The ultimate end of the Julian Assange storytelling? Meeting at the Royal Courts of Justice, London from 25 October to 3 November 2021. Stella Morris, Tracy Ward and the Dukes of Beaufort

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Assange-prince-3.jpg.

Monika Karbowska

I made my 23rd trip to England in two and a half years for the Julian Assange trial. I was in London from 25 October 2021 to 3 November and this trip, in a Europe ravaged by the Covidian dictatorship for the last 2 years, was a salutary measure, a real breath of Freedom, despite the always difficult objective of ensuring the respect of the human rights of the man Julian Assange. Never give up, despite the difficult life the regime leads us and despite the terrible violations we ourselves face in France.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est P1090138-1024x576.jpg.
Gilles Chambault, my companion 2007-2013, who died on 30 October 2021 due to covidian madness

Unfortunately, I was not able to write my article immediately because, on my return, I was confronted with the strikes of the dictatorship in the European Union: the brutal death of my former companion, Gilles Chambault, a former activist of the Left Party and of the CADTM, on 29 October, then the terrible struggle I was engaged in to save from death my friend Alicja Tysiac, a Polish feminist activist sequestered in a mafia-like covidian hospital in Warsaw, who called me for help on 29 November. Then the system attacked other people close to me, including the father of an anti-dictatorship activist, Marian Kurmel, in the Polish town of Szczytno. In France, too, we have had to deal with illegal prosecutions and bizarre illnesses that look very much like poisonings.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est DSC05645-1024x768.jpg.
Alicja Tysiac, my Polish feminist friend, died because of the covidian dictatorship on 12 December 2021 (photo from 2010)

I suspect that Gilles was a victim of the covidian injection he accepted to provide the health pass required by his aeronautical club in La Ferté Alais. I witnessed, live, by messenger, the terrible agony of my friend Alicja, deprived of care and sequestered by the Praski hospital in Warsaw. She died on 12 December. We were able to obtain the opening of a judicial enquiry into the reasons for her death.

It is logical that I could not write my article in time due to the ordeal. I am writing it again today because positive and optimistic things should always be put on paper and give us the strength to fight.

And I do not forget my dear departed, to whom I solemnly promise justice and revenge.

On 24 October, I finished the editorial work on my articles from the beginning of the Assange case, August and September 2019, on my first trip to London for the hearing on 20 September 2019, while France was buzzing with the intense popular demonstrations against sanitary segregation and the so-called « Nazi » pass. On the evening of the 24th, I was to take the Flixbus to London to attend Julian Assange’s appeal hearing at the Administrative Court. This hearing was announced on 10 August 2021 by twitter postings and mainstream media articles as usual, as Julian Assange’s ‘lawyers’ never speak publicly at a press conference.

How the Covidian cult infiltrates public structures and private companies

A short movie of simple happiness in free London

When I decided in September to arrange to make the trip to London despite the Macron regime’s perpetual Covidian threats of impossible travel and closed borders, I had assured myself that on 4 October 2021 all entry restrictions would be abolished by that date. France was indicated as being on the ‘amber’ list, and therefore exempt from quarantine, although not exempt from PCR testing.

It was therefore a bad surprise when, on Saturday 23 October, when filling in the « passenger locator form », I noticed that the site Travel to England  Travel to England from another country during coronavirus (COVID-19) – GOV.UK (www.gov.ukhad put the quarantine at 180 countries! The green, orange and red lists have been abolished and unvaccinated people from these 180 countries must not only show a negative PCR test, but must also undergo quarantines and so-called day 2 and day 8 repeat PCR tests. Although I suspected that, as at the beginning of the year, the UK system had neither the right nor the ability to control quarantines, the prospect of subjecting myself to the constant and costly torture of PCR testing tainted my joy at leaving. Also, even though the website didn’t say that ‘covid vaccines’ would be compulsory to enter the UK, these constant rule changes made me fear the worst abuses.

But I need to get away from it all, to leave France for a while, confined in the violence of the covido-macronist dictatorship. To leave the atmosphere of anguish in which we are locked up despite the strength of our massive protests. What to do then? Not to go, to drop this violent nonsense and concentrate on our Liberation in France? Or assume that we have already verified many times that Boris Johnson’s government is not a Covid follower but that the state structures are infiltrated by the Covid sect which tries to make « false law » with a typical Nazi policy of « faits accomplis » which are void in law because they are contrary to human rights, constitutions and the UN Charter? For example, we know that it is the NHS, the venerable English health system, that is most infiltrated by private sector managers and is the most covidian. It is the NHS that is responsible for testing and quarantines, it is the NHS that wants them and imposes them.

Yet, in law, a health institution does not control the borders of a state. This is, in the tradition of the sovereign and democratic rule of law, the responsibility of the Foreign Office for legal decisions and the Border Police for enforcement. A state border does not exist in a pure state: it is always the border WITH someone ELSE. According to the principle of reciprocity, movement between two States is done according to the agreements concluded by the Foreign Affairs with the diplomatic services of the neighbouring State. Once this agreement has been concluded, the Ministry of the Interior and its police are responsible for enforcing its terms at the borders with varying degrees of cooperation with their counterparts in the neighbouring state.

Even mandatory vaccinations for entry into a state must be and are regulated by bilateral or multilateral treaties between states, otherwise there will be chaos and the end of international law.

Franco-British relations have historically been regulated by countless bilateral treaties. The most recent one fixes, in December 2020, the freedom of movement of French and British citizens on the basis of a simple passport after Brexit. Britain has signed such agreements with many European states or allowed old agreements to continue (in diplomacy any agreement that has not been formally terminated or broken still applies, even if it was signed 50, 100 or 200 years ago…).

But in the meantime, the covidian sect has struck in all the states of Europe and invented the compulsory PCR test at the borders whereas this obligation is not regulated by ANY agreement, treaty or convention. PCR tests are therefore illegal under international law. They constitute a kind of de facto warfare that leads to similar retaliation by the targeted countries under the principle of reciprocity.

When Macron imposes a blockade on European truck drivers travelling to England via Dover in December 2020 by instituting compulsory PCR testing at France’s borders, England is obliged to impose the same PCR test on travellers from France. Only subjugated, colonised countries whose elites have a slave mentality do not dare to apply the principle of reciprocity. (For example, Poland, which is subject to the USA, does not apply visas to the entry of American citizens into its territory, whereas the USA drastically closes its country to Polish nationals…).

Britain has certainly not left the dictatorial structure of the European Union to submit to the diktat of its neighbour, with which it is bound by centuries of conflict and rivalry but also by a strong fraternity of arms and destinies from two World Wars. Macron’s France seems to have forgotten that the French owe their physical survival to the British in 1940-44, and is sinking into a policy of incomprehensible and incoherent hostility towards its neighbour.

My enemies on this journey are my own country and the covidist sect that infiltrates the state structures of sovereign countries. I also know that England as an island needs open borders and free flowing traffic of people and goods. The NHS has no right to control the borders, although it tries to do so by intimidating prospective travellers on the « Enter to UK » website. But England is an island, I can’t walk there, so it’s the transporters who are in charge of demanding the PCR tests, whereas, according to the principles of law, a private transport company has no right of access to the health records of citizens, and therefore has no right to look at vaccines, quarantines or medical analyses!

So what can be done?

I was forced to take the PCR test on Friday 22 October because Flixbus is not a resistant company at all and they will apply Macron’s health pass anyway. They won’t accept me on board without it.

Looking at the « Passanger Locator Card » I see that it has an « exempt of self isolation » box. Amongst the few exempted professions (diplomats, international civil servants, truck drivers…) there is a box « COP26 UNFCCC registered participant (England and Scotland only) – HMG Letter required ».

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Londres-24.10.2021-1-1024x594.png.
First Passanger Locator Form on 24 October 2021

Participants at COP26 in Glasgow from 2-12 November 2021 are therefore exempt from quarantine! Interesting! First of all, I fill in the paperwork honestly: date of departure, arrival, bus number and company, friend’s home address, passport. Then I have to do the bloody PCR test on the 2nd and 8th day of arrival. It’s painful and inconvenient, but maybe I’ll have to do it. The matter gets worse when I discover that the website requires me to book and pay for a test in advance… A list of companies is given, but some tests cost 50 and others 300 pounds. Why such a difference? Which one is the right one? I choose a medium priced company, but both tests cost 200 pounds, 230 Euros! That’s a lot of money for a sea mile from Calais to Dover… So I decide to pay only for the first test, 77 Euros anyway. I pay on the company’s website, I get the invoice, I tell myself that I will do the return test, I don’t even intend to stay long enough to be obliged to do the 8th day test!

This website of the test companies is such a mess that we don’t understand anything and obviously there is no phone number to get information. I decide to put the screenshots of the incomprehensible sites in front of the controllers and to defend myself in case of problem.

I have to enter a number I got from the test invoice to validate the « Passanger locator form ». I can’t do it, the site refuses. The number doesn’t work. So I decide to validate « Cop26 UNFCCC registered participant » while checking « Testing exemption declared » and « I need to self isolate ». Further on, I confirm that I am exempt from on-site testing: « Are you required to book a COVID-19 test package for when you arrive in the UK? No, I am exempt« . No, I am exempt »).

So I split the difference: I declare COP26, but I accept the quarantine while declaring that I don’t have to test. But just in case, I have the certificate of the paid test at hand!

After all, it would be a very good idea to go to Glasgow… As a human rights organisation we have a say in the increasingly liberticidal policies imposed under the guise of « saving the climate » and since Johnson is urging us to go by deciding that the Covid does not affect the participants of COP26... why not accept his invitation? In case of problems, I still have the bill for the test.

I spend my last evening in Paris, on 24 October, melancholically drinking glasses of wine in a local resistant café not far from the Flixbus station…. I can’t wait to leave, but travel is no longer a pleasure, a discovery and a renewal of the senses and identity, but an intense source of stress through which the Covidian cult tortures free people.

I arrive at the Bercy bus station half an hour before the 10.30 pm departure. But then, on the way to the station, I get a strange text message « you have to change the passanger locator form ». What is this now?  The 700 bus is already in place, next to it are two employees in yellow waistcoats marked « Flixbus ». With some apprehension (what else are they going to ask me?) I present my passport, my ticket, the PCR test and the printed Passanger Locator Form. But then the young black man says to me « you have to change the Passanger Locator Form. You can’t put « Flixbus », but you have to put P and O, the boat company for the Calais-Dover route ».

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Londres-P-et-O-25.10.21-1024x602.png.
The second Passanger Locator Forum imposed by Flixbus with the false information of P and O

I am still thinking that this is illegal. Why does Flixbus deny any responsibility for the journey they are making to the UK authorities when I bought a ticket from them and am getting on THEIR vehicle? Why do we have to lie? Where is the trick? And if something happens, who will take responsibility? Who will pay? Is Flixbus travelling illegally to England and therefore needing to hide behind the ferry operator? And why is Flixbus no longer using the Eurostar?

I would like to ask the staff these awkward questions but I fear they will retaliate by denying me access to the train. My apprehensions are well-founded, as the young man who works for the German company says that many people are refused access to the train every day and this leads to violent disputes, hence the presence of heavily masked, black-clad security guards with inconvenient dogs on a leash. This is a far cry from the freedom of movement that spearheaded the imposition of the European Union on our lives

The young employee checks that I have erased Flixbus from my document in favour of the P and O company. Then, everything speeds up because there are not many of us. The driver, who is alone, (he) takes a look at my passport and my PCR test and doesn’t ask for anything else… My luggage is deposited and I go to settle down… I was hot with my PCR and quarantine test exemption. But to make it official, I hide under my veil to remove the mask (a good sign is that the driver wears his under his nose ostensibly…) and I open my computer to register our association on the COP26 website. It’s a fairly simple operation to do and the conference website is interesting. If I have time, I would be well inspired to go to Glasgow.

It’s clear that Boris Johnson’s government needs a variety of citizens’ groups to counterbalance the weight of the « climate zealots » in the negotiations that will affect the future of his country and our lives. The least we can say is that the British Prime Minister will be satisfied with the vague and non-binding agreement that will be the outcome of the great ridiculous rave of the « Conference of Parties » in Glasgow (what exactly does this term, which has no legal reality, mean?).

As I collect my registration certificate from the COP website, time is running out. It’s almost midnight, we still haven’t left. I hear shouting outside. With other travellers, worried, we try to understand what is going on. It appears that some passengers who were refused boarding because of the lack of a PCR test had abused the young driver. He refused to work and left his post. I didn’t know that Flixbus, a German low-cost company that until now has employed almost only Polish posted workers, will accept withdrawal rights in 2021! I am very worried. I know that Flixbus doesn’t care what happens to us, the passengers. We have paid for our seats, but they will probably cancel the route altogether as they have done dozens of times during 2020. As of today Flixbus already owes me 350 Euros in cancelled bus fees from March to December 2021… The man being turned away is shouting at the top of his lungs « but I paid for my seat! You don’t have the right to kick me out! You have to pay me back!

We totally agree with him. But in the covid dictatorship our human rights to the free disposal of our bodies are scorned, so how can we assert our rights as consumers which seem so secondary? I phone my friends who advise me to wait. Time passes, the other travellers are more and more worried but remain very submissive. At 1am, when the station is empty, a blond man in his forties arrives. In an imperative voice he tells us to get out and remove our luggage. He’s not going to start checking tickets, passports, tests, and the passanger ocator form again? No, he orders us to take our luggage out and ? to bring it back in again. We do this like sleepwalkers, excited and worried. This manoeuvre is pointless but we can’t say anything, otherwise he’ll kick us out of the bus and I’m too happy that he doesn’t check the papers anymore.

Finally, he orders us to get back on the bus, sits behind the wheel, closes the door and drives off. We’re off. Under my veil I fall, relieved, into a deep sleep filled with nightmares.

Two hours later, I wake up with a start. It is 4am and we are in the control area of the port of Calais, in front of the PAF booths. The driver shouts « everybody up! Get your passports and vaccination certificates ready ». Travellers look at each other in terror. I hear an Anglo-Pakistani family sitting next to me ask: do you need the covid vaccine to leave France? I am very irritated.

It’s illegal! He has no right to scare people like that! No one can force someone to have a vaccine to LEAVE a territory, only to get in! The Police do not have the right to prevent a French citizen from LEAVING the country or to impose conditions on his exit! This is sequestration! Nobody has the right to prevent someone from leaving a country! It is a violation of article 13 of the Universal Declaration of Human Rights and the principles of international law!

I curse the driver for his gestapist tone giving orders to camp prisoners but also because he took us by surprise. I don’t have time to find in my computer the text of the UN Declaration of Human Rights to put under the nose of the French cops. The covidian kapos always implement the tactic of exhausting resistance and terrorising people at the last minute. I have to get out of the bus with my papers and queue up at the Police Aux Frontières, which I’ve been through more than 20 times in 2 years. The French policemen are young and some of them wear masks nonchalantly. Surprise, it goes very fast. The young policeman examines my face which I extract from the mask and gives me back my passport. That’s it. We cross the corridor and get back on the bus which will go a few hundred meters towards the British premises.

The driver looks at us mockingly. I’m beside myself. He has terrorised us and lied to us. Of course I am right and the law applies. The police don’t have the right to impose vaccination requirements on people leaving French territory. I want to say something to him, but I can’t yet. Obviously this man, a Flixbus employee, has been instructed to make people BELIEVE that covid vaccination is compulsory to leave France. Does he receive covid commissions to lie like that, to propagate the vaccination? And if so, who bribes him? The pharmaceutical companies directly or Flixbus who receives his illegal bribe from them?

But I have to swallow my anger, we have to cross the British border police station. I haven’t been back to the British post at the port of Calais since October 2020. Now threatening covidian posters adorn the walls of the post and the staff, older than the French cops, wear masks. But the woman who receives me is very friendly, she scans my passport, doesn’t ask for anything and I don’t think my Passanger Locator Form appears on her screen. Welcome and have a nice trip. That’s all. Britain immediately appears to be the only normal country in all of this covidian madness in Europe. The border police respect the law. They check passports.

I am stunned but I don’t have time to exult at having passed so easily. The black mass of the boat slowly approaches the docks drowned in the autumn night. The despicable Flixbus man tells us to get back on the bus and says: « Now the serious stuff will start. The carrier will check your papers. Everything has to match, otherwise we won’t be able to leave. If you don’t have your vaccine, I’ll leave it here » On top of that, we are subject to collective responsibility!

I stay on the phone with my friends on speakerphone, they will be witnesses. We have understood the trick. The police of both countries respect the Law, but the covidian sect has monopolised the transport and it is through them that the sect wants to impose the vaccines to the travellers taken hostage by Flixbus and the maritime company P and O. I remember that it was this company which in December 2020 refused me at Dover because I didn’t have a bike and never reimbursed the ticket… They allow themselves everything because they are a private company and unlike the borders of the continent you can’t cross a maritime border by your own means.

I search the internet for ‘enter to UK’ and I am the last one out. A blonde woman is sitting in a brand new motorway-style booth. I give her my passanger locator form and my passport. She says sternly, « Where is your vaccination? » I counter: « The covid vaccine is not compulsory to enter England ». She raises her voice: « Of course it is! The proof! » She points to her computer on which there is a shipping company intranet but not the government website.

I keep my phone in my hand and tell my friends what is going on. The man from Flixbus is irritated and backs away. I say, « I am a member of a human rights organisation and our lawyers are listening to you. No covid vaccine is required to enter the UK. Only the border police can check what documents are required. I have just crossed the border. The British police did not ask me for a vaccine. I’m standing here because the British police let me through »/

The woman stands quietly. She looks at the driver who starts shouting: « You’re holding us up! I’ll leave you here! If she tells you that’s how it is, that’s how it is! »

I answer: « But she is not the British police but an employee of P and O. P and O doesn’t have the right to carry out border controls because it’s a private company that can’t replace the state. And Flixbus for which you work does not mention on its website, nor on the Flixbus Paris-London ticket that I bought and that you checked, that the vaccine is compulsory to travel from Paris to London with Flixbus. You are responsible for not informing me as a Flixbus company ».

I insist heavily on « Flixbus » because he knows that his colleagues have forced us to erase Flixbus from our documents and mention « P and O ». There is a trick and I’m going to put it in the balance.

My friends advise me over the loudspeaker. The woman from P and O finally takes my documents. I added the PCR test and the certificate of purchase for the second test for the second day. She says to me « We are the carrier and we can object to you coming on board ».

I replied « Of course, as a private company you have the right. But the vaccination requirement must be clearly mentioned in your documents, on your ticket. I didn’t buy a ticket from you, but from Flixbus. And you have proof on my ticket that Flixbus does not inform its passengers of the obligation to present a covid vaccine to board. Do you work for Flixbus? » – With this last question, I turn to the driver.

And what a surprise! He lowers his voice and says softly: « In fact, I am a self-employed person, I am not an employee of Flixbus but a subcontractor. I lose money if we miss the boat and I don’t decide what Flixbus does. » Ah, here we are! This whole operation is illegal and pure moonlighting…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Flixbus-octobre-Londres-2021-1024x746.png.

The guy withdraws from the power game, I feel that he wants me to pass, I only have to convince the surly P and O employee. In the meantime, she has understood that I represent a human rights association and that witnesses are listening to our conversation by interposed telephone. I repeat that the government website does not mention any compulsory vaccine against covid, I point out the site, failing to put the site under her nose, I persist with my « passenger locator form » devoid of any vaccination obligation. I leave in the shade the other incongruities of the British site with the quarantines, the tests and their control by the National Health System.

Suddenly, the driver looks at my PCR test in my hands and says, « Yes, you have the vaccine! » He calls the PCR test a vaccine! I don’t know if he is sincere and stupid or if this is the only way he can get out of this tense discussion. He takes my paper and hands it to the P and O employee. She plays along and takes the document. He looks at me and I say nothing. She suddenly becomes friendly, checks, says « it’s negative », notes something in her hand and doesn’t ask me any more questions. I am free.

Both of them pretended that the PCR test meant ‘vaccine’!  P and O and Flixbus are obviously breaking the law, propagandising Pfizer’s vaccines by holding travellers hostage… Subcontractors are complicit… But this man and woman have come to fear that their company’s process will be exposed. I am still in shock.

Then the atmosphere relaxes. We get back on the bus, the man has mellowed. He brings his vehicle into the boat, we exit into the garage and make our way to the upper decks to the sound of the familiar safety controls. Unlike the bus where the driver has abandoned the terrorism of the mask, at P and O’s there is a relentless rigour about the subject. I find the bar where I like to sit. I buy a tea with milk and English biscuits and I lie down on a bench hidden under my scarf and without a mask in front of the large bay window overlooking the sea. I don’t have time to enjoy the crossing, I sleep like a log. We are so late that the day breaks over the majestic white chalk cliffs of Dover when I wake up.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2998-1024x768.jpg.

I’m glad to see them, especially as the sun is shining so brightly. I examine the little houses nestled under the cliffs that I saw up close on my trip to this port in December 2020 and the glass windows of the British army’s World War II command post in the cliffs below the castle.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_3008-1024x768.jpg.

The view of the sea, the cliffs and the town is magnificent. The bus begins the climb from the port motorway junction onto the cliffs and we are off to London. I go back to sleep immediately.

London The Free

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Observatoire-Greenwich.jpg.

The weather is bright and golden as the bus pulls into the southern suburbs of Greater London. I wake up and look out over the beautiful lawn of the Heath public garden between the entrance to Greenwich Observatory and Lewisham Common, then the small houses of New Cross with the Caribbean restaurants and bookshops of nearby Goldsmith University. I recognise the warm, elegant pubs on the avenue that we frequented two years ago, in October 2019, when we went on a power trip to free Julian Assange. These are great memories of a time so near and yet so far. The Covidian dictatorship has taken us all into another space-time by violently erasing what was beautiful and free about life in the period of globalisation achieved from 1999 to 2019. But history teaches us that no space-time, even the most violent, is eternal. I have been fighting since 1989, but today I am fighting even harder than during these 30 years for ‘another possible world’, one of justice and fraternity, and I know that we will win.

The bus passes through London, destroyed by the Nazis and poorly rebuilt after the war in the Elephant Castle district, then Vauxhall Bridge and finally the Victorian mansions of Pimlico. We arrive at Victoria Coach Station and I am overwhelmed with emotion.

The passengers are in a hurry to leave the vehicle, I collect my luggage, then I stand in front of the driver standing in front of his door. I tell him with a detached air that since he has informed me that he owns a transport company, I would like to have his details to travel with him, Flixbus seeming too uncertain these days. The man’s face takes on an ironic expression: « I don’t have a website ». So I attack him: « Why did you lie and make people believe that you have to be vaccinated to leave French territory? You know that’s not true. Nobody has the right to impose conditions on someone who wants to leave a territory, to leave their own country. It is contrary to the Constitution and the Universal Declaration of Human Rights. Why do you terrorise people? Are you doing Pfizer’s propaganda? Do they pay you? »

The man doesn’t seem surprised. He looks like a kapo and shouts, « But it’s true! I raise my voice too: « Are you making fun of me? Neither the English nor the French police have demanded a vaccine. And for good reason, they respect the law, unlike you, your company and Flixbus. You are breaking the law. You do not have the right to terrorise your customers. Our human rights association will make it known ».

I am surprised to see the man’s face soften. He even smiles: « But I brought you to the right place » he says in an almost conspiratorial voice. I stare at him. With these words, he has confirmed that I am right. I answer: « Yes, that’s true. Have a nice trip ».

I turn my back on him, grab my bag and head for the exit. As soon as I breathe in the street in front of the red brick buildings and plane trees of Buckingham Palace road, I shake off the hated gag. What I have just experienced is confusing. Yet I breathe a different air, an air of freedom. I can’t believe my eyes: everything looks normal! No one is wearing a mask, people are moving around peacefully, you can feel the lightness in the air. I enter the Victoria station by the back entrance, I walk along the shops including Barett and Noles where I buy my essential rose oils, Bach flowers and other natural products that are too expensive or inaccessible in France. My heart fills with joy: no mask anywhere! I feel almost naked without mine, as Saudi, Afghan or Iranian women feel when they leave the countries subject to the veil and arrive in countries where it is allowed to freely dispose of one’s body… Even in the great hall of the Victoria station, whereas in January the security guards chased away the « without mask », there is no trace of covidian oppression anymore! It’s great!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2130-1024x768.jpg.
London, Seymour Place Marble Arch
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2127-1024x768.jpg.
Swimming Pool at Seymour Place
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2134-1024x768.jpg.
Seymour place behind the Westminster Court

I get off with emotion in the underground, the ultimate bastion of covidianism because it depends on the very covidian Mayor of London. But there too, the crowd is good-natured, only a third of the travellers are masked. The vast majority live normally. It is the experience of the underground that makes me realise how much I live in the oppression of the body in France. I am delighted to be able to contemplate the faces of all the colours of the great British capital: the young, the old, the children, the executives, the blacks, the Indians, the Poles, the workers in yellow and orange waistcoats… I never tire of looking at human faces. That’s what’s been destroying me in France for the last two years: not seeing the faces, the personality of human beings. Not recognising them, not reflecting myself in their faces. Yes, more than ever, human beings only exist because they are in CONNECTION with others!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2137-1024x768.jpg.
oriental cafes behind Westminster Court

Walking from Marble Arch north of Hyde Park to the little Victorian house where my Oyo hotel is nestled, I have the exhilarating sensation of being in the capital of Liberty. That feeling that the Free French describe so well in books about the Resistance, at once intoxicated by Freedom, relieved to know that there are free countries, but worried for their country and for fragile England. I finally understand what these descriptions mean. I am happy to be free here and sad to know my France is captive.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2138-1024x768.jpg.
Harcourt Street behind Westminster Court, with Shillibeer Street dead end and view of the back door of the court

My hotel is further south of Westminster Court and Paddington where I usually stay. But once the Covidian dictatorship is fought off, capitalism takes over and hotel prices are back to 2019 levels, £100 a night rather than £40-50. Only this off-centre hotel, surrounded by small flowery cafes and completely renovated, has not yet regained its clientele and its price is affordable. A short distance away is the « Arabic-speaking » district where Iraqis, Egyptians, Moroccans and Lebanese run restaurants, grocery shops and pharmacies on Edgeware Avenue. The mask no longer exists in the hotel where the Pakistani manager welcomes me kindly and asks me no covidian questions. I enjoy a hearty feast in a popular Lebanese restaurant and I never tire of observing the faces of the guests. What a contrast with sad, tense and worried France! I even take a photo of myself with a view of the restaurant and send it to friends in France: it is very important to spread the word that we live normally, without Nazi pass and without mask in England.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20211025_114239-768x1024.jpg.
London first day the happiness of the Lebanese restaurant

Then, I go up to Paddington in Norfolk place. The Frontline Club is open, it seems to function normally but in the afternoon its restaurant is deserted. This is normal, I know that its clientele are the executives of the Imperial College of London opposite and that they only meet here late in the evening. I enjoy a cup of tea while listening to light 80s music in the stylish Fountain Abbey pub on the corner of Praed Street and Norfolk Place opposite Alexander Fleming’s laboratory at St Mary’s Hospital. It’s been so long since I’ve been able to experience the simple pleasure of going to the pub and watching people having fun and chatting!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2139-1024x768.jpg.
Our Westminster Court Lawyers’ Cafe, Harcourt Street
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2154-1024x768.jpg.
Westminster Court as we knew it for the Assange trial from September 2019 to December 2020
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2144-1024x768.jpg.
Construction works behind the Westminster Court after the destruction of the disused Church Army building
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2158-1024x768.jpg.

I even feel a kind of euphoria observing the life of this neighbourhood pub, filled with young people in gangs, women with their girlfriends, men getting ready to watch their favourite sports programmes on the TV screens hanging on the walls. I choose a good Irish beer by the pint and the smiles of the young waiters and waitresses delight me. It’s been so long since I’ve seen human faces in social life! I realise more than ever that the mask is a gag designed to cut human beings off from each other, to make them lose the taste for communication and consequently the purpose of its imposition is to destroy all social life which thus veils itself from meaning. Poor France has been in destruction under the covidian niquab for nearly two years!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2169-1024x768.jpg.
Pâtisserie marocaine à Paddington

The young Englishmen at the bar understand that I am French and look at me a little more attentively. Perhaps they are wondering if the French tourists who so populated Paddington before the fatal shock of March 2020 are coming back. The Moroccan manager of the Panache Café, opposite the Frontline Club, where I’ve made my home since fighting for Assange, confirms to me later that the hotels around the square are now quite full. That said, I notice more tourists from the Persian Gulf countries than my compatriots, whom I will only see the next day in Covent Garden.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2171-1024x768.jpg.
Edgeware Road at Paddington
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2183-1024x768.jpg.
the Fountain Abbey pub in Paddington with my Yugoslavian Fish and Chips next door

The more I enjoy seeing the inhabitants and visitors of London, the more I feel that our European continent is sinking into darkness. A real dark and evil darkness. Of course, England’s sovereignty is fragile, the enemies of Brexit numerous and home-based. The most powerful are the ruling Mounbatten Windsor clan in conciliation with the thurifers of Klaus Schwab and Co’s covid digital world coup. England needs links with the outside world to survive: labour, tourists, capital and trade… Travel cannot be so restricted over time or it will be strangled. But the English people have shown their ability to resist the Covidian dictatorship with numerous powerful demonstrations over the past year… They will not be let down, I am even more convinced of this when I observe their discreet joy in living their daily freedom.

I am very happy to be here, even if I still have to prepare myself for the trial that awaits me.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2190-1024x768.jpg.
The Frontline Club and Panache Café opposite, Norfolk Place.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2199-1024x768.jpg.
Norfolk place, view of St Marys Hospital
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2197-1024x768.jpg.
Sussex Gardens and Norfolk Place intersection
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2201-1024x768.jpg.
Southwick Mews

Before the traditional dinner at my cheap Yugoslavian fish and chip shop opposite the Frontline Club, I meet an excellent and kind hairdresser in a salon opposite the Imperial College of London. Zeina is from Burkina Faso and she is delighted to speak French with me. She asks me at length about the situation in France and immediately shows solidarity with the protests against the health pass. « That’s why I can’t visit my family in France, we can’t do anything, we can’t go anywhere. I wonder if I should get vaccinated…. What do you think? » Emboldened, I tell her about the dangers of experimental injections and explain to her how forcing people, taking them hostage, depriving them of their social life is a terrible violation of human rights. She agrees. As she cuts and braids my straight hair in a virtuoso cut that will last no less than 3 months, I listen to her talk about her life: she is a university graduate but her situation as an immigrant is dependent on the political situation of her family. Her father, a lieutenant of Thomas Sankara, was assassinated with him and exile was the only way for her and her family to survive. I am very moved by her confidences and she is equally moved when I tell her about my friendship with the Balai Citoyen movement, my trip to Burkina Faso and my meeting with Blandine Sankara. We talk for a long time and she, all the more free, as the living room is deserted and her boss does not understand French. At the end, she expresses the hope that we will soon be able to put an end to the Covidian madness, that free travel will resume and that tourists will once again populate this district which needs them to survive economically.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2203-1024x768.jpg.
shops in Norfolk place, normal life
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2196-1024x768.jpg.
Hotels in Norfolk square, normal life

I leave her all dapper with my beautiful cup and very touched by this powerful account of a life of struggle. We exchange contacts. What a joy to make such a beautiful encounter in this cosmopolitan metropolis!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2189-768x1024.jpg.
The Frontline Club of Vaughan Lockart Smith
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2205-1024x768.jpg.
Sir Alexander Fleming’s pub, normal life
Normal life in London on 25 October 2021, Pub in Paddington

The next day, Tuesday 26 October, after a good night’s sleep in my friendly hotel, I enjoy festive London even more. I have a huge brunch of chickpea soups, various salads and galette in a stylish Egyptian restaurant near Marble Arch. The eagerness of the smiling waiters is matched by the emptiness of the very large room. Surely the customer is wanted and I enjoy the good prices and hearty food. I almost have the impression that the health pass at the entrance of restaurants in France is only a bad dream and that this ubiquitous experience cannot, cannot ever last… who can want to go to a restaurant to be monitored by the government in the shape of Big Brother straight out of the film « Brazil »?

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2222-1024x768.jpg.
Wellington Pub, corner of Wellington Street and Strand Street, theatre district, between Aldwych and Temple. Normal life continued

More difficult is the search for a swimming pool, a place from which I am banned in France from now on like the Jews were in Germany in 1933. Of course, there is no health pass in England, but the Covidian London council controls swimming pools and gyms and has solved the problem of kicking out the undesirables in the following way: the management of all swimming pools is entrusted to private companies and they require users to register with their names, addresses and telephones on a website in specific time slots. Thus, Big Brother Covid knows exactly which bodies have dived into the public water and at what time and minute. The only thing left to do is to limit the use of each slot to 5 people and that’s it: only the bobos living next to the place, having a credit card to pay on the site and not bothered by the state control on their bodies will be privileged to use the place. The beautiful historic swimming pool in the sports centre of what was once a working class red light district in Seymour Place, just behind Westminster Court, now has only two free slots at times that are incompatible with my schedule. The boy at the reception who had so kindly welcomed me there in the morning had obviously not fully understood himself the perversity of the system he works for since he had told me that access is free for everyone…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2221-1024x768.jpg.
Strand Street Waterloo Bridge – the Crown café bar, with its « support independent business » sign

Indeed, I have to move to the Aldwych area in the centre to spend the night as close as possible to the Royal Courts of Justice and to be able to face tomorrow’s Julian Assange hearing early in the morning.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2256-1024x768.jpg.
Covent Garden, normal life

When I get on the tube I notice that there are many more masks today than the day before. I myself persevere in the freedom to breathe and I don’t wear one. Were there any government announcements on TV? Yet Boris Johnson assured us a week ago that the mask was over. But perhaps the Mayor of London is not following the government’s lead? Getting off at Covent Garden station, I ask the security guards at the entrance what I should do. The young man looked at my touristy appearance and said: « Madam, I don’t know if the mask is compulsory either. If you have any problems, use your scarf ». A fine admission of the current political chaos!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2253-1024x768.jpg.
Covent Garden, normal life in French restaurants…but not in France!

Several details strike me as I stroll through the foot streets of Convent Garden Square and down the small streets lined with theatres, music halls and the Royal Opera House. First of all the crowd is huge! It is festive, noisy, screaming! Made up of families, lots of children, young people in gangs, whole groups… This crowd looks whiter than the one in Paddington, but also less stuffy. I suddenly realise that it’s the week of the school holidays before Halloween. There are many children screaming and playing, happy to go to the show with their parents who are just as happy to see their friends and have certainly come from the provinces or the suburbs to enjoy the shows in the capital. I will see queues in front of the box office of theatres, cinemas and in front of the posters of the music-hall le Roi Lyon. Naturally, no one wears a mask and this atmosphere of joy favours a renewed consumption: the shops selling trinkets, cosmetics and clothes are full. I know that no one wants to go shopping with a mask on and I can see the difference when this obligation disappears for both customers and employees.

Covent Garden life and joy

I have never been so happy to return to the consumer society that I have been so critical of for 35 years of my life! But neither can culture be lived freely if one is subjected by the state to the anti-life gag, nor social bonding. Restaurants, pubs and cafes are full of happy people. There is a whole block of French bistros with French menus served by French-speaking waiters. It makes me feel funny to see the French art de vivre flourishing in London while it dies in Paris under the dictatorship of health control.

Covent Garden children’s joy of life

I also realise that there are many French people in the area. I notice middle class families going to the show with their children. Further down, in the area of the London School of Economics and Kings College, there are groups of young people, obviously students, wandering around happily together, speaking French loudly. Every 20 people, I pass French people. Clearly, the upper middle class knows where to go to find Freedom and has had time to send its children, despite the price of private education, to a place that’s better than the leaden cloak of the health dictatorship.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2224-1024x768.jpg.
Strand Street, the street of my hostel

The poor French are also in London, as they were before the covid: the young hostess at my modest Strand Street hostel, at the corner of Waterloo Bridge and Aldwych Avenue, is a worker from the North of France. So the French are emigrating to London, for political and economic reasons, that was my second observation.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2238-1024x768.jpg.
view from my hotel, Strand Street, Aldwych and the Wellington pub
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2236-1024x768.jpg.
view from my hotel, the Sommerset House cultural centre

Once settled in a collective room under the roof but entirely empty, I go to lunch in the elegant traditional pub « The Wellington« . I weep with joy as I watch the young people having a good time to the music, chatting and laughing together, whether they are consumers or workers behind the bar. I can’t take my eyes off their beautiful faces, I feel like I’m breaking out of a dark prison and discovering the beauty of humanity. The same is true of the thousands of students I pass all over the neighbourhood.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2245-1024x768.jpg.
The London School of Economics at Aldwych

Through the large windows of the modern buildings of the two prestigious universities, I can see that the mask is banished and that changes everything in the life of these young people!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20211028_175534-1024x576.jpg.
Free students without masks in the lobby of the London School of Economics

What a contrast with France, where university professors impose the mask on students 12 hours a day and take advantage of every government announcement to isolate them in front of the computer. I totally understand that French families who can afford it have already, after a year of health dictatorship, organised the exile of their children to study in England.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 20211028_180019-1024x576.jpg.
Unmasked students at the London School of Economics, 26 October 2021

Preparing for Julian Assange’s trial

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2226-1024x768.jpg.
I walk along the High Commission of Australia, Strand Street towards the Royals Courts of Justice

I walk along the imposing imperial building of the Australian High Governorate opposite my hostel and head behind the church towards the neo-Gothic building of the Royal Courts of Justice. At 3.30 pm the big gate is wide open, and I am greeted in a sort of dark and deserted nave by rather elderly guards. This is the only place where you have to put on a mask, but these employees are rather debonair. I pass through the security gate and examine the wooden displays in the centre of the nave: under glass windows, plans of the day’s hearings are displayed. There are several courts in this large complex of buildings. Julian Assange is supposed to be tried by the Administrative Court of Appeal. I spot the right poster, but only the day’s hearings are listed. I ask the employees who kindly find the website where the next day’s schedule will appear from 4.30 pm. But they don’t know if I can take my computer with me. « It’s the judge who decides each time. You won’t know until tomorrow »

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2231-1024x768.jpg.
Royal Courts of justice, Tuesday 26 October 2021 at approximately 4pm

Before leaving, I walk around the gallery that serves the courtrooms. I see that there are 18 rooms, but that only 3 or 4 are occupied. The others are empty. However, there are many hearings in the building because the poster of the day indicates numbers 67, 72, 73… where are these rooms?

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Assange-le-26.10-liste-636x1024.png.
internet site Royal Courts of Justice daily cause list 10 March 2022 – GOV.UK (www.gov.uk)

At 4:30 pm, I notice that an update of the website shows the « Case details » CO/150/2021 the Government of United States of America v. Assange at 10:30 am ». It’s blurry, but it’s there, « court 4 and court 1 », with an overspill. I find court 4 at the end of the right-hand corridor, court 1 must be on the balcony. The judge is Chief Justice and Lord Justice Holroyde. The title of the Assange case is all the more unclear as the other cases are more precisely entitled «Ms justice Julian Knowles: Kiesielewski versus Regional Court in Szczecin, Poland.« 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture-Polonais-cour-678x1024.png.

When a Polish citizen challenges his deportation to the city of Szczecin where the judge is prosecuting him, the institution he is fighting against is mentioned in full. By far the most frequent legal wrangling of Eastern European citizens with their own countries and subsequent extradition by Great Britain is in this place, as in the Westminster Court. Poles, Latvians, Czechs, Hungarians, Romanians are challenging court judgments or prosecutors’ decisions from Szczecin, Buda, Zielona Gora, Cluj, Plzen….[1]


[1] Royal Courts of Justice daily cause list 26 January 2022 – GOV. (www.gov.uk)

Assange is being prosecuted by a strange entity that bizarrely calls itself the US government, even though the US is neither united nor a state(s), and its Constitution provides only for a Congress and a president who heads an administration. Furthermore, it is a court of law or an attorney who is supposed to prosecute Assange but no legal authority is mentioned by the administrative court.

There is also another version « the Queen of Application of (name of citizen) versus Secretary of State of Home Department » which indicates the citizen’s appeal of a decision of the Home Office, and here we find English names. However, only a few cases will be tried in rooms 1 to 5, the others are elsewhere, perhaps in the buildings at the back of the neo-gothic nave.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est affaires-anglaises-cour--648x1024.png.

Judge Timothy Holroyde is, like all judgesof Appeal Courts, a member of the Queen’s Privy Council. But he is also a man who lectures at universities and appears in books and crime novels in which he plays himself. A certain Claire Holroyde also appears, a novelist. Despite a legal career that began in 1977, I can only find a trace of him in a trial of a dark Romanian oligarch in the year of the covid[1].

I walk around the huge complex of the Royal Courts of Justice to find that it has at least 6 entrances. At the back of the historical building, buildings from the 70s and 80s in bunker style are attached. This modern part can be accessed from the Bell Yard entrance and Carey Street. These working courts face the London School of Economics via Clement’s In and Grange Street. The next day, alas, I alone will not be able to monitor all these exits.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2241-1024x768.jpg.
Carey Street, behind the court
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2240-1024x768.jpg.
Carrey Street behind the court

[1]  Timothy Holroyde – Wikipedia

Guest Lecture – The Role of the Sentencing Council – Law & Criminology (edgehill.ac.uk)

Lifers: Inside the Minds of Britain’s Most Notorious Criminals – Geoffrey Wansell – Google Livres

Nova Group v. Romania, Judgment of the High Court of Justice of England and Wales (Extradition Appeal) [2020] EWHC 2709, 20 oct. 2020 (jusmundi.com)

La comète – Claire Holroyde – Babelio

Stella Moris’ lies, Tracy Ward’s lies and the Beaufort family’s properties

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Assange-dans-Royal-Courts-576x1024.jpg.
Julian Assange, the sheet on the door of room 4. Photo taken on 30 October, it was still there

Once my analysis is done, I take the tube to Knightsbridge. The purpose is to verify the claims of Stella Moris Smith Robertson who states in a testimony currently published in the media[1] that she lives at the « London home » of Baroness Tracy Ward Sommerset, former actress, Duchess of Beaufort, wife of Henry Somerset, Marquis of Worcester 12th Duke of Beaufort.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Moris-suisse-et-tracy-ward-1024x589.png.
Stella Morris and Tracy Ward Worcester in Swiss media
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est tracy-ward-assange-1024x555.png.
Stella Morris, Tracy Ward and Assange in the « The Autralian »
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Tracy-Assange-Fitzgerald-1024x556.png.
Media Storytelling about Assange, Fitzgerald and Tracy Ward

As Moris Smith Robertson states that Julian Assange will be living with her in this house if he is bailed, or with John Shipton who is also staying with Tracy at her property in Gloucestershire, it is important to check whether this information is plausible or false.[2]

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Stella-Moris-tracy-ward--1024x520.png.
Stella Morris’ alleged testimony on Assange, Tracy Ward and her London home, 24 March 2020
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Stella-Moris-tracy-ward-2--1024x508.png.
A signature of Stella Morris (her pseudonym!) as a witness

However, the media is quick to give the Sommerset-Worcester address of 28 Halsey Street, associated with its sustainability NGO, Farms not factories and the famous Gloucestershire property, Badminton[3].

Halsey Street happens to be in a nice area of elegant little houses behind Harrod’s. To get there I pass Harrods, which is next to the building at 3 Hans Crescent Street where the Ecuadorian state-owned facility in which Julian Assange was allegedly held captive for 7 years, from 19 June 2012 to 11 April 2019, was located. I have repeatedly, in this blog, deconstructed the impossible storytelling of what is not an « embassy » with many pictures[4]. . Today, I am curious to see what is there.

As I walk along the illuminated Harrod’s, I notice in the crowd that rushes towards the luxurious limousines parked in front of the entrance, the presence of several French families. So the rich French have also deserted their homeland under the yoke of the Covidian dictatorship and prefer to do their luxury shopping without masks in Free London!

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2269-768x1024.jpg.
Harrods opposite to 3 Hans Crescent Street, 26 October 2021 6.30 PM.

Surprisingly, standing on the corner of Basil and Hans Crescent Street, I see that the Ecuadorian room on the first floor is all lit up too. Everything indicates that a reception or a meeting is taking place there. A beautiful black Mercedes with Diplomatic Corps plates is parked in front of the entrance. People come out of the building and get into the car. On the eve of Julian Assange’s ‘trial’, Ecuador is abuzz with activity in London. Is the flat once again home to Raphael Correa, the former president who has just participated in a debate in Brussels about Julian Assange?

Hans Crescent Street 3, 26 October 2021 at approximately 6.30pm

It’s dark when I find myself a few hundred yards down Halsey Street in front of the narrow one-storey, two-window building and the picture I take is blurry. It is empty and deserted, no lights are on and above all a large palisade bars the front door and the ground floor. Tracy Ward Somerset’s house, where Stella Smith Robertson says she is staying, is being renovated. There is also no sign of a letterbox indicating the presence of Tracy Ward Farms not Factories offices.

If Julian Assange were to walk free tomorrow, he would certainly not live here. This is all the more unlikely as Henry Fitzroy Somerset 12th Duke of Beaufort divorced Tracy Ward in 2018 and the land registry clearly indicates that he alone owns this plot today.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est John-Fitzroy-sommerset-Halsey-Street-28-1024x488.png.
28 Halsey Street Land Registry

As for the Badminton property, Tracy Ward’s former husband does not even own it today as the current land registry shows that the sole owner is David Robert Somerset 11th Duke of Beaufort. The Duke died in August 2017 and Tracy Ward shared with the press her hope of inheriting the property from her father-in-law. The estate is clearly not settled at this time.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Badminton-Somerset-1024x576.png.
Land Registry of the Badminton Land and Castle

However, it is an obvious abuse of her position to present herself as the chatelaine of Badminton and Duchess of Beaufort at present, as only the old Duke’s children will inherit the property and only secondarily any children the woman may have had with her former husband, Henry Somerset, son of David [5].

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Tracy-ward-veut-etre-duchesse-mais-ny-arrive-pas-1024x576.png.
Tracy Ward would like to be Duchess Beaufort but isn’t anymore
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 11th_Duke_of_Beaufort-1.jpg.
David Sommerset, 11 Duke of Beaufort, died in 2018 but still owns Badminton Castle

Although Stella Moris Smith Robertson insists that she has close ties to Tracy Ward[6], whom she presents as the godmother of her children allegedly conceived with Julian Assange, there is clearly no relationship between her and the Dukes of Beaufort David the father, Henry and Edward his sons, who own the Beaufort fiefs[7]. But does Julian Assange have any connection with the British aristocracy, this family or another? The question remains open.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est article-2198072-003FCCE500000258-367_306x423.jpg.
Tracy Ward, actress and former wife of Henry Somerset 12th Duke of Beaufort
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Bunter-Worcester.jpg.
Henry Fitzroy Somerset 12th Duke of Beaufort, owner of 28 Halsey Street and legal heir to Badminton Castle
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est article-2553241-1B3E56E300000578-871_634x900.jpg.
Edward Sommerset, second son of David, 11th Duke of Beaufort and legal heir to Badminton Castle, here at a trial where he is accused of drug use and domestic violence

Farms not factories, which aims to fight industrial farming and food sovereignty, is based at 28 Halsey Street and Tracy Ward Worcester is credited as its director [8].

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Farms-not-factories-photo-1024x576.png.

A quick analysis of the official documents filed on the Beta Companies website shows us that if the company’s head office is, in 2020, indeed officially at 28 Halsey Street in London, thus in the property of Henry Somerset, Marquis of Worcester and 12th Duke of Beaufort, and this despite the fact that no trace of an office is visible either on the letterbox or to the naked eye, Mrs Tracy Ward is not the director, but Mr Alastair Thomas Nelson Kenneil at the time of the opening of the company on 27 March 2020.

In June 2020, Mr Ian Worrall and Mr Neil Lodge were appointed as Directors of Farms not Factories. A memorandum dated 9 July 2020 even transforms the company into a « charity », i.e. a non-profit association [9].

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Farms-not-factories-charity-1024x576.png.

A record of the General Meeting is even available for 8 July 2020, signed by A. Kenneil, and mentions the presence of Ian Worrall and Neil Lodge. Mrs Tracy Ward Worcester was absent. The meeting was held at « the Cottage » in Badminton. This became the official address of the organisation on 28 March 2021 [10. The first financial statement for Farms not Factories is dated March 2021 and is for Zero pounds.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Farms-not-factories-the-cottage-1024x576.png.

Why does Ms Ward credit herself with a position she does not officially hold? Why does she use the name « Worcester » (and therefore the title Marchioness), which is part of her former husband’s surname, when she has been divorced since 2018?

Why does Mr Henry Somerset, Marquess of Worcester, not appear in these legal arrangements when he is the owner of the house at 28 Halsey Street, the first official seat of Mrs Ward’s structure, and also of the name and title of nobility « Marquess of Worcester » which Mrs Ward uses very frequently in the media for her publicity and which she displays as her own on the Farms not Factories website?

