que de là ou il est assis il ne peut pas percevoir grand-chose. Sa réponse est inaudible.

Alors, je remarque que la porte de derrière est entre-ouverte sur une lumière. Le greffier sort et revient suivi de… deux juges!  Celui qui jouera le rôle de juge est un homme assez imposant, les cheveux gris bouclés, possiblement d’origine indienne ou pakistanaise. Je me rappelle qu’il était le juge de l’après midi du 13 janvier. A côté de lui une jeune femme mince porte une robe noire et un hidjab à la mode pakistanaise. Elle fait tomber le voile sur le dossier de sa chaise quand elle s’assied. Alors tout va très vite. Le brouhaha du début d’audience se calme et Fitzgerald demande son délai pour la « submission of evidence », le dépôt de preuves. Si je comprends bien le rapide dialogue, la date limite du 16 est repoussée au 26 novembre. Le juge prononce la date et le procureur acquiesce à ce qui a été de toute façon convenu d’avance.

Brusquement Edward Fitzgerald a l’air de réaliser qu’il faut demander son avis à Assange. Il demande à ce que le juge s’assure que M. Assange a bien compris : il se tourne même un peu vers la video ou se tient Julian Assange. Le juge a l’air d’en avoir encore plus marre que les autres acteurs de la cour, il se tourne vers Assange qui comme mécaniquement prononce d’une voix hésitante « Julian Assange » et « 3 July 1971 ». Sa voix est très basse, mais il faut dire que je suis très loin de lui… Le juge dit distinctement mais toujours avec cet air de vouloir en finir « you remain in custody » jusqu’au 26 novembre. Il rajoute une phrase sur une conférence online avec Assange. Alors, tout le monde se lève, les journalistes, les secrétaires et se précipite pour sortir. John Shipton et Rebecca Vincent partent aussi.

Moi je reste tant que Julian Assange est encore là. Alors l’avocat Fitzgerald parait se rappeler qu’il manque encore quelque chose. Il demande au juge « pouvez vous vous assurer que M. Assange a entendu » ? Il se tourne vers la video dont l’image reste figée. Julian Assange n’est plus online. Alors son avocat sort de la pièce. Je suis excédée par le théâtre, je sors du box et je me dirige droit vers le juge et sa collaboratrice. J’ai l’impression qu’ils me regardent un peu ironiquement. Arrivée à 2 mètres de leur estrade je me présente, je dis que je représente une association française de défense des droits de l’homme et que je n’ai pas compris ce qui se passe, qu’est ce que la conference online. L’homme me répond calmement que le « call over hearing » est tous les 28 jours car on ne peut maintenir quelqu’un en détention plus. D’accord, mais qu’est ce que la conference online qui aura lieu maintenant ? Il me répond que c’est juste une rencontre privée entre l’accusé et son avocat. Je le remercie mais avant de partir je lui demande si je peux avoir son nom car je dois faire le rapport pour mon association et aucun nom de responsable n’est affiché nulle part.  Il acquiesce et dit « on vous le dira ». Je sors discuter avec les militantes, toujours dans mes émotions.

Tanweer Ikram, un juge issu de l’immigration proche du pouvoir

Quelques secondes plus tard la secrétaire ouvre la porte et nous rappelle : elle nous dicte le nom du juge, Tanweer Ikram. Je note mais trop tard je remarque que j’ai oublié de demander le nom de sa collègue au voile noir. Les émotions nous toujours des tours, nous sommes humains.

Tanweer ou Tan Ikram était avocat sollicitor depuis 1990 nommé juge magistrate en 2003 par la JAC, la Judiciary Commission, puis district juge en 2009 et senior district juge en 2017. D’origine pakistanaise et de famille ouvrière, Ikram se considère lui-même comme un immigré qui a réussi dans la système par la force de son travail. La communauté pakistanaise en Grande Bretagne fait son éloge comme faisant partie des 101 Pakistanais qui comptent[1]. Examinant son CV on s’aperçoit que bien entendu sa position de situe au-dessus de celle du juge Baraitser. Mais surtout ses décisions ont été décriées comme favorables aux multinationales et au pouvoir politique : ainsi les chauffeurs de taxi londoniens (dont beaucoup sont Pakistanais et Indiens) ont sévèrement critiqué sa décision de prolonger la licence de Uber alors même qu’une gigantesque fraude avait été découverte[2]. Les médias ont rapporté que le mari de Emma Aburthnot, Chief Magistrate et Senior District Judge,  juge professionnelle qui supervise le travail du juge non professionnel Tan Ikram, fut un bénéficiaire de la décision du juge Ikram car il est  lié à un fond qatari qui est un actionnaire de la société Uber[3].

De plus, et c’est important, le juge Ikram parait être proche du système militaro- industriel britannique et américain : il a été juge à la Sovereign Area Base, la base militaire britannique à Chypre. Cette base est la pièce maitresse du dispositif de surveillance des télécommunications et du renseignement en Méditerranée orientale. Située à Akrotiri et Dhekelia, cette base extraterritoriale est un territoire colonial et en tant que telle le peuple chypriote lutte pour sa suppression. De plus, c’est sur cette base qu’est installée le système de surveillance planétaire des télécommunications par satellite, et donc des portables et d’internet, ECHELON. Ce système de surveillance des communications mondiale est dirigé par plusieurs agences de renseignements américaines, dont la CIA et sa présence sur le sol européen n’a aucun fondement juridique. C’est une installation illégale dénoncée par le journaliste[4] Nicky Hager qui a témoigné en 2001 devant le Parlement Européen. Cependant malgré ces révélations, poursuivies encore en 2015 par Edward Snowden, ECHELON continue toujours et sert les intérêts des castes au pouvoir dans nos Etats occidentaux.

Pour Julian Assange, avec le juge Tan Ikram on quitte certes le domaine du théâtre psychologique expérimental cher à la famille Baraister, mais on entre de plein pied dans la politique internationale. Les liens du juge Ikram avec les agences de l’impérialisme britannique et américain et les agences de renseignements de ces deux pays qui gèrent la base à Chypre me font douter de sa capacité à conduire un procès équitable et objectif vis-à-vis de Julian Assange. Surtout qu’il est contrôlé par la juge Arbuthnot[5]. Son attitude d’exaspération face à notre présence pouvait être lié au fait que justement nous sommes toujours là et nous ne lâchons pas la Résistance face à cette oppression qui frappe bien entendu en premier lieu Julian Assange, mais qui s’étend rapidement à toute la société européenne. « UK must resist » au pouvoir des agences de renseignements hors sol et hors contrôle par les peuples : si Julian Assange a bien lancé ce dernier appel le 11 avril 2019, nous le réalisons  aujourd’hui[6] !


[1] https://en.wikipedia.org/wiki/Tan_Ikram

https://www.101pakistanis.com/civil-servants

https://www.judicialappointments.gov.uk/case-study/tan-ikram-district-judge-magistrates-court

https://www.lawsociety.org.uk/campaigns/social-mobility-ambassadors/ambassadors-2015/tan-ikram

[2] https://www.forbes.fr/business/uber-gagne-une-bataille-decisive-a-londres/

[3] https://www.theguardian.com/technology/2018/aug/18/uber-judge-steps-aside

https://www.theguardian.com/uk-news/2019/feb/13/uber-chief-magistrate-alleged-bias-raised-in-court

[4] https://en.wikipedia.org/wiki/Akrotiri_and_Dhekelia

https://en.wikipedia.org/wiki/ECHELON

[5] https://www.judiciary.uk/about-the-judiciary/who-are-the-judiciary/judicial-roles/judges/chief-magistrate/

[6] https://www.republicworld.com/world-news/uk-news/uk-must-resist-a-dishevelled-julian-assanges-final-warning-as-he-was-evicted-from-ecuadors-embassy-in-london-and-taken-into-custody.html

UK Résiste, France Résiste !

Avant de quitter les lieux j’observe les événements qui suivent. Edward Fitzgerald s’enferme dans la consultation room au bout du couloir avec Stephen Toddhunter. Je ne sais pas quel est le rôle de cet homme qui finalement n’a pas siégé dans la salle d’audience mais je le suis pour lui exprimer notre mécontentement que Julian Assange n’était visible que sur la moitié d’un petit écran. Comment nous, association de défense des droits de l’homme, pouvons estimer quel est son état de santé présumé si on ne peut même pas voir son visage ? Ma requête est formulée aimablement, l’homme y répond d’une façon si alambiquée que je n’y comprends rien. Il a d’ailleurs les yeux dans le vide comme hypnotisé. Face à la mauvaise foi que je rencontre de la part des officiels de la « legal team de Julian Assange » depuis un an chaque fois que je pose une question sur les irrégularité du procès, je n’insiste pas et je sors retrouver mes amis que je n’ai pas revu depuis septembre et qui participent maintenant à la manifestation.

Nous quittons les lieux ensemble entre francophones et nous nous dirigeons vers Paddington. Le Frontline Club est illuminé, nous nous asseyons au café Panache qui lui fait face à l’angle de Norfolk place et de la rue Saint Michel – l’archange protecteur qui a vaincu le démon comme me le fait remarquer mon ami John. Ce petit café fait de bons gâteaux et fut mon quartier général en été. L’ambiance est très sympathique, pas de masques ni d’exigence de traçage. Nous discutons longuement, notamment de la dimension quasi christique de l’histoire de Julian Assange, de son identité incertaine et de la disparition de Sarah Harrison que je n’arrive toujours pas à comprendre. Je ne peux m’empêcher de déplorer ce qui se passe en France. Le dictateur Macron vient d’imposer un nouveau confinement, une nouvelle incarcération à domicile de l’ensemble des citoyens français qui se laissent faire. La tension politique monte, je crains de ne plus pouvoir franchir la frontière et venir à l’audience du 26 novembre.

Au café le Panache, St Michael Street, Paddington

Nous sympathisons avec le patron Marocain qui parle français. Il déplore la destruction économique du quartier depuis mars dernier, la disparition de la clientèle de touristes et l’apparition de la criminalité à la faveur de la désertification des rues le soir. J’apprends que le petit Fish And Chips yougoslave en face du Frontline Club a été braqué…Mais surtout il évoque les années fastes de 2010 lorsque « Julian Assange habitait là » et chaque fois qu’il apparaissait, une foule dense de photographes et de journalistes se pressait pour l’événements et restait dans son café faute de place au Frontline Club. Julian Assange était comme une vedette de cinéma qui draine un public considérable et dont l’apparition est toujours profitable aux commerçant locaux. L’homme désigne l’immeuble au 30 Norfolk place, juste à côté du Fish And Chips – Julian Assange y aurait habité au dernier étage et il l’avait vu. Ces parcelles, tout comme le 15 Norfolk place à côté du Frontline Club ou se trouve dans la cour le local du Charity Trust Fronline Club, appartiennent à Paul Economou, un propriétaire immobilier grec important dans le quartier. Je lui raconte la Westminster Court, Julian Assange est toujours à une encablure d’ici, d’une certaine façon mais pas du tout dans les mêmes circonstances.

Devant le Frontline Club après l’audience

C’est alors que mon amie se précipite dehors car elle a remarqué John Shipton en train de pianoter sur son téléphone debout à la terrasse du Frontline Club. Le Frontline est illuminé, mais le client est rare et la belle manager brune aux cheveux courts visiblement yougoslave qui animait le restaurant jusqu’en mars dernier a disparu, remplacée par un jeune homme roux, peut-être Mario Armani l’associé de Vaughan Smith depuis l’année dernière. C’est alors qu’arrive un taxi dont sort Gabriel Shipton l’air un peu perdu. De l’autre coté de la rue je reconnais un homme qui a été la pièce maitresse de la communication autour de la Old Bailey : Nils Ladefoged est financé par la Démocratie and Media Foundation, un financeur majeur du du Center for Investigative Journalism[1]. Il n’est pas étonnant qu’il soit si présent dans le storytelling du projet Wikileaks puisqu’aujourd’hui Joseph Farell, « ambassadeur de Wikileaks » dirige l’entreprise Center for Investigative Journalism Limited (N° de registre 05471322) ainsi que le Charity Center for Investigative Journalism . Les deux structures sont coiffés par un Bureau for Investigative Journalism, lui-même s’insérant dans un Trust du Bureau of Investigative Journalism. Ces structures en poupées gigognes ont été toutes crée par Elaine Potter, une oligarque sud-africaine qui finance ces organisations et une multitudes d’autres via sa fondation Elaine et David Potter Foundation. Un jeune garçon brun est assis dans le taxi. Nous saluons Gabriel et John Shipton qui montent dans le taxi avec Nils Ladefoged et partent. Nous finissons de manger et l’heure de se séparer arrive. Nous nous embrassons et l’émotion m’étreint tellement nous ne savons pas ce que l’avenir réserve à nos pays et nos vies dans la tourmente.

Elaine Potter, la véritable fondatrice du BIJ – CIJ

A Victoria Station je vais dans ma boutique cosmétiques bio préférée acheter l’huile de rose qu’on ne trouve pas en France. Je craque brusquement et je raconte aux vendeuses dans mon émotion toute l’horreur de ce que nous vivons en France, que je suis pas sûre de pouvoir revenir… Les vendeuses sont très gentilles, elles me consolent et me parlent de Dieu d’un air sincère. Si Dieu il y a il me les a envoyé car cela me donne le courage de partir, de prendre le bus dans une Victoria Coach Station transformée en fort retranché anti-corona avec fléchage au sol, masque obligatoire et tout le reste du bastringue hygiénico-sectaire. Le bus pour Paris est à moitié vide. Dans une ambiance de fin du monde quelques familles de migrants se pressent pour rentrer sur le continent.

Quelques jours plus tard Flixbus liquidera ses liaisons pour Londres sine die. Le chauffeur est plutôt cool, pas regardant sur le masque. La traversée par bateau se fait sans problème. La police britannique ne contrôle même plus les passeports à la sortie ! Comme quoi il ne faut pas confondre la propagande corona et la réalité. Une affiche pour le Brexit sur un panneau proche de la gare vante d’ailleurs les aides que les entreprises recevront de l’Etat britannique une fois achevée la délicate opération de séparation de l’ubuesque pouvoir de l’UE. L’image montre une usine métallurgique de pointe avec des ouvriers affairés – est-ce un signe que la nouvelle Grande Bretagne, telle la « Nouvelle Jerusalem » après la guerre, tourne le dos à l’économie exclusive de la mondialisation financière et décide de revenir à une économie de production industrielle ? Il est encore trop tôt pour le répondre, mais c’est un signal important, car c’est la City of London Corporation qui tel un gigantesque cancer gangrène l’économie du continent européen en l’engluant dans une mondialisation capitaliste mortelle pour les peuples. Si le gouvernement britannique a décidé de mettre fin au pouvoir de la City of London Corporation, ses intérêts sont aussi les nôtres. Le « UK Resist » sibyllin de Julian Assange, prisonnier des hommes de la City, voulait-il signifier cela ?

A l’entrée de Paris, nous sommes accueillis par un très long embouteillage composé de voiture de gendarmerie de toute la France venus sur ordre macronesque dans la capitale faire la guerre au peuple. France Résistes – c’est notre cri aujourd’hui !


[1] https://www.thewhistler.org/interview-project.html

Wikileaks as a project of the German Wau Holland Foundation

Financial analysis of « Wikileaks » from 2003 to 2019

This document was written in January 2020. It could not be published right away because of the violent events that started on January 31, 2020: my computer was stolen in Paris for a mafia interested in its contents. From February 24th to 27th I attended the big « trial » of Julian Assange in the public gallery of room 2 of the Woolwich Court. I was sick after these four intense days which revealed many details about the environment of « Wikileaks » and Assange himself.

In March began the planetary madness of the « war against the virus » and the pseudo-sanitary dictatorship that now continues in Europe and the Western world. Today I have seen the presence of the German state in the « trial » that the City of London is organizing to eliminate Julian Assange. But Germany has been part of the « Wikileaks project » from the beginning.

This analysis focuses on the activity reports, financial statements and minutes of board meetings of the Wau Holland Stiftung, a German foundation. It demonstrates the key role of Germany in the « Project 04 Wikileaks ».

The Wau Holland Foundation and Sunshine Press Production, two structures managing the Wikileaks project

The office of the Wau Holland Stiftung 25 Marienstrasse Berlin

On October 25, 2010 a strong and moving meeting took place at the Frontline Club in London: Julian Assange held a conference with Daniel Ellsberg, the famous whistleblower who revealed the crimes of the US Army in the Vietnam in 1971. It is about American crimes in Vietnam and Iraq, the submission of the Western media to war propaganda, the role of citizens who must grab the information revealed to stop these wars. In the end, Daniel Ellsberg expressed concern about the dangers threatening Julian Assange. He then asked how to help him build Wikileaks and offered to make donations. Julian Assange, who within two weeks will be prosecuted by the European arrest warrant issued by Sweden, then mentioned for the first time the legal structures of Wikileaks: the Wau Holland Foundation, a structure under German law, which according to him since July 2010 collects donations from the public that allow Wikileaks[1] to live, and an Icelandic company created just on October 8 that will support the first[2].

It is the Sunshine Press Production, a media company under Icelandic law whose majority shareholder, according to published tax documents, is Julian Assange, and whose shareholders are Kristinn Hrafnsson, Ingi Ragnar Ingasson and Gavin Hall MacFadyen minority shareholders. According to the RSK Register of Icelandic Companies, the « Certificate of Registration » shows that Sunshine Press Productions ehf ID-nr: 611010-0280 is domiciled at Ingi Ragnar Ingason at the address Klapparhlíð 30 270 Mosfellsbæra in Iceland[3]. It is a company that produces films, videos and television programs. It was established on October 8, 2010. The two non-Icelandic shareholders, Julian Paul Assange, Australian, and Gavin Macfadyen, British, obtain on October 20, 2010 from the Icelandic Social Security Office (Bjödskra), the « Kennitala », the Icelandic personal number allowing the opening of a company in this country and giving the right to a definitive social security after 6 months of living and working in this country[4]. It is however not necessary to provide a physical address in Iceland, a referenced mailbox is sufficient and it is a number of mailbox located in the State of Victoria which appears in the documents as the residence of Julian Assange while the address given for Gavin Hall MacFadyen is 34a Moreton Street in Pimlico, London.

Julian Assange’s name in the document is listed as Chairman, but Ingi Ragnar Ingasson and Kristinn Hrafnsson are both « Director » and Gavin Hall MacFadyen is « Deputy Director ». The Certificate Registration also mentions that a majority of the Board of Directors is required for the « signature », the decision making. Julian Assange, in spite of the 94% of the capital shares he owns, does not have the power of decision, he is in fact more of a spokesman than a true leader, whereas the power is legally jointly held by the 4 persons mentioned. Moreover, the associations explaining Icelandic business law to foreign investors warn that in Icelandic law the Icelandic director, even if he is a minority shareholder, has the right to manage the company, to make expenses and to take responsibility in the absence of the majority shareholder domiciled abroad. The Icelandic state protects its citizens and companies and does not allow a foreigner to have decisive power in a structure under Icelandic law.

Sunshine Press Production has been operating until today and therefore files with the Icelandic tax office, the Ríkisskattstjóri Reykjavík, 10 balance sheets of activities from 2010 to 2019 that we have consulted with this institution. The annual balance sheets from 2010 to 2018 are available. The company has activity, income and expenses, with asset figures ranging from the equivalent of 250,000 Euros in 2011 to almost nothing in 2017 before a recovery in 2018. In 2010 Sunshine Press Production owns the equivalent of 131,000 Euros of assets and at the end of fiscal year 2018, the annual meeting of the Board of Directors on August 29, 2019 mentions a profit of the equivalent of 13,000 Euros.

These facts raise several questions. How would Julian Assange have had the freedom to run his business when he is under house arrest in 2011 and 6 months of 2012 and then for 8 years locked up in captivity in the Equator apartment at 3 Hans Crescent Street in London? If the question is asked for the years from January 2011 to April 11, 2019, starting from this date, the answer is clear: Julian Assange being in prison, he cannot exercise his role in his company and therefore a receiver, an administrator of property should have been appointed for the interests of Julian Assange to be ensured. Normally, in European countries, such an independent administrator also ensures that the relationship between the impeded shareholder and his associates remains in accordance with the Law and with the agreement they made in opening the company, i.e. ensuring that Julian Assange is not harmed by his associates.

The document « Upplýsingar með ársreikningi » – « Report of the Board of Directors »of August 29, 2019[5] shows that no such arrangements have been made. Worse, the Board of Directors is meeting as if nothing had happened, while the chairman of the Board and majority shareholder is imprisoned. « The Board of Directors of Sunshine Press Productions hereby confirms the financial statements of the Company for 2018 » with its signature[6]. The Board of Directors approves the accounts, 13,000 Euros in profits, 11,000 Euros in own accounts and decides to allocate the profit to next year’s fiscal year. The Board of Directors mentions the payment of 22,000 euros in salaries. Julian Assange was logically unable to participate in this Board of Directors while in prison. So what is the legal validity of these decisions? Who received the salary money? Did Julian Assange have access to this income? Who makes the day-to-day decisions affecting the operation of this company?

An investigation into these malfunctions is necessary, especially since Sunshine Press Production has been the company that the German Wau-Holland Foundation has contracted out the « 04 Informationsfreiheit – Wikileaks » project since 2014. (Project 04 « Freedom of Information »)[7].

In addition, Gavin Hall MacFadyen passed away on October 22, 2016, although he is mentioned in this most recent document as still being an active shareholder and attending the Board of Directors meeting. His estate should be described in the documents with the name of the person who inherited his shares. A regulation regarding power in the company should have been adopted as of that date. How has Julian Assange been able to look after the interests of his Icelandic company when from October 2016 to May 2017 he is cut off from the world, locked up at 3 rue Hans Crescent and no longer has access to the internet?

The board of the Sunshine Press Production the 29 August 2019 – Assange in prison and Mac Fadyen passed away?

Today the income of this company is his only income and it is vital for his rights to be respected that access to this income is regulated by law.

However, Sunshine Press Production, where Kristinn Krafnsonn is actively working, is not the only supporting structure of the Wikileaks project. The most important structure is the German foundation Wau Holland.


[1] https://www.youtube.com/watch?v=FFDdHMEpqe, 1h.28 to 1h.30 minute. Julian Assange said he funded the Wikilkeaks project with his own money until July 2010.

[2] https://fr.scribd.com/document/341479410/Sunshine-Press-Productions-Ehf-private-limited-company-aka-Wikileaks;

https://www.rsk.is/fyrirtaekjaskra/leit/kennitala/6110100280

[3] https://www.rsk.is/fyrirtaekjaskra/leit/kennitala/6110100280, Certificate of Registration

[4] https://fr.scribd.com/document/341479410/Sunshine-Press-Productions-Ehf-private-limited-company-aka-Wikileaks

[5] https://www.rsk.is/fyrirtaekjaskra/leit/kennitala/6110100280

The documents can be obtained by writing to the Icelandic tax office RSK . We can provide them as proof upon request to us.

[6] Document page 2 « Upplýsingar með ársreikningi »  2019

[7] http://www.wauland.de/media/2014_Jahresbericht.pdf, Annual report 2014, page 1

2003 – 2011 from the beginnings of a small foundation to world celebrity

The Wau Holland Stiftung is mentioned only once publicly on October 25, 2010 and does not reappear in the media narrative around Wikileaks. No journalist has sought to understand what its role in the creation of Wikileaks is. Today, as Julian Assange’s life hangs by a thread and the « process » of his « extradition » to the United States comes to an end in premises belonging to the « Mayor and commonalty and citizens of the City of London »[1], the history of Wikileaks needs to be scrutinized in order to identify those responsible for his situation and thus save Julian Assange from a death foretold, an execution in one of the jails of the Old Bailey or a possible confinement in a psychiatric institution in a faraway country.

I Analyze here the legal documents available on the foundation’s website https://www.wauland.de/de/documents : annual activity reports, reports of the Board of Directors and public financial reports.

The Wau Holland Stiftung (Wau Holland Foundation) is a small foundation created on August 23, 2003 by relatives of computer scientist and hacker Herwart Holland-Moritz, known as Wau Holland, to perpetuate his memory[2]. Wau Holland died in 2001 at the age of 49. He is considered the pioneer of the Internet and was the creator of the Chaos Computer Congress, a worldwide gathering of hackers in West Berlin in 1981. The hackers’ gathering became the Chaos Computer Club in 10 years. The Chaos Computer Club is not an NGO, contrary to what its Facebook page suggests[3], but a nebula of private companies and associations created in 18 cities in Germany, as shown by the Handelsregister, the register of German companies[4]. It is a vast milieu of professionals and activists of new information technologies attracting teenagers and young adults for training and meetings around computers but also for alternative cultural and artistic events[5].

Herwat Holland-Moritz is seen by his relatives as a left-wing man. An article from 2003 presents him as having fought child prostitution and the 2003 activity report[6] of the foundation speaks of a computer project aimed at training for young victims of the war in Kosovo [7]. However, in spite of his aura as a hacker, Wau Holland reputation in German society is not controversial as hackers might be. At the foundation’s launch ceremony in December 2003 at the Chaos Computer Club, Socialist deputy Jorg Tauss, a media and information specialist, praised the deceased[8] . However, despite this media departure, the foundation’s assets are modest: 48,000 Euros invested in investments according to the first report of the Board of Directors in August 2003 [9]. The headquarters are in the village of Guxhagen near Kassel and the foundation’s directors are close relatives of Wau Holland’s family: Ursula Reichhardt, Gerriet Hellwig, Bernd Fix, Winfried Motzkus, Mel Wahl. In December 2003, the foundation was immediately granted charitable status.

Today the Wikipedia file on Wau Holland links films with and about him[10] . However, in spite of my politicised youth in the 80s and the important role that computers played in teaching at my high school in Cologne, I must confess that I never heard of Wau Holland or the Chaos Computer Congress before I discovered their role in Julian Assange’s life. My generation entered adulthood with the use of the Internet and appreciated this freedom. For us, the hacker was certainly the one who, in these times of social regression in the 1990s, opened new horizons of the possible, but this milieu was too marginal for young people who were politicized to understand the importance of its political role as the world fell into chaos with the destruction of the Soviet Union, the end of the two blocs and the beginning of neoliberal globalization. Already in the 1980s, hackers were closely intertwined with the work of the secret services, as the history of the Chaos Computer Club shows.


[1] HM Landregistry N° du titre EGL535175

[2] Stitftungsurkunde vom 19 Dezember 2003,

https://www.wauland.de/media/2003-12-19_Stiftungs-Urkunde.pdf

[3] https://www.facebook.com/pages/category/Nonprofit-Organization/Chaos-Computer-Club-112304185449417/

[4] https://www.handelsregister.de/rp_web/result.do?Page=7

[5] https://events.ccc.de/

[6] https://www.wauland.de/media/2003-10-12_Zitty-Ausgabe21.pdf

[7] „Stiftet Daten“ Die (weltweit) erste Stiftung, die zum Datenspenden aufruft, stellt sich vor », https://www.wauland.de/media/2003-09-08_Stiftungstag.pdf

[8]  https://www.wauland.de/media/2003-12-08_Kongress.pdf

[9] https://www.wauland.de/media/2003-08-23_Stiftungs-Antrag.pdf, Stiftungsgeschäft, 23 aout 2003

[10] https://en.wikipedia.org/wiki/Wau_Holland

2004 to 2006 – Transfer of powers and transformation of the foundation into a political tool

In its statutes published in 2004, the Wau Holland Foundation specifies its objectives: education, open source systems, preservation of the memory of the history of computer science, support for research and creation of new media and consumer protection[1]. The latter category includes political action against government security laws that limit Internet freedom. The 5 Board members elected for 2 years are all volunteers. In the years 2004-2006 the resources of the foundation are still modest but certain dynamics are raising out. In 2004, under the presidency of Ursula Reichhardt, there are 51 540 Euros invested[2] and the 1335 Euros from the annual investments are used[3]. The foundation owns a piece of agricultural land worth 1,500 Euros rented 20.44 Euros per year to a cooperative.

In 2004 the foundation was structured as shown in the minutes of the Board of Directors meeting of November 1st, it launched the project to safeguard the Wau Holland archives and participated in the Chaos Communication Congress Assembly with 5 seminars[4]. In the reports of the Board of Directors, the expenses are the expenses of participation of the members of the foundation in the various political and scientific gatherings of their milieu (Congress, summer camping of the Chaos Computer Club, Easterhegg festival[5]). Office and telephone costs are reduced: 40 Euros per extension[6]. The website is created by students and all media appearances are treated as donations in kind to the foundation. One person makes monthly donations of 255 Euros. Activity reports are kept very strictly. A press release is published on August 11, 2004 in support of the draft law on freedom of information carried by the SPD and the Greens which should allow all citizens to have access to all documents of public administrations[7].

In the years 2004 to 2006 the activity reports are very detailed compared to the period from 2009 to 2016. The renewal of the composition of the Board of Directors began at the Board meeting of July 2, 2005. It was decided to get closer to the Chaos Computer Club and even to co-opt some of the directors of the CCC to the Board of Directors, especially since the Chaos Computer Club donated 10 000 Euros to the foundation which can be considered as a contribution to the capital giving a power of attorney[8]. Winfreid Motzkus became president of the foundation but Ursula Reinhardt remains active, looking out for new partnerships[9]. This is all the more necessary as one of the directors is ill and the last seat on the board of directors remains vacant. Motzkus and Fix return to the original goal of the foundation, the establishment of the « Hacker Archive » to preserve the history of hackers. At the end of 2005, 10,000 Euros were earmarked for the project, which has not yet started[10]. In an article from 2005, the Wau Holland Foundation appears as a left-wing foundation alongside the Rosa Luxemburg Foundation, which is linked to the new left-wing party die Linke, the « Stiftung für Meschenwürde und Arbeitswelt », which is active in the growing alterglobalist movement[11], and the various « women’s foundations » that structured the German feminist movement at the time.

In 2006, the minutes of three Board meetings held every four months and the activity report are available. In these documents, from January 2006, it is a question of enlarging the Board of Directors in order to renew it and the discussion begins on the opportunity to approach the foundations of large private companies to obtain funds: SAP, Siemens, Telekom, Vodafone, Arcor, Versatel, Freenet, etc[12] . The Board meeting of July 29, 2006 acts decision to find candidates for the direction of the foundation with focus on dynamic leaders of the Chaos Computer Club. The two organizations are getting closer: the CCCgmbh (a private company named Chaos Computer Club) [13]is committed to building the Hacker Archive Center by July 2007, while the Foundation will support a donation campaign for the CCC 2006 annual congress [14].

Handelsregister with the Chaos Computer Club business companies in Germany

Andy Müller Maghun then appears for the first time in the documents of the foundation. He is mentioned there together with Tim Pritlove, professional manager of the Chaos Computer Congress. In 2006, Müller Maghun took over the responsibility for the management of the « Gross Spenden » (« large donations ») at the Wau Holland Foundation under the name of « Andy » at the suggestion of the Chaos Computer Club, of which he is a historical founder[15]. At the board meeting of 28 December 2006, held not in Guxhagen but in Berlin, two of the foundation’s leaders of the older generation were removed: one died and the other resigned. Two thirty year old fellows joined the Board of Directors: Jens Ohlig from Bonn and Hendrik Fulda from Hamburg. Together with « Andy » and Bernd Fix, they will initiate Wikileaks in 2008.

Jens Ohlig is an IT developer linked to the Wikimedia project[16] . Hendrik Fulda comes rather from a political background: he is a biologist and was a candidate in the parliamentary elections in 2005 on the Green list[17] with a socio-liberal program oriented towards the interests of small businesses and the improvement of daily life according to the liberal-ecological model.

Jens Ohlig and Hendrik Fulda [18]support the president of the foundation in media work, donation campaigns, cooperation with the CCC and the management of the website. The address of the Chaos Computer Club Gmbh at 11 Marienstrasse in Berlin will be used as the foundation’s mailing reference. Immediately a new breath of fresh air sets in and new projects emerge. Tim Pritlove, who managed to raise 30,000 Euros for the CCC Congress in December 2006, is charged with continuing the work for the foundation, while being paid by his organization, the private company CCC Veranstaltung Gmbh.

Tim Pritlove, artist, computer scientist and radio host is also an alumnus of the Chaos Computer Congress, of which he is the main organizer as managing director of the CCC Veranstaltung Gmbh Congress organizing company. He is the manager, the media handler, the fundraisers handler that allow the hacker community to structure itself and carry political weight.

The Chaos Computer Club indeed plays a political role in Germany. Contanze Kurz, computer scientist and academic, current spokesperson for the Chaos Computer Club is also a politician who has her say in the Bundestag committees working on data protection, electronic voting, security laws. She has been an advisor to the German Constitutional Court on anti-terrorist laws issues and state surveillance of theInternet[19].

As early as 2005, the Board of Directors of the Wau Holland Stiftung had already proposed that the foundation directly manage the Chaos Computer Club Congress. The old leaders wish to study the partnership from a legal point of view, but the new and younger leaders present new projects without worrying about the forms. In 2006 the Hacker Foundation of California with its Tor project appeared as a useful partnership and investment for the foundation[20]. The foundation’s old goal « History of German Hackers » seems to be overtaken by new opportunities even though a budget is provided and a realization schedule is published.

Curiously, the arrival at the controls of the new generation coincides with the impoverishment of the documentation. The annual report at the end of 2006 no longer gives the exact amount of the foundation’s capital and the changes so important for the year are written in a few sentences[21] . The Wau Holland Foundation will therefore have some problems with the tax authorities, since the filing of annual reports is a legal obligation.

It seems that the new generation of managers, who are also experienced members of the « Hackers Szene », including Müller-Maguhn, Fix and Pritlove, have succeeded in a form of takeover bid on a small structure set up by the direct heirs of Herwart Holland Moritz. They will now be able to use it for large-scale projects that do not always coincide with the stated aims of the historical foundation.


[1] « Verfassung der Wau Holland Stiftung » – 1 Janvier 2004 ; https://www.wauland.de/media/2004_Stiftungs-Verfassung.pdf

[2] https://www.wauland.de/media/2004-01-11_Konstituierende-Sitzung.pdf 4

[3] https://www.wauland.de/media/2004_Jahresbericht.pdf;

Annual report 2004

[4] op.cit ttps://www.wauland.de/media/2004_Jahresbericht.pdf

[5] https://www.wauland.de/media/2004-12-27_Vorstandssitzung.pdf

[6] Op.cit.

[7] https://www.wauland.de/media/2004-08-11_Pressemitteilung.pdf

[8] https://www.wauland.de/media/2005-07-02_Vorstandssitzung.pdf

[9] Op. cit, « What’s the Hack » in Boxtel

[10] https://www.wauland.de/media/2005_Jahresbericht.pdf

[11] https://www.wauland.de/media/2005-12-03_FR.pdf

[12] https://www.wauland.de/media/2006-03-18_Vorstandssitzung.pdf

[13] https://www.handelsregister.de/rp_web/result.do?Page=7

[14] https://www.ccc.de/en/

[15] « Es wird beschlossen, dass die Akquise von Gross-Spenden durch Andy und Tim vorgenommen wird; dies wurde so vom CCC vorgeschlagen »   https://www.wauland.de/media/2006-07-29_Vorstandssitzung.pdf

[16] https://conference.timemachine.eu/index.php/speaker/jens-ohlig/

https://www.johl.io/

https://diff.wikimedia.org/author/jens-ohlig/

[17] https://www.wen-waehlen.de/kandidaten/hendrik-fulda_1856.html

[18] https://www.wauland.de/media/2006-12-28_Vorstandssitzung.pdf

[19] https://de.wikipedia.org/wiki/Constanze_Kurz

https://fahrplan.events.ccc.de/congress/2019/Fahrplan/speakers/1630.html

[20]  Eine Zusammenarbeit mit der Hacker Foundation aus Kalifornien wird möglichst  noch während des Congresses ausgelotet. Das Tor­Projekt hat angefragt Spenden über  die Stiftung abzuwickeln. ». Vorstandsitzung des 28.12.2006, op.cit

[21] https://www.wauland.de/media/2006_Jahresbericht.pdf

Years 2007 to 2009 – implementation of the 04 Wikileaks project in the Wau Holland Foundation

Andy Müller Maguhn and Bernd Fix of the Chaos Computer Club as project leaders and promoters of the project Wikileaks

It is a pity that for the years 2007 to 2009, which are crucial in the run-up to the Wikileaks project, the Wau Holland Foundation’s activity reports are sketchy and very brief. Nevertheless, the generational changes are formalised and the new leaders are given substantial powers. At the board meeting of 27 December 2007, now held annually instead of quarterly, Hendrik Fulda becomes vice-president behind Motzkus, and Jens Ohlig the press officer. After the departure of Ursula Reichhart, who had made it possible for them to join the foundation, they decided not to co-opt anyone on the board and to keep Bernd Fix as the fourth member, which favours, as in any organisation, a high concentration of power.

It was then that the name Wikileaks appeared for the first time in the « Others and perspectives » section[1]. The project is presented as an international initiative in the same way as the Hacker Foundation. Julian Assange first came to the Chaos Computer Congress in December 2007 with Daniel Domscheit Berg as Wikileaks. He may even have come to the CCC summer camp after his stay at the World Social Forum in Kenya in January 2007. The video cannot be found on the internet but this presence is mentioned in the videos of the CCC Congress in 2008 and 2009[2].

Bernd Fix and Andy Müller Maguhn appear to be the masterminds of the Chaos Computer Club, so it’s no wonder they end up taking over the Wau Holland Stiftung. They are not newcomers but old backpackers from the German « Hacker Szene ». Both have been friends and close friends of Herwart Holland Moritz. Bernd Fix’s aura is sulphurous as he is known as the creator of the first computer virus called after him Fix and used by NATO in 1988 to attack the computer systems of the declining Soviet Union. Fix defends himself against this, saying his idea was stolen after he left the university, but doubts remain about the known involvement of the German secret service in the hacker community in the late 1980s[3].

Bernd Robert Fix in 2018

Bernd Fix is still in the Chaos Computer Club, he is also the director of the Wau Holland Foundation since its creation and close to the CIJ, the Center for Investigative Journalism and its sponsors such as the American David and Elaine Logan Foundation[4] . Bernd Fix’s videos show an analyst with a global vision and thinking on politics[5]. It is very difficult to find evidence of his relationship with Julian Assange, these links remain hidden, except for the press conference on 24 November 2011 at the Frontline Club where the leaders of the 04 Wikileaks project show up the one and only time with their employee[6]. In 2013, the Swiss women’s magazine « Annabelle » presented him as a member of the board of directors of the Wau Holland Stiftung, the organisation that pays « Assange’s salary« [7].