Interestingly, the new headquarters of this structure is in a small mansion called The Cottage Badminton, located on the corner of Kennel Drive and High Street in Badminton. The Google map shows that this small property adjoins the huge park and castle of Badminton, still owned by David Somerset 11th Duke of Beaufort despite his death in 2017 [11]. The direct heirs to the castle are his sons, including Henry, Mrs Ward’s former husband. The companie that she says she runs but does not manage is therefore located in a house whose presentation « the Cottage Badminton » maintains in the minds of media readers the confusion with Badminton Castle located a few hundred meters away.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-1024x576.png.

But who owns Badminton Cottage? Unfortunately, it is impossible to know. The land registry oddly tells us that exceptionally no title deeds are available for this possession, which does not mean that it is not registered. In a way, this means that the owner of this villa has the right to remain (in) secret whereas the LandRegistry is a very well done, structured database with very reliable information that Wikijustice has been consulting since the beginning of our investigation on Julian Assange.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture-decran-1133-1024x576.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture-decran-1134-1024x576.png.
Empty Land Registry for the Cottage Badminton
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Cottage-Badminton-Kennel-drive.jpg.
the Cottage Badminton on the Web

The very few times that title information is missing from the land registry is when the putative owners may be the (Queen – I would delete queen. We have shown that she is not. Her name is Bowes Lyon. We don’t know what her husband’s name is) Elizabeth von Sachsen Coburg Gotha known as Mountbatten Windsor or other members of the so-called Mountbatten-Windsor (royal) family. This is the case, for example, for the central part of the former Earlswood children’s psychiatric hospital, whose property we analysed and which was known to have been created by the von Sachsen Coburg Gotha know as Mountbatten-Windsor family.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Assange-Tracy-2.jpg.

So who in high places is protecting Mrs Tracy Ward whose friends officially running Farms Not Factories were able to meet and declare the headquarters of their structure in this ancient house adjoining the family castle of the Duke of Beaufort and Marquis of Worcester[12]

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-1-1024x576.png.

What is certain is that the Beaufort family is one of the oldest noble families descended from the Plantagenets, a family much older than the German Saxe Coburg Gotha who almost broke into the British throne in 1837. However, the Mountabatten-Windsor, masters of the Commonwealth, can boast close links with the Dukes of Beaufort, the latter’s castle having served as a refuge during the war and as the setting for the marital saga of Charles of Wales, aka Battenberg, aka of Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksburg, (after his presumed father) and Diana Spencer, which ended so tragically for the latter[13].

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Coat_of_arms_of_the_dukes_of_Beaufort.png.
Coat of arms of the Dukes of Beaufort with fleur-de-lis and Norman Lions

This castle is a centre of power in Britain and it is therefore interesting for us to read and hear that Julian Assange is being held there, either as a captive since we have believed from the beginning that he is being held hostage in a structure belonging to the Mountbatten Windsor brotherhood and not, in fact, under the control of Boris Johnson’s government. By far the most frequent legal disputes of Eastern European citizens with their own countries followed by extradition by Great Britain are in these places, as in the Westminster Court.

Tracy Ward prides herself on being a revolutionary by participating in the fashionable Extension Rebellion movement just before the cut-off of Operation Covid 2019 in March 2020. However, having lied on official documents, as she is not a director of Farms not Factories, nor the owner of 28 Halsey Street where this structure does not actually have offices, we are entitled to doubt her claims in all other areas. [14]

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Badminton.jpg.
Badminton Castle, worth £15 million

In trying to understand who Ms Ward is, we learn that the director of the structure she says she runs, Alaistair Kenneil, is a documentary filmmaker [15]. He has indeed made some films about factory pig farms but, surprisingly, he is not connected to the farmers’ unions or to the British, European and global associations that are actually fighting for agriculture and food sovereignty, such as the famous Via Campesina network.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Alaistar-Kennel-et-Tracy-Ward.jpg.
Tracy Ward with Alaistar Kenneil, the real director of her company

Its co-director, Ian Worrall, may be linked to the Bitcoin scene, so has nothing to do with the bitter struggles for organic farming and food sovereignty waged by farmers and urban activists around the world for over 30 years urban activists[16]. It is difficult to find any information about the second co-director of Farms not Factories, Neil Lodge, other than his official address, the « lower woods lodge inglestone common » in Badminton [17].

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Neil-Lodge-Badminton-1024x576.png.

This is known as a Gloucester nature and geological reserve, located in Wickwar, a very old village 10km from Badminton Castle. Is the person who is leading the 2021 General Assembly of Mrs Ward’s structure the custodian of the nature reserve so close to the Beaufort’s land to live there permanently[18] ?

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Lower-Woods-4.jpg.

The Gloucestershire Wildflife Trust which manages this nature reserve is a wealthy organisation with 87 employees and a budget of £1 million, whose founding history and board of trustees include some prestigious aristocratic names[19].

Tracy Ward appears to be closely associated with The Price of Progress Production Limited, a television programme production company [20]. The company is based at the Cottage in Badminton. It was founded by Henry (Harry) John Fitzroy Somerset Marquess of Worcester, at the time her husband, and herself as Tracy Ward Worcester in 2006.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 2006-Tracy-et-Harry-Progres-production-1024x523.png.

Her and Henry (Harry) John Fitzroy Somerset’s address at the time was the famous Badminton Cottage, which suggests that Henry Somerset, now the Duke of Beaufort, still owns it 21.

In 2006, Mrs. Ward’s profession was « film maker ».

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Harry-cottage-Price-of-Progress-Production-1024x576.png.

In 2007, a new secretary, Adrian Robert Kilmartin, was hired and Henry John Worcester resigned as the prestigious name of his wife’s company. Mrs Ward, who calls herself the Marchioness Worcester, and her partner Kilmartin become the sole shareholders of the movies production company [22]

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Adrian-Killmartin-et-la-marquise-Tracy-1024x576.png.

. Mr. Kilmartin is housed in a house, Church Farm, very close to Badminton Castle and the Cottage. At the end of 2008, Alastair Kenneil, born in 1948, took over the management of Price of Progress Production but Tracy Worcester signed the 2009 financial statement as « Director »»[23].

She officially became a director of the company in February 2010, still signing as the ‘Marquise’ of Worcester [24]. In 2011, she remains the sole shareholder of the company, which she co-manages with Alastair Kenneil and for which Kilmartin is secretary. The company was dissolved in 2014.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Tracy-marquise-director-2009-1024x576.png.

Mrs. Ward is also a director, for 2 years, of a company created in 1946, the Soil Association, a structure whose objective is the preservation of the soil, nature and the environment, whose creators also belong to the British aristocracy like Eve Countess of Balfour[25]. Eve Balfour is known as a pioneer of organic farming. Mrs Ward, a television director, managed to become a member of the Board of Directors of this company from 1994 to 1998[26].

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Soil-Association-Tracy-Ward-1024x576.png.

Despite the intense media presence of the « Farms not factories » campaign, the actual track record of the film company that Tracy Ward and Alastair Kenneil ran for 8 years, the Price of Progress Production has a more than modest track record.

Adrian Robert Kilmartin, their collaborator, appears as a director of 22 companies, while still being domiciled at Church Farm Action Turville in Badminton [27], very close to the Badminton Castle, but there is no further information on him. Among his companies of which he is a director are many security companies called NHP Securities No…, fund management companies, health companies and have a long history of 20 to 30 years. Their activities are often described in vague terms as « other activities » and Mr Kilmartin sometimes appears as an accountant.

Mrs Ward’s political activity in the field of the environment and organic farming appears to be more of a media show in which she is the star as a former actress and former wife of a man from a prominent family.

She is not the owner of her former husband’s London home and is unlikely to be the owner of the Badminton Cottage where she and her friend Kenneil ran their audio-visual production company. As her statements do not stand up to scrutiny any more than those of Stella Morris, one wonders why she is being touted as a close associate of Julian Assange.

In my opinion, it would be better for him to stay away from people whose media show does not cover real, genuine and provable activity. Unless Julian Assange’s real « hosts » are the Dukes of Beaufort, so close in history to the royal power in England, and the name « Tracy Ward » only serves to cover this fact with a modest and murky veil….What links the artistocracy and the ruling family, then, to the distinguished man we saw and communicated with in a special way in Woolwich Court on 27 February 2020 just before the violence of the Operation Covid?

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Demain-le-proces-JA-26.10.2021-1024x576.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Assange-beau-et-delicat-octobre-2021.jpg.

I end my evening at the Wellington pub, set up by a kindly young waiter with a smile on his face on the first floor, on a wide leather bench in front of a large, well-polished zinc bar and huge mirrors. The bar is served by an adorable young blonde girl who prepares the drinks while joking with her colleagues of the same age.

I listen to their young conversations, I am fascinated by their beautiful faces, their joy of life while thinking of my poor France and its young people deprived of this simple happiness. They don’t seem to be surprised by my sometimes hesitant English and my allure as a lady with a hat, so French: the French, good middle-class tourists, make up half of their clientele this evening. While enjoying my huge fish, chips, green peas and an excellent beer, I take some pictures of the scenery and the smiling girl. It is so important to show in France that nobody wears the covidian muzzle anymore.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2278-768x1024.jpg.

It is with regret that I return to my room under the roof, with a view of the Wellington-Strand street intersection, my pub and the neoclassical Sommerset House, home of artistic and literary institutions, with the Thames in the background. Beforehand, I stop off at the small Tesco to prepare my provisions for the next day’s battle: nuts, dried fruit, dry cakes and juice, as the hours of fighting will be long the next morning.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_2246-768x1024.jpg.
Somerset House

[1] https://context-cdn.washingtonpost.com/notes/prod/default/documents/1faa4572-d776-4dcb-94c7-110abf7c7ceb/note/36d6ed33-c5a0-4c0f-a024-bf07831d297a.

[2] Tracy Somerset, Duchess of Beaufort – Wikipedia

Tracy Somerset, duchesse de Beaufort (stringfixer.com)

London judge denies bail to WikiLeaks founder Assange (theaustralian.com.au)

Julian Assange Denied Bail During U.S. Extradition Appeal (bloombergquint.com)

About Us • Farms Not Factories

[3] Meet Britain’s least likely duchess Tracy Worcester | Daily Mail Online

Tracy Somerset, duchesse de beaufort également connu sous le nom de tracy ward, Tracy Tracy worcester somerset,photographié dans sa maison à Badminton Photo Stock – Alamy (alamyimages.fr)

Tracy Worcester: ‘Mummy’s got to save the planet’ | The Independent | The Independent

tracy worcester badminton – Recherche Google

[4] Romantic end to the Julian Assange case? Objections, analyses and actions of Wikijustice – Part 1 – Liberté pour Julian Assange – Monika Karbowska (monika-karbowska-liberte-pour-julian-assange.ovh)

Romantic end to the Julian Assange case? Objections, analysis and actions of Wikijustice – Part 2 – Liberté pour Julian Assange – Monika Karbowska (monika-karbowska-liberte-pour-julian-assange.ovh)

20 septembre 2019, Westminster Magistrate Court, l’audience de Julian Assange qui ne devait pas avoir lieu – Liberté pour Julian Assange – Monika Karbowska (monika-karbowska-liberte-pour-julian-assange.ovh)

[5] Duke of Beaufort’s wife insists she will be Duchess despite four-year separation (telegraph.co.uk)

[6] Stella Morris et Julian Assange: «On adorerait vivre en Suisse» | Illustré (illustre.ch)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Moris-suisse-et-tracy-ward-1-1024x589.png.

[7] Lord Edward Somerset jailed for beating wife Caroline – BBC News

Henry Somerset, 12th Duke of Beaufort – Wikipedia

[8] About Us • Farms Not Factories

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Farms-not-factories-photo-1-1024x576.png.

[9]

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Farms-not-factories-charity-1-1024x576.png.

[10]  

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Farms-not-factories-the-cottage-1-1024x576.png.

[11] 7 The Limes – Google Maps

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est The-cottage-Badminton-sur-google-1024x534.png.

Maison de Beaufort — Wikipédia (wikipedia.org)

[12] Badminton House – Wikipedia

Tracy Worcester: ‘Mummy’s got to save the planet’ | The Independent | The Independent

House and Heritage – Publications (facebook.com)

[13]  https://www.dailymail.co.uk/news/article-4803898/Rock-n-roll-duke-plays-band-inherited-315m.html

House of Beaufort – Wikipedia

[14] Lucy Yorke-Long gets engaged to Duke of Beaufort Bobby Worcester | Daily Mail Online

[15] Alastair Kenneil – IMDb

[16] Ian Worrall – Co-founder @ MyBit – Crunchbase Person Profile

[17]

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Neil-Lodge-Badminton-1-1024x576.png.

[18] Lower Woods – Wikipedia

[19] Gloucestershire Wildlife Trust – Wikipedia

GLOUCESTERSHIRE WILDLIFE TRUST – 232580 (charitycommission.gov.uk)

[20] THE PRICE OF PROGRESS PRODUCTIONS LIMITED overview – Find and update company information – GOV.UK (company-information.service.gov.uk)

[21] application-pdf

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Harry-cottage-Price-of-Progress-Production-1-1024x576.png.

[22]

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Adrian-Killmartin-et-la-marquise-Tracy-1-1024x576.png.

[23]

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Tracy-marquise-director-2009-1-1024x576.png.

[24] application-pdf

[25] Eve Balfour — Wikipédia (wikipedia.org)

[26]

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Soil-Association-Tracy-Ward-1-1024x576.png.


[27]
Adrian Robert KILMARTIN personal appointments – Find and update company information – GOV.UK (company-information.service.gov.uk)

Londres en liberté – 29.10-3.11.2021 – La City et autres lieux de pouvoir. A la recherche de Jacques Attali

Monika Karbowska

Quelques lieux de pouvoir en Angleterreles Royal Courts of Justice, entre le cinéma et les Rotschild

Après le 27 et le 28 octobre consacrés au « procès » de Julian Assange, je consacre la matinée du vendredi 29 octobre au débriefing avec mes collègues de Wikijustice. Je réponds aussi aux appels des amis et des militants de France qui, sous le coup du storytelling médiatique déchaîné dans « l’affaire Assange », se rappellent que je suis la seule à être sur place et que je peux leur donner des informations bien plus précises et tout à fait différentes. J’ai ainsi envoyé les photos de mon attente devant les Royals Courts of Justice à Gilles Chambault dans la matinée du 27 et celle du 28 octobre. « Bon courage si tu es sur place » – m’envoie-t-il par SMS. Je lui réponds « Oui je suis là, et c’est une très mauvaise pièce de théâtre ». 

Théâtre devant les Royal Courts of Justice le 28 octobre

Gilles m’envoie des articles et photos du storytelling, je lui envoie la réalité : Jamie et Eric allongés par terre, Christophe Deloire, Georgina, les faux avocats avec leur tricycle de cirque, les murs sombres de la bâtisse néogothique. Gilles a toujours aimé ma façon de diriger nos découvertes dans nos voyages. Je sens qu’il brûle de me rejoindre en Angleterre. Pourquoi pas ? Après tout, nos voyages se sont toujours passés dans une entente parfaite.

Je pense encore à lui à 11 heures le jeudi 28 car je lui envoie une photo dont je sais qu’elle lui plaira : je lui souris devant la voûte néogothique coiffée de mon chapeau de la chapelière de Fécamp, ce chapeau stylé qu’il m’a offert lors de notre voyage dans cette ville avec mon neveu, en février 2008.

Ce fut l’une des dernière image qu’il a pu voir de la vie et du bonheur.

Au moins peut-être ai-je pu lui donner ce bonheur, bien que je n’ai pas pu lui sauver sa vie.

Le vendredi 29 octobre à midi il est décédé brutalement.

Mais je ne le savais pas alors. Le vendredi 29 octobre à midi je finissais mes conversations débriefing dans le beau foyer club de gauche du Strand Hostel.

Le sympathique foyer du Strand hostel

Une femme assise à une table voisine m’interpelle lorsqu’elle m’entend parler d’Assange. Elle fait partie de ceux qui sont venus à la manifestation devant le Musée National de la Justice. Elle me pose des questions sur ce que j’ai vu à l’intérieur du bâtiment lorsque je lui explique qui je suis et la lutte de Wikijustice. Comme beaucoup d’Anglais de la classe ouvrière, elle admire les Gilets Jaunes et rêve d’une grande révolution populaire dans son pays. Et ce d’autant plus qu’elle m’avoue être pauvre et habiter une province abandonnée du pouvoir élitiste. Elle est aussi très hostile à la monarchie et de la confrérie « Windsor » en particulier. Elle m’avoue n’être venue que parce que « quelqu’un » lui a payé le train. Décidément, Julian Assange ne peut compter que sur le peuple pauvre pour rester en vie, même si ce peuple est impuissant à le faire sortir de la forteresse windsorienne dans laquelle il est captif.

A midi donc je quitte le Strand Hostel pour regagner Paddington, les quartiers centraux étant bien trop chers pour moi aussi ! Cependant, avant de quitter le quartier je déjeune au Crown Bar toujours dans l’optique de lutter pour la survie des indépendants contre l’oligarchie mondialiste. Je parle avec la jeune serveuse yougoslave de la situation, sans toutefois rentrer trop dans les détails du «covid ». Elle me dit que la situation s’améliore, les touristes reviennent et « Nous allons gagner la lutte pour revenir à la vie et toute cette histoire terrible ne sera qu’un vilain souvenir ». Nous nous sourions, car nous avons compris qu’on est toutes les deux dans la Résistance.

Hôtels à Paddington

A Paddington je gagne un autre petit hôtel réservé sur internet, il est tenu par un couple de Polonais un peu âgé. La réception et le foyer sont dans un pub chaleureux ou je peux écrire, boire mon thé et discuter à loisir. Cependant j’ai hâte de retrouver le Panache Café ou je raconte mes aventures des Royals Courts car ses propriétaires ont connu Assange en 2010,  mon « Fish and Chips » yougoslave, les pâtisseries marocaines à côté du Consulat à Praedt Street. Je jette un coup d’œil au Frontline Club mais aucun des protagonistes du théâtre de la veille, pas même Vaughan Lockart, ne semblent présents dans les lieux. Je salue ma petite coiffeuse burkinabée et je vais chercher mes chaussures chez un cordonnier, un travail parfait pour 8 livres, deux fois moins qu’à Paris, chez un artisan d’une politesse artistocratique. Je finis ma soirée au café irakien « Anwar Burj Alarab » garni de curieuses photos en noir et blanc de l’Irak des années 50. L’ambiance est chaleureuse et studieuse, ou les hommes fument dehors les pipes à eau pendant que je m’attable à mon ordinateur devant des thés aux pignons apportées par une aimable serveuse. En fait, je suis en vacances.

J’aime beaucoup l’ambiance du quartier mais je ne peux y rester. Les hôtels ont retrouvé leur vrai prix d’avant le covid, c’est-à-dire 100 Euros pour une chambre très simple, mon hôtel tenu les Polonais s’avère mal agencé. Il est surpeuplé par des groupes de jeunes venus de province s’amuser pour le grand week-end de Halloween après un an de dictature covidienne sans plaisirs. Les salles de bains collectives sont occupés en permanence par des filles se coiffant et se maquillant. Mais c’est le froid dans les chambres qui me décide à le quitter et revenir au Strand Hostel puisque je veux refaire le tour du quartier des tribunaux.

Ce fut une erreur de le quitter. Lorsque samedi matin 30 octobre, une très belle journée ensoleillée d’un automne doré, je me retrouve devant la jeune réceptionniste française qui m’avais accueillis mardi, elle est désolée « tout est pris car pour le week-end nous avons beaucoup de visites de province, tout le monde vient s’amuser dans les boîtes, les théâtres, les music- hall. Et surtout maintenant, après les fermetures du covid et surtout aujourd’hui, c’est le samedi d’Halloween » !

Le High Governorate de L’Australie, début de l’exploration des lieux de pouvoir de la City of London

Je peux néanmoins m’installer dans le foyer désert et chercher un autre lieu sur Booking. Une fois réservée ma place au Safestay Kensington Holland Park dans le parc à une encablure du château de Kensington, mais à l’opposé d’ici, la gentille réceptionniste accepte que je laisse mon sac en dépôt pour effectuer tranquillement ma visite du quartier.

En face du Kings College et devant la statue de Gladstone nous sommes encore à Westminster

Je commence ma visite sous la statue imposante de Gladstone en face de l’Eglise Saint Clément le Danois, en face du High Governorate Autralien. De nombreux étudiants vaquent à leurs occupations, entre les salles de cours et les bibliothèques du Kings College et de la London School of Economic, en face de l’Eglise et jouxtant les Royal Courts of Justice.

Sur le plan on distingue bien la ruelle Clements Inn qui sépare le complexe des tribunaux de la London School of Economics

Justement, je retrouve mon chemin du 27 et 28 octobre : longer la London School of Economic, le square parking avec son entrée néogothique vers les cours de justice dont les immeubles austères des années 70 se dessinent au fond, puis devant la porte en bois et la grille en fer des Royals Courts of Justice, dont j’ai fini par comprendre qu’elles sont un complexe muséal. Alors je m’arrête en face du Dragon de la City et l’imposante bâtisse jouxtant les tribunaux : la Old Bank of England. Aujourd’hui c’est un pub de luxe, mais ses drapeaux britanniques sur la façades attestent que ce lieu fut un haut lieu du pouvoir : une importante succursales de la Bank of England en face des lieux de pouvoir judiciaires, les tribunaux royaux, l’ordre des avocats (la Law Court dans l’impasse Yell Yard), puis toute la rue Fleet Street qui commence là et qui fut pendant 200 ans la rue de la presse avant que Robert Murdoch ne casse cette vie en 1986[1].

Old Bank of England et Dragon gardien de la City
Roual Court of Justice avec au fond la Old Bank of England
Royal courts of Justice, Dragon de la City et Old Bank of England
L’immeuble à l’angle de Fleet street et de Chancery Lane, jouxtant la Old Bank of England
Chancery Lane et Fleet Street, à louer…

Aujourd’hui il ne reste rien de l’histoire de la presse anglaise dans ce lieu, sauf les quelques pubs… Mais qui dit Bank of England dit City of London Corporation et surtout famille des Rotschild, dont l’histoire et la fortune est inséparable de l’économie et du pouvoir politique et économique britannique mais aussi mondial depuis 1815. J’ai déjà commencé à comprendre le rôle de la famille Rotschild dans le capitalisme européen depuis le 19 siècle, véritable « service secrets avant les services secrets » en Europe depuis 1813, avec des multiples et rapides liaisons secrètes entre les différentes « Maison Rotschild » en Europe, avec toujours la bénédiction et le soutien discret de la Maison de Hannovre à Francfort sur le Main, la famille de Hesse Darmstadt qui est à l’origine du pouvoir des Saxe Coburg Gotha sur l’Angleterre et qui a crée de toute pièces l’influence et secrète Famille Battenberg, cœur du pouvoir  en Europe depuis 1850 entre les Romanov, les Hohenzollern et les Saxe Coburg Altenberg et Gotha baptisés « Windsor » sur le tard pour brouiller les pistes de leur origine[2].

En face de la Old Bank of England la Lloyds
La taverne du diable en face du Dragon …

 Ce qui est curieux est que j’ai pu finir des études d’histoire de plutôt bon niveau en France et en Pologne sans jamais vraiment étudié le rôle des Rotschild dans la construction des dynasties possédant pouvoir politique et économique en Europe. Il a fallu le naufrage de la dictature « covid » en Europe, les doigts accusateurs des dissidents trumpistes « Q anon » pointés vers les « Rotschild » comme responsables de cette manipulation d’octobre 2020 à avril 2021, pour que soit obligée de me documenter sérieusement sur l’histoire de cette famille européenne aussi puissante que secrète[3]. L’étude des bilans financiers du RITCP (RIT Capital Partners), la holding dirigé par « Lord Rotschild » a un pouvoir qui n’est effectivement pas anecdotique.

Introduction au rapport annuel du RTICP de 2016

En examinant les rapports annuels du RITCP nous apprenons (entre autres) que la holding de Rotschild détient effectivement des avoirs des banques centrales britanniques et allemandes, mais aussi des participations dans les fonds d’investissements de Charles Schwab, un allié des oligarques américains Carnegie et dans le fond Hamilton, les Hamilton étant une puissante famille possédant de nombreux avoirs dans le monde anglo-saxon.

Leadership | About Schwab

Nous attendons toujours que de sérieux journalistes d’investigations se penchent sur les bilans financiers des entreprise de la Holding RITCP et de leur rôle dans l’économie et le pouvoir politique mondial actuel[4].

Reports | RIT Capital Partners plc

Rotschild et Murdoch ont bien entendu travaillé de concert en investissant dans Genie Energy, une entreprise pétrolière tenue par le vice-président des USA de Georges W Bush, Dick Cheney.

L’entreprise des Rotschild a aussi investi dans les holding pharmaceutiques Watson et Robin Hood appartenant au sud-africain Antony Tabaznik via sa multinationale de médicaments génériques Arrow.

Rapport d’actitivité de RTICP en 2010
Rapport d’activité de RITCP signé Rotschild mentionnant son investissement dans les entreprises de Tony Tabaznik
Arrow et Robin Hood, rapport d’activités de RITCP en 2010

The Team | Amynepharma[5]

Or Antony (Tony) Tabaznik est un des visiteurs de Julian Assange lors de sa captivité du 3 Hans Crescent Street…

Un proche des plus puissants financiers de la City, des « Rotschild », a donc eu un accès privilégié au captif Assange.. Pour quelle raison? Je me pose cette question, sans pouvoir encore y répondre.

VISITAS-ASSANGE-2015-LF-1.pdf (periodismodeinvestigacion.com)

Un autre lien entre le « récit Assange » et les pouvoirs financiers et politiques mondialistes est le personnage de Stella Morris aka Sara Gonzalez Devant. La personne qui se fait passer dans les médias pour la « fiancée » de Julian Assange apparait sous le triple nom de « Stella Morris », « Sara Gonzalez Devant » ou « Stella Smith Robertson ».

Sous le nom de « Sara Gonzalez Devant » elle a été étudiante au Canada soutenue par la Fondation Jeanne Sauvé. Son directeur de recherche fut Stephen Saideman, selon le site de la fondation.

Archives de la Fondation Jeanne Sauvé

Or, Stephen Saideman n’est pas un militant contre le système: selon son propre site internet, il a travaillé comme conseiller pour l’OTAN et il dirige le think thank gouvernemental Réseau pour la Défense et la Sécurité du Canada. De plus il a été subventionné pendant des années par le Council on Foreign Relations, le plus puissant think thank de l’armée et du gouvernement des Etats-Unis.

About Me — Stephen M. Saideman (stevesaideman.com)

Au vue des entreprises les plus puissantes de la planète qui financent cette structure, on ne peut que penser que le professeur Saideman et ses étudiants (par conséquent Sara Gonzalez aka Stella Morris également) sont parfaitement bien intégrés dans le système des puissances financières et politiques aussi bien de Wall Street que de la City of London Corporation. Saideman n’est pas un dissident et Stella Morris aka Sara Gonzalez Devant fait également partie du système mondialisé dominant. Il apparait que sa complicité avec MC McGrath, l’informaticien subventionné par Peter Thiel et sa société proche de la CIA Palantir, que j’ai pu observer à la fin du show « Free Assange » organisé le 28 octobre, est donc tout à fait logique.

voir La lutte pour Julian Assange le 27-28 octobre 2021 – le spectacle, fausses et vraies cours de justice, Stella Morris et MC McGrath – Liberté pour Julian Assange – Monika Karbowska (monika-karbowska-liberte-pour-julian-assange.ovh)

The Stella Morris Case – Liberté pour Julian Assange – Monika Karbowska (monika-karbowska-liberte-pour-julian-assange.ovh)

Fin de partie romantique de l’affaire Julian Assange? 1ère partie – Liberté pour Julian Assange – Monika Karbowska (monika-karbowska-liberte-pour-julian-assange.ovh)

Fin de partie romantique de l’affaire Julian Assange? 2ème partie – Liberté pour Julian Assange – Monika Karbowska (monika-karbowska-liberte-pour-julian-assange.ovh)

Le cinéma au « tribunal »

J’en suis dans mes réflexions sur le pouvoir des « Rotschild », vrais ou fantasmés, lorsque je remarque sur la « Old Bank of England » est flanqué sur sa droite par une maison plus petite à l’élégante façade rouge ornée d’un bas-relief de griffons. Les griffons de l’emblème de la City of London Corporation ? Le bel immeuble est vide et les méchants panneaux « to let » « à louer » posés sur les vitres attestent d’importants changements de pouvoir dans ces lieux. Depuis les fermetures covidiennes, la City est vidée, elle semble disparaitre, sans que le citoyen n’en soit informé.

La maison aux griffons à la limite de la City of London Corporation, de la commune de Westminster et de la commune de Camden

Car ici commence bien la City of London Corporation et son pouvoir extra-territorial : en face de la maison vide aux griffons se dresse un immeuble sans âme des années 80 et sur sa façade est apposé la plaque « Fleet Street » avec l’emblème de la City. La rue Lane Chancery qui monte vers Hollborn, la quartier des avocats derrière les tribunaux, marquent la délimitation entre le pouvoir de l’Angleterre souveraine et celle de la corporation internationale des banquiers, plus vieille que le pouvoir royale de cet Etat.

Limites de la City et de Camden
l’emblème de la City of London Corporation

Alors l’affaire Assange se déroule toujours sous auspices du pouvoir de la City, comme elle s’est déroulé au cœur de la City à la Old Bailey, en septembre l’année dernière.

En face de la Old Bank of England et des Royal Courts, un autre endroit de pouvoir mondial : La banque Lloyds[6], à laquelle est adossée le registre maritime mondial Lloyds, le plus vieux registre de classification de bateau, sans lequel la mondialisation économique et l’expansion de la Maritime Law, la Loi de maritime, n’aurait pu se faire. Sur cette maison, une plaque « Devil Tavern, demolished in 1787 » (Taverne du diable détruite en 1787) est encadré par la mention « Corporation of the City of London ». Nous sommes bien dans cœur du pouvoir « mondialiste » tant décrié par les souverainistes et autres « Q-anon » ! Derrière le kiosque et le petit café « The George » se déroule le grand complexe du Inner Temple, la corporation des avocats et juristes issus des Templiers anglais, les corporations de juristes étant un pilier du pouvoir du royaume anglais puis britannique[7].

Lloyds
Café Soho en face des Royal Courts of Justice
Café Saint Georges côté Westminster, en face des Royal Curts of Justice

La petite croix honorant la mémoire des héros de la RAF sur le mur de l’église Saint Clément parait brusquement très modeste, écrasée par l’histoire millénaire du pouvoir des banquiers et et des ordres militaires religieux et autres associations liées par le secret et le pouvoir comme les francs-maçons, également désignés aujourd’hui, à tord ou à raison, comme responsable du pouvoir mondial et hostile à la souveraineté des nations. [8].

Croix de la RAF sur l’église St Clément
Lloyds et Barclays

Je reviens vers mes pas pour examiner de plus près les cours de justice. Pour cela j’emprunte le passage Clement Inn entre la London School of Economics et la grille des Royal Courts of Justice.

Entrée de Clements Inn entre la London School of Economics et les tribunaux

J’aboutis à la Grange Court, un étroit passage entre la grille de l’école et le bâtiment austère des années 70 qui abrite le Thomas Moore Buidling et le Queens Building, les vraies cours de justice en exercice. Je contourne donc ces bâtiments explorés le 28 octobre, lorsque je cherchais le lieu ou déposer ma plainte. J’ai tout le loisir d’en observer l’agencement.

Passage Clements Inn
Grange Court au bout du passage Clements Inn, à gauche les vraies cours de justice, Queen’s Building et Thomas Moore building
Le Queen’s building, avec ses nombreuses cours de justice
En sortant de Grange court dans Carey Street, vue sur le Queens building et le bâtiment néogothique central

Je passe à côté de la galerie qui les relient au bâtiment central néogothique ou j’ai passé dans ce temps. C’est à cette endroit, dans la rue Carey, que je remarque plusieurs grands camions de retransmissions de télévision ou de cinéma, marqué « MBS equipement ».

Les camions de télévision et de cinéma devant les Royal Courts of Justice, le musée de la justice, Carey Street

J’arrive à l’arrière des Royals Courts of Justice et je vois alors que la rue est barrée et un amoncèlement impressionant de bric à brac de meubles, de caméras, de projecteurs, d’accessoires divers encombre la chaussée. Des techniciens en gilet jaunes s’activent entre les camions et leur outils. Pas de doute, c’est un tournage de film avec les Royals Courts comme décor ! Je questionne deux jeunes filles qui gardent un stand garni d’objets historiques, des vêtements de l’époque de la seconde guerre mondiale, semble-t-il. Elles confirment, c’est bien un tournage de film !

Tournage de film Carey Street en face des Royal Courts of Justice

Normalement, je n’ai pas le droit de photographier, mais je peux passer. Alors je passe dans la rue entre les pubs fermés et le batiment qui plus que jamais fait figure de musée et pas de véritable tribunal. Je photographie néanmoins des véhicules, des barrières rouges et un panneau avec des affiches des années 40 « Avis à la population » et « Français allez travailler en Allemagne » ! Pas de doute, ce sera un film sur l’occupation nazie et ce décor est censé représenter la France des années noires. Personne ne me dit rien, car avec mon pas décidée, mon chapeau, mon manteau et mon sac, j’ai sûrement l’air d’une productrice qui vient inspecter l’avancement la préparation du tournage.

Décor de film en tournage Carey Street

Ainsi, je tourne dans une petite ruelle Bishops Court au nord du Yell Yard qui est relié à la Chancery Lane, la rue délimitant la City de la ville de Westminster et menant à Hollborn, le quartier des avocats. D’ailleurs, l’imposant bâtiment en brique que je longe jusqu’à la rue Holborn est le Lincoln’s Inn, le deuxième des quatre guildes de juristes issues du Moyen Age[9].

Le Lincoln’s Inn dans la rue Chancery Lane

Il est intéressant de constater qu’avec le Lincoln’s Inn commence la vaste commune de Camden, la guilde est située dont à la lisière de Westminster, de la City et de Camden. Les « Inn’s court », les guildes de juristes ayant toujours bénéficié d’un statut libre, c’est-à-dire qu’elles n’obéissent ni au gouvernement, ni au pouvoir royal ni au pouvoir des hommes de la City, il me semble donc que ces hommes et ces femmes ont tout les atouts en main pour devenir un « pouvoir mondialisé », extraterritorial.

Lincoln’s Inn

Au nord du Lincoln’s Inn, le long de la Holborn Road je reconnais le Grays’Inn, le vaste complexe de bureaux, de jardins, de salles historiques et d’église ou nous nous sommes rendus avec mon collègue de Wikijustice, le 23 septembre 2019 rencontrer l’avocats de Julian Assange appartenant en théorie à cette confrérie via le cabinet d’avocat Gray’s Inn : Mark Summers. Nous avions été reçu par un méfiant manager, Paul Venable, qui nous avait indiqué que Summers était absent mais que Edward Hamilton Fitzgerald prendrait l’affaire Assange en main, ce qui se passa en février 2020[10].

Newmans Row et Serle Street derrière les Royal Courts of Justice – avec les camions de cinéma
Le Cadastre, Land Registry, en face du Lincoln’s Inn, à m’angle de Serle Street

Je tourne dans une petite impasse entre deux pubs, je me retrouve entre le beau square intérieur Lincoln Fields et les imposantes bâtisse en briques de l’ordre des avocat. Les camions de la télévision stationnent dans toute la longueur de la rue Newmans Row puis Serle Street, jusqu’à la flèche néogothique des Royal Courts tout au bout. La rue Carey est définitivement barrée sur ma gauche, impossible de passer à pied. Les caméras tournent, tournage du film est en cours.

Imposante entrée des Lincoln’s Inn, lieu de pouvoir politique, juridique et historique

J’ai encore plus l’impression que les Royal Courts ne servent pas à rendre la justice, mais à servir de décor de film et de spectacle, de jeux de rôle aussi, comme celui du procès de Julian Assange.

Sur la Serle Street je remarque un immeuble portant à l’entrée le panneau « Land Registry ». C’est le cadastre anglais qui m’aide si bien à trier le faux du vrai, à confronter le storytelling à la réalité des faits, qui possèdent les lieux et les bâtiments.

Serle Street arrivant sur les Royal Courts of Justice, côté nord

Je reviens vers le Queens building, j’emprunte la Grange Court, le Clement Inn, je me retrouve devant l’Eglise Sankt Clement, et sa mélancolique croix d’hommage aux tombés de la RAF. Les cafés en face sont bondés, la bijouterie et la boutique de vêtements masculins situés côté City retrouvent quelques clients. Les Royal Courts of Justice resplendissent sous le soleil. Le dragon garde la City, même si elle semble dépérir économiquement en tant que territoire. A moins que le gouvernement anglais n’ait décidé de la nationaliser pour de bon et mettre fin à cet enclave millénaire de pouvoir mondialiste au cœur de sa capitale souveraine.


[1] Fleet Street – Wikipedia

[2] Le livre « Die Battenbergs, eine Europäische Familie » Waldemar Kramer, 2019, Wiesbaden, m’a fournit beaucoup d’indications précieuses.

[3] Le seul livre de bonne facture sur les Rotschild est l’œuvre d’un journaliste anglais dans les années 60 : Frédéric Morton «Les Rotschild », Editions j’ai lu, 1962

Amazon.fr – Les Rothschild – Frederic Morton – Livres

[4] RITannual2001.pdf (ritcap.com)

https://www.ritcap.com/

RITCP GP LIMITED filing history – Find and update company information – GOV.UK (company-information.service.gov.uk)

[5] Je m’étonne moins des publications du site DOCUMENTARY – Julian Assange: 2010-2022 (julianpaulassange.com) « propriété de General Sands » qui place « Julian Paul Assange » sous la dépendance de « Jacob Rotschild », concept-raccourcis pour désigner les financiers de la City.

[6] Lloyds Bank – Wikipedia

Lloyd’s Register – Wikipedia

Admiralty law – Wikipedia

[7] Templiers en Angleterre — Wikipédia (wikipedia.org)

Inner Temple – Wikipedia

[8] Knights Templar – Wikipedia

Knights Templar (Freemasonry) – Wikipedia

[9] Inns of Court – Wikipedia

[10] 20 septembre 2019, Westminster Magistrate Court, l’audience de Julian Assange qui ne devait pas avoir lieu – Liberté pour Julian Assange – Monika Karbowska (monika-karbowska-liberte-pour-julian-assange.ovh)

Kensington, les discrets lieux de l’aristocratie

Je me déporte avec mon sac de l’autre côté du Hyde Park, dans un autre quartier de pouvoir : Kensington. J’y retrouve un autre hostel, confortable avec un foyer aux grandes baies modernes ouvertes sur le magnifique parc. La vie a repris pour de bon, l’hostel est plein de jeunes gens visitant Londres ou cherchant du travail. Le lundi ce seront des groupes d’élèves qui occuperont l’espace de leurs rires radieux. Dois-je rappeler qu’aucun masque n’entrave notre joie de vivre, ni dedans ni dehors ?

le fameux palais de Kensington des « enfants royaux »

Un jeune Iranien vient me parler plusieurs fois alors que je travaille sur mon ordinateurr devant mon thé dans le foyer de l’hostel. Il veut que je l’aide à écrire son CV car il cherche du travail. Je hoche la tête et je lui explique que je suis étrangère, Française et que la technique du CV est très culturelle et différente selon les pays. Je sais écrire un CV français mais je ne sais pas très bien de quoi doit avoir l’air un CV en Angleterre. Mais je veux bien jeter un coup d’œil à son CV en ce qui concerne son aspect général. Il s’en suit une conversation sur Brexit, le covid et le marché du travail en Angleterre. Contrairement à ce que dit la propagande en France l’activité économique a plutôt l’air de reprendre ici. J’ai remarqué plusieurs devantures de magasin comportant les annonces d’emploi ! Si les patrons cherchent leurs salariés directement dans la rue avec l’annonce en vitrine, c’est qu’il y a plus d’offres que de demande, un bon signe pour les travailleurs !

Je discute avec le jeune hommes le samedi soir, puis le lendemain dimanche. Le Lundi 1 novembre il vient me retrouver radieux : il n’aura pas besoin de mes services, il a déjà trouvé un boulot dans un pub ! Je l’encourage pour son premier job et je ne peux que constater que le Brexit marche car il y a de l’emploi pour les travailleurs ! Un moment je me demande si je ne ferai pas mieux d’émigrer ici plutôt que de rentrer dans ma terrible patrie, si terriblement en souffrance et en déliquescence, la France, l’Europe continentale et l’Union Européenne aux mains de la secte covidienne…

Hostel dans le Holland Park

Samedi soir je fais un état des lieux sur quartier. Le Holland Park est séparé du château royal des « enfants royaux » par un petit quartier très sympathique de villas victoriennes sous d’imposant platanes, de résidences luxueuses et de petits restaurants animés. La Kensington Palace Garden est une rue bordés de manoirs de l’aristocratie du système britannique et mondial entrecoupée de résidence diplomatiques anciennes. Elle est interdite à la circulation le soir, ce que j’ai pu constater en janvier 2021 et surveillée par la Territorial Police Group, l’unité anti-terroriste de la police municipale de la ville du Grand Londres, la seule police existant au Royaume Uni.

Entréé de Kensington Palace Gardens

Mais au sud du quartier des aristocrates, la vie de citoyens ordinaires se déroulent paisiblement vue la Kensington avenue. Certains établissement sont des clubs mondains et sélectifs, d’autres sont des restaurants de quartier. En face de l’Eglise Sankt Mary’s Abbot j’avise un restaurant chinois dont la large vitrine est directement ouverte sur la rue. Ce qui me plait est qu’il est plein, que les convives sont assis très proches les uns des autres et que l’élégante femme qui se tient derrière le bar ne porte pas de masque. Un rapide coup d’œil sur les prix de la carte et je m’installe à l’intérieur à côté d’une famille dont les deux enfants s’agitent en finissant de grandes assiettes de nouilles sous les yeux bienveillants de leur père. Ils ont l’air très heureux de la journée de vacances passés et je pense toujours douloureusement aux enfants de France terrorisés sous leur masque par leur professeurs et par le gouvernement et aux parents français incapables de les défendre face à la perversité du régime.

Résidence de luxe à Kensington

Je suis très contente de côtoyer de si près des humains dans l’étroite pièce et heureuse de manger un énorme plat de fruits de mer, librement. Sans que personne ne songe à exiger de moi de certificat de « pureté vaccinale ». Libre Angleterre, oui, comme en 1940 !

Avant de rentrer je fais un tour dans le grand supermarché alimentaire Kensington Arcade situé au-dessus du métro du même nom. Je voulais voir si les rumeurs de pénurie de nourriture en Grande Bretagne, propagées par les média français suite au Brexit étaient vraies. Mes amies communistes m’avaient déjà assuré que c’était faux, mais je voulais vérifier par moi-même le contenu des rayons, même si un seul magasin ne peut pas épuiser tout le sujet. Ce qui m’a surpris en me promenant dans les allées du supermarché, ce fut non seulement son opulence et l’abondance de produits variés. Après tout, je me trouve ici dans un quartier riche de Londres à deux pas du palais royal ! Ce qui m’a frappé, ce fut la richesse des produits européens exposés et les prix plus que modérés ! En effet, j’ai vu du fromage et de la charcuterie italienne, des vins français et italiens, des légumes hollandais, des fruits espagnols, du poisson d’Irlande… Des produits même que je n’avais jamais vus dans nos pays européens et que je retrouvais là après le Brexit, joliment emballés et mis en valeur avec la provenance régionale mentionnée pour chacun d’eux ! En ce qui concerne les prix, j’ai retenu un exemple frappant : sur un présentoir un triangle de Brie de Meaux AOC était vendu 1,6 livres, soit 2 Euros ! Pourquoi ce produit français et d’autres italiens et espagnols sont-ils aussi bon marché ici ? Peut -être parce que sorti de l’UE la Grande Bretagne peut enfin abandonner l’inique TVA à 20% imposée par Bruxelles, et en baissant la TVA modérer les prix pour relancer la consommation… Même si elle continue à acheter des produits européens !

La preuve que la propagande anti-britannique des médias est mensongère et condamnable, puisqu’en fait de pénurie, les Anglais achètent à nos pays encore plus de produits alimentaires qu’avant ! (et que nous n’avons rien d’autres à vendre sur notre continent appauvri…). Cela ne les empêche pas de mettre en valeur quelques produits anglais : jambon, cheddar, poisson, tout ce qui est « british » est dûment signalé par un petit drapeau. Mais aucun chauvinisme dans ce patriotisme: la singularité de chaque produit est mise en valeur de la même façon, du moins dans ce magasin, pourtant si proche des lieux de pouvoir.

A la recherche du Special Operation Executive

Le dimanche 31 octobre j’ai décidé d’aller au musée, une visite qui m’est désormais interdite en France par la discrimination instaurée du pass sanitaire. Je me suis fait une joie de vivre un instant comme une citoyenne normale qui profite de son dimanche pour se détendre et se cultiver dans la capitale occidentale historique ou elle réside. J’ai décidé de voir le National Army Museum, le Musée de l’Armée, dans le quartier de Chelsea, à deux pas de la Tamise, afin d’y retrouver des informations sur le Special Operation Executive, le service secret de Churchill destiné spécialement à aider les Résistants anti-nazis en Europe et sans le soutien duquel l’action du BCRA pour la Résistance française n’aurait pas pu survivre. En effet c’est bien le SOE qui fut en charge des liaisons de courrier et de parachutage d’armes et du transport des Résistants français de France à Londres et de Londres en France via les petits avions Lysander ou la flotille secrète de petits bateaux entre l’Angleterre et la Bretagne ou Gibraltar et Marseille.

Jean Moulin, Henri Frenay, Lucie et Raymond Aubrac, Claude Bouchinet Serreules, Pierre Brossolette, le colonel Passy et le colonel Rémy ont tous eu recours au services du SOE pour la France Libre. Ayant trouvé les traces d’une intéressante exposition, je me faisais une joie de la voir « en vrai »[1].  

A vrai dire, il n’y a pas de pass sanitaire en Angleterre, mais il y avait encore des mesures covidiennes : pour aller au musée alors que l’entrée était gratuite, il a fallu que je réserve la place par internet avec mon nom et mes coordonnées. Le traçage se fait ici aussi hélas, plus subrepticement qu’en France, mais il existe malheureusement.

Avant de prendre le métro à Earls Court, j’ai fait un tour par ce quartier de petites maisons et de restaurants que j’aimais tant quand j’ai séjourné en novembre et décembre 2019 dans ce coin à sortie typiques des jeunes étrangers et Londoniens. Je voulais voir ce qui a changé depuis le Covid. Dans la petite rue pittoresque de Hogarth Place les petits restaurants malais, indonésiens et philippins ont l’air de souffrir. Ils sont vides et désaffectés. Le restaurants français qui leur faisait face dans la ruelle a fait faillite et a disparu.

Hogarth place avant le covid

Le « Kings Hogarth », pub traditionnel à l’angle de la Kenway Road qui fut mon quartier général en octobre et décembre 2019, et ou j’ai écrit mes textes les plus importants sur Assange, est fermé et d’après la carte il a triplé ses prix ! Plus jamais donc je n’aurai mes breakfast anglais copieux en version végétarienne avec un excellent thé à 7 livres tout compris… Le covid est passé par là, c’est-à-dire la spoliation des petits propriétaires et leur expropriation au profit de grands groupes au détriment de l’art de vivre, du pouvoir d’achat et du lien social et culturel[2]

Je suis peinée, mais pas surprise. A Wikijustice nous avons dénoncé la dévastation économique de l’opération Covid dès son premier jour.

le charme du quartier de Pimlico en direction de Chelsea

Je prends le métro pour descendre à la station Pimlico et me promener dans le charmant quartier victorien de Pimlico, avant de remonter vers Belgravia, traverser la ligne de chemin de fer derrière la station Victoria et longer le grand par et les hauts murs en briques de l’hôpital royal de Chelsea.

Le National Army Museum, un bâtiment moderne, se trouve juste derrière sur la Royal Hospital Road. Je n’ai pas de problème avec le ticket gratuit, on ne me demande pas de pièce d’identité et mon mail d’enregistrement est suffisant. Je suis évidemment très contente de ne pas devoir porter de masque lors de la visite. Le musée est plein d’enfants avec leurs parents, il y une librairie et une jolie cafétéria dont les belles baies vitrés donnent sur la rue ensoleillée.