Andy Müller-Maguhn is known to have been a « friend » of Julian Assange, he was then spokesman for the Chaos Computer Club and an already historic leader. He was handling media communication and is a historic player in the creation of the internet. He is therefore very prolific on the internet while remaining quite secretive about his concrete personal and professional life. His official biography says he was born in 1971, so he would be the same age as Julian Assange but we don’t know his region or his background. His date of birth is just as questionable as Julian Assange’s: when some sources mention him as the creator of the Chaos Computer Congress with his friend Herwart Holland Moritz in 1981, he would then be 10 years old. The relationship that an adult like Wau Holland would have with a 10-year-old child could easily be described as abusive: if his date of birth is 1971 and he joined the Chaos Computer Club in 1986, he would be 15 years old at the time, and as a minor it is surprising that the very conservative West German society has allowed an adult to embark a minor on the illegal adventure of computer intrusion. Hackers, middle-class youngsters from broken homes, enter hacking between the ages of 11 and 16. It is not surprising that the Bundesnachrichtendienst is interested in the presence of minors in these illegal activities: it would be interesting to check whether the Jugendamt, the youth welfare office, was also interested then and did its job.

Andy Müller-Maguhn

Andy Müller Maguhn is therefore known for his activity as a hacker in the Chaos Computer Club since the 1980s without any particular intrusion being attributed to him. In 1995 he founded an IT security company, DataReisen Bureau, which is still located at 11 Marienstrasse in Berlin next to the Chaos Computer Club offices. Although he does not appear to be a graduate of a German university, he was elected in 2000 at the age of 29 as a member of the ICANN, the Internet Corporation for Assigned Names and Numbers, a United States structure dependent on the US Department of Commerce, which allocates domain names for websites all over the world[8]. In 2003 he was a member of the Board of European Digital Rights, a European network of NGOs lobbying the EU authorities for internet freedom[9]. In 2006, as a spokesman for the Chaos Computer Club, he was co-opted to the Board of the Wau Holland Stiftung and officially became its president in 2016. Today he is still the « second » president of the the Foundation while administering the Center for Investigative Journalism, the journalism training facility created by Gavin MacFadyen, Julian Assange’s other mentor[10].

He is often questioned about the Chaos Computer Club scandals, in particular the violent deaths of two young hackers active in the hacking milieu and who are possibly alleged to be victims of murder: Karl Koch in 1989 and Boris Floricic in 1998. It is curious to learn that he took the German media to court in 2006, in particular the collaborative site Wikipedia, to ban them from publishing the full name of Boris Floricic on the pretext of safeguarding his memory. For an activist for transparency and internet freedom one would have expected a more tolerant attitude towards the freedom of journalists to investigate suspicious cases[11].

The Chaos Computer Club, a nebula of networks, clubs and private computer companies organising and promoting hacking, was created within German left-wing circles by Wau Holland in 1981, Bernd Fix and the then 15-year-old (?) Müller Maguhn. The participation of young single boys with no visible parents in these political operations of computer intrusion and the laxity of the youth protection system in dealing with this phenomenon is one of the points that have always surprised me in this case. It is as if society and the Western states (West Germany, the United States, Great Britain) found it normal that children aged between 11 and 16 years old should be recruited into these operations of political-police manipulation and shamelessly used by adult men without society being able to oppose them. The book by Julian Assange and Suelette Dreyfus, published in 1997 and 2001, tells fragments of the stories of these boys in Europe, the United States and Australia in the early 1990s in a romanticized form (Assange, Dreyfus «  Underground, the Tales of Hacking, Madness and Obsession on the Electronic Frontier », Reed Books Australia 1997 and William Heinemann 2001 ).

The Bundesnachrichtendienst (BND), the West German secret service, has been interested from the start to control the milieu of hacking and settles the RAHAB project, which aims to use the skills of these influenceable young people to test the reliability of Western computer networks and also to attack enemy computer systems, those of the Soviet Union. Documents suggest that the members of the Chaos Computer Club have been of direct utility to the West German secret service, which would not be surprising – the beginnings of computer science coincide with the new phase of the Cold War, which ended with the defeat and disintegration of the Soviet Union in 1991. That the BND sought to exploit the skills present on German soil for the defence and expansion of Germany is fitting.

In 1985 the young hacker Karl Koch and 5 of his colleagues from the Hannover group who specialised in hacking VAX/VMS servers were approached by the KGB and immediately trapped by the BND. In the same year Bernd Fix demonstrated at the University of Heidelberg his « Fix » virus capable of attacking the large IBM370 mainframe systems used by the majority of the world’s computerised companies at the time (banks, insurance, railways, airlines and health systems). The Soviet Union acquired several IBM mainframe systems in 1987, allowing the BND and the NSA to directly penetrate its computer system via the « Fix » virus. In 1987, several managers of Western military and IT companies were arrested in Germany and accused of handing over VAX and IBM mainframe secrets to the Soviet Union.

The young hackers of Hannover, all linked to the CCC, were arrested in 1987[12]. Karl Koch is said to have accepted collaboration with the BND under pressure from the agents at the beginning of 1989. The recruitment of this 23-year-old young man into the war of the secret services was fatal to him: his body was found burnt on 1 June 1989. Karl Koch is said to have tried to integrate into society by working as a driver for a CDU deputy who tried to protect him (or who used him). The loneliness of a young man in the face of the overwhelming political system and the lack of support from his home environment are blatant. The media already exploited the hacker’s fragility in order to better sell his image associated with sensationalist hacking « storytelling »: two journalists from the North German Rundfunk offered Karl Koch a large sum of money in April 1989 in exchange for « a live hacking show »[13]. The ingredients are already in place in 1989 to sell a story similar to « Wikileaks » and allow the mainstream media to make money immediately just as they will make a lot of money with Julian Assange’s face and story for years and up to the present day.

Bild von Computer Hacker karl Koch/ Sendung: Magazin 524-2/ Prod.-Nr.: 98.1311/ Sendedatum: 10.01.1999/ Titel: KGB-Hacker

Since then Karl Koch has become a kind of morbid legend of the Chaos Computer Club without ever getting justice. Several of his friends demanded an investigation into the reasons for his death (he was an orphan), but the Chaos Computer Club did not support their demand. No serious investigation was carried out and Andy Müller-Maguhn, who must have known him in this small milieu, states in several CCC videos that psychiatric problems would have overcome the 23-year-old. Just like today, psychiatric problems would have pushed Julian Assange to commit suicide. Of course, it is not Andy Müller Maguhn who is saying this, but Stella Moris who is declaring it as a fatality on all the media, instead of calling for the release of his alleged companion, Julian Assange, in the name of the 2016 UN Ruling demanding his release, compensation and safety in a country of his choice.

However, Stella Moris, with her uncertain identity (she also calls herself Sara Gonzalez Devant or Sara Smith Robertson) makes the repeated announcement of Julian Assange’s suicide in prison to resonate cruelly with Karl Koch’s alleged suicide and the statements about his alleged insanity made by Andy Müller Maguhn at the time of the events.

Andy Müller Maguhn is in fact the first person liable to the publication Project « 04 Wikileaks », as we shall prove in this analysis. If Julian Assange is suicidal, why doesn’t he do everything in his power to prove the innocence of his employee Julian Assange by assuming his responsibilities as a boss in the face of justice? Why doesn’t Stella Moris urge him to do so? If she is Julian Assange’s girlfriend, she knows necessarily that he is no more than the project manager of the Project « 04 Wikileaks », the « Creative director » of the editing of the movie « Collateral murder » and that he therefore has no criminal responsibility. Decidedly, the story of the Chaos Computer Club looks like a bad thriller where crazy hackers, or driven to madness, always end up committing suicide. The Chaos Computer Club likes legends but not really transparency about the fate of its most politically exposed members.

Suspicious deaths are common in the history of both Wikileaks and the Chaos Computer Club. For Wikileaks we can list Seth Rich, Adrian Llamo, Michael Ratner, John Jones, Michael Hastings, Arjen Kamphuis… After Karl Koch it is Boris Floricic’s turn to be a victim of politics within the Chaos Computer Club. This German hacker of Croatian origin (as his name suggests) was involved in hacking Deutsche Telekom’s SIM cards. He was found hanged dead in 1998 at the age of 26 in Berlin, and despite his family’s request, the police did not investigate. Yet the hacker community knows how closely their hacking activity is intertwined with the politics and actions of the secret service. At the time Germany was involved in the war against Yugoslavia through its support for Tudjman’s new Croatian fascist regime. The Yugoslav company Iskra was a serious competitor of Deutsche Telekom and Siemens in Eastern Europe.

Moreover, it was Siemens that took over what was left of the pieces of Iskra after it was dismembered in 1992 by the Croatian regime, which was friendly to the newly reunified Germany and expanding in Europe. Is there a link between the war in Yugoslavia, the policies of Deutsche Telekom and Siemens in Croatia and the death of the young hacker? We don’t know, and that’s a great pity. It is not Andy Müller-Maguhn, the leader of the Chaos Computer Club and future boss of Julian Assange, who will enlighten us: summoned from time to time to explain himself publicly about the probable assassinations in his organisation, the man evacuates these questions by this fatalism « we can do nothing ». These sentences « That’s the way it is, that’s the life » are so convenient to serve today to demobilize in the case of Assange’s execution[14]. It is true that the absence of a real judicial enquiry means that Andy Müller-Maghun never has to seriously explain himself. The negligence of the German State in the face of the suspicious death of young men in the prime of life leaves a doubt about the will of this State to shed light on the reality of the way its hackers operate.


[1] 7. » Verschiedenes und Perspektiven In Zukunft soll eine noch engere Zusammenarbeit mit dem CCC e.V aber auch mit internationalen Initiativen wie der Hacker Foundation oder Wikileaks erfolgen. », https://www.wauland.de/media/2007-12-27_Vorstandssitzung.pdf

[2] https://media.ccc.de/v/26c3-3567-en-wikileaks_release_10#t=1365

[3] https://hoi-polloi.org/~brf/rahab.html

[4] https://www.youtube.com/watch?v=GIG-TFmuke0

[5] https://www.youtube.com/watch?v=CP0Dd4N_bAE

[6] https://youtu.be/2YPaxLP3hFw

[7] https://hoi-polloi.org/~brf/media/2013-04-01_annabelle.pdf

[8] https://en.wikipedia.org/wiki/Andy_M%C3%BCller-Maguhn

[9] European Digital Rights (EDRI) https://edri.org/our-work/edrigramnumber13new-edri-members-2003/

[10] https://tcij.org/person/andy-mueller-maguhn/

[11] https://en.wikipedia.org/wiki/Tron_(hacker)

https://berlin.ccc.de/~andy/CCC/TRON/wikipedia/erklaerung.html

https://www.welt.de/wirtschaft/webwelt/article192456/Wie-ein-toter-Hacker-wikipedia-de-lahmlegt.html

[12] https://www.afcea.org/committees/cyber/documents/impactofbndprojectrahabandccconthefutureofcomputer-networkmediatedespionage-cuckooseggpreque.pdf

[13] http://networkclan.de/pdf/KarlKoch.PDF

[14] https://psychedelicdungeon.wordpress.com/2010/09/15/wikifreaks-pt-4-the-nerds-who-played-with fire/?fbclid=IwAR2OojVdb4JsBctnZ5eanwrmrJkUa8seF9nboaKbfLLZPlWldynpppRdEOA

Financial and legal opacity in the implementation of the Wikileaks project in 2007-2009

Henrik Fulda appears in the official documents of Wau Holland’s Board of Directors as an active manager: he takes care of contacts with authorities, banks, accounting and manages the media coverage together with Ohlig. Communication is becoming more and more important in the work of the foundation in order to bring in donations. The lack of financial reports for 2005 and 2006 has attracted the attention of the tax authorities and Fulda has to do the accountability of 3 years, find a tax consultant and negotiate with the tax authorities. In the documents from 2007 there are no figures given this year for 2007 which is unusual for a German organisation. Just the annual report of the Board mentions a few thousand Euros for the successful donation campaign against e-voting and participation in an international campaign for the Tor Project[1]. The activity report is no more talkative: while the figure of 63,000 Euros is given for the capital of the foundation, no figures are given for the donation campaigns.

When the Wau Holland Foundation decided to include Julian Assange’s action in its activities during 2008, the foundation’s reports are strangely brief, as if it were necessary to conceal something. For 2009, when the Wikileaks project is taking off, the minutes of the Board of Directors are no longer public. At the board meeting of 27 December 2008 Hendrik Fulda became treasurer and therefore has full authority over the bank accounts where the donations arrive[2]. One sentence sums up the new policy of the directors: apart from the campaigns to collect donations for the Tor search engine and against electronic voting, it was decided to make it become a convergence tool for the various projects in the Chaos Computer Club milieu and to advertise them directly as soon as these projects are in line with the statutory objectives of the foundation[3]. This will be the case for Wikileaks even if the report sends Wikileaks in half a sentence under the heading of « Others and perspectives, cooperation with international initiatives such as Hackers Foundations USA or Wikileaks »[4]. Julian Assange is not even mentioned as the major promotor of « Wikileaks », even though a few days earlier he had just made a very well-attended and applauded speech at the Chaos Computer Congress on the political possibilities opened up by the freedom to publish leaked documents on the internet[5]. The leaders of Wau Holland find it very difficult to communicate about the money received from citizens: in the 2008 activity report, instead of the sum next to the word « donations received » there is not a figure, but « XXX » [6].


[1] https://www.wauland.de/media/2007-12-28_Vorstandssitzung.pdf

[2] «  1. Neu-Verteilung der Vorstands-Aufgaben Mit Wirkung zum 1.7.2008 übernimmt der stellvertretende Vorsitzende H.Fulda die Aufgabe des Schatzmeisters von B.Fix. Der neue Schatzmeister erhält dazu alle Unterlagen sowie die Berechtigungen für die Stiftungskonten (Banken, PayPal). », Vorstandssitzung Protokoll vom 27.12.2008,

https://www.wauland.de/media/2008-12-27_Protokoll.pdf

[3] « Es wird beschlossen, neben den Aktionen „Tor-Netzwerk“ und „Wahlcomputer“ weitere Spendenaktionen aus dem CCC-Umfeld zu fördern und als Anlaufstelle für Sammelprojekte zu fungieren. Dafür wird die Stiftung durch direkte Kommunikation in Projekten werben, die sich in Übereinstimmung mit der Stiftungssatzung engagieren », op. cit.

[4] Verschiedenes und Perspektiven In Fortführung der bisherigen Ansätze soll auch in Zukunft  eine noch engere Zusammenarbeit mit dem CCC e.V, aber auch mit internationalen Initiativen wie der Hacker Foundation (USA) oder Wikileaks erfolgen. » op.cit.

[5] https://media.ccc.de/v/26c3-3567-en-wikileaks_release_10#t=492

[6] « Im laufenden Jahr 2008 hat die WHS Spenden in Höhe von € xxxx erhalten, davon xx % für ausgeschriebene Spendenprojekte. » ; Page 1, https://www.wauland.de/media/2008_Jahresbericht.pdf

Does the Wau Holland Stiftung run « Wikileaks » and is it responsible for it?

At the CCC summer camp in summer 2009 Julian Assange and Daniel Domscheit Berg, who is a member of the Berlin Chaos Computer Club, present Wikileaks as a political project, idea and data security technology[1]. In October 2009 Julian Assange presents Wikileaks at a conference in Malaysia [2] and in December 2009 he returns to Europe to work with Daniel Domscheit Berg. The Board report of 28 December 2009 is only half a page long but mentions this important decision in the section « present and future donation campaign »: « « In August 2009 it was decided to support the Wikileaks project by setting up a donation portal and especially by enabling easy donation from abroad via internet payment services. »[3]

« Fördern » is in the German language much more precise than « promote ». It is a question of subsidising by actively taking care of it and ensuring its realisation. In the culture of NGOs it is the English word « to implement » which best captures the complex relationships of responsibility and power that are often established between « unequal partners ». German public and private foundations have a strong, structured political history and practice that goes back more than 60 years. Political foundations, which set the example, are financial powers in the hands of parties and the state, as researcher Dorota Dakowska has analysed[4]. According to the principle of subsidiarity, it is not uncommon for private foundations, associations or churches to subcontract the implementation of state policy on an international level[5]. When a German foundation decides to « fördern » it is not to serve as a simple post office box to collect money, contrary to what Julian Assange said and perhaps thought in 2010.

The official reports of the Wau Holland Stiftung do not mention who was the decision-maker in the implementation of the Wikileaks project, nor how the decision was taken to collaborate with Julian Assange and Daniel Domscheit Berg, nor what legal and practical form this collaboration took. The reports are singularly unclear, which contrasts with good practice in Germany in the NGO sector and the political foundation sector. Knowing that each action of a political foundation must give rise to a report mentioning the names and qualities of the participants, it is very surprising and very detrimental to the public interest that in a project as important as « Wikileaks », which will stir up more than 1 million euros per year in 2011 and occupy media space for 10 years, it is not possible to know who decided to launch it, which german Wau Holland manager is liable to it and what freedom Julian Assange had or did not have in his work with the Foundation. Today, Julian Assange is the ONLY person being prosecuted for the « 04 Wikileaks project », which was a project carried out by a structure under German law, under the responsibility of the leaders of this structure, German citizens. Why should Julian Assange have to pay instead of them? Moreover, the European citizens who gave their money for « Wikileaks » are entitled to know who spent their money and for what. The German state should also take a closer look at the too vague annual reports of the Wau Holland Foundation.

We also do not know what role Daniel Domscheit Berg played in the setting up of the Wikileaks project within Wau Holland, as he was very prolific in the media after his argument with him in the summer of 2010 about the character of Assange, but less so about his relationship with the Wau Holland Foundation. We have just learned from a online chat that Domscheit Berg’s relations with Andy Müller Maguhn are so bad that Maguhn is accused of having chased him out of the Chaos Computer Club[6]. The power relations between the protagonists of this story are nevertheless important for Julian Assange’s life, which will be turned upside down in the summer of 2010 with the legal proceedings against him. The power relationships between Müller-Maguhn, Fix, Fulda, Ohlig from one side, Assange and Domscheit-Berg from the other side, in 2008 and 2009 have indeed determined the project contract that Julian Assange will sign with the Wau Holland Foundation on 21 December 2010 as « Project Manager » (« Projekt Leiter ») on the foundation’s 04 « Wikileaks project ». In my opinion, this contract will sign a subordination agreement with the foundation that relieves him of legal responsibility related to the Wikileaks project. Julian Assange should not be held responsible for the publications of this project by the Wau Holland Stiftung. Therefore, the extradition request of the US government against the person responsible for publishing the site’s documents should be made against the german leaders of the Wau Holland Stiftung.

In 2009, the directors of the Wau Holland Stiftung thus transformed the small foundation into a cash generating machine to carry out fearsome political actions such as the publication of hundreds of encrypted US government documents transmitted by whistleblowers from 2010 to 2016 to the platform with the domain name www.wikileaks.org. The foundation is still today the strategic instrument of communication campaigns to raise donations from the public for various projects. But as « fördern » it is not just about paying, but also about co-creating, supporting and ensuring that it is carried out, the more Julian Assange’s social vulnerability increases, the more the foundation’s control over the supposed « creator » of the Wikileaks portal will increase. The objective conditions under which the contracts were signed are as crucial as the term of the contracts in determining what « Wikileaks » actually is and who should bear the legal responsibility for the project via the public and the law. In my view, from reading the existing documents, it seems clear that Julian Assange should not be liable to the Wikileaks project activities carried out through the German Wau Holland Stiftung. The leaders of Wau Holland should be prosecuted instead.

It is also worth mentioning that John Shipton, as the head of the US company Dynadot based in California is the owner of the domain name www.wikileaks.org, while Julian Assange[7] is not. Light should be shed on the links between John Shipton and the Germans running the « 04 Wikileaks » project within the framework of the Wau Holland foundation.

The audit of the « Wikileaks project » has been required by citizens and has not been carried out, but it is now urgent that it be ordered by the courts, given the political, legal and financial stakes involved. The public has the right to know what « Wikileaks » really is and who has spent their donation money.

In 2009 the Wau Holland Foundation reports for the first time the amount of donations without specifying whether they are for the Tor project or Wikileaks: 17,801.71 Euros. However, under the heading « Project and activities » the sentence « The Wikileaks project was included as a new funding project in August 2009 » (« Das Projekt Wikileaks wurde im August 2009 als neues Förderprojekt aufgenommen ») is signed by Winfried Motzkus, president of the Wau Holland Foundation. It proves even more that Julian Assange is not the only one who should be responsible for the Wikileaks project[8].


[1] https://www.youtube.com/watch?v=Pt4Z9-cZlZU; https://www.youtube.com/watch?v=HAtFjT_W6Gc;

https://www.youtube.com/watch?v=FGUPCvfw97o; https://www.youtube.com/watch?v=xMtAL4DmeFQ;

[2] https://www.youtube.com/watch?v=xpWo1_-QI6Y

[3] « Im August 2009 wurde beschlossen, das Projekt Wikileaks zu fördern, indem wir ein Spendenportal einrichten und speziell auch über Internetbezahldienste das einfache Spenden aus dem Ausland ermöglichen. », Vorstandssitzung Protokoll des 28.12.2009 ; https://www.wauland.de/media/2009-12-28_Protokoll.pdf

[4] Dorota Dakowska « Le pouvoir des fondations, des acteurs de la politique étrangère allemande ». Presses Universitaires de Rennes, 2014, (« The power of foundations, actors of German foreign policy »)

http://pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3468

[5] Brot fur die Welt, a Protestant association, thus organised and subsidised the World Social Forum in Tunisia in 2013 and 2015 within the framework of a contract with the German Ministry for Cooperation and the Friedrich Ebert Foundation, see Monika Karbowska « German foundations, an instrument of a particular imperialism in a globalised world »;

https://m.facebook.com/notes/wikijustice-julian-assange/german-foundations-instrument-of-a-peculiar-imperialism-in-a-globalized-world/3175666055815605/

[6] https://netzpolitik.org/2011/kommentar-vorstand-schmeist-daniel-domscheit-berg-aus-dem-ccc/

[7]

https://www.govinfo.gov/app/details/USCOURTS-cand-3_08-cv-00824/USCOURTS-cand-3_08-cv-00824-6

https://www.facebook.com/notes/wikijustice-julian-assange/conf%C3%A9rence-de-presse-du-20022020-deux-infos-capitales-two-major-news/493132691323050/http://www.tlaxcala-int.org/upload/telechargements/331.pdf

https://www.govinfo.gov/app/details/USCOURTS-cand-3_08-cv-00824/USCOURTS-cand-3_08-cv-00824-6

https://www.facebook.com/notes/wikijustice-julian-assange/conf%C3%A9rence-de-presse-du-20022020-deux-infos-capitales-two-major-news/493132691323050/

http://www.tlaxcala-int.org/upload/telechargements/331.pdf

[8]  https://www.wauland.de/media/2009_Jahresbericht.pdf

Julian Assange in 2010

2010 and 2011 – Wau Holland Foundation leads the Wikileaks project

2010 is a crucial year for the Wau Holland Stiftung, because at this time the foundation’s activity will radically change dimension thanks to the « Wikileaks » project. The annual report 2010 still describes the same stable capital of 53,000 Euros placed in 3.5 and 4.5% investments. An additional 10,000 Euros will be invested and shares in the Chattengau Bank yield 1000 Euros. There is still the agricultural land with a value of 1500 Euros rented at 20.44 Euros[1]. The foundation’s equity capital is barely moving. This income is used to cover the old projects to which small amounts are allocated: 2200 Euros for Tor and 2300 Euros for the Jabber chat service[2]. The Hacker Archive project will be realised in partnership with a faculty of the University of Zurich and by the end of 2011 the foundation plans to rent a dedicated archive building in Berlin for which 12,000 Euros are budgeted for 2011 and a total sum of 51,000 Euros has been decided. It can be deduced that the project planned since 2004 has still not really started[3]. In 2011 the foundation is planning a training project for schoolchildren entitled « Chaos macht Schule » (« Chaos inside schools » for 10 000 Euros as well as the financial support to the regional structures of the Chaos Computer Club for 40,000 Euros[4]. The document does not mention a donation campaign dedicated to this project, so it can be estimated that the money will be taken from the total amount of donations received. 145,000 euros in donations will be placed[5], for the moment, in a single account at 1.5% before other possibilities can be studied.

For more than 145,000 Euros have been paid into the foundation’s accounts thanks to this key project, « Wikileaks ». « Die 2009 initiierte Spendenkampagne Wikileaks wurde erfolgreich fortgesetzt » – (« The Wikileaks fundraising campaign initiated in 2009 was successfully continued ») – This sentence appears on page 2 of the Annual Report, under the heading « Projekte und Aktivitäten », (« Projects and Activities »). The paragraph of the financial balance sheet mentions the sums : « Im laufenden Jahr 2010 hat die WHS Spenden in Höhe von rund Im laufenden Jahr 2010 hat die WHS Spenden in Höhe von rund 1.455.600 € erhalten. » [6]« « In the current year 2010, WHS has received donations amounting to approximately 1,455,600 €.»

This money is most likely the « Wikileaks » project.

« Wikileaks » in 2010 exists through the work of Julian Assange and until September 2010 also through the work of Daniel Domscheit Berg. However, it is mainly Julian Assange who, through his media interventions, attracts the attention of the public to such an extent that the sum of 1,455,000 Euros has been obtained from the foundation’s accounts. From February to the end of April 2010 Julian Assange worked with Birgita Jonsdottir and other Icelanders, but he promoted Wikileaks in Norway alone on 26 April[7], in the documentary « the Whistleblower » by Mark Davis, broadcast on Australian television SBS on 17 May 2010[8], at the conferences at the Front line Club on 26 and 30 July 2010, on 25 October 2010[9]. On 18 April 2010 he presented Wikileaks at the Logan Foundation[10] and on 21 June 2010 at the European Parliament[11] alongside Birgitta Jonsdottir, who however is solely responsible for the Icelandic Act on the Protection of Whistleblowers and Journalists which she promotes in her country. Mark Davis’ second documentary « Inside Wikileaks », made in July 2010 in London, shows Julian Assange in collaboration with Sarah Harrison as bureau chief[12] and it is with her that he presents the « Irak Logs » at the press conference in Geneva on 4 November 2010[13].

Finally, he is alone in front of an audience of trade union and political activists and journalists who fill the hall of the Stockholm Trade Union House on 14 August 2010[14].

For the foundation, having to deal with a sudden influx of 1.5 million euros is a radical change of scale. The directors recognise this and write: « Es ist das bisher größte Projekt der Stiftung und stellt damit neue Anforderungen an die Abwicklung und das Controlling » – « « It is the foundation’s largest project to date and therefore places new demands on the processing and controlling ».

« In order to make long-term work possible, helpers and infrastructure must be engaged and developed in different countries. It is the largest project of the foundation so far and thus makes new demands on the handling and controlling. In order to successfully implement these requirements, the Foundation commissioned a Hamburg tax office with an expertise. From this, the Foundation developed contracts with the project manager which precisely regulate the reporting system. The extensive press work requires professional management that can also work in the long term. Therefore, larger reserves are necessary ».[15]

The Wau Holland Foundation is taking responsibility for the project that is well described as its own (« der größte Projekt der Stiftung »). It is only natural that in a project costing such a large sum of money and posing such immense challenges, a ‘professional management’ is engaged, just like a chartered accountant, and that agreements are signed with the project manager. It is also normal that the person with legal responsibility for the project should set up control and reporting rules.

Wau Holland Stiftung report 2010 page 2

The name Julian Assange is not mentioned. Sarah Harrison’s intense work on the organisation of daily work as presented in the documentary « Inside Wikileaks » or Kristinn Hrafnsson’s continued presence alongside Julian Assange visible in media photos since october 2010, could indicate that one of them is the project manager. Oral agreements are frequent in the NGO world, but not when such sums are at stake. German political foundations, no matter how much criticizable their policies in poor countries might be, have the rule of establishing employment contracts for staff and paying for the services, including intellectuals, of subcontractors. In the IT world, not drawing up a written contract with a financial partner who is being approached to finance software, the development of an idea, would be tantamount to social suicide on the part of the project leader.

The Wau Holland Foundation may not have had the time to regulate in writing its collaboration with Julian Assange, who from 1 August to 27 September 2010 is in Sweden and is then monopolised by the publishing and media work and the legal proceedings he is undergoing. He will sign his contract as « project manager » – « ProjektLeiter » on 21 December 2010 and the details of this project implementation contract will therefore appear in the 2011 activity report[16]. On that day, Julian Assange will have spent 10 days in Wandsworth prison following the European arrest warrant drawn up by Sweden on 18 November 2010. When he signs the contract, he wears an electronic bracelet on his foot and has to live under house arrest under the responsibility of his guarantor. Finally, in April 2011, after 6 months of presence on British soil, he is required to apply for a residence card, and if he does not do so, he will be covered by the status of undocumented migrant. It is important here to highlight a social vulnerability that will rapidly worsen.

The budget for the « Wikileaks » project is set at « around 800,000 to 1,200,000 Euros. The financial requirements are estimated at approximately 800,000 – 1,200,000 euros. The material to be published often requires months of preparation. For 2011 and 2012, new software is to be developed for the platform, with high level safety standards. This will require a further 200,000 – 300,000 euros. For legal advice already in 2010 more than 30.000 Euro were needed. The provisions for 2011 for the Wikileaks project amount to around 819,000 euros »[17].

This budget is obviously unclear for those who use to work for NGOs and with financial documents required for exemple by funders such as the European Union or German political foundations. But one can understand the urgency in which a small foundation is put in a situation where its income grows exponentially without being prepared in terms of management. 200,000 to 300,000 Euros for IT is in 2010 the cost of a good management software developed to measure for a small company with 50 to 100 employees. The number of employees needed is not mentioned, but Julian Assange speaks in his interview of August 12, 2010 to the Swedish newspaper Aftonbladet about 5 employees hired, and no volunteers[18].

The document « Projekt 04: Informationsfreiheit verteidigen » Vorläufiger Transparenzbericht 2010 »« « Project 04: Defending freedom of information » Preliminary transparency report 2010 »[19] tells us more about the origin of the donations but above all about the expenses of the foundation. Whether this expenditure concerned the « Wikileaks » project (which has since been named Projekt 04) can be seen from the subtitle « Campaigns and actions » on page 6: « Im Jahr 2010 wurden folgende Kampagnen / Aktionen durchgeführt (« « The following campaigns / actions were carried out in 2010 »): ● April 2010: Video-Produktion “Collateral Murder” ● Juli 2010: “War Diary: Afghanistan War Logs” ● [20]Oktober 2010: “War Diary: Iraq War Logs” ● November 2010: “CableGate: US Embassy Diplomatic Cables »[21].

These are the activities of the Wikileaks project.

We learn that the project’s income was 1,331,698.19 Euros and expenses 401,824.62 Euros. The Wau Holland Foundation announces that the Paypal account opened for the project until it was closed by Paypal on 4 December 2010 brought in 635,772.73 Euros. The largest payments were made in April 2010 (170,170.98 Euros), January (82,901.19 Euros) and December (102,623.29 Euros).

On 5 April 2010 the website Wikileaks.org published the famous « Collateral murder » video of the murder of 18 Iraqi civilians by US soldiers. December 2010 is the consecration after the publication in November of the 250 000 diplomatic documents of the United States, archives of 50 years of American diplomacy. But January 2010 is also a month of splendour when publications still only concern southern countries such as Kenya or Ivory Cost or subjects politically seen as marginal such as Scientology. The other months also report an excellent average of 34,000 to 60,000 Euros. The bank donations for Project 04 of the Wau Holland Foundation are as follows 695,925.46 Euros. Again, the largest amounts are paid in April (127,886.40 Euros), December (398,365.60 Euros), February (62,719.51 Euros) and August (27,335.13 Euros). The other months bring in a few thousand Euros each.

By country, we learn that it was the American citizens who contributed the most to the project (219,897.21 Euros), the Germans (91,336.21 Euros), the British (78,187.3 Euros), the Canadians (39,717 Euros) and the Australians (36,180.36 Euros). Under the term « others » are perhaps the citizens of countries not on the list, but which Julian Assange keeps saying in his 2010 lectures that they are the first moral owners of Wikileaks, those for whom the project is made, those who should take advantage of the information published to prosecute criminals and get them convicted, the countries that are victims of the attacks by the United States[22].

The citizen donor would certainly like to know how his or her money was spent. Page 6 of the document describes the following expenditure items:

Wikileaks Wau Holland Project financial report 2011

« Infrastructure costs include co-location of servers, server hardware, Internet connection, set-up costs and all other costs incurred for the operation of the hardware ».[23] As for the rental containing the documents of the 04 Wikileaks project, the foundation will pay 12,000 euros for the next 5 years. It is reasonable to assume that this item includes the payment of an IT employee, but the financial balance sheet is not precise enough to put a figure on the employee’s work.

The position « Campaign/Actions » mentions the necessary hiring of « external specialised staff » (« Externe Fachleute ») such as « journalists and editors » (« Journalisten/Redakteure »)[24]. « Costs in this area arise mainly in the preparatory screening and Processing of incoming materials, e.g. video editing, viewing and organising documents in large numbers according to subject areas and priority levels, anonymisation etc »[25]. The campaigns are cited and their costs are significant: 143 305 Euros[26].

The citizen donor did not get more precise answers to possible questions about the use of his money. The following questions remain: were the paid journalists those of the major media with whom Julian Assange collaborated for the publication of the documents (The Guardian, der Spiegel, Le Monde, El Pais, the New York Times…) or were they the daily office collaborators who appear in the documentaries (Sarah Harrison, Renata Avila, Joseph Farell)? Were these people salaried, and if so, with what contracts? Normally, an association’s financial balance sheet and activity report should contain its legal information and it should be public.

« Travel expenses € 62’053.31 : travel expenses are incurred for participation in conferences, meetings, lectures, meetings with press representatives and those responsible for the infrastructure. For the WikiLeaks activists, travel expenses were paid on the basis of receipts, usually economy class flights, 2nd class rail and medium-priced hotel accommodation. Often, however, no accommodation costs were incurred, as private accommodation was provided.»[27]

This sum seems realistic given the number of trips made, admittedly almost exclusively within the European framework, although it is not known whether Julian Assange’s trip to his home country Australia from 15 May to 21 June 2010 was made in the context of his collaboration with the Wau Holland Stiftung. In the context of the document « Transparency », the reader is still hungry about the links between the funders and the real and physical person in charge of the 04 project.

The cost of « legal advice » is 32,944.95 Euros. The sum is large, but it seems realistic, given the enormous responsibilities involved in the risky action of publishing classified documents of the world’s leading power, which has military bases and a military command on German soil. There is no doubt that the leaders of the Wau Holland Stiftung have consulted specialist lawyers and no doubt politicians able to inform them of the danger to individuals when they reveal the secrets of the German government’s first partner in NATO. The question of the German government’s reaction to the actions of this small German foundation is also raised, even if it cannot be resolved by analysing only public financial documents. The presence of a German diplomat in room 9 of the Old Bailey watching a video of the debate on « Wikileaks », the subject of which is the fate of Julian Assange, also attests to Germany’s interest as a state in the Wikileaks project.

« Legal assistance € 32’944.95. Legal advice costs for project campaigns/actions were reimbursed, but not costs for personal legal advice or legal representation in court proceedings. Costs are incurred for advice on campaigns/actions (both before and after) and in case of imminent legal disputes »[28]. We do not know whether this sentence refers to the legal costs Julian Assange has to incur after being the subject of the complaints in Sweden. Julian Assange claims in the conference of 25 October 2010 to pay his lawyer’s fees alone and keep « Wikileaks » free of these costs. The 2011 activity report of the Wau Holland Foundation will be more explicit: « Legal fees (this does NOT include legal fees for Julian Assange because of the Swedish extradition request) »[29].

Reimbursement of expenses » amounts to up to 104,477.15 Euros. « For a small number of project leaders and activists, regular expense reimbursements were made after invoicing. The remuneration is based on the remuneration levels of Greenpeace Deutschland »[30]. We don’t know why Greenpeace is the model. But at a rate of 8706 Euros per month it is possible to pay 3 honorary salaries of 2900 Euros with social contributions. A French association would have been forced to pay its project managers because the payment of work on reimbursement of invoices is illegal in France and considered as concealed work if it takes place over the long term on a project as in this case over one year. Donors requesting a financial audit from the Wau Holland Foundation for the 04 Wikileaks project may ask about German labour law under the EU Posting of Workers Directive, as the actual work on the project has been taking place since July 2010 largely in London.

The impression that emerges from these documents from the Wau Holland Foundation is that most of the publications of the 04 Wikileaks project were made in 2010, and this in an atmosphere of urgency and pressure. Looking back, however, it is difficult to understand the reasons for this urgency. The documents were submitted by the whistleblowers on the secure platform. Julian Assange, Daniel Domscheit Berg and the Icelandic team built the IT tools needed for this security as early as March 2010, perhaps even earlier.  The documents submitted could well have remained there for one or two years more, enough time for the foundation to structure a stable, reliable and remunerated team.

This is the time that project manager Julian Assange would have needed to solve the problems of the legal proceedings that are coming down on him in Europe and which we have the right to think have a link with his activity as a political critic. Instead of working to solve these problems of repression in Sweden, Julian Assange is forced to leave this country where he has applied for a residence permit, signed a part-time work contract to go to Berlin on 27 September 2010 to a meeting with journalists from Spiegel and to follow the press conferences and presentations of the two following huge « scoops », the « Irak logs » and the « Cables Gate ». The public would have waited another year to learn of these revelations that there would have been no damage and the money stored by the donations could have waited a few more months on the foundation’s accounts. But on 8 December 2010 Julian Assange was imprisoned in Wandsworth Prison in London and the procedure for his extradition to Sweden was initiated under the European arrest warrant.