Mais je suis très déçue par l’exposition. Dans les quelques salles du sous-sol et de l’unique étage, la part belle est faite aux guerres coloniales asiatiques et à l’épopée anglaise contre Napoléon. Bien sûr, il est toujours intéressant de voir comment un héros national d’un pays devient un ennemi chez l’autre, et utile de constater que les Anglais présentent Bonaparte comme un adversaire de valeur, car quelle gloire auraient-ils de vaincre un ennemi vil et stupide ? Mais je suis très surprise de voir que la Seconde guerre Mondiale est réduite à une seule salle dont l’agencement est incompréhensible car non chronologique. Les uniformes, les armes, les avions et le matériel du débarquement anglo-américain en Europe sont bien mis en valeur, mais on peine à trouver un sens à toute cette équipée. Car en effet, il n’y a aucune explication sur la guerre en Europe, rien sur l’Allemagne et surtout un silence total sur le nazisme !

Ma surprise est encore plus grande lorsqu’en suivant la visite je me retrouve dans une salle qui expose la vie quotidienne dans la zone d’occupation britannique de l’Allemagne suivi un layus sur la vie quotidienne en RFA de 1949 à 1989. Je retrouve les sempiternelles jérémiades occidentales sur l’horreur du « check point Charlie » que je connais bien pour avoir vu l’endroit de mes propres yeux avant 1989. J’ai donc la comparaison entre la réalité et la propagande post-1989. En effet, les propagandistes occidentaux sur le pauvre Berlin divisé se gardent bien de mentionner qu’ils n’ont EUX pas conquis Berlin, mais ce sont bien les Soviétiques qui l’ont fait à leur place et que les Soviétiques ont été assez sympa de donner à chaque pays occidental une zone d’occupation à Berlin alors qu’ils auraient bien pu, selon les Lois du vainqueur, se garder la ville pour eux tout seuls !

Mais il n’y a pas que ce silence coupable qui m’agace. Ce qui me gêne le plus dans cette mise en scène est l’absence totale d’explication POURQUOI les Anglais se trouvent-ils brusquement là à Berlin ?! Bien sûr, la propagande actuelle va jusqu’à écrire en toutes lettres que les relations entre soldats britanniques et populations civils allemandes ont été excellentes de 1945 à 1989, contrairement à la zone d’occupation soviétique ou RDA (franche rigolade…). Mais au fait, pourquoi les Anglais ont -ils du venir ici embêter ces pauvres Allemands ?

Ah oui, Hitler, le nazisme… Et bien, je découvre qu’au musée de l’Armée il n’y a RIEN sur le nazisme. Les jeunes générations ne comprendront pas en venant ici pourquoi des millions d’Européens sont morts de 1939 à 1945. Ils ne sauront rien non plus sur pourquoi, comment et par qui une grande partie du centre de Londres a été détruite par des bombardements en 1940, ils ne sauront même pas ce que ce sont les si gentils Allemands qui ont d’abord bombardé les Anglais… Ils ne comprendront pas davantage pourquoi l’Europe a été divisée pendant 45 ans, pourquoi il y a eu deux Allemagnes ni pourquoi elles ne se sont pas réunifiées toutes seules spontanément en 1945… Et je ne parle pas de la Pologne qui n’est même pas située sur une carte, alors même que tant de Polonais, aviateurs, soldats, déchiffreurs de Enigma, marins, ont donné leur vie pour la Liberté des Anglais ici-même…

Je suis tellement choquée que je voudrais immédiatement mentionner ma désapprobation face cet effacement de la mémoire historique et politique dans un quelconque livre d’or du musée. Mais avant je me rappelle que je suis venue pour le SOE… Au rythme où va la destruction de toute connaissance je me demande même si les jeunes employés du musée vont savoir de quoi je parle. Je me dirige vers une petite librairie ou quelques rares livres sur la seconde guerre mondiale sont surtout des mémoires. Il n’y a pas de monographie sur le SOE. Je me tourne alors vers une jeune vendeuse et je lui pose la question du SOE. Effectivement, elle ne sait pas ce qu’est le SOE, mais lorsque je lui montre le site internet sur mon téléphone elle se rappelle brusquement « mais oui, c’était une exposition temporaire il y a quelques années ! Hélas, rien n’a été retenu sur le SOE dans les collections permanentes ». J’engage la conversation et je formule doucement ma critique à l’égard de la présentation a-historique et a-chronologique. Je lui fais valoir que je suis Polonaise, venue exprès ici pour trouver des informations sur la glorieuse luttes des Britanniques contre les nazis et je… ne trouve rien.

Elle acquiesce et ce que je dis la fait réfléchir. « Vous avez raison. Tel que c’est présenté sans chronologie on ne comprend pas pourquoi la guerre a éclaté. Et c’est vrai que l’explication sur le nazisme manque. Je m’y perds moi aussi. D’ailleurs vous n’êtes pas la seule à le dire ».

Maintenant que je l’ai convaincue, elle veut m’aider et appelle un conservateur du musée, aussi jeune qu’elle. J’explique au garçon ce que je cherche sur le SOE, il regarde la boutique, le catalogue, puis fini par me dire désolé, que la seule façon de progresser, outre de me rendre à l’Imperial War Museum mieux pourvu, est d’acheter un livre sur le SOE sur internet ! Il me montre un ouvrage qu’il considère comme essentiel, [3].

Mais moi, grâce au livre de l’excellent et émouvant Docteur Henri Rosenscher, Juif Polonais socialiste qui fit la campagne de Tunisie et le maquis du Vercors dans le Special Detachment du SOE, j’ai fait finalement la connaissance d’un monument du SOE, Francis Brooks Richards. Par le biais de cette émouvante photo issue du livre du docteur Rosenscher et présentant le « King of Cap Serrat » (le Cap Serrat se trouve à une encablure de Tabarka et fut une lieu d’intense combats des Alliés contre l’armée nazie en Tunisie au printemps 1943), j’ai remonté les informations jusqu’à cet excellent livre qui m’ouvre les portes de la connaissances des actions du SOE, des voyages en mer aventureux et d’un héroïsme qui fut autant sacré qu’il fut en réalité rare, dans des sociétés pétrifiées par l’obéissance à un pouvoir violent, comme aujourd’hui.

Excellent livre de mémoires de guerre du Docteur Henri Rosenscher, 1982
Portrait de deux amis: Henri Rosenscher, Français d’origine juive polonaise, officier du Special Detachement, et Francis Brooks-Richaards, aristocrate anglais, officier du SOE et créateur et commandant du Special Detachement (photos issues du livre du Dr Rosenscher)
La bataille contre les nazis en Tunisie. La lutte pour le Cap Serrat
La guerre contre les nazis en Tunisie. Carte dessinée par le Dr Rosencher
Les garçons du Special Detachment , dépendant du SOE
L’excellent livre de Francis Brooks Richards sur les petits bateaux qui assurèrent les liaisons entre la France occupée et l’Angleterre en lutte (et qu’il organisa…)

Je rentre à pied en me promenant dans les quartiers animés et élégants de South Kensington, longeant à un moment donné l’imposant Lycée Français Charles de Gaulle à un croisement de Brompton Road et Harrington Avenue remplie de cafés et de restaurants, de boulangeries françaises. Je me rappelle ainsi que la France n’est que temporairement celle de Macron, soumise et enfermée dans une obéissance folle et auto-destructrice. Une vraie France fière et digne existe … éternellement, je l’espèr,e comme l’a proclamé un certain de Gaulle. Et qu’elle sera vainqueure au final.

Lycée Charles de Gaulle à South Kensington

[1] Special Operations Executive | National Army Museum (nam.ac.uk)

[3] Amazon.fr – Soe: The Special Operations Executive 1940-46 – Troy, Thomas F. – Livres

A la recherche de Jacques Attali dans la City of London Corporation

Le lundi 1 novembre est encore une belle journée ensoleillée mais bien plus froide. Je reprends le métro pour revenir vers le Dragon qui garde l’entrée de la City, là ou la Fleet Street rejoint la Strand Street juste en face du « Westblock », l’entrée de droite du bâtiment des Royal Courts of Justice, sous l’imposante tour néogothique. C’est juste là que finit la ville de Westminster, la Londres anglaise et commence la City of London Corporation, l’enclave privée plus ancienne que le Royaume d’Angleterre et un des sièges du « gouvernement économique mondial » des banquiers.

Sous la porte principale, je remarque encore une manifestation, semblable au « rallye » organisé pour Assange, un rassemblement apparemment « pour les droits des femmes », mais qui ressemble plus à un événement ludique qu’à une protestation politique. J’entame ici mon périple dans la City à la recherche des lieux ou aurait vécu et travaillé Jacques Attali.

Fleet Street en avant vers la City

Pourquoi enquêter aujourd’hui sur Jacques Attali ? L’importance du personnage comme « créateur » et « éducateur » d’hommes politiques qui nous gouvernent comme Macron n’est plus à démontrer. Celui qui se présente lui même dans les médias comme tireur de ficelles occulte des marionnettes politiques est en poste depuis 1979 autour de François Mitterrand, sans qu’on sache si c’est l’ancien cagoulard Mitterrand qui utilise Attali ou si c’est celui-ci qui « crée » le mitterrandisme comme structure sociale et politique.

Henri Frenay en 1946

En tout état de cause Attali, plus jeune que Mitterrand, ne « crée » pas le personnage, car Mitterrand est mis dans les hauts cercles du pouvoir par Henri Frenay, fondateur de l’organisation résistance Combat et ministre dans le Gouvernement Provisoire de juillet 1943 à février 1946. En tout état de cause Mitterrand aurait été présenté à Frenay par Pierre Bénouville, un militant de haut niveau de la Cagoule devenu en décembre 1942 un compagnon et un intime du résistant Frenay. C’est aussi Pierre Bénouville qui tout au long du 20ème siècle va décerner à Mitterrand des brevets de Résistance pour lui assoir une légitimité que le détenteur de la francisque pétainiste n’a manifestement pas[1].

FRANCE – CIRCA 1951: Pierre de Benouville (born in 1914), French general, politician. Deputy and writer under the name of Guillain de Benouville. Paris, on 1951. (Photo by Martinie/Roger Viollet via Getty Images)

Mitterrand traverse donc tout le 20 siècle dans les cercles du pouvoir en France, de 1943 jusqu’à sa mort, et son influence a perduré bien après janvier 1996 et perdure jusqu’à nos jours par l’action à long terme d’hommes comme Bénouville, Attali et par l’influence du banquier et vendeur d’armes, également ami d’anciens Cagoulards et de Roland Dumas, Joachim Felberbaum aka Jean Pierre François[2].

Unique livre existant sur Jean Pierre François aka Joachim Feldweber, ami de Mitterrand, d’Attali, et de cagoulards comme Raymond Abelio soutenus par Bénouville

La Cagoule ou CSAR (Comité Secret d’Action Révolutionnaire) était un mouvement et une organisation fasciste française qui visait à prendre le pouvoir en infiltrant les structures de pouvoir. Cette organisation a commis un coup d’état (le 6 février 1934), des attentats, des meurtres, a stocké des armes et a collaboré avec les services secrets mussoliniens et franquistes et très probablement nazis et américains. Aucun de ses membres, même ceux qui se sont vanté d’avoir commis des crimes de leur propres mains, n’a jamais été condamné[3]. Dans l’état actuel des choses nous ignorons si Jacques Attali a fréquenté des membres de la Cagoule, mais il est certain qu’il a bien connu Joachim Felberbaum, le « mystérieux banquier » de Mitterrand, Autrichien vendeur d’armes en Suisse et collaborateur de cagoulards.

L’ami banquier le mystérieux conseiller de François Mitterrand – Bernard Violet – Achat Livre | fnac

photo issue du livre de Bernard Violet « L’ami banquier. Le mystérieux conseiller de François Mitterrand », Albin Michel 1998

 

Ce qui est sûr aussi et qui saute aux yeux aujourd’hui des citoyens français déboussolés par l’idéologie mortifère dans laquelle le régime Macron les plonge depuis deux ans, est que les écrits de Jacques Attali abondent en éléments idéologiques fascisants – eugénisme, transhumanisme, gouvernement mondial des élites contre les peuples, ravalement des humains au rang de bétail à gérer…

Extraits de « L’ordre Cannibale (Vie et mort de la médecine) » de Jacques Attali (Grasset – 1979):

« On ne cherche plus à guérir les maladies de la clinique mais à produire des hommes normaux, conformes à la copie, et à leur faire consommer une normalité génétique industriellement produite. On laisse même entendre des bruits qui ouvriront des marchés : on peut manger du sucre s’il existe des pancréas artificiels, fumer si l’on dispose de prothèses de poumons. Donner à consommer redevient thérapie. (…) Comme les vieillards incas distribuaient les corps des sacrifiés, comme les apothicaires flamands achetaient des corps au bourreau, aujourd’hui le département de pathologie du Général Hospital de Columbia vend des foetus aux laboratoires pour mener des recherches sur les maladies héréditaires, sur certains cancers et sur des maladies congénitales. Des cellules foetales humaines sont utilisées pour la culture de certains virus qui ne se développent pas sur des cellules animales, pour la mise au point de certains vaccins, pour des études de toxicités ou pour des recherches de génétique ou d’immunologie. (…) L’hôpital, théâtre de guérison où la mort se masque, devient lieu de mort où la vie s’oublie ; les vieux et les mourants y deviennent la matière première de l’élaboration des prototypes de prothèses nouvelles et on rentabilise leur hébergement en les utilisant dans l’expérimentation des prothèses.

Dans la connivence de l’argent, de la vie et de la mort, le mouroir s’intègre à l’industrie, l’hôpital à l’usine, comme jadis l’hôpital général à la fabrique ou plus récemment les camps au Konzern. (…) Les bio-ingénieurs, salariés privés ou publics, organisent la vente et l’installation de prothèses. Un ensemble de professions et d’entreprises se disputent l’invention, la production, l’exploitation, le service après-vente des prothèses. (…) L’efficacité de l’Ordre de vie ne se juge plus à l’espérance de vie, ni même à la capacité économique de la copie, mais à la valeur marchande de l’objet-vie lui[1]même, partiel ou total. L’efficacité est atteinte quand le coût du travail humain dans la santé se réduit avec l’élimination par la prothèse biologique d’une partie de la chirurgie… (…) Avec la thérapeutique change ainsi le sens de la vie. L’Ordre des codes renvoie la démographie humaine à celle des objets, aujourd’hui maîtrisée. Alors que la production des hommes est proliférante dans la mesure où leur durée de vie n’est pas contrôlée, celle des objets l’est par obsolescence. La stabilisation du rythme démographique et la modulation de la durée de la vie est donc pensable, non plus par le cannibalisme, l’infanticide, le travail forcé ou le contrôle des naissances mais par une pure régulation de marché, à l’image des « chèvres-pieds » dont rêvait Diderot. La famille n’est plus alors qu’un des lieux de production, parmi d’autres matrices, à la demande d’entreprises ou états, de certains types d’enfants ou d’hybrides de qualité spécifiée. L’objet-vie n’est plus un capital à valoriser, ni une force de travail à entretenir, mais un objet de consommation. Il se réduit à l’échelle unique de l’équivalent universel, la monnaie, et l’insaisissable diversité des hommes aux quelques pauvres nombres de marchandises. (…) D’abord la mort imposée, un pouvoir planificateur interdisant à quiconque de survivre au-delà d’une certaine durée économiquement décidée, la vie programmée. Puis, la mort refusée, l’Ordre des codes autorisant l’infinie substitution des prothèses d’une même matrice, la vie éternelle. Enfin, la mort niée, l’intégration économique de la vie et de la mort dans un continuum, sans passage brutal de la vie à la mort, la vie-morte.

Dans chacune de ses phases, l’inégalité devant la mort sera celle des vivants devenus marchandises : purement monétaire et non plus comme aujourd’hui, culturelle. L’égalité devant la mort deviendra son uniformité. (…) L’objet-vie est donc le marché et le fantasme du capitalisme à venir, le rêve de marchandise impériale. Quand il se met en place, l’économie est complètement transformée. L’énergie n’est plus l’essentiel, l’information devient le pouvoir majeur? Une grande partie du travail vivant peut être fait non par des hommes mais par des fractions élémentaires du vivant par de la vie-outil. (…) Il n’y a plus alors de crise possible : dans la dissolution du travail, dans la confusion entre vie, objet et outil, le producteur ainsi produit, vivant a-humain, devient un élément du capital ; et sa rémunération est entretien d’un capital et non plus reproduction de la force de travail. Si le travail vivant n’est plus du travail humain, si prothèses biologiques, enzymes et chimères, vie sans conscience et sans classe produisent de la valeur sans recevoir de salaire, alors se bouleverse le schéma de l’économie politique et la loi de valeur : marchandise comme les autres, l’homme s’échange, consommé par des marchandises, donc à reproduire comme une marchandise et non plus comme une force de travail en lutte. Il ne produit plus de travail mais il réalise la valeur produite par des chimères, des vies outils. (…) Le neurologue américain Delgado, extrémiste de l’Ordre des Codes, suggère d’auto surveiller le comportement d’individus jugés prédestinés à la déviance, en implantant des microprocesseurs de type DCS dans la zone frontale de leurs cerveaux afin de surveiller à distance leur agressivité et de libérer automatiquement un calmant si nécessaire. (…) la société n’est qu’un conflit de territoire entre familles de gènes ».

Si je cherche les traces de Jacques Attali à Londres c’est simplement parce que la banque qu’il a crée, la BERD, est réputée avoir son siège ici dans la City et que deux autres entreprises qu’il a crée sont implantés ici.

Je longe l’imposante Vieille Banque d’Angleterre et le Centre International d’Arbitrage à gauche, la Lloyds et la Barclays à droite et je poursuis sur la Fleet Street en direction du cœur de la City, la cathédrale Saint Paul.

Ce que je constante, ce sont les nombreux magasins vides, les espaces à vendre et à louer ainsi que des soldes massives annonciatrices de faillites et de reprises.

Très nombreux magasins vides… la City en faillite?

Seuls quelques restaurants historiques subsistent comme le « Old Cheshire Cheese » réputé l’un des plus vieux de Londres depuis le 16ième siècle. Effectivement, cet après midi il n’y a pas foule sur cette artère centrale historique de Londres.

Arrivée au croisement de Fleet Street, Ludgate Hill et de Farrington à quelques centaines de mètres de la Old Bailey, je constate que même le restaurant indien situé dans l’immeuble ou nous avions loué notre appartement pour le procès d’Assange en septembre 2020 a disparu. Toutes les autres boutiques de Ludgate Hill en direction de la cathédrale Saint Paul sont dans le même état de désolation économique. Il en est de même au nord de la Old Bailey sur Newgate Street.

Fin de Fleet Street, croisement de Ludgate Hill avec Farringnton, magasins à louer
meme croisement, vue sur Fleet Street
Meme croisement, Ludgate Hill direction La cathédrale Saint Paul
Ludgate Hill magasins vides
Ludagate Hill magasins vides
30-32 Ludgate Hill, 44-46 Ludgate Hill et l’Eglise Saint Martin Ludgate
30-32 Ludgate Hill
Au 6ème étage se trouvait la société de Jacques Attali, Clampton Limited. Tout est vide aujourd’hui

Les entreprises de Jacques Attali à Londres et à Paris

J’arrive devant le 30-32 Ludgate Hill, un immeuble de 7 étages entre l’église Saint Martin et la cathédrale Saint Paul. A l’aspect de ses fenêtres je constate qu’il est vide. Au rez-de-chaussée le pas de porte est à louer. Le 6ème étage tout en haut parait vide aussi : c’est ici qu’était censé se trouver Clampton Limited, entreprise crée par Jacques José Mardoché Attali en 2004, selon le registre britannique des entreprise, Beta Companies[4].

Comme la plupart des entreprises britanniques, son ouverture formelle est faite par un agent spécialisée dans ce type de procédure Portman International, puis le premier directeur est Bruno Boesch, un avocat suisse. En 2005 les actionnaires sont deux : la SARL ACA au 28 rue Bayard, Paris 8ème et Solvica Corporation, sis dans la République du Panama. En 2006 un certain Thomas Valode, né en 1974 donc âgé de 32 ans, devient le directeur, il a comme adresse le 4 rue Lebouteux à Paris et comme profession il est « Partner Attali and Associates ». Clampton Limited est en 2005 une PME avec 322 000 livres d’actif. Les deux actionnaires restent les entreprise françaises ACA et panaméenne Solvica Corporation. Il n’y a pas de changement notable de 2007 à 2010, les actifs diminuant même de moitié. Ce n’est qu’en 2010 qu’officiellement Jacques José Mardoché Attali né le 11 novembre 1943 devient directeur de la structure, tout cela pour que la modeste PME avec 176 000 livres de réserve de capital soit dissoute quelques mois plus tard le 31 mai 2011.

Ludgate Hill vers la cathédrale Saint Paul
au nord de Ludgate Hill entrée de la rue de la Old Bailey

Qu’est ce donc que cette structure et qui sont donc ces personnes ? Quelle réalité recouvrent ces noms, ces documents, ces adresses et ces chiffres ? Déjà dans ce système de poupées gigognes plusieurs autres structures interviennent: certaines servent par exemple de secrétariat comme ETC Investment Limited et RM Registrars Limited. Chaque structure se décompose en 15 autres entreprises actionnaires de l’entreprise mère et par elle reliés à l’entreprise de M. Attali[5].

Le plus important cependant est que le registre des sociétés britanniques oblige M. Attali à mentionner une adresse personnelle de résidence et une date de naissance : c’est le 123 Avenue Achille Peretti à Neuilly sur Seine ou je me suis déjà rendue pour vérifier ce qui s’y trouve.

En ce qui concerne les noms des personnes, je ne peux rien apprendre par internet sur Bruno Boesch, avocat suisse dont aucun cabinet ne figure nulle part. La seule information publique est que l’homme, né en 1949, a été de 2004 à 2009 administrateur de l’Eglise suisse à Londres, de 1997 à 2005 celui de Nordic Holdings Limited, et en 1994 de « 9 Herfort Street Limited », en tant que « british lawyer », avocat britannique. Bruno Boesch vis-à-vis de la société de Jacques Attali a donc tout du prête-nom.

C’est un peu aussi le cas de Thomas Valode, un diplômé d’Assas en 1997, dont la seule occupation pendant 10 ans, de 1999 à 2009, fut d’être « associé » de Jacques Attali comme le dit son CV Linkedin[6]. Eclectique, aujourd’hui Thomas Valode s’intitule « Home Catcher », en bon Français agent immobilier.

L’entreprise SARL ACA sise au 28 rue Bayard figure bien au Registre du commerce avec un numéro de SIREN mais elle n’est plus sur www.societe.com. A moins que « ACA » signifie « Action Collective Avocat », c’ets à dire que ce serait encore un cabinet d’avocat qui sert de prête-nom. Fait curieux, le 28 rue Bayard qui appartient à Cofi Paris, borde l’Avenue Montaigne à quelques centaines de mètres de l’Elysée. Je me déplacerai dès mon retour à Paris pour voir ce qui s’y trouve : l’immeuble, luxueusement rénové, il est accolé aux vitrines de Chanel. Par contre, si Cofi Paris figure bien dans l’interphone des entreprises, il n’y a pas de trace de la SARL ACA de Jacques Attali.

Registre du commerce français avec ACA
Rigistre du commerce britannique avec ACA et Solvica

Mais qu’est-ce que Solvica Corporation, l’actionnaire principal de Clampton Limited, l’entreprise londonienne de Jacques Attali ? Apparemment c’est une importante société industrielle produisant des solvants, des revêtements, des adhésifs et des encres[7]. Son site internet mentionne des bureaux aux Pays Bas, en Allemagne et en France. Solvica est bien répertoriée sur le site www.societe.com, au numéro de SIREN 843567116, avec comme activité le commerce de gros de produits chimiques et un ou deux salarié. Cependant elle n’apparait pas à l’adresse du 9 rue du 4 Septembre à Paris, sa présence en France est plus symbolique que réelle.

En revanche, l’adresse figurant sur le registre anglais étant celle du Panama, je n’ai aucun mal à la retrouver sur dans la base de données de ce paradis fiscal d’Amérique Centrale[8]. Retrouver la présence de Jacques Attali au Panama est encore une autre enquête. Pour l’heure j’examine les dirigeants officiels de Solvica : Eduardo Leon Herbert est un Dominicain qui possède l’entreprise Lothian Shelf en Angleterre, Eduardo Leon Martinez est un nom trop commun pour qu’on puisse déterminer de quelle personne exactement il s’agit et Beatrice Martinez dirige la société de Consulting UX-IA Consulting à Londres[9]. Aucune de ces personnes n’est liée à Solvica de Grande Bretagne qui est est dirigée par Quaiser Zaman Shah[10]. Le gestionnaire de Solvica au Panama est d’ailleurs Anzolas Robles, un grand cabinet d’avocats [11]

Solvica au registre du commerce panaméen

Comment, dans cette jungle d’entreprises aux bureaux souvent fantômes et sièges dans les paradis fiscaux, retrouver la trace des activités réelles de Jacques Attali, personnalité politique française ?

Je poursuis ma marche à travers la City of London Corporation.

Le coeur historique de la City of London Corporation est la cathédrale Saint Paul avec la statue de la reine Elisabeth Tudor
Parvis de la cathédrale Saint Paul. Masque dans l’église, peu de touristes, la City souffre économiquement…

Avant d’arriver à l’adresse suivante, j’ai bien vérifié qu’il a existé de 2016 à 2020 un « Attali Groupe » et de 2010 à 2016 un « Attali Investment Partners ». Dans l’organigramme de cette dernière entreprise, point de « Jacques Attali », mais un nom qui sonne bien français, Bertrand Guislain Yves Gauquelin Des Pallières ainsi qu’un nom italien, Alessandro Benedetti.

liste des documents avec noms des directeurs de Attali Investment Partners

La première directrice de « Attali Investment » en 2010 fut une certaine Barbara Kahan : mais je ne suis pas surprise d’apprendre par un site de conseil juridique, que « Barbara Kahan » n’est pas une personne réelle, mais un espèce de « concept de dirigeant », c’est-à-dire quelqu’un qui donne son nom pour une boite aux lettre vide afin de, en échange d’une rémunération, permettre à une entreprise fantôme d’avoir une adresse à Londres, en l’occurrence dans un petit immeuble de la banlieue Nord, 790 Finchley Road, Hampstead[12]. Il s’agit bien entendu d’une escroquerie et l’enquête criminelle menée par les autorités britanniques à ce sujet a révélé que l’immeuble abritait plus de 200 entreprises enregistrées au nom de Barbara Kahan, elle-même âgée de 88 ans.

La première directrice de « Attali Investment » est une personne dont le nom a été utilisé comme escroquerie

C’est tout de même étrange qu’un homme aussi sérieux et puissant que « Jacques Attali », conseiller de tous les président français depuis 1979, véritable « faiseur » de présidents de la 5ème République du début du 21ème siècle ait besoin d’avoir recours à ce procédé douteux pour créer ses entreprises[13].

Quand à Bertrand Ghislain Yves Gauquelin de la Pallières, l’homme est crédité de plusieurs entreprises à Londres, mais si sa nationalité est française, son adresse de résidence varie entre l’Italie, la Suisse et la Hongrie[14]. La famille Gauquelin de la Pallières a l’air d’exister, mais il est impossible de trouver la moindres information sur Bertrand Ghislain Yves et encore moins sur ses liens avec « Jacques Attali », à part le fait qu’il dirige jusqu’en 2016 ce « Attali Investiment Partners».

bertrand ghislain yves gauquelin des pallieres – Recherche Google

C’est pire encore avec Alessandro Benedetti, son acolyte né en 1961, car ce nom est très commun et comme il a signé un document l’intronisant directeur de concert avec « Barbara Kahan », on a tout lieu de penser que l’homme est soit un être fictif, soit un escroc, soit un prête nom[15].

Naturellement, l’une des organisations les plus connues dont Jacques Attali est réputé le fondateur est la banque de microcrédit Planet Finance[16]. Une des branche de cette structure est Positive Planet International, une entreprise française basée à Courbevoie et inscrite au Greffe de Nanterre dont effectivement Jacques Attali apparait comme le PDG[17] mais seulement depuis 2020, l’ère du covid.

A Londres, Planet Finance a été fondé dès 2002 et se situe au 200 Aldersgate, un imposant et froid immeuble au cœur de la City, quartier du Barbican, juste à nord de la cathédrale Saint Paul. L’adresse change deux fois encore, puis en 2013 l’entreprise déménage son siège au 6 Sankt Andrew Street, toujours à une encablure de la cathédrale londonienne. Dans le succinct compte-rendu d’activités de 2004, nous trouvons la liste des membres du Conseil d’Administration avec en tête, Jacques Attali[18].

Qui sont donc les hommes d’Attali à Londres ? Nous y trouvons sans surprise un avocat, Armel Conyers Cates, déjà âgé car né en 1943. [19]

Puis nous remarquons Arnaud Ventura, né en 1973, donc à peine trentenaire au moment de son association avec Jacques Attali dans cette structure anglaise. Arnaud Ventura est un homme du système de Davos, un Young Leader cher à Klaus Schwab : il est donc membre du Forum Economique Mondial, fondateur du groupe de micro finance en Afrique Baobab Groupe avec 700 000 clients, il est un leader de la « French American Foundation » et un co-fondateur de « French China Fondation »[20] ! De plus, l’homme lige de Jacques Attali est un collaborateur de Benjamin de Rotschild et de la banque Dexia, cette banque belge qui s’est bien illustrée dans sa faillite frauduleuse lors de la crise de 2011[21].

Arnaud Ventura apparait bien comme le pilier du « système Attali » et le lien entre le marionettiste d’Emmanuel Macron et Klaus Schwab. Son adresse de résidence déclarée, 5 rue Joseph de Maistre dans le 18ème arrondissement de Paris, se trouve sur la Butte Montmartre, dans ce Paris si « bourgeois bohème  d’Amélie Poulin» prisé par les hommes nouvellement enrichis de sa génération.

La deuxième personne à signer la création de « Planet International » est Alice Nègre, une jeune spécialiste des prêts bancaire en milieu rural[22]. Elle apparait comme une technicienne du milieu bancaire censée donner une crédibilité au projet. Le troisième homme d’Attali est encore plus intéressant puisqu’il s’agit de Pehr Gustav Gyllenhammar, un important homme d’affaires suédois, né en 1935, propriétaire de Volvo et un des directeur du groupe Rotschild Europe.[23]

Cet oligarque occidental compte également dans le Big Pharma avec son entreprise Pharmacia (ce qui ne peut pas manquer de nous intéresser à l’ère du covid et de la toute puissance politique de ces groupes sur nos vies) et surtout, il influence directement la vie politique de France et la vie des Français en étant membre de la fameuse « Commission Attali » qui a présidé aux destinées et à la carrière d’Emmanuel Macron , un Macron qui nous apparait plus que jamais comme un figurant. L’influence de Pehr Gustav Gyllenhammar, oligarque suédois, sur la vie politique de France est contraire aux intérêts et à la souveraineté du pays, mais personne jusqu’à présent ne s’est soucié du rôle de ce représentant de Jacques Attali dans nos vies.

Pehr Gustav Gyllenhammar, le marionettiste de Jacques Attali?

Linda Janes Hawkins (dont le nom sonne familièrement à nos oreilles puisqu’il s’agirait du nom de naissance de Julian Paul Hawkins/Assange) dirige la société Kinnevik Capital à Londres, mais surtout elle est la secrétaire particulière de Pehr Gyllenhammar, comme nous l’apprend le journal suédois « Aftonbladet » (celui ou Julian Assange devait travailler avant d’être poursuivi par celui-ci même pour les accusations de viol). [24]

Document de création de Planet Finance signé par les hommes et les femmes d’Attali en 2002

Enfin nous pouvons compléter la liste des hommes de Jacques Attali fondateurs de Planet Finance Uk par Keith Clark et Samantha Jubb. Keith Clark est un professeur de l’Imperial College of London spécialiste de robotique, informatique et intelligence artificielle[25]. Nous ne savons pas quel rôle peut il jouer dans le prêt bancaire pour pauvres, mais il est assurément l’homme d’un secteur clé dans le business du Forum Mondial de Davos, la finance et le contrôle numérique de l’Humain.

Samantha Jubb quant à elle est une jeune spécialiste en biologie génétique : depuis 2 ans à l’ère du covid, elle travaille à « la Quantification de la charge virale du VIH-1 par extraction de l’ARN, purification, transcription inverse et quantification en temps réel de l’ADN »[26].

Le professeur de l’Imperial College of London, Keith Clark, homme lige de Attali
Samantha Jubb spécialiste de la manipulation de l’ADN, femme lige de Attali. Pas de photo disponible, seulement un CV Linkedin

La manipulation de l’ADN humain, le contrôle du corps et des finances humaines via le numérique… assurément les « partenaires » de Jacques Attali, les piliers de son entreprises, sont au cœur du projet politique global du Forum de Davos, et ce dès 2002…

Cette volonté de contrôler la totalité des activités humaines n’est pas nouvelle puisque Jacques Attali en collabore dès 2011 avec Pierre Bergé, successeur de Yves Saint Laurent, Guy Geoffroy de Bézieux, alors président de l’UNEDIC, aujourd’hui celui du Medef et avec l’Institut Pasteur, dont le rôle dans la recherche sur l’ADN est bien connu désormais du grand public[27].

En 2006 c’est Stuart Godfrey Popham qui se joint à l’entreprise Attali : il est le conseiller de la confrérie Windsor, président du Chatham House, puissant think thank de politique étrangère du monde anglo-saxon et vice-président de la banque Citygroup. Un fervent opposant au Brexit et à la souveraineté britannique aussi[28]. Un monument de la finance donc, dont le pouvoir peut être être comparé à celui de la famille historique des Rotschild.

Jacques Attali a vraiment de la chance que son initiative au sujet du micro-crédit aux pauvres ait à ce point la faveur de la puissance financière anglo-saxonne. A moins que ce ne soit pas le Français Attali qui dirige les financiers anglo-saxons, mais plutôt ceux-ci qui se servent de la structure du Français pour s’immiscer dans la vie politique et économique de la France…

En 2007 un jeune financier actif dans les pays d’Asie Centrale, Sébastien Duquet rejoint la direction du groupe « Attali »[29] puis en 2010 c’est François Durollet, un ancien de Dexia, qui devient son responsable de partenariat « public-privée  contre l’exclusion »[30]. Ils sont rejoints de plus par Valérie Kuder Gut, responsable de levée de fonds, ancienne collaboratrice de Silvio Berlusconi[31].

Il n’y a pas d’autres informations disponibles sur Planet Finance, si ce n’est le fait que Jacques Attali est bien mentionné comme son Directeur dans les documents de 2013, avec comme adresse le 123 avenue du Roule à Neuilly sur Seine, en fait l’ancien nom de l’avenue Achille Peretti[32]. Le siège de Planet Finance est alors définitivement stabilisé au 6 Sankt Andrew Street. En 2015 la société est dissoute sans qu’aucune raison ne soit fournie.

PLANET FINANCE (UK) people – Find and update company information – GOV.UK (company-information.service.gov.uk)

A la recherche des entreprises de Jacques Attali, il convient néanmoins de rappeler que le nom d’ Attali est très commun aussi bien en France qu’en Angleterre. Il fait même un peu office de « Dupont » des Juifs séfarades d’Algérie. Dans le registre des entreprises anglaises, c’est justement l’adresse à Neuilly sur Seine qui identifie « Jacques Mardoché Attali » comme l’homme qui prétend faire et défaire les présidents en France depuis François Mitterrand[33].

6 St Andrew Street, fief de Planet Finance de Jacques Attali

Pour retrouver le 6 St Andrew Street, je dois retourner sur mes pas au croisement de la Ludgate Hill, Fleet Street et Farrington Street, proche de la Old Bailey.

Croisement Ludgate, Fleet Sreeet et Farrington street
Entrée de St Andrew Street, coeur de la vieille City of London
St Andrew Street, Goldman Sachs à droite

J’emprunte une voie piétonne allant vers le nord, la St Bride Street et je m’y retrouve entre deux imposants immeubles de bureaux style « Levallois Perret années 90 » laids et uniformes. Le hall d’entrée de celui de droite est rempli d’écrans publicitaires qui expliquent « les valeurs » de la banque… Goldman Sachs. L’immeuble d’en face porte le numéro 20 et celui qui lui jouxte le numéro 6 de St Andrew Street. Nous sommes dans le Saint des Saints. L’entreprise de Jacques Attali et de ses parrains de la City se trouve stratégiquement en face de la banque Goldman Sachs !

Goldman Sachs, quasiment en face du 6 St Andrew Street
Numéro 20 de St Andrew Street, voisij du 6 et situé en face de Goldman Sachs
St Andrew Street premier immeuble à droite, Goldman Sachs deuxième à gauche

Le 6 St Andrew Street est également un immeuble rougeâtre de style béton et verre années 80, mais il fait face à une joli petite maison de brique ancienne, le St Andrew Courty house. La maison semble être la paroisse de Saint André et l’Eglise du même nom est située juste en face dans un petit square. Les lieux respirent une sérénité qui tranche avec la vocation de domination, de pouvoir et d’argent de ce territoire. Je me repose un moment sur un banc du square en observant les lieux.

St Andrew Courty House, paroisse du 17 sicèle en face du 6
Eglise St André en face du 6 St Andrew Street
Vue du sympathique square St André autour de l’église sur les immeubles attenants au 6 St Andrew Street

Je ne peux que constater que le 6 St Andrew Street est entièrement vide, aucun nom d’aucune entreprise n’est affiché à l’entrée, aucune lumière aux fenêtres. Planet Finance a cessé d’exister. L’immeuble a même l’air abandonné – la porte d’entrée est condamnée par des planches noires, le sol du hall est jonché de cartons… Le petit « Holborn café » attenant est fermé, visiblement faute de clientèle. Je me renseigne auprès de l’hôtesse d’accueil du numéro 20 voisin. Non, elle ne connait pas Planet Finance. Oui, l’immeuble voisin est vide depuis un certain temps.

Le 6 St Andrew Street est désaffecté
Café et magasin fermés à coté de l’immeuble vide

Un peu plus tard je vérifie sur le cadastre à qui appartient l’immeuble du 6 Saint Andrew Street. Surprise, il s’appelle Ray House, s’étend du numéro 6 au numéro 16, et appartient au… Maire et à la communauté et aux citoyens de la City of London Corporation ! (Mayor and Commonalty and Citizens of the City of London) ! En clair, c’est un bâtiment public que la Mairie a mis à la disposition des grands financiers et industriels mondiaux qui pilotent leur poulain français Jacques Mardoché Attali ! Et maintenant que ces donneurs d’ordre passent à autre chose, le bâtiment vidé attend un autre bénéficiaire[34] !

Ayant constaté cela, il ne me reste plus qu’à vérifier si la troisième entreprise de M. Attali à Londres existe, la fameuse BERD, Banque Européenne pour la Construction et le Développement. Elle se trouve au Bishopsgate, un peu plus loin, là où la City of London Corporation a mordu sur les vieux quartiers de l’Est, dont le quartier populaire pakistanais Whitechapel que j’avais encore connu lors du Forum social Européen de 2004.

La BERD existe – t-elle?

La Old Bailey ou Assange a été acquitté le 4 janvier 2021

Je marche sur Newgate Road, le long des hauts murs familiers de la Old Bailey. Je passe devant de nombreuses boutiques sinistrées par la crise covidienne et devant la Bank of America, puis je près du métro de la cathédrale Saint Paul.

vitrine de boutique sinistrée en face de la Old Bailey
Boutique sinistrée en face de la Old Bailey

Je traverse le complexe bétonné du Barbican Center, dont le style « brutalisme » des années 60 me saute aux yeux plus que la vocation culturelle de l’endroit car les promeneurs ont plutôt le style costard cravate du monde du business. Cet ensemble est typique des réalisations urbanistiques d’après guerre si fréquentes aussi dans les pays de l’Est. Il témoigne de la volonté d’une reconstruction un peu hâtive du centre historique de Londres détruit par les nazis.

Le Barbican Center avec l’emblème de la City of London Corporation

Puis les quartiers de l’Est se dévoilent, anciennes maisons ouvrières boboisées, cafés et restaurants faussement populaires. En observant les jeunes professionnels au look « métrosexuel », je note qu’ils discutent dans les bureaux aux larges baies vitrées entièrement sans masque.

Selon Google, la BERD se trouve au « One Exchange Square ».

Le « One exchange Square » est un immense quadrilatère de bureaux entourant une cour intérieure condamnée pour travaux. C’est un espèce de vaste « palais du business » comme le système en a construit des milliers, partout dans le monde, et spécialement en Europe de l’Est où la notion de « quartier des affaires » était inconnue avant 1989 – les bureaux se trouvaient sous la régime communistes dans le centre-ville et étaient intégrées à d’autres infrastructures, universités, centres culturels.

Le One Exchange Square compte 10 étages, de grandes fenêtres, un aspect luxe tapageur avec un grand escalier menant à une porte à tourniquet, des candélabres faussement stylés, des enseignes criardes de chaines de restaurants et un Starbucks au rez-de-chaussée.

Le One Exchange Square est en réalité le 175 Bishopsgate

J’en fais le tour. Très vite je m’aperçois qu’il y a erreur chez Google : le « One Exchange Square » c’est le nom de la cour intérieure interdite au public et vide d’immeubles. L’entrée du bâtiment se trouve plutôt sur la rue au 175 Bishopsgate, une adresse qui n’apparait pas spontanément sur Google quand on y cherche la European Bank for Reconstruction and Développement, la BERD[35].

Rampe vers la cour intérieure ou il n’y a aucune entrée sauf le garage. Les agents de sécurité me chassent

Je cherche l’adresse réelle de la banque sur son site internet, mais je ne le trouve pas. On ne peut pas contacter la BERD autrement que par mail ou par téléphone. Bien. Je cherche l’adresse dans le « annual report » ou le « financial report » de la BERD . Sous la signature de Suma Chakrabarti, le président et Andras Simor, Senior vice-président, aucune adresse, seulement « ‘London ». Je la trouve tout en bas du document, c’est One Exchange Square[36].

J’insiste donc auprès d’agent de sécurité gardant une imposante porte de parking qui avale des dizaines d’autos sous la dalle en béton du One Exchange Square : ils sont formels, il n’y a aucune entrée au One Exchange Square. En fait, ils le confirment, le « One Exchange Square » est un peu une adresse fictive, pour faire joli. C’est l’adresse de la dalle en béton autour de laquelle s’ordonne l’immeuble. La véritable entrée est au 175 Bishopsgate.

Les entreprises du One Exchange Square

Je trouve un panneau sur lequel figurent les entreprises qui se trouvent dans le vaste bâtiment : Exchange Arcade, Exchange Square, Bishopsgate, Broadgate Plazza, sous ces appellations dont seule l’adresse du 175 Bishopsagate est une adresse réelle, je n’y vois que les noms des cafés et restaurants du rez-de-chaussée. Alors je me tourne vers l’entrée principale et effectivement, le hall d’entrée illuminé en haut du grand escalier est surmonté d’une grande enseigne « European Bank for Reconstruction and Développement ».

Faux luxe de l’entrée principale
Le luxe de l’entrée masque une modeste entresol ou se trouve la société de Jacques Attali

Je pousse le tourniquet et je me retrouve dans le hall. Surprise, c’est petit comparé au luxe du dehors. Il s’y trouve une petite guérite où se tient un hôte d’accueil, un ascenseur de taille modeste et un petit escalier qui mène visiblement à un entresol. Rien qui indiquerait une banque brassant des milliards et investissant dans des dizaines, des milliers de projets dans 50 pays, principalement les pays anciennement communistes, comme le proclament les rapports annuels et les nombreux articles sur son site internet[37].

Hall d’entrée de la BERD, guérite, ascenseur et escaliers pour l’entresol

Je me dirige vers l’homme à l’accueil et je lui débite un petit couplet sur mon ONG polonaise qui soutient des projets de développement durable en Europe de l’Est. Justement, puisque c’est la COP21, j’en profite pour voir ces investisseurs bienfaiteurs connus à travers toute l’Europe. Pourrais-je prendre rendez -vous ? L’homme parait un peu inquiet. Non, on ne peut pas prendre rendez-vous. En fait on ne peut pas rencontrer de responsable. Il faut écrire par internet, proposer son projet sur le site. Et on sera recontacté. Dommage, puisque je suis à Londres… J’en profite pour observer, bavardant pour gagner du temps.

Storytelling de la BERD sur elle -même

Pas de doute, il n’y a pas d’autres étages de la BERD que cet entresol au bout du petit escalier. D’ailleurs, deux jeunes employés sortent d’une petite porte et descendent l’escalier. Je ne pourrais pas avoir plus d’informations. Mais il me semble évident que l’imposante entrée est un bluff destiné à cacher l’inexistence d’une véritable activité dans ce lieu. En effet, selon le cadastre[38] N° NGL770396, le One Exchange Square et le 175 Bishopsgate sont le même immeuble qui est la propriété d’une société immatriculée aux Iles Vierges dont le locataire principal est la Malaysian Bank[39].

La BERD ne fait que sous-louer un ou deux étages, variables selon les années depuis 1991, à la Malaysian Bank. Parfois la BERD avait à sa disposition les unité 13, c’est-à-dire le rez-de-chaussée du 175 Bishopsgate, parfois les unités 18 et 19 qui correspondent à un entresol au Exchange Arcade et encore l’unité 24 qui est une « mezzanine » côté Exchange Square[40]. De modestes locaux commerciaux comme on peut le voir alors qu’une vingtaine d’entreprise possèdent des baux avec la Malaysian Bank.

Les vraies et modestes bureaux de location de la BERD

On s’attendrait à ce qu’une banque aussi importante en Europe fondé par un homme aussi puissant que Jacques Attali possède ses propres locaux mais elle n’est modestement que sous-locataire d’un pas de porte et de deux entresols. Etrange.

Mais le plus choquant est que… La BERD n’existe tout simplement pas dans le registre des entreprises britanniques ! En effet, aucune trace de la BERD dans Beta Companies ![41]

Comment se fait-il qu’une banque puisse ne pas avoir d’existence juridique sur le sol anglais ?

Je suis médusée, d’autant plus que le site internet de la BERD n’est pas avare de documents, de rapports annuels et de rapports financiers. Mais depuis le covid nous savons que rien n’est plus simple que de publier sur un site internet un storytelling qui est une pure fable sans aucun lien avec la réalité.

Ce lien avec la réalité semble être le cadastre qui mentionne bien la BERD, mais comment la BERD peut-elle signer un contrat de location avec la Banque de Malaisie si elle ne peut prouver d’existence légale ?

Peut -être que la Grande Bretagne possède un registre spécial pour les banques ? Je vérifie avec des noms de grands établissements, Lloyds et Barclays. Mais non, ces banque ont bel et bien une structure juridique et leurs documents financiers légaux, riches de centaines de pages, sont autrement plus fournis que ceux de l’entité fantôme de Jacques Attali ![42] Je trouve même la succursale de la Société Générale à Londres[43]. Mais pas de Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement.

Peut-être que la BERD, qui prétend faire le bonheur des peuples d’Europe de l’Est en finançant des projets de développement est-elle répertoriée dans le registre des « charity », structures de charité ? Mais il n’y a rien non plus sous ce nom dans le registre britannique spécialisé [44] et rien non plus sous le nom de Jacques Mardoché Attali.

La structure dite « BERD » inexistante juridiquement, est pourtant soutenue officiellement par Charles Windsor, le futur chef d’Etat de la Grande Bretagne[45]… Aujourd’hui cette « BERD » est dirigée par Odile Renaud Basso[46], une ancienne Directrice du Trésor Français, donc par une haut fonctionnaire française. Elle est entourée d’une pléthore de banquiers et hauts fonctionnaires de toutes les nationalités européennes[47]. Son prédécesseur, Suma Chakrabarti est un administrateur du fameux Overseas Development Institut[48], think thank de l’’Etat britannique planifiant depuis 1960 la politique néocoloniale de l’Empire actuel. Un think thank d’ailleurs largement financé par les ministères des affaires étrangères australiens, suédois, danois, britannique, américain, allemand, en plus de Bill Gates, Ikea, Ebay et autres grandes entreprises[49].

Pendant 10 ans le président de la BERD sera 1998 à 2008 Jacques de la Rosière, un ancien gouverneur de la banque de France et haut fonctionnaire français mis en cause dans le scandale du Crédit Lyonnais[50]. C’est aussi un des dirigeants du système monétaire mondial, à la tête du FMI dans les années 80 et à l’origine de la Banque Centrale Européenne par la fondation du serpent monétaire européen au cours de ces années fondatrices de l’UE ultralibérale et anti-démocratique que nous subissons aujourd’hui. Jacques de la Rosière de Champfeu est aussi un communicant, il a été actionnaire et dirigeant de Reuters à Londres de 1984 à 2009 c’est-à-dire pendant 25 ans[51].

Jacques de la Rosière de Champfeu est le banquier qui a dirigé la BERD. Mais selon quelles modalités juridiques?

Cependant ce n’est pas cet homme puissant qui crée formellement la BERD.

Les prétendus « basic documents » fondateurs de la BERD, publiés sur le site de la structure, consistent en un « accord de création » signé le 15 avril 1991 par Jacques Attali et John Major. John Major signe l’accord au nom du gouvernement de la Grande Bretagne. Jacques Attali signe simplement « for the EBRD » « au nom de la BERD »[52]. Ce document est surprenant.

Première page de « l’accord portant création de la BERD »

Comment un chef de gouvernement peut-il engager son pays dans la création d’une structure dans laquelle des gouverneurs de banques centrales d’autres pays seront amenées à envoyer des fonds et désigner des représentants ? Aucun chef de gouvernement ne peut signer un document au nom d’un chef de gouvernement d’un autre pays puisque seule la règle de souveraineté s’applique dans les accords internationaux.

John Major n’a juridiquement pas le droit d’engager le nom de 40 pays qui sont censés déposer des fonds pour financer cette banque et obtenir des parts de capital dans la structure. Quant à Jacques Attali, sa présence dans ce document relève de la tautologie pure : il signe la création de la structure « au nom de » la structure dans une procédure inouïe d’auto-engendrement ! Comme s’il était un Dieu supérieur au droit international et à la souveraineté des Etats ! Il s’autodésigne directeur de la structure qu’il se donne le droit de créer ! Et prétend de ce fait représenter des Etats qui sont sommés de verser des fonds dans sa structure !

Signatures (fausses) de Attali et Major sous l’accord de création de la BERD

Ce curieux accord n’a donc aucune base légale. Attali s’y présente comme s’il était déjà le maître du monde, le chef de tous ces Etats réunis dans une seule banque, comme s’il avait le droit d’engager la responsabilité de ces peuples et de ces Etats en créant cette structure dont il est auto-désigné responsable, au coté du premier ministre britannique !

De fait, un individu, qui ne représente pas un Etat (et Jacques Attali ne représente pas alors la République Française) ne peut pas signer d’accord avec un Etat, la Grande Bretagn,e par le truchement de son premier ministre. Seul un Etat peut signer un accord avec un autre Etat. Les relations qu’un individu entretient avec un Etat dont il n’est pas le citoyen ne peuvent être que de l’ordre de l’obéissance aux Lois de cet Etat, selon les accords bilatéraux que l’Etat dont il est le ressortissant a signé avec l’Etat concerné.

Lorsque Jacques Attali ouvre une entreprise en Grande Bretagne, demande une carte de séjour ou achète un immeuble, il s’engage à respecter la Loi britannique tout en étant protégé par la France en tant que citoyen français. Il ne signe en aucun cas un accord d’égal à égal avec la Grande Bretagne, il obéit à ses Lois. L’accord « Attali-John Major » de 1991 est donc une aberration juridique, un faux !

En lisant ce texte on a l’impression que Jacques Attali prétend avoir créé le 15 avril 1991 ad hoc un embryon de banque centrale d’un gouvernement mondial, en prétendant représenter avec John Major l’action de 40 Etat alors que sa structure n’a aucune existence juridique légale. Elle est donc un faux. Cet accord n’a pas d’existence légale également car il ne répond devant aucune juridiction et que la structure qu’il crée n’est enregistrée dans aucun Etat membre des Nations Unies.

On ne peut que se poser deux questions majeures : comment se fait-il que John Major a signé en 1991 un faux ? Deuxième question : qui est donc Jacques Attali ?

De plus, l’accord de création de la BERD mentionne comme siège de la structure la ville de  » Londres » mais il ne précise pas de quel droit national relève l’entreprise. Or, dans notre monde, selon le droit international, seuls les Etat sont souverains. Une entreprise qui a un siège sur un territoire relève de la juridiction de cet Etat. Certes, la City of London Corporation où se trouve l’immeuble dans lequel la BERD loue le local que je viens de voir, se prétend indépendante du gouvernement britannique et de la juridiction anglaise.

La City of London Corporation ne dépend que du souverain britannique selon l’antique conception de l’allégeance féodale et elle ne suit que la Loi de la Mer, la Maritime Law. Mais si tel est le cas, le souverain britannique étant quand même le chef d’Etat du territoire anglais sur lequel se trouve la City, la BERD ne peut prétendre avoir son siège sur ce territoire et ne pas être enregistrée sur les registres des entreprises anglaises. C’est tout simplement une violation de la règle de souveraineté des Etats sur leur territoire.

La Malaysian Bank et ses locataires

Ce document qui fait fi de la souveraineté des Etats et des règles du droit international rappelle la prétention qu’a l’OMS depuis 1946 à s’ériger en gouvernement mondial par son acte fondateur qu’elle appelle « Constitution », un texte qui ne respecte pas la Charte des Nations Unis et la souveraineté des Etats, un texte illégal donc.

L’OMS ment depuis des décennies en se présentant aux citoyens comme étant une agence subsidiaire de l’ONU, ce qu’elle n’est pas, comme Wikijustice Julian Assange l’a analysé dans notre Circulaire[53]. De la même façon, la BERD n’est pas une banque, elle n’a pas d’existence légale et se prétend une structure dont les décisions procèdent d’un auto-engendrement parfaitement illégal.

Laideur de la nouvelle City

Il fait nuit, je me dirige à travers la si laide City des tours. Arrivée devant le métro Aldwych je me restaure dans un restaurant coréen sympathique ouvert dans une des dernières vieilles maisons ouvrières rescapées des destructions néolibérales. Sur mon chemin de retour j’ai tout le loisir de réfléchir à mes perturbantes découvertes avant de regagner mon hôtel.

Références:


[1] Voir les mémoires de Henri Frenay, « La nuit finira. Mémoires de la Résistance 1940-45 », Robert Laffont 1973

La Nuit finira mémoires de résistance 1940-1945 – Henri Frénay – Achat Livre | fnac

Pierre Bénouville « Avant que la nuit ne vienne. Entretiens avec Laure Adler », Editions Grasset 2002

Avant que la nuit ne vienne, de Pierre Benouville de, Laure Adler | Éditions Grasset

François Gerber, « Mitterrand, entre Cagoule et Francisque 1935-1945 », L’Archipel, 2016

Mitterrand, entre Cagoule et Francisque (1935-1945) : François Gerber – 9782809820430 | Cultura

[2] Bernard Violet, « L’ami banquier. Le mystérieux conseiller de François Mitterrand », Albin Michel 1998

L’ami banquier le mystérieux conseiller de François Mitterrand – Bernard Violet – Achat Livre | fnac

[3] Philippe Bourdrelle « La Cagoule », Marabout 1970

la cagoule de bourdrel – AbeBooks

[4] CLAMPTON LIMITED filing history – Find and update company information – GOV.UK (company-information.service.gov.uk)

[5] BARRINGTON COMPANY SECRETARIES LIMITED personal appointments – Find and update company information – GOV.UK (company-information.service.gov.uk)

[6] Thomas Valode | LinkedIn

[7] « Solvica B.V. is a European supplier and producer of testing equipment for coatings, inks, adhesives and sealants. Our many years of experience and depth of technical expertise in these fields makes us uniquely qualified to deliver effective solutions and advice for your queries », Contact (solvica.com)

[8] SOLVICA GROUP, INC. :: Panama :: OpenCorporates

[9] UX-IA CONSULTING LTD filing history – Find and update company information – GOV.UK (company-information.service.gov.uk)

Eduardo Leon HERBERT personal appointments – Find and update company information – GOV.UK (company-information.service.gov.uk)

[10] SOLVICA LIMITED people – Find and update company information – GOV.UK (company-information.service.gov.uk)

[11] https://www.anzolaw.net/

[12] « When checking out these serves – particularly the latter two – one may find that they are tight to Mrs. Barbara Kahan, director of (amongst 16,942 other companies) Company Directors Ltd., and not quite irreproachable. She ‘lives’ on 2 Woodberry Grove in the Winnington House in North Finchley, London, together with 8,093 roommates and 11,172 companies. She is 82 years old. Most probably, Mrs. Kahan is involved in the trading of (empty) corporations, and providing these corporations with fancy sounding corporate headquarters addresses in London, telephone call and mail handling and as many secretaries and directors as requested. Not surprisingly, Mrs. Kahan and her associates did not just do this for Freidl and Rucker, but for an incredible amount of other (probably mostly good-natured) individuals and foreign companies. However, the services of people like Mrs. Kahan are incredibly handy when one is trying to commit bankruptcy fraud ».

Is Barbara Kahan not a real person , and why would a new company (justanswer.co.uk)

ATTALI INVESTMENT PARTNERS LTD filing history – Find and update company information – GOV.UK (company-information.service.gov.uk)

[13] How north London company formation agents have been abused by criminals | Hampstead Highgate Express (hamhigh.co.uk)

[14] Bertrand Guislain Yves Gauquelin Des Pallieres – Find and update company information – GOV.UK (company-information.service.gov.uk)

[15] application-pdf

[16] Groupe PlaNet Finance | MicroWorld

[17] POSITIVE PLANET INTERNATIONAL (COURBEVOIE) Chiffre d’affaires, résultat, bilans sur SOCIETE.COM – 421020033

[18]

[19] Armel Conyers Cates (born March 3, 1943), British solicitor | World Biographical Encyclopedia (prabook.com)

[20] Arnaud Ventura | World Economic Forum (weforum.org)

Arnaud Ventura – Ambition Africa (businessfrance.fr)

Arnaud VENTURA MEMBRE FONDATEUR | France China Foundation

[21]

[22] Alice Nègre | CGAP

[23] Pehr G. Gyllenhammar — Wikipédia (wikipedia.org)

[24] Gyllenhammar gift för tredje gången (aftonbladet.se)

[25] Keith Clark’s Home Page (ic.ac.uk)

Keith Clark (computer scientist) – Wikipedia

[26] (1) Samantha Jubb | LinkedIn

[27] Agence LIMITE – Philippson, Ronald Cohen, Bergé, Attali, Roux de Bézieux… des philanthropes à l’appel aux Assises de la Philanthropie du 23 juin (agence-limite.fr)

[28] Stuart Popham – Wikipedia

PLANET FINANCE (UK) people – Find and update company information – GOV.UK (company-information.service.gov.uk)

[29] Sébastien Duquet (convergences.org)

[30] Durollet – 16ème Université d’Hiver de la Formation Professionnelle (centre-inffo.fr)

[31] https://www.linkedin.com/in/val%C3%A9rie-kuder-gut-3153bbb7?originalSubdomain=fr

[32] application-pdf

[33] Attali – Find and update company information – GOV.UK (company-information.service.gov.uk)

[34]

[35] EBRD London headquarters

[36] EBRD Financial Report 2020

[37] EBRD news and events

[38]

[39] « PNBJ I LIMITED (incorporated in Jersey) of 26 New Street, St Helier, Jersey , Channel Islands, JE2 3RA. Lender(s) : Ocbc Bank (Malaysia)

04.03.1999 Parts of 175 Bishopsgate 01.10.1992 NGL700932 From 8.11.1991 to 24.12.2016 NOTE 1: During the subsistance of this lease, the Leases dated 10 December 1991 and 12 May 1992 referred to above take effect as underleases NOTE 2: By a Deed dated 29 April 2003 made between (1) B.L.C.T. (PHC8) Limited and (2) European Bank for Reconstruction and Development the terms of the lease were expressed to be varied. (Copy Deed filed) 6 04.03.1999 Unit 13 (Ground Floor 22.02.1994 NGL716285 Level) 175 Bishopsgate From 22.2.1994 to 5.1.2017 7 04.03.1999 Units 18 and 19 (Ground 12.04.1994 NGL717986 Floor « Phase Deck » Level) From Exchange Arcade 15.12.1993 to 24.12 2016 (determinable)

[40]

[41] European Bank for Reconstruction and Development – Find and update company information – GOV.UK (company-information.service.gov.uk)

[42]

[43] SOCIETE GENERALE overview – Find and update company information – GOV.UK (company-information.service.gov.uk)

[44] Search the register of charities (charitycommission.gov.uk)

[45] Prince of Wales attends EBRD Governors’ dinner

[46] Odile Renaud-Basso — Wikipédia (wikipedia.org)

[47] Jürgen Rigterink, EBRD

[48] Sumantra CHAKRABARTI personal appointments – Find and update company information – GOV.UK (company-information.service.gov.uk)

[49] odi funders 2019-20

odi funders 2019-20

[50] Jacques de Larosière — Wikipédia (wikipedia.org)

[51] THOMSON REUTERS FOUNDERS SHARE COMPANY LIMITED overview – Find and update company information – GOV.UK (company-information.service.gov.uk)

[52] Basic documents of the EBRD

[53] wikijustice-contre-la-dictature-sanitaire.com/wp-content/uploads/2021/11/Circulaire-Informative-Fonction-Publique-et-Citoyens-WJJA.pdf pages 27-57

Qui est donc Jacques Attali, l’homme qui commande aux Etats ?

Selon sa page officielle, le père de Jacques, Simon est un commerçant parfumeur d’Alger. On ne sait rien de sa famille, de sa place dans la société de l’Algérie coloniale ni de sa fortune. Le nom d’Attali étant tout à fait commun dans la communauté juive algérienne, sans recherche de terrain et d’archives poussées il ne serait pas facile de retrouver qui était Simon Attali. La famille de Simon Attali serait arrivée en France en 1956. On ignore quelle a été son attitude par rapport aux événements politiques, à la décolonisation et l’indépendance de l’Algérie, à la guerre en Algérie menée par l’armée française, face aux différents putschs que l’armée mène afin de garder l’Algérie comme colonie française.

Jacques Attali — Wikipédia (wikipedia.org)

Né en 1943, Jacques Attali est censé avoir intégré le prestigieux lycée Janson de Sailly où sont éduqués alors les fils de l’élite bourgeoise française du 16ème arrondissement. Ceci est pour un fils de boutiquier pied-noir fraîchement arrivé en métropole un exploit dans ces années 50 au cours desquels les hiérarchies sociales sont loin d’être abolies. En 1965 Jacques Attali aurait obtenu le diplôme de l’Ecole Polytechnique. Comme intégrer Polytechnique n’est possible qu’après deux ans de classes préparatoires, on suppose qu’il les a effectuées à Janson de Sailly, quoique aucune source ne le mentionne.

Jacques Attali – Le site officiel de l’écrivain, économiste et conseiller d’Etat honoraire

La seule preuve que nous avons de son diplôme de Polytechnicien est la photo d’un jeune homme dans un bulletin des élèves de Polytechnique « la jaune et la rouge », photo légendée par la phrase « Attali major des élèves promotion 1963 remet le souvenir au professeur Julia »[1]. Il n’y a pas de prénom et la ressemblance entre le jeune homme de la photo et le « Jacques Attali » qui apparait dans les livres sur François Mitterrand et les émissions télévisées des années 1980 est forcément vague.

Le prénom « Jacques José » figure par contre en tête du classement de la promotion 1965, page 29 du petit journal. Entré en 1963, il est déjà sorti diplômé en 1965 alors que le cycle de formation d’un ingénieur est de 4 ans… Admettons que le brillant Attali ait pu effectuer ses 4 ans d’études d’ingénieur en seulement 2 ans. (Mais il est douteux que ce type d’accélération ait existé dans les rigides années 1960°).

https://archive.wikiwix.com/cache/index2.php?url=https%3A%2F%2Fwww.lajauneetlarouge.com%2Fwp-content%2Fuploads%2F2015%2F07%2Fjr-197-gmx.pdf%2Findex.html

Par la suite il intègre Sciences Po Paris et en deux ans obtient un diplôme. C’est tout à fait plausible puisqu’un étudiant déjà diplômé d’un bac plus 4 peut entrer à Sciences Po sur dossier pour effectuer une année de maîtrise. Le diplôme de Jacques Attali n’a jamais été publié mais son nom figure sur le site internet des anciens de Sciences Politiques pour l’année 1967[2]. Puis il passe le concours de l’ENA dont il obtient le diplôme en 1970. L’association des Anciens de l’ENA ne met pas la liste des membres sur son site internet, nous ne pouvons donc pas dans l’immédiat vérifier si Jacques Attali est vraiment diplômé de l’ENA

Puis Jacques Attali aurait obtenu le doctorat d’Etat en économie à l’Université Paris Dauphine en 1972.  Sa thèse porterait sur « La Théorie de l’ordre par le bruit dans la théorie économique » et aurait été dirigée par Alain Cotta. Ici, cela se corse un peu. D’une part l’homme aurait quasiment 12 ans d’études supérieures post bac derrière lui (en incluant les deux ans de classes préparatoires nécessaire à l’Ecole Polytechnique) ce qui dans les années 1960 est peu crédible. Il faut comprendre qu’en réalité, dans famille de petite bourgeoisie, la nécessité de gagner sa vie avec son diplôme, surtout lorsqu’on est Polytechnicien, se pose rapidement à un jeune homme de 29 ans en 1972.

D’autre part, à l’époque une thèse d’Etat nécessitait entre 5 et 8 ans de travail et il était impossible de commencer un travail de recherche de thèse si on n’avait pas été formé dans la discipline. Or Jacques Attali n’est pas économiste. Ingénieur ayant une formation de sciences politiques et d’administration, il n’a jamais travaillé dans une banque et ne peut donc être qualifié en 1991 pour en diriger ni à fortiori en créer une. De même, n’ayant aucun cursus d’économie en 1968, il ne peut l’enseigner alors, car les disciplines étaient à cette époque assez rigidement cloisonnées. Tout au plus à la fin des années 70 ou 80, peut-on le créditer de conférences ponctuelles, ou de cours en vacation. Il n’est pas enseignant-chercheur. De toute façon, son parcours d’enseignant reste à prouver: il serait nécessaire pour cela d’accéder au programme de cours des années 1970 des universités et écoles ou il prétend avoir travaillé.

Il y a 22 personnes du nom de « Attali » qui ont soutenu des thèses dans le Fichier Central des Thèse. La thèse de Jacques Attali n’y figure pas[3]. Elle se trouve par contre dans le catalogue universitaire Sudoc[4]. Alain Cotta y est bien mentionné comme « directeur de thèse », mais il s’agit très probablement du livre que Jacques Attali a publié en 1979 sous le titre de « La théorie de l’ordre par le bruit dans la théorie économique » et non pas d’une thèse déposée à la bibliothèque universitaire pour sa soutenance. Cet article du journal « le Temps » par exemple, qui présente la parution du livre « l’Ordre cannibale » de Jacques Attali en 1979, parle de son livre sur le « bruit » paru aux PUF en 1977, et non pas en 1979[5]. Mais lorsque nous examinons les auteurs aux Presse Universitaires de France, il y a bien un Mickaël Attali, mais pas de Jacques[6].

Finalement je réussis à trouver un livre publié aux Editions de Poche en 2009 et intitulé « Bruits. Essai sur une économie politique de la musique »[7]. Il s’agit d’un essai d’anthropologie de la musique, et pas du tout d’un ouvrage d’économie, malgré la mention de l’éditeur qu’il s’agirait d’une réédition de l’ouvrage de 1977 au PUF, la prétendue thèse de Paris Dauphine de Jacques Attali. Voilà Attali intronisé musicologue et anthropologue en 1977 à l’âge de 35 ans, sans aucune formation préalable.

Il s’avère aussi qu’il est crédité être aussi chef d’orchestre ! Il dirige la 25ème symphonie de Mozart ! [8] Lorsque je lis cela sur les différents sites élogieux ainsi que sur son propre site, je trouve cette affirmation grotesque. Comment croire qu’un métier aussi spécifique qui nécessite des années d’apprentissage depuis l’enfance, un talent certain, et une formation très particulière, puisse être exercé par un homme qui a une formation d’ingénieur, de politicien et éventuellement d’économiste ? Si on peut croire au diplômé de Sciences Po ayant une petite formation en économie, autant la musique ne peut être que du domaine de l’amateur… Croire et dire le contraire équivaut à raconter une fable pour enfants très naïfs[9].

Mais revenons à la thèse de doctorat supposée de Jacques Attali. En la cherchant nous pouvons constater que Alain Cotta, son supposé directeur de thèse, a dirigé 20 thèses mais aucun de ses thésard ne porte le nom de Jacques Mardoché Attali[10]. Mais qui est donc Alain Cotta ?

Fils du maire de Nice SFIO Jacques Cotta et frère de la journaliste Michèle Cotta, Alain Cotta « participe à la création de l’université Paris Dauphine et dirige jusqu’en 1975 l’UFR des Sciences de Organisations ».[11] Auteur pléthorique d’une trentaine d’ouvrages de vulgarisation d’économique et de prospective, il a aussi été membre du très atlantiste et anti-communiste Comité des Intellectuels pour l’Europe des Libertés[12]. Curieuse coïncidence, le terrain de l’Université Paris Dauphine et son immeuble étaient à l’origine destinés à accueillir en 1957 le commandement intégré de l’OTAN, mais le Général de Gaulle ayant expulsé l’OTAN de France, l’endroit fut alors affecté à la création d’autres armes offensives atlantistes, l’économie néolibérale[13]

Né en 1934, Alain Cotta est l’aîné de Jacques Attali que de 9 ans. Ce petit écart d’âge et d’expérience nous conduit à constater que la relation des deux hommes en 1972, date supposée de la soutenance de thèse de Jacques Attali, n’est pas celle d’un professeur avec un étudiant, mais celle d’un collègue de travail un peu plus âgé qui assure une place à son protégé – Alain Cotta a alors 38 ans et Attali 29 ans. Ceci est encore plus vrai que l’Université Dauphine est encore en chantier. Après mai 68 on peut se douter qu’il y aurait été plus facile d’obtenir une soutenance rapide d’une thèse produite en 2 ans que dans la vénérable et fastidieuse Sorbonne.

Mais même si le diplôme de l’Université de Paris Dauphine de Jacques Attali est un doctorat en accéléré, nous ne pouvons que souligner que ce ne peut être un doctorat en sciences économiques, mais en sciences de l’organisation, discipline que dirige Alain Cotta. De plus, si Alain Cotta est bien connu des éditeurs pour ses livres, et de différents think thank politiques, il n’apparait pas ou plus sur le site internet de l’Université comme son professeur émérite. A peine est-il indiqué comme ayant été un professeur du Master de stratégie et management avant 1993[14].

Alain Cotta, le mentor de Jacques Attali

Curieusement ni lui ni Attali ne figurent dans la liste des professeurs de l’Université[15]. Malgré leur notoriété médiatique, l’Université Paris Dauphine ne met pas du tout en avant sa collaboration ni passé ni présente avec Jacques Attali ni avec son mentor Alain Cotta.

On ne trouve d’ailleurs pas facilement les informations concernant le cursus d’Alain Cotta à l’Université Paris Dauphine. On finit par comprendre que cette université neuve, post 68tarde, se voulait effectivement « expérimentale » et qu’elle accueillait «  de jeunes chercheurs voulant fuir le mandarinat »[16]. Il n’est donc pas étonnant que dans la fureur de post mai68 la structure ait validé des diplôme hâtifs, comme cette thèse de Jacques Attali intitulée « d’économie » mais portant en réalité sur l’anthropologie de la musique et préparée en 2 ans sous la direction d’un directeur de thèse à peine plus capé que son étudiant. Visiblement Jacques Attali a profité de cette situation qui lui a permis de se faire prévaloir d’un titre de docteur en sciences économiques sans avoir suivi un cursus d’économie et en n’ayant validé que des cours chez un ami jeune professeur en management.

Il ne me semble pas que Jacques Attali ait réellement été par la suite professeur à l’Université Paris Dauphine, tout au plus enseignant vacataire ou conférencier ponctuel, ce qui n’est pas pareil que de diriger une unité de recherche en tant qu’enseignant-chercheur, avec le statut et les responsabilité sociales qui en découlent.[17]

Plus significatif encore, la base de données des thèses de doctorat de la bibliothèque universitaire de Paris Dauphine ne contient pas la thèse de Jacques Attali[18]. Mieux, la bibliothèque ne contient AUCUN ouvrage de Jacques Attali… La seule références du nom d’Attali est quand celui-ci fait l’objet d’une étude !

Jacques Attali est donc un phénomène examiné de temps en temps comme objet d’études… Mais il n’est ni professeur à Dauphine, passé ou présent, ni docteur en sciences économiques. Il n’est peut-être pas docteur de l’Université Paris Dauphine en général, puisque son université ne conserve pas sa thèse, ce qui est une règle légale de fonctionnement des cursus de doctorat en France : le titre de la thèse doit être déposée au Fichier Central des Thèse et l’Université doit en conserver un exemplaire qu’elle doit mettre à disposition dans sa bibliothèque.

Si ces exigences légales ne sont pas satisfaites, il est impossible de prouver l’existence d’un travail de thèse de doctorat. Or, un titre de docteur est un titre universitaire d’Etat qui ouvre droit à un certain nombre de postes… C’est un grade scientifique qui permet de prétendre à une rémunération plus élevée, c’est aussi un gage social de sérieux scientifique. Un scientifique a un pouvoir de par son titre dans notre société, un titre dont le sérieux est garanti par l’Etat, c’est pourquoi une thèse de doctorat ne peut pas être une compilation mais doit être un véritable travail novateur d’hypothèses, de vérifications et de preuves. 

Je n’ai pas trouvé de preuves de l’existence de la thèse de Jacques Attali et donc je n’ai pas de preuve de la validité de son titre de docteur en économie. Je doute donc légitiment de l’existence de ce titre.

Je constate aussi que les sujets sur lesquels Alain Cotta publie ses livres recouvrent les préoccupations de Jacques Attali : l’avenir de l’être humain soumis aux oligarchies mondialisées, l’économie numérique et les transformations transhumanistes[19].

Ayant compris que Jacques Attali n’est ni banquier, ni économiste, je me penche donc sur son cabinet de conseil Attali et Associés[20], situé au 51 rue de Miromesnil, à deux pas de l’Elysée. Jacques Attali donne des conseils aux avocats mais heureusement il ne prétend pas être avocat.[21] Le directeur de la structure est Jérémie Attali[22], le fils supposé de Jacques Mardoché Attali.

J’ai bien trouvé un « Jérémie Attali » avocat [23]. Mais Jérémie Attali, fils supposé de Jacques, est plutôt producteur de films avec sa société de production Keskya et membre de l’association du festival Etonnant Voyageurs[24]. Sur www.société.com et sur le Registre du commerce M. Jérémie Attali bien été PDG de la société de production de film Keskya.

Il existe bien des structures intitulées « Attali et Associés », mais ce sont des chirurgiens, des architectes et un cabinet d’avocat de Strasbourg dirigé par M. David Attali. Il semble cepndant que Dabid Attali n’a rien en commun avec l’illustre compagnon de François Mitterrand, de Joachim Feldweber alias Jean Pierre François, de Roland Dumas et le collaborateurs des hommes de la City of London Corporation[25].

Le cabinet d’avocats de David Attali a l’air d’être réellement existant [26]. David et Benjamin Attali sont bien inscrits à l’ordre des avocats de Strasbourg[27].

Finalement je retrouve la société Attali et Associés sur le registre du Tribunal de Commerce de Paris. La société a été ouverte dès 1994, son capital est de 9888 euros, une somme modeste, et son directeur est Jacques Attali, né le 11 novembre 1943 à Alger et non pas Jérémie. Son activité est le Conseil en stratégie économique et en investissement. Donc Jacques Attali possède une seule entreprise à son nom propre. Son adresse personnelle, 123 avenue Achille Perretti à Neuilly sur Seine, correspond à celle qu’il donne au registre britannique pour Clampton Limited et pour Positive Planet[28].

La société Keskya productrice de médias à capital de 47 000 Euros et dirigée par Jérémie Attali le fils de Jacques se trouve au 123 avenue du Roule à Neuilly sur Seine. Je regarde si M. Attali fils ne possède pas une entreprise à Londres. Apparemment non. Un certain Jérôme Attali, domicilié dans le paradis fiscal de Guernesey a dirigé de 2011 à 2014 une entreprise de finance Bluecrest Capital Management. Mais les Attali sont nombreux, le nom est répandu, je n’ai donc pas de possibilité de vérifier s’il s’agit de la même famille.

Par contre Bernard Paul Judas Attali, né en 1943, actionnaire et dirigeant de Eurotunnel Groupe, de Eurotunnel NRS Holders et de Air Canada serait très probablement le frère de Jacques. Le 2 rue Villersexel, siège de ces entreprise, se trouve à deux pas de l’Assemblée Nationale à Paris[29]. Il n’y aucun document de disponible qui permette d’établir une liste des actionnaires. Je retrouve Bernard Paul Judas Attali au Journal Officiel nommé membre du Comité de Pilotage de l’Innovation de la Défense en 2019, Conseiller maitre honoraire à la Cour des Comptes en 2016, vice président de la Deutsche Bank en 2001, membre du Conseil d’Administration de la Poste dès 1990… Un long CV officiel qui a bien plus d’épaisseur politique que celui de Jacques[30].

La photo de famille est disponible et la biographie du frère (jumeaux car né la même année 1943 ?) est sur Wikipedia[31]. Elle est bien plus consistante que celle de Jacques, pourtant si omniprésent dans le discours médiatique. Mais il y a un monde entre les grandes entreprises françaises ou Bernard a occupé des postes et les modestes Clampton Limited, Attali et Associés, Positive Planet et même la BERD sans existence juridique légale.

L’analyse de l’affaire Assange m’a appris qu’une chose est le discours médiatique et autre chose la réalité. Comme dans le cas du discours mensonger sur le Covid et de la construction du storytelling autour d’Assange, le personnage de Jacques Attali apparait ici comme un « concept » médiatique, un CV construit pour être raconté, plus que comme un vraie personne avec de vrais diplômes et une vraie position sociale.

Dans le chapitre famille, je retrouve une seule photo de son épouse Elisabeth Allain, une photo de mariage traditionnel juif dans les années 60[32]. Sa fille Betsabée serait également dirigeante avec son frère de la société de production médiatique Keskya, 123 avenue Saint Philippe du Roule à Neuilly sur Seine[33]. Betsabée Attali est présente dans différentes mondanités signalées par la presse[34].

Pour comparer le bruit médiatique à la réalité, je me rends à Neuilly sur Seine au 123 avenue du Roule et 123 avenue Achille Peretti. Surprise ! Il s’agit de la même adresse[35] !

Avenue Achille Peretti est le nouveau nom et Saint Philippe du Roule l’ancien nom de la grande et majestueuse avenue du centre de Neuilly sur Seine. Le 123 se trouve presque en face du grand bâtiment de la Mairie et directement en face de l’église Saint Pierre et de l’école publique.

Avenue Achille Peretti à Neuilly – le 123 est la petite villa entre les immeubles municipaux du 121 et du 127 avenue Achille Peretti et cachée par un arbre
La mairie en face du 120 et du 123 Avenue Achille Peretti

Le 123 avenue Achille Peretti est une petite villa des années 1980 de trois étage, dont l’accès est fermé par une grille en fer donnant sur une petite cour ou poussent deux arbres.

la ville du 123 avenue Achille Peretti, anciennement Saint Philippe du Roule à Neuilly

Sur l’interphone je lis à gauche « gardienne, RDC, 2 étage », à droite « ascenseur, Keskya, 3 étage ». C’est donc le bureau de l’entreprise de production médiatique de Jérémie et Betsabée Attali. La villa a l’air inhabitée. Aucun rideau aux fenêtre, aucune trace de vie, aucun mouvement. Ce n’est donc pas un domicile de particulier. En donnant cette adresse au tribunal du commerce et au registre des entreprises britanniques comme étant celle de son domicile, Jacques Attali a donc menti. A moins qu’on puisse concevoir qu’un homme aussi riche et célèbre que lui en soit réduit à habiter à 70 ans chez ses enfants, et de surcroit dans des locaux commerciaux…

Interphone du 123 avenue Achille Peretti à Neuilly
Entrée de la villa déserte 123 Avenue Achille Peretti à Neuilly

Je reste une bonne heure à observer l’endroit, une belle après-midi ensoleillée de mercredi du mois de mai 2021. J’observe les enfants sortir des écoles : à gauche de la villas, sous un porche dans un immeuble des années 60 se niche une école privée avec cours du soir. L’immeuble, assez vaste, situé au 121 de l’avenue, contient en outre une maternelle privée, la police municipale et l’office de tourisme de Neuilly.

Immeuble du 121 avenue Achille Peretti de la municipalité de Neuilly, jouxtant à gauche le 123 avenue Achille Peretti, le supposé domicile de Jacques Attali

Tout est toujours désert dans les bureaux de Keskya production. Je me risque donc à tout simplement sonner à la porte, d’abord à l’interphone de la gardienne, puis à tous les étages. Personne nulle part, aucun employé non plus à Keskya qui a tout d’une entreprise fantôme[36].

A droite de la villa fantôme est accolé un autre imposant bâtiment : le 127 avenue Achille Peretti est une annexe de la Mairie de Neuilly qui contient la Direction de la petite enfance, la Direction de  de l’enfance, la Direction des Ressources humaines, la Direction des Marchés publics.

Le 127 avenue Achille Peretti, immeuble de la municipalité de Neuilly jouxtant à droite la villa du 123, domicile supposé de Jacques Attali

La proximité de 3 écoles et des services de la ville de Neuilly dédiés aux enfants avec cette entreprise de production de films fantômatique, siège déclaré des entreprises et domicile d’un des hommes les plus puissant de France, cet homme qui se dit être un véritable « faiseur de président », qui se vante d’avoir repéré Emmanuel Macron tout jeune et l’avoir piloté jusqu’au fait de la puissance[37], cette proximité dérangeante me déroute complètement. Comment interpréter cela ?

En face des services municipaux de la petite enfance, de l’école privée de la Trinité, et de la villa domicile supposé de jacques Attali, le groupe scolaire public Achillle Peretti et l’église Saint Pierre sur l’avenue Achille Peretti, centre de Neuilly sur Seine

Il est évident que Jacques Attali n’habite pas ici, que ce lieu n’est pas le siège de ses entreprises, mais il est aussi évident que Jérémie et Betsabée, ses enfants adultes, n’ont aucune activité dans cet endroit supposé siège de l’entreprise qu’ils sont censés diriger. Ils servent de prêtes-nom à Jacques Attali. Mais que se passe t il donc dans ce lieu puisqu’on n’y produit pas de film et qu’aucune activité commerciale ne s’y déroule ? A qui appartient donc ce lieu ?

En France, il n’est pas aussi facile qu’en Angleterre d’accéder au cadastre et de vérifier qui est le propriétaire de la parcelle. Mais petit à petit, à force d’observation du quartier, au bout de quelque temps, je découvre un plan publique de Neuilly sur Seine sur un des panneau de la ville. En fait selon ce plan, tout l’ilot de bâti, du 121 au 125 avenue Achille Peretti, anciennement Avenue du Roule, appartient probablement à la Mairie de Neuilly sur Seine.

Le célèbre Jacques Attali aurait son domicile dans des locaux appartenant à la mairie de Neuilly, ville ou réside quasiment toute la bourgeoisie de France et dont le non moins célèbre maire fut Nicolas Sarkozy. Mais le plus important personnage de Neuilly fut sans conteste Achille Peretti lui-même, membre du contre-espionnage des Forces Françaises Libres de 1942 à 1944 puis pilier du « gaullisme d’Etat » de 1947 à sa mort et « créateur » de son successeur à mairie de Neuilly.

Achille PERETTI | L’Ordre de la Libération et son Musée (ordredelaliberation.fr)

Le conseiller occulte de la Mitterrandie, Jacques Attali, serait-il en réalité un proche, un obligé de la mairie de Neuilly, puisqu’il « habite » dans des locaux qui lui appartiennent ? Son « amitié » proclamée avec Nicolas Sarkozy ne serait -elle pas plutôt l’aveu d’une participation aux réseaux plus ou moins occultes de Peretti, puisque son domicile officiel et l’entreprise de ses enfants se trouveraient dans des locaux appartenant à la mairie de Neuilly[38] ?

Le registre du commerce me fournit quelques informations :le Kbis, les statuts et le procès-verbal de l’AG qui a lieu le 31 mai 2022. Le Kbis indique que Keskya est une société par action simplifiée, dirigée par M. Jérémie Attali, domicilié au 1 rue du Moulin, 75017 Paris. Son capital est de 47 000 Euros et son activité « la production, la coproduction, le montage de courts et de longs métrage cinématographiques, l’édition musicale et littéraire, ainsi que le conseil aux particuliers et aux entreprises en matière d’organisation événementielle »[39].

Les statuts de 2014 m’apprennent que les actionnaires Betsabée Attali, née en 1986, Jérémie Attali, né en 1981 et Jacques Attali, né en 1943, tous les 3 étant prétendument domiciliés au 123 avenue du Roule, ou avenue Achille Peretti, dans ce local ou il n’y a que des bureaux vides. Ils sont les 3 actionnaires de cette structures dont le capital initiale est de 23 000 Euros, une somme très modeste, insuffisante pour la production du moindre film. D’ailleurs, plusieurs années plus tard l’entreprise n’a pas de réalisations notables à son actif. Elle apparait plutôt comme un coup de pouce du papa entrepreneur aux deux jeunes gens qui veulent se doter d’une image de marque pour le vie active – producteur de films, cela fait chic et mondain et peut ouvrir des portes pour des activités plus sérieuses.

En effet, l’Assemblée Générale Extraordinaire du 31 mai 2022 proclame la… dissolution de l’entreprise et la mise en place d’un liquidateur, son président Jérémie Attali. Chose curieuse, Jérémie Attali habite toujours 1 rue du Moulin, mais non plus à Paris, mais dans le 77,  hameau du Cugny, 77 690 la Genevraye. Jacques Attali ne figure plus comme associé dans l’entreprise[40].

Adresse de Jérémie Atttali lors de la dissolution de la siociété Keskya
signature du procès verbal de l’AG de dissolution de la société SAS Keskya le 31 mai 2021

Mais le problème principal est que, non seulement l’adresse « 1 route du Moulin à Paris 17 », mentionnée comme domicile de Jérémie Attali, n’existe pas, mais il n’y a pas non plus de « route du Moulin » à 77690 Genevraye, petite commune proche de la forêt de Fontainebleau où il existe cependant le hameau de Cugny mais pas de route du Moulin à Cugny!

Les deux erreurs dans l’adresse du PDG de Keskya, en plus de la persistance de désigner comme domicile des associés la villa vide de Neuilly sur Seine, m’indiquent qu’on a ici plutôt affaire à un mensonge sur les domiciles des responsables de cette entreprise. Celui de Jacques Attali reste bien caché. L’affabulation sur sa thèse de doctorat et les mensonges sur les adresses de domiciliation des entreprises avec en prime l’inexistence juridique de la BERD, tout cela me me permet de nourrir un doute sur l’identité même des protagonistes de cette histoire.

Plus que jamais le « concept » Attali pose question.

Références:

1.


[2] Philippe Bourdrel « La Cagoule », Marabout, 1970

[3] theses.fr, explorer les 22 thèses pour

[4] Catalogue SUDOC (abes.fr)

[5] Le cannibalisme au menu de Jacques Attali en 1979 – Le Temps

[6] Liste des auteurs | Presses universitaires de France (puf.com)

[7]

[8] Jacques Attali dirige la 25è Symphonie de Mozart et la Petite Musique de Nuit (extraits) – YouTube

[9] Biographie – Jacques Attali

[10] theses.fr – Alain Cotta

[11] Alain Cotta — Wikipédi Comité des intellectuels pour l’Europe des libertés — Wikipédia (wikipedia.org)kipedia.org)

[12] Alain Cotta – Biographie et livres | Auteur Fayard

[13] Comité des intellectuels pour l’Europe des libertés — Wikipédia (wikipedia.org)

[14] Vie du master – Stratégie et organisation – 101 – M2 | Dauphine-PSL Paris

[15] Résultats de recherche | Dauphine Recherches en Management (DRM)

[16] 50 ans de recherche à Dauphine : Hier, aujourd’hui et demain – Université Paris-Dauphine (psl.eu)

[17] Le retour de l’économie dans les sciences sociales : Marc Guillaume, Jacques Attali… (dauphine.fr)

[18] Rechercher (dauphine.fr)

[19] Livre: La Domestication de l’humain, Alain Cotta, Fayard, Documents, 9782213682433 – Point de côté (librairiepointdecote.fr)

[20] Home – Attali & Associés (attali-associes.com)

[21] Nouveaux métiers de l’avocat, conseils de Jacques Attali… focus sur le dernier congrès d’Alta-Juris. (village-justice.com)

[22]

[23] Jérémy Attali | Avocats | Jones Day

[24] ATTALI Jérémie – Etonnants Voyageurs (etonnants-voyageurs.com)

LinkedIn

[25] ATTALI ASSOCIES (STRASBOURG) Chiffre d’affaires, résultat, bilans sur SOCIETE.COM – 522830991

[26] VOS AVOCATS – ATTALI ASSOCIES (attali-associes.fr)

[27] Annuaire des avocats | L’ordre des Avocats de Strasbourg (avocats-strasbourg.com)

[28]

[29] Bernard Paul Judas ATTALI personal appointments – Find and update company information – GOV.UK (company-information.service.gov.uk)

[30] Bernard Attali – Nominations au Journal officiel de la République française (steinertriples.fr)

[31] Bernard Attali — Wikipédia (wikipedia.org)

Bernard Attali a commencé sa carrière en 1968 comme magistrat à la Cour des Comptes dont il est aujourd’hui Conseiller Maître honoraire.

Il a été successivement Directeur de Cabinet du Commissaire au Plan , directeur financier de la Délégation à l’aménagement du territoire, directeur financier du Club Méditerranée, Délégué à la Datar  (auprès du Premier Ministre), Président du Groupe des Assurances Nationales, président Europe de la Société britannique Commercial Union, Président de la Financière Saint Georges et de l’Épargne de France, Président directeur général du groupe Air France (de 1988 à 1994), Président du comité exécutif de IATA, Président de la banque Arjil & Associés, Président France de Bankers Trust , Vice Président Europe de Deutsche Bank (IB ), Président de l’Agence de Développement de la Région Île-de-France, Senior advisor de Texas Pacific Group, de Bank of America, de BC Partner, de Qualium, d’August et Debouzy, de Brookfield Capital (2019) et d’EQT (2021).

Il a été membre du Conseil d’administration de nombreuses grandes entreprises françaises et étrangères (BNP, Soc. Gen, CIC, SNCF, IP Power, Air Canadala Poste, etc.).

[32]

[33] Bethsabee ATTALI – Dirigeant de la société Keskya – Verif.com

[34] Les fondatrices de Thanks for Nothing, demi-finalistes du Prix Business With Attitude (lefigaro.fr)

[35] plan Google 123 avenue Achille Peretti ou 123 Saint Philippe du Roule

[36] Keskya Productions (facebook.com)

[37] Commission Attali, Rothschild, Bercy, Elysée…L’Ascension Fulgurante du « Président Macron » – Forbes France

[38] Attali approché par Sarkozy – L’Express (lexpress.fr)

[39] Extrait Kbis de Keskya SAS

[40]  J’ai visité les locaux du 123 avenue Achille Peretii le 18 mai, juste avant la dissolution de l’entreprise.

Un douloureux retour

Je suis plongée dans ces réflexions sur le chemin de retour à mon hôtel. Je longe le Hyde Park côté nord par le Baywaters road jusqu’au quartier de Notthing Hill alors que la nuit d’automne tombe déjà. A l’angle d’une petite rue en face de l’ambassade de Russie, toujours situé dans le parc royal en face du château royal de Kensington et du petite square consacré à la princesse Diana, je lis un surprenant slogan peint sur le mur « Takes sanctions off of Russia. There was no russian interference in US elections » (enlevez les sanctions de la Russie. Il n’y a pas eu d’interference russes dans les élections US). Je souris : le quartier est chic, si une telle inscription sauvage pro russe est resté, c’est qu’elle doit être partagée dans le quartier. Tous les Anglais ne seraient il donc pas russophobes ? Visiblement il se trouve ici des personnes prêtes à défendre la Russie !

Inscription en face du Hyde Park

Ma journée finit sur cette bonne surprise. Le lendemain je me rend dans une sympathique pharmacie irakienne de Seymour place ou j’effectue le détestable test PCR nécessaire à mon retour. J’ai encore une journée devant moi, les résultats seront prêts dans l’après-midi. ! Je m’attable dans un pub et je consulte vaguement mes mails. C’est là que j’aperçois un message que me renvoie mon éditeur – la famille de Gilles cherche à me joindre d’urgence… J’ai un très mauvais pressentiment. J’appelle Gilles immédiatement. Son téléphone dont je connais le numéro par cœur, sur lequel je venais d’envoyer mes photos de mon attente devant les Royal Courts, son téléphone sonne dans le vide.

J’appelle les membres de sa famille. Gilles est mort d’une crise cardiaque foudroyante le vendredi. Ils cherchent à me joindre depuis. Gilles qui pourtant allait si bien, était en pleine forme et venait justement d’effectuer un vol sur son planneur dans son aéroclub le mercredi 28…

Je ne peux pas et je veux pas décrire ici le choc et ma douleur.

Je dois rentrer le plus vite possible. Sur le conseil d’amis j’erre plusieurs heures dans Londres dans l’espoir de penser à autre chose et de tenir le choc.

Dernier jour à Londres ou j’erre le coeur vide. Ici le Londres de luxe, square Grosvenor
Square Grosvenor

Mes pas me ramènent au petit Crown Bar « business indépendant » à Stand Street. Je profite de mon dernier restaurant avant mon retour en France, mon pays où il me sera interdit de manger au restaurant, de visiter un musée et d’aller à la bibliothèque par la ségrégation inique de Macron. La jeune serveuse sympathique sent que je ne vais pas bien. Nous causons donc de l’Angleterre, de la France et de l’Europe. Elle est visiblement fière de vivre dans un pays avec un peuple qui a su résister à l’effroyable dictature qui se met en place en Europe. Mais bien sûr, l’Angleterre ne peut vivre isolée, tout isolement du continent est vécu par ses habitants comme un enfermement, un blocus de l’île. «Nous allons à nouveau voyager »- affirme – t-elle avec force. « Nous allons gagner. Il faut y croire ».

Ma dernière image de Londres fut donc la gaité, la force et la fierté de cette jeune émigrée. Puissions nous être forts dans la lutte qui s’annonce âpre. Puissions nous être aidés de toute force humaine et surnaturelle.

Le lendemain matin j’affronte le Flixbus à Victoria Coach Station. Curieusement cela se passe bien. Plus de masque sur les chauffeurs, un contrôle superficiel du papier avec le test. Une traversé sans histoire du territoire anglais jusqu’au port de Douvres. Ici, je craignais fort les tracasseries à la sortie. Mais non, le seul contrôle est français. Dans le hangar les agents de la PAF ne regardent que les passeports. Le « pass sanitaire » où le test covid sont contrôlés par une curieuse jeune fille en gilet jaune dont le badge porte l’inscription « assistante de police ». Un poste qui n’existe pas pour le contrôle d’un document illégal, les policiers sachant très bien qu’ils n’ont aucun droit de regard sur nos données de santé !

Entrée du port de Douvres
Installation portuaires à Douvres
Installations portuaires vues du bateau

Puis nous sommes retenus par l’entreprise privée Securitas qui s’acharne sur nos bagages, jusqu’à nous les faire sortir de la soute du bus. Ensuite c’est P and O, le transporteur maritime, qui joue à la police privée, car les vrais autorités anglaises ne se montrent pas. Mai je traverse tout et aucune remarque ne n’est faite sur les quarantaines et les tests que j’aurais ou n’aurais pas effectués. Mes amies avaient raison, il n’y a pas lieu d’avoir peur.

La falaise de Douvres vue du bateau
La falaise de Douvres

Ce jour là le soleil est étincelant. Il illumine la haute falaise blanche surmontée du château des Plantagenêts, les installations portuaires, les lourds ferries qui entrent dans le port et bien sûr la mer. Cette mer que Gilles, mon navigateur, avait tant aimée, je la contemple du dernier pont du ferry. Le dernier jour de sa vie, il avait voulu me rejoindre sur cette mer.

La mer que Gilles a aimée

Gilles est dans les airs avec moi. Maintenant il peut enfin m’aider dans ma lutte qui s’annonce dure. Il faut libérer la France.

Avant la lutte en France
Lutter en France

La lutte pour Julian Assange le 27-28 octobre 2021 – le spectacle, fausses et vraies cours de justice, Stella Morris et MC McGrath

Monika Karbowska

Photo de moi devant les Royal Courts of Justice que j’ai envoyé à Gilles le matin du 27 octobre 2021

Il fait nuit noire lorsque je me lève à 4 heures. Il ne fait pas très froid. L’air sera lourd dans la journée, avec des nuages s’amassant et la pluie tombera en trombe le soir, dégageant pour le 28 octobre un ciel pur et nettoyé. Mais je dois attendre presque 5 heures dehors, jusqu’à l’ouverture des grilles néogothiques à 9 heures. Malgré la clémence de la météo anglaise, on est néanmoins fin octobre et le petit matin porte en lui une humidité persistante et désagréable. J’ai emporté une couverture sur laquelle je peux m’asseoir, mon manteau, mon chapeau et laissé mon ordinateur dans le coffre-fort de l’hôtel.