[1] « Zum Jahresende 2010 hat die WHS ihr Stiftungskapital und ihre Rücklagen in Höhe von rund € 53.000 in langjährigen Sparbriefen mit Zinsen zwischen 3,15% und 4,5% Prozent angelegt. Ein fällig gewordener Sparbrief in Höhe von 10.000 Euro soll wieder in einer Festanlage angelegt werden. Darüber hinaus hält die WHS 10 Genossenschaftsanteile an der VR Bank Chattengau eG zu 1000 €. € Im laufenden Jahr 2010 hat die WHS Spenden in Höhe von rund 1.455.600 € erhalten. Zinserträge werden zur Deckung der Kosten für Büro und Telekommunikation sowie interne Spesen verwendet. Die nicht gedeckten Kosten werden aus der freien Rücklage finanziert. Der Wert des Ackers in Fambach beträgt 1500 Euro. Der 12-jährige Pachtvertrag mit jährlichen Einnahmen von 20,44 Euro ist weiterhin in Kraft. 10 % oder rund 145.000 Euro werden der freien Rücklage zugeführt. Wir werden dafür Anlagemöglichkeiten prüfen. Bis dahin wird es auf dem Tagesgeldkonto zu 1,5 % gelagert », Annual Report 2010,

https://www.wauland.de/media/2010_Jahresbericht.pdf

[2] « Die 2007 initiierte Spendenkampagne für das Tor-Projekt wurde fortgesetzt. Für die Förderung der Öffentlichkeitsarbeit und die Infrastruktur werden 2200,- Euro in die Rückstellung übernommen.

Das Projekt Wahlcomputer pausiert zur Zeit, da die Einführung von Wahlcomputern zunächst aufgehoben wurde.Jabber Die Spendenaktion für Jabber konnte die Kosten dieses Services decken und wird fortgeführt. Es sind Rückstellungen für dieses Projekt in Höhe von rund 2300,- Euro vorgetragen worden. »

https://www.wauland.de/media/2010_Jahresbericht.pdf

[3] « Für das Projekt „Hackerarchiv“ wird ein professioneller Scanservice gesucht und eine Zusammenarbeit mit einem Lehrstuhl an der Universität Zürich angestrebt. Dazu sollen bis Ende 2011 geeignete Räume in Berlin angemietet werden, um das Archiv zu lagern und aufzubereiten. Für die Ausstattung, den Umzug und Helfer werden 12.000 – 15.000 Euro an Kosten erwartet. Die Mietkosten werden mit 12.000 Euro pro Jahr veranschlagt. Dafür werden aus 2010 Rückstellungen in Höhe von rund 51.000 Euro vorgenommen. », op.cit,

https://www.wauland.de/media/2010_Jahresbericht.pdf

[4] « Das Projekt „Chaos macht Schule“ wird voraussichtlich ein weiteres Förderprojekt in 2011. Dafür werden deshalb jetzt Rückstellungen in Höhe von 10.000 Euro vorgetragen.

Ein weiteres neues Projekt ist die Förderung der regionalen gemeinnützigen CCC e.V.- Strukturen. Dafür werden 40.000 Euro an Rückstellungen vorgenommen ».,

op.cit, page2,  https://www.wauland.de/media/2010_Jahresbericht.pdf

[5] « 10 % oder rund 145.000 Euro werden der freien Rücklage zugeführt. Wir werden dafür Anlagemöglichkeiten prüfen. Bis dahin wird es auf dem Tagesgeldkonto zu 1,5 % gelagert. », op.cit, https://www.wauland.de/media/2010_Jahresbericht.pdf, page 1.

[6] Annual Report 2010, page 1  https://www.wauland.de/media/2010_Jahresbericht.pdf

[7] https://vimeo.com/17641356

[8] https://www.youtube.com/watch?v=gmZZHx_3_aA&feature=related

[9] https://www.frontlineclub.com/wikileaks_press_conference/

[10] https://www.youtube.com/watch?v=juWRddv-cgk https://www.youtube.com/watch?v=sIphxt42Ei0 https://www.youtube.com/watch?v=kYmzH38dinc

https://www.youtube.com/watch?v=ygjzFWryJ0I https://www.youtube.com/watch?v=oVWJnwEdmMM

[11] https://www.youtube.com/watch?v=wO8pclGN5II&feature=youtu.be&t=2h9m11s  -European Parliament, 21.06.2010

[12] https://www.youtube.com/watch?v=QVPZsTSYhaY 

[13] https://www.youtube.com/watch?v=kRtUeYDncYs

[14] https://www.youtube.com/watch?v=KcPlp5bNDKQ https://www.youtube.com/watch?v=h3BWmPDWk54  https://www.youtube.com/watch?v=fbZKI83ng8o https://www.youtube.com/watch?v=Gs6t4t6lofY https://www.youtube.com/watch?v=zFnXAj-CAV4

[15] «  Um eine langfristige Arbeit zu ermöglichen müssen dafür Helfer und Infrastruktur in verschiedenen Ländern engagiert bzw. ausgebaut werden. Es ist das bisher größte Projekt der Stiftung und stellt damit neue Anforderungen an die Abwicklung und das Controlling. Um diese Anforderungen erfolgreich umzusetzen beauftragte die Stiftung ein Hamburger Steuerbüro mit einer Expertise. Daraus entwickelte die Stiftung Verträge mit dem Projektleiter, die das Reportwesen genau regeln. Die mit dem Projekt verbundene umfangreiche Pressearbeit erfordert ein professionelles Management, dassauch langfristig arbeiten kann. Deshalb werden größere Rückstellungen notwendig », page 2, https://www.wauland.de/media/2010_Jahresbericht.pdf

[16] https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[17] « Der Finanzbedarf wird auf ca. 800.000 – 1.200.000 Euro geschätzt. Das zu veröffentlichende Material erfordert oft monatelange Aufbereitung. Für 2011 und 2012 soll eine neue Software für die Plattform entwickelt werden, die vor allem die Sicherheitsstandards hochsetzt. Dafür werden weitere 200.000 – 300.000 Euro benötigt. Für juristischen Rat wurden bereits in 2010 über 30.000 Euro benötigt. Die Rückstellungen für 2011 für das Projekt Wikileaks betragen rund 819.000 Euro » page 2, https://www.wauland.de/media/2010_Jahresbericht.pdf

[18] http://www.nnn.se/nordic/assange/docs/protocol.pdf; http://www.nnn.se/nordic/assange/docs/memoria.pdf

[19] https://www.wauland.de/media/2010_Transparenzbericht-Projekt04_de.pdf, page 3

[20] https://www.wauland.de/media/2010_Transparenzbericht-Projekt04_de.pdf, page 6

[21] « Die folgenden Spenden wurden durch Überweisung auf das Bank-Unterkonto des Projektes 04 der Wau-Holland-Stiftung getätigt und sind (summarisch) nach Monat aufgelistet », –  page 5, https://www.wauland.de/media/2010_Transparenzbericht-Projekt04_de.pdf

[22] Page 4 https://www.wauland.de/media/2010_Transparenzbericht-Projekt04_de.pdf

[23] « Infrastrukturkosten umfassen Colocation von Servern, Serverhardware, Internetanbindung, Einrichtungskosten sowie alle weiteren Kosten, die für den Betrieb der Hardware anfallen »- op.cit, page 6, https://www.wauland.de/media/2010_Transparenzbericht-Projekt04_de.pdf

[24] « Kosten in diesem Bereich entstehen vor allem in der vorbereitenden Sichtung und Aufarbeitung von eingegangenen Materialien, z.B. Videobearbeitung, Sichtung und Ordnung von Dokumenten in grosser Zahl nach Sachgebieten und Prioritätsstufen, Anonymisierung etc. Die schliesst die Herbeiziehung externer Fachleute (z.B. Journalisten / Redakteure) ein » page 6, https://www.wauland.de/media/2010_Transparenzbericht-Projekt04_de.pdf

[25] page 6, https://www.wauland.de/media/2010_Transparenzbericht-Projekt04_de.pdf

[26] « Im Jahr 2010 wurden folgende Kampagnen / Aktionen durchgeführt: ● April 2010: Video-Produktion “Collateral Murder” ● Juli 2010: “War Diary: Afghanistan War Logs” ● Oktober 2010: “War Diary: Iraq War Logs” ● November 2010: “CableGate: US Embassy Diplomatic Cables » – op.cit, page 6,

[27] « Reisekosten/Spesen € 62’053.31, Reisekosten entstehen für die Teilnahme an Konferenzen, Meetings, Vorträgen, Treffen mit Pressevertretern und Verantwortlichen für die Infrastruktur. Für die WikiLeaks-Aktivisten wurden Reisekosten nach Belegen bezahlt, in der Regel Flüge Economy Class, Bahn 2. Klasse und Hotelunterbringung in mittlerer Preislage. Häufig fielen allerdings auch keine Übernachtungskosten an, da eine private Unterbringung erfolgte. », – page 6,  https://www.wauland.de/media/2010_Transparenzbericht-Projekt04_de.pdf

[28] « Rechtsbeistand € 32’944.95. Es wurden anwaltliche Beratungskosten für Projekt-Kampagnen/-Aktionen erstattet, jedoch keine Kosten für personen-bezogene juristische Beratung oder antwaltliche Vertretung in Gerichtsverfahren. Kosten entstehen durch die Beratung bei Kampagnen / Aktionen (sowohl im Vorfeld als auch danach) und bei drohenden juristischen Auseinandersetzungen », page 6 , https://www.wauland.de/media/2010_Transparenzbericht-Projekt04_de.pdf

[29] « Rechtsberatungskosten (dazu gehören NICHT Anwaltskosten für Julian Assange wegen des schwedischen Auslieferungsantrags) » – page 2, Annual Report 2011 https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[30] « Es wurden für einige wenige Projekt-Leiter und -Aktivisten regelmässige Aufwandsvergütungen nach Rechnungsstellung erstattet. Die Vergütungen orientieren sich jeweils an den Vergütungsstufen Die Vergütungen », page 6 https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

the manager of the Project 04 of the Wau Holland Stiftung Julian Assange with Sarah Harrison chief of the office in the project or project manager Nr 2. Behind, Vaughan Smith and Kristinn Hrafnsson – July 2010, Norfolk place, London

Legal and financial analysis of the Foundation’s 04 Wikileaks project for 2011 – Was Julian Assange an employee of Wau Holland ?

The pivotal year 2011 sees the Wau Holland Foundation take on an unexpectedly international dimension thanks to the 04 Wikileaks project. Although the subsequent drying up of donations and the difficult situation of project manager Julian Assange will reduce the project’s dimension, the foundation will continue to act internationally in projects such as Zivilcourage or Tor. It is a pity, however, that we no longer have the minutes of the Board meetings for this crucial year.

We will therefore analyse here the annual report « Jahresbericht 2011 », the Annual Report 2011, the « Projekt 04: Informationsfreiheit verteidigen » – Transparenzbericht 2011 » (« Project 04: Defend freedom of information – Transparency report 2011 »), the financial report of the 04 Wikileaks project, the new statutes of 21 September 2011 and the model contract that the foundation signs with these project managers« Projektauftrag zwischen der Wau-Holland-Stiftung und m nachfolgenden Projektleiter », (« Project contract between the Wau-Holland Foundation and hereinafter project manager »). This last document is published for the year 2012 but also concerns the activities of 2011.

« In 2011, in addition to Project 04 « WikiLeaks », the TOR and Chaos Macht Schule projects were supported by the foundation »[1] – this is the beginning of the 2011 annual report. We have learned that the head of the 02 Tor project « Anonymisation Network on the Internet » has been Andreas Lehner[2] for many years and that he has continued the work with a salary of 1750 Euros. The core business of the foundation, the training of young people and their parents in the field of IT, is carried out by the project « Chaos Macht Schule », « Chaos in the schools ». This project is an initiative of local groups of Chaos Computer Clubs who work locally with educational institutions in 11 cities in Germany. The activists of this project met on 28-30 November 2011 for a national meeting funded by the foundation. As a result, the foundation decided to implement project 05 « AlphaBITisierung » and dedicate a donation campaign to it. A workshop with children and young people has already been organised in Dresden. The sum of 2799.03 Euros has been spent there[3].

The report then goes into the core of the current activity, « Wikileaks » :

« Hilfspersonenvertrag und Beschreibung des Projekts 04. »- («  » Auxiliary staff contract and description of the project 04 »)[4]

« Am 21.12.2010 wurde zwischen der Stiftung und Julian Assange, dem Projektleiter des WHSProjekts 04 « WikiLeaks », ein Projektvertrag geschlossen » – «On 21.12.2010 a project contract was signed between the foundation and Julian Assange, the project manager of the WHS project 04 « WikiLeaks »[5] : Wau Holland has an obligation of « immediacy », i.e. to achieve its statutory objectives without delay. In order to facilitate this, the legislator allows it to hire or delegate its tasks to « auxiliary staff »[6].

Assange as « Projektleiter » for the Wau Holland Foundation 2011

Thus the Wau Holland Stiftung is obliged to sign a project execution contract, « a project contract »-  « Projektvertrag » with Julian Assange, who is project manager of Project 04 of the Wau Holland Stiftung « Wikileaks ». Here it should be pointed out that French law about project contracts includes only the recent « Indefinite duration project contract », which has long been used as a « construction contract » in the construction sector. This contract is clearly an employment contract, whereas in Germany, as in Eastern European countries, a private individual can sign a commercial service contract, called a « Werkvertrag » – « Contract for work » or a « Service contract ». German managerial literature and trade unions warn citizens against « Scheinselbständigkeit », « pseudo independence », i.e. signing a contract for work or services and finding oneself in the situation of a subordinate employee without the related protections[7].

The name of the contract that Julian Assange signs with the Wau Holland Foundation while under electronic bracelet and under house arrest is sufficiently vague to raise the question of whether it is a « work contract » where the product to be delivered is defined, the stages and ways of producing it, and where the client has the right to terminate the contract on his side if he is not happy with the product[8]? Or is it a « service contract » giving the greatest freedom to both sides but where each party remains the owner of its means of production and where the finished product belongs to both parties? Finally, it is the definition of « employment contract » – « Arbeitsvertrag » according to article 611a of the German Civil Code (Bürgerliches Gesetzbuch) that gives us the keys to understand which contract Julian Assange signed with the Wau Holland Stiftung to execute Project 04 « Wilkieaks » and whether it is or not an employment contract. This law article clearly specifies the notion of legal subordination of the employee to the employer in the context of « personal dependency » defined as the lack of possibility to decide on the content of the work, the way of working, the time and the place of work. The degree of dependence depends on the nature of the activity. But above all in deciding whether a contract of employment takes place, all conditions must be taken into account. If the concrete implementation of the contract shows that it is an employment relationship, the name of the contract does not matter[9].

To understand the extent of Julian Assange’s legal liability in Project 04 of the Wau Holland Stiftung, we can rely on the detailed descriptions in the 2011 Annual Report: « This project contract defines the goals, tasks and rules that Mr. Assange is to realize in the foundation project 04 and whithin his project « WikiLeaks ». The content of these framework conditions was previously defined in numerous discussions since the first contact at the end of 2008. In August 2009, Project 04 was set up and the acquisition of donations began. WHS thus took over responsibility for essential parts of the overall Wikileaks project. The rules and procedures documented in the project management contract have been applied since the beginning of 2010. The objectives of Project 04 as a subset of the overall « WikiLeaks » activities were defined as follows: »[10]

Admittedly, this report is not the original of Julian Assange’s contract and it is difficult to analyse his legal relationship with the Wau Holland Stiftung without having access to this document, which is the key document for his current legal situation. We will therefore be obliged to complete this report with the model project contract that Wau Holland signs with its project managers in general and that it has published on its website for the year 2012. We will come back again to the question of why this contract is important in the extradition procedure for which Julian Assange is imprisoned today, in 2020. But what is clear from the start in this text is that the Wau Holland Foundation is assigning itself responsibility for the essential parts of the Wikileaks project. The notion of responsibility is not neutral in the civil code. In Europe the employer is criminally liable if he asks his employee to do something that is criminally reprehensible, such as supplying defective products, for example. The « false independence » which tends to dilute the responsibilities of the two unequal parties has also already been discussed in German society[11].

The question of « who is criminally responsible for Wikileaks » is the key to the extradition process that is taking place today. If Julian Assange is not criminally responsible for the publications for which he was the project manager but executing a contract of employment, others, the real culprits under the law, should be charged instead. Moreover, it should be pointed out that this contract, whether « work or services », could have released him from house arrest if his lawyers had taken his case to the British Court of Justice in order to change his pre-trial detention regime. Pending his extradition trial under the European arrest warrant, he could have appeared free, as do most Polish people and other Eastern Europeans who shared the court’s extradition lists with him, and for whom their lawyers fought hard[12].


[1] « Im Jahr 2011 wurden neben Projekt 04 « WikiLeaks » die Projekte TOR und « Chaos macht Schule » von der WHS unterstützt », page 1, Jahresbericht 2011. https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[2] Andreas Lehner’s conference at the Chaos Computer Congress on TOR project, 2007.

[3] Page 1, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[4] « Hilfspersonenvertrag und Beschreibung des Projekts 04. Am 21.12.2010 wurde zwischen der Stiftung und Julian Assange, dem Projektleiter des WHSProjekts 04 « WikiLeaks », einProjektvertrag geschlossen. Dieser Projektvertrag definiert die Ziele, Aufgaben und Regeln, die Herr Assange im Stiftungsprojekt 04 und imRahmen seines Projekts « WikiLeaks » realisieren soll. Inhaltlich festgelegt wurden diese Rahmenbedingungen zuvor in zahlreichen Gesprächen seit dem ersten Kontakt Ende 2008. Im August 2009 wurde das Projekt 04 eingerichtet und mit der Spendenakquisition begonnen. Die WHS übernahm damit die Verantwortung für wesentliche Projektteile des Gesamtprojekts Wikileaks. Die im Projektleitervertrag dokumentierten Regeln und Prozeduren wurden bereits seit Anfang 2010 angewandt Die Ziele von Projekt 04 als Teilmenge der gesamten « WikiLeaks »-Aktivitäten wurden folgendermaßen definiert : », page 1, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

(« On 21.12.2010, a project contract was signed between the Foundation and Julian Assange, the project manager of the WHS project 04 « WikiLeaks ». This project contract defines the objectives, tasks and rules that Mr. Assange is to implement in the Foundation’s project 04 and within the framework of his project « WikiLeaks ». The content of these framework conditions was previously defined in numerous discussions since the first contact at the end of 2008. In August 2009, Project 04 was set up and the acquisition of donations began. WHS thus took over responsibility for essential parts of the overall Wikileaks project. The rules and procedures documented in the project management contract have been applied since the beginning of 2010. The goals of Project 04 as a subset of the overall « WikiLeaks » activities were defined as follows »)

[5] https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf, op. cit.