Statue de Gladstone devant la High Commision austalienne
Eglise Saint Clément le Danois

Sera-t-il suffisant d’arriver devant les Royal Courts à 4h45 ? Je retiens mon souffle en longeant la High Commission australienne de Melbourne Place. En 5 minutes je contourne l’église St Clement le Danois, le patrons des marins de la Tamise mais aussi celui des pilotes de la RAF qui sauvèrent l’Angleterre de l’invasion nazie, les statues des chefs de la RAF, Sir Arthur Harris et le baron Dowling sont entourés de palissades devant l’église[1] . Les rues sombres sont désertes, je m’approche de la ruelle Clement Ins qui sépare la London School of Economics du complexe des Royal Courts of Justice. Personne en face des grilles, je presse le pas et je m’installe au pied de la grille séparant les lourdes portes en bois de la rue.

impasse Clément Ins entre la London School of Economics et les Royal Courts of Justice, coté gauche de l’Eglise St Clément Dane
Arrière de l’Eglise St Celement Danes avec la croix de la RAF
Croix et plaque commémorative des héros de la RAF sur le mur de l’Eglise
Les Royal Courts of Justice, en face la Croix de la RAF (en journée)
Plan du quartier sur un panneau public

C’est alors que je remarque un homme allongé sur un banc en béton faisant face à la porte de gauche de la cour. Il ne m’a pas vue passer, puis constatant que je suis la première à m’installer devant la grille centrale, il se hâte de me rejoindre. Celui que j’ai pris pour un clochard s’avère être Eric, le plus vieux militant du groupe des « Greekemmies ». Je le salue et nous engageons la conversation. Eric me parle en Français car il est Suisse. Je lui offre mes fruits secs et mes gâteaux car il a visiblement passé la nuit à attendre dehors et j’ai de la compassion pour son abnégation à moins que ce ne soit un travail. En effet, Eric me parle peu de sa vie, mais je comprends vite qu’il ne coule pas une retraite paisible mais doit faire de grands efforts pour avoir un revenu malgré son âge. Qu’il soit payé pour chauffer la place des autres ne m’étonne plus guère. D’ailleurs, il restera ici dans la queue toute la matinée, dehors puis dedans, jusqu’à 10h30 mais ne verra pas Julian Assange ni n’assistera au procès : en bon serviteur il cédera sa place à Christophe Deloire, Rebecca Vincent, puis John Shipton et Stella Morris.

Avec Eric de de 4h45 à la levée du jour à 6 heures

Il restera ce matin mon unique compagnon d’attente jusqu’à ce que l’aube se lève doucement, vers 6 heures. Alors les photographes et cameramans de Russia Today et Sputnik installeront leur lourd matériel sur le bord du trottoir en face de nous. Je reconnais le visage de certains. Le show médiatique autour de Julian Assange commence tôt. Petit à petit la rue s’anime, des bus rouges passent, les cafés des petites maisons en face s’allument et des gens passent sur le trottoir en direction du métro Aldwych d’un côté et en direction de la City de l’autre. Nous sommes en effet à l’extrême limite du territoire de la City of London Corporation et de la Cité de Westminster, le vrai cœur de Londres.

Russia Today UK
Russia Today et ses garçons robustes sont les premiers médias arrivés
le jour se lève doucement sur mon poste d’attente devant la grille
Grilles devant laquelle j’ai attendu de 4h45 à 9 heures

La troisième personne à se présenter devant la grille est une jeune fille blonde mince vêtue d’une robe noir, aux cheveux décolorés sous un béret « panthère » et au rouge à lèvres vermillon de style « grunge ». Elle est aimable, se présente comme étant de Reporter sans Frontières puis parle longuement et volubilement à Eric. Elle semble pétrie d’émotion et son discours semble décousu. Elle n’est pas politisé et ne raconte que des anecdotes de soirées festives. Par moment je me demande si elle n’a pas fumé des joints avant de venir. Cependant elle ne cherche pas à me pousser hors de ma première place et mon expérience me dit que c’est déjà un signe d’une grande gentillesse.

Sous l’oeil des médias pendant des heures

D’ailleurs, elle sera la seule de toute leur bande à s’occuper de la santé du doyen Eric : elle lui apporte un café chaud dès que les bars ouvrent, elle le soutiendra physiquement pour qu’il puisse tenir devant la porte de la salle 4 jusqu’à 10 heures 30. Mais pas plus que lui, malgré son panneau « Free Julianism » ( ?)qu’elle me laisse photographier, elle ne prendra le droit d’entrer dans le Saint Graal. Elle a chauffé la place aux « vraiment importants », Rebecca Vincent, Christophe Deloire, les 3 Allemands, Fidel Narvaez.

La jeune et gentille chauffe place arrivée troisième dans la file

Vers 6 heures arrive une jeune femme blonde de petite taille, ressemblant comme une sœur cadette à Rebecca Vincent. Elle se présente d’ailleurs comme son assistante quand je la salue. Au départ très aimable, son visage se fermera une demi- heure plus tard lorsque Christophe Deloire lui expliquera qui je suis. D’ici là elle installe une couverture, des cafés et des biscuits devant la grille à ma droite. J’aurais bien besoin moi aussi d’un café chaud mais je sais que je ne peux sous aucun prétexte quitter ma place sous peine de perdre l’unique chance n’entrer dans les lieux.

Elle non plus, malgré son dévouement n’aura pas le droit d’entrer dans la galerie du public pour voir Julian Assange.

la collaboratrice proche de Rebecca Vincent, qui ne rentrera pas, Fidel Narvaez derrière elle et le diplomate allemand en arrière plan

Ce privilège sera réservé à Fidel Narvaez qui est le quatrième à se présenter un peu après 6 heures. Mais je sais malgré le fait qu’il échange quelques mots avec moi, un peu surpris de me voir quand même, et malgré la discussion sur la règle  du premier arrivé premier servi » (je persiste à rappeler que j’étais la première devant la grille, arrivée à 5h45), je suis consciente que tout cela est bien trompeur. Je suis seule face à des gens hostiles que je ne connais que trop bien, ils vont profiter des places chauffés par Eric et par les jeunes pour essayer de m’évincer de la queue.

La nouveauté est la place prise par la langue française dans les échanges. Peu après en effet arrive un jeune homme classe de style « étudiant d’Oxford » coiffé d’un béret beige, un homme âgé aux vêtements élimés et une jeune femme brune en jean, manteau bleu marine et bonnet blanc.

Garçon « oxford » avec les filles de Reporter Sans Frontières
Attente de 6 à 8 heures, en arrière plan assise Noemie Bonnafous

A ce moment-là, le groupe assis autour des jeunes de Reporters sans Frontières parle Français. Je peux ainsi converser avec la jeune femme brune. Elle se présente comme Noémie Bonnafous, de Reporters Sans Frontières de Toulouse. Elle me dit qu’elle vient de la part de Christophe Deloire. Nous échangeons les impressions sur le passage de la frontière covidienne et nous sommes d’accord sur notre joie de vivre une vie normal ici à Londres, en grand contraste avec la situation difficile dans notre pays.

Je lui présente Wikijustice et ma présence au procès d’Assange à presque toutes les audiences depuis septembre 2019. Nous échangeons même nos profils Facebook[2]. Son site Linkedin mentionne son travail pour RSF mais son profil Facebook, suivi pourtant par 1200 personnes, est curieusement vierge de toute information politique.

Je lui demande si elle travaille pour Rebecca Vincent. Avec un peu de hauteur elle me répond « Rebecca est notre collègue mais c’est Christophe Deloire le chef». Son profil professionnel indique qu’elle est stagiaire chez lui.

Noémie Bonnafous

Mais elle non plus malgré son dynamisme n’aura pas le droit de voir Assange à l’intérieur du bâtiment.

Le temps s’écoule lentement. Alors qu’Eric s’allonge sur ma couverture, le groupe de photographes en face de nous est de plus en plus fourni. Leur objectifs sont braqués sur la porte, c’est-à-dire sur nous qui attendons. Vers 7 heures arrive Jamie. Il est tout content de voir Eric et lui raconte la mauvaise nuit qu’il a passé dans ce que je devine être un refuge pour SDF. Je salue Jamie mais lui me regarde d’un air mauvais. Il n’a pas oublié notre bataille pour les rares places de Old Bailey en septembre 2020 et me traite comme son ennemie. Je dois encore souligner que oui, cette fois ci j’étais là avant tout le monde, même avant Eric. Jamie se couche par terre à côté d’Eric et pendant un temps les deux hommes se racontent des histoires de logements collectifs précaires qui me donnent de plus en plus à penser que tous les deux sont en vérité des clochards.

Eric et Jamie attendent par terre

Peu après le show se met en place : Jamie et un autre homme aux cheveux gris disposent les pancartes « Free Assange » directement sur la grille du tribunal, posent devant les photographes celles-ci en main, puis décorent les grilles de longs rubans jaunes canari qui donnent à la manifestation l’allure, à mon avis déplacée, d’une joyeuse kermesse.

Le show se met en place

Vers 7 h30 un grand Allemand blond à l’écharpe orange discute avec les filles de Reporters Sans Frontières, puis un trio d’Allemands, deux hommes et une femmes arrivent. Je saisis en les écoutant qu’ils doivent être diplomate. D’ailleurs, le visage d’un d’eux, un trentenaire roux avec petite barbe, lunettes, manteau noire et écharpe beige, me semble familier depuis septembre 2020 à la Old Bailey. Son collègue est grand, chauve et plus âgé. Mais c’est sans hésitation la femme qui est leur cheffe. Elle est mince, brune aux cheveux courts, veste, pantalon, chaussures et sacs à dos noirs de style grunge. Elle fume beaucoup aussi. Ce trio sera le plus important parmi les présents de ces deux jours d’audience et n’aura aucun mal à entrer dans la galerie du public pour voir le « procès », malgré leur arrivée tardive.

Les Allemands du procès (de gauche à droite, la femme corpulente, l’Alelmande au style grunge,son collègue au parapluie et leur collègue roux derrière Fidel Narvaez

Tous ces jeunes et ces vieux qui font le pied de grue dans le froid depuis 6 heures ont servi à leur garder la place.

A 8 heures il fait jour, notre présence sur le trottoir gène les nombreux passants qui se pressent pour aller au travail. Le trafic automobile sur la Strand Street est intense. L’air est plus doux mais une pluie fine commence à tomber. Je me lève pour attendre sous ma capuche. Je suis de plus en plus fatiguée mais il faut tenir.

Médiatisation intense et trio allemand à gauche

Il y a de plus en plus de monde dans la queue. Une femme brune de forte corpulence à la robe noir imprimée en blanc s’avérera être encore une Allemande, le trio d’Allemands de l’Ambassade discute avec Fidel Narvaez tandis que Noémie Bonnafous nous mitraille de photos et que les deux jeunes blondes de RSF sont plongées l’une dans son téléphone l’autre dans un miroir de poche.

Noemie Bonnafous, trio allemand avec Fidel Narvaez, jeunes femmes de RSF UK

Puis c’est John Rees qui se pointe devant moi pour parler avec les journalistes présents. Le sachant grand maitre d’œuvre de ce show, (comme pendant le Forum Social Européen de 2004 dont j’ai retrouvé la documentation chez moi !) je crains qu’il ne cherche à m’évincer car je ne suis pas prévue dans son décor[3]. Il supervise l’installation d’une estrade devant la porte gauche du tribunal ou un groupe de musiciens prend place.

Journal du mouvement Respect coorganisant le Forum Social Européen à Londres 13-17 novembre 2004
John Rees, secrétaire national de Respect en 2004
Installation de l’estrade à musique devant le tribunal

Je suis toujours surprise que les institutions anglaises permettent ce genre de choses, le blocage d’une porte de tribunal par un concert et un panel de discours politiques. John Rhees a l’air de n’avoir aucun problème à obtenir ce genre d’autorisation de la police et de la Cité de Westminster pour mener à bien la médiatisation du show « Free Assange ».

John Rees

Le garçon roux à l’écharpe orange discute tout près de moi avec Fidel Narvaez. En fait il est Suisse, s’appelle Daniel Reiser et a été envoyé par Angela Richter qui ne tardera pas à venir aussi. Greekemmies et ses proches apparaissent tardivement et installent un stand de vente de produits comme à une kermesse.

Un peu plus tard j’échange à nouveau avec Noémie Bonnafous. Je suis frappée par son assurance alors qu’elle me dit être la première fois de sa vie à Londres. Lorsque je lui dis qu’il n’est pas certain qu’Assange va être présenté à la cour, elle affiche un sourire entendu et déclare « Il sera là car Christophe Deloire sera là. C’est lui sait ce qui va se passer ».

Noémie Bonnafous à gauche de Christophe Deloire

Je ne bronche pas, je me contente de lui dire que j’ai croisé son patron à la Woolwich Court où nous avons fait la queue le 24 février 2020, journée crucial du grand show de l’extradition, à une époque où on pouvait observer Julian Assange pendant 8 heures en chair et en os à défaut de pouvoir entendre ce qu’il dit. Je lui rappelle que plus personne n’a pu prendre une seule photo d’Assange depuis les photos volées de ce jour (dont une faite par une de nos amies). Noémie ne me dévoile pas plus mais son sourire entendu en dit long sur le rôle de son patron dans l’affaire. Je sais qu’il est important. N’a-t-il pas été l’auteur de cette surprenante déclaration à l’ensemble de l’équipe de Wikijustice « Vous voulez tous nous mettre le box des accusés » ?

Procès de Wikileaks ou procès de Julian Assange? Lundi 24 février 2020 – le tribunal du « Qui le plus fort gagne » – Liberté pour Julian Assange – Monika Karbowska (monika-karbowska-liberte-pour-julian-assange.ovh)

Son livre « Sexus politicus » m’a dévoilé un homme très bien informé des turpitudes sexuelles des gens du pouvoir, aussi bien hétéro qu’homosexuelles. La lecture de son récit provoque en moi un malaise, tellement la détention de telles informations pourrait représenter le risque d’un chantage permanent.

Enfin Christophe Deloire arrive, barbe et cheveux grisonnant, chemise bleue et pantalon gris. Il est bientôt 9 heures, j’ai bien compris que les jeunes filles de RSF vont céder leur place à l’homme important qu’il est et qui n’aura jamais besoin de faire la queue dans le froid. Je le salue et il me rend mon bonjour, un peu froid. « Wikijustice ? Oui, je me rappelle bien de vous ».

Mais je ne suis pas venue pour échanger des mondanités d’autant plus que, contrairement à lui, je dois toujours lutter pour entrer, d’autant plus que Rebecca Vincent les rejoint bientôt, bottes à talons et masque sur la bouche. Bientôt la grille va s’ouvrir, je dois être prête.

A 9 heures un agent de sécurité âgé déverrouille la grande grille et nous salue. Je ne fais plus attention aux autres. Je marche rapidement vers la porte sous la voûte, je pénètre dans l’entrée ou je retrouve le détecteur de métaux avec d’autres agents, retraités ou proches de la retraite également. Ils m’indiquent aimablement la salle 4 à droite au premier étage tandis que mon sac passe sans encombre. Lorsque je fonce vers la salle 4 au fond du sombre couloir à voûte néogothique, devant la lourde porte en bois dont les vitres sont masqués pas un épais rideau vert ,se tiennent déjà l’Allemande brune et corpulente, une jeune homme qui se présentera comme étant d’Amnesty International et … Joseph Farell avec son costume voyant que je n’ai pas vu du tout arriver, comme s’il avait déjà passé la nuit à l’intérieur du bâtiment.

Grande salle en nef néogothique autour de laquelle sont agencées les couloirs, les salles, les escaliers desservant les étages

Ou dois-je aller ? Ou se trouve l’entrée du public ? Je suis indécise, il n’est que 9 heures, le couloir est fait le tour de la grande nef principale et il est très lui-même assez large. Tous les 30 mètres des recoins sont aménagés avec des bancs et des tables en bois. L’ensemble n’évoque pas une cour de justice, mais l’Angleterre nous a habitués à toutes sortes d’endroits étranges où se déroule « l’affaire » Julian Assange.

Attente dans le couloir, collés, sérrés…

Devant la porte un panneau d’affichage mentionne « Courtroom 4, United States of America versus Julian Assange ». Il n’y a pas de caméra visible mais je n’ose pas photographier la feuille.

Brusquement un autre personnage entre en scène. C’est un homme black d’une quarantaine d’année, à la corpulence moyenne, habillé d’un pull et d’une veste quelconque, le visage assez rond. Ses yeux sont par moment hagards, je me demande s’il n’est pas fou. Et surtout je ne sais pas comment il a fait pour se retrouver devant tout le monde alors qu’il n ‘a pas fait la queue dehors ! Personne cependant n’a l’air d’oser lui dire quoi que ce soit, comme s’il faisait partie de la mise en scène. Il se colle à la porte de la salle 4, et annonce « c’est bien ici le jugement de Julian Assange, je connais bien les lieux ».

Je ne comprends pas toujours ce qu’il dit, mais je saisis que son Anglais n’est pas celui d’Oxford, sans toutefois d’accent caribéen trop prononcé. Qui est-il ?

Je ne sais pas mais je ne peux pas lui permettre de me ravir la place. Je lui colle aux basques aussi en signifiant doucement que « first arrived first served (premier arrivé, premier servi), pas de liste, je suis ici depuis 4h45 ». Je concède juste la place à Eric, le vieil homme qui effectivement, était là aussi même un peu avant moi. Eric est toujours là, mais il est chancelant, la jeune fille de RSF le soutient. Autour de moi, Rebecca Vincent ne cache pas son hostilité en me jetant des coups d’œil assassins. Elle discute avec Christophe Deloire qui se tient juste derrière moi mais s’abstient de me pousser. Enfin, Fidel Narvaez attend entre l’homme black surgit de nulle part, les 4 Allemands (Le trio de l’Ambassade et la femme brune corpulente) et John Rhees. A coté de lui, il y a Angela Richter qui a l’air d’avoir encore maigri depuis février 2020, Daniel Reiser le Suisse et un homme à la barbe blonde et longs cheveux blonds qui s’avérera être un député irlandais Mick Wallace.

L’ambiance est la même que d’habitude : tendue et surchauffée, tout le monde est fatigué. Je me demande tristement si je vais pouvoir voir Julian Assange, entrer dans la salle, alors que je suis celle qui a fait le plus d’efforts pour être ici.

Plus de 20 personnes font donc la queue devant la salle 4. La tension monte aussi parce que l’homme black raconte longuement qu’il a une expérience des tribunaux, qu’il vient pour un procès, qu’il sait ce qui se passe ici… On dirait un homme qui s’est trompé de salle, qui est fou et croit sincèrement que c’est son procès qui va s’ouvrir. C’est ainsi que les autres le traite, comme un intrus fou. En l’absence de la moindre autorité nous sommes obligés de patienter encore plus d’une heure stockés comme ça devant une porte, sans plus aucune « distanciation sociale » chère au covid.

A peine arborons nous les masques que les agents de l’entrée nous ont contraint à vêtir.

Petit à petit on voit des mouvements derrière la porte vitrée de la salle 4. J’aurais bien aimé voir si Assange est là…

Brusquement jeune femme indienne apparait et dit que l’entrée est du public c’est la salle N°1. Narvaez indique où il faut aller : au fond du couloir il faut encore traverser un vestibule puis tourner à droite. La porte de salle 1 est une espèce de grille devant des escaliers en colimaçon en pierre menant à ce qui ressemble à une descente vers des oubliettes sombres. On se croirait dans un château fort lugubre.

sur le côté gauche de la salle 4, porte qui mène à la cage d’escalier ou se trouve l’escalier en pierre en colimaçon ou nous avons été stockés pour la lutte pour la galerie du public

Nous nous retrouvons tous serrés devant cette grille en fer, dans ce qui est une cage d’escalier jouxtant la salle 4. Je suis en face de la grille, bien décidée à ne pas lâcher ma place, l’homme black m’ayant cependant repoussée et il se tient devant moi. A ma gauche Eric a cédé la place à Christophe Deloire et Narvaez, à ma droite Rebecca Vincent me pousse pour m’éjecter de la file. Je soupire et je regarde à droite : la salle 4 est visible par une vitre. On distingue les lourds rideaux verts et un mobilier de bois foncé.

Ou sont donc les avocats d’Assange ?

Un jeune métisse surgit brusquement on ne sait d’où, il pousse Rebecca Vincent et tente de prendre sa place. Derrière lui je vois un couple de jeune Asiatiques (des journalistes ?)  beaucoup plus calmes.

J’ai l’impression que l’homme black est là pour faire diversion, nous (me ?) provoquer et créer des tensions afin de m’empêcher d’entrer. Il convient donc de rester calme. Il provoque effectivement une altercation avec Rebecca Vincent qui lui dit qu’il n’a pas à « squeezer » la queue, qu’il n’était pas le premier. L’homme lui répond de façon désagréable, agressive et vulgaire. Elle lui dit qu’il est sexiste et que ces propos n’ont pas sa place ici. Rebecca le pousse, lui la pousse aussi. Comme elle est à ma gauche et lui devant moi, je risque de faire les frais de leur pseudo dispute. Je ne dis rien, je persévère à ma place en observant ses yeux fous d’un air ironique.

Il se tourne alors vers moi : « J’ai habité au 1 Hans Crescent Street, en face du 3. J’ai tout vu ce qui s’y est passé ». Je réponds « oui oui, il a dû se passer des choses là-bas ». Il me scrute et puis continue sans accrocher mon regard : « Savez vous ce qu’il y a dans cet immeuble à côté de l’Equateur » ? Je réponds doucement : « Je sais. La Colombie ». Il confirme : « Assange a habité tout près de la Colombie ». Qui est cet homme ? Veut-il réellement me dire quelque chose ou joue-t-il simplement un rôle dans cette pièce ?

A ce moment là tout d’accélère. La toute jeune femme indienne en robe noire arrive, elle est si jeune qu’on dirait une adolescente. Elle est flanquée de deux agents de sécurité en chemise blanche et pantalon noir, un Indien corpulent et un grand rouquin barbu. Je jurerais les avoir déjà vus à la Westminster Court.

Elle nous pousse, déverrouille la grille. Je ne veux pas me laisser faire, mais alors ce sont les deux hommes qui me repoussent assez brutalement, ce qui permet à Rebecca Vincent, l’homme noir, le jeune métisse, Fidel Narvaez et Christophe Deloire de s’engouffrer dans l’escalier des oubliettes.

Je proteste à haute voix :« Mais je suis là depuis 5 heures ! J’étais la première vous voyez bien ! Pourquoi me repoussez-vous ?! Je représente Wikijustice une association française de défense des droits de l’homme » !

Les deux agents de sécurité me barrent l’entrée de tout leur poids, puis me repoussent en disant : « Yous vous ne rentrerez pas ».

« Pourquoi » ? Je crie, mais surtout je mets en marche mon téléphone pour avertir notre équipe pour qu’ils soient témoins de ce qui se passe. Alors à ma droite surgissent les silhouettes massives de Kristinn Hrafnsson, John Shipton, Vaughan Smith puis Stella Morris. Shipton me pousse aussi, me regarde et me dit en souriant « you, you do not enter. Go away ». Je réponds avec force « Non ! J’ai le droit d’être là. Je viens pour témoigner de la situation de Julian Assange ».

Après Shipton, Vaughan Smith et Morris, les agents de sécurité font entrer les 20 personnes qui se trouvent derrière moi et me repoussent toujours ! Je finis seule devant la grille en fer fermée ! Je parle à un collègue de Wikijustice qui est donc par haut-parleur témoin de ce procédé totalement indigne d’une vraie cour de justice.

Je proteste encore une fois « Pourquoi vous ne voulez pas me laisser entrer » ? La jeune employée répond d’un ton agressif « seulement la famille et les amis ».

Je ne me laisse pas faire « Ah bon ? Qui est la famille de Julian Assange ? Les diplomates allemands peut-être que vous venez de faire entrer ? Christophe Deloire ? J’ai autant de droit que lui d’entrer ici car je représente comme lui une association française de défense des droits de l’homme. Et plus, j’ai attendu depuis 5 heures du matin pour pouvoir entrer et lui est arrivé très tard. Pourquoi le laisser vous entrer et pas moi ? La règle de justice est celle du premier arrivé. Nous sommes égaux. En quoi lui serait-il plus proche d’Assange que moi ? Et puis, qui décide » ?

Oui, qui décide justement. Je suis très choquée mais finalement pas si surprise. Je crie dans le téléphone « Tout cela est du cinéma, du théâtre, ce n’est pas une vraie cour de justice » !

Vue sur la porte d’entrée sévèrement gardée de la salle 4

Et comme ce n’est pas une vraie cour de justice, ce n’est pas la peine de me comporter comme si s’en était une. Je me plante donc devant la vitre qui sépare le vestibule des oubliettes de la salle 4 et je photographie l’intérieur, dans l’espoir d’y voir Assang. L’agent de sécurité barbu se tourne vers moi agressif, « donnez-moi la photo ». Je lui réponds « Vous n’avez pas le droit de me toucher. Appelez un agent de police. (Call a police officer )».

On va voir si ce tribunal est un vrai tribunal.

J’ai dû voir juste car il n’appelle personne.

Je reviens dans le couloir principal et face de l’entrée de la salle 4. Et qui je vois ? Georgina, la militante « qui entre tout le temps » avec sa mystérieuse carte blanche rayé de marron, qui ne fait jamais vraiment la queue et qui n’est pourtant pas très aimée de la bande à RSF/Greekemmies. Elle parle à la jeune stagiaire indienne agressive dans l’embrasure de la salle 4.

Je la salue et je me précipite désespérée vers elle : « S’il te plait, fait quelque chose, aides moi ! Ils me refusent l’entrée, alors que j’étais la première depuis 5 heures du matin » !

Georgina me toise, toujours dans ses costumes noir, ses cheveux en bataille. Ses yeux bleus vifs prennent un air sévère. Elle n’a pas l’air contente…

Et pourtant… Ca MARCHE ! Le barbu me fait signe de le suivre, j’obtempère immédiatement. Devant la grille de l’escalier de pierre j’éteins devant lui mon téléphone. Il ouvre la grille et s’efface. Je monte à perdre haleine, au premier étage l’escalier aboutit à un grand couloir lumineux comme un cloître donnant sur la grande nef. Salle 4, la galerie du public c’est à droite, vite… J’entre dans un immense balcon comportant 200 places, aussi vaste qu’un amphi de la Sorbonne ! Devant moi, une grande balustrade sépare la galerie du public de la salle de tribunal en contrebas.

Ou m’asseoir pour voir le mieux ? Pour voir Assange ? Je n’ose pas expérimenter diverses places et je m’assieds tout de suite à droite au milieu au deuxième rang. Au premier rang devant moi sont assis Stella Morris, John Shipton et le curieux homme black qui avait fait diversion. Ils ne me regardent pas. Je peux voir au-dessus leurs épaules.

Au premier rang à gauche sont assis Vaughan Smith, Hrafnsson, Narvaez, Deloire et sa collaboratrice anglo-britannique Rebecca Vincent, le trio d’Allemands, comme une étrange « famille » de Julian Assange. Le couple de jeune Asiatiques se tient un peu en retrait tout au bout de l’espace à leur gauche. Un jeune Allemand roux en pull rouge (je jette un coup d’œil sur son ordinateur, il écrit en Allemand) est assis dans la deuxième rangée, à mon niveau donc. Il n’y a pas plus de 20 personnes donc, largement la place de faire entrer 50 personnes, avec toutes les précautions covidiennes possibles…

Je me rappelle de l’ambiance étrange de la Woolwich Court le 27 février 2020 ou 4 hommes massifs comme des commandos figuraient la « famille » d’Assange : Hrafnsson, Narvaez, Shipton, Craig Murray… Murray semblait le seul ému par la situation et il a été remplacé par un Vaughan Smith à l’air absent. A l’époque Julian Assange n’avait surtout pas l’air d’avoir envie de leur parler quand il s’est redressé pour invectiver les présents et que la « séance » avait été suspendue puis ajournée sine die. Puis il y a eu le covid et on n’a plus jamais pu voir Assange en vrai. Sauf moi le 9 septembre pendant 20 secondes grâce à nos subterfuges.

Je scrute aussi l’homme black qui nous a fait tout ce cinéma devant la grille. Il observe la salle en contrebas attentivement et brusquement ne semble pas fou du tout.

Julian Assange à l’écran une dernière fois ?

J’observe la salle en contrebas de la galerie. Elle est très vaste. Son plafond au-dessus de nos têtes est composé d’une très belle verrière ouvragée à l’ossature en bois par laquelle un beau soleil d’un éclatant automne se fraye jusqu’à notre assemblée. Le mobilier est tout aussi austère qu’à la Old Bailey, épais rideaux rouges, lampes vertes sur de lourdes tables en bois sombre, fauteuils à hauts dossiers sculptés et rangées de livres à dos rouge à gauche et bleue à droite de la salle. L’ambiance est certes solennelle mais non point aussi étouffante que dans le bunker bouclé à double tour de la City à la Old Bailey. Il y a quelque chose d’un théâtre costumé irréel dans ce lieu. Les habits des juges, robes noires avec collerette blanche, perruque du 17 siècle confirment encore jusqu’à la caricature l’atmosphère de décor de film. Seul le masque noir sur le visage du second juge nous rappelle que nous sommes bien en 2021, dans l’antre de la dictature covidienne mondiale.

Je plisse les yeux pour bien m’imprégner du visage du juge principal, il écoute l’accusation déjà en place et ressemble à Timothy Holroyde en photo.

Le décor se présente en effet comme suit : en face de moi, une estrade surmontée d’une grande table et de 5 fauteuils à hauts dossiers, dont seuls deux sont occupés par Holroyde et son collègue. Ils sont assis sous l’emblème ouvragé de l’Angleterre, le fameux Lion normand et la licorne anglo-saxonne enchainée avec leur cri de ralliement « Dieu est ma Loi, honni soit qui mal y pense ».

En contrebas de l’estrade sont assis un greffier, une secrétaire, j’ai la nette impression de me retrouver en face de ceux qui ont déjà officié dans le cas Assange à la cour Westminster Magistrate.

Perpendiculairement à l’estrade s’étendent 5 rangées de tables avec leurs sièges. Assis de biais, le procureur et les avocats doivent donc tourner leur corps vers leur gauche pour faire face aux juges. Tout à gauche, en face de la fameuse porte ou Georgina et Farell ont pu entrer, (comment ? Pourquoi ? Pourquoi Georgina a la privilège d’entrer dans le saint des Saints ? Et qui est Farell ? En tant que « proche » de l’accusé il ne devrait bénéficier d’aucune mansuétude, or il possède une place de choix dans cette assemblée ?) la première rangée est occupée par 3 personnes qui prennent des notes, dont l’opulente Allemande brune à la robe noire et blanche qui parlait d’Amnesty International. On se demande pourquoi Amnesty a le droit d’entrer dans le Saint des Saints du procès d’Assange alors qu’ils ont plutôt noircit Assange depuis le début alors que Wikijustice, qui le défend depuis 3 ans, doit batailler pour avoir droit juste à un strapontin dans la galerie…

La deuxième rangée devant l’Allemande est occupée par 6 personnes, des hommes en costumes noirs, leur masque noir m’empêche de voir leur visages. L’extrémité des tables de la première rangée est garnie de bouteilles et de verres d’eau, celle de la deuxième rangée de dossiers, de cartons jetés en vrac comme dans une savante mise en scène filmique. La mise en scène rappelle celle de la Woolwich Court en février 2020 puisque PERSONNE ne va se servir de ces dossiers qui sont donc parfaitement inutiles.

La troisième rangée en face du juge est occupée par l’accusation : en me levant de mon siège je peux apercevoir le procureur en perruque qui parle debout et tourné vers le juge. Pour apercevoir Clair Dobbin et son assistante blonde il faut que je me lève de mon siège car elles sont cachées par la balustrade de la galerie.

Puis enfin, quatrième rangée de gauche ou deuxième de droite, j’aperçois Hamilton Fitzgerald, Florence Iveson et Mark Summers, tous en perruques. Je ne les entendrai pas beaucoup aujourd’hui.

Comme toujours, j’essaye à la fois de me concentrer sur les discours prononcés et de sentir et comprendre les enjeux réels de la cérémonie en observant minutieusement ses participants.

Au-dessus de la première rangée de table, tout à gauche de l’estrade est suspendu un assez grand écran. Pour le moment il est éteint. Derrière moi dans la galerie l’employée indienne revêche vérifie qu’on ne photographie rien. J’ai pourtant très envie de prendre une photo, cela me faciliterait la description des lieux, mais cela ne vaut pas le coup de prendre des risques avant qu’Assange ne soit visible.

Je me concentre donc sur Stella Morris assise dans la rangée devant moi, un peu en contrebas, ce qui me permet de bien voir ses agissements. Elle porte des vêtements neufs, une jupe vert sombre à mi-genoux, une petite veste noire, des collants noirs et des chaussures à talons noires. Dans ses mains, deux sacs : un petit sac à main noir à motif blanc et un sac en tissu bariolé jaune, noir et bleu contenant des documents. Son visage est couvert d’un épais masque FFP2 qui m’empêche de comprendre l’expression de son visage. Ses cheveux sont bruns avec des mèches décolorées, assez épais et en bonne santé.

Elle parait plus vive que l’année dernière, elle se lève souvent, sort de la galerie, puis revient, s’installe à nouveau. Parfois elle se lève pour mieux voir ce qui se passe en contrebas. Néanmoins elle ne parait pas très concentrée sur le procès. Et pour cause : elle tient dans la main quelques feuilles A4 stabilotées, qu’elle lit et relit comme si elle apprenait le texte par cœur. Je me penche un peu en avant et je comprends : c’est son discours de tout à l’heure qu’elle va prononcer face aux médias. Visiblement son apparition médiatique est plus importante que la présence ou l’absence de Julian Assange…Une fois son discours lu et relu, elle pianote sur son téléphone. Puis elle sort pour parler au téléphone. Je jette un coup d’œil très indiscret : sur son téléphone la photo Assange avec un bébé dans les bras, datant de 2013 ou 2014, la seule photo d’Assange avec un bébé publiée maintes fois par les journaux…

Elle n’a même pas une vraie photo personnelle d’Assange ni une photo personnelles de ses « enfants »…

Même moi qui ne connait Assange que de vue sans avoir pu lui parler, mais qui ait compulsé et téléchargé des centaines, des milliers de photos de lui trouvés au 4 coins d’internet, j’ai une photo plus belle, plus originale de lui sur l’écran de mon téléphone…

John Shipton est assis devant moi à droite de Stella Morris. Cependant il ne dialogue pas avec elle et ne lui prête pas attention. Ses cheveux sont longs et mal coiffés, sa barbe hirsute. Il a l’air absent comme d’habitude, à moitié endormi. Il porte une veste noir et son jean noir. Dans ses mains, un téléphone dans lequel il est plongé et sur lequel il pianotera quasiment en permanence tout à long de la journée sans même jeter un regard ni au juge, ni aux avocats, ni à Assange quand celui va apparaitre à l’écran. Je distingue un message de sa copine Sevim Dagdelen, absente pour le spectacle d’aujourd’hui.

A droite de Shipton se tient l’étrange homme black qui a fait le spectacle de l’entrée dans la salle tout à l’heure. Il a enlevé son blouson au-dessous duquel il porte un élégant costume beige et un tee-shirt noir. Son air fou disparait de son visage et il parait tout à fait censé. Il observe la salle et John Shipton en coin comme s’il le surveillait. De temps en temps il se tourne à moitié et me regarde droit dans les yeux.

Je lui rends son regard tout en essayant de saisir ce que dit l’accusation et le juge. Ce n’est pas facile. Je suis loin, il n’y a pas de micros et j’ai un peu perdu la main en ce qui concerne l’Anglais juridique depuis ma dernière audience à la Old Bailey le 4 janvier 2021. J’entends qu’il est question de « special circumstances ( circonstances spéciales)», de « section 2, 3 et 4 » dans les documents, du « district judge »… Je crois comprendre, sans savoir qui est l’auteur exacte de cette affirmation que Julian Assange « voulait comparaitre mais on ne lui a pas permis ».

Puis le procureur enchaine sur les «risques de suicide de Julian Assange » et se lance dans ce que je crois être une analyse caractériologique de notre pauvre ami otage.

Je m’agite sur mon siège. Que faire ? C’est alors que l’homme black se tourne vers moi et me dit doucement « be patient » (« soit patiente »).

Je retiens mon souffle.

Le procureur continue à gloser sur les « special conditions » comme si le droit commun ne s’appliquait pas à Julian Assange. Je m’irrite quand je l’entends affirmer que la Cour Européenne des Droits de l’Homme aurait autorisé l’isolement des malades psychiatriques. Certes, la CEDH n’est pas un bon outil de défense de nos droits car elle permet l’arrestation de malades d’alcoolisme et de drogue mais cette interprétation extensive de la jurisprudence de la Cour de Strasbourg est bien abusive !

L’homme noir s’assoupit brusquement, Christophe Deloire succombe aussi au discours soporifique du procureur et je le vois mettre sa tête entre ses bras. Vaughan Smith et Hrafnsson paraissent comme hypnotisés par ses paroles, le regard fixe noyé dans le vague, par contre leurs paupières bougent en permanence.

J’ai le droit d’être encore plus fatiguée qu’eux,  car je suis sur pieds depuis 4 heures du matin, mais je dois résister.

Quelqu’un s’assied derrière moi mais je n’ose me retourner pour le regarder. Je calcule la dimension de la galerie : 100 mètres de large au moins, pas moins de 200 places réparties en 3 rangées de bancs en bois verni, à raison de 60 places par rangée, je les compte pour tromper mon envie de dormir. La galerie se trouve à 10-15 mètres au-dessus de la salle en contrebas. A droite de la salle je vois une espèce de cage avec des barreaux. 

Aucune émotion ne filtre sur le visage masqué de Stella Morris penchée sur son téléphone. Puis elle se lève et s’en va vers la rangée de gauche pour discuter avec Kristinn Hrafnsson. Alors l’homme black se réveille, enlève sa veste beige et s’en va.  John Shipton s’agite un peu. Moi aussi je commence à trouver le temps long : pourquoi Julian Assange n’est pas là? Pourquoi ne le montrent-ils pas ?

OU EST ASSANGE ?

Le procureur continue à gloser sur le « régime qui va être imposé à Assange ». Il souligne qu’aucune preuve n’a été donné que sa santé « psychiatrique » sera affecté. Les mots « mentally ill », « mental illness » (maladie mentale), «risk of suicide (risque de suicide » » sont martelés avec une sorte de délectation. On dirait qu’ils se réjouissent d’avance de la torture qu’ils feront subir à Assange et veulent nous faire partager leur jubilation perverse. La seule variation du discours est « l’isolement », l’enfermement qu’on fera subir à Assange et comme il est déjà habitué depuis des années, ce n’est pas trop grave si « on » continue à l’enfermer ailleurs après extradition.

Je commence à ressentir la nausée à l’écoute de ce discours pervers, je réfléchis aux techniques à employer m’extraire de son influence hypnotique tout en entendant suffisamment pour prendre des notes.

Brusquement, l’homme black revient et se rassied à sa place. Son absence a duré 15 minutes. John Shipton est toujours impassible sur son téléphone, mais Stella Morris est plongée dans l’étude de photos que lui montre sur son ordinateur l’Allemand au pull rouge.

Il est 11 heures 10. L’écran s’allume. J’y distingue un mur bleu, une chaise rouge et une table blanche. Je vois alors un homme s’asseoir devant la table sur la chaise. Je ne vois donc que la moitié de l’homme, de la taille à la tête mais aussi l’écran est coupé au milieu, ce qui fait que le côté gauche du corps de l’homme est coupé.

Il porte des cheveux blancs raide tirés en arrière, un espèce pull beige sans col comme celui que portait Christine Sands lors de notre conversation sur zoom le 11 septembre[4]. Avec autour du cou il a quelque chose qui ressemble à une cravate noire, un collier ou un chapelet. Pour finir, la moitié de son visage est mangé par un grand masque noir, ce qui empêche de reconnaitre ses traits, sa barbe, sa bouche.

Parfait covid pour cacher ce que nous ne devons pas voir !

A part la pâleur des cheveux et de sa peau, rien ne peut réellement me prouver que cet homme est Julian Assange, d’autant plus que je suis trop loin pour distinguer ses yeux.

Stella Morris interrompt son travail avec l’Allemand et se penche quand même un peu pour mieux voir l’écran. John Shipton quant à lui s’en moque et reste sur son téléphone. Les juges et les greffiers en contrebas, dans la salle se servent du thé.

Alors j’abandonne un moment le ronronnement du discours pseudo-juridique pour me concentrer sur l’études des lieux et celles des gestes de l’homme pour déterminer si c’est bien le Julian Assange que nous connaissons.

Derrière « Assange » se trouve une porte vitrée, on y voit du mouvement. Des gens passent et repassent, ils portent une tenue clairs, on dirait un couloir d’hôpital surchargé.

Le « Julian Assange » que je vois lève les yeux vers le haut, puis lève la main et se touche les yeux, le front… Son geste est gracieux, comme celui de l’homme que je connais de la Westminster, de la Woolwich Court et de la Old Bailey. Cela peut être le même homme.

Vers 11 heures 20 il a toujours ce même geste de regarder vers le haut. Voit-il quelque chose de notre salle ? Voit-il la galerie en hauteur ? Comment savoir comment la caméra est agencée ?

Son visage pale est rond, le masque glisse sous son menton, il a l’air moins mal qu’il y a un an. Il regarde attentivement ce qui se passe. Je vois ses mains fines et blanches, les manches de sa chemise sont à moitié retroussées. Mais pourquoi garde-t-il ce masque hideux ? Pourquoi la cravate , si c’est une cravate et pas un collier chapelet? Julian Assange n’a jamais porté de cravate et je sais, pour l’avoir vu enlever la chose avec impatience, qu’il a horreur des masques covidiens.

Il regarde encore vers le haut, puis en bas, tousse, s’essuie la bouche, se penche, mais toujours avec cet air détaché, un peu ironique en regardant le spectacle.

Parmi l’assistance de la galerie du public il n’y a que moi et l’homme black qui paraissons troublés par la présence de Julian Assange à l’écran. L’homme en effet n’est plus survolté, il écoute et regarde très attentivement, puis il met des lunettes. Ses gestes paraissent plus vifs que ceux des autres !

En effet, Christophe Deloire et Rebecca Vincent ne regardent pas Assange, je crois voir qu’ils sont assoupis. Vaughan Smith a l’air de s’ennuyer, quant à Hrafnsson, il est parti. L’Allemand au pull rouge sort avec son ordinateur, puis revient et se rassied à côté de Stella Morris. Ils travaillent ensemble sur un site sur lequel je distingue la sacro-sainte formule « donate » ! Donnez de l’argent !

Alors que des femmes en blouse blanche s’approchent de la porte vitrée qui se trouvent derrière Assange, les avocats dans la salle en contrebas regardent leurs mails et le procureur continue à marteler comme un mantra « Mr Assange’s mental health would deteriorate » (la santé de M. Assange va se détériorer), « suicide or not suicide » ? »  « risk of suiciding ». Pas un mot d’une activité politique d’Assange mais uniquement la psychiatrisation permanente, dont il faut se souvenir qu’elle fut choisie comme stratégie par ses « avocats ».

C’est assez dur d’entendre à CHAQUE phrase les mots « suicide », « va se suicider » avec toujours cette argumentation sans aucune issue possible : s’il est intelligent il va déjouer tous les dispositifs anti-suicide, et donc on peut l’extrader sans crainte pour le faire mourir à petit feu. Et s’il est bête, alors il va se suicider car il ne tiendra pas. Dans tous les cas, il meure, mettez vous ça bien dans la tête !

Comment les faire tous sortir de ce délire pervers, de leur hypnose qui vaut la manipulation covidienne dans laquelle le monde a été plongé par la caste dominante depuis 2 ans bientôt ?

A 11h30 John Shipton sort. Stella Morris finit de travailler avec l’Allemand, regarde de temps en temps en bas, se replonge dans son discours qu’elle modifie quelque peu, puis revient à son téléphone.

Je vois à un moment donné Julian Assange passer sa main dans ses cheveux, je reconnais ses gestes familiers. Puis il se penche à droite et donc je ne vois que son visage, les yeux et le masque. Il parait plus las. Alors il met sa main sur sa main droite sur sa joue et soutient ainsi sa tête. Au moins je peux voir son bras long et fin, son geste délicat. Son visage reste penché mais ses yeux s’évadent vers les hauteurs.

Je fais de grands efforts pour mieux voir, mais hélas je me trouve à au moins 20 mètres de l’écran… Je n’ose pas trop me lever, car je sens que la femme assise derrière moi me surveille. Elle tape quelque chose à l’ordinateur. Je jette un coup d’œil néanmoins pour m’assurer que ce n’est pas Jennifer Robinson. En effet, celle -ci a disparu de la séance d’aujourd’hui.

Il est 11h40 quand l’homme black se lève, fait un geste de « pouce levé » à Stella Moris et s’en va. Il ne reviendra pas. Celle-ci le suit peu après.

Julian Assange se lève, je crois qu’il va partir, mais non, il s’assied à nouveau. Personne ne le regarde d’ailleurs sauf moi. Fitzgerald est en train de donner des documents au procureur. Un jeune homme aux cheveux noirs entre et s’assied à ma droite (il y a donc des places et les gardes chiourme peuvent faire entrer des spectateurs !). Stella Moris revient à sa place à 11h55, John Shipton peu après aussi.

Stella Moris continue de bouger, elle va vers Vaughan Smith, son acolyte allemand change de place, me bouche la vue et je dois glisser à droite sur banc pour voir Julian Assange. Elle regarde les photos, ne regarde pas Assange, puis se replonge dans la lecture. Puis elle tousse fortement dans son masque, comme une asthme. Elle doit sortir, puis revient à nouveau et ressort à 12h05.

Des gens défilent toujours dans la porte vitrée derrière Assange. Où qu’il soit, le lieu a l’air d’être une grande collectivité pleine de monde. Une collectivité… psychiatrique ?

Il n’est question que de psychiatrie dans le discours du procureur, de son avocats et de son juge. Comme sa « capacité à résister au suicide existe toujours », on peut l’extrader. Est-ce qu’un « mental ill » (malade mental) se suicide automatiquement ? Vaste question Monsieur ! Et la seule d’ailleurs posée dans ces lieux… Ces juges, avocats et procureurs oublient juste que dans la Loi on ne juge pas un malade mental, on le libère pour le soigner !

Rien qu’à les entendre gloser ainsi, c’est une vrai torture psychologique.

Je le vois toujours la paume dans sa joue, scrutant mélancoliquement l’écran (nous ?). Il a les yeux enfoncés dans les orbites. Puis il est 12h20. Je le vois se lever d’un air décidé comme s’il en avait assez de voir le spectacle. Il s’efface par une porte restée cachée. A nouveau la salle au murs bleus, au siège vermillon et à la table basse blanche, comme une salle d’attente d’une clinique est vide. Elle le restera.

Mais moi je m’attends à ce qu’il revienne, même si je me dis que ce sera bientôt la pause midi. Je dois aller aux toilettes et quand je reviens à 12h25 il n’est toujours pas là. Personne ne fait de commentaires, chacun vaque à ses occupations. Deloire n’est plus là. Shipton correspond avec Sevim Dagdelen sur Whatsup qui lui raconte que c’est compliqué de venir de Berlin. Stella Morris revient aussi à 12h25 avec Hrafnsson et ils reprennent leur place sans commentaires. On dirait qu’Assange décide peut décider du moment quand il peut apparaitre et quand il peut partir, ou plus exactement on dirait qu’il doit aller manger à heure fixe comme à l’hôpital et donc il s’éclipse du spectacle morbide qui continue sans lui : « deterioration of mental health, suicide, medical evidence non constitued »…  (détérioration de sa santé mentale, suicide, la preuve médical non constitué…)

Encore une fois nous avons droit à une présentation des dispositifs anti-suicide qu’Assange va habilement déjouer pour se suicider puis l’avocat, le procureur et le juge dans le même élan soulignent  la « détermination d’Assange à mourir »… Répétition sans fin de la même torture qui fait penser à ce que le criminel Klaus Barbie la main sur le coeur disait de Jean Moulin dans son fameux « testament » de 1989 publié par son avocat Jacques Vergès, pour convaincre les Français que ce n’est pas lui qui aurait ni torturé ni tué Jean Moulin: « Il est un récidiviste des tentatives de suicide »[5]J’ai l’impression qu’on veut nous faire avaler ici l’ignoble manipulation des nazis qui ont maquillé depuis 80 ans l’assassinat des Résistants français Jean Moulin et Berthy Albrecht en 1943 en un si évident suicide…

Pour ne pas entrer dans leur torture mentale, je note d’une main tout en pensant à autre chose.

Tiens, pendant mon incursion aux toilettes au premier étage j’ai vu que les couloirs de la vénérable institution sont très différents à midi de ce qu’on a vu à 9 heures… Il y a de vrais gardiens en uniformes qui escortent de vrais justiciables, des juges et des avocats en robes qui discutent entre eux, des gens qui s’affairent partout, le personnel des cours, les familles, le public… Je réfléchis qu’on se trouve dans cette salle loin de là ou les vrais affaires se passent, on est isolé. D’ailleurs, c’est anormal que ce couloir à la galerie au deuxième étage est fermée, puisque le public accède librement aux autres salles. Et puis ou sont passé les 30 personnes qui attendaient le matin ? Ils sont tous partis, je ne vois que les protagonistes du show médiatique !

Enfin, c’est fini, il est presque 13 heures. Tout le monde se lève dans la salle en bas et l’employée indienne nous somme de sortir. Je suis tellement épuisée que je n’ai pas envie de m’éterniser. J’ai le pressentiment qu’Assange ne réapparaitra pas et que je n’ai pas besoin de revenir l’après-midi. Mon ressenti s’avèrera juste.

Je descends l’escalier de pierre vers la galerie du premier étage, puis je traverse derrière d’autre personnes la grande salle à la nef néogothique. Les agents de sécurité nous indiquent la grande porte voûtée par laquelle nous allons sortir sous les yeux des centaines d’appareils photos et des puissantes caméra des dizaines de médias rassemblées en meute devant les grilles. Une grande sortie très storytelling devant la foule de manifestants, exactement comme celles qu’Assange avait effectuées en 2011 et 2012…

Juste avant de regagner la porte, je croise Georgina qui me précède. Elle me reconnait et m’engueule avec son accent pointu d’Oxford « Pourquoi tu m’as parlé ?» Elle a le visage mauvais, mais j’ai l’impression que c’est une pose. Est-ce la lassitude, je fais profil bas : « Ne m’en veux pas, j’étais désespérée ». Elle me regarde d’un air sévère : « Tu t’imagines que j’ai une quelconque influence sur ce qui se passe ici » et elle secoue la tête. Pour moi son attitude est un aveu. « Dis-moi est-ce que c’était bien Assange. On pouvait difficilement le reconnaitre ».

Elle hoche la tête « Definitly, c’était lui ».

Et on sort par la grande porte, aveuglées par le soleil. Derrière elle et derrière Rebecca Vincent, ma sortie est photographiée. J’ai l’impression de faire partie du film. Je prends moi-même une photo de notre sortie en fanfare.

Sortie en fanfare médiatique derrière Georgina, Rebecca Vincent etc..

Je rentre dans ma chambre me reposer. Aurais-je la force de ressortir pour 14 heures ?

Après un rapide repas et un bref débriefing, je m’aperçois que je n’ai pas le courage de courir pour être avant les officiels du show Assange, passer les portiques de sécurité, les portes en bois, les grilles en fer des escaliers néogothiques… Je suis seule, mes forces sont limitées. Je réussis à revenir devant la grille principale vers 15 heures.

La fête bat son plein : les ridicules rubans jaunes qui décorent la grilles claquent au vent et encadrent la grande banderole « No extradition journalism is not a crime » ! (le journalisme n’est pas un crime. Il faut encore le préciser ?), un concert de musique irlandaise a lieu sur l’estrade plantée devant la porte, sous un barnum on vend des trucs à l’effigie d’Assange, de Wikileaks et du journalisme… A propos de pseudo-journalisme, une centaine de photographes, caméramen, plumitifs divers, dont le matériel sophistiqué et coûteux est inversement proportionnel à leur curiosité professionnelle, tuent le temps à écoutant le concert, avant le pouvoir mitrailler de photos la pauvre Stella Moris qui va leur délivrer telle une pythie de foire le discours insipide qu’elle a appris par coeur ce matin en s’ennuyant dans notre galerie.

 Je n’en peux plus de ce folklore burlesque qui contraste tant avec la violence que j’ai vécue derrière les murs ce matin et que personne sauf moi ne vas évoquer.

Pour entrer à nouveau, je devrais me heurter à Rebecca Vincent, à Deloire, à Shipton, à la stagiaire indienne revêche, aux prolos en uniforme d’agents de sécurité pétris de leur importance factice… Je déclare forfait ce soir. D’ailleurs dans moins de 2 heures ce sera fini et j’ai la quasi-certitude qu’Assange ne reparaitra pas. Je ne me trompe pas.

Alors je retourne vers mon rapport et le soir je rencontre des amis militants dont le parti marxiste a organisé un débat sur Assange dans une salle un peu au nord de la London School of Economics. J’arrive un peu après le débat, je les cherche dans les restaurants asiatiques du quartiers tous plein, puis je les rejoins dans un grand pub très anglais aux grandes tables en bois et énormes pintes de bière. Le lieu est plein de jeunes, ils hurlent littéralement leurs joie d’être ensemble après des mois d’oppression covidienne, dans le brouhaha général on ne s’entend plus parler ! Mais moi je suis heureuse d’entendre ce bruit tonitruant de la vie et de la joie qui contraste tant avec le linceul de la destruction de toute convivialité spontanée en France. Je revis, je reviens vers 2019, vers la vie normale, même si je sais qu’elle ne sera plus comme avant car trop de crime ont été commis depuis par le régime.

Mes amis me rassurent d’ailleurs sur la situation britannique : pour elles le peuple a montré sa résistance au régime et le gouvernement de Johnson s’appuie sur les manifestations contre la dictature covidienne pour sortir de l’impasse. Je n’ai pas à craindre de contrôle de la quarantaine, je peux simplement ignorer les SMS menaçants reçus du National Health System, la Sécurité Sociale, me sommant de faire mes tests PCR. Ces SMS sont aussi peu légaux que les appels de la CPAM ordonnant aux Français de se constituer en « cas contact covid ». Il vaut mieux ne pas répondre au téléphone masqué ou numéro inconnu mais nul n’a l’obligation de posséder un téléphone ni de répondre à des appels. Vous voulez me joindre ? Envoyez-moi un courrier recommandé avec votre convocation Madame.

Le reste de notre conversation porte sur la géopolitique mais aussi sur les affaires de pédocriminalité des élites corrompues pour laquelle il existe des témoins et des victimes en Angleterre comme en France, et l’affaire Epstein Maxwell le montre amplement, mais il faut  encore lutter afin que des témoignages direct puissent faire tomber les pervers puissants.

En rentrant je suis témoin d’une scène qui me montre à quel point le cerveau des Français de classe moyenne a été lavé par la propagande covidienne de Macron.

J’ai déjà remarqué que dans la joyeuse ambiance de ce quartier de théâtres et de spectacles, les Français sont les seuls à porter des masques, on finit par les reconnaitre à l’aide de cet accessoire covidien. Ainsi je me retrouve à un moment donné dans l’ascenseur qui remonte les voyageurs de la profonde station Covent Garden à l’air libre sur la place. Il y a plusieurs familles avec enfants, car ce sont les vacances scolaires et les théâtres affichent de nombreux spectacles pour enfants. Dans l’ascenseur, une famille d’Anglais venus de province, tous souriants et détendus, dialoguent avec leur petite troupe d’enfants qui crient et rient. A côté d’eux et de moi, un couple avec deux enfants de 5-7 masqués, silencieux et renfrognés : des Français. Brusquement, une petite fille s’échappe avant que l’ascenseur ne démarre et entreprend de remonter l’escalier à pieds.

D’après ce que je comprends, elle le fait par défi sportif ou jeu, mais sa mère lui courre après en l’appelant, sans toutefois lui faire de reproche. Tout le monde rit dans l’ascenseur. Tout le monde, sauf la famille française qui affiche un air terrifié comme si le covid aller sortir tel un diable du corps de la jeune exubérante.

Ni elle ni aucun Anglais ne porte de masque, moi non plus. Le petit Français de 7 ans se met à rire aussi et veut faire part de sa joie à sa mère, mais celle-ci lui tire le bras et lui ordonne d’une voix sans réplique « mets ton masque !!! ». L’enfant se tait et remet sa muselière terrorisé. Voilà l’exemple de gens stupides qui ont tellement intériorisé une oppression grotesque que même très loin de la source de l’oppression, ils n’arrivent pas à être libres et à supporter la liberté des autres. Et surtout, ils sont prêts à détruire la liberté et la joie de vivre de leurs propres enfants… Quelle misère !

Pour clore le chapitre covid, dans le joli foyer de mon hôtel, meublé avec goût et dont l’ambiance en soirée est celle d’un club d’étudiants et d’intellectuels de gauche (les affiches et les photos des années 40-50 sur les murs expliquent que ce fut le premier club de la communauté indienne et que s’y réunissaient les militants historiques pour l’indépendance) je fais la connaissance de mon voisin de chambre, un jeune black originaire de Manchester.

Animation dans le foyer de mon hostel le jeudi soir. Terminé le covid!

 Il vient à Londres pour un entretien d’embauche et nous discutons donc de la situation économique et politique de nos pays. Il est impressionné que je sois venue pour Assange, me parle avec respect de la lutte des Gilets Jaunes, et m’assure que pour lui aussi, comme pour tant de gens, le covid est une invention de la bourgeoisie néolibérale pour encore plus opprimer et spolier le peuple de ses ressources et de sa liberté ! Mais l’arnaque des labos est cousue de fil blanc et le peuple ne se laissera pas faire ! Il ne faut surtout pas avoir peur de la quarantaine qui est illégale !

C’est toute revigorée par ses paroles que j’entame une bonne nuit pour être prête avant l’aube à livrer la bataille du deuxième jour.,


[1] St Clement Danes – Wikipedia

Croix sur le mur arrière de l’Eglise St Clement Danes à la mémoire des aviateurs de la RAF et alliés qui ont sauvé Londres du péril nazi

[2] Noémie Bonnafous | LinkedIn

Noémie Bonnafous (facebook.com)

[3]

Programme du Forum Social de Londres 13-17 novembre 2004
John Rees de Repect organisateur des meetings principaux du FSE de Londres

[4] « Christine Ann Sands » ou « General Sands » est le pseudonyme d’une personne ou d’un groupe de personne qui possèdent les noms de domaines des sites internet au nom de Julian Assange dont celui de DOCUMENTARY – Julian Assange: 2010-2022 (julianpaulassange.com) et celui de CIA MKUltra – The True Story of Julian Assange

Ce « General » publie des quantités d’informations sur Julian Assange en affirmant que celui-ci en tant que personne est un otage de la « mafia Rotschild Mounbatten Windsor » tout en étant un « agent du MI6 et de la CIA ». Elle dit aussi diriger un « documentaire » sur Julian Assange et publie des informations sur les « élites » mondialistes, les crimes des services secrets anglo-américains, la problématique de la pédo-criminalité et du satanisme dans les « élites ».

Wikijustice a alerté les autorités et le publics sur son existence dans notre 15ème demande de Libération et sur sa situation probable d’otage, plus exactement comme il (ou elle, le genre de la personne n’étant pas clair) le dit lui même « un orphelin volé », (Stolen orphan) sans identité.

15ème demande de libération de Julian Assange déposée par Wikijustice, page 24, au au sujet de www.julianpaulassange.com alias General Sands ou Christine Ann Sands
15 demande de libération, page 25
15ème demande de libération de Julian Assange, page 26

General Sands possède aussi l’adresse mail julian@julianassange.com

Par ailleurs, mon dialogue avec cette personne est cordial, constructif et amical.

[5] Etablir une bibliographie de la Résistance est une affaire complexe. Ici je ne recommanderais que les livres qui m’ont le plus aidé à comprendre la situation et à … tenir psychologiquement la dure année de la guerre covidienne de 2020-2021

Daniel Cordier, « La République des Catacombes », tomes 1 et 2, Folio histoire 2011

Michel Cailliau Charette, « Histoire du Mouvement de Résistance des Pirsonniers de Guerre et Déportés ou d’un vrai mouvement de Résistance, 1941-45 », 1987

Histoire du M.R.P.G.D. ou d’un vrai mouvement de Résistance, 1941-1945 – ebook (ePub) – Michel Cailliau Charette – Achat ebook | fnac

Mireille Albrecht, « Berthy », Robert Laffont, 1986

Berty la grande figure féminine de la Résistance – Mireille Albrecht – Achat Livre | fnac

Pascal Convert, « Daniel Cordier, son secrétariat, ses radios », Librinova, 2021

Daniel Cordier, son secrétariat, ses radios – Pascal Convert (librinova.com)

l’excellent blogueur de Cluny

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (1) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Berty Albrecht : le sacrifice du matin(2) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (3) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (4) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (5) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (6) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (7) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (8) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (9) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (10) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (11) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (12) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (13) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (14) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (15) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (16) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (17) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (18) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (19) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (20) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (21) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (22) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (23) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

les Cagoulards après la guerre

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (24) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (25) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (27) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (28) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com) -infos tres intéressantes sur qui est Mitterrand les Gouze

Berty Albrecht : le sacrifice du matin (29) – Cluny – histoires d’Histoire (cluny-histoiresdhistoire.com)

Gérard Chauvy, « Aubrac Lyon 1943 » – publié en 1997 par Robert Laffont, le livre a finalement été interdit suite aux procès en diffamation de 1998 à 2004 que Raymond Aubrac a intenté à l’auteur et à l’éditeur après que Barbie ait affirmé dans un texte donné à son avocat Jacques Vergès que Raymond Aubrac, Résistant que le gestapiste en chef de Lyon a torturé lui même, eut été un « agent » à leur solde. Sans cautionner les accusations perverses de Barbie, on ne peut comprendre la situation de la Résistance et le nazisme en France si on s’interdit de lire ce que Barbie a écrit dans son texte à Vergès avant sa mort, alors que la seule et unique instruction sur la mort de Jean Moulin venait enfin d’être ouverte en septembre 1987. L’instruction a été si lente que 5 ans plus tard le juge n’avait réalisé qu’une seule audition de Barbie quand celui ci décède en décembre 1991. Le livre de Gérard Chauvy est le seule à avoir eu le courage de publier, avec une critique, le texte final du nazi Barbie.

Aubrac – Lyon 1943 de Gérard Chauvy – Livre – Decitre

Le 28 octobre 2021 au « Musée National de la Justice »

Je me lève encore très tôt et à 5 heures je suis en face de la grille des Royal Courts of Justice. Il n’y a personne, pas même le vieil Eric et c’est mauvais signe. Bien sûr, le deuxième jour il y a toujours moins de monde que pour le lancement médiatique, mais lorsque les « initiés » ne se déplacent pas, c’est souvent parce qu’ils savent qu’Assange ne sera pas là.

Mais moi je ne suis pas initiée, je suis une citoyenne normale et je n’ai pas d’autre choix que devoir vérifier si Assange sera présent. Vers 7 heures le commando de Russia Today se pointe avec ses puissantes caméras, ses trépieds, ses sièges avec le même grand garçon roux, vêtu de sa veste en cuir verte, écharpe assortie, pantalon beige et chaussures de montagnes neuves. Il a une vraie dégaine d’Allemand, il n’a rien d’un Russe.

Peu après c’est Fidel Narvaez qui me salue et me demande si je suis la première… Oui ! Il me propose aimablement de m’apporter un café alors que les établissements en face sont déjà ouverts. Ce n’est pas de refus car j’ai très froid. Il m’apporte la boisson, refuse ma monnaie et reste comme ça debout à côté de moi sans me parler. Peu après arrive le jeune rouquin, mi étudiant mi « titouchka »(garde-place en ukrainien) qui gardait la veille la place pour le Suisse Daniel Reiser. L’ambiance est plus détendue qu’hier, nous échangeons nos impressions sur le discours soporifique du procureur.

Jamie et le jeune chauffe-place

Il fait jour, la rue s’anime, les gens se dépêchent se retrouver leur travail, à la City, dans les Université, les cabinets d’avocats du Inner Temple tout proche. A 8 heures c’est Greekemmy qui arrive et bientôt toute sa bande. Elle salue Fidel et me salue aussi. Elle est reposée et souriante, bien coiffée, elle règne sur son petit monde. Je dois avoir l’air épuisée car elle me demande ironiquement si j’ai fait bon voyage de France, allusion non voilée aux obstacles covidiens que le régime jette sur ma route et dont elle est bien sûr consciente. « Excellent » -je réponds crânement « Si tu es vacciné il n’y a pas de problème » !

Jamie emboite le pas à Greekemmy pour se moquer de moi, de ma course folle de la veille pour trouver la salle 4. Je coupe court « Quand on est debout pendant 5 heures on finit par avoir besoin de toilettes ». La bande Greekemmy se met un peu à l’écart pour discuter laissant Jamie faire le guet allongé par terre entre les pancartes à coté du jeune rouquin.

les amis de Greekemmy

La jeune fille au cheveux blonds décolorés et rouge à lèvre vermillon porte aujourd’hui un pantalon serré à petits carreaux. Daniel Reiser avec son écharpe orange vient discuter avec Fidel et puis se sont les Allemands qui se rassemblent, le rouquin barbu, le grand chauve et la femme brune à la cigarette. Peu après je reconnais Angela Richter. Mais ni Christophe Deloire ni Noémie Bonnafous ne seront là. Je l’avais croisé hier dans mon hôtel et elle m’avait dit son intention de rentrer en France.

Il y a toujours beaucoup d’Allemands et aussi des Suisses dans l’affaire Assange. En réalité aucun Anglais et pas davantage d’Américains.

L’armada de journaliste est bien en place, je reconnais la jeune fille blonde à la chemise blanche qui était du Center for Investigative Journalism et avait fermement resquillé dans la queue le 6 janvier devant la Westminster Court. Les amis de Greekemmy installent aussi une tribune entourée de barrières vertes et une des porte du tribunal est bloquée avec des hauts parleurs. Aucun tribunal n’accepterait un tel geste et c’est encore un indice pour moi que ceci n’est pas un tribunal.

Et voilà que le spectacle commence de bon matin car un vrai/faux avocat en robe et col blanc apparait tenant par le guidon une espèce de bicyclette de cirque, en fait un tricyle muni d’un chariot transportant des éléments de décor : pancartes, parapluie blanc, panneaux en cartons peints….Ils sont bientôt quelques-uns à rire en installant la mise en scène avec matériel de sonorisation, micro, baffles…Une femme et un homme transportent des valises, un carton avec des dessins ou des plans, puis un attroupement de forme derrière moi, des gens en costumes et tailleurs, avec des sacs à dos des valises, un carton avec des dossiers… Ils discutent et plaisantent entre eux.

Faux avocat avec tricyle

Qui sont les vrais et qui sont les faux avocats devant cette grille des « Royal Courts of Justice » ? Ils se mélangent et se confondent. Comme dans le covid, dans la comédie « Assange » tout est fait pour qu’on ne puisse distinguer la réalité des accessoires de théâtre. Peut être que tout est faux d’ailleurs.

faux et vrais avocats ensemble
lequel est vrai lequel est faux?
Daniel Reiser à gauche faux avocat derrière lui

A 9 heures pile on entre, un agent de sécurité âgé qui ouvre la grille. Tous ceux qui travaillent dans la grande salle voûtée néogothique sont des gentils retraités. Après coup, j’ai compris pourquoi.

Mon chemin est rodé, je passe le portique, je fonce aux toilettes, puis la salle 4 au fond du couloir au décor kitsch moyennâgeux. Je retrouve Fidel Narvaez et le jeune rouquin devant la porte grillagée des « oubliettes », le sombre escalier de pierre qui mène à la galerie du public. On y passera encore une et demie ! Pendant ce temps, tout est désert, aucun salarié du tribunal en vue. J’en profite pour prendre quelques photos discrètes. Les Allemands se sont eux assis tranquillement sur un des bancs du couloir, ils savent qu’ils n’auront pas de soucis pour entrer tellement leur présence est naturel dans le « procès Wikileaks », je le sais depuis la Woolwich court en février 2020, mais personne n’a jamais expliqué pourquoi et qui sont ils exactement.

l’observatrice allemande n’a pas besoin de faire la queue. Elle sait qu’elle pourra entrer et attend tranquillement assise devant la salle 4

Ce n’est qu’à 10 heures qu’apparait la jeune fille en robe noir qui porte un badge « Her Majesty Court and Tribunal Service » et qui m’a chassée la veille. Son visage très jeune, presque adolescent aurait pu être avenant, mais je ne me souviens que trop bien de son agressivité d’hier. C’est déroutant car les employés d’un tribunal doivent être neutres dans chaque affaire. Elle boit de l’eau en attendant les agents de sécurité. Les deux hommes arrivent à 10 heures 30 et ce sont les deux agressifs d’hier. Et ils font la même chose qu’hier : ils se mettent devant nous devant la porte et nous poussent ! Plus exactement ils ME poussent pour me forcer à laisser la place aux autres qui sont derrière moi ! Ils joignent la parole au geste agressif et me crient « Pas toi, tu ne rentres pas ! You don’t enter » !

Une violence déroutante et déstabilisante, puisque je suis parfaitement polie et pacifique. Le second derrière moi est Narvaez. Ils lui demandent : « ou est la famille ». ? Et voilà illico que surgissent Shipton, puis Hrafnsson et Vaughan Smith, ils s’engouffrent dans la brèche que leur ouvrent les deux malabars et montent l’escalier. J’assiste impuissante au spectacle. C’est si humiliant d’être traitée de la sorte après avoir faits tous ces efforts. Je proteste. Je crie qu’ils pratiquent la discrimination, que c’est illégal, je représente une association des droits de l’homme, la justice est publique. On n’a pas le droit de la cacher aux associations de défense des droits de l’homme, je suis manifestement la première arrivée, ils me voient la première dans la queue, je suis là depuis 5 heures du matin. Je saisis mes documents de Wikijustice, je les leur mets sous le nez…

Je fut interdite de franchir cette grille menant à la galerie du public le 28 octobre 2021

Pendant que je téléphone à la présidente de Wikijustice qui est témoin par haut-parleur interposé de la discrimination dont nous sommes victimes, les agents de sécurité font entrer les Allemands et le jeune rouquin mais refoulent le couple d’Asiatiques présents la veille. Bientôt je reste seule avec eux en face de la jeune employée qui devient agressive alors que je perds patience. Elle continue de rabâcher « seulement la famille et les amis ».

Je m’emporte « Les Allemands aussi sont les amis d’Assange ? Allons donc, quelle foutaise ! Pourquoi me discriminez-vous moi ? Qui a donné l’ordre ? Ce tribunal est un théâtre et cette audience est un faux » !

La fille perd aussi contenance au bout de longues minutes de tension face à moi. Arrive alors un agent de sécurité âgé,  comme ceux qui officient dans la grande salle à l’entrée. Lui porte le badge de « Her Majesty Court Security » . Le HMCTS est une « agence exécutive »[1] « sponsorisée par le ministère de la justice » – dois-je en déduire que c’est une agence privée exécutant un service public ?

Salle 4 du pseudo procès

 Le « Her Majesty Court Security » a l’air d’être une autre agence uniquement dédié à la sécurité. J’espère négocier avec lui, mais peine perdue. Lui aussi me barre la porte, me refuse l’entrée et pour toute réponse à ma question pourquoi répète le mantra « seulement la famille et les amis ». Je proteste avec les mêmes arguments et j’annonce que je porte plainte pour discrimination. D’ailleurs j’ai le droit de savoir qui il est puisqu’il représente le service public. Pour toute réponse il met sa main sur son badge pour que je ne puisse pas voir son nom mais accepte que je vois son numéro, que je note. En réponse à mon annonce de porter plainte il répond froidement « Do what you have to do » «(Faites ce que vous avez à faire »).

Interdite d’entrée, je me trouve dans la cage d’escalier, en face de la grille menant à la galerie du public à côté de la salle 4
Assange aux mains de la confrérie windsorienne

Et comment ! Je suis très en colère, je reste encore un peu devant la porte, je discute avec les amis de Wikijustice. Mais au fond, après hier, je m’y attendais. Ils ne me laisseront plus voir Assange une deuxième fois. D’ailleurs, est ce qu’Assange est vraiment là ? Je peux essayer de regarder par la vitre de la salle 4, l’écran est un peu visible au loin et il semble qu’il est éteint.

Les Vraies cours de justice

Avec l’équipe de Wikijustice nous prenons la décision que je dois immédiatement déposer ma plainte à l’administration du tribunal, je me mets donc en quête d’un bureau de réclamation. Pour cela, je décide d’explorer la partie arrière du bâtiment historique. J’emprunte le couloir de fond, je longe un ensemble muséal avec des vitrines exposants des costumes historiques de juges et avocats, des panneaux expliquant la longue histoire du système judiciaire anglais, des biographies de personnalités célèbres ….

Je tourne à droite et je descends un escalier. Je me retrouve sous un porche, je sors du bâtiment néogothique pour me retrouver en face d’une entrée d’un immense bâtiment au style bunker des années 70, le « Queen’s building ».

Sortie du bâtiment ancien et entrée des vraies cours de justice, Queens Building
Les numéros des vraies salles d’audiences sont affichés dans les bâtiments modernes

Dans le hall d’entrée, je trouve un panneau avec un plan qui m’explique que 4 complexes modernes encadrent la vieille nef néogothique, le « Queen’s building » et le « West Green Building, » devant à gauche, le « Thomas More building »  au fond à gauche et « East building » à droite. Une galerie vaguement néogothique à l’air libre mène à gauche et à droite vers ces 4 bâtiments modernes. En fait, ce sont les VRAIES cours de justice, la salle principale d’apparat ne sert en réalité que très peu, ce jour là seul Assange et une obscure affaire lithuanienne se déroulent dans les « courtroom » autour de la grande nef, c’est pour cela qu’aucun personnel n’y travaille.

Plan des vraies cours de justice, non disponible sur internet,
Plan des vraies cours de justice situées dans la partie nord du complexe des Royal Courts of Justice

Ces bâtiments abritent donc de nombreux tribunaux « Criminal Division», « Family court and Family Division », « County court  of Central London», et des bureaux judiciaires « Judical office », « Senior Court costs office » , « Office of the judge advocate general »… Il y a aussi des bureaux, des cafétérias, des toilettes… Je n’aurais pas pu me rendre compte de la réalité du tribunal si je n’avais pas pris ce chemin pour visiter car le site des « Royal Courts of Justice » n’affiche pas ces plans et n’informe pas de tout cela.

espace menant du bâtiment néogothique ancien au bâtiment moderne du Thomas Moore building
Thomas Moore building les vraies cours de justice
Intérieur du Thomas Moore building
Encore un plan à l’intérieur du Thomas Moore Building
Hall d’entrée d’une vraie cour de justice

De plus, venant par la porte ancienne donnant sur la City, on ne voit pas que les entrées principales de ces cours de justice se situent derrière, à Carey Street. De plus, c’est dans ces bâtiments que se trouvent les vraies salles d’audience portant les numéro de 20 à 101, ces salles que j’avais remarqué à la lecture des panneaux d’affichages des audiences du jour dans la nef néogothique. Je me demandais où elles sont. Elles sont ici et l’ambiance en est très différente du sombre couloir dédié à Assange.

Dans le Queen’s building je prends l’ascenseur et je me promène dans les couloirs et les étages. Les salles d’audience sont grandes comme des amphi et bien éclairées, meublées de bois clair, je les vois par les grande portes vitrées qui ne sont pas du tout fermées et aucunement gardées par des cerbères en uniformes. Au contraire, tout citoyen peut entrer et assister à l’audience.

Porte d’une salle d’audience dans la vraie cour de justice du Queen’s building

J’observe une des audiences, les avocats et les juges sont presque tous des femmes, l’ambiance est studieuse et concentrée, très éloignée de cette tension théâtrale grotesque propre à l’affaire Assange. Les vastes couloirs sont recouverts d’une moquette grise, les panneaux vitrés exposent des informations diverses, la listes des affaires, des ouvrages de droit, des portes donnent sur des « consultation rooms » ou des groupes de personnes travaillent. C’est ici qu’on juge les vraies affaires, dans de vraies salles avec un vrai personnel. J’ai acquis la certitude, je sais que l’affaire Assange est un spectacle monté avec un personnel loué comme des comédiens et des figurants. La vraie vie est ici.

Je remarque un panneau « general office » et je descends au premier étage. C’est une petite salle d’attente devant un grand guichet qui cache des bureaux en « open space ». Loin d’être désert comme la salle néogothique, le tribunal en fonction abrite de nombreuses jeunes employées (sans aucun masque). J’attends que le couple qui me précède ait fini son entretien avec l’hôtesse d’accueil et je lui expose mon problème : une association des droits de l’homme a été refusé d’entrée dans une galerie du public d’une salle d’audience par la sécurité. Ou se trouve les secrétariat pour faire une réclamation ? Je montre le procès en question sur le site internet avec mon téléphone.

Affichage dans les bureaux des cours de justice en fonction

L’employée prend mon problème au sérieux et appelle une jeune manager qui m’écoute aimablement. Je remarque également que dans la partie « travail » du tribunal on ne porte pas de masque alors que dans la « partie mise en scène Assange » tout le monde le met…Elle me conseille d’aller à la Cour administrative dans le East Block car mon audience dépend de cette juridiction, ici c’est le tribunal familial. Elle ne peut pas m’aider ici mais c’est tout à fait mon droit de porter plainte contre ce refus.

Affichage dans les vraies cours de justice

Je ressors du Queen’s building, je retraverse le couloir néogothique, je ressors de l’autre côté et je rentre dans le East Building, je commence à comprendre comment ça marche. Au deuxième étage un couloir bien éclairée mène à une porte vitrée sur laquelle est inscrit « administrative court office », derrière elle s’alignent des portes de bureaux. Mais la porte vitrée est fermée et il faut un badge électronique pour y accéder. Un homme arrive et pointe son badge pour entrer. Je lui demande comment faire pour aller au secrétariat du tribunal administratif. Il me répond que c’est impossible à cause du covid, le public n’y est pas admis. Alors je fais comment pour correspondre avec le tribunal ? Il ne me répond pas. Je reviens vers l’escalier du bâtiment, me plonge dans la lecture des documents affichés derrière une vitre.

Il y a un mail « crimex » auquel on doit envoyer les « extradition appeal ». Je trouve aussi un mail «general office » du « administrative court office », avec un numéro de téléphone. Il n’est à aucun moment fait mention du covid comme raison de la fermeture du secrétariat. Encore un prétexte illégal qu’utilisent des managers covidiens pour ne pas travailler et ne pas recevoir le public comme en France ?

Panneau d’information dans le East Building

Je m’apprête à appeler à ce numéro mais d’abord je rends compte de mes démarches à Wikijustice. Excédée je dis au téléphone que le public est refusé dans le secrétariat du tribunal administratif. Un homme se dirige vers le couloir, passe à côté de moi et m’entend parler Français. Il a dû comprendre ce que je dis car il fait demi-tour et revient vers moi. Il me dit qu’il est juge, qu’effectivement « à cause du covid » les bureaux sont fermés, il faut écrire un mail ou déposer une lettre dans la « drop box », la boîte aux lettres à côté des vieux gardiens de la grande nef principale. Je le remercie pour son renseignement, je le sens gêné de voir des étrangers être témoins des dysfonctionnements du système judiciaire anglais. Au moins lui n’a pas envie de participer à la mascarade, d’ailleurs il ne s’embarrasse pas d’un masque.

Je note son propos mais je m’aperçois qu’il y a encore un troisième étage ou se trouve, selon les indications du plan à l’entrée, le « civil appeal office ». Pourquoi ne pas voir, puisque l’affaire Assange c’est la « Administrative Court Civid Division », la section civil du tribunal administratif. Je monte au troisième, je peux m’y promener dans les couloirs. Il n’y a pas de bureaux mais des salles d’audiences spacieuses occupées par des affaires en cours. Je croise des employés qui descendent en groupe prendre leur pause déjeuner et je lui pose ma question. Elle me répond que oui c’est à cause du covid que le public n’est plus reçu. Il faut déposer une lettre dans la fameuse drop box. Le Covid toujours le meilleur outil pour éloigner le citoyen de l’Etat, le rendre docile et obéissant, le décourager de réclamer

véritable entrée principale du tribunal, dans la ruelle Bell Yard
Carey Street on voit la jonction de l’immeuble néogothique et du East Building ou se trouve l’entrée centrale et la cour administrative

Alors, qu’est-ce que cette porte sous sa voûte néogothique imposante devant laquelle j’ai attendu deux matinées et où se déroule le show des autres ? Si l’entrée des tribunaux est ici, quelle est donc la grande nef de devant, si elle n’est pas un tribunal ? En réalité la vraie vie des tribunaux est derrière, entre le Bell Yard et la Carey Street, j’ai tout le loisir de photographier l’immense bâtiment en brique que cache la façade néogothique. En face dans l’impasse Bell Yard à l’angle de la Carey Street un immeuble ancien bien rénové abrite la « Law society », le barreau des avocats « sollicitor ». Il n’y a pas foule à l’heure du déjeuner, ces bureaux du cher centre-ville doivent surtout abriter des locaux de représentation.

Dans la ruelle Bell Yard, entrée vers le East Building pour les prestataires de services. La salle 4 se trouve au premier étage

Par contre, une intense animation exactement à l’endroit ou la salle 4 et sa verrière donnent sur l’impasse Bell Yard. J’observe le mur de briques et j’essaye de repérer les fenêtres qui pourraient correspondre aux coulisses de la salle 4 selon le plan du bâtiment. Il y a effectivement des fenêtres éclairées (même si la salle d’audience n’avait pas de fenêtres mais une verrière sur le plafond, au fond de la salle se trouvaient des portes par lesquelles entrent les juges, il y a donc bien des pièces, des bureaux un vestiaire des juges dont les fenêtre ne peuvent que donner sur le Bell Yard). En contrebas du 1 étage je surprends qu’on peut pratiquement sortir de la salle 4 par une entrée particulière et que devant cette entre est stationnée toute une armada de véhicule de locations, des camionnettes d’où des ouvriers sortent un matériel, des caméras, des faux murs et des panneaux en aggloméré… toute une panoplie de décor de cinéma ! On dirait un tournage de film !

Nombreuses camionnettes avec matériel de tournage en face de l’entrée de service du East Building. Le prpcoès d’Assange est il un tournage?

J’observe l’animation qui règne autour des coulisses de la mise en scène qui contraste fort avec le vide des bureaux des institutions de la justice. Le cinéma a tellement l’air plus important ici que la justice…Puis je continue sur le Bell Yard pour rejoindre la Fleet Street  et contourner les Royal Court of Justice pour revenir devant la porte ou j’ai passé la matinée.

Entrée de restaurant avec faux bus dans le Bell Yard
Plan du quartier, les Royal Courts of Justice et la jonction de Strand Street et de Fleet Street, « rue de la flotte » rappelle le rôle de la mer dans le système juridique anglais (maritine law) et le rôle du commerce maritime dans la richesse de la City of London Corporation

C’est exactement là, à l’angle sud-est des « Royals courts of justice » et du Bell Yard que commence la Fleet Street qui poursuit son chemin vers la City of London Corporation. A l’angle du Bell Yard et de la Fleet Street en face des cours se trouve le vieux siège de la Banque d’Angleterre « Old Bank of England » avec un restaurant luxueux sous les drapeaux britanniques qui décorent la façade. Et juste là au milieu de la rue tout près des tribunaux trône le monument[2] « Tempel Bar Memorial ».

Old Bank of England, ancien bâtiment de la Banque d’Angleterre
Jonction de Bell Yard et de Fleet Street, entre les Royal Courts of Justice et l »ancienne « Banque d’Angleterre »
Le Dragon gardien de la City dont il marque l’entrée, à la lisière de Westminster et de la City of London (Corporation), à la jonction de Strand Street et de Fleet Street, entre les tribunaux et la banque

La statue imposante d’un dragon en bronze garde ce qui était l’entrée de la City of London Corporatin et sépare la Cité de Westminster, la Cité des marchands de la Ville du Roi ou de la Reine. Ce dragon qui est l’emblème de la City et que les critiques ne manquent pas de désigner comme étant en réalité un symbole de Satan qui garde ici l’argent que les banquiers mondialistes ont volé à tous les peuples du monde. Ainsi le voit ma chère « General Sands » qui signe ces récits et ses sites dénonciateurs du « Mal » de la « City satanique » du nom de « Julian Paul Assange »[3].

Le dragon satanique de la City des banquiers selon « General Sands » aka « Christine Ann Sands » aka « Julian Paul Assangeé »
Le Dragon de la City sur Fleet Street, à droite les Royal Courts of Justice, entrée East Building, au fond l’Eglise de Saint Clément le Danois

Curieusement les « manifestants » pour Julian Paul Assange ont même reçu le droit de décorer la grille du bâtiment historiques des tribunaux avec une profusion de rubans jaunes criards comme autant de bannière visibles. Avant de rejoindre la porte par laquelle je suis entrée ce matin où la fête bat son plein avec faux avocats en perruques, musique irlandaise, meute de journalistes et foule de pancartes, je croise une petite entrée proche de la Old Bank of England. Je me renseigne sur comment entrer déposer ma lettre dans la drop box. L’agent de sécurité m’explique alors que la police a fermé la porte centrale à cause d’une manifestation, mais que je peux aller à la porte de gauche, qui est aussi utilisé « quand on fait un event de ce genre ». Il a bien parlé de « event », qui signifie plutôt manifestation culturelle, pièce de théâtre ou de cinéma qu’un protestation politique.

Grille du tribunal avec les curieux rubans jaunes que la police garde sans sourciller
« Event » devant la grille des Royal Courts of Justice
Le « Event » bat son plein

Je vois deux hommes en uniforme d’agent de la police métropolitaine postés derrière les grilles fermées ou j’ai attendu si longtemps en vain depuis 5 heures alors que les participants au « event Free Assange » écoutent la musique et discutent entre eux.

C’est ridicule. Je dépasse le show et je vois à gauche une entrée vers la cour qui traverse un pavillon de gardiens avec portiques de sécurité. Je traverse les portiques avec mes sacs, on ne me dit rien, puis je regagne la grande nef néogothique par une porte latérale. Je me retrouve sans problème devant la salle 4 gardée par un jeune agent de sécurité à la queue de cheval blonde que j’ai déjà vu à la Westminster Court – dans le procès Assange c’est toujours le même personnel, même si les lieux changent.

Devant la grille en fer devant l’escalier de pierre en colimaçon de ce matin, je croise l’homme aux longs cheveux blonds, le député irlandais Mick Wallace en conversation une femme corpulente en robe noire d’avocat. Ils arrivent devant la grille et le jeune à la queue de cheval la leur ouvre, puis il me barre l’entrée de son corps en déclarant « vous ne pouvez pas entrer à cause du covid ».

Bien sûr, le fameux covid qui m’empêche moi d’entrer mais pas les autres, ceux qui s’autoproclament famille de Julian Assange. Je n’insiste pas, je recule dans le couloir vers la porte vitrée de la salle 4. Je m’assure que Julian Assange n’est pas visible dans l’écran. Et là incroyable, je croise…. Un groupe de touristes ! Ce sont des gens qui effectuent une visite guidée ! Ils sont plutôt âgés et masqués, le guide leur explique l’histoire des lieux et montre même la salle comme on montrerait une attraction touristique de la capitale « c’est là qu’ils vont extrader Julian Assange » ! Pour lui c’est une anecdote une histoire à raconter à ses clients ! Je sors du couloir dans la grande nef et là je comprends ce que font des touristes ici : une large affiche indique « National Justice Museum» !

National Justice Museum – Musée de la Justice Nationale, (avec touristes en visite…) – les Royal Courts of Justice côté nef sont plutôt un musée qu’un tribunal en exercice. Les 18 salles autour de la nef sont vides et/ou… louées pour des tournage? En tout cas les vrais salles d’audiences se trouvent dans le Queens Building, le Tomas Moore Building et les autres bâtiments modernes situés à l’arrière du complexe.

Le procès d’Assange a lieu dans un musée!

Nous sommes dans un musée et pas un tribunal en exercice ! En fait cela explique pourquoi il ne s’y passe rien à part des « events », des manifestations organisées probablement avec locations de salle de décor de tribunal et d’accessoires. Après tout le musée à ce qu’il faut en costumes, robes et salles authentiques pouvant servir de lieu de décor crédible.

Cela explique aussi pourquoi les agents à l’entrée sont des vieux débonnaires qui contrastent avec la rigidité des véritables employées du tribunal. Dans des sociétés ultralibérales gardien de musée est plutôt un boulot d’appoint pour retraités alors que pour surveiller un tribunal avec des prévenus une formation, une carte professionnelle spécifique seront demandées. Cela explique aussi pourquoi on ne porte pas de masque dans les bâtiments neufs ou on lieu les vrais audiences alors que les gardiens de la partie musée et les employées du spectacle « Assange » le portent. Ce ne sont tous simplement pas les mêmes institutions, l’une ne peut pas exiger de masque de ses salariés, l’autre est du domaine du spectacle et dans ce domaine  le masque est imposé comme un accessoire du décor.

Cela dit, lorsque je viens vers la vieille dame qui garde la grande sortie dans la nef, celle-ci prend très au sérieux mon problème d’association de défense des droits de l’homme refusée devant une galerie du public et donc subissant une discrimination manifeste. Gravement elle me dit qu’elle m’amènera auprès du responsable. Je la suis dans une petite pièce tapissée de bois sombre à droite de la grande nef. Et qui je vois derrière un grand guichet ? Le vieil agent de sécurité qui m’avait barré l’entrée ce matin ! Celui là même qui était venu prêter main forte à la jeune pour m’exclure et avait refusé de donner son nom !

Cette fois il n’a pas de masque et son visage est placide. Il me dit Comme on se retrouve ! ». Je lui réponds « En effet, on se retrouve ! Je suis venue faire ma « complain » (plainte, réclamation) pour discrimination. Et hélas je suis obligée de la faire nommément et de désigner celui qui m’a discriminé…. Vous ! »

Il ne parait pas surpris, ni méprisant. On dirait qu’il est même soulagée que je le fasse. « Faites faites ce que vous devez faire. Ce n’est pas moi qui vous ai refusé l’entrée mais le responsable de la upper public gallery » (la galerie haute) ». Il continue : « il y a aussi la « lower public gallery » qui est à l’intérieur de la salle 4 ». ( la salle basse, là ou se trouvait Georgina et Joseph Farell, toujours au plus près de Julian Assange).

Il m’écrit une adresse postale, un mail. « Voilà ou vous ferez parvenir votre plainte ». Je regarde ce qu’il écrit, je le regarde. « Est-ce le juge qui décide de qui peut voir l’audience » ?

« Non, ce n’est pas le juge qui a décidé de cela. C’est le responsable de la galerie », répond le gardien du musée sans toutefois me donner le nom du ou de la responsable qui a décidé de mon exclusion. Porter plainte devient impératif puisque j’ai même les encouragements des employés de ce lieu, tout comme les salariés de la Old Bailey avait protesté que eux gardent des vrais criminels et leur travail n’est pas du storytelling !

Il est midi passé, bientôt la « famille et les amis » de Julian Assange vont sortir, je mes précède en revenant par la porte gauche, sous la voûte néogothique qui mène à la cour intérieur en face des Queens building et West Green Building. Une escouade de policiers en uniformes flambant neuf encercle le trottoir, on entend la musique à fond, les voix psalmodiant « Free Free Julian Assssaaaaange !!! » font écho au rythme régulier, quasi hypnotique des pancartes agitées. La claque est là.

Journalistes enregistrant le show en face des Royal Courts of Justice
Le show à midi

La première que je vois sortir derrière moi est Georgina qui me sourit d’un air ironique, masque baissé.

Georgina quitte les lieux

Puis c’est Stella Morris, le visage caché par un épais masque FFP2, vêtue d’une veste et d’une écharpe rouge bordeaux, d’une jupe noire, collants noirs et chaussures à talons rouges (le vert pour le premier jour, le rouge pour le deuxième les couleurs des prêtresses de cérémonies de la « cour », Jennifer Robinson à la Woolwich et Stella Morris à la Old Bailey et ici sont flagrantes et sûrement symboliques).

Stella Morris et Kristinn Hrafnsson

A ses cotés marche Kristin Hrafnsson, jean, veste et pull bleus, fumant une pipe et portant des lunettes. Rebecca Vincent en robe légère bleue foncée, veste noire et bottines à talons les suit avec sa « sœur », la petite blonde d’hier en costume noir.

Rebecca Vincent et son staff

Joseph Farell en pantalon rouge sort avec le jeune Arabe qui représentait Amnesty international, puis ce sont le jeune rouquin à côté de Daniel Reiser le Suisse et son écharpe orange.

Joseph Farell et le représentant de Amnesty International
Daniel Reiser et son collègue
Mick Wallace et sa collaboratrice

Ensuite, je vois Mick Wallace avec une femme rousse et enfin les deux Allemands qui n’ont pas besoin de faire la queue. Celle qui semble être leur supérieur hiérarchique, l’Allemande brune au cheveux courts et look grunge sort peu après une cigarette aux lèvres et son masque blanc à la main. Ils discutent tous les trois en attendant que John Rhees en chemise à carreaux rouges donne le signal du départ du plan médias : discours, caméras braquées sur Shipton et Moris, et encore et encore musique assourdissante.

Les Allemands
La responsable allemande
Le trio allemand
Storytelling médiatique
Shipton plan médias
Shipton plan médias, Nils Legafoged du CIJ
Le show devant les Royal Courts of Justice, vue du café en face

Je suis fatiguée du spectacle, je traverse la rue pour m’attabler au café en face. De là j’ai une vue suffisante sur les festivités tout en consommant enfin ma boisson chaude. Je remarque qu’en face du tribunal les boutiques de luxe masculine et la devanture d’un bijoutiers horlogers affichent des « sales », soldes importants. La City souffre plus que la ville de Westminster, et j’aurais l’occasion plus tard d’y photographié des dizaines et des dizaines de boutiques à louer.

Vu du café sur le Dragon de la City
Grande vue sur les Royal Courts of Justice et l’Eglise de Saint Clément toujours de l’autre côté de la rue
Boutique en solde côté City
Le Show continue
Le show continue
John Rees et son « event »
Le show continue
Greekemmy et John Shipton

Je me rapproche pour faire des photos lorsque je reconnais une silhouette connue. Paul ! L’étrange homme habillé en clochard qui le 13 et le 23 janvier 2020 avait fait la queue avec nous à la Westminster court, assisté à l’apparition de Julian Assange dont Véronique Pidancet Barrière, présidente de Wikijustice avait pu être un témoin privilégié le 13 janvier et discuté en Français avec nous pendant ces heures d’attente tendue entre Greekemmuy et les agents de sécurité revêches[4] !

Paul

Paul, l’homme qui ressemble à Julian Assange, en un peu plus âgé seulement, mais qu’avec une bonne mise en scène et quelques retouches numériques on pourrait confondre avec le Assange barbu des années 2017-2019 au 3 Hans Crescent Street.

Paul dans le show

Paul porte une veste marron trop grande, dessous une chemise bleue, un pantalon gris difforme rentrée dans des chaussettes blanches, des chaussures beiges plutôt de bonne facture. Un pan de sa chemise pend de sous sa veste dans un négligé savamment étudié. En fait il porte exactement le même accoutrement que le 13 janvier 2020, comme on peut le voir sur cette photo[5]. Mais ses cheveux sont en bataille, il est barbu, a l’air fatigué et hagard. Il a aussi l’air d’avoir maigri. Cela me fait de la peine de le voir ainsi. Alors qu’il se fraye un chemin à travers la foule qui entoure John Shipton entonnant son discours aux médias, je me précipite vers lui, je crie « Paul, bonjour ! Tu me reconnais » ? et je lui prends le bras.

Paul ce 28 octobre 2021

Je lui parle de notre rencontre, il y a deux ans bientôt, juste avant cette folie de covid, ce jour ou Julian Assange était la deuxième et dernière fois présent en chair et en os à la Westminster Court, salle 1… Il me dévisage et je crois qu’il me reconnait, mais ne réponds pas lorsque je lui parle en Français.  Alors je lui dis la même chose en Anglais. Alors son visage s’anime et il me répond… en Français ! « Bien sûr je me souviens de toi… Wikijustice » ! Je lui parle avec émotion de ce que nous avons vécu depuis, mais il semble ailleurs. Alors je lui prends la main et je constate qu’il a froid avec sa petite veste de mi-saison. Je lui dis « Paul il te faudrait un manteau… Tu ne veux pas que je t’apporte quelque chose de chaud » ? Je pensais à Eric qui n’avait pas un sou pour manger la veille.

Paul avec nous le 13 janvier 2020

Paul me répond doucement, je vois qu’il veut abréger. Il se sauve, marche d’un pas incertain indifférent à la foule, la traverse en direction du Dragon de la City… Dommage, j’ai oublié de lui demander son numéro de téléphone.