[6] http://www.der-vereinsmanager.info/index.php/beitrag-anzeige/hilfspersonen-und-gemeinnuetzigkeit.html

https://dejure.org/gesetze/AO/57.html

[7]  https://www.freelancermap.de/blog/dienstleistungsvertrag-fuer-freelancer-das-muss-rein/

[8] https://www.firma.de/unternehmensfuehrung/was-ist-ein-werkvertrag-definition-und-erklaerung/

https://www.gesetze-im-internet.de/bgb/__631.html

https://www.gesetze-im-internet.de/bgb/__611.html

[9] « Der Grad der persönlichen Abhängigkeit hängt dabei auch von der Eigenart der jeweiligen Tätigkeit ab. Für die Feststellung, ob ein Arbeitsvertrag vorliegt, ist eine Gesamtbetrachtung aller Umstände vorzunehmen. Zeigt die tatsächliche Durchführung des Vertragsverhältnisses, dass es sich um ein Arbeitsverhältnis handelt, kommt es auf die Bezeichnung im Vertrag nicht an. », Artikel 611a des Zivilgesetztbuches

https://www.gesetze-im-internet.de/bgb/__611a.html

(« The degree of personal dependence also depends on the specific nature of the activity. In order to determine whether an employment contract exists, an overall consideration of all circumstances must be made. If the actual implementation of the contractual relationship shows that it is an employment relationship, the designation in the contract is irrelevant »)

[10] « Dieser Projektvertrag definiert die Ziele, Aufgaben und Regeln, die Herr Assange im Stiftungsprojekt 04 und im Rahmen seines Projekts « WikiLeaks » realisieren soll. Inhaltlich festgelegt wurden diese Rahmenbedingungen zuvor in zahlreichen Gesprächen seit dem ersten Kontakt Ende 2008. Im August 2009 wurde das Projekt 04 eingerichtet und mit der Spendenakquisition begonnen. Die WHS übernahm damit die Verantwortung für wesentliche Projektteile des Gesamtprojekts Wikileaks. Die im Projektleitervertrag dokumentierten Regeln und Prozeduren wurden bereits seit Anfang 2010 angewandt Die Ziele von Projekt 04 als Teilmenge der gesamten « WikiLeaks »-Aktivitäten wurden folgendermaßen definiert: », page 1 https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[11] https://www.benjamin-lanz.de/2017/03/20/arbeitgeber-und-strafrechtliche-verantwortung-das-vorenthalten-von-arbeitsentgelt-266a-stgb/

[12] https://www.youtube.com/watch?v=PMtE6CPED2I;

Julian Assange’s speech on 24 February 2011

Julian Assange, a powerless performer in the Wau Holland Stiftung’s 04 Wikileaks project

The Annual report 2011 details the « objectives » of the Wikileaks project, which allows us to analyse in detail how the project is being carried out.

It is described as such:

« 2.1 Operation of an Internet platform. Development and operation of an appropriate global platform for the unrestricted technical implementation of the publication of whistleblower materials in order to promote freedom of information in accordance with the WHS Statutes »[1].

Portal or platform? « Portal oder Platform » in German. Legally it is not at all the same thing. In a platform the people exhibiting their products and services remain the owners of their products and services. In the Wikileaks project, however, the « whistleblowers » who sent in their documents lose control of their documents[2]. The question « who owns the documents published on Wikileaks » is significant, as it always involves the question of legal, and therefore criminal, liability. As whistleblowers lose control of their documents once « Wikileaks » receives them, it is clear to me that « the 04 Wikileaks project » is a portal and not a platform.

« 2.2 Submitted information receipt, examination and publication of the submitted or forwarded information (both through journalistic preparation and necessary research) »[3].

« 2.3 Public relations. Public relations work for the platform in order to promote the primary concern of the foundation, freedom of information ».[4]

These first three objectives of the project are well described as contributing to the achievement of the foundation’s statutory objectives. In a few sentences, this description describes the entire work on « Wikileaks » in a nutshell. The foundation is therefore not leading a « sub-project » but the entire activity 04. This is confirmed by the foundation’s management in the official annual balance sheet submitted to the foundation’s supervisory authorities in the Land Hesse.

The « Role description and strategy » is even more clear:

« 2.4 Role description and strategy: In the strategic and tactical measures necessary to achieve these objectives, Mr Assange was given the freedom to decide on the details of implementation in accordance with 2.1 of the Treaty within the agreed framework and objectives (1.1, 1.2, 1.3 of the Treaty with Mr Assange it was decided that those activities directly financed by the Foundation would also be presented to the public under the name « WikiLeaks » in order to be able to use the name already introduced for fundraising»[5].

We can draw several conclusions from these two sentences. On the one hand, the foundation leaves Mr. Julian Assange free to decide on the details in the implementation of the project, only in order to succeed in the tactics thought by the foundation for the success of the project. This is the autonomy of daily action enjoyed by the executives of today’s capitalist companies, particularly project managers in the implementation of IT projects. But the foundation itself emphasises that it is all about « details ». For Mr. Assange, there is no question of changing the strategy and tactics of project implementation, nor is there any question of a « copyright » for him, of ownership of the concept, as would be required by a « Werkvertrag », a « work contract » under German law.

The second part of the point « description of roles and strategy » (the roles of each, therefore the role of Julian Assange on the one hand and the foundation on the other) decides that the public should only know the name « Wikileaks » because they are used to it because of the campaigns to collect donations and that it is a decision guided by the effectiveness of these campaigns under this name. In the description of its role, the foundation decided not to appear publicly but to highlight « Wikileaks ». The foundation has been so effective that for the past 10 years the public has been convinced that Wikileaks is a non-governmental association, an independent structure whose founder is Julian Assange. However, the foundation did not create an autonomous legal structure for the 04 Wikileaks project and Julian Assange, according to the document, is the manager of the foundation’s project and not the owner of the Wikileaks trademark or the president of an NGO with such a name.

Where it hurts is that donors are persuaded to give money directly to Julian Assange, on the basis of his lectures, after hearing his speeches and seeing his face. Would they see Winfried Motzkus, President of the Wau Holland Foundation in 2011 or Andy Müller Maguhn, President in 2020, that they might not react so enthusiastically and then hold the Wau Holland Foundation accountable. The question of the ethics of a German foundation that holds the objective of transparency of information is raised, especially as the Wau Holland Stiftung continues in 2019 and 2020 to collect money in the name of Julian Assange, even though it is almost certain that from where he is imprisoned he does not see the colour of it and does not decide on its usage. Collecting money for an opaque purpose in the name of a good cause and without providing transparent accounts can be considered here in Europe by citizens as a financial scam.

We cannot read points 1.1; 1.2 and 2.3 as well as article 2.1 of Julian Assange’s contract with Wau Holland, which stipulate the framework conditions for the execution of his work, because this document has not been published. Obviously this is a personal contract of a private person and although the foundation is legally obliged to make its annual report public, it is not obliged to publish employment contracts. However, according to his lawyers, Julian Assange no longer has access to personal documents that were stolen or lost when he was arrested on 11 April 2019. Julian Assange is in a dramatic situation, imprisoned as a hostage without having access to his personal belongings and documents, the Wau Holland Foundation, if it acted fairly and honestly, should therefore return a copy of this document to him, publish it or give it to human rights associations such as Wikijustice Julian Assange present at the 19 court appearances of Julian Assange since September 2019. Having been present and intending to return to the trial, I promise to do everything possible to force the court to include this essential document in Julian Assange’s file.

Contract of project manager of the Wau Holland Stiftung

This document is essential because it contains a description of the legal responsibility that it shares with the principal, the Wau Holland Foundation. The way in which this responsibility is shared is laid down in this contract signed on 21.12. 2010. However, according to the « Model contract between WHS and the project manager(s) », which Wau Holland has drawn up for its other project managers, in points 1.1, 1.2 of the contract, the Foundation will not be able to guarantee that the project manager(s) will not be held liable for any loss or damage caused by the project : « In accordance with the aims of the Foundation as set out in the WHS statutes, the WHS commissions the above-mentioned project managers with the following tasks, for which the project managers develop strategic concepts for implementation and have these approved in writing by the WHS » .[6]

Therefore, as a rule, the project managers of the Wau Holland Stiftung have only limited freedom: their tasks – the realisation of the foundation’s project and what they put into it as their own ideas – must be approved in writing by the foundation’s management. This is not a partnership contract between two associations, nor is it a contract between an concept developer and a funder, nor is it a contract of employment for a senior executive. This description resembles that of a junior project coordinator position in a structure with a bureaucratic and meticulous operation.

The chapter 2 of the model contract drawn up for its other project managers sets out very precisely the framework for their work, their obligations and their freedoms. Under the title « Guidelines and framework conditions », the foundation stipulates: « 2.1 Project strategy. The project managers are free to implement the agreed tasks; however, they inform the WHS in advance about the planned measures and activities. Changes in the project direction proposed by the project leaders during the course of the project must be approved by WHS and attached to this project contract in writing »[7]. Here the foundation establishes its ownership of the project’s purpose. It is the sole decision-maker, since changes have to be renegotiated and the contract resigned with it. Even tasks for which the project managers have decision-making autonomy, if they change their programme, they must inform the foundation’s management in advance. In my opinion, given my 15 years of experience working in the European voluntary sector and 5 years of work as a sales representative in an IT services company, this document has all the signs of an employment contract with little autonomy and a strong subordination to the structure carrying the project and owner of its concept.

«  2.5 Financing.  The following things are financed by the Foundation in Project 04 as long as earmarked donations are available[8]: – Infrastructure (hardware and software) and the development of software and workflows. – Reimbursement of expenses within the framework of the project. – Payment of the project leader and other auxiliary persons of the foundation. – Costs of campaigns and fundraising activities agreed upon in individual cases. – Legal fees (this does NOT include legal fees for Julian Assange because of the Swedish extradition request). – Structural costs and costs resulting from the growth of the project. – Usual running costs such as rent of office space and equipment. Donations in 2011 have fallen by 90% compared to 2010 due to the blocking of payments via PayPal, VISA and Mastercard as a result of the publication of the « cables » »[9].

The activity report 2911 therefore clearly indicates here that the foundation pays the costs of software development, and therefore finances dedicated computer specialists, because software does not develop itself. It also states that the project manager and the project collaborators will be paid, the amount will be mentioned later in the report. The report is precise enough to point out that the problems of Julian Assange’s legal proceedings are not covered by the foundation. He has to pay his lawyers with his emoluments while working on the project. If the sum is not enough, so much the worse for him. Writer Andrew O’Hagan reported on the state of stress in which Julian Assange was working throughout 2011[10]. This has to do with his status as a prisoner, but must also have something to do with the need to fulfil his contractual obligations with the Wau Holland Stiftung. His real social vulnerability was in 2011 concealed from the public eye by his media notoriety, but it is now coming to light because his current situation is only the consequence of the events of 2010 and 2011.

« 2.6 Monitoring . The project manager has a regular reporting obligation, which is primarily carried out in the form of encrypted Internet communication (chat) and is fulfilled with regular personal meetings. The Foundation is responsible for checking the submitted invoices, which have usually already been authorised by the project manager »[11].

In contrast to a real service contract, « Dienstleistungvertrag », or a « Werkvertrag », a « work contract » in which the product or service is checked by the client for conformity with its delivery, Julian Assange in his work as project manager is subject to regular monitoring by the Wau Holland Foundation. He has to carry out reporting by means of chats and physical meetings with representatives of the foundation. He can authorise project expenditure, but his decisions must be submitted to and approved by the foundation. In my opinion and from reading the Wau Holland Stiftung’s 2011 activity report, he therefore has the autonomy of a salaried project co-ordinator and not a service provider who can use his budget as he sees fit on condition that he delivers the product in due course.

Chapter 3 of the Wau Holland Foundation’s 2011 annual report is prolific on « evidence of actual control » of project implementation : « 3. Evidence of the actual exercise of control. Julian Assange and the other auxiliary persons of the project are obliged, in accordance with the concluded Project Contract, to carry out the agreed activities and to comply with the general conditions agreed under point 2 of the Contract. The Board of Directors exercises its control by checking the activities individually within the framework of the acceptance in terms of content and form. The ongoing work of the WHS Executive Board in this regard is coordinated in weekly telephone conferences.

The members of the board communicate in between with the auxiliary persons about the current work steps or their acceptance via electronic means of communication such as chat, jabber and telephone. This ensures that only those works of the project are financed which have been agreed. Invoices received by WHS for expense allowances or reimbursement of expenses will be checked against the available reports or released after oral consultation. In the event of any further need for clarification, this was noted on the invoice accordingly for clarification. Each invoice bears a personal control note from the member of the management board who approved it in consultation with the other board members. »[12]

In concrete terms, Julian Assange is obliged to carry out the project no matter what happens. What would happen if he can’t, the report is silent on the subject. According to the legal advice given to German « free lancers », a « work contract », « Werkvertrag », must include a clause that allows the service provider a way out when faced with the client’s power to terminate the contract at any time. Was Julian Assange free to withdraw from his obligations to Wau Holland Stiftung?

Since he does not live in Germany and does not have an EU residence permit in 2011, Wau Holland cannot demand the fulfilment of a legal contract when he is physically not on German soil. The European directive of workers posting applies to employees, the so-called Bolkestein Directive allows companies from one EU country to operate in another EU country, but Julian Assange, in 2011 is managing director of Sunshine Press Production, an Icelandic company, outside the EU. He also signs the project contract with Wau Holland as a private individual and not as the manager of this company. The foundation’s « Model Project Contract » of 2012 shows that the foundation is not flexible towards its other project managers: « In the event that the project managers are hindered in carrying out their role by external circumstances, WHS will delegate the project management to other persons and a new project contract will be concluded »[13]. The foundation gives itself the absolute right to dismiss its project manager and to replace him/her. German labour law and European legislation protecting workers seem to have been violated by the Wau Holland Foundation vis-à-vis its contractor or employee, the Australian Julian Assange.

As for the control process, it is continuous, detailed and meticulous. First of all, Julian Assange is controled « on form and substance » along the realisation of the project. Usually, in the associative sector, when a structure collaborates with a person who has a certain notoriety in his or her milieu, who is the bearer of a know-how, it is customary to give him or her the freedom to organising his teams and work, possibly organising steering committees where work progress is presented and which serve as a control body. Here the Wau Holland Foundation states that it wants to control the way in which its employees work, which is just as much proof that its employees are employees and not « service providers ». The Board of Directors therefore monitors his work once a week by telephone and also gives itself the right to communicate regularly by chats and telephone with the members of the team managed by Julian Assange to ensure that « only work decided upon beforehand will be financed ». It is a strange partnership between associations where there is no trust between partners who are obviously very unequal.

The german foundation’s control of invoices is almost obsessive in this chapter of the report – the provisional budget is drawn up in advance by the foundation, each invoice has to be approved by the project manager Julian Assange and then presented to the foundation’s delegated project manager. If Julian Assange deviates from the provisional budget, which is ALWAYS the case for those who have managed complex international associative projects, he must explain this in advance. The necessary explanation is annotated on the invoice with the name of the member of the foundation who would have accepted the expense. Julian Assange obviously does not have control over the budget of his project. A project manager with responsibility for his budget participates in drawing up the provisional budget in order to be sure that he has the means to carry out his work, hires teams himself or takes part in job interviews conducted by the commissioning organisation, incurs expenses on the basis of the provisional budget, signs contracts with suppliers, has means of payment and pays current expenses such as office and supply costs himself. If the budget is exceeded, he must of course refer the matter to the funders, but he is not monitored on a day-to-day basis for his current expenses. According to the document Annual Report 211, Julian Assange is a project executor within the Wau Holland Foundation without decision-making power. He should therefore not be held responsible for the failure or the realisation of the 04 Wikileaks project.


[1] « 2.1Betrieb einer Internetplattform Entwicklung und Betrieb einer geeigneten globalen Plattform für die uneinschränkbare technische Realisierung zur Veröffentlichung der Materialien von Whistleblowern, um damit die Informationsfreiheit im Sinne der Satzung der WHS zu fördern », page 2 Jahresbericht 2011, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[2] https://www.saadrachid.net/actualites/plateforme-vs-portail-web/

[3] « 2.2 Eingereichte Informationen .Entgegennahme, Prüfung und Publikation der eingereichten bzw. zugeleiteten Informationen (sowohl durch journalistische Aufbereitung als auch notwendige Recherche) ».Jahresbericht 2011,  https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[4] « 2.3 Öffentlichkeitsarbeit. Öffentlichkeitsarbeit für die Plattform, um das primäre Anliegen der Stiftung, die Informationsfreiheit, zu fördern », Jahresbericht 2011,  https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[5] « 2.4 Rollenbeschreibung und Strategie.Bei den notwendigen strategischen und taktischen Maßnahmen zur Erreichung dieser Ziele wurde Herrn Assange innerhalb der vereinbarten Rahmenbedingungen und Zielbeschreibungen (1.1, 1.2, 1.3 des Vertrags mit Herrn Assange) Entscheidungsfreiheit eingeräumt über die Einzelheiten der Umsetzung gemäß 2.1 des Vertrags. Es wurde beschlossen, dass auch diejenigen Aktivitäten, die direkt von der Stiftung finanziert werden, in der Öffentlichkeit unter dem Namen « WikiLeaks » dargestellt werden, um den bereits eingeführten Namen für die Spendenakquisition nutzen zu können ». op.cit, Jahresbericht 2011,

https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[6] « Gemäss den Stiftungszielen in den Statuten der WHS beauftragt die WHS die oben genannten Projektleiter mit folgenden Aufgaben, zu denen die Projektleiter strategische Konzepte zur Umsetzung entwickeln und von der WHS schriftlich freigeben lassen », Projektauftrag Template, 22 March 2012,

https://www.wauland.de/media/2012-03-22_Projektauftrag-Template_v1.pdf

[7] «2. Vorgaben und Rahmenbedingungen.  2.1 Projektstrategie. Die Projektleiter sind frei in der Umsetzung der abgestimmten Aufgaben; sie informieren die WHS aber jeweils vorab über die geplanten Massnahmen und Aktivitäten.. Änderungen in der Projekt-Ausrichtung, die von den Projektleitern im Laufe des Projektes vorgeschlagen Die Projektleiter sind frei in der Umsetzung der abgestimmten Aufgaben; sie informieren die WHS aber jeweils vorab über die geplanten Massnahmen und Aktivitäten.. Änderungen in der werden, müssen durch die WHS freigegeben und diesem Projektvertrag in schriftlicher Form beigefügt werden », page 1, https://www.wauland.de/media/2012-03-22_Projektauftrag-Template_v1.pdf

[8] « 2.5 Finanzierung.  Folgende Dinge werden durch die Stiftung im Projekt 04 finanziert, solange zweckgebundene Spenden verfügbar sind: • Infrastruktur (Hard- und Software) sowie Entwicklung von Software und Arbeitsabläufen. • Auslagenerstattung im Rahmen des Projekts. • Bezahlung des Projektleiters und weiterer Hilfspersonen der Stiftung.. • Kosten von im Einzelfall vereinbarten Kampagnen und Fundraisingaktionen. • Rechtsberatungskosten (dazu gehören NICHT Anwaltskosten für Julian Assange wegen des schwedischen Auslieferungsantrags). • Strukturkosten und Kosten, die aus dem Wachstum des Projekts resultieren. • Übliche laufende Kosten wie z.B. Miete von Büroräumen und Ausrüstung. Das Spendenaufkommen in 2011 ist gegenüber 2010 um 90% eingebrochen auf Grund der Blockade der Zahlungswege über PayPal, VISA und Mastercard als Folge der Veröffentlichung der « cables » », Jahresbericht 2011, page 2, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[9] https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf, page 2

[10] https://www.lrb.co.uk/v36/n05/andrew-ohagan/ghosting

[11] « 2.6 Kontrolle .Dem Projektleiter obliegt eine regelmäßige Berichtspflicht, die primär in Form von verschlüsselter Internetkommunikation (Chat) wahrgenommen und durch regelmäßige persönliche Treffen vertieft wird. Der Stiftung obliegt die Prüfung der eingereichten Rechnungen, die in der Regel bereits vom Projektleiter autorisiert wurden », page 2, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[12] « 3 Nachweis der tatsächlichen Kontrollausübung  Julian Assange und die weiteren Hilfspersonen des Projektes sind gemäß des geschlossenen Projektvertrages verpflichtet, die vereinbarten Tätigkeiten auszuführen und dabei die unter Punkt 2 des Vertrags vereinbarten Rahmenbedingungen einzuhalten.