Déroutée par cette rencontre, je vais discuter avec mes amis au téléphone et pour cela je vais m’asseoir en face du rassemblement. De l’autre côté de la rue adossée au mur du chœur de l’église de Saint Clément le Danois, il y a un petit banc de pierre, juste sous une émouvante croix qui commémore les aviateurs de la RAF tombés pour protéger Londres et libérer la Grande Bretagne et l’Europe. Je lis avec intérêt la plaque en pensant qu’elle inclut mes compatriotes polonais des célèbres « Division 302 et 303 » et je m’installe pour observer les événements. Je peux constater qu’il y a d’autres hommes aux vêtements élimés qui tournent ainsi en rond dans la foule.

plaque commémorant les aviateurs de la RAF, apposée sur le mur de l’Eglise St Clement Dane
Vue du show médiatique côté église
Show médiatique, les instruments
show médiatique
show médiatique

Devant moi sur le trottoir est garée un minibus Volkswagen grise, sur sa vitre je vois peinte la clepsydre de Wikileaks ainsi que l’information « Free Assange, October 27 and 28, Royal Courts Strand Street » en grandes lettres bleues. C’est ici que sont stockées les pancartes, banderoles et décorations, quelques techniciens de l’organisation travaillent à côté d’elle. A un moment donné je vois un homme entre deux âges, manifestement SDF, à la veste rouge sale et au pantalon difforme, trainant un lourd sac à dos usagé et une valise à roulettes beige de même aspect s’adresser à un fringuant sexagénaire souriant et propre sur lui. Ce dernier sort deux pancartes de la Volkswagen et dit à l’homme à la veste rouge « Alors, tu es enfin arrivé ? Tiens ». Il lui colle deux pancartes « Don’t extradite Assange » dans les main et je vois le pauvre clochard se trainer d’un pas lourd vers la manifestation, avec son sac à dos, sa valise et accrochés à elle plusieurs sacs sales qui balayent le sol, les deux pancartes « Don’t extradite Assange » sur lui… Un SDF payé pour servir de porte-pancartes dans la manifestation pour Assange ! Quelle dérision ! Quelle tristesse ! Et pauvre Julian Assange qui mérite mieux que cette mise en scène grotesque et révoltante !

Homme SDF recevant des pancartes « Free Assange » et « Dont extradite Assange » des mains d’un organisateur
Il se dirige vers le show
musique pour l’extradition d’Assange

La musique irlandaise sautillante et joyeuse, pas du tout appropriée au sujet du rassemblement m’écoeure aussi.

Au Crown Bar, au croisement de Strand Street et Wellington Street

J’en ai assez, je rentre à l’hôtel me reposer puis je vais manger au « Crown bar » au carrefour de Wellington et de Strand Street. C’est un petit restaurant de type «Milk bar » comme dans ma chère Europe de l’Est, avec un grand frigo  traiteur bien garni de plats et des petites tables blanches. Sur la vitrine je lis « support independant business », ce qui me rappelle que l’opération covid ici comme partout a été surtout une gigantesque spoliation des petites entreprises interdites de travailler au profit des mastodontes mondialistes KFC, Starbucks, MacDo, Prêt à Manger… J’ai envie de soutenir ces militants et je suis aussi alléchée par leurs plats copieux et bon marché : 6 livres pour un plat du jour bien cuisiné, de grandes salades, des sandwichs, du thé anglais, pour un peu plus de 10 livres mon repas est complet et délicieux. La jeune serveuse est très gentille et me parle avec un bel accent yougoslave tandis que les hommes en cuisine lui répondent dans une langue européenne qui peut être l’Albanais. Au fond de la salle sont assis de jeunes Anglais, une famille de Polonais, tous discutent et rient. Aucun masque, pas d’affiches aux stupides conseils hygiénistes, il n’empêche que le restaurant est très propre. C’est l’Europe, la mienne, telle que je l’aime et que je voudrais qu’elle soit.

Couloirs du musée-tribunal

Vers 15h45 je retourne à la cour. Je rentre par la porte dite « principale » du côté de Bell Yard sans que les agents de sécurité me demandent quoi que ce soit. J’arrive vite devant la salle 4. Le petit agent à la queue de cheval blonde est toujours là et me barre la grille de l’escalier aux oubliettes dès qu’il me voit. Il n’a pas oublié la seule vraie consigne : pas de Wikijustice, pas de Karbowska ! J’essaye de parlementer, mais ça ne sert à rien, il dit « non ». Alors je décide de rester, de lui mettre la pression par ma simple présence. Il est donc obligée de me surveiller, ne peut pas me virer. Il ne sait pas comment j’ai fait pour entrer alors que la grille de Strand Street est fermée par la « manifestation » et il est un peu nerveux.

Je fais juste un tour devant la vitre de la salle 4 et je constate qu’Assange n’est pas visible sur l’écran video. Je décide aussi de faire un tour dans la salle 1, ou m’envoie les agents de sécurité, parce que c’est la salle ou les « médias » sont autorisés. Celle-ci est située derrière les vitrines de robes historiques des juges et les tableaux et descriptions de l’histoire du système judiciaire anglais. La salle elle-même évoque une bibliothèque historique avec volumes reliés tapissant les murs de haut en bas. Il n’y a là qu’une vingtaine de jeunes sagement répartis sur toute la surface d’une espèce d’amphi en face d’un écran dont naturellement Assange est absent. Personne n’écoute le discours endormant de Fitzgerald, ils sont tous sur leur téléphone ou en train de s’assoupir, ce qui me guette aussi si je reste sur place.

Je retourne donc en face de la salle 4, je me pose sur un banc en face de l’agent de sécurité garde-chiourme et j’attends. Quelques temps après je vois Stella Morris descendre l’escalier et sortir dans le couloir accompagnée d’un homme mince au cheveux gris et au traits asiatiques. Elle enlève même son masque pour discuter plus confortablement avec lui alors qu’ils s’installent sur les bancs autour de la table placée dans un renfoncement du mur tout à coté de la salle 4. J’aurais aimé la photographier mais je n’ose. Elle restera avec cette homme toute la durée de l’après-midi et finira par sortir avec lui.

John Shipton quitte les lieux

En attendant la sortie des protagonistes je prends quelques photo de la grande nef et de la partie muséale. D’ailleurs c’est fini. Vers 4 heures je vois John Shipton en manteau noir sortir du vestibule près de l’escalier en pierre, fermer soigneusement la porte et se diriger vers la sortie, qui est celle de gauche dans la cour par laquelle je suis entrée cet après-midi.

La documentation inutile est évacuée sur un diable

Puis tous sortent : les trois Allemands, Hrafnsson, Fidel Narvaez, Rebecca Vincent, Mick Wallace encore. Sur 200 places de la galerie une dizaines de spectateurs en tout. Je les suis jusqu’à la sortie dans la rue, la porte de gauche donnant sur la cour intérieure. J’observe les Allemands se concerter, John Shipton entouré par une foule prononce un discours sur l’estrade sur laquelle un groupe de musique venait de se produire.

John Shipton en action médiatique
Les Allemands se concertent

Je passe mon temps à photographier les multitudes de photographes qui immortalisent « les supporters d’Assange », avec leur imposant matos. On ne me fera pas croire que les médias mainstream ne créent pas le narratif Assange, ils sont aussi bien ultra présent qu’ultra équipés d’un puissant et coûteux matériel !

Show médiatique

 Enfin je reviens à nouveau dans la salle néogothique du Musée de Justice car je veux assister au départ de « l’accusation ». Juste à ce moment là un groupe quitte la salle 4 : Claire Dobbin en manteau jaune vif assistée de sa collaboratrice la blonde forte. Elles discutent avec un homme en robe noire et collerette blanche qui semble être le juge adjoint. Le procureur qui nous a endormis avec son discours aussi pervers que soporifique est en grande discussion avec Joseph Farell qui devrait pourtant être son ennemi juré ! Des dossiers volumineux qui n’ont pourtant pas servi une seule fois pendant toute la durée du narratif sur la « maladie mentale » d’Assange sont déménagés sur des diables par de très jeunes gens. Fitzgerald et Florence Iveson sont absents.

J’entends l’accusation discourir d’extradition avec Joseph Farell « ambassadeur » de Wikileaks comme s’il était leur pote. Je suis dégoûtée de voir ces gens jouer le jeu de cette mise en scène pleine d’une ignoble hypocrisie : entre Farell affligé devant la caméra par « Julian qui risque de mourir » et Farell souriant de toutes ses dents à Dobbin, il y a un monde !

Détail flagrant : au lieu de jouer le théâtre devant les médias en face de la sortie Strand Street, tout ce beau monde sort par la VRAIE porte de tribunal, celle que j’ai emprunté pour entrer, East Block, Bell Yard à l’angle de Carey Street. Tout ce passe comme le matin, les agents de sécurité ne me disent rien, les salariés des vraies tribunaux ont fini leur travail et tandis que je me mêle à eux, je perds de vue le groupe de l’affaire Assange. Cela ne change rien, Assange est resté dans son oubliette ou a refusé de se prêter au jeu, qui sait ?

Show médiatique
blocage de la rue

Je traverse le Bell Yard pour revenir Fleet Street en face du Dragon de la City et je retrouve le festival qui bat son plein devant les Royals Courts Historiques. Des femmes « supportrices » font même un spectacle individuel en bloquant la chaussée pour que 5 policiers de la Metropolitan Police les ramassent, ce qui leur permet d’invectiver les policiers pour leur « violence ». Elles n’ont visiblement jamais tâté des vrais outils répressif de la police française…

musique d’extradition

M.C. McGrath est-il le « successeur » de Julian Assange à Wikileaks et compagnon de Stella Mor/ris aka Sarah Gonzalez Devant/Stella Smith Robertson ?

Alors que j’observe leur manège mon regard est attiré par une silhouette connue: MC McGrath ! Le garçon avec lequel Stella Moris était venue dans la galerie du public de la Westminster Court le 19 et le 20 décembre 2019, le 23 janvier et le 19 février 2020 à une époque où il n’était aucunement question, ni de près ni de loin, qu’elle fut une proche de Julian Assange[6].

MC Mc Grath
MC McGrath

 MC McGrath avec aspect adolescent ressemblait à un fils de Stella Moris sont l’apparence à l’époque différait d’ailleurs un peu de celle d’aujourd’hui : toujours de très petite taille, environ 1,50, son visage était plus fin était encadré par des cheveux coiffés en queue de cheval. Elle ne portait pas encore le lourd fond de teint et les rouges écarlates dont elle est parée aujourd’hui. Il faut dire qu’à part nous, l’équipe de Wikijustice qui nous efforcions de comprendre qui elle est, personne ne faisait vraiment attention à elle, et certainement pas la presse. Elle était comme ces obscurs spectateurs invités à observer le spectacle « Assange » par on ne sait quelle puissance, qui ayant rempli leur rôle s’avanouissaient aussitôt. Comme Paul.

MC McGrath avec Susan Benn et Naomi Colvin, page Facebook du CIJ en 2017

J’ai identifié en février 2020 McGrath comme un hacker trentenaire, ancien étudiant de Boston University et du MIT, se faisant passer pour un anti-système tout en étant financé par la Fondation Thiel et Palantir et Soros[7]. Il est en effet un créateur d’un outil informatique sophistiqué prétendant concurrencer les outils de surveillance de la NSA elle-même[8]. Un possible successeur d’Assange que le système pourra lancer le moment venu.

La fondation Peter Thiel finance ses outils informatiques alors que Thiel, en tant que fondateur de Pay Pal avec Elon Musk, investisseur de Facebook, est un oligarque mondialiste bien éloigné du bien être des peuples et de leur liberté[9]… Sa société de contre-terrorisme Palantir Technologies est même au cœur du système mondial de surveillance par les agences anglo-saxonnes, française et le BND allemand.[10] tandis que son mari Mark Dazensein est un collaborateur de Black Rock, la trop célèbre pieuvre financière de la super classe mondialiste. En clair, Peter Thiel, en finançant des individus comme M.C. McGrath finance sa propre opposition… soigneusement contrôlée. Voilà quel genre de personne se prétend un successeur de Wikileaks et de Julian Assange et qui visiblement est un amie de Stella Morris !

A la Westminster MC. McGrath, collaborateur de Peter Thiel, était assis à côté de Stella Morris et ne parlait à personne d’autre qu’elle. Je l’ai revu à côté d’elle assis dans la dernière rangée juste devant le box vitré ou était enfermé Assange, du 24 au 27 février 2020 à la Woolwich Court. Ni lui ni Stella Morris ne parlaient alors à Assange alors qu’ils passaient 8 heures par jour à un mètre de lui et que personne ne leur interdisait de se tourner vers le prisonnier, puisqu’ils étaient assis sur la banc réservé aux avocats de celui-ci ! Drôles d’avocats en fait, Stella Morris jamais inscrite au barreau anglais et MC McGrath informaticien et hacker… Que des gens qui ne soient pas avocats soient assis à la place des avocats nous a suffi pour rendre ce « procès » très suspect à nos yeux.

Naomi Colvin, ex présidente de la Fondation Courage et MC McGrath, au CIJ en 2017
MC McGrath à la Goldsmith Université of London avec le CIJ

Le 27 février, lors de la révolte d’Assange, MC McGrath a fait partie de ceux qui se sont levé pour entourer un Julian Assange qui leur parlait, gesticulant et les invectivant comme un metteur en scène désappointé par la médiocre prestation des acteurs du spectacle dont il a la charge.

MC McGrath s’est tenu une bonne demi-heure devant Assange en le regardant fixement avec ravissement et admiration comme s’il avait vue une apparition surnaturelle. Stella Moris essayait de lui parler, mais Assange ne lui répondait pas et l’ignorait complètement, tout à son discours de colère, inaudible pour nous car la galerie du public était totalement isolé par une épaisse vitre. Une fois le micro coupé, on n’entendait rien de ce qui se passait en contrebas mais par contre on voyait presque tout !

MC McGrath
MC McGrath

Je n’avais pas revu MC McGrath depuis février 2020 et voilà que je le découvre le 28 octobre 2020 en fin de séance au Musée National de la Justice alias Royal Courts of Justice à 16 heures ! Il est habillé d’un costume noir avec un petit pull beige, des chaussures noires, une sacoche de type informatique noire, il porte aussi un épais masque noir lui dissimulant le visage. Il tourne en rond dans le rassemblement devant la grille des « Royals Courts », il parait chercher quelqu’un. A gauche sur l’estrade, John Shipton est entouré de journalistes à qui il délivre son discours. En me voyant tout près, alors que je salue, il parait nerveux et saisit son téléphone. Je remarque une bague en argent à son petit doigt droit. Il parle à quelqu’un d’air concentré et soucieux, le masque est tombé de son visage.

Mes photos de Mc McGrath faites, je me concentre sur le rassemblement de journalistes. Il y a la fille au manteau rouge bordeaux qui délivre son discours devant son caméraman, elle porte exactement le même costume et a exactement le même comportement que devant la Old Bailey en septembre 2020. La foule de caméras est dense autour de Shipton, puis je distingue Joseph Farell et Fitzgerald tout souriant et content de son œuvre.

Fatiguée, je vais me rasseoir sous le mur de l’église, sous la croix commémorant la lutte et le sacrifice des aviateurs de la RAF et de leurs alliés polonais, tchèques et français. Devant moi est garé la voiture de « Wikileaks » et j’ai une bonne vue sur la manifestation à droite. Soudain je vois un groupe de détacher de la foule : Stella Morris flanquée de son ami asiatique avec lequel elle travaillait dans la cour, ils discutent avec Joseph Farell. A leur droite Nils Lagefoged du CIJ et un grand jeune blond au pull gris que je ne connais pas.

Stella Morris et son ami avec lequel elle a passé du temps dans la cour, Nils Lagefoged en arrière plan
fin de prestation de Stella Morris, très contente d’elle, bien loin de son jeu de fiancée éplorée

Farell les quitte, Stella reste avec le jeune et son collaborateur, elle est tout sourire, détendue et contente d’elle (une fois sa prestation de femme de prisonnier éplorée fini, elle n’a pas l’air très soucieuse du sort d’Assange…). Elle discute avec un des techniciens du spectacle en gilet bleu fluo. Puis à mon grand étonnement elle se plante devant le minibus Volkswagen marqué « Free Assange » et frappé de la clepsydre de Wikileaks.

Stella Morris pose devant le minibus de Wikileaks
Stella Morris pose devant le minibus de Wikileaks

Elle pose devant le minibus dans sa veste rouge et ses chaussures vermillon et sa jupe noire. Tout en posant elle se tourne vers son collaborateur asiatique, lui sourit d’un air entendu et pointe l’index de sa main gauche vers la clepsydre de « Wikileaks ». Je saisis le regard complice qu’elle adresse à son compagnon, elle reprend sa pose pendant que la photo est faite (et que je prends la mienne).

Stella Morris pose triomphalement devant le minibus de Wikileaks

On dirait une pose de la Victoire mais il me semble aussi que par ce geste elle indique clairement que « Wikileaks » lui appartient. La clepsydre avec le monde qui s’écoule dans un sablier inébranlable du temps… Le Temps et le Monde, deux notions du pouvoir total…

« L’épouse éplorée » a l’air satisfaite des événements !

Mon étonnement grandit encore quand je vois… MC McGrath rejoindre Stella Morris et son compagnon !

Stella Morris quitte les lieux avec MC McGrath. Son véritable compagnon?

Voila que je les vois passer devant moi et contourner l’église Sankt Clement pour se diriger vers le métro Aldwych. Stella, ses deux compagnons, le blond et l’asiatique et MC McGrath. Le groupe marque alors une halte et je la vois enlever ses chaussures à talons rouges et les troquer contre une paire de baskets blanches. Sa prestation finie, elle peut quitter son costume de scène inconfortable. Médusée, je la vois quitter les lieux, collée à MC McGrath avec lequel elle devise. Je comprends qu’ils sont d’intimes amis. Plus le groupe s’éloigne sous les grands platanes, plus les deux garçons laissent Stella Morris aux soins de MC McGrath qui l’accompagne à la maison après sa prestation publique. Il apparait alors comme le véritable compagnon de cette femme.

Ce que « General Sands » ne maquera pas de souligner dans ses publications vengeresses que le protégé de Palantir et de la CIA compagnon de la pseudo-femme de Julian Assange.

Capture d’écran d’une publication vengeresse de General Sands sur Stella Morris et MC McGrath
Christine Ann Sands alias General Sands n’aime pas Stella Morris et MC McGrath
Le doigt de Stella Morris par Christine Ann Sands

J’ai vraiment vu beaucoup de choses aujourd’hui, malgré tout. Il est temps pour moi de partir. 

Assange n’a -t-il pas déjà été marié? Sur une série de photo de Suède du 14 août 2010 on peut voir l’alliance qu’il porte

Alliance visible surl’annulaire de la main gauche d’Assange, photo du 14 août 2010

[1] About us – HM Courts & Tribunals Service – GOV.UK (www.gov.uk)

[2] Fleet Street – Wikipedia

Home – The Old Bank Of England

[3] The Temple Bar Memorial, London (victorianweb.org)

[4] Remonter de la Dark Place à la lumière – Julian Assange face au système politique et judiciaire, audience du 13 janvier 2020 – Liberté pour Julian Assange – Monika Karbowska (monika-karbowska-liberte-pour-julian-assange.ovh)

Audience du 13 janvier 2020. Face à face avec Julian Assange – par Véronique Pidancet-Barrière – Liberté pour Julian Assange – Monika Karbowska (monika-karbowska-liberte-pour-julian-assange.ovh)

[5] Procès ou cérémonie sacrificielle ? -Julian Assange jugé le 23 janvier 2020 – Liberté pour Julian Assange – Monika Karbowska (monika-karbowska-liberte-pour-julian-assange.ovh)

[6] « French activism », luttes intenses et audience fantôme à la Westminster Magistrate Court – Julian Assange comparait le 19 et le 20 décembre – Liberté pour Julian Assange – Monika Karbowska (monika-karbowska-liberte-pour-julian-assange.ovh)

[7] Procès ou cérémonie sacrificielle ? -Julian Assange jugé le 23 janvier 2020 – Liberté pour Julian Assange – Monika Karbowska (monika-karbowska-liberte-pour-julian-assange.ovh)

Julian Assange le 19 février 2020 à la Westminster Magistrate Court – Le storytelling à l’épreuve de la réalité du tribunal – Liberté pour Julian Assange – Monika Karbowska (monika-karbowska-liberte-pour-julian-assange.ovh)

[8]M.C. McGrath | Bostonia | Boston University (bu.edu)

 M.C. McGrath: Hiding in the open (exposingtheinvisible.org)

Shidash (M. C. McGrath) · GitHub

M. C. McGrath – Echoing Green Fellows Directory

– YouTube

[9] Peter Thiel — Wikipédia (wikipedia.org)

Palantir Technologies — Wikipédia (wikipedia.org)

[10]

Page 92 plainte Wikijustice

Fin ultime du storytelling Julian Assange ? La liberté à Londres du 25 octobre au 2 novembre 2021. Stella Morris, Tracy Ward et les ducs de Beaufort

LONDON

Monika Karbowska

J’ai effectué mon 23 voyage en Angleterre en 2 ans et demi pour le procès de Julian Assange. J’ai séjourné à Londres du 25 octobre 2021 au 3 novembre dernier et ce voyage, dans une Europe ravagée par la dictature covidienne depuis 2 ans, me fut une mesure salutaire, une véritable bouffée d’oxygène de la Liberté, malgré l’objectif toujours difficile de veiller au respect des droits de l’Homme de l’homme Julian Assange. Ne jamais lâcher malgré la vie difficile que le régime nous mène et malgré les violations terribles auxquelles nous sommes nous-même confrontés en France.

Gilles Chambault, mon compagnon 2007-2013, décédé le 30 octobre 2021 à cause de la folie covidienne

Je n’ai hélas pas immédiatement pu écrire mon article car à mon retour je fus confronter aux terrible frappes de la dictature dans l’Union Européenne : le décès brutal de mon ancien compagnon, Gilles Chambault, ancien militant du Parti de Gauche et du CADTM, le 30 octobre, puis la terrible lutte que j’engageais pour sauver de la mort mon amie Alicja Tysiac, militante féministe polonaise séquestrée dans un hôpital covidien mafieux de Varsovie qui m’a appelé à l’aide le 29 novembre. Puis le système s’en prit à d’autres personnes proches, dont le père d’une militante contre la dictature, Marian Kurmel, dans la ville de Szczytno en Pologne. En France également nous avons dû faire face à des poursuites judiciaires illégales et des maladies bizarres qui ressemblent fort à des empoisonnements.

Alicja Tysiac, mon amie féministe polonaise, décédée à cause de la dictature covidienne le 12 décembre 2021 (photo de 2010)

Je soupçonne que Gilles fut victime de l’injection covidienne qu’il a accepté pour fournir le pass sanitaire exigé par son club aéronautique de la Ferté Alais. J’ai assisté en direct par messenger interposé à la terrible agonie de mon amie Alicja privée de soins et séquestrée par l’hôpital Praski à Varsovie. Elle est décédée le 12 décembre. Nous avons obtenu l’ouverture d’une enquête judiciaire.

Il est logique qu’avec ces épreuves je n’aie pas pu écrire mon article à temps. Si je le reprends aujourd’hui c’est parce que ce qui est positif et optimiste doit toujours être fixé sur papier et nous donner la force de lutter.

Et je n’oublie pas pour autant mes chers disparus, auxquels le promets solennellement, justice et vengeance.

Le 24 octobre je finissais le travail éditorial sur mes articles du début de l’affaire Assange, août et septembre 2019, sur mon premier voyage à Londres pour l’audience du 20 septembre 2019, tandis que la France bruissait des intenses manifestations populaires contre la ségrégation sanitaire et le pass dit « nazitaire ». Ce 24 au soir je devais prendre le Flixbus pour Londres afin d’assister à l’audience de Julian Assange en appel à la cour administrative. Cette audience fut annoncé le 10 août 2021 par des publications sur twitter et par des articles de grands médias comme d’habitude, car les « avocats » de Julian Assange ne parlent jamais publiquement au cours d’une conférence de presse.

Comment la secte covidienne infiltre les structures publiques et les entreprises privées

Petit film d’un bonheur simple dans Londres ville libre

Lorsque j’ai décidé en septembre de m’organiser pour effectuer le voyage à Londres malgré les menaces covidiennes perpétuelles du régime Macron sur les voyages impossibles et les frontières fermées, je m’étais assurée que le 4 octobre 2021 toutes les restrictions à l’entrée sur le territoire seraient abolies à cette date. La France était indiquée comme étant sur la liste « orange » (amber) donc exemptée de quarantaine quoique non exemptée de test PCR.

Ce fut donc une mauvaise surprise lorsque, le samedi 23 octobre, au moment de remplir le « passenger locator form », je constatais que le site Travel to England from another country during coronavirus (COVID-19) – GOV.UK (www.gov.uk) avait mis la quarantaine à 180 pays ! Les listes vertes oranges et rouges sont abolies et les non vaccinés de ces 180 pays doivent non seulement de montrer un test PCR négatif, mais aussi effectuer des quarantaines et des tests PCR à répétitions dits du 2ème et du 8ème jour. Certes, je me doutais que comme en début d’année le système britannique n’avait ni le droit ni la possibilité de contrôler les quarantaines, mais la perspective de me soumettre aux tortures permanentes et couteuses des tests PCR entachait la joie de mon départ. De plus, même si le site ne disait pas que les « vaccins covid » seraient obligatoires pour entrer en Grande Bretagne, ces changements permanents de règles me faisait craindre les pires abus.

Mais j’ai tellement besoin de m’aérer, de quitter un peu la France confite dans la violence de la dictature covido-macroniste. Quitter l’ambiance d’angoisse dans laquelle nous sommes enfermés malgré la force de nos protestations massives. Que faire alors ? Ne pas y aller, laisser tomber ces inepties violentes et me concentrer sur notre Libération en France ? Ou partir du principe que nous avions déjà maintes fois vérifié que le gouvernement de Boris Johnson n’est pas un adepte du Covid mais que les structures de l’Etat son infiltrés par la secte covidiste qui tente de faire du « faux droit » avec une politique typiquement nazie de « faits accomplis » qui sont nulles en droit car elles sont contraires aux droits de l’Homme, aux Constitutions, à la Charte des Nations Unis ? Par exemple nous savons que c’est le « NHS » National Health System, la vénérable Sécu anglaise qui est le plus infiltrés par les managers issus du privée et c’est elle qui est la plus covidienne. C’est la NHS qui est responsable des tests et des quarantaines, c’est elle qui les veut et les impose.

Or, en droit, une institution de santé ne contrôle pas les frontières d’un Etat. Ceci est, dans la tradition de l’Etat de droit souverain et démocratique, du ressort des services du Ministère des Affaires Etrangères pour les décisions juridiques et des Polices aux Frontières pour l’application des principes. Une frontière d’un Etat n’existe pas à l’état pur : elle est toujours la frontière AVEC quelqu’un d’AUTRE. Selon le principe de réciprocité la circulation entre deux Etats se fait selon les accords conclut par les Affaires Etrangères avec les services diplomatiques de l’Etat voisin. Une fois cet accord conclus, le ministère de l’Intérieur et sa police sont chargé d’appliquer ses modalités aux frontières avec plus ou moins de collaboration avec leurs homologues de l’Etat voisin.

Même les vaccins obligatoires pour entrer dans un Etat doivent être et sont jusqu’à présent régulés par des traités bilatéraux ou multilatéraux entre Etats, sinon ce sera le chaos et la fin du droit international.

Les relations franco-britanniques sont historiquement réglés par d’innombrables traités bilatéraux. Le dernier en date fixe en décembre 2020 la liberté de circulation des citoyens français et britanniques sur la base du simple passeport après le Brexit. La Grande Bretagne a signé ce type d’accord avec de nombreux Etats européens ou a laissé les accords anciens perdurer (en diplomatie tout accord qui n’a pas été formellement dénoncé ou rompu s’applique toujours, même s’il a été signé 50, 100 ou 200 ans auparavant…).

Mais entre-temps, la secte covidienne a frappé dans tous les Etats d’Europe et a inventé le tests PCR obligatoire aux frontières alors que cette obligation n’est régulée par AUCUN accord, aucun traité, aucune convention. Les tests PCR sont donc illégaux du point de vue du droit international. Ils constituent une espèce de voie de fait typique des guerres qui entraine des représailles analogues des pays visés en vertus du principe de réciprocité.

Lorsque Macron impose un blocus des chauffeurs routiers européens qui se rendent en Angleterre par Douvres en décembre 2020 en instituant le test PCR obligatoire aux frontières de la France, l’Angleterre se voit obligée d’imposer ce même test PCR aux voyageurs venant de France. Seuls les pays soumis, colonisés dont les élites ont une mentalité d’esclaves n’osent pas appliquer le principe de réciprocité. (Par exemple la Pologne soumise aux USA n’applique pas de visa à l’entrée des citoyens américains sur son territoire alors que les USA ferment drastiquement leur pays aux ressortissants polonais…).

La Grande Bretagne n’a certes pas quitté la structure dictatoriale de l’Union Européenne pour se soumettre aux diktat de son voisin avec lequel la lient des siècles de conflits et de rivalité mais aussi une si forte fraternité d’armes et de destins de deux Guerre Mondiales. La France de Macron semble avoir tout oublié que les Français doivent leur survie physique aux Anglais en 1940-44 et s’enfonce dans une politique d’hostilité incompréhensible et incohérente face à son voisin.

Mes ennemis au cours de ce voyage sont mon propre pays et la secte covidiste qui infiltre les structures étatiques des pays souverains. Je sais aussi que l’Angleterre en tant qu’île a besoin de frontières ouvertes et d’un trafic fluide de voyageurs et de marchandises. Le NHS n’a donc en fait pas le droit de contrôler les frontières malgré qu’il tente de s’arroger ce droit en intimidant les futures voyageurs sur le site « Enter to UK ». Mais l’Angleterre est une ile, je ne peux y aller à pieds, ce sont donc les transporteurs qui sont chargés d’exiger le tests PCR alors que, selon les principes du droit, une entreprise privée de transports n’a aucun droit d’accès aux dossiers de santé des citoyens, et donc n’a aucun droit de regard sur les vaccins, les quarantaines ni les analyses médicales !

Que faire donc ?

J’ai été contrainte d’effectuer le test PCR vendredi 22 octobre car Flixbus n’est pas du tout une compagnie résistante et elle appliquera de toute façon le pass sanitaire de Macron. Ils ne m’accepterons pas à bord sans cela.

En examinant le « Passanger Locator Form » je m’aperçois qu’il comporte une case des « exempt of self isolation ». Parmi les quelques professions exemptés (diplomates, fonctionnaires internationaux, routiers…) il y a une case « COP26 UNFCCC registered participant (England and Scotland only) – HMG Letter required » (COP26 enregistrement de participant, Angleterre et Ecosse seulement, HMG lettre exigée).

Premier Passanger Locator Form le 24 octobre 2021

Les participants à la COP26 à Glasgow du 2 au 12 novembre 2021 sont donc exemptés de quarantaine ! Intéressant ! Tout d’abord, je remplis honnêtement le papier : date de départ, d’arrivée, numéro du bus et compagnie, adresse de résidence amie, passeport. Je dois donc faire le maudit test PCR au 2ème et 8ème jour d’arrivée. C’est douloureux et contraignant, mais peut être vais-je être obligée de le faire. L’affaire se corse lorsque je découvre que le site m’impose de réserver et payer un test par avance… Une liste de compagnies est donnée, mais certains tests coûtent 50 et d’autres 300 livres. Pourquoi une telle différence ? Lequel est le bon ? Je choisis une compagnie moyennement chère, mais les deux tests coûtent 200 livres, 230 Euros ! Cela fait cher le mille marin de Calais à Douvres… Je décide alors de ne payer que le premier test, 77 Euros quand même. Je paye sur le site de la compagnie, je récupère la facture, je me dis que cela me fera le test de retour, je ne compte même pas rester assez longtemps pour être obligée de faire le test du 8ème jour !

Ce site des compagnies de test est un tel foutoir qu’on n’y comprend rien et évidement il n’y a aucun numéro de téléphone pour se renseigner. Je décide de mettre sous le nez des contrôleurs les captures d’écran des sites incompréhensibles et de me défendre en cas de problème.

Je dois introduire un numéro récupéré sur la facture du test pour valider le « Passanger locator form ». Peine perdu, le site refuse. Le numéro de marche pas. Alors je décide de valider « Cop26 UNFCCC registered participant» (participants associatifs à la COP26) tout en cochant « Testing exemption declared » (déclare une exemption de test ) et  « I need to self isolate » (« je dois m’auto-isoler). Plus loin je confirme que je suis exemptée de test sur place : « Are you required to book a COVID-19 test package for when you arrive in the UK? No, I am exempt » (« êtes-vous obligée de réserver un test Covid19 à à l’arrivée en UK ? Non je suis exemptée »).

J’ai donc coupé la poire en deux ou en trois : je déclare la COP26, mais j’accepte la quarantaine en déclarant que je ne suis pas obligée de me tester. Mais au cas où, j’ai l’attestation du test payé sous la main !

Après tout ce serait une très bonne idée de me rendre à Glasgow… En tant qu’association des Droits de l’Homme nous avons notre mot à dire sur les politiques de plus en plus liberticides imposées sous couvert de « sauver le climat » et puisque Johnson nous incite à y aller en décidant que le Covid ne touche pas les participants de la COP26… pourquoi ne pas répondre à son invitation ? En cas de problème j’ai pourtant toujours la facture du test.

Je passe ma dernière soirée à Paris le 24 octobre à boire mélancoliquement des verres de vin dans un café résistant du quartier non loin de la gare des Flixbus…. J’ai hâte de partir mais le voyage n’est plus un plaisir, une découverte et un renouvellement des sens et d’identité, mais une source intense de stress par lequel la secte covidienne torture les gens libres.

J’arrive à la gare des bus de Bercy une demi-heure avant le départ à 22h30. Mais voilà qu’en chemin vers la gare que je reçois un SMS bizarre «vous devez changer le passanger locator form ». Qu’est-ce que c’est encore que cela ?  Le bus 700 est déjà en place, à côté de lui officient deux employés en gilets jaune marqués « Flixbus ». Avec une certaine appréhension (que vont-ils encore me demander ?) je présente mon passeport, mon ticket, le test PCR et le Passanger Locator Form imprimé. Mais voilà que le jeune homme black me dit « vous devez changer le Passanger Locator Form. Vous ne pouvez pas marquer « Flixbus », mais il faut mettre P and O, la compagnie de bateau assurant le trajet Calais-Douvres ».

Le second Passanger Locator Forum imposé par Flixbus avec la fausse information de P and O

Pourquoi ? C’est comme ça sinon vous ne montez pas. Mais comment faire ? Je ne pourrai plus imprimer le document. En vitesse je dois m’asseoir dehors dans le froid de la nuit, retrouver le site « travel to UK », mais je remplis alors avec appréhension les cases « exempted of self isolation » (et s’ils me demandent le certificat de participation à la COP26 ?), indiquer que je prends le P and O, clôturer, archiver, garder l’ordinateur ouvert d’une main, ma valise et mes papiers, mon téléphone de l’autre…Et ne pas arriver en retard !

Je réfléchis encore que tout cela est illégal. Pourquoi Flixbus dénie toute responsabilité sur le trajet qu’il effectue face aux autorités britanniques alors que j’ai bien acheté un billet CHEZ EUX et que le monte dans LEUR véhicule ? Pourquoi devons-nous mentir ? Où est l’entourloupe ? Et si quelque chose arrive, qui va prendre la responsabilité ? Qui va payer ? Flixbus circule-t-il illégalement vers l’Angleterre et a donc besoin de se dissimuler derrière l’armateur des ferries ? Et pourquoi Flixbus ne prend-il plus l’Eurostar ?

J’aimerais bien poser ces questions gênantes aux employés mais je crains qu’ils ne se vengent en me refusant l’accès à bord. Mes appréhensions sont fondées, car le jeune homme salarié de la compagnie allemande raconte que de nombreuses personnes sont refusées à bord quotidiennement et cela donne lieu à des esclandres violentes, d’où la présences d’agents de sécurité patibulaires lourdement masqués, vêtus de noir et tenant des chiens peu commodes en laisse. On est vraiment loin de la liberté de circulation qui fut le fer de lance de l’imposition de l’Union Européenne dans nos vies…

Le jeune employé vérifie que j’ai bien effacé Flixbus de mon document au profit de la compagne P and O. Puis tout s’accélère car nous ne sommes pas nombreux. Le chauffeur qui est tout seul, il jette un coup d’œil à mon passeport et mon test PCR et ne demande rien d’autre… Mon bagage est déposé et je file m’installer… J’ai eu chaud avec mon exemption de tests PCR et de quarantaine. Mais pour l’officialiser, je me dissimule sous mon voile pour enlever le masque (un bon signe est que le chauffeur porte le sien sous le nez de façon ostensible…) et j’ouvre mon ordinateur pour inscrire notre association sur le site de la COP26. C’est une opération assez simple à faire et le site de la conférence est intéressant. Si j’ai le temps, je serais bien inspirée de faire un tour à Glasgow.

On voit que le gouvernement de Boris Johnson a besoin d’associations citoyennes variées pour contrebalancer le poids des «climato-sectaires » dans les négociations qui engagent l’avenir de son pays et de nos vies. Le moins qu’on puisse dire est que le Premier ministre britannique se satisfera de l’accord flou et non contraignant qui sera l’issue du grand raout ridicule de la « Conference of Parties » de Glasgow (Que recouvre d’ailleurs exactement ce vocable qui n’a aucune réalité juridique ?).

Alors que je récupère mon certificat d’inscription sur le site de la COP, le temps passe. Il est presque minuit nous ne sommes toujours pas partis. J’entends des cris dehors. Avec d’autres voyageurs, inquiets, nous essayons de comprendre ce qui se passe. Il apparait que des passagers refusés à bord faute de test PCR auraient violenté le jeune chauffeur. Celui-ci a donc refusé de travailler et a quitté son poste. Je ne savais pas que Flixbus, compagnie allemande low cost qui jusqu’à présent n’employait quasiment que des travailleurs détachés polonais, accepte en 2021 des droits de retrait ! Je suis très inquiète. Je sais que Flixbus se moque totalement de ce que nous, les voyageurs, allons devenir. Nous avons payé nos places, mais ils vont probablement annuler le trajet purement et simplement comme ils l’ont fait des dizaines de fois au cours de l’année 2020. A ce jour Flixbus me doit DEJA 350 Euros de frais de bus annulés de mars à décembre 2021… L’homme refoulé crie d’ailleurs à pleins poumons « mais j’ai payé ma place ! Vous n’avez pas le droit de me virer ! Vous devez me rembourser » !

Nous sommes tout à fait d’accord avec lui. Mais dans la dictature covid nos droits humains à la libre disposition de nos corps sont bafoués, comment donc faire valoir nos droits de consommateurs qui semblent si secondaires ? Je téléphone à mes amis qui me conseillent d’attendre. Le temps passe, les autres voyageurs sont de plus en plus inquiets mais restent très soumis. A 1 heure du matin alors que la gare est vide un homme blond d’une quarantaine d’année arrive. D’une voix impérative il nous somme de sortir et d’enlever nos bagages. Il ne va pas recommencer à contrôler les tickets, passeports, tests, et le passanger locator form ? Non, il nous ordonne de sortir nos bagages puis de les rentrer à nouveau. Nous nous exécutons comme des somnambules, excédés et inquiets. Cette manoeuvre ne rime à rien mais nous ne pouvons rien dire, sinon il nous virera hors du bus et je suis trop contente qu’il ne contrôle plus les papiers.

Enfin, il nous ordonne de remonter dans le bus, s’installe derrière le volant, ferme la porte et démarre. Nous sommes partis. Sous mon voile je tombe, soulagée, dans un profond sommeil peuplé de cauchemars.

Je me réveille deux heures plus tard en sursaut. Il est 4 heures du matin et nous nous trouvons dans la zone de contrôle du port de Calais, devant les guérites de la PAF. Le chauffeur crie « tout le monde debout ! Préparez vos passeports et vos certificats de vaccination » ! Des voyageurs se regardent terrorisés. J’entends une famille anglo-pakistanaise assise à côté de moi s’interroger : il faut donc le vaccin covid pour sortir de France ? Je suis très irritée.

C’est illégal ! Il n’a pas le droit de faire ainsi peur aux gens ! Personne ne peut obliger quelqu’un à un vaccin pour SORTIR d’un territoire, seulement pour y rentrer ! La Police n’a pas le droit d’empêcher un Français de SORTIR du pays ni poser des conditions à sa sortie ! C’est de la séquestration ! Personne n’a le droit d’ailleurs d’empêcher quelqu’un de sortir d’un pays ! C’est une violation de l’article 13 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et des principe du droit international !

Je maudis le chauffeur pour son ton de gestapiste donnant des ordres à des prisonniers de camp mais aussi parce qu’il nous a pris par surprise. Je n’ai pas le temps de trouver dans mon ordinateur le texte de la DUDH à mettre sous le nez des flics français. Les kapos covidiens mettent toujours en œuvre la tactique d’épuiser les résistances et de terroriser les gens à la dernière minute. Je dois sortir du bus munie de mes papiers et faire la queue dans le local de la Police Aux Frontières que j’ai traversé plus 20 fois en 2 ans. Les policiers français sont jeunes et certains portent le masque nonchalamment. Surprise, cela va très vite. Le jeune policier examine mon visage que j’extrais du masque et me rend mon passeport. C’est fini. Nous traversons le couloir et regagnons le bus qui s’avancera quelques centaines de mettre vers le local des Britanniques.

Le chauffeur nous regarde goguenard. Je suis hors de moi. Il nous a bien terrorisé et bien menti. Evidemment que j’ai raison et que le droit s’applique. La police n’a pas le droit de poser des conditions de vaccinage à la sortie du territoire français. J’ai envie de lui dire quelque chose, mais je ne peux pas encore. Visiblement cet homme, employé de Flixbus, a eu la consigne de faire CROIRE que le vaccinage covid est obligatoire pour sortir de France. Reçoit-il des commissions covid pour mentir de la sorte, pour faire la propagande du vaccinage ? Et si oui, qui le corrompt ? Les compagnies pharmaceutiques directement ou Flixbus qui reçoit d’elle son obole illégale ?

Mais je dois ravaler ma colère, nous devons traverser le poste de la police aux frontières britannique. Je ne suis pas retournée au poste britannique du port de Calais depuis octobre 2020. Désormais des affiches covidiennes menaçantes ornent les murs du poste et les employés, plus âgés que les flics français, portent des masques. Mais la femme qui me reçoit est très aimable, elle scanne mon passeport, ne demande rien et je ne crois pas que mon Passanger Locator Form s’affiche sur son écran. Welcome et bon voyage. C’est tout. La Grande Bretagne apparait immédiatement comme le seul pays normal de toute cette folie covidienne en Europe. Les policiers aux frontières respectent le Droit. Ils vérifient les passeports.

Je suis sonnée mais je n’ai pas le temps d’exulter d’être passée si facilement. La masse noire du bateau se rapproche doucement des quais noyés dans le nuit d’automne. L’homme ignoble de Flixbus nous somme de remonter dans le bus et déclare : « Maintenant ce sont les choses sérieuse qui vont commencer. Le transporteur va vérifier vos papiers. Tout doit concorder sinon nous ne pourrons pas partir. Celui qui n’a pas son vaccin, je le laisse là ». En plus il nous soumet à de la responsabilité collective !

Je reste au téléphone avec mes amis sur haut-parleur, ils seront témoins. Nous avons compris l’entourloupe. Les polices des deux pays respectent la Loi, mais la secte covidienne a accaparé les transports et c’est par leur biais de que la secte veut imposer les vaccins aux voyageurs pris en otage de Flixbus et de la compagnie maritime P and O. Je me rappelle que c’est cette compagnie qui en décembre 2020 m’avait refusé à Douvres parce que je n’avais pas de vélo et n’a jamais remboursé le billet…Ils se permettent tout car ils sont une compagnie privée et que contrairement aux frontières du continent on ne peut traverser une frontière maritime par ses propres moyens.

Je cherche sur internet le site « enter to UK » et je suis la dernière à sortir. Une femme blonde est assise dans une guérite de type autoroute toute neuve. Je lui donne mon « passanger locator form » et mon passeport. Elle me dit durement :  « Ou est votre vaccination » ? Je la contre : « Le vaccin covid n’est pas obligatoire pour entrer en Angleterre ». Elle hausse le ton :« Bien sûr que si ! La preuve ! » Elle me désigne son ordinateur sur lequel se trouve un intranet de la compagnie maritime mais pas le site gouvernemental.

Je garde mon téléphone à la main et je raconte à mes amis ce qui se passe. L’homme de Flixbus est irrité et a un mouvement de recul. Je déclare : « Je suis membre d’une association de défense des droits de l’homme et nos avocats vous écoutent. Aucun vaccin covid n’est exigé pour entrer au Royaume Uni. Seule la police aux frontières est habilitée à vérifier les documents exigibles. Je viens de traverser la frontière. La police britannique ne ma demandé de vaccin. Si je suis devant vous c’est bien parce que la police britannique m’a laissé passer ».

La femme se tient coîte. Elle consulte le chauffeur du regard qui se met à hurler : «Vous nous retardez ! Je vais vous laisser ici ! Si elle vous dit que c’est comme ça, c’est comme ça » !

Je réponds : « Mais elle n’est pas la police britannique mais une employé de P and O. P and O n’a pas le droit d’effectuer les contrôle aux frontières car c’est une compagnie privée qui ne peut se substituer à l’Etat. Et Flixbus pour lequel vous travaillez ne mentionne pas sur son site, ni sur le billet Flixbus Paris-Londres que j’ai acheté et que vous avez contrôlé, que le vaccin est obligatoire pour effectuer le trajet de Paris à Londres avec Flixbus. Vous êtes responsable de ne pas m’avoir informée en tant que compagnie Flixbus ».

J’insiste lourdement sur « Flixbus » car il sait que ses collègues nous ont obligés de gommer Flixbus de nos documents et de mentionner « P and O ». Il y a bien une entourloupe et je vais la mettre dans la balance.

Mes amis me conseillent par haut-parleur. La femme de P and O prend finalement mes documents. J’y ai adjoint le test PCR et l’attestation d’achat du second test pour le 2ème jour. Elle me dit « Nous sommes le transporteur et nous pouvons nous opposer à ce que vous montiez à bord ».

Je réponds « Certes, en tant que compagnie privée vous avez le droit. Mais l’obligation vaccinale doit être clairement mentionnée dans vos documents, sur votre ticket. Or je n’ai pas acheté de ticket chez vous mais bien chez Flixbus. Et vous avez la preuve  sur mon ticket que Flixbus n’informe pas ses passagers de l’obligation de présenter un vaccin covid pour monter à bord. Vous travaillez bien à Flixbus ? » – Avec cette dernière question je me tourne vers le chauffeur.

Coup de théâtre ! Il baisse le ton et me dit doucement: « En fait, je suis auto-entrepreneur, je ne suis pas un salarié de Flixbus mais un sous-traitant. Je perds de l’argent si on rate le bateau et je ne décide pas de ce que fait Flixbus». Ah, nous y voilà ! Si ça se trouve, toute cette opération est illégale et du travail au noir pur…

Le mec se retire du jeu de pouvoir, je sens qu’il a envie que je passe, il ne me reste que l’employée revêche de P and O à convaincre. Entre temps elle a compris que je représente une association des droits de l’homme et que des témoins entendent notre conversation par téléphone interposé. Je lui répète que le site gouvernemental ne mentionne pas de vaccin obligatoire contre le covid, je lui indique le site, à défaut de lui mettre le site sous le nez, je persiste avec mon « passenger locator form » vierge de toute d’obligation vaccinale. Je laisse dans l’ombre les autres incongruités du site britannique avec les quarantaines, les tests et leur contrôle par la National Health System.

Soudainement le chauffeur regarde mon test PCR dans mes mains et dit « Mais si, vous l’avez, le vaccin » ! Il appelle le test PCR « vaccin » ! Je ne sais pas s’il est sincère et bête ou si c’est la seule parade qu’il a trouvé pour se sortir de cette discussion tendue. Il prend mon papier et le tend à l’employée de P and O. « Elle a ce qu’il faut » dit-il. Celle-ci joue le jeu et prend le document. Il me regarde et je ne dis rien. Elle devient soudain aimable, vérifie, dit « il est négatif », note quelque chose à la main et ne me pose plus de questions. Je suis libre.

Tous les deux ont feint que le test PCR voulaient dire « vaccin » !  P and O et Flixbus violent la Loi évidemment, font la propagande des vaccins de Pfizer en prenant les voyageurs en otage… Des sous-traitants sont complices… Mais cet homme et cette femme ont fini par craindre que le procédé de leur compagnie soit dévoilé. Je reste sous le choc.