Der Vorstand übt seine Kontrolle durch die individuelle Prüfung der Tätigkeiten im Rahmen der inhaltlichen und formellen Abnahme aus. Die diesbezüglich laufende Arbeit des WHS-Vorstands wird in wöchentlichen Telefonkonferenzen abgestimmt.

Die Vorstandsmitglieder kommunizieren zwischendurch mit den Hilfspersonen über die laufenden Arbeitsschritte bzw. deren Abnahme über elektronische Kommunikationsmittel wie Chat, Jabber und Telefon. Dadurch wird sichergestellt, dass nur diejenigen Arbeiten des Projekts finanziert werden, die vereinbart worden sind.

 Die der WHS zugegangenen Rechnungen über Aufwandsentschädigungen bzw. die Erstattung von Auslagen werden jeweils mit den vorliegenden Berichten abgeglichen oder nach mündlicher Rücksprache freigegeben. Im Falle weiteren Klärungsbedarfs wurde dies auf der Rechnung entsprechend zur Klärung vermerkt. Jede Rechnung trägt einen persönlichen Kontrollvermerk des Vorstandsmitglieds, das die Freigabe in Abstimmung durchgeführt hat. », page 3, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[13] « Für den Fall, dass die Projektleiter durch äussere Umstände behindert sind, ihre Rolle auszuüben, wird die Projektleitung durch die WHS an andere Personen delegiert und ein neuer Projektvertrag geschlossen », page ,

https://www.wauland.de/media/2012-03-22_Projektauftrag-Template_v1.pdf

Andy Müller-Maguhn as the real director of the « Wikileaks » project

« In 2011, Andy Müller-Maguhn also acted as delegate of the Board of Directors to keep abreast of developments on the ground and to clarify detailed questions on site. He undertook several trips (see travel documentation) and reported to the Executive Board on this during the telephone conferences or in personal meetings. At the end of July 2011, the Wau-Holland Foundation held a board meeting in Hamburg at which all members of the Board and Andy Müller-Maguhn attended to assess the status and further needs of project 04 « Wikileaks ». The aim was also to improve the rules of procedure for dealing with all those involved in the project ».[1]

Page 6 of the annual report tells us on what dates and for what reasons Andy Müller Maguhn goes in 2011 to Ellingham Hall where he is received by the owner of the premises Vaughan Smith, guarantor of Julian Assange in the context of his house arrest in pre-trial detention. In January 2011, Andy Müller Maguhn, delegate of the Board of Directors of the Wau Holland Foundation, will come to Ellingham Hall for the following reasons : « Discussion with a department head of the SPIEGEL as German media partner about planned further publications »[2]. He performs « an inspection of the local work situation and coordination of the activities of other support staff »[3]. In May 2011 he leads « conceptual discussion on the rebuilding of a submission system for a worldwide anonymous receipt of materials »(…)[4] He has also « a meeting with the new project manager (women), who is in the training phase ».[5] In July 2011 he performs « a visit of the « Fundraising Party » decided by the Board ».[6] He leads « discussions with media partners. » and takes decisions on «the agreement on the objectives and procedures of the publication « Spy Files » ».[7]

In August 2011 Andy Müller Maguhn will be leading the « intermediate discussion on the status of the work on the « Spy Files »[8] and the coordination meeting with the media partner SPIEGEL on other materials »[9]. Finally, from 21 to 24 October he returns from Germany to England with two other members of the Board of Directors, Klaus Schleisiek and Bernd Fix for a « working meeting in London with media partners for the « Spy Files ». Clarification of open invoice acceptances with the helpers in Ellingham Hall ».[10] Bernd Fix, member of the Board of Directors participates in a press conference at the Frontline Club about the lawsuit against bank blocking[11] . Finally, on 21 November 2011 Andy Müller Maguhn leads a « Working meeting with media partners immediately before publication of the « Spy Files » ».[12]

We cannot deduce from this report how the delegate of the Board of the Wau Holland Foundation controls the work of the project leader of the 04 « Wikileaks » project Julian Assange on the other publications, but he appears here acting as editor-in-chief with regard to the publication « Spy Files ». Moreover, he appears to be the main or even sole negotiator with the partner media and appears to be a decision-maker on the hiring of new employees such as the new project leader whose name remains hidden. Meanwhile, at the end of November 2011, Julian Assange lost all his appeals and has to appeal to the British Supreme Court against extradition to Sweden. On 1 December 2011 at the press conference launching the publication of the « Spy files », he is waiting to hear whether his appeal will be accepted by the Court[13]. He will also lose this case on 13 June 2012.

The concrete relationship between Board delegate Andy Müller Maguhn and Wau Holland’s « project manager » Julian Assange on the 04 « Wikileaks » project remains unclear in the foundation’s annual report, but the document gives us a description of what has been done under the title « Content orientation and publications » :

« In 2011, Project 04 was mainly concerned with 4 thematic complexes of public interest in addition to infrastructural work. In concrete terms, infrastructural work means an expansion of the server infrastructure, among other things for the decentralised viewing and commenting of submitted materials by media partners worldwide. The raw materials made available to media partners by WikiLeaks are first roughly screened. Then, as a rule, the research approaches that result are followed by the journalists themselves, so that complete reports emerge from this, ensuring that the materials are adequately presented in their context. The anonymised publication of the basic material is then generally synchronised and linked to the publications of the media partners »[14].

Also « this approach ensures the verification, contextualisation and protection of those affected ».[15]

Throughout the year, publications are published on the following countries: Brazil, Sri Lanka, Great Britain, Sweden, USA, Guatemala, Colombia, Ecuador, Egypt, Jordan, Yemen, Thailand, India. The publication of 2 February 2011 unveils the US destruction project of « Wikileaks ». On 25 April 2011 the « Guantanamo Files » and on 1 December 2011 the « Spy Files », the telecommunications surveillance documents, will be published.

The report presents the realisation of each activity. By comparing with the table on page 6, where the activities are quantified, it is possible to see how donor money was spent on the 04 « Wikileaks » project.

« Presentation of the fields of activity in project 04 » :

«  5.1 Administration ». These are the management costs on the foundation side: accounting, legal advice and travel expenses of the board members and delegates for project controlling. The day-to-day management of business (record keeping, payment management, banking relations) is carried out by the members of the Board of Directors on a voluntary basis[16]. The sum is 24,256 Euros. It includes the 6 trips of Andy Müller Maguhn and the trip of Klaus Scheisiek and Bernd Fix to England. This description shows that the Board of Directors has the means of payment, and therefore probably pays the salaries or emoluments of the project’s employees, whatever the contract under which they act.

« 5.2 Project management » : « The content of the project is managed by Julian Assange, with whom the contract mentioned in point 2 was concluded. He is also responsible for the acceptance of the activities »[17].

Julian Assange is therefore responsible for the content of the publications, but not certain aspects of the project organisation. According to the passages of the documents analysed above, he would not be responsible for the budget and the hiring of collaborators. To do this Julian Assange is, according to the grid on page 6, paid 72,000 Euros per year, or 6,000 Euros per month. This remuneration seems comfortable, but nothing is said about the payment of social contributions, health insurance, pension and unemployment insurance. According to the laws of the European Union, Julian Assange works for a German company while living in Great Britain. His status would therefore be that of a posted worker for a German company.

In this context the foundation has to pay contributions into a German social security fund. To do so, it must therefore issue Julian Assange with a residence permit for Germany, or use the one he already has when staying in the EU area, regardless of the country. If the foundation does not ensure that the foreign employee or service provider has this EU residence permit, he is simply « without papers » and the foundation will still have to pay the social contributions after the employee has been regularised with the administrative authorities, after a lawsuit at the labour court or after an intervention by the labour inspectorate and/or the trade unions. It is worth recalling here that the employment of migrants without paying their contributions is illegal under German and EU law. This illegal practice is denounced and combated by trade unions in Europe as undeclared work, the shameless exploitation of vulnerable workers, sometimes also a practice close to slavery. The German labour inspectorate should be called upon to establish the responsibility of the Wau Holland Foundation in the situation of Julian Assange as an undeclared foreign worker whose rights have not been respected.

« 5.3 Planning ». This term covers the organisation of meetings, the keeping of the agenda and the coordination of the programme of the different actors of the project in relation to the progress of the project. It is the management assistantship for which the sum of 40,800 Euros is mentioned. This sum can be used to largely remunerate a post at around 2000 to 3000 Euros per month[18].

« 5.4 Logistics » . This term includes : « the technical organisation of meetings and conferences, – Infrastructure for activities in the project, – Organisation of travel funds or travel, – Coordination and infrastructure for volunteer project staff. The Foundation has also recorded the travel of its delegates for the acceptance and control of work steps under the item logistics »[19].

This term covers therefore the aspects of event organisation (press conferences) which is very important in the editorial project of « Wikileaks ». Monitoring teams of volunteers can be a full-time management position, as in large NGOs. As for the Board delegate’s trips to England, these have already been mentioned in the « management » section, but it is possible that there were more of them in order to better control the « working steps » (« Arbeitschritte »). With the sum of 87,000 Euros per year, it is possible to employ two people at a salary of 2,500 Euros net per month while paying social security contributions of around 40% of the salary in addition.

« 5.5 Software ». « In order to achieve the project’s objectives, various developers have created components for the receipt, internal review and publication of materials in 2011. Most of these activities were honorary, in 2011 2 developers received remuneration for this. ».[20]

The work of the developers was therefore remunerated to the tune of 26,000 Euros, i.e. 13,000 Euros each.

« 5.6 Research ». « To verify the authenticity and relevance of the material received, 3 persons were employed in 2011, who also undertook several trips for this purpose. In order to understand foreign language material, another person was temporarily engaged in research »[21]. Unfortunately, we do not know what contracts these people were hired under or what language the fourth person worked with. The allocated sum of 64,330 Euros does not allow us to pay people working full-time for a year of 4 people with a correct salary. It can be assumed that these positions were temporary or half-time positions. The Wau Holland Foundation remains silent on the employment contracts it has drawn up for these people. I am astonished that the German labour inspectorate has not been called in to fill in this vagueness and check whether the hiring of these people was in compliance with the German labour code and/or European labour directives.

« 5.7 Legal advice. ». Two law firms were hired to « to assess the legal impact of publications » and to « secure collaboration agreements with media partners and to clarify tax issues »[22]. One law firm is British and the second German. Unfortunately, the document does not give the names. The large sum of 72,000 Euros was paid to them, but it is not known who the recipient law firms were that benefited from this manna of money from the donor citizen. There is no need to repeat here that Julian Assange’s appeal proceedings against the repression that plagued him are not covered by the 04 « Wikileaks » project. Julian Assange has only obligations towards the Wau Holland Stiftung and does not even benefit from its financial support against the repression of which he is a victim, whereas the citizens are convinced to help HIM by donating money to the Wau Holland Stiftung. Julian Assange’s work for Wau Holland is clearly an exploitation of the former by the latter and an abuse of social good vis-à-vis donors for the « Wikileaks » project.

« 5.8 Journalistic preparation.

 « Various journalists were hired and their time and effort paid accordingly for the journalistic preparation, in particular the contextualisation of material received and the explanatory lighting of background and contexts. In 2011, a total of 6 journalists were thus employed as assistants in this area. »[23] The sum of 58,578 Euros was spent, i.e. 9,763 Euros per journalist. The document does not specify whether journalists from the partner media were paid or whether they were young journalists working solely for the project. Similarly, there is no indication of the type of contract they signed, let alone their names. However, if the money collected from the citizen is used to pay the salaries of journalists who subsequently « storytell » about « Wikileaks » or the person of Julian Assange, the citizen is entitled to know who carried out which task, for how much and with what money.

«5.9 Technical preparation »[24]. This is the physical work of putting stuff online. It was carried out by volunteers, who were nevertheless compensated 31,000 euros per year, or 2,583 euros per month, which is quite a large sum for voluntary work.

« 5.10 Public Relations ». « Besides Julian Assange, the public relations work is primarily coordinated by Kristinn Hrafnnson, the spokesperson engaged for this purpose. In addition, various video documentaries, short films and contributions were produced. Also included here are graphic work and the costs of organising press conferences and travel to press events. The costs of translation activities were also allocated here. A total of up to 7 auxiliary persons (some of them temporary) and 3 service providers were active in this area »[25].

This is the most important position. Kristinn Hrafnsson appears here in the role of media communications manager as we know her today.With 10 people, even if some of them are temporary, it is a whole team of professionals who have taken care of « Wikileaks » communication tools. Kristinn Hrafnsson is a managing shareholder of Sunshine Press Production, an Icelandic company that will become the exclusive subcontractor to the Wau Holland Foundation for the 04 Wikileaks project in 2014 and remain so until 2020[26]. During this period Julian Assange will no longer be able to run the company of which he is supposed to be the manager because of his confinement in Ecuadorian premises. It is possible that the service contracts mentioned here concern Sunshine Press Productions and that the 7 people hired will be hired through contracts with this company. The sum of 111,574 Euros seems significant, but divided by 12 months, remains a budget of 9297 Euros per month, comfortable but only allowing the hiring of 2 to 3 people on a stable basis.

« 5.11 Technical infrastructure »[27]. This term includes server installations on which documents are secured as well as all internet connections. In 2011 the servers were rented to 3 companies for the sum (rather modest compared to other expenses) of 12,000 Euros.

Under « 5. 12 General infrastructure », [28] the rental of several offices and conference facilities is mentioned. It was necessary to subcontract the organisation of press conferences to two companies. The total sum is 59,933 Euros and seems realistic if you count the people hired full time for the daily work in an office and the costs of renting rooms in London. The Foundation’s activity reports do not mention which rooms were involved: the premises of the Frontline Club managed by the Frontline Club Charity Trust, a British structure subsidised among others by Georges Soros’ Open Society Foundation, whose headquarters are at 15A Norfolk Place in London[29], or the Elligham Hall residence where Julian Assange was imprisoned?

In total, the Wau Holland Stiftung’s 04 « Wikileaks » project cost 660,522 Euros in 2011. With the 400,000 Euros spent in 2010, two thirds of the donations collected at the start of the project in July 2010 have been used up. The number of people paid by the project can be estimated at between 11 and 25. The stable posts would be the project leader, the executive assistant, the secretariat (2 posts), IT services (estimated at a minimum of one full-time post), 3 research posts and 3 posts in the media centre – at least 11. If we add the payment of 6 journalists, the paid volunteers (evaluated at 1 full-time position) and counting all the 7 additional people mentioned as working for the media centre, the maximum figure of 25 people seems realistic.

Half a million euros still in reserve and donations will continue to flow in 2011, according to Wau Holland’s financial document. However, Julian Assange, while remaining project manager in 2012, will no longer receive any remuneration. The 2012 activity report announces that he has been working as a volunteer[30]. It is impossible to understand from reading these documents how his « project contract » with the foundation allows him to work without salary. There is every reason to believe that « work without payment under contract » is illegal. Under European law you cannot force someone to perform a task for free: doing so is forced labour, and therefore slavery. Forced labour is prohibited in all forms in the fundamental rights of all European countries, in the European Charter of Fundamental Rights and in the Universal Declaration of Human Rights. Voluntary work can be regulated by a special contract, but no coercion or punishment can be inflicted on the volunteer who is free to stop whenever he wants. Julian Assange in 2012 is already a prisoner held hostage in an ubuesque situation. To make him work for free on a project run by a German structure is a particular abuse on which light must be shed on. Those responsible for this situation and all those who profited from the money of the « Wikileaks Project » must assume the legal consequences of this responsibility.

The document « Project 04: Defending freedom of information -Transparency Report 2011 » is a financial report on the « Wikileaks » project[31]. For the expenditure part it includes the description and figures quoted in the activity report. For the income part, donations in 2011 amount to 139,401 Euros, an honourable sum but far from the success of 2010. The two best months are January 2011 (after the publication of the US diplomatic telegrams) and October (before the publication of the « Spy files »), at a rate of 29,000 Euros per month. In February, after the publication of the US documents against Wikileaks, 17,000 Euros were collected and the rest of the year the sums ranged from 1,200 Euros in April to 11,000 in June and 15,000 in December. We can see that the monthly sum is random and that the project therefore requires rigorous year-round management.


[1] « Im Jahre 2011 agierte zudem Andy Müller-Maguhn als Delegierter des Vorstands, um über die Entwicklungen vor Ort im Bilde zu sein und Detailfragen vor Ort zu klären. Er unternahm mehrere Reisen (siehe Reisedokumentation) und berichtete hierzu dem Vorstand bei den Telefonkonferenzen bzw. in persönlichen Gesprächen. Ende Juli 2011 hat die Wau-Holland-Stiftung eine Vorstandsitzung in Hamburg abgehalten, an der alle Vorstandsmitglieder sowie Andy Müller-Maguhn teilnahmen, um den Stand und weiteren Bedarf des Projekts 04 « Wikileaks » festzustellen. Hier ging es auch um die Verbesserung der Verfahrensregeln im Umgang mit allen an dem Projekt beteiligten Personen »., page 3, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[2] « Gespräch mit einem Ressortleiter des SPIEGEL als deutschem Medienpartner über geplante weitere Veröffentlichungen. », page 6, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[3] « Besichtigung der lokalen Arbeitssituation und Abstimmung der Tätigkeiten weiterer Hilfspersonen » ; page 6, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[4] « Konzeptionelle Diskussion über den Neuaufbau eines Submission-Systems für eine weltweite anonyme Entgegennahme von Materialien »,page 6, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[5] « Treffen mit der in der Einarbeitungsphase befindlichen neuen Projektmanagerin », page 6, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[6] https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf, « Besuch der vom Vorstand beschlossenen « Fundraising Party »

[7] « Gespräche mit Medienpartnern. Vereinbarung der Zielvorgaben und Vorgehensweisen der unter 4.4 weiter ausgeführten Veröffentlichung « Spy Files », page 6, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[8] « Zwischenbesprechung zum Stand der Arbeiten bei den « Spy Files », page 6, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[9]  « Abstimmungsgespräch mit dem Medienpartner SPIEGEL zu anderen Materialien » page 6, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[10] « Arbeitssitzung in London mit den Medienpartnern für die « Spy Files ». Klärung offener Rechnungsabnahmen mit den Hilfspersonen in Ellingham Hall. », page 6, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[11] « Teilnahme von Bernd Fix an der Pressekonferenz zur Bankenblockade am 24.10.2011 im Frontline Club », page 6, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[12] « Arbeitssitzung mit den Medienpartnern unmittelbar vor Veröffentlichung der « Spy Files » », page 6, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[13] https://www.youtube.com/watch?v=Q3zpLefXOP4

https://www.news.com.au/technology/wikileaks-details-surveillance-industry/news-story/1cbcb6ff55fb5c57cc8d359aef1a326a

[14] « Im Jahre 2011 war das Projekt 04 neben infrastrukturellen Arbeiten vor allem mit 4 Themenkomplexen von öffentlichem Belang beschäftigt. Infrasturkturelle Arbeiten heißt konkret, ein Ausbau der Server-Infrastruktur, unter anderem für die dezentrale Sichtung und Kommentierung von eingereichten Materialien durch Medienpartner weltweit. Die von WikiLeaks den Medienpartnern zur Verfügung gestellten Rohmaterialien werden zunächst grob gesichtet. Dann werden in der Regel die Rechercheansätze, die sich ergeben, von den Journalisten selber verfolgt, so dass hieraus vollständige Berichte entstehen, die eine adäquate Darstellung der Materialien in ihrem Kontext sicherstellt. Die anonymisierte Veröffentlichung des Basismaterials erfolgt dann grundsätzlich synchronisiert und verlinkt mit den Veröffentlichungen der Medienpartner », page 3, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[15]«  Durch diese Vorgehensweise ist die Verifizierung, die Kontextualisierung und der Schutz von Betroffenen sichergestellt. », page 3, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[16] « 5.1 Verwaltung Dies sind die Verwaltungskosten auf Seiten der Stiftung: Buchhaltung, Rechtsberatung und Reisekosten von Vorstandsmitgliedern und Deligierten für das Projektmonitoring. Die laufenden Verwaltungsgeschäfte (Aktenführung, Zahlungsmanagement, Bankgeschäfte) werden von Vorstandsmitgliedern ehrenamtlich geleistet. 5.2 Projektleitung Die inhaltliche Projektleitung obliegt Julian Assange, mit dem der unter Punkt 2 erwähnte Vertrag geschlossen wurde. Ihm obliegt auch die inhaltliche Abnahme der Tätigkeiten. », page 4 https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[17] « Die inhaltliche Projektleitung obliegt Julian Assange, mit dem der unter Punkt 2 erwähnte Vertrag geschlossen wurde. Ihm obliegt auch die inhaltliche Abnahme der Tätigkeiten ». page 4, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[18] « 5.3 Planung Die Planung umfasst die Koordination von Terminen, Treffen und anderen Aktivitäten, inklusive der regelmäßigen Abstimmung mit den Akteuren über den Fortgang vereinbarter Aktivitäten », page 4,

https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[19] « Die Logistik des Projektes umfasst: • Technische Ausrichtung von Treffen und Konferenzen, • Infrastruktur für Tätigkeiten im Projekt, • Organisation von Reisemitteln bzw. Reisen, • Koordination und Infrastruktur für ehrenamtlich engagierte Projektmitarbeiter. Unter dem Punkt Logistik hat die Stiftung auch die Reisen ihrer Delegierten für die Abnahme und Kontrolle von Arbeitsschritten erfasst », page 4, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[20] « Zur Verwirklichung der Projektziele haben im Jahr 2011 verschiedene Entwickler Komponenten für die Entgegennahme, die interne Sichtung und die Veröffentlichung von Materialien erstellt. Die meisten dieser Tätigkeiten waren ehrenamtlich, im Jahre 2011 haben 2 Entwickler hierfür eine Vergütung bekommen. », page 4,

https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[21] « 5.6 Recherche Zur Verifizierung der Echtheit und Relevanz zugegangenen Materials waren im Jahre 2011 im wesentlichen 3 Personen beschäftigt, die hierfür auch mehrere Reisen unternommen haben. Zum Verständnis fremdsprachlichen Materials war temporär eine weitere Person mit Recherchen beschäftigt. », page 5, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[22] « 5.7 Rechtsberatung Zur Klärung der juristischen Bewertung eingegangenen Materials, der Sicherstellung der rechtlichen Unbedenklichkeit von Veröffentlichungen, der Gestaltung von rechtlichen Vereinbarungen mit Medienpartnern und Projektpartnern, sowie der Klärung fiskaler Fragen wurde im Jahre 2011 eine Kanzlei in England und eine in Deutschland engagiert. », page 5, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[23] « 5.8 Journalistische Aufbereitung. Zur journalistischen Aufbereitung, insbesondere der Kontextualisierung zugegangenen Materials und der erklärenden Beleuchtung von Hintergründen und Zusammenhängen, wurden verschiedene Journalisten engagiert und ihr Aufwand entsprechend vergütet. Im Jahr 2011 waren damit insgesamt 6 Journalisten als Hilfskräfte in diesem Aufgabenbereich tätig. », page 5, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[24] « 5.9 Technische Aufbereitung Im Vorfeld von Veröffentlichungen werden die Materialien technisch für die Verbreitung im Internet aufbereitet. Diese Tätigkeiten wurden im Jahre 2011 überwiegend ehrenamtlich erbracht, lediglich für eine besonders aufwändige Aufbereitung wurde die Tätigkeit honoriert. Die für die Organisation der ehrenamtlich Tätigen aufgelaufenen Aufwendungen wurden im Logistikbereich erfasst ». page 5, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[25]«  Die Öffentlichkeitsarbeit wird neben Julian Assange primär von dem dafür engagierten Sprecher Kristinn Hrafnnson koordiniert. Zusätzlich wurden verschiedene Videodokumentationen, Kurzfilme und Beiträge erstellt. Ebenso sind hier Grafikarbeiten und  Ausrichtungskosten von Pressekonferenzen sowie Reisen zu Presseterminen erfasst. Hier wurden auch die Kosten von Übersetzungstätigkeiten zugeordnet. In diesem Bereich waren insgesamt bis zu 7 Hilfspersonen (teils temporär) und 3 Dienstleister tätig ». page 5, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[26] https://www.wauland.de/media/2014_Jahresbericht.pdf

[27] « 5. 11. Unter der Bezeichung technische Infrastruktur sind hier nur die Serverinstallationen zur Organisation des Datenflusses erfasst. Die im Kontext angemieteter Räume organisierten Internetanschlüsse etc. sind als allgemeine Infrastrukturkosten verbucht. Im Jahre 2011 waren bei insgesamt 3 Internetdienstleistern Server untergebracht. », page 5, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[28] « 5.12 Allgemeine Infrastruktur Für die Tätigkeiten der engagierten Hilfspersonen und ehrenamtlich tätigen Helfer wurden im Jahr 2011 für mehrere Monate Büroräume angemietet, zum Teil fielen die Arbeiten auch während mehrtägiger Konferenzen an. Für diese Konferenzen wurden jeweils geeignete Räume mit Internet und Konferenzinfrastruktur angemietet. Im Jahr 2011 wurden hier von 2 Unternehmen Räumlichkeiten angemietet. », page 5, https://www.wauland.de/media/2011_Jahresbericht.pdf

[29] https://register-of-charities.charitycommission.gov.uk/ – Annual reports from 2003 until today

[30] « Projektleitung. Die inhaltliche Projektleitung obliegt Julian Assange, mit dem ein entsprechender Projekt-Vertrag geschlossen wurde. Ihm obliegt auch die inhaltliche Abnahme der Tätigkeiten. Diese Tätigkeit wurde im Jahr 2012 ehrenamtlich ausgeführt. », page 7, “Projekt 04: Informationsfreiheit verteidigen” Transparenzbericht 2012, Wau Holland Stiftung,

https://www.wauland.de/media/2012_Transparenzbericht-Projekt04_de.pdf

[31] https://www.wauland.de/media/2011_Transparenzbericht-Projekt04_de.pdf

The criminal, moral and financial responsibility of the managers of Wau Holland in the imprisonment of Julian Assange

To conclude our analysis, we would like to quote from the document of the new legal statutes of the Wau Holland Stiftung dated 21 September 2011 – « The Constitution of the Wau-Holland Foundation ». The new statutes establish the headquarters in Hamburg and the objects of the foundation as « education, culture, science, consumer protection and advice to consumers ». The foundation’s activities in connection with its statutory objectives are described as continuing education in new technologies for young people and adults through the promotion of open source, culture (media and technology museum projects), and scientific activity. After mentioning the promotion of encyclopaedias on the internet, the foundation « promotes worldwide communication, freedom of information and civil courage. It promotes scientific work in the field of recent history of technology and media and research into the connection between social developments and communication media »[1]. – « Zivilcourage » can be translated from German as civic engagement or responsibility.

The « 04 Wikileaks project » and those that will follow it, as well as the « 07 Zivilcourage project » in support of the whistleblowers created in 2014, can thus enter into this convoluted formula[2].

The power within the foundation belongs to the Board of Directors of 5 persons which cannot be enlarged but only renewed by co-optation after defection. The President is primus inter pares. Decisions are taken by a majority of votes with a minimum of 3 people present. Decisions involving more than one third of the foundation’s capital must be taken by at least 4 persons including the president. In order to exclude a member, 2/3 of the votes are required, i.e. 3 out of 4, since the fifth would be the excluded member, an unprecedented situation.

On 25 March 2018 Andy Müller Maghun signs the 2016 report of the Foundation and this document shows that he is then president of the foundation. Today he is the « second president » after handing over to Klaus Peter Schleisieck, a computer scientist who campaigned at ATTAC Germany for universal income in 2017 and who participated in the direction of the 04 Wikileaks project in 2011 and 2012.

Bernd Fix today turned the page on « Wikileaks » and promoted Bitcoin at the Chaos Computer Club conferences. However, he should have been questioned about his responsibility for the 04 « Wikileaks project », which he and Andy Müller Maguhn so cleverly unloaded on the back of his former employee and worker for free, Julian Assange.

This is important not only because Julian Assange is suffering because of decisions he did not take, never having had any freedom in his collaboration with Wau Holland, but also because the « 04 » project continues from 2014 until today as a subcontracting that Wau Holland entrusts to Sunshine Presse Production :

The 2014 Annual report describes the following: « 5. Project 04 – Freedom of information In project area 04, the activities were restructured so that coordination with and control of the activities by the board of directors become easier. A framework contract for journalistic services was concluded with the media company Sunshine Press Productions EHF (SPP, Iceland). Since then concrete projects have been commissioned and invoiced according to the progress of work. The services include: Project coordination, technical preparation of the materials to protect whistleblowers and third parties (removal of meta information), review and contextualisation of the materials, preparation for publication on the Internet and communication with media partners. In 2014 the website wikileaks.org was also completely redesigned with a new submission platform and improved document search ».[3]

Every year, the same formula, or almost the same formula, is used to renew the « 04 » Wikileaks project in its subcontracting formula to the Icelandic company of Ingi Ragnar Ingasson and Kristinn Hrafnsson. However, the two Icelanders are quite rightly designated as « service providers » by the German project managers, while the president of the Wau Holland Stiftung signs the reports, thus authenticating its criminal, moral and legal responsibility in the eyes of the world, citizens and states.

The « 07 Zivilcourage project » which appears in the 2014 activity report can be identified with the « Courage Foundation » of which Andy Müller Maguhn is a « director [4]» and of which Julian Assange’s friend and collaborator on the « 04 Wikileaks project » Sarah Harrison was the « president » until 2017.

Wau Holland Stiftung Report 2014

« 8. Project 07: Civil Courage. The Project Area 07 was newly established in 2014 under the name « Zivil Courage » in order to pay special tribute to and, if necessary, support persons who have distinguished themselves in the sense of the Foundation’s statutory objectives. In 2014, a small amount of travel expenses for participation in events was reimbursed here, also in order to make the activities of the Wau Holland Foundation in this area better known »[5].

We put the words « president » and « director » in between quotes because there are serious doubts about the legal structure of this organisation, which neither has an address in any European country, nor does it provide any legal documents or publish any report on its activities. The only contact is a form on the site and nobody ever replies to messages left. Wau Holland’s annual report for 2015 does mention a « collaboration with the Courage Foundation in Great Britain »[6], but the only « Courage Foundation » in the register of associations in Great Britain deals with children and has nothing to do with whistleblowers.

The only address visible on the site is the one under the name of the bank to which donors are invited to send money: The Chase Bank in New York – « Bank Account Courage Corp, account number 000 000 83 87 31 689, BIC SWIFT code CHASUS 33, Routing number IBAN 021 000 21, Reference: Courage Foundation, bank address Chase Bank, 270 Park Avenue, New York, NY 100 17, USA. Recipient address: Courage Foundation, 201, Varick Street, PO. Box #766, New York , USA »[7].

The address of the bank to which citizens are invited by Andy Müller Maguhn and other leaders[8] to send their money to support Julian Assange and other whistleblowers is not in Europe, but in the United States, which can only come as a surprise, given that this country is particularly hostile to « Wikileaks » and is pursuing Julian Assange for criminal allegations. The recipient bank is the major American bank Chase Manhattan Bank and the address of the account of the « Courage Corp » is Park Avenue. But it gets worse: the mailing address of the Courage Foundation is 201 Varick Street in New York City, an office belonging to the US federal state in which the Immigration Court is located, but also the National Urban Security Technology Laboratory part of United States Department of Homeland Security ![9]

201 Varick Street in New York, the adress of the Courage Corp is in the Federal Building of the Homeland Security Departement

But there are worse things! The « Courage Foundation or Courage Found » was not found in the registers of German, French or British NGOs. But it does not exist in the registers of NGOs in New York State either. On the other hand, the « Courage Corp » does exist as a private company, a « Domestic Business Corporation », created on 30 May 2017 and registered under DOS ID number 5145362 in the New York Department of State Division of Corporation[10]. The address of its registered office is that of its manager Nathan Fuller, 2790 Brodway, apt. 4D, 100 25, New York.

In the United States, as in Europe, the law obliges charitable organisations and non-governmental organisations that live from donations to submit their accounts to a supervisory authority and to make them public. Citizens’ money must be used for the purpose stated in the legal statutes of these structures and the public must have the means to verify this. Any use of citizens’ money for another purpose is an abuse of social good. So what can be said about the maintenance of a private capitalist profit-making enterprise with citizens’ money? This kind of practice is condemned by law and morals in our capitalist societies. A « business » must sell services and goods and cannot live on public charity.

The Courage Corp, its leaders and those who encourage donations to Courage Corp are thus committing an abuse of social good, perhaps even a scam by collecting donations from citizens who want to help whistleblowers. This is all the more serious as the US business entity Courage Corp masquerades as a charity, the Courage Foundation, an entity that in reality does not legally exist anywhere. It is time for the judicial authorities to remind the leaders of these structures, both Nathan Fuller in New York and Andy Müller-Maguhn in Germany to their responsbility. Müller-Maguhn, who appeals to the generosity of European citizens to make donations to a private American business enterprise, cannot escape his legal responsibility, all the more so as he remains today a leading member of the Board of Directors of the Wau Holland Stiftung, a foundation with its headquarters in Hamburg, which is listed in the registers of foundations of the Free City of Hamburg[11].


[1] « Sie fördert die weltweite Kommunikation, Informationsfreiheit und Zivilcourage. Sie fördert wissenschaftliches Arbeiten im Bereich neuerer Technik- und Mediengeschichte und die Erforschung des Zusammenhangs gesellschaftlicher Entwicklungen und Kommunikationsmedien ». page 1,

https://www.wauland.de/media/2011-09-21_Verfassung-WHS.pdf

[2] https://www.wauland.de/media/2014_Jahresbericht.pdf

[3] http://www.wauland.de/media/2014_Jahresbericht.pdf

« 5 Projekt 04 – Informationsfreiheit Im Projektbereich 04 wurden die Aktivitäten umstrukturiert, so dass eine Abstimmung mit und eine Kontrolle der Aktivitäten durch den Vorstand einfacher wurden. Mit der Medienfirma Sunshine Press Productions EHF (SPP, Island) wurde ein Rahmenvertrag für journalistische Dienstleistungen geschlossen. Seitdem werden konkrete Projekte beauftragt und nach Arbeitsfortschritt abgerechnet. Die Dienstleistungen umfassen: Projektkoordination, technische Aufbereitung der Materialien zum Schutz von Whistleblowern und Dritten (Entfernen der Metainformationen), Review und Kontextualisierung der Materialien, Aufbereitung für die Veröffentlichung im Internet sowie Kommunikation mit Medienpartnern. 2014 wurde auch der Internetauftritt von wikileaks.org grundlegend überarbeitet mit neuer Submission-Platform und verbesserter Dokumentensuche ».

[4] https://www.couragefound.org/tag/andy-muller-maguhn/

[5] « 8 Projekt 07: Zivilcourage Der Projektbereich 07 wurde 2014 unter dem Namen « Zivilcourage » neu eingerichtet, um Personen besonders zu würdigen und nötigenfalls zu unterstützen, die sich im Sinne der satzungsgemäßen Ziele der Stiftung besonders hervorgetan haben. Im Jahre 2014 wurden hier in geringem Umfang Reisekosten für die Teilnahme an Veranstaltungen erstattet, auch um die diesbezüglichen Aktivitäten der Wau Holland Stiftung besser bekannt zu machen »

http://www.wauland.de/media/2014_Jahresbericht.pdf

[6] http://www.wauland.de/media/2015_Jahresbericht.pdf

[7] https://www.couragefound.org/donate/

[8] https://www.justice.gov/eoir/new-york-varick-immigration-court

https://en.wikipedia.org/wiki/National_Urban_Security_Technology_Laboratory

[9] https://www.couragefound.org/advisory-board/

[10]

https://appext20.dos.ny.gov/corp_public/CORPSEARCH.ENTITY_INFORMATION?p_token=D59D5B681BF708EB34A01B12983E32B0AF66E6B482D0DCCBE330598692791F670F764E558BEDCE22BCBC26AB4E7275B5&p_nameid=9805E5371F7C8010&p_corpid=0DFAEC3F1D70B519&p_captcha=17950&p_captcha_check=D59D5B681BF708EB34A01B12983E32B0AF66E6B482D0DCCBE330598692791F6730AFA8B9CB875F73B271C779DD1E75B7&p_entity_name=%43%6F%75%72%61%67%65%20%43%6F%72%70&p_name_type=%41&p_search_type=%42%45%47%49%4E%53&p_srch_results_page=0

[11] https://serviceportal.hamburg.de/HamburgGateway/FVP/FV/Justiz/Stiftungsdatenbank/?sid=55#

Conclusion

When I saw Julian Assange for real on October 21, 2019, January 13, 2020, February 24, 25, 26 and 27, 2020 and September 9, 2020 what always struck me was the expression of sadness on his face, that of a man deeply wounded to have been betrayed by those he considered close. The men of the Wau Holland Stiftung were his ones were among his closest ones. They live quietly in Berlin and Hamburg between their private homes, their businesses (Andy Müller Maguhn’s Datareisenbureau), the Chaos Computer Club at 11 Marienstrasse where they meet, and the Wau Holland offices at 25 Marienstrasse in Berlin. They are free and nobody worries them. What’s worse, citizens’ money continues to flow quietly into Wau Holland’s accounts. Meanwhile, Julian Assange is dying and they appear to be indifferent to his fate. They have never even appeared at a single hearing of the ‘trial’. We consider their behaviour towards Julian Assange to be a moral and political fault. Morover, in regard of their liabilities and actions recapitulated in this document on the grounds of official published reports, a citizen and judicial enquiry is required. Considering their liabilities which interfere with Julian Assange extradition prosecution, they have to be taken into account in Court before any judiciary decision concerning Julian Assange.