Puis l’ambiance se détend. Nous remontons dans le bus, l’homme s’est radoucit. Il fait entrer son véhicule dans le bateau, nous sortons dans le garage et nous gagnons les ponts supérieurs au son des commandes de sécurité familières. Contrairement au bus où le chauffeur a abandonné le terrorisme du masque, chez P and O est d’une rigueur implacable sur le sujet. Je retrouve le bar ou j’aime m’installer. J’achète un thé au lait et des biscuits anglais et je me couche sur une banquette cachée sous mon foulard et sans masque devant la grande baie vitrée donnant sur la mer. Je n’ai pas le temps de profiter de la traversée, je dors comme une masse. Nous sommes tellement en retard que le jour se lève sur les majestueuses falaises de craie blanches de Douvres quand je me réveille.

Je suis heureuse de les voir d’autant plus que le soleil est splendide. J’examine les petites maisons nichées sous la falaise que j’ai vues de près lors de mon périple dans ce port en décembre 2020 et les baies vitrés du poste de commandement l’armée britannique de la Seconde Guerre Mondiale situé dans la falaise sous le château.

Le spectacle de la mer, des falaises et de la ville est grandiose. Le bus entame la montée de l’échangeur d’autoroute du port sur la falaise et nous voila partis à Londres. Je me rendors aussitôt.

Londres la Libre

Le temps est éclatant d’une belle couleur dorée lorsque le bus aborde les faubourgs sud du Grand Londres. Je me réveille et je contemple la belle pelouse du jardin public the Blackheath entre l’entrée de l’Observatoire de Greenwich et la commune de Lewisham, puis les petites maisons de New Cross avec les restaurants caribéens et les librairies la Goldsmith University toute proche. Je reconnais sur l’avenue les pubs chaleureux et élégants que nous avions fréquentés il y deux ans, en octobre 2019 lorsque nous nous sommes lancés à l’assaut du pouvoir pour libérer Julian Assange. Ce sont d’excellents souvenirs d’une époque à la fois si proche et si lointaine. La dictature covidienne nous a tous fait entrer dans un autre espace-temps en effaçant avec violence ce que la vie avait de beau et de libre dans la période de la mondialisation accomplie de 1999 à 2019. Mais l’Histoire nous enseigne qu’aucun espace-temps fut-il le plus violent, n’est éternel. Je lutte depuis 1989 mais aujourd’hui encore plus fort que pendant ces 30 années pour un « autre monde possible » celui de la justice et de la fraternité et je sais que nous gagnerons.

Le bus aborde Londres la détruite par les nazis et mal reconstruite après la guerre du quartier de Elephant Castle, puis le pont de Vauxhall et enfin les hôtels particuliers victoriens de Pimlico. Nous arrivons à Victoria Coach Station et l’émotion m’étreint.

Les voyageurs ont hâte de quitter le véhicule, je récupère mon bagage, puis je me plante devant le chauffeur debout devant sa portière. Je lui dis d’un air détaché que puisqu’il m’a informée qu’il possède une entreprise de transports, j’aimerais avoir ses coordonnées pour voyager avec lui, Flixbus me paraissant trop incertain par les temps qui courent. Le visage de l’homme se teinte d’une expression ironique : « Je n’ai pas de site internet ». Alors je l’attaque : « Pourquoi avez-vous menti en faisant croire aux gens qu’il faut être vacciné pour quitter le territoire français ? Vous savez bien que c’est faux. Personne n’a le droit de poser de conditions à quelqu’un qui veut quitter un territoire, de quitter son propre pays. C’est contraire à la Constitution et à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Pourquoi terrorisez-vous les gens ? Vous faites la propagande de Pfizer ? Ils vous payent ? ».

L’homme ne parait pas surpris. Il prend son air de kapo pour hurler « Mais si c’est vrai ! ». Je hausse le ton également : « Vous vous moquez de moi ? Ni les policiers anglais ni français n’ont exigé de vaccin. Et pour cause, eux respectent la Loi, contrairement à vous, votre boîte et Flixbus. Vous violez la Loi. Vous n’avez pas le droit de terroriser vos clients. Notre association de défense des Droits de l’Homme va le faire savoir ».

Je suis surprise de voir le visage de l’homme s’adoucir. Il esquisse même un sourire : « Mais je vous ai pourtant amenée à bon port » – dit-il d’une voix presque complice. Je le dévisage. Par ces mots il a acté que j’ai raison. Je réponds : « Oui. C’est vrai. Bonne route ».

 Je lui tourne le dos, je prends mon sac et je me dirige vers la sortie. Dès que je respire dans la rue devant les immeubles en briques rouges et les platanes de Buckingham Palace road, je me débarrasse du bâillon haï. Ce que je viens de vivre est déroutant. Pourtant, je respire un air différent, un air de liberté. Je n’en crois pas mes yeux : tout a l’air normal ! Personne ne porte de masque, les gens circulent tranquillement, on sent de la légèreté dans l’air. Je rentre dans la gare Victoria par l’entrée de derrière, je longe les magasins dont le Barett and Noles ou j’achète mes huiles essentiels de rose, les fleurs de Bach et d’autres produits naturels trop chers ou inaccessibles en France. Mon cœur se remplit de joie : aucun masque nulle part ! Je me sens presque nue sans le mien, comme se sentent les femmes saoudiennes, afghanes ou iraniennes quand elles quittent les pays soumis au voile et arrivent dans les contrées ou il est permis de disposer librement de son corps… Même dans le grand hall de la gare Victoria, alors qu’en janvier les agents de sécurité chassaient le sans masque, il n’y a plus de trace de l’oppression covidienne ! C’est géant !

Londres, quartier Seymour place Marble Arch
piscine de Seymour Place
Seymour place derrière la Westminster Court

Je descends avec émotion dans le métro, le bastion ultime du covidianisme car il dépendant du très covidien maire de Londres. Mais la non plus, la foule est bon enfant, seuls un tiers des voyageurs sont masqués. La grande majorité vit normalement. C’est bien l’expérience du métro qui me fait prendre conscience à quel point je vis dans l’oppression du corps en France. J’exulte de pouvoir enfin contempler les visages de toutes les couleurs de la grande capitale britannique : les jeunes, les vieux, les enfants, les cadres, les Blacks, les Indiens, les Polonais, les travailleurs en gilets jaunes et orange… Je ne m’en lasse pas de regarder les visages humains. C’est ce qui me détruit en France depuis deux ans : ne plus voir les visages, la personnalité des êtres humains. Ne plus les reconnaitre, ne plus me refléter dans leur visage. Oui plus que jamais l’être humain n’existe que parce qu’il est en LIEN avec les autres !

Cafés arabes derrière la Westminster Court

En marchant de Marble Arch au nord du Hyde Park vers la petite maison victorienne ou se niche mon Oyo hôtel j’ai la sensation grisante d’être dans la capitale de la Liberté. Cette sensation que les Français libres décrivent si bien dans les livres sur la Résistance, à la fois enivrés par la Liberté, soulagés de savoir qu’il existe des pays libres, mais inquiets pour leur pays et pour la fragile Angleterre. J’ai enfin compris ce que ces descriptions veulent dire. Je suis heureuse d’être moi libre ici et triste de savoir ma France captive.

Harcourt Street derrière la Westminster Court, avec l’impasse Shillibeer Street et vue sur la porte arrière du tribunal

Mon hôtel se trouve plus au sud de la Westminster Court et de Paddington où je prends d’habitude mes quartiers. Mais une fois la dictature covidienne combattue, le capitalisme reprend ses droits et les prix des hôtels sont revenus à leur niveau de 2019, c’est-à-dire 100 livres par nuit plutôt que 40-50. Seul cet hôtel excentré entouré de petits cafés fleuris et entièrement rénovés n’a pas encore retrouvé sa clientèle et son prix est abordable. A une encablure se trouve le quartier « arabophone » ou les Irakiens, Egyptiens, Marocains et Libanais tiennent sur l’avenue Edgeware des restaurants, des épiceries et des pharmacies. Le masque n’existe plus ni dans l’hôtel ou le gérant pakistanais m’accueille aimablement et ne me pose aucune question covidienne. Je me régale d’un festin copieux dans un restaurant libanais populaire et je ne me lasse pas d’observer les visages des convives.

Londres premier jour le bonheur du restaurant libanais

Quel contraste avec la France triste, tendue et soucieuse ! Je me prends même en photo avec une vue du restaurant et je l’envoie aux amis en France : il est très important de diffuser l’information qu’on vit normalement, sans pass nazitaire et sans masque en Angleterre.

Notre « cafés des avocats » de la Westminster Court, Harcourt Street
La Westminster Court telle que nous l’avons connue pour le procès Assange de septembre 2019 à décembre 2020
Travaux à l’arrière de la Westminster Court après la destruction du bâtiment désaffecté de la Church Army

Puis je monte à Paddington à Norfolk place. Le Frontline Club est ouvert, il a l’air de fonctionner normalement mais dans l’après midi son restaurant est désert. C’est normal, je sais que sa clientèle est celle des cadres de l’Imperial College of London en face et qu’elle ne se réunit ici que tard dans la soirée. Je savoure un thé en écoutant de la musique légère des années 80 dans le pub stylé de Fountain Abbey à l’angle de Praed street et de Norfolk place en face du laboratoire de Alexander Fleming au St Mary’s Hospital. Cela fait si longtemps que je n’ai pas pu vivre ce simple plaisir d’aller au café et d’observer les gens s’amuser et discuter !

Pâtisserie marocaine à Paddington
Edgeware Road à Paddington
le pub Fountain Abbey à Paddington avec mon Fish and Chips yougoslave à côté
Le Frontline Club et le Panache Café en face, Norfolk Place.

Je ressens même une espèce d’euphorie à observer la vie de ce pub de quartier, remplis de jeunes en bandes, de femmes avec leurs amies, d’hommes qui s’apprêtent à suivre leurs émissions sportives préférées sur les écrans des télévisions suspendus aux murs. Je choisis une bonne bière irlandaise en pinte et le sourire des jeunes serveurs et serveuses me ravit. Cela fait tellement longtemps que je n’ai plus vu de visages humains dans la vie sociale ! Je réalise plus que jamais que le masque est un bâillon destiné à couper les être humains les un des autres, leur faire perdre le goût de communiquer et par conséquent le but de son impositio  est de détruire toute vie sociale qui ainsi voilée perd son sens. Pauvre France en destruction sous niquab covidien depuis bientôt deux ans !

Norfolk place, vue sur le St Marys Hospital
Croisement Sussex Gardens et Norfolk place
Ruelle Southwick Mews

Les jeunes Anglais au bar comprennent que je suis Française et me regardent un peu plus attentivement. Peut être se demandent-ils si les touristes français qui peuplaient tant Paddington avant le choc fatal de mars 2020 sont en train de revenir. Le gérant marocain du Panache Café en face du Frontline Club ou j’ai établi mes quartiers depuis que je lutte pour Assange me confirmera un peu plus tard que les hôtels autour de la place sont bien remplis désormais. Cela dit je remarque plus de touristes des pays du Golf persique que mes compatriotes, que je ne verrai que le lendemain à Covent Garden.

boutiques à Norfolk place, la vie normale
Hôtels à Norfolk square, la vie normale

Plus le bonheur de voir les habitants et visiteurs de Londres est jouissif, plus j’ai le sentiment que notre continent européen s’enfonce dans le noir. Un vrai noir sombre et mauvais. Bien sûr, la souveraineté de l’Angleterre est fragile, les ennemis du Brexit nombreux et installés à domicile. Les plus puissant sont le clan régnant Mounbatten Windsor en conciliabule avec les thuriféraires du coup d’Etat mondial covido-numérique de Klaus Schwab et Cie. L’Angleterre a besoin de lien avec l’extérieur pour survivre : de main d’œuvre, de touristes, de capitaux et d’échanges… Les voyages ne peuvent pas être aussi bridés sur la durée sous peine d’étranglement. Mais le peuple Anglais a montré sa capacité de résistance à la dictature covidienne avec de nombreuses et puissantes manifestations depuis plus d’un an… Il ne se laissera pas faire, j’en suis encore plus convaincue lorsque j’observe sa discrète allégresse de vivre sa liberté quotidienne.

Je suis très heureuse d’être là, même si je dois encore me préparer au procès qui m’attends.

Le Frontline Club de Vaughan Lockart Smith
Le pub de Sir Alexander Fleming, la vie normale

Avant de dîner traditionnellement dans mon Fish and Chips yougoslave bon marché en face du Frontline Club je fais la connaissance d’une excellente et gentille coiffeuse dans un salon faisant face à l’Impérial Collge of London. Zeina est burkinabé et elle est ravie de parler français avec moi. Elle m’interroge longuement sur la situation en France et se montre immédiatement solidaire des manifestations contre le pass sanitaire. « C’est pour cela que je ne peux plus rendre visite à ma famille qui est France, on ne peut plus rien faire, aller nulle part. Je me demande si je ne dois pas me faire vacciner…. Qu’en pensez-vous » ?

Enhardie, je lui détaille les dangers des injections expérimentales et je lui explique à quel point forcer les gens en les prenant en otage, en les privant de vie sociale est une terrible violation des Droits de l’Homme. Elle est d’accord. Alors que sur mes cheveux raides elle coupe et tresse une coupe virtuose qui durera pas moins de 3 mois, je l’écoute me parler de sa vie : elle est diplômée d’Université mais sa situation d’immigré est tributaire de la situation politique de sa famille. Son père, lieutenant de Thomas Sankara, a été assassiné avec lui et l’exil fut la seule issue de survie pour elle et sa famille. Je suis très émue en entendant ses confidences et elle l’est tout autant lorsque je lui dévoile mes liens d’amitié avec le mouvement du Balai Citoyen, mon voyage au Burkina Faso et ma rencontre avec Blandine Sankara. Nous discutons longuement et elle d’autant plus libre que le salon est désert et que son patron ne comprend pas le Français. A la fin elle exprime l’espoir que nous pourrons mettre bientôt fin à la folie covidienne, que les voyages libres reprendront et que les touristes peupleront à nouveau ce quartier qui a bien besoin d’eux pour survivre économiquement.

Je la quitte toute pimpante avec ma belle coupe et très touchée par ce fort récit d’une vie de lutte. Nous échangeons nos contacts. Que de joie de faire de si belle rencontre dans cette métropole cosmopolite !

La vie normale à Londres le 25 octobre 2021, Pub à Paddington

Le lendemain mardi 26 octobre après une bonne nuit dans mon hôtel sympathique je profite encore plus de Londres la festive. Je déjeune d’un énorme brunch composé de soupes de pois chiches, de diverses salades et de galette dans un restaurant égyptien stylé près de Marble Arch. L’empressement des serveurs souriants est à la mesure du vide de la très grande salle. Assurément, le client est recherché et je profite des bon prix et de la nourriture copieuse. J’ai presque l’impression que le pass sanitaire à l’entrée des restaurants en France n’est qu’un mauvais rêve et que cette expérience ubuesque ne pourra pas, ne pourra jamais durer… qui peut vouloir aller au restaurant pour y être fliqué et contrôlé par le gouvernement en forme de Big Brother issu droit du film « Brazil » ?

Pub le Wellington, à l’angle de Wellington Street et de Strand Street, quartier des théatres , entre Aldwych et Temple. La vie normale suite
Strand Street Waterloo Bridge – le Crown café bar, avec son affiche « support independent business »

Plus difficile est la recherche d’une piscine, endroit dont je suis bannie en France désormais comme le furent les Juifs en Allemagne de 1933. Certes, il n’y a pas de pass sanitaire en Angleterre, mais la mairie covidienne de Londres contrôle les piscines et les salles de sport et elle a résolus le problème de virer les indésirables de la façon suivante : la gestion de toutes les piscines est confiés à des entreprises privées et celles-ci imposent aux utilisateurs de s’inscrire avec leurs noms, adresses et téléphones sur un site internet dans des créneaux précis. Ainsi Big Brother covidien sait quels corps ont exactement plongé dans l’eau publique et à quelle heure et minute. Il n’y a plus qu’à limiter « covid oblige » l’usage de chaque créneaux à 5 personnes et le tour est joué : seuls les bobos habitant à côté de l’endroit, disposant d’une carte de crédit pour payer sur le site qui ne sont pas génés par le contrôle étatique sur leur corps seront privilégiés pour fréquenter le lieu. La belle piscine historique du centre sportif de ce qui fut avant-guerre un quartier populaire rouge située Seymour place juste derrière la Westminster Court ne dispose plus que de deux créneaux libres à des horaires incompatibles avec mon emploi du temps. Le garçon de l’accueil qui m’y avait si gentiment accueillie le matin n’avait visiblement pas tout compris lui-même de la perversité du système pour lequel il travaille puisqu’il m’avait dit que l’accès est libre pour tout le monde…

En effet, je dois déménager dans le quartier Aldwych dans le centre pour passer la nuit au plus près des Royal Courts of Justice et pouvoir affronter tôt le matin l’audience de Julian Assange de demain.

Covent Garden, la vie normale

Lorsque je prends le métro je constate qu’il y a aujourd’hui bien plus de masque que la veille. Moi-même je persévère dans la liberté de respirer et je n’en porte pas. Des annonces covidiennes gouvernementales auraient elles étaient faites à la télé ? Pourtant, Boris Johnson avait assuré, il y a une semaine, que le masque c’était fini. Mais peut être que le Mayor of London ne suit les directives du gouvernement ? En descendant à la station de Covent Garden je m’enquiers auprès des agents de sécurité à l’entrée de ce « je dois faire ». Le jeune homme regarde ma dégaine de touriste et dit : « Madame, moi non plus je ne sais pas si le masque est obligatoire. A la limite si vous avez des problèmes, servez-vous de votre foulard ». Bel aveu du chaos politique en cours !

Convent Garden, la vie normale dans les restaurants… français!

Plusieurs détails me frappent lorsque je déambule dans les rues piétonnes de la place de Convent Garden et je descends les petites rues bordées de théâtres, de music halls et du Royal Opera House. Premièrement la foule est immense ! Elle est festive, bruyante, hurlante ! Composée de familles, de nombreux enfants, de jeunes en bandes, de groupes entiers… Cette foule a l’air plus blanche que celle de Paddington, mais aussi moins guindée. Je réalise soudain que c’est la semaine des vacances scolaires précédant Halloween. Les enfants sont nombreux à crier et jouer, heureux d’aller au spectacle avec leurs parents tout aussi heureux de retrouver leurs amis et certainement venus de province ou de banlieue pour goûter aux spectacles de la capitale. Je verrai ainsi des queues fournies devant les guichet des théâtres, cinémas et devant les affiches du music hall le Roi Lyon. Naturellement personne ne porte de masque et cette ambiance d’allégresse favorise une consommation retrouvée : les boutiques de bibelots, de cosmétiques, de vêtements sont pleines. Je sais bien que personne n’a envie de faire de shopping avec un masque et je vois bien la différence lorsque cette obligation disparait autant pour les clients que pour les employés.

Covent Garden la vie et la joie

Je n’ai jamais été autant heureuse de retrouver la société de consommation que j’ai tant critiquée depuis 35 ans de ma vie ! Mais la culture non plus ne peut pas être vécu librement si on est soumis par l’Etat au baillon anti-vie, ni le lien social. Les restaurants, les pubs et les cafés débordent de gens heureux. Il y a tout un pâté de maison de bistrots français affichant des menus bien français servis par des serveurs francophones. Cela me fait un drôle d’effet de voir l’art de vivre français s’épanouir à Londres alors qu’il meurent à Paris sous la dictature du contrôle sanitaire.

Covent Garden Festive

Je réalise aussi que les Français sont nombreux dans le quartier. Je remarque des familles de classe moyenne allant au spectacle avec leur enfants. Plus bas dans quartier de la London School of Economics et du Kings College ce sont des groupes de jeunes, visiblement étudiants qui déambulent ensemble joyeusement en parlant Français bien fort. Tout les 20 personnes, je croise des Français. Visiblement la classe moyenne supérieur sait ou aller trouver la Liberté et elle a eu le temps d’expédier ses enfants, malgré le prix des études privées, vers des cieux plus cléments que la chape de plomb de la dictature sanitaire.

Strand Street, la rue de mon hostel

Les Français pauvres sont aussi à Londres, comme avant le covid : la jeune hôtesse d’accueil de mon modeste hostel Strand Street, à l’angle du pont Waterloo et de l’avenue Aldwych est une travailleuse du Nord de la France. Les Français émigrent donc à Londres, pour des raisons politiques et économiques, voilà ma deuxième constatation.

vue de mon hotel, Strand Street, Aldwych et le Wellington pub
vue de mon hotel, le centre culturel Sommerset House

Une fois installée dans une chambre collective sous les toit mais entièrement vide, je vais déjeuner dans l’élégant pub traditionnel « The Wellington ». Je pleure de joie en voyant les jeunes s’éclater au son de la musique, discuter et rire aux éclats tous ensemble, consommateurs ou travailleurs derrière le bar. Je n’arrive pas à détacher les yeux de leurs beaux visages, j’ai l’impression de sortir d’une sombre prison et de découvrir la beauté de l’Humanité. Il en est de même avec les milliers d’étudiants que je croise partout dans quartier.

La London School of Economics a Aldwych
Etudiants libres sans masques dans le hall de la London School of Economics

Par les grandes baies vitrées des immeubles modernes des deux prestigieuses universités, je vois bien que le masque en est banni et cela change tout à la vie de ces jeunes ! Quel contraste avec la France, les profs de facs imposant le masque aux étudiants 12 heures par jour et profitant de chaque annonce covidienne du gouvernement pour les isoler devant l’ordinateur. Je comprends totalement que des familles française qui en ont les moyens aient déjà, après un an de dictature sanitaire, organisé l’exil de leurs enfants vers des études en Angleterre.

Etudiants sans masque à la London School of Economics, 26 octobre 2021

Préparation au procès de Julian Assange

Je longe la High Commission de l’Australie, Strand Street en direction des Royals Courts of Justice

Je longe l’imposant bâtiment impérial du High Governorate australien en face de mon hostel et je me dirige derrière l’église vers le bâtiment néogothique des Royal Courts of Justice. A 15h30 la grande grille est largement ouverte, et je suis accueillie dans une espèce de grande nef sombre et déserte par des gardiens plutôt âgés. Ici c’est le seul endroit ou il faut mettre le masque mais ces employés sont plutôt débonnaires. Je traverse le portique de sécurité et j’examine des présentoirs en bois au centre de la nef : sous des vitres de plan des audiences du jour y sont affichés. Il y a plusieurs cours de justice dans ce grand complexe de bâtiments. Julian Assange est censé être jugé par la cour d’appel administrative. Je repère la bonne affiche, mais seul les audiences du jour y sont inscrites. Je m’enquiers auprès des employés qui obligeamment me trouvent le site internet ou à partir de 16h30 apparaitra l’emploi du temps du lendemain. Ils ne savent pas par contre si je pourrai emporter mon ordinateur. « C’est le juge qui décide à chaque fois. Vous ne le saurez que demain ».

Royal Courts of justice, le mardi 26 octobre 2021 vers 16 heures

Avant de partir je fais le tour de la galerie qui dessert les salles d’audiences. Je constate qu’il y a 18 salles, mais que seuls 3- 4 sont occupées. Les autres sont vides. Pourtant les audiences sont nombreuses dans le bâtiments car l’affiche du jour indique des numéro 67, 72, 73… ou sont ces salles ?

Site internet Royal Courts of Justice daily cause list 10 March 2022 – GOV.UK (www.gov.uk)

A 16h30 je constate qu’effectivement une mise à jour du site laisse apparaitre le « Case détails » CO/150/2021 the Governement of United States of America v. Assange » à 10h30. C’est flou, mais c’est bien là, « court 4 et court 1 », avec un « overspill ». Je retrouve la « court 4 » tout au fond du couloir de droite, la « court 1 » doit être sur le balcon. Le juge est « chief justice and Lord Justice Holroyde ». L’intitulé de l’affaire Assange est d’autant plus flou que les autres affaires sont intitulées plus précisément «Ms justice Julian Knowles: Kiesielewski versus Regional Court in Szczecin, Poland.« 

liste des audiences programmées pour le 27 octobre 2921

Lorsqu’un citoyen polonais qui conteste son expulsion vers la ville de Szczecin où le juge le poursuit, l’institution contre laquelle il se bat est mentionnée en toutes lettres. Les démêlées judiciaires de citoyens de l’est avec leurs propres pays suivies d’une extradition par la Grande Bretagne sont de loin les plus nombreuses en ces lieux, comme à la Westminster Court. Les Polonais, les Lettons, les Tchèques les Hongrois, les Roumains contestent des jugements de tribunaux ou les décisions de procureur de de Szczecin, Buda, Zielona Gora, Cluj, Plzen….[1]

Assange est poursuivi par une entité fantôme qui s’appelle bizarrement « governement » des Etats Unis alors que les Etats Unis ne sont ni unis ni un Etat et leur Constitution ne prévoit qu’un Congrès et un président qui dirige une administration. De plus c’est une cour de justice ou un procureur (attorney) qui est censé poursuivre Assange mais aucune autorité juridique n’est mentionnée par le tribunal administratif.

Il y a aussi une autre version « the Queen on Application of (nom du citoyen) versus Secretary of State for justice» qui indique l’appel du citoyen d’une décision du Ministère de la Justice, et là nous retrouvons des noms anglais. Toujours est il que seuls quelques affaires seront jugés dans les salles 1 à 5, les autres sont ailleurs, peut être dans les bâtiments à l’arrière de la nef néogothique.

Le juge Timothy Holroyde fait partie comme tous les juges d’appel du « Privy Council », le Conseil privée de la Reine. Mais il est aussi un homme qui donne des conférences dans des université et apparait dans des livres et des romans sur les crimes ou il joue son propre rôle. Une certaine Claire Holroyde apparait aussi une romancière. Malgré une carrière juridique commence en 1977 je ne retrouve sur lui que la trace d’un procès d’un sombre oligarque roumain l’année du covid[2].

Je fais le tour de l’immense complexe des Royal Courts of Justice pour constater qu’il comporte au moins 6 entrées. A l’arrière du bâtiment historique des immeubles des années 70 et 80 au style bunker lui sont accolés. On peut accéder à cette partie moderne par l’entrée de la ruelle Bell Yard et par la rue Carey street. Ces cours de justice en fonction font face à la London School of Economics par l’impasse Clement’s In et Grange Street. Le lendemain je ne pourrai hélas seule surveiller toutes ces issues.  

Carey Street, derrière le tribunal
Carey Street derrière le tribunal

[1] Royal Courts of Justice daily cause list 26 January 2022 – GOV. (www.gov.uk)

[2]  Timothy Holroyde – Wikipedia

Guest Lecture – The Role of the Sentencing Council – Law & Criminology (edgehill.ac.uk)

Lifers: Inside the Minds of Britain’s Most Notorious Criminals – Geoffrey Wansell – Google Livres

Nova Group v. Romania, Judgment of the High Court of Justice of England and Wales (Extradition Appeal) [2020] EWHC 2709, 20 oct. 2020 (jusmundi.com)

La comète – Claire Holroyde – Babelio

Julian Assange, la feuille de l’audience sur la porte de la salle 4. Photo prise le 30 octobre, elle y était encore

Les mensonges de Stella Moris, ceux de Tracy Ward et les biens de la famille Beaufort

Une fois mon analyse faite, je prends le métro jusqu’à Knightsbridge. Le but est vérifier les dires Stella Moris Smith Robertson qui affirme dans un témoignage actuellement publié dans les médias[1] qu’elle habite au « domicile londonien » de la baronne Tracy Ward Sommerset, ancienne actrice, duchesse de Beaufort, épouse de Henry Somerset, marquis de Worcester 12ème Duc de Beaufort.

Stella Morris et Tracy Ward Worcester dans un médias suisse
Stella Morris, Tracy Ward et Assange dans « The Autralian »
Storytelling médiatique Assange, Fitzgerald et Tracy Ward

Comme Moris Smith Robertson déclare que Julian Assange habitera s’il est libéré sous caution avec elle dans cette maison ou avec John Shipton également hébergé par Tracy dans la propriété de celle ci du Gloucestershire, il est important de vérifier si cette information est plausible ou peut être fausse[2].

Témoignage supposé de Stella Morris sur Assange, Tracy Ward et son domicile londonien, le 24 mars 2020
Une signature de Stella Morris (son pseudonyme!) en tant que témoin

Or, les médias ne se privent pas de donner l’adresse des Sommerset-Worcester, le 28 Halsey Street, associée à son ONG de développement durable, Farms not factories et de la fameuse propriété du Gloucestershire, Badminton[3].

Il se trouve que Halsey Street se trouve dans un sympathique quartier d’élégantes petites maisons derrière le Harrod’s. Pour y aller je passe donc devant le Harrods qui jouxte l’immeuble du 3 Hans Crescent Street où se trouvait le local appartenant à l’Etat de l’Equateur dans lequel Julian Assange est censé avoir été captif pendant 7 ans, du 19 juin 2012 au 11 avril 2019. J’ai maintes fois dans ce blog déconstruit le storytelling impossible de ce qui n’est pas une « ambassade », photos à l’appui[4]. Aujourd’hui je suis curieuse de voir ce qui s’y trouve.

En longeant le Harrod’s illuminé, je constate dans la foule qui se presse vers les luxueuses limousines garées devant l’entrée la présence de plusieurs familles françaises. Les riches Français ont donc aussi déserté leur patrie sous le joug de la dicature covidienne et préfèrent faire leurs emplettes de luxe sans masque dans Londres la Libre !

Harrods en face du 3 Hans Crescent Street , le 26 octobre 2021

Surprise, débout à l’angle de Basil et de Hans Crescent Street, je vois que le local équatorien au premier étage est tout illuminé aussi. Tout indique qu’une réception ou une réunion y ont lieu. Une belle Mercedes noire immatriculée Corps Diplomatique est garée devant l’entrée. Des personnes sortent de l’immeuble et montent dans la voiture. La veille du « procès » de Julian Assange l’Equateur est en effervescence à Londres. L’appartement accueille-t-il à nouveau Raphaël Correa, l’ancien président qui vient de participer à Bruxelles à un débat sur Julian Assange ?

Hans Crescent Street 3, le 26 octobre 2021 vers 18h30 heures

Il fait nuit lorsque je me retrouve quelques centaines de mètres plus loin dans la rue Halsey devant l’étroit immeuble d’un étage et de deux fenêtres et la photo que je fais est floue. Il est vide et désert, aucune lumière n’est allumée et surtout une grande palissade barre la porte d’entrée et le rez-de-chaussée. La maison de Tracy Ward Somerset ou Stella Smith Robertson dit être hébergée est en travaux. Il n’y a non plus aucune trace d’une boite aux lettres indiquant la présence de bureaux de l’association de Tracy Ward Farms not Factories.

Si Julian Assange devait sortir libre demain il n’irait donc certainement pas habiter ici. Ceci est d’autant plus improbable que Henry Fitzroy Somerset 12ème duc de Beaufort a divorcé en 2018 de Tracy Ward et que le cadastre indique clairement que c’est lui seul qui est propriétaire de cette parcelle aujourd’hui.

Cadastre du 28 Halsey Street

. En ce qui concerne la propriété de Badminton, l’ancien mari de Tracy Ward n’en est même pas propriétaire aujourd’hui puisque le cadastre actuel indique que le seul propriétaire est David Robert Somerset 11ème Duc de Beaufort. Le duc est décédé en août 2017 et Tracy Ward a partagé avec la presse son espoir d’hériter du bien de son beau-père[5].

Cadastre du chateau de Badminton

La succession n’est visiblement pas réglée à ce jour. Cependant c’est un abus évident de sa part que de se présenter actuellement comme chatelaine de Badminton et duchesse de Beaufort, puisque seuls les enfants du vieux duc hériteront de la propriété et en second lieu seulement les enfants que cette femme a pu avoir avec son ancien mari Henri Somerset fils de David.

Tracy Ward voudrait être duchesse Beaufort mais ne l’est plus
David Sommerset, 11 duc de Beaufort, décédé en 2018 mais toujours propriétaire du chateau de Badminton

Stella Moris Smith Robertson a beau insister sur le soutien[6] et les liens proches avec Tracy Ward qu’elle présente comme la marraine de ses enfants prétendument conçus avec Julian Assange, il n’y a visiblement aucune relation entre elle et les ducs de Beaufort David le père, Henry et Edward ses fils, propriétaire des fiefs de Beaufort[7]. Mais Julian Assange a-t-il lui un lien avec l’aristocratie britannique, cette famille là ou une autre ? La question reste ouverte.

Tracy Ward ancienne épouse de Henry Somerset 12ème duc de Beaufort
Henry Fitzroy Somerset 12ème Duc de Beaufort, propriétaire de 28 Halsey Street et héritier légal du Chateau de Badminton
Edward Sommerset, deuxième fis de David, 11ème duc de Beaufort et héritier légal du Chateau de Badminton, ici lors d’un procès ou il est accusé d’usage de drogue et de violences conjugales

La structure « Farms not factories » dont l’objectif est de lutter contre l’évelage industriel et la souveraineté alimentaire est avoir son siège au 28 Halsey Street et Tracy Ward Worcester est créditée d’être sa directrice[8].

Une rapide analyse des documents officiels déposés sur le site Beta Companies nous apprend néanmoins que si le siège de l’entreprise est en 2020 effectivement officiellement au 28 Halsey Street à Londres, donc dans la propriété de Henry Somerset marquis de Worcester et 12ème Duc de Beaufort et ce malgré qu’aucune trace de bureau ne soit visible ni sur la boite aux lettres ni à l’œil nu, Madame Tracy Ward n’en est pas la directrice, mais M. Alastair Thomas Nelson Kenneil au moment de l’ouverture de l’entreprise le 27 mars 2020.

En juin 2020 MM. Ian Worrall et Neil Lodge sont appointés comme Directeurs de l’entreprise Farms not Factories. Un mémorandum du 9 juillet 2020 transforme même l’entreprise en « charity » c’est-à-dire en association à but non lucratif[9].

Un compte rendu d’Assemblée Générale est même disponible pour le 8 juillet 2020, il est signé A. Kenneil, et mentionne la présence de Ian Worrall et de Neil Lodge, Madame Tracy Ward Worcester en est absente. La réunion se tient à l’adresse « the Cottage » à Badminton. Ce lieu devient l’adresse officielle de la structure le 28 mars 2021.[10] Le premier bilan financier de Farms not Factories date de mars 2021 et est de Zero Livres.

Pourquoi Madame Ward se crédite-t-elle elle-même d’un poste qu’officiellement elle n’occupe pas ? Pourquoi utilise-t-elle le nom de « Worcester » (et donc du titre de marquise, Marchioness), qui est partie intégrante du nom de famille de son ancien mari, alors qu’elle est divorcée depuis 2018 ?

Pourquoi Monsieur Henri Somerset marquis de Worcester n’apparait pas dans ces montages juridiques alors qu’il est tout de même propriétaire de la maison du 28 Halsey Street, premier siège officiel de la structure de Madame Ward et également du nom et du titre de noblesse « marquis de Worcester » que Madame Ward utilise très fréquemment dans les médias pour sa publicité et qu’elle affiche comme étant le sien sur le site de l’entreprise Farms not Factories ?

Il est intéressant de constater que le nouveau siège de cette structure se trouve dans un petit manoir appelé The Cottage Badminton, situé à l’angle de l’avenue Kennel Drive et de High Street à Badminton. La carte Google nous apprend que cette petite propriété jouxte l’immense parc et le château de Badminton, toujours propriété de David Somerset 11ème Duc de Beaufort malgré son décès en 2017[11]. Les héritiers directs de ce château sont ses fils, dont Henri l’ancien époux de Madame Ward. La structure qu’elle dit diriger mais qu’elle ne dirige pas est donc située dans une maison dont la présentation « the Cottage Badminton » entretient dans l’esprit des lecteurs des médias la confusion avec le château de Badminton situé à quelques centaines de mètres.

Mais à qui appartient donc le « Cottage Badminton » ? Il est hélas impossible de le savoir. Le cadastre nous indique bizarrement qu’exceptionnellement aucun titre de cette propriété n’est disponible pour cet possession ce qui ne veut pas dire qu’elle n’est pas enregistrée. D’une certaine façon cela veut dire que le propriétaire de cette villa a le droit de rester secret alors que le LandRegistry, le cadastre britannique est une base de données très bien faites, structurée, contenant des informations très fiables que Wikijustice consulte depuis le début de notre enquête sur Julian Assange.

Cadastre vide pour le Cottage de Badminton
The cottage Badminton sur internet

Les très rares fois où les informations sur les titres de propriétés sont absentes du cadastre c’est lorsque les propriétaires putatifs peuvent être la Elisabeth Bowes-Lyon dite Mountbatten Windsor ou d’autres membres de la « famille ». Il en est ainsi par exemple pour la partie centrale de l’ancien hôpital psychiatrique pour enfants de Earlswood dont nous avions analysés la propriété et qui était connue pour avoir été créé par la famille von Sachsen Coburg Gotha ou « Windsor Mounbatten ».

Qui de haut placé protège donc Madame Tracy Ward dont les amis officiellement dirigeants de Farms Not Factories ont pu se réunir et déclarer le siège de leur structure dans cette maison ancienne jouxtant le château familiale des Duc de Beaufort et marquis de Worcester[12] ?

Ce qui est certain est que la famille Beaufort est une des plus anciennes famille de noblesse descendante des Plantagenêts, une famille bien plus ancienne que les Saxe Coburg Gotha allemands arrivés presque par effraction sur le trône britannique en 1837. Cependant les Mountbatten-Windsor, maîtres du Commonwealth, peuvent se targuer de liens étroits avec les Ducs de Beaufort, le château de ces derniers leur ayant servi de refuge pendant la guerre et de lieu de décor pour la saga conjugale entre Charles de Galles, aka Battenberg (du nom présumé de son père), aka Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glüksburg et Diana Spencer terminé si tragiquement pour cette dernière[13].

Blason des ducs de Beaufort avec fleurs de Lys et Lions normands

Ce château est un haut lieu du pouvoir en Grande Bretagne et il est donc intéressant pour nous de lire et d’entendre que Julian Assange serait retenu en otage dans cette propriété, captif ou prétendument libéré, puisque nous pensons depuis le début qu’il est justement retenu en otage dans une structure appartenant au pouvoir royal et ne dépendant pas, en réalité, du gouvernement de Boris Johnson.

Tracy Ward se targue d’être une révolutionnaire en participant au mouvement Extension Rebellion très à la mode juste avant le couperet de l’opération covid 2019 en mars 2020. Cependant, ayant menti sur les documents officiels, puisqu’elle n’est pas directrice de Farms not Factories, et ni propriétaire du 28 Halsey Street où cette structure n’a pas en réalité pas de bureaux, nous avons le droit douter de ses dires dans tous les autres domaines[14].

Le chateau de Badminton, d’une valeur de 15 millions de livres

En essayant de comprendre qui est madame Ward nous apprenons que le directeur de la structure qu’elle dit diriger, Alaistair Kenneil est réalisateur de documentaire[15]. Il a effectivement réalisé quelque films sur les élevages industriels de porcs, mais étonnamment, il n’est pas en lien avec les syndicats paysans ou les associations anglaises, européennes et mondiales qui luttent en vrai pour l’agriculture et la souveraineté alimentaire comme le célèbre réseau Via Campesina.

Tracy Ward avec Alaistar Kenneil, le vrai directeur de sa structure

Son co-directeur Ian Worrall peut être lié au milieu du Bitcoin, rien à voir donc avec les âpres luttes pour l’agriculture biologique et la souveraineté alimentaire menées dans le monde depuis plus de 30 ans par des paysans et des militants urbains[16]. Difficile de trouver des informations sur le deuxième co-directeur de Farms not Factories, Neil Lodge, autre que son adresse officielle[17], le « lower woods lodge inglestone common » à Badminton.

Ce lieu est connu pour être une réserve naturelle et géologique du comté de Gloucester, situé à Wickwar, un village très ancien situé à 10km du château de Badminton. Celui qui dirige l’assemblée générale de 2021 de la structure de Madame Ward est il le gardien de la réserve naturelle si proche des terres des Beaufort pour y vivre en permanence [18]?

Le Gloucestershire Wildflife Trust qui gère ce parc naturel est une riche structure de 87 employés et d’un budget de 1 million de Livres dont l’histoire de sa création et le Conseil d’Administration comportent des noms aristocratiques prestigieux[19].

Tracy Ward parait plutôt très liée à The price of progress Production Limited qui est une entreprise de production de programme pour la télévision[20]. Le siège de cette entreprise se trouve justement dans la maison du Cottage à Badminton. Elle a été créée par Henry (Harry) John Fitzroy somerset marquis de Worcester, à l’époque son mari et elle-même, sous le nom de Tracy Ward Worcester en 2006.

L’adresse de Henry (Harry) John Fitzroy Somerset et d’elle-même est à l’époque le fameux Cottage de Badminton, ce qui laisse supposer que Henry Somerset actuel Duc de Beaufort en est toujours propriétaire[21]. En 2006 Madame Ward affiche comme profession « film maker », réalisatrice de film.

En 2007 un nouveau secrétaire Adrian Robert Kilmartin est engagé et Henry John Worcester démissionne cessant ainsi d’être le prête nom prestigieux de l’entreprise de son épouse. Madame Ward qui se dit « Marchioness », marquise Worcester, et son associé Kilmartin deviennent alors les uniques actionnaires de l’entreprise de production de films [22].

M. Kilmartin est alors logé dans une maison, Church Farm, très proche du château de Badminton et du Cottage. Fin 2008 Alastair Kenneil, né en 1948, arrive à la tête de Price of Progress Production mais Tracy Worcester signe le bilan financier de 2009 comme « Director »[23]. Elle devient officiellement directrice de l’entreprise en février 2010 toujours en signant du titre « Marquise » de Worcester[24]. En 2011 elle demeure unique actionnaire de l’entreprise qu’elle co-dirige avec Alastair Kenneil et dont Kilmartin est le secrétaire. L’entreprise est dissoute en 2014.

Madame Ward est par ailleurs aussi administratrice pendant 2 ans d’une entreprise crée en 1946 the Soil Association, une structure ayant pour objectif la préservation du sol, de la nature et de l’environnement, dont les créateur appartiennent aussi à l’aristocratie britannique comme Eve Comtesse de Balfour[25]. Eve Balfour est connue pour être pionnière de l’agriculture biologique. Madame Ward, réalisatrice de télévision parvient à devenir membre du Conseil d’Administration de cette entreprise de 1994 à 1998[26].

Malgré l’intense présence médiatique de la campagne « Farms not factories », le bilan de travail réel de l’entreprise de films que Tracy Ward et Alastair Kenneil ont dirigée pendant 8 ans, le Price of Progress Production a un bilan réel plus que modeste.

Adrian Robert Kilmartin, leur collaborateur, apparait comme gérant de 22 sociétés, tout en étant toujours domicilié Church Farm Action Turville à Badminton, à une encablure du château de Badminton, mais il n’y a pas d’autres informations sur lui[27]. Parmi ses sociétés dont il est administrateur nombreuses sont les entreprises de sécurité intitulées NHP Securities N°…, des entreprises de gestion de fonds, de santé et ont une longue histoire de 20 à 30 ans. Leurs activité est souvent décrite de façon floue « other activities » et M. Kilmartin y apparait parfois au poste de comptable.

L’activité politique de Madame Ward dans le domaine de l’environnement et d’agriculture biologique apparait bien plutôt un show destiné aux médias dont elle est la vedette en tant qu’ancienne actrice et ancienne épouse d’un homme issu d’une famille en vue.

Elle n’est pas la propriétaire de la maison londonienne de son ancien mari et il est peu probable qu’elle soit celle du Cottage de Badminton où elle avait domicilié le siège de son entreprise de production audiovisuelle ensemble avec son acolyte Kenneil. Comme ses déclarations ne résistent pas plus à l’examen des faits que celles de Stella Moris, on se demande pourquoi elle s’affiche comme une proche de Julian Assange.

Selon moi, il serait préférable pour lui de se tenir éloigné de personne dont le show médiatique ne recouvre pas d’activité réelle et sincère et pouvant être prouvée. A moins que les véritables « hôtes » de Julian Assange soient les Ducs de Beaufort, si proches par leur histoire du pouvoir royal en Angleterre et que le nom de « Tracy Ward » ne serve qu’à recouvrir ce fait d’un voile pudique et trouble….Quels liens relient donc l’artistocratie et la famille régnante avec l’homme distingué que nous avons vu et avec lequel nous avons communiqué d’une façon particulière dans la Woolwich Court le 27 février 2020 juste avant la violence de l’Opération Covid ?

Je finis ma soirée au pub the Wellington, installé par un gentil jeune serveur tous sourire au premier étage, sur une large banquette en cuir en face d’un grand zinc bien astiqué et d’énormes miroirs. Le bar est désservi par une adorable jeune fille blonde qui prépare les boissons en blaguant avec ses collègues du même âge. J’écoute leurs conversations de jeunes, je suis fascinée par leurs beaux visages, leur joie de vivre, tout en pensant à ma pauvre France et à ses jeunes privés de ce bonheur si simple. Ils ne semblent pas étonnés par mon anglais parfois hésitant et mon allure de dame au chapeau si française : les Français, touristes de bonne classe moyenne constituent ce soir la moitié de leur clientèle. Tout en savourant mon énorme poisson, des frites, ses petits pois verts et une excellente bière, je prends quelques photos du décor et de la jeune fille souriante. C’est si important de montrer en France que plus personne ne porte ici la muselière covidienne.

C’est à regret que je regagne ma chambre sous les toits, avec vue sur le croisement Wellington-Strand street, mon pub et l’ensemble néoclassique du Sommerset House siège d’institutions artistiques et littéraires, la Tamise en arrière-plan. Auparavant je fais un crochet chez le petit Tesco pour préparer mes provisions de la bataille du lendemain : noix et noisettes, fruits secs, gâteaux sec et jus car les heures de lutte seront longues le lendemain matin.

Somerset House

[1] https://context-cdn.washingtonpost.com/notes/prod/default/documents/1faa4572-d776-4dcb-94c7-110abf7c7ceb/note/36d6ed33-c5a0-4c0f-a024-bf07831d297a.

[2] Tracy Somerset, Duchess of Beaufort – Wikipedia

Tracy Somerset, duchesse de Beaufort (stringfixer.com)

London judge denies bail to WikiLeaks founder Assange (theaustralian.com.au)

Julian Assange Denied Bail During U.S. Extradition Appeal (bloombergquint.com)

About Us • Farms Not Factories

[3] Meet Britain’s least likely duchess Tracy Worcester | Daily Mail Online

Tracy Somerset, duchesse de beaufort également connu sous le nom de tracy ward, Tracy Tracy worcester somerset,photographié dans sa maison à Badminton Photo Stock – Alamy (alamyimages.fr)

Tracy Worcester: ‘Mummy’s got to save the planet’ | The Independent | The Independent

tracy worcester badminton – Recherche Google

[4] Fin de partie romantique de l’affaire Julian Assange? 1ère partie – Liberté pour Julian Assange – Monika Karbowska (monika-karbowska-liberte-pour-julian-assange.ovh)

Fin de partie romantique de l’affaire Julian Assange? 2ème partie – Liberté pour Julian Assange – Monika Karbowska (monika-karbowska-liberte-pour-julian-assange.ovh)

20 septembre 2019, Westminster Magistrate Court, l’audience de Julian Assange qui ne devait pas avoir lieu – Liberté pour Julian Assange – Monika Karbowska (monika-karbowska-liberte-pour-julian-assange.ovh)

[5] Duke of Beaufort’s wife insists she will be Duchess despite four-year separation (telegraph.co.uk)

[6]  Stella Morris et Julian Assange: «On adorerait vivre en Suisse» | Illustré (illustre.ch)

[7] Lord Edward Somerset jailed for beating wife Caroline – BBC News

Henry Somerset, 12th Duke of Beaufort – Wikipedia

[8] About Us • Farms Not Factories

[9]

[10]

[11] 7 The Limes – Google Maps

[12] Badminton House – Wikipedia

Tracy Worcester: ‘Mummy’s got to save the planet’ | The Independent | The Independent

House and Heritage – Publications (facebook.com)

[13]  https://www.dailymail.co.uk/news/article-4803898/Rock-n-roll-duke-plays-band-inherited-315m.html

Maison de Beaufort — Wikipédia (wikipedia.org)

[14] Lucy Yorke-Long gets engaged to Duke of Beaufort Bobby Worcester | Daily Mail Online

[15] Alastair Kenneil – IMDb

[16] Ian Worrall – Co-founder @ MyBit – Crunchbase Person Profile

[17]

[18] Lower Woods – Wikipedia

[19] Gloucestershire Wildlife Trust – Wikipedia

GLOUCESTERSHIRE WILDLIFE TRUST – 232580 (charitycommission.gov.uk)

[20] THE PRICE OF PROGRESS PRODUCTIONS LIMITED overview – Find and update company information – GOV.UK (company-information.service.gov.uk)

[21]